Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Obsédée par un collègue

Bases
#
Profil

Heimmi

le mardi 21 mai 2019 à 18h20

Bonjour !
En couple depuis 15 ans, nous avons au départ discuté de l'orientation de notre relation, envisageant un engagement entre nous et une sexualité libre. J'ai eu une expérience avec un autre très rapidement qui s'est révélée inintéressante et nous avons considéré que la fidélité était plus adaptée et l'avons choisie. Pour autant j'ai eu par deux fois des relations virtuelles. J'ai toujours eu des attirances pour d'autres, ce qui m'a semblé naturel et sain, tout comme l'art érotique ou la masturbation.
Généralement ces attirances ne durent pas et jusqu'à maintenant je n'ai pas ressenti le besoin de les concrétiser, même si depuis mes 40 ans je sais que je tends vers une nouvelle expérience, l'inventivité et le désir qui me lient à mon mari étant sur un autre plan.
Voilà que depuis 9 mois j'ai un nouveau collègue. Il est couple et nous avons un lien hiérarchique. Je ne suis même pas sûre que je lui plais ni à quel niveau. J'ai l'impression qu'on se tourne autour sans que je puisse en être sûre tant c'est subtil (ou inexistant ?).
Le désir que j'ai pour lui devient obsédant et commence à perturber ma vie professionnelle et personnelle. Même si mon couple va bien (de mieux en mieux même) je commence à avoir des blocages sexuels avec mon mari. J'ai essayé tout un tas de techniques pour me détacher de cette attirance et ça ne fonctionne pas. Quand je suis frustrée sexuellement, je rêve de lui. Ça commence à durer et je me sens démunie.
Une amie, qui n'est pas pour le polyamour, me recommande d'en parler à mon mari (j'ai une mauvaise expérience d'avoir avoué ce genre de sentiment) et aussi d'en parler à mon collègue. Je ne sais pas comment aborder la chose ni avec l'un ni avec l'autre d'autant que je n'ai pas décidé ce que je veux.
Par où commencer ?!?
Merci de m'avoir lue et de vos futurs conseils !!!

#
Profil

Aiemama

le mardi 21 mai 2019 à 21h08

Bonsoir,

J’ ai connu cette situation 2-3 fois dans un ancien travail où je m’ennuyais cruellement. Il ne s’est jamais rien passé car j’etais Trop timide et que j’attendais une réciprocité à chaque fois, un coup de foudre qui n’est jamais arrivé. Si le postulat de départ avec ton conjoint c’est de garder un jardin secret je ne vois pas l’intérêt d’en parler tant qu’il ne s’est rien passé. A quoi ça sert de «  passer à confesse » concernant tes émotions personnelles. Je ne suis pas pour la transparence à tout prix car je ne voix pas l’interêt de faire du mal à ton conjoint pour ce qui pour l’instant n’existe que dans tes fantasmes. En ce qui concerne le côté sexuel l’objet de tes désirs c’est ton collègue alors je peux comprendre que cela te frêne dans tes rapports av ton compagnon. Beaucoup de sexologues conseillent de se donner des rdv amoureux avec son conjoint et de faire l’amour même si le désir n’est pas là, cela fonctionne bien pour faire revenir petit à petit l’envie. Tu as le droit de penser à ton collègue pendant tes rapports si ça te procure du plaisir je ne vois pas de mal à ça. Quant à ton conjoint je pense que tu n’as pas 36 solutions : tendre une perche, envoyer des signaux et voir s’il’y a du répondant. J’ai pas mal de mecs cis autour de moi qui ont cette philosophie : le «  NO ZOB IN JOB » je souhaite que l’objet de tes désir ne soit pas de ceux-là.
Je n’ai aucune certitude, je n’ai pas la science infuse mais j’espère sincèrement que tu arriveras à solutionner ce dilemme le facilement possible. Prends soin de toi. Amitiés.

Message modifié par son auteur il y a 4 mois.

#
Profil

Siestacorta

le mardi 21 mai 2019 à 22h10

Ben... Si t'envisage de pas en parler à ton mari, on peut te souhaiter bonne chance, mais pas vraiment t'aider avec nos raisonnements poly.

Je pense que tu devrais creuser sur les "conditions" de ton désir pour le collègue.
Déjà, on va partir du principe que lui n'est pas poly, donc qu'on a parle a priori là d'une aventure adultère, même si ton mari était au courant et consentant.
J'ai pas trop de jugement sur le côté moral. Je pense que les risques pratiques sont gros, mais surtout, je me dis que ça fait cher le désir sexuel satisfait - puisque tu évoques plutôt ça que du sentiment. Beaucoup d'emmerdes en perspective, déjà, tu te sens de faire avec ?
Tu peux avoir de bonnes raisons, hein, pas forcément conscientes, de vouloir bouger dans ta vie, ta libido. Mais quand même, raconté comme ça, je me dis qu'il y a une partie de toi qui cherche un peu un genre de gros changement via un clash, plutôt que de tenter le dialogue et la patience.

Et peut-être aussi, aiemama a raison, qu'il y a un rapport à l'ennui / la monotonie pro quand on se sent cap' de transgresser le "no zob in job"... Là aussi, "l'obsession" serait une façon de s'évader vite d'un cadre, de le changer sans passer pas d'autres étapes que la pure émotion.

Bref. Si tu te sens d'essayer sans mentir côté mari... Ben c'est à lui que tu dois en parler en premier. Je parle du choix éthique, pour le coup, pas du choix forcément le plus pratique.
Et ça voudrait dire que peut-être, il acceptera pas. Tu as peut-être des détails à donner sur lui ou sur votre relation qui permettraient de se faire une idée de leur ouverture.

Fais le tour du site, un peu, pour voir si en dehors d'avoir des désirs pour un deuxième tu te reconnais un peu dans les idées poly...

Message modifié par son auteur il y a 4 mois.

#
Profil

Heimmi

le mardi 21 mai 2019 à 22h20

Aiemama

Merci de ton message. Effectivement le contexte est à prendre en compte. Je ne m'ennuie pas dans mon travail, je suis plutôt sous pression et je suis sa supérieure, ça complique encore les choses ... Il y a peut être à voir avec le pouvoir, il y a clairement un besoin de séduction (il est plus jeune que moi). Et puis j'ai longtemps été "la bonne élève", sérieuse, responsable, dévouée, forte. J'ai envie de me lâcher. Et puis tout simplement envie de nouveauté, même en se renouvelant dans le couple, c'est toujours la même personne !

Je n'ai pas donné trop de détails sur mon couple : on s'aime profondément, on s'admire, on se comprend. j'aime bcp notre vie, ce que nous construisons ensemble et je souffre aussi de ne pas être franche avec lui. Attention, je ne souhaite pas du tout lui "avouer" pour décharger ma culpabilité sur lui. L'idée serait de parler ensemble pour mieux se comprendre et être pleinement nous-mêmes (je ne compte pas lui dire que je fantasme à fond sur untel). Je sais qu'il se pose des questions de son côté aussi. Ça fait peu de temps que je le sens vraiment sécure dans notre relation, je ne veux pas lui faire du mal. De mon côté, s'il doit avoir des aventures je préfère ne pas le savoir (ça ne serait pas je pense un motif de rupture).

En fait nous avons une vie sexuelle épanouie et mon conjoint m'excite toujours beaucoup. Pour différentes raisons, on ne fait pas l'amour aussi souvent et spontanément que j'aimerais. Ce serait vraiment le seul hic entre nous et je ne pense pas que seule la frustration explique ma problématique.

C'est vrai que c'est la 1e fois de ma vie que je suis perturbée par un.e autre pendant le sexe. Dans l'idée je n'ai rien contre penser à qqun d'autre, même si je ne l'ai jamais fait, c'est que l'avoir "au milieu" de mes ébats me perturbe. Attention c'est arrivé 2 fois mais vu que c'est inhabituel, ça me questionne. J'ai bcp de mal à prendre du plaisir seule aussi, comme si c'était bloqué !
Et ces rêves érotiques ! j'en ai eu au cours de ma vie mais jamais aussi fréquents et jamais plusieurs avec la même personne...

Merci de m'avoir lue et merci de tes pistes !!!

#
Profil

Heimmi

le mardi 21 mai 2019 à 22h38

Merci Siestacorta !
Il me semblait bien que c'était le concept de base d'être honnête... est-ce que l'honnêteté serait de lui dire "chéri je fantasme à mort sur F" ou bien trouver un moment pour aborder avec lui le sujet de la "fidélité" sachant que c'est quelqu'un d'ouvert d'esprit et qu'au début de notre couple nous avions beaucoup discuté à ce sujet.
Le moment techniquement c'est difficile car on a peu de temps et peu d'intimité (enfants, travail, projets, activités, travaux maison, etc) et émotionnellement, nous sommes dans une phase de renouveau ensemble, en tant que parents et individuellement (pour la part soucis de santé aussi) et j'ai peur de rompre cet "équilibre".
Je ne me sens pas dans la maîtrise de moi-même, ça va à l'encontre de mon développement personnel cette histoire. Tu as vu juste, je dois creuser pour comprendre qu'est-ce que cette situation signifie pour moi.
Concernant mon couple j'ai mis pas mal d'info au dessus. Comme tu le dis justement je me raisonne en me disant que je risque gros en envisageant cette aventure (et je risque de nuir à plusieurs personnes) et en même temps je n'arrive pas à m'empêcher d'y penser. Résultat, je suis coincée...
En effet je débarque ici, et je vais poursuivre ma lecture. Je viens juste de comprendre, je crois, les différentes formes de polyamour. Ce que j'en avais lu jusqu'alors ne m'avait pas parlé. Je croyais que c'était le fait d'être amoureux de plusieurs personnes uniquement... maintenant je me sens bcp plus concernée !
Au plaisir de te lire

