Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Fuite des garçons?

#
Profil

Reveur

le jeudi 07 février 2013 à 19h53

Je suis très énervé par ce que je lis là et viens au secours de Katouchka qui est en train de se faire agresser grave. La longueur des phrases n'empêche pas d'être manipulateur... Oser lui dire que si elle supporte une douleur par altruisme pour ses enfants c'est son problème est l'argument le plus foireux de la terre, utilisé depuis des millénaires sur les femmes. Et la phrase genre les responsabilités sont toujours partagées! Bullshit ! Si je te tapes dessus avec une batte de baseball et que tu réfléchis avant de t'y soustraire aux conséquences que ton mouvement aura sur autrui, je suis entièrement responsable si je continue ! Et tu n'es même pas responsable de ta douleur! Et tu accuses aussi les adolescentes victimes d'inceste de ne pas réagir Eric ? C"est leur "responsabilité"? La loi a bon dos, elle qui il me semble ne protège pas tellement contre les individus qui tout simplement ne tiennent pas compte de la douleur d'autrui, les pères très verts et bien souvent très narcissiques. gdf je ne suis pas tout à fait d'accord, il me semble que c'est de la manipulation. Tu as déjà été emmerdé par un connard qui se gare au milieu de la route, et qui si tu sors de ta caisse en colère te dit "calmez vous monsieur, est ce que je m'énerve moi, vous n'allez pas bien ou quoi?" Pareil! Il aurait bien souvent pu au prix d'un léger effort d'empathie se garer un peu mieux et laisser un petit passage...
Le poly ne peut peut être pas à proprement parler "obliger" le mono à accepter, (comment? avec une mitraillette?) mais ce n'est pas aussi binaire que tu le dis et à mon avis rien que le fait de présenter une vision binaire de la réalité avec aplomb en disant c'est comme ça et pas autrement commence déja à aller vers le clan de la manipulation, venant de gens connaissant aussi bien le sujet que vous...
Et la manière de faire, l'intégration des émotions d'autrui,ça aussi c'est une responsabilité. Katouchka est obligée de s'excuser en disant que c'est faire compliqué vous vous rendez compte!
Cela a un rapport direct avec le sujet du fil : la plupart des gens pensent qu'ils vont tomber sur des brutes épaisses (homme ou femme) manquant totalement de considération,refusant toute contrainte, et fuient ! Peut être des fois à raison !
Je dis ça et je suis celui qui essaie de parler de poly dans mon couple...:) Et je suis manipulateur plus qu'à mon tour. Mais aussi féministe.

Message modifié par son auteur il y a 8 ans.

#
Profil

PolyEric

le jeudi 07 février 2013 à 21h48

Katouchka
... permet moi d'en vouloir un peu à celui qui me pousse à faire ou pas un choix pareil. Même si je l'aime très fort.
...il a toujours été assez malin, comme toi, pour nier toute sa responsabilité et me demander si c'était vraiment ce que je voulais moi. C'est de la manipulation...

J'ai fait ça moi, nier sa responsabilité ? Tu veux dire par rapport à toi, alors ? Si c'est ça oui, je pense en effet que l'on n'est pas responsable des autres, à moins de s'être explicitement engagé comme je l'ai dit, et je ne sais pas ici, s'il s'est engagé ou non explicitement envers toi, et s'il l'a fait, quel est le contenu de l'engagement.

S'il s'est engagé à t'aimer, c'est facile de deviner que ça ne peut pas tenir vu qu'on ne peut pas forcer quelqu'un à nous aimer. S'il s'est engagé à vivre avec toi, ça commence à se discuter mais ça se traduirait plutôt par des dédommagements, car on ne peut pas non plus forcer quelqu'un à vivre avec quelqu'un d'autre. par contre, je le répète, en tant que père, il ne peut pas se soustraire à ses obligations, et tu peux les faire valoir si tu te renseignes bien.

