Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Demande de conseils.

Témoignage
#
Profil

Chimaera

le vendredi 22 août 2014 à 22h33

Bonjour,

N'étant pas moi même poly, mais au vu de ma situation actuelle, je me tourne vers votre communauté afin de récolter des éventuels conseils.

je vais tenter d'exposer ma situation.

Marié avec deux enfants en bas âge nous partageons avec ma femme une histoire d'amour depuis 16 ans. Il y a des hauts et des bas évidemment mais j'aime éperdument ma femme et celle ci m'aime également.
Depuis six mois a peu prés je sens que ma femme ne va pas bien, j'ai essayé d'en parler avec elle, mais elle insistait que tout allait bien qu'elle était juste fatiguée. il y a un mois elle m'a avouée qu'elle était tombée amoureuse de mon meilleur ami, témoin a mon mariage et parrain de mes enfants. Pensant que le sentiment n'était pas partagé, je lui ai conseillé d'en parler avec lui, afin de confronter son fantasme au réel et d'être fixée. J'ai choisi de ne pas prévenir mon pote par respect des sentiments de femme ne voulant pas l'envoyer dans une forme de guet-apens affectif. Il s'avère qu'il est également amoureux d'elle depuis au moins un an (ça fait quinze ans qu'on se connait tous les trois). S'en est suivi une période assez étrange de dialogue ou chacun a essayé de cerner les intentions de l'autre.chose qui n'a pas été simple puisque mon ami est, faut bien le dire, un peu handicapé émotionellement, et peu enclin a la prise de décision ou a l'expression des sentiments.

Voyant la situation stagner, j'ai proposé a ma femme de prendre un peu de temps en dehors de notre couple afin qu'elle puisse éventuellement construire quelque chose avec lui car il me semblait impossible pour elle de choisir entre une situation réelle et un sentiment ou une opportunité. Elle a refusé en m'expliquant qu'elle ne voulait pas choisir car elle voulait les deux.
Pris de court j''ai refusé agressivement, en insistant qu'il ne fallait plus jamais qu'elle me parle de ça tant l'idée me faisait mal.
Au bout d'un mois mon pote a pris une décision et a expliqué a ma femme que bien qu'il état éperdument amoureux d'elle, qu'il été impossible pour lui d'envisager quelque chose avec elle car j'étais son ami et qu'il ne pouvait me faire souffrir ainsi. Elle de son coté accepte sa décision et tente de tourner la page.

Moi dans tout ça, j'ai l'impression d'être le gros con tue l'amour et je vois bien que les deux personnes que j'aime le plus sont malheureux. Je ne suis pas poly, ma femme me comble et n'ai aucun besoin ni envie d'allez voir ailleurs mais je me rends compte que ce qui me terrorisait dans ces dernières semaines (j'ai perdu 10 kilos) c'était plutôt l'idée de la perdre ou qu'elle ne m'aime plus, plutôt que le fait qu'elle aime quelqu'un d'autre. Surtout que ce quelqu'un d'autre est un mec extraordinaire que je considère comme mon frère.

Maintenant je me demande si peut être ce ne serait pas possible de trouver un équilibre tous les trois, je ne sais pas ce qu'en penserait mon pote qui serais évidemment concerné mais en tout cas je voudrai que ma femme soit heureuse et je ne VEUX pas être celui qui la brime et la frustre dans sa vie, au contraire je voudrais être celui qui l'aide à s'épanouir.

mes inquietudes se posent sur les règles a établir, ça parait peut être egoist mais je dois avoir l'impression que notre rapport est prioritaire, vis a vis des enfants et de notre histoire commune, si je sens que leur rapport prends le dessus je pense que je le vivrais extrêmement mal.

Bref je me dis que l'accompagner et l'aider à vivre cette nouvelle histoire d'amour c'est le meilleur moyen de l'aimer mais j'ai peur de ne pas supporter. En plus je me dis que vu qu'ils essayent tous les deux de passer a autre chose peut être que je ne devrais pas foutre la merde, n'empêche que ça me trotte dans la tête que je devrais peut être au moins essayer.

Voilou, c'est mon histoire, désolé si c'est pas très claire, et s'il y a des fautes c'est pas ma faute je suis anglais.
si vous avez des commentaires ou des conseils, je suis preneur.

#
Profil

Phoenix

le samedi 23 août 2014 à 09h39

Tout ce que tu racontes ici me fait penser que tu évolués énormément, grâce ou à cause de cette situation. Il serait dommage de ne pas partager tes découvertes avec ta femme et ton ami. Concernant tes craintes de ne pas être le principal, ça se répète souvent ici mais deux relations simultanées sont incomparables. Rien ni personne ne peux te retirer ce que tu as vécu avec ta femme! Et ce que vous vivrez encore sera unique et irremplaçable.

#
Profil

Juliejonquille

le samedi 23 août 2014 à 10h11

Je réponds sans être du tout spécialiste... juste parce que ton message m'a touchée. D'autres sur ce forum, sont de vrais polyamoureux ou de très bons conseils.

Chimaera
Je ne suis pas poly, ma femme me comble et n'ai aucun besoin ni envie d'allez voir ailleurs mais je me rends compte que ce qui me terrorisait dans ces dernières semaines (j'ai perdu 10 kilos) c'était plutôt l'idée de la perdre ou qu'elle ne m'aime plus, plutôt que le fait qu'elle aime quelqu'un d'autre. Surtout que ce quelqu'un d'autre est un mec extraordinaire que je considère comme mon frère.

Je trouve que si ce n'est pas du polyamour, ça y ressemble beaucoup.
Vous communiquez avant, vous avez du respect les uns pour les autres. Tu ne veux pas faire valoir ton titre de propriété (d'exclusivité) au détriment du bonheur de l'autre. Elle prend ton avis en considération et ton ami aussi.

A aucun moment tu ne fais preuve de mépris ou de doutes sur ta femme ou ton ami. C'est déjà un pas énorme. Tu as beaucoup d'empathie et c'est une grande qualité pour les poly.

On peut être polyamoureux sans pratiquer en fait, tout simplement en considérant qu'on peut aimer plusieurs personnes à la fois et en restant ouvert. Certaines personnes découvrent le polyamour en tombant amoureux d'une autre personne ou par leur conjoint. C'est rare que l'élan vienne des deux en même temps.

Peut-être pourrais-tu commander quelques livres sur le sujet ou lire ce blog si tu ne le connais déjà car c'est très difficile de s'affranchir de la morale et des normes sans rien pour s'appuyer.

Message modifié par son auteur il y a 5 ans.

#

(compte clôturé)

le samedi 23 août 2014 à 10h12

phoenix
deux relations simultanées sont incomparables. Rien ni personne ne peux te retirer ce que tu as vécu avec ta femme ! Et ce que vous vivrez encore sera unique et irremplaçable.

Ca, c'est le principe dans le monde idéal des polys, après mûre réflexion et beaucoup de vécus parfois houleux. Pour ce que les gens m'écrivent, je constate qu'en début de relations multiples, la nouvelle relation- passion hormonale et NTE- tend à éclipser l'ancienne. Ça ne dure que le temps de l'excitation de la relation nouvelle, mais c'est douloureux tout de même pour celui ou celle qui a l'impression de passer au second plan. Je suis 100% poly depuis le début de ma vie amoureuse, mais je crois honnête de ne pas faire croire ici que tout est facile du moment qu'on communique. Devant les incertitudes d'une situation inédite, il est logique de ressentir de l'appréhension, et il ne faut pas la cacher.
Chimeara, tu as raison de ne pas vouloir être l'empêcheur d'aimer en rond, ta femme et ton ami ont raison de penser que pour toi la situation est difficile. Tu peux dire à ta femme ce que tu écris ici: que tu souhaites son bonheur, que si ce bonheur passe par cette histoire d'amour avec ton ami tu l'acceptes, mais que tu as besoin d'être rassuré sur le fait que votre histoire continue et même qu'elle est prioritaire compte tenu de ce que vous avez construit ensemble. Munis de ces éléments, ils sauront s'ils sont capables de conjuguer leur amour et ton amour pour ta femme + ton amitié avec cet homme.

#
Profil

RobotEtourdi

le samedi 23 août 2014 à 10h15

La première chose que tu devrais faire selon moi, c'est de dire à ta femme que tu as eu tort de lui interdire de te parler du polyamour. Quand on impose un tabou dans une relation, c'est toujours dommageable.

Du coup, ça peut être la bonne façon de réaborder le sujet. Commence par dire que tu souhaites qu'il n'y ait pas de sujet tabou entre vous, même l'idée qu'elle puisse avoir deux amoureux en même temps. Puis tu peux glisser que tu fais d'ailleurs toi-même la démarche de te renseigner sur le polyamour, mais que tu ne peux pas encore dire si c'est un mode de vie dans lequel tu serais confortable.

Il faudra de longues discussions avant de savoir ce qui vous convient le mieux, mais le fait de pouvoir discuter sereinement est déjà une forme de cure en soi.

Pour la question de la "priorité", parles-en lui, quand vous en serez au stade où vous pourrez aborder ce genre de sujet. Je pense personnellement que la question devrait se poser différemment, de manière indépendante de son hypothétique future autre relation, comme de savoir quelle quantité de temps tu as besoin de passer avec elle, ou encore quel niveau de confiance tu as besoin sur la pérennité de votre relation.

Mais vous trouverez vos propres réponses en temps voulu. Pour l'instant, l'important est que vous vous permettiez de parler de tout sereinement, si vous en exprimez le besoin.

#
Profil

LuLutine

le dimanche 24 août 2014 à 06h51

Chimaera
Je ne suis pas poly, ma femme me comble et n'ai aucun besoin ni envie d'allez voir ailleurs mais je me rends compte que ce qui me terrorisait dans ces dernières semaines (j'ai perdu 10 kilos) c'était plutôt l'idée de la perdre ou qu'elle ne m'aime plus, plutôt que le fait qu'elle aime quelqu'un d'autre. Surtout que ce quelqu'un d'autre est un mec extraordinaire que je considère comme mon frère.

Je dirais la même chose que Juliejonquille : ton discours ressemble fort à celui d'un poly ! ;)

#
Profil

Chimaera

le vendredi 05 septembre 2014 à 02h23

Merci pour tous les réponses, j'ai mis du temps a répondre car j'ai une vie (émotionnel) agité en ce moment.

Je voudrais vous faire un point sur ma situation actuelle mais avant je voudais commenter le retour de juliejonquille car en le lisant je ne me suis pas senti honnête.

Julijonquille
A aucun moment tu ne fais preuve de mépris ou de doutes sur ta femme ou ton ami. C'est déjà un pas énorme. Tu as beaucoup d'empathie et c'est une grande qualité pour les poly.

C'est pas tout a fait vrai, je lui en ai voulu (à mon pote) de ne pas prendre position, dans un sens ou dans l'autre et pour cet raison je ne suis pas convaincu que je me suis embarqué dans un truc easy easy...

Bref j'ai proposé a ma femme d'essayer un paradigme diffèrent (nous trois) elle est (très) d'accord. J'en ai parlé avec mon pote, lui est d'accord sur le principe mais toujours partiellement indécis et à peur d'agir sans ma bénédiction, que je lui ai déjà donné a plusieurs reprises, du coup je me retrouves a essayer de le convaincre qu'il n'y aura pas de conséquences négatives sur notre amitié et que c'est une décision que j'embrasse pleinement car je pense que c'est la seule qui nous permet de sortir de cette situation sans moisir et mourir émotionellement... Mais parallèlement a ça ma femme me demande de ne pas intervenir dans leur rapport, de respecter son espace de liberté et me reproche
que j'essaie de tous contrôler (c'est surement un peu vrai...) mais bon, j'essaie de lui obtenir ce qu'elle veut et j'ai la conviction que mon pote n'agira pas sans mon aval, car (entre autres) depuis le début de cette histoire il n'est entré en contact ni avec elle ni avec moi, il faut qu'on le sollicite pour qu'il donne signe de vie...

bref, moi j'ai l'impression d'être une putain de chrysalide qui se tord en quatre afin de muer sa manière de penser afin de pas être celui qui empêche d'aimer et que a vrai dire je me sens plutôt bien par rapport à ça sinon que je ne sais pas si je devrais laisser ma femme se démerder avec mon pote (ce qu'elle me demande) sachant que il y a des chances qu'il ne se passe rien si je ne rassure pas mon pote (comme j'ai fais ce soir pendant une heure), et que j'ai vraiment envie qu'elle aille au bout de cet histoire, et qu'elle soit heureuse.

A vrai dire, je suis un peu paumé dans cette histoire et ça me semble compliqué. Mais bon je vais bien, j'ai l'impression de redécouvrir la vie sous un nouveau jour et je pense que ce truc c'est peut-être ce qu'il pouvait (nous) m'arriver de mieux afin de foutre un coup de pied dans la fourmilière. j'ai juste peur que ce soit lourd et que je finisse par me casser, même si j'aime ma femme plus que tout.

Bon j'arrête là, je vais me coucher.
Merci encore pour vos retours.

#
Profil

Chupapink

le vendredi 05 septembre 2014 à 10h14

Chimaera
Bref j'ai proposé a ma femme d'essayer un paradigme diffèrent (nous trois) elle est (très) d'accord .......... du coup je me retrouves a essayer de le convaincre ............ que c'est une décision que j'embrasse pleinement car je pense que c'est la seule qui nous permet de sortir de cette situation sans moisir et mourir émotionellement... Mais parallèlement a ça ma femme me demande de ne pas intervenir dans leur rapport, de respecter son espace de liberté et me reproche
que j'essaie de tous contrôler (c'est surement un peu vrai...) mais bon, j'essaie de lui obtenir ce qu'elle veut ...

Ouh la la, je me retrouve la dedans complètement, sauf que je suis une femme et que je suis à ta place. Lorsque j'ai découvert que changer de style de vie me convenait très bien pour ne pas "moisir et mourir émotionnellement" (j'aime bien ton expression), j'ai voulu sans vraiment m'en rendre compte un peu tout contrôlé, parce que je voulais que ça se passe au mieux et mon mari y trouve ce qu'il voulait vraiment.
Mais aujourd'hui, j'ai pris un peu de recul et je peux te dire qu'il faut finalement éviter de se mêler de l'autre binôme. En voulant faire au mieux, je n'ai fait que créer une insécurité auprès de l'autre amoureuse de mon mari. Elle qui n'est déjà pas complètement consentante sur le polyamour, a vu d'un mauvais oeil que je vienne essayer de la convaincre pour le bonheur de tous. Au début, je ne le comprenais pas mais maintenant il faut se dire qu'il faut te focaliser sur ta relation avec ta femme, tu lui as signifié clairement que tu acceptais sa relation avec ton meilleur ami, et à lui aussi, donc maintenant c'est à eux de faire leur chemin sur leur relation. Et à toit et ta femme de continuer la votre.

Chimaera
J'ai juste peur que ce soit lourd et que je finisse par me casser, même si j'aime ma femme plus que tout.

C'est exactement ce que mon mari ressens en ce moment. On lui met la pression (pas moi) en lui disant qu'il ne peut pas vivre comme ça, qu'il doit "choisir". Du coup, il vient de m'annoncer qu'il ne dormirait plus chez nous, mais par contre j'ai bien senti qu'il serait là plus souvent. Il me redit qu'il m'aime, et la seule chose que je puisse faire aujourd'hui, c'est continuer à lui montrer que je l'aime et que la situation me convient (presque). Et quand il reviendra (parce qu'il reviendra certainement), être présente et lui montrer qu'on peut vivre comme ça quand même. Que c'est à lui de faire ses choix. Mais comme toi, il se dit qu'il finira sans doute par se passer un truc à un moment donner, qu'il ne voudra pas forcément parce qu'il m'aime et qu'il ne veut pas que ça se termine entre nous. Je précise que comme vous, nous avons aussi 2 enfants en bas âge, et il faut penser à eux aussi.

Je finirais simplement par : faire des propres choix (pour soi et pas pour les autres) et être responsable de sa vie, c'est le plus important !

Bon courage, au plaisir de lire la suite de ta vie "émotionnellement" agitée !

Message modifié par son auteur il y a 5 ans.

#

poly de passage (invité)

le vendredi 05 septembre 2014 à 12h01

Bonjour Chimaera.

Je crois que dans toutes relations humaines, il est impossible de faire le bonheur d'un autre à son propre détriment. Si accepter une relation poly uniquement pour ta femme te parait être une bonne solution, il s'avère que cela reste qu'une bombe à retardement puisque cette pseudo acceptation est contraire à ta volonté réelle et actuelle.

Il serait bien de prendre son temps, que chacun avance à la vitesse du plus lent afin d'analyser et de comprendre diverses paramètres nouveaux dans une telle situation. Un tel chamboulement n'est pas anodin et leurs attirances date déjà de plusieurs mois. Tu as beaucoup à digérer, mais il n'est écrit nulle part qu'accepter une telle relation soit la meilleure des solutions pour toi.

#
Profil

bodhicitta

le vendredi 05 septembre 2014 à 15h55

ça fait un moment que j'me dis que notre seule limite c'est notre imagination et après lectures j'en suis encore plus convaincue:
essayes d'imaginer le but... imaginez ensemble votre couple heureux dans ce cadre... Sais-tu autour de quoi serait enroulée, en nous, la formule de chacun de nos gestes? Autour de leur but!
On le voit bien sur les films au ralenti des neuropsychologues qui adorent travailler avec les sportifs aux gestes précis et pensés. La gestuelle d'un basketteur, par exemple est entièrement centrée sur leur but: le panier dans lequel il doit placer le ballon!
Un geste qui n'aurait pas de but, un geste absurde, ne pourrait pas etre mémorisé.
A l'inverse, ce concentrer sur le but d'une gestuelle, d'un mouvement, d'un processus, aide littéralement ce processus ce mouvement, cette gestuelle à se réaliser. Non par magie mais parrce que notre systéme nerveux fonctionne ainsi.
Les sportifs l'on bien compris: les éléves de Karl Pribram ont été parmi les 1ers à faire visuliser leurs victoires aux sportifs (mentalement et aussi par vidéo)
à lire: Le projet de psychologie scientifique de Freud, un nouveau regard: introduction à la théorie cognitive et la neuropsychologie contemporaine. Karl Pribram éd PUF

Message modifié par son auteur il y a 5 ans.

#
Profil

LuLutine

le vendredi 05 septembre 2014 à 16h11

poly de passage
Je crois que dans toutes relations humaines, il est impossible de faire le bonheur d'un autre à son propre détriment. [...] Il serait bien de prendre son temps, que chacun avance à la vitesse du plus lent

Sauf que pour moi ces deux phrases peuvent parfois être contradictoire.
En effet parfois, "avancer à la vitesse du plus lent" peut être pour d'autres d'une grande violence. Parce que c'est alors pour eux que cela signifie "faire le bonheur de l'autre à son propre détriment".

Bref, l'éventuel "sacrifice" (c'est un peu l'idée que tu évoques, "poly de passage") peut fonctionner dans les deux sens.

Bon après, quand dans les deux sens c'est un sacrifice trop grand pour au moins l'un des protagonistes, c'est que la relation n'est pas possible bien sûr.

Ca ne veut pas dire que c'est le cas présentement, mais je voulais vraiment revenir sur le fait que la solution que tu sembles proposer (bien qu'implicitement), "avancer à la vitesse du plus lent", peut aussi être très contraignante voire douloureuse pour ceux qui doivent ralentir. Ce n'est pas toujours plus facile que de faire accélérer celui qui va lentement.

(Je me suis d'ailleurs rendue compte de ça en faisant de la randonnée notamment, tiens...et je précise, c'était moi la plus lente. Mais j'ai très bien compris qu'on ne m'attende pas à chaque tournant. Je suis une grande personne :) )

#

poly de passage (invité)

le vendredi 05 septembre 2014 à 20h27

Lulutine, avancer à la vitesse du plus lent n'est qu'une façon de prendre en compte les réactions et ressentis de chacun. Tu parles de sacrifices, mais dans tous les cas, ce genre de situation demande des concessions de la part de tous les protagonistes, surtout pour le mono de l'histoire.

Je comprends que les vitesses de chacun diffères, mais comme tu le précises dans tes randonnées, rester derrière car tu es la moins rapide, n'est pas un signe de mauvaise foi, mais d'une personne qui fait ce qu'elle peut pour avancer. Tu as du remarquer qu'avoir quelqu'un avec toi n'est que plus motivant afin d'avancer et donc de te surpasser.

#
Profil

LuLutine

le vendredi 05 septembre 2014 à 21h27

poly de passage
Tu as du remarquer qu'avoir quelqu'un avec toi n'est que plus motivant afin d'avancer et donc de te surpasser.

Oui mais parfois bien que chacun fasse le maximum qu'il peut, on se rend compte qu'on ne peut pas rester au même niveau (exemple vécu). Et ce, bien que le plus rapide ait ralenti au maximum son rythme (dans la mesure où c'est tenable pour lui) et que parallèlement le plus lent ait accéléré au maximum son rythme (également dans la mesure de ce qui est tenable pour lui).

Ce que je disais c'est que ralentir le rythme n'est pas plus facile que d'accélérer, or j'ai eu l'impression (peut-être fausse) que ton message le laissait entendre. C'est simplement totalement faux, donc j'ai eu envie de le souligner.

Bref, si les deux font des concessions (l'un en ralentissant et l'autre en accélérant, parce qu'en fait non on ne va pas "au rythme du plus lent", on essaie plutôt d'aller "au rythme le plus rapide que le plus lent est capable de suivre" - j'espère que c'est compréhensible) et que ça ne suffit pas, la randonnée peut continuer, chacun allant à son rythme, et on se retrouvera à l'arrivée, ou peut-être qui sait, en cours de route parce que le rapide aura fait une pause, et ça peut être tout aussi merveilleux pour chacun que s'ils avaient fait la route ensemble.
Différent certes, mais épanouissant tout de même. :)

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion