Polyamour.info

Len

Len

(France)

Participation aux discussions

Discussion : Est-ce que je me sent polyamoureux ou polyaffectif ?

Profil

Len

le lundi 09 septembre 2013 à 10h30

Message modéré pour la raison suivante : règlement de comptes personnel, sans intérêt.

Voir dans le contexte

Discussion : Des polys week-ends régionaux ?!

Profil

Len

le dimanche 08 septembre 2013 à 23h44

MetaZet, LuLutine & gcd68 >>

Lol, merci pour cette tranche de rire :-)

MetaZet, le chat ninja, il gratte devant ta porte, tu ouvres la porte, il à disparu, à la place un petit chia miaulant de peur: qu'on aurait dit qu'il aurait vue un MetaZet volant non identifié :-D

Voir dans le contexte

Discussion : Est-ce que je me sent polyamoureux ou polyaffectif ?

Profil

Len

le dimanche 08 septembre 2013 à 23h19

Message modéré pour la raison suivante : règlement de comptes personnel, sans intérêt.

Voir dans le contexte

Discussion : Polyamoureuse dans l'âme ou suite de frustration?

Profil

Len

le dimanche 08 septembre 2013 à 16h58

Et bien LuLutine, considère que je pense que cette dénomination "polyamour" est trop limitative car elle exclut de de fait une grande partie des gens qui sont poly affectifs.

Je n'inclus pas la sexualité dans l'affectivité, il n'y pas obligation d'avoir des relations sexuels pour établir une intimité avec quelqu'un, pour développer des sentiments, l'amour entre plusieurs personnes, de la joie, de la tendresse etc.

Je trouve ça hallucinant qu'on en vienne à confondre tout ça, et dire intel est pas si parsque il veut pas coucher. C'est écrit où tout ça ? Sérieusement :/

Voir dans le contexte

Discussion : Éloge de l'adultère

Profil

Len

le dimanche 08 septembre 2013 à 16h39

aviatha >>

Les archéologues, les anthropologues et les biologistes sont d'accord sur un point: la question est complexe. ;)

Voir dans le contexte

Discussion : Éloge de l'adultère

Profil

Len

le dimanche 08 septembre 2013 à 16h17

Et puis dans cet histoire on se ment à soi-même, on se raconte des histoires.

Faire face avec la plus grande sincérité, pas seulement dans la parole mais dans l'être dans son intégralité.

Dire une chose c'est bien, et la mettre en pratique concrètement en est une autre.

Alors qu'est ce qui permet donc de respecter cette sincérité, une correspondance exact entre les pensées et les actes ? La fidélité (en latin: foi)

Fidélité à comprendre dans ce sens là:

Nous promettre d'agir conformément à ce que nous pensons, à savoir avoir des actions en accord avec nous-même.

Cette fidélité nécessite un engagement profond pour la Vérité.

En gros, il nous faut découvrir notre idéale spirituel, par un travail, une construction intérieur. Que tout ce qui est contraire à cet idéal qui nous enflamme n'est jamais aucune emprise sur nous.

C'est là aussi qu'on dit de quelqu'un qu'il est authentique :-)

La sincérité demande beaucoup de force morale car il nous faut résister à nos tendances affectives ou instinctives, qui nous pousse bien souvent à faire l'inverse de ce que nous pensons.

Le but étant d'être littéralement un serviteur de la vérité.

Voir dans le contexte

Discussion : Polyamoureuse dans l'âme ou suite de frustration?

Profil

Len

le dimanche 08 septembre 2013 à 14h42

Siestacorta >>

Si je je ne suis pas poly affectif, que suis-je alors ? Et qui peux le dire pour moi ??

Si tu as lu mes interventions ici, je considère que nous sommes tous polyaffectifs (donc moi y compris).

Ensuite je considère que chacun à son parcours, sa vie et choisis de mener sa vie de poly affectif comme il l'entend.

Pour moi, il y'à plusieurs façon de mener sa vie polyaffective !

Voir dans le contexte

Discussion : Des polys week-ends régionaux ?!

Profil

Len

le dimanche 08 septembre 2013 à 12h24

MetaZet >>

Mdr, ça doit être assez comique à voir ça :-D

Va falloir travailler ta souplesse pour te gratter avec "tes pattes postérieures" ! :P

Voir dans le contexte

Discussion : Polyamoureuse dans l'âme ou suite de frustration?

Profil

Len

le dimanche 08 septembre 2013 à 11h53

Siestacorta >>

On ne va pas commencer à jouer à celui qui est le plus où celui qui est le moins, je crois que ça n'aurait aucun sens et n'amènerais rien d'intéressant au débat.

Si j'ai parlé de sport où encore de ma vie avec ma femme à l'époque pour me faire tenir, j'aurais aussi pu parler de la masturbation, si y'avait que ça la masturbation je crois que mon couple aurait explosé.

Par là, je veux souligner que j'avais trouvé mon équilibre pour vivre heureux, trouver mon bonheur. Et je suis une preuve vivante que cela ne passe pas obligatoirement par développer une relation poly affective ou un adultère par exemple (ça pourrait être pire : dépression.)

Tout dépend de sa volonté, du contexte de vie, la maitrise de notre pulsion sexuelle, les liens avec notre partenaire, tout pleins de détails quoi font la vie.

Ensuite, je suis d'accord avec yannine, que Poly tristesse doit se poser à elle-même les bonnes questions. Pourquoi dans fond elle est attirée par quelqu'un d'autre ? Et je serais étonné qu'elle trouve une seule réponse.

C'est son travail à elle et je pense à partager avec son conjoint qui est normalement la personne après elle la plus à même de l'aider à traverser cette période de doute.

Message modifié par son auteur il y a 9 ans.

Voir dans le contexte

Discussion : Polyamoureuse dans l'âme ou suite de frustration?

Profil

Len

le dimanche 08 septembre 2013 à 01h09

J'ai vécu ce genre de situation quand j'étais en couple, je ne pouvais pas avoir de vie intime par longue période et pas du tout avec ma femme.

Cela à duré peut-être 3 ans avec quelques moments par ci par là, sans envie (souvent), ma compagne avait un soucis de santé.

Ce qui m'à fait tenir, c'est ma vie avec elle, le sport, mes passions à côté. Nos passions et projets communs.

Et aujourd'hui je suis seul, et je dois bien dire qu'avec le recul et les événements, ma situation actuelle je crois que même à cet époque un peu moins "drôle" j'avais beaucoup de chance de vivre avec quelqu'un à mes côtés. (ne serait-ce dormir avec où faire un calin par exemples).

Il y'avait des hauts et des bas, aujourd'hui j'ai moins de contraintes (seul) et aussi beaucoup plus seul, et plus aucune vie sexuelle partagé par exemple puisqu'on parle de ça.

Alors ça m'amène à relativiser cet aspect, il est vrai.

Quand on est dans un couple, je comprend que ça puisse chambouler, déstabiliser.

Message modifié par son auteur il y a 9 ans.

Voir dans le contexte

Discussion : Polyamoureuse dans l'âme ou suite de frustration?

Profil

Len

le samedi 07 septembre 2013 à 23h57

Hmm Bonsoir Poly tristesse,

Cela me fait vraiment bizarre votre prénom (on va avoir une vrai collection de poly...quelque chose ^^), bref je commence ainsi pour détendre l'atmosphère.

Vous êtes avec un homme qui est malade avec qui, vous ne pouvez pas avoir de relation sexuelle ?

Et vous en avez très envie et il se trouve que vous trouvez un homme avec qui vous pourriez faire ce qui vous manque terriblement.

Pourquoi êtes-vous triste, avez-vous réfléchis avec votre homme malade à des solutions pour vous sentir bien tous les deux malgré cela ? Cela fait longtemps que ça dur ?

Ne vous laissez pas envahir par de la tristesse, de la souffrance pour des histoires de sexe, votre relation est je l'espère plus forte que ça.

Oh les cœurs vous allez trouver des solutions pour sortir de ce mauvais passage.

Voir dans le contexte

Discussion : Éloge de l'adultère

Profil

Len

le samedi 07 septembre 2013 à 18h28

Oui , je suis d'accord avec toi, de base nous sommes comme tous les mammifères: polygames/affectifs.

Reste que nous avons conscience de la problématique du temps qui passe. Du temps nécessaire pour construire une relation (voir ici: www.bonheur-couple.fr/creer.php).

Pour ça aussi que beaucoup font le choix d'une monogamie et cette citation est pertinente:

Choisir, c’est un acte qui requiert la confiance car « L’Amour est ouverture à l’autre, pari sur ses possibilités sans fin de métamorphoses et de créations » (Garaudy).

Un choix, un pari, le temps qui passe, une ambition aussi de construire. Créer, évoluer, changer ensemble.

C'est peut-être aussi une belle utopie, comme celle de vivre plusieurs amours. :-)

Voir dans le contexte

Discussion : Polyamoureuse pas assumée

Profil

Len

le samedi 07 septembre 2013 à 18h16

homme partit >>

J'ai un peu laissé ce file de côté, et en faisant des recherches sur la construction d'un couple, d'une relation je suis tombé sur cet article très intéressant, ça donne des pistes pour construire:

www.bonheur-couple.fr/creer.php

Y'à matière à réfléchir avec ça je pense, je vais creuser, c'est un sujet qui m'intéresse beaucoup, c'est là où le bas blesse dans une relation souvent, mis à part le fait qu'on peux se rendre compte avec le temps d'incompatibilité profonde, mieux vaut s'en rendre compte au début de la relation.


LuLutine >> J'en suis également persuadé. Mieux s'aimer, c'est aussi mieux aimer l'autre.

Message modifié par son auteur il y a 9 ans.

Voir dans le contexte

Discussion : Éloge de l'adultère

Profil

Len

le samedi 07 septembre 2013 à 16h00

L'amour, ça va se chercher, ça se construit dans le temps, comme un feu que l’on doit nourrir pour qu’il reste vif et bien chaud.

Le désir oui ça peut amener à un adultère, ce n'est pas de l'amour, c'est du désir et c'est quelque chose qui se contrôle.

Donc le fait de tromper son/sa partenaire est un acte volontaire. Comment peut-on volontairement tromper sa femme/son homme si on l'aime?

À moins que cette même relation ne soit démarrée elle-même sur les bases du désir et non de l'amour. Ou si ce fut bien une base amoureuse, la relation n'a pas été suffisamment bien construite avec le temps pour en arriver à faire mourir petit à petit l'amour. (où faire s'éteindre le feu).

Et laisser la place à un nouveau désir faire son chemin et peut-être un nouvel amour.

Voilà mes réflexions sur le vif, qui sont partie intégrante de mes recherches sur l'amour.

Des profils d'infidèles, les hérétiques au bucher ! :-D

"Charlotte Le Van, au cours de son travail d’enquête, a repéré quatre principaux profils d’infidèles. « Une typologie s’est imposée d’elle-même, en écoutant les témoins », explique-t-elle. Elle a donc recensé les:

« infidélités résultant d’une insatisfaction d’ordre intime » (« Je ne l’aime plus », « Je m’ennuie », « Nous ne faisons plus l’amour », « Il ou elle ne m’écoute pas », etc.) ;

Les « infidélités instrumentales » (vengeance, provocation de rupture...) ;

Les « infidélités comme expérience » (« Nous nous sommes mis en couple trop jeunes, j’ai besoin de connaître autre chose ») ; et

Les infidélités comme composante de la vie en couple » (ceux qui sont infidèles « chroniques » et qui regrettent leurs écarts, ou ceux qui sont infidèles « par principe » car ils adhèrent à une philosophie de vie « entre hédonisme et anarchisme »)."

psychologies.com

Message modifié par son auteur il y a 9 ans.

Voir dans le contexte

Discussion : La frustration sexuelle masculine

Profil

Len

le samedi 07 septembre 2013 à 00h48

LuLutine >>

Peut-être bien et en même temps au fond de moi, c'est persistant, comme si une petite voix me disais d'emprunter ce chemin.

J'ai marché avec mon chien entre temps, en pleine nuit étoilé :P et plus clairement dans les faits ça veux dire désirer quelqu'un (elle est belle au sens large), apprendre à la connaitre et confirmer qu'on se plait vraiment, qu'on est fait l'un pour l'autre et par magie on devrais se désirer encore plus avec le temps et finir naturellement par faire l'amour tellement on s'aime.

On aura été chercher l'amour (en apprenant à se connaitre, en vérifiant nos idéaux, nos points faibles, si tout ça peux se compléter, s'harmoniser) aussi et l'amour sera descendu en nous !

C'est comme ça que je me sent de réussir à le vivre en gros, sans tous les détails :-)

En ce qui concerne le porno, je crois que c'est malsain (au même titre que la violence), et les Disney où les comédies romantiques ça envoi de mauvais messages, complétement, illusoire déformé sur l'amour, ça fait rêver...et c'est tout.

Voir dans le contexte

Discussion : La frustration sexuelle masculine

Profil

Len

le vendredi 06 septembre 2013 à 23h26

En fait pour résumer je crois que je préfère aimer avant de désirer, dans l'autre sens je ne me sent pas de désirer quelqu'un comme si je n'avais pas encore "mérité"* de désirer cette personne en face de moi sans l'aimer pour ce qu'elle est.

C'est à dire en ayant pris un long temps pour connaître cette personnes et enfin mériter la désirer, et donc elle aussi "mériter" me désirer en ayant pris le temps d'apprendre à me connaitre elle aussi.

J'espère que ce n'est pas trop confus.

Décidément, je dois vous paraitre "chiant ":/

* mériter ce n'est pas forçément le bon mot, c'est le seul que je trouve qui exprime le mieux ce que je ressent par rapport à ça.

Voir dans le contexte

Discussion : La frustration sexuelle masculine

Profil

Len

le vendredi 06 septembre 2013 à 22h36

LuLutine >>

Merci pour toutes tes réponses, qui me paraissent sortir tout droit de ton cœur, dans le sens sincère :-)

J'ai déjà éprouvé du désir sans amour et je trouve ça marrant 2 secondes et rapidement je dit non à ce truc, je préfère prendre du recule et ne pas démarrer quoi que ce soit sur cette base. C'est insuffisant et ça me motive pas assez..

Pour moi il ne faut pas mettre sur un même niveau désir, amour et amitié, ce sont des choses différentes.

Le désir (sexuelle) n'à pour moi qu'un but de bien-être, de plaisir d'une personne. C'est pour moi un but vraiment insuffisant pour démarrer une relation avec quelqu'un. Je m'en fiche du bien-être sous cette forme, je n'ai pas besoin de quelqu'un d'autre pour avoir du bien-être !

Je vais faire une balade avec mon chien, j'ai du bien-être, je vais jouer avec mon fils au parc où ailleurs, j'ai ma dose de bien-être. Je parle de tout et de rien avec un voisin/une voisine, j'ai ma dose de bien-être, je lance un projet, j'ai ma dose de bien être, je réussi un truc jamais réussi j'ai ma dose de bien-être et j'en passe.

Les gens font ce qu'ils veulent, chacun à le droit de vouloir du bien-être sous la forme qu'il veut, personnellement c'est pas mon truc et je m'en méfie plus qu'autre chose. Le désir, amène aussi un truc comme la passion, où l'amène en même temps et je déteste perdre le contrôle pour du bien-être, du plaisir.

Par contre dans une amitié ou l'amour par exemple, je peux consulter de cet ami/ma partenaire pour me donner son expertise, sa vision sur un projet, problème X, et par exemple m'aider au mieux pour réussir telle chose ça c'est concret, j'ai l'impression de faire quelque chose qui dépasse mon bien être personnel.

Autrement je comprend qu'on puisse désirer sans amour, ça me parait étrange (n'étant pas motivé par cet aspect pour réaliser cet acte) de mon point de vue et en même temps c'est réel, je ne le nie pas.

Je crois que je n'aime pas dépendre de quoi que ce soit pour mon bien-être surtout quand ça concerne du désir pour une personne, c'est trop intime et j'aime faire les choses pour un but plus grand que moi, un truc important, bref le désir sexuel c'est loin de mes préoccupations malgré des désirs bien présents, hein ;).

Je préfère me garder pour faire d'autres choses et qui sait je trouverais une femme qui me motivera à tout partager !

Message modifié par son auteur il y a 9 ans.

Voir dans le contexte

Discussion : La frustration sexuelle masculine

Profil

Len

le vendredi 06 septembre 2013 à 18h50

MetaEet >>

Ok, vu sous cet angle je comprend mieux certaines choses.

En gros, tu ne tombes pas amoureux de potentiellement plusieurs personnes qui ne te plaisent pas forcément à la base, tu développes du désir pour quelqu'un en changeant ton regard sur une personne Y.

C'est donc je crois pour ça que je me suis toujours méfié, j'ai toujours laissé les choses se faire naturellement, quitte à ne pas avoir de relations pendant des années.

Voir dans le contexte

Discussion : La frustration sexuelle masculine

Profil

Len

le vendredi 06 septembre 2013 à 18h30

LuLutine >>

Le sexe sans amour, comme expérience, comme apprentissage, en se forçant, comme un travail, franchement ça me rend triste.

Le désir tout ça en soit c'est quelque chose que je ne comprend pas juste pris comme ça à part, une relation basé sur ça, c'est quoi au juste ? c'est quoi le but ??

Cela m'échappe, ça me consterne, est-ce qu'il y'à quelque chose d'intéressant là dedans sortie des premiers émois de l'adolescence où on découvre son corps, celui de l'autre ?

J'ai beau chercher, je vois pas qu'est ce que ça peux peut apporter dans ce cadre là (relation basé sur le désir sexuel), en quoi ça peux être constructif, m'étant je crois toujours méfié du désir sexuel.

Voir dans le contexte

Discussion : Polyamoureuse pas assumée

Profil

Len

le vendredi 06 septembre 2013 à 17h05

LuLutine >>

;)

Je pense qu'on est tous pareil, juste un parcourt différent, des épreuves différentes et chacun à moment de notre évolution.

Rien de surprenant qu'on se retrouve sur le fond !

Pour les détails, j'aurais pu écrire la même chose. Juste que de mon côté j'aime la solitude.

J'aime aller vers les gens et en même temps je n'aime pas être trop avec les gens...paradoxale.

J'aime être présent pour ma famille et mes 1 ou 2 amis.

Je ne tombe pas facilement amoureux (d'ailleurs je n'aime pas ce mot "tomber" à côté d'amour !). Contrairement à toi, je ne trouve pas ça facile d'être amoureux. Pour moi, c'est une telle somme d'invraisemblance, de circonstances, de temps à se découvrir qu' aimer c'est long, difficile et à mon avis gratifiant au bout d'un long temps.

Je pense que je commence à peine aimer ma famille,mon ex et un ami avec les années et au point de ma vie où j'en suis....encore de manière très imparfaite, je voudrais aimer de mieux en mieux avec le temps.

Et désolé pour le HS :-)

Message modifié par son auteur il y a 9 ans.

Voir dans le contexte

Retour au profil


Espace membre

» Options de connexion