Non, je ne vois pas de raison de lui en vouloir. Il est surement démunis s'il en vient à cette solution. Il s'oblige aussi. Tout le monde est contraint dans ce genre d'histoire.

Il se peut qu'il essaye de te faire porter le chapeau, je ne peux pas le savoir, mais là c'est une autre discussion, ça n'a plus rien à voir avec la responsabilité, c'est effectivement une sorte de rapport de force inutile, une tentative de manipulation mutuelle. Dans ce cas, comme le dit gdf, c'est assez simple à analyser. Dans la mesure ou vous avez des vues différentes, on ne peut pas vraiment dire qu'une vue est supérieure à l'autre et faire porter le chapeau à l'autre. Il suffit juste pour chacun de comprendre que vos visions ne sont pas compatibles, et qu'il n'y a malheureusement pas trop de fautif. S'il ne le comprend pas et préfère que tu sois la fautive, tant pis pour lui. Si c'est toi qui ne le comprend pas et préfère qu'il soit le fautif, tant pis pour toi. Et si vous êtes les deux à ne pas comprendre, tant pis pour vous, vous comprendrez un autre jour. Ca ne changera pas vos responsabilités en fait de trouver un coupable, s'il y en a, elles seront toujours là..

Message modifié par son auteur il y a 8 ans.

#
Profil

Apsophos

le jeudi 07 février 2013 à 23h45

Vous croyez qu'on peut "discuter" sans manipuler ?
Pas moi. On m'a dit à plusieurs reprises que j'étais un manipulateur, c'est sans doute vrai. Quand j'expose mon point de vue, par exemple ma conception des relations "intimes/sentimentales", je cours le risque que la personne ne le partage pas du tout au début de mon "exposé" et s'en soit rapprochée à la fin. Ce n'est pas ça qu'on appelle de la manipulation ?

#
Profil

Siestacorta

le jeudi 07 février 2013 à 23h59

En amour, le juste et l'injuste, c'est une question périlleuse, quand même.
De même que la responsabilité.

C'est à dire : si on dit que l'amour et la justice se correspondent, alors il est criminel de ne plus aimer, ou d'aimer différemment.
Mais si on ne définit le juste que par la Loi, alors tant qu'on a pas été vus par un juge, on peut s'insulter, se faire des crasses, du chantage, mettre une pression énorme : tout va bien, puisque se plaindre ne compterait pas tant qu'on porte pas plainte.

Ce qui complique la chose, c'est le rapport entre responsabilité et sentiment (rapport mal résolu, puisque la question fait souvent fuir des gens très honorables - et pas que les garçons).
On ne peut pas décider de ne pas avoir un sentiment. On ne peut pas décider pour l'autre de ses sentiments.
Par contre, on est conscient de faire du mal ou du bien à quelqu'un qui ne décide pas plus que nous de ses sentiments.
Bien sûr, on va pas décider à sa place de l'attitude qu'il aura envers nous. Mais si on l'aime, son bien être compte.
Il n'a pas droit à ce bien être parce qu'il l'imposerait, mais parce qu'il est un individu comme nous, et en plus, un individu à qui on souhaite du bien.

On est responsable ensemble de ce qu'on fait ensemble... une relation.
Il n'y a pas qu'un choix binaire pour faire que la relation soit heureuse : soit je renonce au poly, soit tu renonce au mono... Comme si il n'y avait qu'une façon d'être mono et qu'une seule d'être poly. On est responsable de trouver ensemble notre façon particulière de faire la relation... ou de renoncer si on ne trouve rien, renoncer parce qu'on sait qu'on se fera plus de mal que de bien.

La responsabilité, c'est d'avoir conscience de comment on participe à tous ces choix, et le faire.
Pas facile.
Mais en meme temps, l'amour c'est pas simple, c'est pas comme s'il existait un code de l'amour qui avait toujours fonctionné et que tout le monde l'ignorerait par pure perversité.
(même chose avec beaucoup de rapports à autrui, au communautés... Bon, autre débat).

Message modifié par son auteur il y a 8 ans.

#
Profil

gdf

le vendredi 08 février 2013 à 01h00

Je fais une différence entre manipulation et rapport de force. La manipulation, ça a un cote trompeur : je t'amene la ou je veux en te donnant juste les informations que je veux. C'est une atteinte à la liberté, parce qu'on ne peut choisir librement que si on a la connaissance des tenants et aboutissant. Le rapport de force, c'est mettre les choses à plat et compter sur le fait que la solution qui nous arrange est celle qui sera la moins mauvaise pour l'autre.
Le mec qui se gare au milieu de la route est sans doute un sale con, mais il ne me manipule pas, il compte sur le fait que je perdrai moins de temps à attendre qu'il dégage qu'à me battre avec lui. Il me fait chier, c'est indéniable, mais je peux choisir ma réaction en fonction de mes priorités. Si le temps est ma priorité, je vais laisser pisser. Si la justice est ma priorité, je vais l'engueuler. Dans les deux cas, je suis perdant : il m'a fait perdre du temps ou il m'a énervé. Il est responsable de m'avoir emmerdé, je suis responsable de ma réaction.

#
Profil

Katouchka

le vendredi 08 février 2013 à 08h38

Un grand merci rêveur!
"On est responsable ensemble de ce qu'on fait ensemble... une relation. "
Siesta, je trouve cette phrase très juste, c'est exactement ce que je voulais dire mais comme je suis dans l'affect et bien je le dis bien moins bien que toi. (ou tout simplement je n'arrive pas à m'exprimer correctement :) )

#

(compte clôturé)

le vendredi 08 février 2013 à 10h32

Je crois que Siesta a donné une clef très importante.

"Il n'y a pas qu'un choix binaire pour faire que la relation soit heureuse : soit je renonce au poly, soit tu renonce au mono... Comme si il n'y avait qu'une façon d'être mono et qu'une seule d'être poly. On est responsable de trouver ensemble notre façon particulière de faire la relation... ou de renoncer si on ne trouve rien, renoncer parce qu'on sait qu'on se fera plus de mal que de bien. "

La vie est plus souvent un nuancier de gris qu'un échiquier en noir et blanc.

Il me semble que si chacun se drape dans sa dignité et son bon droit ça part irrémédiablement en sucette.

Oui, n'en déplaise à Éric, l'idée de couple est intrinsèquement liée à celle de co-responsabilité. C'est d'ailleurs peu ou prou ce qui fait la définition d'un couple et le distingue d'une paire ou d'un autre type de relation. Couple et relation = pas pareil. Si je suis en couple avec toi, ce qui t'arrive ça me regarde un peu quand même - et réciproquement.

Après la bonne nouvelle c'est qu'on n'est pas du tout obligé de composer des couples. Et même, autre bonne nouvelle : quand on se rend compte qu'on n'est pas fait pour le couple parce que la co-responsabilité, ben on s'y fait pas, on n'est pas obligé de rester en couple.

Donc, Katouchka, si ton partenaire de vie, le père de tes enfants, se sent pas bien avec ce qui va avec le couple - a fortiori avec le couple à enfant, où c'est quand même la co-responsabilité puissance 1000 - vous avez d'autres solutions pour rester ensemble qui ne passent pas nécessairement par le couple ou la famille. Ou si vous n'en voulez pas, vous pouvez vous séparer (et je te rassure, ça ne sera ni de sa faute ni de la tienne : ce sera un travail d'équipe).
Ce qui est certain, c'est que c'est une décision à prendre à deux. La nature de votre relation ne se décide pas unilatéralement. Mais ce n'est pas non plus une décision qui se prend à 3 ou 4 ; en d'autres termes, la vie sexuelle et affective des adultes NE REGARDE PAS LES ENFANTS. Et les décisions qui s'y rattachent ne se prennent pas en fonction des enfants. Les enfants resteront toujours vos enfants, quoi que vous décidiez; vous êtes les adultes et vous faites d'abord ce qui est bon pour vous parce que ce qui est bon pour les enfants, très très très très souvent, l'est en amont pour les parents. Si. Je te jure.

Ensuite, perso, en tant que mère, je trouve que deux soirs par semaine toutes les semaines seule avec les mômes - surtout s'ils sont petits - c'est énorme. Pour moi ça aurait été trop et j'aurais refusé. Ou alors j'aurais demandé une baby-sitter pour m'aider. Mais quand tu parles de négociations, ça se passe comment ? Est-ce vraiment de la négociation ou juste un rapport de force qui tourne toujours à son avantage ?

expérience éprouvée mainte fois : pour qu'une négociation aboutisse et se passe bien, il faut que chacun soit prêt à un moment ou à un autre à quitter la table des négociations. Sinon le compromis devient très vite compromission de l'un ou de l'autre - de celui qui est prêt à tout pour rester...

#
Profil

Siestacorta

le vendredi 08 février 2013 à 11h09

Coresponsabilité, j'ai voulu utiliser ce mot, mais il ne dit pas tout, je crois qu'il y a des moments dans le cadre la coresponsabilité où on est responsable de décisions individuelles qui concernent l'autre...

On est pas seul décisionnaire dans la relation comme on est seul décisionnaire face à des choses, des contrats, des projets.
Donc on est pas responsable à la place de l'autre, on l'est en rapport à sa part de responsabilité.
Par contre, une fois cela compris, conscient, explicité, on arrive à des moment où est "responsable de sa part de co-responsabilité", du respect de ce que l'autre attend selon des engagements qu'on a pris ensemble, et parce qu'on lui souhaite du bien, même quand il a pas tout exprimé.
( je suis pas dans un de ces moments où je trouve une formule synthétique et ouverte, désolé de la lourdeur)

C'est à dire,
- si le bien-être ou la souffrance de l'autre sont en jeu,
- s'il a lui-même conscience qu'il doit nous respecter comme différent de lui et comme personne qu'il aime,
- si ensemble on cherche une résolution des problèmes
alors on est responsable d'essayer de trouver et adapter des choix en fonction de qui on aime, et de pas imposer une seule sortie ou une seule impasse. Et on peut donc se retrouver décisionnaire et prendre sa responsabilité en regard de la responsabilité mutuelle.

C'est valable pour le poly qui ne peut pas juste dire "je fais à ma guise, tu suis ou tu te barres", comme pour le mono, "si tu ne respectes pas mes attentes, c'est fini".
Ces deux propositions ne sont pas ce qui constitue la relation, mais la décision de la terminer. Ca peut être une décision très responsable, elle est égoïste si on n'a jamais rien voulu tenter en accord avec l'autre.

Par contre, on parle ici de couple et parfois de famille : la coresponsabilité, dans ce cas-là, c'est de dire que même si on avait pas prévu que la vie prendrait ce chemin, on continue à adapter ensemble en le rendant le meilleur possible pour eux...

Message modifié par son auteur il y a 8 ans.

#
Profil

Poursuite_de_Reve

le vendredi 08 février 2013 à 12h00

Salut Gourgandine,
C'est très interessant ce que tu dis... je vois la même chose mais à l'inverse de toi puisque homme.
J'ai fais le test, en exposant cela plusieurs fois et a différents moments d'une rencontre d'ailleurs et c'est catégorique: rejet total.
Il y aurait t-il donc un moment opportun pour annoncer cela?
en plus bien entendu de la manière de le faire, qui pour moi est le facteur premier d'ailleurs d'une acceptation ou refus.

#
Profil

bodhicitta

le vendredi 08 février 2013 à 13h13

Je ne sais pas si c'est le moment opportun, mais j''en parle de cette non-exclusivité dés le début quand on commence à faire connaissance, à se dévoiler un peu.
Je parle en même temps de mon attachement (viscéral) à la franchise, la vérité.
Quand on commence à parler d'amour, (forcément aprés non-exclusivité ça vien vite) je parle de l'amour le plus beau, le plus fort à mes yeux: amour inconditionnel...
D'en parler après, je comprends que ça puisse etre prit pour des mots calculés. Et ça tien une grosse place dans notre personnalité quand même, donc pourquoi attendre pour en parler
Au passage: je pense que l'égo joue un rôle beaucoup plus important au sujet de l’acceptation ou non que chez une femme. (p t etre je me trompe) mais chez eux ce serait surtout l'égo qu'il faudrait "soigner"

Message modifié par son auteur il y a 8 ans.

#
Profil

PolyEric

le samedi 09 février 2013 à 21h29

Il y a une différence entre prendre des décisions à plusieurs et être responsable des autres.

Il y a aussi une différence entre "faire en sorte que tout le monde soit heureux" et être responsable de tout le monde, et même envers tout le monde.

L'idée de couple ou de trouple ou de quadrouple n'est pas intrinsèquement liée à la question de la co-responsabilité, ni liée à la responsabilité de l'autre, sinon je n'aurais pas pu vivre en couple ou en multi-couple si longtemps.

Les enfants ne font pas vraiment partie du couple. Si on fait des enfants en couple on peut éventuellement se sentir co-responsable des enfants, mais la vérité est que chacun est tout simplement responsable à part entière des enfants, parce que s'il leur arrive quelque chose, je ne pense pas que l'on puisse se dédouaner à moitié.

Lorsque le couple se sépare, la responsabilité de chacun par rapport à l'enfant reste la même que lorsqu'il y avait le couple, on n'est pas spécialement autorisé à abandonner ses enfants lorsque l'on se sépare (certains le font, mais c'est interdit, on peut être poursuivis pour celà, de même que certaines personnes sont criminelles malgré les interdits). Ceci montre bien que le couple n'a rien à voir avec la responsabilité des autres. Soit la responsabilité existe (par exemple par rapport à un enfant), soit elle n'existe pas (par rapport à un autre adulte), mais le couple n'ajoute pas et n'enlève pas de responsabilité envers l'autre, il est neutre.

Je n'en dirais pas autant du mariage, ou du pacs, qui me semble justement passer outre ce principe, et qui n'hésite pas à créer des notions de solidarité, qui se traduisent au bout d'un moment par des devoirs, donc qui sont en fait de vrais responsabilités. Mais attention : Il ne faut pas confondre le mariage et le couple. Seules les couples se marient, mais tous les couples ne se marient pas (ou ne se pacs pas).

Un couple se sépare souvent sur décision unilatérale ce qui prouve que l'on est jamais responsable de l'autre et que l'on prend toujours ses propres décisions par rapport à soi-même, même lorsque l'on croit les prendre pour l'éternité, ou pour le "bien" des autres, etc. Toutefois, il est notable qu'en cas de mariage il y a des dédommagements prévus par la loi alors que dans un couple libre de base (même mono qui s'est juré je ne sais quoi au fond d'un lit), il n'y en a jamais.

Chacun a sa propre idée du couple. Si quelqu'un veut imaginer qu'il est responsable de l'autre dans un couple, rien ne l'empêche. Mais de là à dire que le couple est basé la dessus, il me semble qu'il y a une généralisation abusive.

Message modifié par son auteur il y a 8 ans.

#
Profil

bodhicitta

le samedi 09 février 2013 à 22h02

bien dit éric50! Il y a méme des personnes qui veulent cette responsabilité, quelqu'un qui serait perdu sans eux. (il y a les mêmes chez les femmes) Je vois bien que le coté sure de moi, débrouillarde, bricoleuse, pour rejoindre la conversation, ça fait fuir. On m'a même dit que c'était castrateur... :-/ hoo malheur! c'est vraiment pas le but! C'est que c'est pas les bons (pas la même longueur d'onde)c'est tout

Message modifié par son auteur il y a 8 ans.

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion