Polyamour.info

etoiledesneiges

etoiledesneiges

(France)

Participation aux discussions

Discussion : N'être que l'amant/e

Profil

etoiledesneiges

le samedi 02 mai 2015 à 16h33

Lagentda
Il y a un point que j'ai noté dans tes interventions : c'est cette affirmation de ton caractère indépendant, de ton besoin d'indépendance. On ressent un petit paradoxe avec les aspects de ta vie que tu viens nous raconter : cette souffrance liée à une sorte de dépendance affective (contre laquelle tu t'efforce de lutter) envers cette homme. On (nous, mais toi aussi, je pense), en arrive à se demander si cette indépendance est quelque chose de naturel chez toi, ou plutôt une sorte d'idéal poursuivi, d'astreinte à une discipline (je ne trouve plus mes mots).
Continue à identifier tes besoins, vis à vis de cette relation, mais pas que...

Concernant mon indépendance, tu as peut-être raison, c'est sûrement une discipline que je m'impose à moi-même. J'ai vu ma mère être dépendante financièrement de mon père, il a fait d'elle son jouet par vengeance... et une vengeance en entrainant une autre... bref...

A l'adolescence je me suis promis de tout faire pour ne jamais dépendre d'un homme, alors oui c'est peut-être contradictoire avec mon envie de fonder une famille... je ne sais pas....

@Miss-Flo

1) Concernant ton consentement, je ne l'ai pas perçu de manière évidente, et au contraire j'ai eu l'impression de te faire du mal, et sans dialogue de ta part je me suis fermée à toi... mais bon c'est du passé... Après comme je n'ai pas l'habitude de ce genre de relation et que j'ai besoin d'être rassurée, n'hésite pas à me le redire, j'en aurai encore besoin je pense !

2) Je sais bien que tu ne l'empêches pas de venir me voir (même si je me suis posée la question à un moment), j'ai fini par comprendre qu'il y avait une différence entre le discours que Lui me tiens et le tien. Je n'ai pas de solution à ça, ça ne dépend pas de moi. Et oui je me pose forcément la question de l'envie et du non respect de notre "accord". Je pense qu'il faut être deux pour qu'une relation fonctionne...

3) Là tu touches un point sensible. Je pense que je suis beaucoup plus pudique que toi. Même si je le respecte je ne comprends pas le besoin de nombreux libertins de raconter leurs ébats dans un blog. Après j'ai une liberté de parole avec mes proches que tu n'as peut-être pas, je ne sais pas...

Imagine la situation inverse : tu n'as pas vu un amant depuis très longtemps et quand tu le vois, dans un contexte verticale, en sachant que tu ne consommeras pas avec lui alors que tu en as envie, il te raconte ce qu'il a fait la veille avec une autre. ça ne te ferait rien ? Sincèrement ?

Je n'ai rien dit car j'ai bien compris que personne ne s'était mis à ma place une seule seconde, et que je prends sur moi comme je fais souvent, je garde le silence, je suis comme ça. Moi je ne te dis pas ce que je fais avec Lui car je pense que tu n'en as pas envie.

4) Je n'ai rien contre. Il faut en discuter.

5) Mouais...

6) Oui ça fait notre charme :-)

Voilà voilà

Message modifié par son auteur il y a 7 ans.

Voir dans le contexte

Discussion : N'être que l'amant/e

Profil

etoiledesneiges

le vendredi 01 mai 2015 à 19h18

@Miss-Flo

Ta réponse me touche beaucoup !

Là je n'ai pas trop le temps mais j'essaie de te faire une réponse construite ce WE ! :-)

Voir dans le contexte

Discussion : N'être que l'amant/e

Profil

etoiledesneiges

le vendredi 01 mai 2015 à 17h38

Pour info, je suis beaucoup plus apaisée et finalement je n'ai pas su couper le dialogue avec Lui, mais on le gère autrement afin que je reste concentrée sur mes études. Et on se verra quand on pourra !

Voir dans le contexte

Discussion : N'être que l'amant/e

Profil

etoiledesneiges

le vendredi 01 mai 2015 à 17h33

Je rebondis sur ce que tu dis Bonheur.

Au tout début de la relation j'avais imaginé, sans oser en parler à mon amoureux, une rencontre à trois avec sa femme. Je voyais cela comme un moyen de m'assurer que ma relation avec Lui n'allait pas compromettre celle, plus amicale, que j'avais avec Elle. Par la même occasion, je m'assurai de son consentement à cette relation, je ne veux pas faire quoi que ce soit qui pourrait la blesser, et je préfère les discussions franches et utiles afin de mettre en place une relation qui nous aurai convenue à tous les trois. Au final cela ne s'est pas fait et je le regrette...

Maintenant j'ai du mal à aller vers elle et je crois qu'il y a beaucoup de non-dits et de quiproquos entre nous deux... Parfois j'aimerai juste qu'elle vienne un peu plus vers moi pour me mettre à l'aise et me rassurer, je suis certaine que tout se passerait bien... mais bon... Je ne la rejette pas, elle fait partie de la vie de mon amoureux, comme je ne rejette pas le fait qu'il soit père. Je l'aime comme il est, avec tout ce qui fait de lui une personne formidable à mes yeux.

Ensuite, comme je l'ai dit, Elle est très différente de moi, beaucoup plus à l'aise en société (moi si je pouvais être invisible parfois, de me cacher au fond d'un trou...), ce qui fait que sur certains points j'ai du mal à la comprendre, et inversement. Mais j'essaie et je la respecte telle qu'elle est.

Voilà, je ne sais pas si je suis très clair. Je tâtonne quoi !

Voir dans le contexte

Discussion : N'être que l'amant/e

Profil

etoiledesneiges

le mercredi 29 avril 2015 à 18h19

@Nurja

Je comprends ce que tu veux dire, mais tout ça est très nouveaux pour moi. Je grandis et j'apprends beaucoup, notamment grâce à cette relation et à ce forum que je suis souvent même si je participe peu.

Pour l'instant tout ce que je vois est que je souffre de son absence parce que je l'aime... Oui c'est limité comme raisonnement... Mais c'est aussi pour ça que je poste sur ce forum.

Après, je constate que, s'en m'en rendre compte, à cause de mes études, j'ai arrêté le sport, je ne sors presque plus, aussi parce que j'ai beaucoup moins de moyens... Et je reste des jours sans sortir de chez moi car je bosse pour mon avenir, et je culpabilise quand je fais autre chose.

Je lui ai dit, si je souffre c'est d'un tout cumulé, ce n'est pas uniquement lié à lui.

Voir dans le contexte

Discussion : N'être que l'amant/e

Profil

etoiledesneiges

le mercredi 29 avril 2015 à 17h17

@Bonheur

Le problème est que le célibat ne me posais pas problème jusqu'au moment où j'ai commencé cette relation, mais bon j'étais dans un élan de renouveau suite à une rupture. Et, quelque part, avec le temps et de le voir avec une aussi belle famille ça m'a aussi redonné envie de me remettre en couple. D'ailleurs, je n'ai pas cessé de regarder les autres hommes autour de moi.

Mais là ça devient un peu pesant, j'ai beaucoup d'amour à donner mais j'ai aussi peur de perdre mon indépendance, c'est maladif chez moi. Et je ne veux pas être dépendante affectivement de lui, je trouve ça malsain pour mon épanouissement (en gros ça me rend dingue, ça me grille les neurones). Pour l'instant les rencontres que je peux faire n'aboutissent pas et en même temps je sens que je ne suis pas totalement disponible à ça à cause de mes études et des enjeux pour moi. En même temps comme me l'a dit très justement mon amoureux, si j'avais rencontré la bonne personne je ne me serais pas posée de questions.

Là je viens de proposer la seule solution que je me sens capable d'endurer : il regarde de son côté quand on peux se voir (ou pas, oui je suis très pessimiste comme fille!) et en attendant on évite de communiquer. Il m'a répondu qu'il s'y plierai si c'est que je pense être le mieux... mais je n'ai pas d'autres solutions.

Le plus dur c'est de faire le deuil de la relation quotidienne que l'on entretenait, il était toujours là pour moi, il me soutenait dans mes choix, je lui parlais de tout et de rien, on rigolait beaucoup... c'est ça qui me fait le plus mal au cœur mais c'est encore plus dur de le faire quand je ne sais pas quand je vais le revoir.

Voir dans le contexte

Discussion : N'être que l'amant/e

Profil

etoiledesneiges

le mercredi 29 avril 2015 à 14h12

Je suis un peu perdue...

J'ai l'impression d'arriver à un niveau le plus bas de ce que je peux concevoir comme une relation amoureuse...

On peut appeler ça le niveau "survie" de la relation amoureuse ? J'ai de l'oxygène pour vivre donc je vis, je sais qu'il m'aime donc on est en relation ? Le savoir c'est une chose, le vivre en est une autre. Je ne sais pas si je suis clair.

Si il n'y a pas moyen de se voir je ne suis pas maso je préfère me détacher de lui même si c'est hyper douloureux... Je ne sais pas aimer quelqu'un que je ne vois pas et avec qui il ne se passe rien d'autres que des échanges virtuels...

Pour le moment je ne vois pas d'issues...

Voir dans le contexte

Discussion : N'être que l'amant/e

Profil

etoiledesneiges

le mercredi 29 avril 2015 à 12h31

Bon et bien je crois que c'est mort...

On n'arrive pas à trouver de solutions. Lui se rend bien compte qu'il est incapable de s'engager vis-à-vis de moi, et ne supporte pas de me faire souffrir. Moi je suis prête à passer par des moments difficiles pour trouver un équilibre mais lui ne se sent pas de surmonter ses blocages dans l'immédiat (culpabilité par rapport à sa famille). Malgré tout il reconnaît qu'il arrive à venir me voir (mais pas tous les mois) et que l'on partage de beaux moments ensemble. C'est positif, non ?

On est d'accord pour dire qu'il faut séparer libertinage et sentiments (de toutes façons je ne compte pas retourner à des soirées libertines). Pour ma part je ne suis pas contre libertiner avec lui, mais pour moi ça se construit à deux sur des bases solides et je suis trop dans l'incertitude avec lui. Et lui ramène toujours ça à sa femme, comme on évolue dans le même cercle libertin il n'envisage pas de libertiner uniquement avec moi (j'imagine ça de façon ponctuelle, tester ensemble pour voir comment je réagis, quand je sais que l'on va être que nous deux après je surmonte plus facilement le moment présent), pour lui on va forcément se retrouver à trois...

Après se voir uniquement quand lui peut, sans engagement, je ne pense pas que je suis prête à ça, pour moi il n'y aurai plus de relation, et je devrais vraiment faire une croix sur mes sentiments pour lui afin de surmonter son absence et dans ce cas il ne faudrait plus de contacts entre nous. Genre on ne se connaît pas et on profite quand on se voit... Trouver le bouton ON/OFF

Quelque part j'ai l'impression qu'il ne veut pas mettre un terme définitif à la relation, même si il a du mal à l'exprimer il est très attaché à moi. Mais moi je ne vois pas comment on pourrait encore continuer une relation...

Au final j'accepte de plus en plus cette idée que c'est bel et bien la fin de notre histoire. Mais le plus dur c'est que l'on s'aime toujours et que l'on n'arrive pas à trouver de solutions... J'ai un peu de mal à l'admettre et j'ai peur qu'il souffre encore plus d'une séparation définitive... J'ai l'impression de le laisser tomber, de ne pas être là pour le soutenir car je sais que c'est difficile pour lui... Je me sens totalement impuissante... Incapable de l'aider à surmonter ses "blocages"...

Voir dans le contexte

Discussion : Distance, et manque multiplié par trois. Need your help, please.

Profil

etoiledesneiges

le mardi 28 avril 2015 à 17h10

Pour ma part, je communique tous les jours avec mon amoureux, on se raconte beaucoup de choses du quotidien, j'adore ça. J'aime bien avoir ce lien particulier avec lui. Entendre sa voix au téléphone me fait vibrer...

Mais je trouve aussi que ça créé une dépendance et que quelque part ça entretien une forme d'illusion et au final j'ai l'impression de vivre une histoire d'amour avec mon IPhone...

Et s'écrire au quotidien, créer ce lien ça n'aide pas forcément à rester "léger" car parfois on se dit des choses et on aimerait tellement être dans les bras l'un de l'autre.

Bon ce que je dis n'est pas tout noir hein ! J'adore lui écrire tous les jours mais par moment j'ai aussi besoin de prendre de la distance pour me dire que je ne suis pas dépendante de lui, que ma vie ne tourne pas autour de lui (je n'ai pas d'autres relations proches de moi :-/ ).

Voilà, voilà

Voir dans le contexte

Discussion : Distance, et manque multiplié par trois. Need your help, please.

Profil

etoiledesneiges

le mardi 28 avril 2015 à 00h21

Je n'ai pas assez de recul pour te répondre, c'est encore nouveau pour moi. Désolée.

Voir dans le contexte

Discussion : N'être que l'amant/e

Profil

etoiledesneiges

le mardi 28 avril 2015 à 00h15

Nous avons eu une longue discussion téléphonique cet après-midi (ça fait du bien de parler et de mettre des mots sur ses maux...).

En effet, il n'avait pas perçu que, dans un cadre libertin, cela puisse me déranger que sa femme et lui parlent de leurs ébats. Première limite.

Dans un deuxième temps il se rend bien compte que pour lui, remplir le "contrat verbal", c'est plus compliqué qu'il ne pensait. Le problème est que ce sont des choses que l'on avait fixées ensemble afin que tout de passe bien et que tout le monde y trouve son compte. Moi j'ai du mal quand je ne sais pas quand je vais le revoir et quand ça fait plus d'un mois. Deuxième limite.

Troisièmement, il met en avant le déséquilibre initial que l'on avait identifié tous les deux, c'est-à-dire je suis célibataire et forcément j'attends plus de la relation que lui...

Voilà, je ne sais pas où on va mais j'aime avoir des discussions franches avec lui, ça m'apaise en tout cas.

Voir dans le contexte

Discussion : Distance, et manque multiplié par trois. Need your help, please.

Profil

etoiledesneiges

le mardi 28 avril 2015 à 00h01

LuLutine
Pour plein de choses dans la vie on prend sur soi, on fait des efforts, on digère les frustrations, etc. etc.

Quand une personne me manque, elle me manque. Mais ça ne m'a jamais tuée.

Et puis je peux ressentir le manque de façon plus prégnante à un moment où je me sens moins bien, par exemple, et qu'il soit moins fort ensuite.

Le manque ressenti n'est donc pas nécessairement croissant avec le temps, il peut fluctuer, il y a des moments plus difficiles que d'autres, ce qui ne veut pas dire qu'on n'y arrive pas.

C'est exactement cela, je n'aurai pas mieux dit !

Moi ce qui m'aide à tenir quand on est longtemps sans se voir c'est d'avoir une date de RDV concrète à laquelle me raccrocher. Comme une sorte de point d'ancrage dans le temps. Savoir que l'on va partager un moment juste pour nous deux.

Je ressens beaucoup plus le manque quand il est clair que je ne sais pas quand je vais revoir mon amoureux, et en période de stress aussi.

Voir dans le contexte

Discussion : N'être que l'amant/e

Profil

etoiledesneiges

le lundi 27 avril 2015 à 14h12

Justement je ne sais pas si j'ai été assez clair car pour moi il me semble que certaines choses vont de soi, c'est juste une question de respect élémentaire...

Je sais aussi que dans le polyamour il ne faut pas hésiter à s'exprimer sur ses ressentis, chose que je ne fait pas forcément car je ne veux pas blesser mon amoureux...

Et là je me rends compte que j'ai pris sur moi, j'ai voulu lui faire plaisir en venant à deux ou trois soirées pour essayer de surmonter le fait que j'ai du mal à le voir avec une autre, mais au final tout ce que j'ai gagné c'est que je suis blessée...

Et là je ne sais pas surmonter ça... je n'ose pas l'appeler pour en discuter avec lui. Bon il ne m'a pas appelé non plus...alors qu'il se doute que je souffre...

Je crois que je suis trop dans le non-dit.

Voir dans le contexte

Discussion : N'être que l'amant/e

Profil

etoiledesneiges

le lundi 27 avril 2015 à 10h36

Shamal
Une question me vient à l'esprit : as-tu eu l'occasion de lui demander pourquoi ils ont tenu ces propos devant toi ? Pour toi c'est de l'ordre de l'intime, est-ce le cas pour eux aussi ?

Je ne cherche pas à les défendre, je me dis juste que tout ça est peut-être une maladresse, un malentendu sur tes limites. Ou pas.

Non on n'a pas eu l'occasion d'en discuter car sur le moment j'ai pris sur moi et j'ai serré les dents... et c'était vendredi soir...

Maintenant ce n'est pas la première fois que je trouve que sa femme manque de tact avec moi... Ils ont une telle liberté de parole qu'ils ne se mettent pas à ma place, et ne pense pas à comment je vais le recevoir... Pour moi c'est comme un coup de couteau en plein cœur. J'ai déjà dit à mon amoureux que je trouvais sa femme brutale avec moi, même si je sais que ce n'est pas volontaire mais pour moi c'est une forme de violence car je sais d'office que je ne vais pas être respectée dans mes choix d'intimité...

Mais je sais que sa femme n'est pas gênée de dire tout ce qu'elle fait... Moi aussi je libertine mais ce n'est pas pour autant que je ne souhaite pas garder une vie privée, j'estime que ce qui se passe entre deux personnes dans un cadre privé n'a pas à être rendu public, c'est de l'ordre de l'intimité... Cela compte beaucoup pour moi... Et je sais bien qu'elle ne le comprend pas et je ne sais pas si mon amoureux le comprend lui aussi ...

Là je pense que ce n'est même pas de l'ordre d'être ouvert d'esprit ou pas, c'est juste de respecter le fonctionnement de l'autre.... Je n'aime pas me mettre en avant, je suis très timide et mon intimité compte beaucoup pour moi. J'ai déjà dit à sa femme que je n'étais pas elle, je ne partage pas sa vision des choses...

Alors oui c'était peut-être de la maladresse, ils ne l'ont peut-être pas fait exprès , mais ce n'est pas cool pour moi... j'estime que je n'ai pas à subir ça...

Message modifié par son auteur il y a 7 ans.

Voir dans le contexte

Discussion : N'être que l'amant/e

Profil

etoiledesneiges

le dimanche 26 avril 2015 à 23h17

LuLutine
De plus, dans ta réponse tu nous précises que tu lui as déjà dit que tu ne voulais rien savoir...alors je ne comprends vraiment pas pourquoi il a raconté tout ça devant toi ???!

C'était dans une discussion, je ne sais plus vraiment si c'est lui ou plutôt sa femme qui en a parlé en premier... Mais j'étais ravie...

Je considère que d'une ça ne me regarde pas (comme ça ne la regarde pas ce que je peux faire ou pas avec lui) et de deux je n'ai pas envie de savoir! Mais visiblement ça ne les dérange pas d'en parler ouvertement devant moi... Pour moi c'est de l'ordre de l'intime... Et quelque part j'ai même trouvé ça cruel d'en parler devant moi...

Voir dans le contexte

Discussion : N'être que l'amant/e

Profil

etoiledesneiges

le dimanche 26 avril 2015 à 19h55

@Lagentda

Pour le moment il y a beaucoup de stress dans ma vie qui s'ajoute à cette relation. Quand j'ai commencé cette relation, j'étais dans un élan de renouveau dans ma vie. C'était un an après une rupture importante, je tournais la page, notamment grâce au libertinage, je m'amusais et j'étais plus insouciante. J'ai choisi de reprendre mes études pour assurer mon avenir. Mais je suis d'une nature stressée et angoissée. Aujourd'hui mes études m'accaparent et me stressent beaucoup mais je suis soutenue par mon amoureux (c'est le seul d'ailleurs...). Mais là, le moment de rendre mon travail (travaux de recherches) m'angoisse, je ne me sens pas à la hauteur et l'élan des débuts s'essouffle. Par manque de temps et de moyens, je ne libertine plus, mais aussi parce que je n'arrive pas à voir mon amoureux avec d'autres femmes (même avec sa femme). On en a parlé, j'ai essayé de surmonter mais ça me fait trop de mal. Alors je culpabilise, je me dis que je ne suis pas polyamoureuse. Je ne me sens pas spécialement jalouse. J'ai déjà ressenti de la jalousie par le passé dans une relation mono, et ce n'est pas ce que je ressens là.

De mon côté j'ai aussi essayé de faire d'autres rencontres parce que j'en éprouvais l'envie. Envie d'avoir quelqu'un proche de moi avec qui je me sentirais bien. Mais ça n'a pas marché, même si j'ai rencontré des gens ouverts sur ma relation avec mon amoureux, j'ai eu l'impression d'être prise pour une fille facile ou une nymphomane. Ce qui n'est pas mon cas. J'ai juste beaucoup d'amour à donner mais je suis aussi très indépendante et je me rends bien compte que je ne suis pas forcément très disponible pour une relation. Par manque de temps et parce que je n'ai finalement pas l'esprit à ça. En cela ma relation à distance avec mon amoureux me convient parfaitement. Ce que je n'arrive pas à gérer c'est le manque et le fait de ne pas savoir quand je vais le revoir.

@Aimerplusieurshommes

Moi aussi je me suis dit que quelque part c'est un manque de respect. Mais lui libertine avec sa femme et ça ne leur pose aucuns problèmes. Moi ça me bloque, je ne trouve pas ça normal de parler de ça devant moi et inversement je ne veux pas partager mon intimité avec lui devant elle. Je me rends compte qu'il y a une sorte d'amalgame entre le libertinage et la relation amoureuse qui ne me plait pas vraiment. J'ai commencé à libertiner seule, je n'ai de compte à rendre à personne et je fais ce que je veux. Mais là, comme on fréquente le même cercle libertin c'est trop difficile pour moi de mélanger libertinage et sentiments. Ce n'était pas du tout ma démarche initiale. Je ne suis pas dans cette optique de partage... Je lui ai déjà dit que je préférais ne rien savoir, j'ai suffisamment d'imagination comme ça...

Je crois que ma limite est là. Je veux bien le partager "sentimentalement" avec sa femme, mais le voir "sexer" ou juste être avec une autre c'est trop pour moi, ça me fait du mal. Maintenant voilà j'ai essayé, je sais que c'est ma limite. Je ne veux rien voir et rien savoir, il le sait bien on en a déjà discuté. J'ai fait l'effort d'essayer mais là j'en souffre trop, d'autant plus quand je ne le vois pas, qu'il n'a pas le temps alors que je sais qu'il va à des évènements pour libertiner. Parfois, je n'aime pas ce que je vais écrire, mais j'ai l'impression d'être la 5e roue du carrosse...

Je ne veux pas rejeter les tords sur lui, je sais aussi que quand je ne vais pas bien j'ai tendance à tout amplifier, à ne plus le croire quand il dit qu'il m'aime et que lui aussi souffre de ne pas me voir.

Faire un break j'y ai déjà pensé. On s'écrit tous les jours et une fois j'ai demandé à ce que l'on ne s'écrive plus pendant une semaine, en se disant tel jour telle heure on se rappelle. J'ai eu l'impression de reprendre ma vie en main et de ne plus être cette espèce d'ado dépendante de son amoureux. Ce n'est pas moi ça, ça ne me ressemble pas. Mais le manque et la distance exacerbent ce genre de sentiments. Parfois je me dis que je préférerais qu'il me contacte uniquement pour me dire qu'on se voit tel ou tel jour et on s'organise. J'ai l'impression d'aimer dans le vide, de tourner en rond et qu'il n'y a rien de concret au bout, je parle de rencontres physiques.

Là je n'ai pas le courage de lui répondre ou de le relancer. Je fais la morte depuis samedi... Je ne sais pas quoi faire. Je veux tellement que tout se passe bien et que tout soit parfait...

Message modifié par son auteur il y a 7 ans.

Voir dans le contexte

Discussion : N'être que l'amant/e

Profil

etoiledesneiges

le dimanche 26 avril 2015 à 11h30

Bonjour à tous,

Voilà, 6 mois après j'ai l'impression d'être au même point...

Le "contrat verbal" qu'on avait fixé (se voir une fois par mois et refixer une date toute de suite pour savoir où l'on va) n'est pas respecté même si je peux comprendre qu'il ait plus de complications d'emploi du temps que moi pauvre célibataire. Je lui ai déjà dit mais je ne veux pas insister car je connais ses limites et que je ne veux pas être dans la position de celle qui réclame toujours des choses pour soi (je ne force pas les gens à faire des choses qu'ils n'ont pas envie de faire). En même temps je me dis que si vraiment il voulait me voir il pourrait.

Dans un deuxième temps j'ai beau être ouverte d'esprit, il ne faut pas oublier que j'ai un cœur que je ressens des choses et que je suis un être humain. Alors oui je suis très gênée quand je le vois avec sa femme, et je pense que ça ne changera pas car j'ai trop de respect pour leur couple. Alors oui j'ai hyper mal au cœur quand on s'écrit tous les jours, que l'on se désire, et que, alors que je ne l'ai pas vu en tête à tête depuis un mois (un moment juste pour nous deux), que j'ai ma libido à 200% (et qu'il le sait) et qu'on se retrouve dans un resto avec des amis libertins et qu'il raconte devant moi ce qu'il a fait au lit hier soir avec sa femme.

Bref il y a des choses qui blessent et que je ne me sens plus d'endurer plus longtemps. Parfois je me sens un peu comme le dindon de la farce, je me dis qu'il faut être vraiment stupide pour croire qu'il m'aime, je me dis que ce n'est pas ça de l'amour...

Aujourd'hui, je suis complètement perdue, j'ai trop mal au cœur...

Je m'en veux car je connaissais la situation dès le début, je n'aurai pas dû m'engager dans cette relation si c'est pour souffrir. Vivre seule je l'ai déjà fait et le célibat ne me pose pas de problème. Mais vivre seule et être en manque de l'être aimé c'est autre chose. Même si je sais ne pas vouloir d'un quotidien avec lui, je suis trop indépendante pour ça. Mais quand je veux le voir il n'est pas là, quand je suis triste il n'est pas là pour me prendre dans ses bras et ça fait mal. Je ne peux pas passer ma vie à fantasmer qu'il va venir me voir, à rêver la nuit qu'il m'appelle pour me dire qu'il vient tel ou tel jour.

Je l'aime et rien que l'idée de mettre fin à cette relation me déchire le cœur. Je sais qu'il m'aime et je n'ai pas envie d'arrêter. Il m'apporte beaucoup, il compte dans ma vie.

Pourriez-vous m'aider ?

Voir dans le contexte

Discussion : L'intimité du couple dans le polyamour?

Profil

etoiledesneiges

le lundi 09 février 2015 à 09h40

Merci beaucoup pour ta réponse Strega, ça fait vraiment du bien !

Oui je souhaite continuer dans cette voie là mais comme tu l'as remarqué j'ai peur d'être plus méfiante mais aussi de mettre un peu de distance avec lui par peur d'être trahie...

Voir dans le contexte

Discussion : L'intimité du couple dans le polyamour?

Profil

etoiledesneiges

le lundi 09 février 2015 à 08h50

Bonjour Strega,

Oui c'est ce que je me suis dit aussi, c'est aussi pourquoi je lui avais demandé de ne pas en parler à sa femme. En temps normal je n'aurai même pas spécifié car pour moi ça va de soi!

Et je suis sa première relation en dehors de se femme donc je comprends les difficultés mais j'en souffre que ce soir à mes dépends...

Voir dans le contexte

Discussion : L'intimité du couple dans le polyamour?

Profil

etoiledesneiges

le lundi 09 février 2015 à 08h31

Merci pour vos réponses.

Il est conscient de m'avoir blessé et je ne pense pas qu'il s'agisse d'une question de pouvoir. Il m'a dit être conscient d'avoir fait une erreur et qu'il en assumerai les conséquences.

Il m'a dit aussi que c'était au début de notre relation et que les choses n'étaient pas forcément bien définies mais comme vous l'avez remarqué pour moi c'est une question de respect élémentaire entre deux êtres humains.

Je veux bien accepter que son mariage soit plus important que notre relation mais là ça fait mal quand même !

Voir dans le contexte

Retour au profil


Espace membre

» Options de connexion