#
Profil

Siestacorta

le mardi 21 mai 2019 à 22h47

Heimmi

Le moment techniquement c'est difficile car on a peu de temps et peu d'intimité (enfants, travail, projets, activités, travaux maison, etc) et émotionnellement, nous sommes dans une phase de renouveau ensemble, en tant que parents et individuellement (pour la part soucis de santé aussi) et j'ai peur de rompre cet "équilibre".

Quelque chose me fait dire, sans que ce soit hyper précis pourquoi là de suite, que tu as autant envie de rompre l'équilibre que peur.
Tu dis que vous êtes dans une nouvelle phase de votre couple.
J'en déduis qu'il y a eu un peu de galère avant...
J'hypothèse : tu t'es habituée, dans la relation et peut-être dans certains autres aspects de ta vie, à une forme de lutte pour le meilleur. Et là, poufff, mari secure, phase d'épanouissement... Plus à lutter. Du coup peur de manquer d'un contenu.
Je me plante peut-être, je suis pas sûr d'où je vais chercher ça dans tes posts. Mais c'est peut-être une piste ?

Message modifié par son auteur il y a 4 mois.

#
Profil

Siestacorta

le mardi 21 mai 2019 à 22h52

+ la pression au travail, ça aussi, ça peut être un truc qui peut faire faire des loopings bizarre à la libido.
Une recherche de soupape...

#
Profil

Siestacorta

le mardi 21 mai 2019 à 22h58

Heimmi

Le moment techniquement c'est difficile car on a peu de temps et peu d'intimité (enfants, travail, projets, activités, travaux maison, etc)

En fait, il y a un moment de la vie contemporaine qu'est très exigeant pour les gens, sur les 30/40x, parce qu'on est ni dans la jeunesse qui peut tout essayer ni dans la tranquillité d'esprit d'avoir fait le plus gros.
Je crois que ça aussi, ça met nos forces vitales sur les nerfs.

Ce que tu dis autour de ton obsession me fait penser à un de mes aphorismes favoris :
“On dit d'un fleuve emportant tout qu'il est violent, mais on ne dit jamais rien de la violence des rives qui l'enserrent.” (Bertolt Brecht)

#
Profil

Heimmi

le mardi 21 mai 2019 à 22h58

Siestacorta
+ la pression au travail, ça aussi, ça peut être un truc qui peut faire faire des loopings bizarre à la libido.
Une recherche de soupape...

Oui complètement ! Bon ça fait 10 ans que je suis sous pression. A cause de mon manager. Disons qu'être devenue manager a ajouté une couche ...

#
Profil

Heimmi

le mardi 21 mai 2019 à 23h04

Siestacorta
Quelque chose me fait dire, sans que ce soit hyper précis pourquoi là de suite, que tu as autant envie de rompre l'équilibre que peur.
Tu dis que vous êtes dans une nouvelle phase de votre couple.
J'en déduis qu'il y a eu un peu de galère avant...

Message modifié par son auteur il y a 10 minutes.

Ça fait sens. C'est ça je suis hyper partagée.
Il est vrai que cette libido j'aurais aimé la partager plus avec lui. J'ai pris pas mal de râteaux, ça a changé ma façon de l'aborder, je prends moins de risques. Avant il lui arrivait de prendre peur si j'étais trop entreprenante... On a parlé de toit cela, il a changé mais pas "assez" pour que je me sente comblée. De mon côté je n'arrive plus à faire certains efforts.

#
Profil

Heimmi

le mardi 21 mai 2019 à 23h06

Siestacorta
“On dit d'un fleuve emportant tout qu'il est violent, mais on ne dit jamais rien de la violence des rives qui l'enserrent.” (Bertolt Brecht)

Merci pour cette phrase

#
Profil

Siestacorta

le mercredi 22 mai 2019 à 13h32

Heimmi
Ça fait sens. C'est ça je suis hyper partagée.
Il est vrai que cette libido j'aurais aimé la partager plus avec lui. J'ai pris pas mal de râteaux, ça a changé ma façon de l'aborder, je prends moins de risques. Avant il lui arrivait de prendre peur si j'étais trop entreprenante... On a parlé de toit cela, il a changé mais pas "assez" pour que je me sente comblée. De mon côté je n'arrive plus à faire certains efforts.

La non-exclusivité n'est pas une solution pour des soucis de couple, hein, c'est comme reprendre du dessert pour mieux faire passer un plat trop riche.
Par contre, si tu identifies tes besoins et que ton mari prend pas mal de pas pouvoir les satisfaire lui-même, et est ok pour te voir heureuse avec d'autres, t'es sur une piste.

#
Profil

Heimmi

le mercredi 22 mai 2019 à 22h42

Cette discussion m'éclaire. Je vois ce que tu veux et j'y adhère pour ma situation, mais je conserve des questionnements théoriques.
Si le conjoint ne peut pas combler tous les besoins est-ce un problème de couple ou le signe qu'on n'est pas fait pour la monogamie ? Chacun a son avis là dessus mais si j'ai bien compris la théorie poly c'est bien la 2e idée qui prime (même sans être dans ce concept, on accepte généralement d'avoir d'autres relations amis, famille, animaux qui apportent autre chose que le conjoint). Pourquoi dans mon cas on serait sur la 1e ? Comment j'arrive a déterminer où on se situe ? OK pour le consentement. Mais selon comment je le comprends et l'aborde sa réaction ne sera pas la même. je ne sais pas si je suis claire ?

#
Profil

Siestacorta

le mercredi 22 mai 2019 à 23h06

Heimmi

Si le conjoint ne peut pas combler tous les besoins est-ce un problème de couple ou le signe qu'on n'est pas fait pour la monogamie ? Chacun a son avis là dessus mais si j'ai bien compris la théorie poly c'est bien la 2e idée qui prime (même sans être dans ce concept, on accepte généralement d'avoir d'autres relations amis, famille, animaux qui apportent autre chose que le conjoint). Pourquoi dans mon cas on serait sur la 1e ?

Je faisais plus un bip de rappel, parce que ton début de fil posait moins la question de "le poly c'est-y-faisable" que "je fais quoi de ce que je ressens". Et quelques lignes par ci par là me semblent m'évoquent des limites frustrantes internes à la relation... Donc je préférais pas d'emblée te vendre du rêve sur les bienfaits de la non-exclusivité.

En fait, tu peux être dans les deux cas en même temps, besoin du couple ET besoin perso, mais ça vaut le coup de bien se creuser pour faire la suite en toute conscience.

Pour ce qui est de comprendre et aborder, il est peut-être tard et mon russe blanc me pousse vers l'oreiller (ce qui était sa mission de départ), donc je veux bien une reformulation :-)

(réponse sans doute demain, tirer la manche si ça tarde)

Message modifié par son auteur il y a 4 mois.

#
Profil

bidibidibidi

le jeudi 23 mai 2019 à 09h28

Heimmi
Si le conjoint ne peut pas combler tous les besoins est-ce un problème de couple ou le signe qu'on n'est pas fait pour la monogamie ?

C'est normal. Ca me paraît illusoire de demander à quelqu'un de combler tous tes besoins, dans le présent comme dans le futur, donc en prenant en compte leur potentielle évolution.
Le problème de couple survient quand ton partenaire ne peut exaucer certains besoins qui te sont primordiaux et qu'il t'interdit d'aller les satisfaire avec d'autres.
Le fait d'être "fait pour la monogamie" me paraît une question beaucoup plus complexe, qui ne dépend pas juste de la réponse à cette question. Il y a, indéniablement, une acceptation de la frustration dans la monogamie. Sans cette acceptation, il y aura des entorses au contrat. Mais la frustration n'a pas à être trop élevée.

#
Profil

Siestacorta

le jeudi 23 mai 2019 à 10h25

bidibidibidi

Le problème de couple survient quand ton partenaire ne peut exaucer certains besoins qui te sont primordiaux et qu'il t'interdit d'aller les satisfaire avec d'autres.

CE problème, mais on peut avoir des problèmes de couple qui ne sont pas liés à des besoins "supplémentaires", quand même :-)

#
Profil

bidibidibidi

le jeudi 23 mai 2019 à 10h29

Siestacorta
CE problème, mais on peut avoir des problèmes de couple qui ne sont pas liés à des besoins "supplémentaires", quand même :-)

Oui, bien entendu, je répondais spécifiquement à la question. Je pense que les problèmes de couple dus à la répartition des tâches ménagères ne sont pas très intéressants sur ce sujet :-)

#
Profil

Heimmi

le vendredi 24 mai 2019 à 08h56

Siestacorta
Je faisais plus un bip de rappel, parce que ton début de fil posait moins la question de "le poly c'est-y-faisable" que "je fais quoi de ce que je ressens". Et quelques lignes par ci par là me semblent m'évoquent des limites frustrantes internes à la relation... Donc je préférais pas d'emblée te vendre du rêve sur les bienfaits de la non-exclusivité.

En fait, tu peux être dans les deux cas en même temps, besoin du couple ET besoin perso, mais ça vaut le coup de bien se creuser pour faire la suite en toute conscience.

Pour ce qui est de comprendre et aborder, il est peut-être tard et mon russe blanc me pousse vers l'oreiller (ce qui était sa mission de départ), donc je veux bien une reformulation :-)

(réponse sans doute demain, tirer la manche si ça tarde)



Message modifié par son auteur hier à 23h.

Oui tu as vu juste, je suis partagée et je ne sais pas si je me situe dans une reformulation de mon couple ou s'il s'agit d'un souci qu'on peut résoudre ou pas. Effectivement, c'est pour cela que je n'ai pas bougé jusqu'à maintenant. Évidemment ya aussi le contexte du boulot qui complique l'affaire et le fait qu'il est dans une configuration de couple mono (j'ai déjà entendu "je ne regarde pas les autres filles" "elle me surveille" donc non seulement mono mais aussi jalousie "excessive") ...

#
Profil

Heimmi

le jeudi 20 juin 2019 à 13h43

Hello tout le monde,

Je reviens vers vous après un petit mois ... j'ai lu des livres, réfléchis, re-réfléchis, discuté avec mon mari. Il m'a fait part de comment il vivait l'engagement. Il m'a parlé de lui-même des possibilités qu'il trouve à l'extérieur et de sa façon de les transcender, sans besoin de passer à l'acte.

Finalement, ce qu'il en ressort : nous sommes tous les deux prêts à laisser l'autre avoir des "à-côtés" même si d'après ce que je comprends c'est pas quelque chose sur lequel il va se ruer. Notre objectif c'est que ça ne nuise pas à notre vie de couple et de famille. Notre règle c'est de ne pas se raconter.

Même si je pressentais qu'il avait cet état d'esprit, ça ressemble à une porte qu'on ouvre sur une liberté pas encore envisagée.

Entre mon collègue et moi, toujours le statu quo, des regards, des recherches d'être ensemble qui ne débouchent sur rien. Je suis aussi mal à l'aise et toujours aucune idée de comment l'aborder. Il vient de se séparer. Ça change carrément la donne et je passe mon temps à réfléchir à nouveau : est-ce plus ou moins risqué, est-ce le bon moment pour lui, est-ce que je passe pas pour une opportuniste ... Je n'ai jamais été douée pour aborder l'autre mais là, j'ai l'impression d'être revenue au collège :-) !

Merci en tout cas pour vos conseils

#
Profil

Siestacorta

le jeudi 20 juin 2019 à 23h13

Coucou,
merci pour les nouvelles.

Je crains de me montrer de nouveau un peu rabat-joie... Et j'espère avoir tort.
Mais :

Heimmi

Finalement, ce qu'il en ressort : nous sommes tous les deux prêts à laisser l'autre avoir des "à-côtés" même si d'après ce que je comprends c'est pas quelque chose sur lequel il va se ruer. Notre objectif c'est que ça ne nuise pas à notre vie de couple et de famille. Notre règle c'est de ne pas se raconter.

c'est une liberté à double-tranchant...

En gros, si on se raconte pas ce qu'il se passe, on voit peut l'intérêt de se raconter comment on réagit, jusqu'à ce qu'on réagisse mal.
Et puis ça engendre souvent un je t'en veux mais je dis rien donc tu vis ta vie affective mais la notre s'abîme au moment où on pensait la protéger de voiles pudiques.

Bref.
Pour le collègue de nouveau libre... Ben à part le nozobinjob que j'ai toujours trouvé plutôt sain, pourquoi pas, du moment que tu joues un peu cartes sur table, et que tu t'engages pour le coup à protéger ta relation historique et ta famille d'éventuelles variations d'humeurs collégiennes et des confusions sentimentales où émois des débuts se confondent avec Grandes Espérances...

(pfffou, vraiment, désolé d'être pisse-froid, et pour compenser, bravo de réfléchir déjà un peu de façon plutôt pragmatique finalement)

Message modifié par son auteur il y a 3 mois.

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion