Polyamour.info

Benedicta7

Benedicta7

Gagny (France)

Participation aux discussions

Discussion : Mono dans une relation ouverte : comment poser ses limites ?

Profil

Benedicta7

le samedi 25 avril 2020 à 17h55

Bonjour @Caoline.

Merci pour ton message. J’ai eu la confirmation pour mon amoureux que le deal avec sa compagne est qu’elle ne soit pas au courant de ses relations. Il ne souhaite pas lui faire mal mal. Entendu, je peux comprendre mais j’aime autant ne pas souffrir moi aussi. Je ne suis pas ménagée. Donc de deux choses l’une soit j’accepte de poursuivre cette relation en étant cachée soit j’y mets un terme mais à l’heure actuelle je ne m’en sens pas la force. En tout cas, ce que tu me dis me fait réfléchir.

Bonne continuation

Voir dans le contexte

Discussion : Mono dans une relation ouverte : comment poser ses limites ?

Profil

Benedicta7

le jeudi 23 avril 2020 à 18h31

Bonjour,

Je te remercie d’avoir pris le temps de me répondre. Ça fait du bien de se sentir comprise et soutenue.

C’est vrai que j’aurais besoin d’être rassurée sur le fait qu’il partage mes sentiments même si en tant qu’ancienne dépendante affective, j’essaye de ne pas faire trop de demandes. Je n’ai pas fixé d’attentes sur cette relation même si avec le temps qui passe, j’aimerais avoir plus de temps à partager avec lui même si je suis quelqu’un de très indépendante, je tiens ma liberté (tout en étant exclusive). Je me prends à rêver qu’il fasse plus partie de mon quotidien en dehors des temps que l’on partage autour de la musique. Je ne cherche même pas à ce qu’il la quitte. Je veux juste avoir la possibilité de vivre sereinement mon histoire avec lui et sans forcer quoi que ce soit.

Oui j’ai essayé d’avoir une discussion avec lui en lui demandant franco quelles étaient les lignes rouges qu’ils s’étaient fixés avec sa compagne parce qu’il me demandait avec insistance que j’aille chez lui. Quand sa “femme” m’a demandé en amie sur Facebook, je lui ai demandé si elle était au courant. Il m’a dit qu’ils ne parlaient pas entre eux de leurs relations, qu’elle avait demandé à ce qu’il ne laisse aucune trace de ses relations comme par exemple ne pas tomber sur ses messages. Il m’a aussi dit qu’elle ne se doutait de rien. Si vraiment c’est sa demande de ne pas savoir, je n’ai pas à m’y opposer par contre, je déteste la dissimulation et le mensonge car j’accorde une grande importance à l’honnêteté, la transparence et la franchise dans une relation. Je crois savoir que tous les couples libres n’ont pas le même degré de transparence.

Je n’ai parlé de ma relation qu’à mes amis les plus proches et mon frère. Seul mon frère et une de mes amies ne m’ont pas jugé. Les autres se sont empressés de juger ma relation en me conseillant d’emblée d’y mettre un terme.

Voilà. Merci de m’avoir lue

Je me sentirais aussi considérée si cette relation n’était plus cachée car je n’aime pas avoir l’impression d’avoir mal agit. Je n’ai rien à me reprocher mais j’ai peur du regard des autres et de passer pour la salope de service.

Voir dans le contexte

Discussion : Mono dans une relation ouverte : comment poser ses limites ?

Profil

Benedicta7

le jeudi 23 avril 2020 à 08h38

Bonjour,

Je reviens sur le site après avoir tiré une croix sur une précédente relation avec un polyamoureux. Je me considère foncièrement comme monogame et je m’étais dit que plus jamais je n’entrerais dans une relation ouverte mais voilà que la vie me joue un nouveau tour.

Je fais du Djembe depuis plusieurs années. J’avais remarqué que mon prof, plus âgé, devenait de moins en moins professionnel avec moi en me faisant du charme de façon subtile. Pendant deux ans je n’ai pas relevé ses perches même si de semaines en semaines mon attirance pour lui se développait. Une attirance longtemps refoulée, doublée de méfiance, pour ce pacha africain plus âgé que moi un avec une prestance incroyable. Ce type d’homme imposant et lunaire, une sorte de chef de meute. Mais je me suis laissée surprendre, moi qui sortait d’une relation désastreuse longue de trois ans, qui m’a fait perdre confiance en moi, en mon pouvoir de séduction je me suis dit, par goût du risque et de la nouveauté que je n’avais rien à perdre à essayer. Ça m’est tombé dessus, je n’ai rien vu venir. Oubliées toutes mes certitudes. Le jour même de notre premier rendez-vous à un bal où je l’avais accompagné, je tombe par hasard sur sa compagne qui m’invite chez eux. Situation totalement surréaliste pour moi. Je me demande si cette femme qui m’est par ailleurs très sympathique que j’ai déjà croisé dans savoir qui elle était, sait que je suis une nouvelle conquête de son homme. Je demande des explications à mon prof qui m’avoue alors qu’ils forment un couple libre. Il est vrai qu’ils vivent séparés plusieurs mois de l’année car elle est souvent en déplacement et lui au moins deux mois de l’année en Afrique. S’il m’avait fait une autre réponse j’aurais immédiatement mis un terme à cette relation avant même qu’elle ne commence mais cette réponse c’était pour moi un feu vert. Plutôt anticonformiste et ouverte d’esprit, j’ai lâché prise. J’ai laissé cette relation se développer jusqu’à tomber amoureuse. Je suis dans cette relation depuis presque un an maintenant.

Je suis assez déconcertée car contrairement à ce que je pensais au début, je ne sais pas si c’est par naïveté, la compagne de mon amoureux ne sait pas pour lui et moi. Pourtant plusieurs indices auraient pu lui mettre la puce à l’oreille comme le fait que je parte seule en stage de percussion avec lui chez sa famille, cet hiver en Afrique. Toujours est-il que mon amoureux me voit “en cachette” mais s’affiche avec moi en public sauf auprès des élèves du cours. Il semblerait que le fait de ne rien vouloir savoir est une demande de sa compagne mais cela me pèse car j’aimerais vivre cette relation au grand jour. La relation est déséquilibrée. Je ne vois pas pourquoi elle devrait vivre dans un semblant de relation fusionnelle monogame et moi devoir me farcir les mauvais côtés d’une relation ouverte. Comme avoir à entendre leurs conversations téléphoniques ou devoir patienter qu’elle parte en tournée pour pouvoir passer une nuit d’amour avec mon amoureux. Le confinement n’arrange rien. Notre relation est en stand by, il m’appelle en cachette lors de sa promenade quotidienne. Hier encore j’ai eu un cours de musique en visio avec lui et sa compagne était dans les parages. Il l’a appelée chérie en ma présence et l’a désignée comme étant sa femme aux autres élèves du cours. Je l’ai très mal pris car il ne m’a encore jamais dit je t’aime, tout en me demandant à moi de lui dire. Ce cour a été un calvaire pour moi qui ne l’a pas vu depuis plus d’un mois.

Je me sens triste. J’en viens à ne plus faire confiance à mon amoureux qui m’a parlé d’aller vivre ensemble en Afrique, chose à quoi sa compagne se refuse. Je me demande quel avenir peut avoir cette relation tant qu’elle n’est pas rendue officielle auprès de sa compagne que je considère tout sauf comme une rivale. J’aurais eu plusieurs occasions de tout raconter à cette femme qui a fini pour me prendre en amitié. J’ai eu l’occasion de déjeuner avec elle, je suis amie sur Facebook avec elle depuis peu à sa demande mais je considère que cette responsabilité relève de son partenaire et que je n’ai pas à m’immiscer dans leur relation même si je suis entrée malgré moi dans leur intimité. Je ne me sens pas non plus de faire un ultimatum à mon amoureux. Je me sens perdue et j’ai envie de me protéger avant tout. Que faire ? Vos avis et conseils me seraient précieux. Difficile d’en parler autour de moi, même à mes amis proches sans être jugée

Voir dans le contexte

Discussion : De potentialité à la réalité : comment accepter le polyamour ?

Profil

Benedicta7

le dimanche 06 mars 2016 à 23h11

Je ne suis pas sûre de tout comprendre mais si je saisis l'idée, cela veut dire que tout passe d'abord par moi. Que je ne dois pas tout attendre d'une relation pour combler mes besoins. La relation qui prime c'est celle que j'ai avec moi même. Je pense que c'est le chemin que je dois suivre. C'est pour cette raison que je souhaite voir un psy.

Parler de réappropriation du "je", est-ce davantage s'affirmer ? J'essaie sur les principes de la cnv de formuler l'expression de mes besoin avec beaucoup de précaution mais je ne reçois au final aucune réponse ou esquisse de solution qui puisse me rassurée et je suis fatiguée de me répéter et de me plaindre.

J'ai décidé de prendre un peu de recul pendant quelques semaines et de penser à moi pour me recentrer quand ma relation à mon ami est actuellement source d'angoisse et d'insécurité. Je ne sais pas encore où cela me mènera ou si ma relation n'en pâtira pas ou y survivra. Je ressens de la culpabilité à cette idée.

Par contre comment parler de conviction ? Je ne pense pas être la seule sur ce site à n'avoir aucune certitude quand à ma/mes relations. Surtout quand dans mon cas il n'y a aucune étiquette ni accord sur des règles partagées ou un contrat moral. Je ne pense pas être la seule sur ce site à avoir des doutes.

Voir dans le contexte

Discussion : De potentialité à la réalité : comment accepter le polyamour ?

Profil

Benedicta7

le vendredi 04 mars 2016 à 20h39

J'ai fait une faute de frappe. Je voulais parler d'anticonformisme.

Oui tout est un peu confus dans ma tête. Surtout j'ai réalisé en parlant avec mon amis que je m'étais trompée sur toute la ligne. Il n'avait juste pas d'accès à Internet et cette femme n'était qu'une connaissance. Je crois qu'il est important que je consulte un psy.

Après je ne vois pas en quoi le fait de demander de l'aide sur ce forum fait de moi quelqu'un qui recherche l'assentiment des autres en permanence sur les réseaux sociaux. Je ne peux tout simplement pas parler de polyamour à mes proches qui ne feraient que me juger. Seuls mes plus proches amis sont au courant de mes relations libres.

Merci tout de même @Lagentda de m'avoir répondu

Voir dans le contexte

Discussion : De potentialité à la réalité : comment accepter le polyamour ?

Profil

Benedicta7

le dimanche 28 février 2016 à 07h09

Depuis mon dernier post la situation a quelque peu évolué. Je me sens complètement pommée. Dans ma tête c'est les montagnes russes. Mes montées d'angoisse sont à leur paroxysme ces derniers jours et je ne sais pas comment gérer ça. Je comprends pas pourquoi je me mets dans tous ces états. J'ai des crises de larmes à répétition.

Je vais peut-être me répéter pour ceux qui ont déjà réagit à un autre de mes posts.

Je ressentais un manque d'affectif et d'ordre sexuel depuis quelques semaines déjà que j'avais exprimé à mon ami qui m'avait conseillé de ne pas les réprimer. Du coup je suis passé a l'acte il y a 15 jours. J'ai rencontré un homme sur Okcupid avec qui j'entretiens une relation que je ne souhaite pas pour l'instant sérieuse. C'est assez nouveau et inédit pour moi qui me suis toujours considérée comme étant mono et qui suis toujours restée exclusive à toute épreuve.

Depuis ressens un mélange de culpabilité et un sentiment de perte et d'abandon aussi. J'ai la désagréable sensation que mon ami s'éloigne de moi et prend ses distances depuis que je lui avoué cette relation. Il m'avait dit que je ne devais pas culpabiliser, que le sexe n'était pas sale, que ce qui comptait le plus pour lui c'est que je sois heureuse et qu'à son sens cela qu'il y ait une autre personne ne change rien à ce que l'on sent l'un pour l'autre... mais dans les faits je le sens fuyant. On s'est presque pas parlé de la semaine. Habituellement on est connecté 3 à 4 fois dans la semaine. Je le sais très occupé par ses cours de massage mais ses silences m'angoissent. Je ne sais pas comment lui exprimer tout ça car j'ai la sensation de beaucoup me plaindre en ce moment car je suis trop en demande. J'ai trop d'attentes. J'ai besoin d'être rassurée sur beaucoup de choses mais n'obtient pas de réponses de mon ami qui parviennent à m'apaiser durablement.

Mon sentiment d'insécurité affective me pèse beaucoup en ce moment. Je vis très mal le flou de notre relation. Au fond je crois que j'attends désespérément il me déclare sa flamme. Qu'il me rassure quant à ses sentiments et me dise que même s'il voit d'autres femmes, je reste importante pour lui. Mais ça je ne peux pas lui dire.

Ce qui me mets dans tous mes états ce week end c'est que je ne me sens pas soutenue par mon ami à l'approche d'un voyage en Inde que je vais faire seule dans 15 jours. Il sait pourtant le défi que cela représente pour moi. Ensuite j'ai vu un commentaire d'une femme sur son profil Facebook qui m'a déplu. Une femme qui lui disait qu'il lui manquait ce qui m'a fortement déstabilisée. A croire qu'il entretient une relation intime avec elle ce qui me rend jalouse. Je crains qu'il se soit passé quelque chose avec cette femme et qu'il ne m'ait rien dit. Ce que je considérerais comme une trahison et un manque d'honnêteté alors que moi il y a 15 jours j'ai fait pris sur moi pour lui avouer que j'en voyais un autre. Je l'ai interrogé sur la nature de cette relation mais sa réponse tarde ce qui ajoute à mon état de stress et de confusion. Il vient de rencontrer cette femme depuis quelques semaines qu'il a croisé dans une auberge de jeunesse je suppose. Ce qui me mets hors de moi c'est que cette femme se permette d'exposer ça sur son mur alors que moi ça fait des mois que je l'attends, ça va faire 3 mois que je ne l'ai pas vu et j'en souffre beaucoup. Je crois qu'il a du mal à l'entendre. Il qu'il m'évite parce que je vais mal.

Je ne sais plus quoi faire. J'ai peur de prendre une décision radicale. Je souffre trop. J'ai besoin d'être seule. J'hésite à couper les ponts ou à faire une pause de quelques semaines. J'estime qu'à ce jour cette relation est déséquilibrée et me renvoie trop à mes fragilités. Je vois pas comment observer ma douleur avec détachement et de façon objective car elle me submerge.

J'ai pas envie que cela affecte mon autre relation du moment. Je sens qu'elle est en train de dévier. Mon amant m'a avoué cette semaine qu'il se sentait bien avec moi et qu'il souhaitait qu'on continue à se voir quand mon ami rentrera. Jusqu'à présent notre relation était plutôt saine. Je ne veux pas me servir de lui pour passer le temps et me défouler quand je me sens seule ou en manque d'affection ou de sexe.

Peut-être que je devrais consulter un psy pour mieux comprendre pourquoi je suis en dépendance affective et m'attache constamment à des hommes qui ne peuvent pas satisfaire ce besoin. Par contre j'ai peur d'être jugée car je suis plutôt anticommuniste.

Merci d'avance pour votre aide

Voir dans le contexte

Discussion : En relation ouverte mais mono de coeur

Profil

Benedicta7

le dimanche 21 février 2016 à 22h50

Bonsoir,

Je vous remercie pour vos partages. Je trouve très instructif de bénéficier de points de vue autres. Je suis dans une phase où je dois déconstruire et reconsidérer pas mal de choses issues d'une vision normée de la société. C'est assez troublant, mais cela fait avancer aussi. Je réalise que je pose pas mal d'étiquettes sur le couple. En tout cas je trouve très appréciable de pouvoir me forger ma réalité dans le respect d'autrui et de mes limites.

Voir dans le contexte

Discussion : En relation ouverte mais mono de coeur

Profil

Benedicta7

le samedi 20 février 2016 à 08h25

Oui Bonheur, je saisis où tu veux en venir. Pas besoin de cohabiter pour s'aimer et cela n'est pas possible avec tout le monde.

Je crois que c'est le cas de mon ami voyageur qui tient d'une certaine façon a être libre et indépendant. Plutôt que lui faire des reproches, car je ne le changerai pas, je dois être dans l'acceptation. Jamais personne ne satisfera entièrement mes attentes en couple ou non, oserais-je dire en relation mono ou non ?

Quoiqu'il en soit rien n'est jamais acquis. Peut-être se réfugier dans l'illusion d'une sécurité affective au sein du couple est un leurre. Bon je sais pas trop où je mets les pieds mais je vais lâcher prise et de ne pas me poser trop de questions. On verra bien. Je peux pas tout contrôler. J'apprécie que mon ami voyageur me soutienne et accepte que je puisse voir d'autre homme et que l'autre homme que je vois en ce moment me respecte et ne me met pas de pression. Je ne sais pas où me mènera cette relation mais comme pour les autres il me semble qu'elle mérite d'être vécue.

Voir dans le contexte

Discussion : En relation ouverte mais mono de coeur

Profil

Benedicta7

le mercredi 17 février 2016 à 18h46

Merci pour vos réponses. Elles m'aident à y voir plus clair et à relativiser pas mal de choses malgré la peur de l'inconnu.

Ce qui me saisis dans vos réponses, c'est que la situation n'est pas si compliquée qu'elle n'en a l'air. Je devrais prendre les choses avec plus de légèreté sans tout dramatiser et davantage lâcher prise mais j'ai cette obsession du contrôle.

Le-retour-du-prince-charmant
On s'y perd avec tout ça? Au début oui. Puis on y fait l'habitude, et on y pense même plus!

Tcheloviekskinoapparatom
Souvent il vaut mieux plier sous le vent, suivre les flots, que de jouer la rigidité, le cadre qu'on veut solide mais qui est d'autant plus fragile.

Je manque de recul pour être aussi catégorique mais vos réponses me laissent penser que c'est possible. J'ai le droit moi aussi de vivre mes expériences et c'est en faisant qu'on apprend. Si vraiment la situation ne me convient pas, je pourrais toujours y mettre un terme en connaissance de cause.

Bonheur
Personnellement, la seule réponse que je puisse te faire, c'est d'écouter ton instinct. Te lancer dans une situation que tu vis bien sur l'instant mais qui te ronge ensuite ??? (enfin, si j'ai bien compris)

En fait si je n'avais pas déjà écouté mes envies et mon instinct, je ne me serais pas permise une telle "prise de risque". Je savais que la situation pouvait déraper. J'ai vécu l'instant. Je me doutais aussi que mon ami tolèrerais cette sortie de route à mes principes. En en discutant avec lui, j'en ai eu la confirmation. Du coup, je ne me suis pas sentie coupable. Ce qui me déstabilise le plus c'est moi. En poussant plus loin l'expérience, ce serait aussi une façon de mieux me connaître.

Tcheloviekskinoapparatom
Que tu veuilles garder un lien fort avec ton voyageur, c'est une chose, et c'est normal que ça demande parfois un effort conscient - mais ça ne veut pas dire qu'il soit adéquat de poser un cadre a priori, alors que la vie peut vous emmener sur d'autres chemins.

Oui c'est sûr, je ne sais pas ce que la vie me réservera, ni lui d'ailleurs. Aujourd'hui, je veux que mon ami soit ma priorité. Malgré la distance nous sommes très fusionnels. Je suis très attachée à ce lien. C'est ce qui cimente notre relation.

bonheur
Je crois que si l'on ne tient pas compte des schémas pré-établis (...), tout est possible. La compatibilité est ce qu'il y a de plus important, avec l'équilibre et l'authenticité.

En même temps, je sens que mon ami a besoin de moi. Je suis sa meilleure amie, sa béquille. Je ne veux pas qu'il se sente abandonné. Mais je sais aussi que j'aurais aussi besoin de prendre un peu plus de temps pour moi mais je n'arrive pas à lui exprimer. J'endosse un rôle que j'ai déjà endossé dans une autre relation pas très épanouissante qui m'a beaucoup usée. Si je tiens à ce que ma relation reste saine et équilibrée, je vais devoir parvenir à le lui faire entendre.

Siestacorta
Tu sais, benedicta, tu vas pas devenir quelqu'un qui ne respecte pas l'autre et l'engagement... Beaucoup de gens ici cherchent justement au contraire à aller plus vers ça à travers leur approche de la non-exclusivité.

Je repense à cette idée de cadre dont parlait Tcheloviekskinoapparatom. Pour me protéger je crois que je risque d'avoir tendance à écarter toute possibilité d'une relation sérieuse avec quelqu'un d'autre. Il me semble que c'est refuser de s'engager mais je pense que par respect justement, je dois être honnête.

bonheur
Le couple n'offre aucune garanti de stabilité ou de sécurité. Le mariage non plus. La vie commune n'est pas valorisante pour tout le monde. Donc, le célibat est une façon de vivre heureux.

Je ne sais pas quoi en penser. Je ne me suis jamais fait ce type de réflexion. Ma vision du célibat était hors-mariage. Je ne mettais pas la vie commune dans ce cadre. Je pensais que la vie commune dans un cadre exclusif ou non pouvait être enrichissante à la condition de ne pas s'oublier. Cela n'implique pas forcément pour atteindre cet équilibre d'être non-exclusif à mon sens.

Voir dans le contexte

Discussion : En relation ouverte mais mono de coeur

Profil

Benedicta7

le mercredi 17 février 2016 à 11h02

Bonjour,

Je me suis toujours considérée comme étant monogame. Mon ouverture d'esprit ces dernières années me met sur le chemin de personnes récusant l'idée du couple. Toutes mes idées reçues ont en pris un coup du même que mon besoin de sécurité affective. Mais d'aussi loin que je m'en souvienne ces relations amoureuses sont les plus fortes que j'ai jamais connu. J'ai reconnu ma dépendance affective et pas mal travaillé sur ma possessivité et ma jalousie. Pourtant le couple reste pour moi un cocon rassurant, un appui, un repère, un idéal.

Je suis à ce jour en relation ouverte et longue distance avec un grand voyageur qui se sait non exclusif mais qui n'est pas encore allé ailleurs depuis le début de notre relation. Avec son nouveau voyage, le besoin que nous formalisions des règles de conduite était très présent chez moi. Mais nous avançons à petits pas. Mon ami a émis la possibilité de m'informer si quelque chose se passait et dans le même temps m'exprime son goût de la liberté, du voyage et des femmes : une vie parallèle où je n'ai pas de place.

Jusqu'à très récemment je n'avais jamais ressenti le besoin d'avoir d'autres relations. Je me le suis toujours interdit. Mais la semaine dernière j'ai eu un rapport sexuel avec un autre homme alors qu'il y a quelques semaines encore cette idée m'aurait rendue malade et coupable. J'ai aimé ça. Je me sens bien avec cette personne qui me plait et aimerais la revoir. Mais je ne me reconnais plus. Par honnêteté j'en ai informé mon ami qui me laisse libre de poursuivre cette relation car ce qui compte le plus à ses yeux c'est mon bonheur, mais j'ai peur.

J'ai envie d'expérimenter la nouveauté mais j'ai peur de cette nouvelle liberté qui m'étais jusqu'ici inconnue. J'ai peur de me perdre au final. Puis je suis en terrain inconnu. Je n'ai plus aucun repères, je ne sais sur quel pied danser. Je ne sais pas si je parviendrai à faire le deuil de ma relation telle qu'elle était avant même si je sais que c'est pure illusion. Je ne veux pas que cette possible nouvelle relation prenne le pas sur ma relation actuelle qui reste ma priorité quoiqu'à distance. Je ne me vois pas entretenir de sentiments amoureux pour une autre personne même si je dois reconnaître que je concois cette idée intellectuellement mais me l'interdis dans les faits. Du coup j'ai peur de devenir le type de personne qui refuse l'engagement que je critiquais hier... Je ne veux faire souffrir personne.

J'avance en âge. Je suis à un âge où on commence à penser à construire sa vie, à fonder une famille. Je crains de ne jamais atteindre cette stabilité et cette sécurité en dehors du cadre du couple.

Si vous avez des témoignages qui pourraient m'éclairer dans sens ou l'autre, ça m'aiderait beaucoup.

Voir dans le contexte

Discussion : De potentialité à la réalité : comment accepter le polyamour ?

Profil

Benedicta7

le mardi 12 janvier 2016 à 23h36

J'ai aussi très peur de le perdre du jour au lendemain, qu'il me délaisse pour une autre.

"Actuellement, le dialogue me semble limité par, d'un côté, un sous-entendu de "je veux pas qu'on parle de relation amoureuse" et de "l'autre "je veux être sûre d'où nous allons". Mais les demandes que vous allez avoir là-dessus ne parlent plus de vous, elles parlent de qui qu'aurai raison."

Je crois qu'en la matière j'ai renoncé à avoir le dernier mot mais il est vrai que tout n'est pas réglé pour autant. J'avais déjà entendu ici et là de la CNV mais je n'avais pas réalisé sé que je pouvais m'en servir dans la situation qui me préoccupe. Cela me donne encore plus envie d'explorer cette voie même si je ne saisis pas encore tout.

@Tcheloviekskinoapparatom :
"Mon sentiment est que dans une relation impliquante à longue distance comme la vôtre, l'insécurité émotionnelle est difficile à éviter, poly ou pas poly."

En fait j'ai toujours entretenu des relations longues distances. Limite, c'est le type de relation que je préfère pour l'instant car je suis quelqu'un d'indépendant. Mon insécurité affective vient plutôt de l'absence d'engagement. De là à imaginer un rapprochement géographique cela me semble pour l'heure difficile même si je rêve secrètement de vivre un jour avec mon ami. J'ai déjà du mal à le faire adhérer à l'idée de lui rendre visite quelques jours pendant son voyage au Costa Rica.

"Cette question de la projection, de l'avenir, vous en avez parlé ?"
Mon ami refuse de projeter dans l'avenir en tant que "couple". La seule chose qu'il m'a exprimé, c'est qu'en étant ami on était sûr que notre relation puisse perdurer une vie entière. Il ne parvient à se projeter que dans cette posture. Je lui ai pourtant avoué à demi-mots que je me voyais faire ma vie et fonder une famille avec lui mais j'ai renoncé à remettre le sujet sur le tapis de peur de lui faire peur. De même, et cela me mine, je m'interdis de lui dire "je t'aime" alors que j'en meure d'envie.

Voir dans le contexte

Discussion : De potentialité à la réalité : comment accepter le polyamour ?

Profil

Benedicta7

le mardi 12 janvier 2016 à 23h31

Bonsoir,

Merci pour vos retours. Ils me sont très utiles. Vous considérez des aspects de ma relation que je n'avais pas envisagé.

@Siestacorta : en fait je ne pense pas vraiment à "une guerre de positions" quand je décris ma relation avec mon ami. Je ne cherche pas à tout prix à maintenir mes positions. Je veux juste une place dans sa vie.

"cette espèce de tension vers "la Vraie Vie de Vrai Couple", au moment même où tu vois les actes, semble raconter que tu en doutes en permanence de l'importance du lien."

En fait, je marche sur des oeufs. Je m'efforce de l'apprivoiser malgré mes peurs. Je n'ai aucune certitude en fait. Une seule chose est sûre pour moi, je me sens bien avec lui et je veux que notre relation perdure. Je ne comprends pas bien ce que tu entends par "un sentiment de perte". Tu veux dire un sentiment d'abandon ? Certainement, j'ai toujours été consciente d'avoir une tendance à la dépendance affective. Je me soigne comme je peux

Message modifié par son auteur il y a 7 ans.

Voir dans le contexte

Discussion : De potentialité à la réalité : comment accepter le polyamour ?

Profil

Benedicta7

le mardi 12 janvier 2016 à 09h26

Désolée @Siestacorta. Je n'ai pas vu ta réponse tout de suite. Je vais la lire en détail et tenter d'y répondre quand j'ai un moment

Voir dans le contexte

Discussion : De potentialité à la réalité : comment accepter le polyamour ?

Profil

Benedicta7

le mardi 12 janvier 2016 à 09h15

Bonjour,

Merci @Nurja pour cette première réponse.

Je parle de "fête du slip" parce que mon ami ne m'a pas caché avoir un fort appétit sexuel et que le cadre idyllique de ce voyage lui donnait envie de multiplier les conquêtes comme il le fait chaque fois qu'il voyage (c'est un grand voyageur). Sans vouloir surinterpréter j'ai l'impression qu'il change de personnalité quand il est en voyage, devenant moins introverti. J'ignore par contre s'il ne vit pleinement ses envies libertines qu'en voyage. Je n'ai pas envie de me voiler la face à ce sujet.

Oui on ne se voyait jusquici qu'une fois par mois voir tous les deux mois. On se dit tout ou presque donc s'il me dit que jusqu'ici il n'a vu personne d'autre je le crois.

Jusqu'ici nous n'avons jamais porté de préservatif sauf le premier mois de notre relation. On avait fait des tests des deux côtés. Lui comme moi on préfère le faire sans. Je pensais à son retour lui demander de refaire un test avant de reprendre des rapports non protégés. J'ai des a priori sur le port continu du préservatif au stade "avancé" d'une relation. j'estime que notre relation est sérieuse. Par contre, le polyamour de mon ami n'est pas mon choix et je ne veux pas en pâtir. Je ne sais pas dans quelle mesure je peux lui faire confiance s'il me dit qu'il se protège par ailleurs.

Au delà d'une protection contre les IST j'imagine que j'ai besoin d'une protection émotionnelle pour ne pas prendre personnellement et trop à coeur ce qui pourrait se passer.

Voir dans le contexte

Discussion : De potentialité à la réalité : comment accepter le polyamour ?

Profil

Benedicta7

le mardi 12 janvier 2016 à 00h36

Bonsoir à tous,

Je ne pensais pas réécrire de si tôt sur le forum tant je voulais mettre à distance le polyamour de ma vie et tant je refusais que le polyamour de mon amie devienne "mon problème", une obsession. Mais bon aujourd'hui j'ai peur de perdre pied, donc avant de prendre une décision hâtive sous le coup de l'émotion, je préfère vous écrire.

Mon ami s'en va demain pour 4 mois au Costa rica faire une formation de massage. J'appréhende énormément la séparation, peut-être plus que je ne devrais. On ne vit pas ensemble, on vit une relation à distance depuis 10 mois ponctuée tous les mois ou deux mois de rencontres. Donc 4 mois c'est peu et beaucoup à la fois.

Je connaissais ce projet de voyage depuis le début de notre relation. Ce qui m'angoisse c'est que pour la première fois depuis le début de notre relation, c'est que mon ami ira voir ailleurs. Il ne s'en ai pas caché. En fait, on est plutôt transparents l'uns envers l'autre. Peut-être trop. On se dit tout ou presque. On est très fusionnels. Je me surprends à rester cool. Il y a quelques mois ou quelques années, ce type de conversation m'aurait fait bondir. Pourtant pour moi, avoir un rapport quoique purement sexuel n'est pas aussi anodin que "jouer à une partie de tennis". J'aurais voulu que mon ami me propose de le rejoindre une quinzaine de jours mais il n'a saisi aucune de mes perches. Comme si voyager seul était pour lui l'occasion rêvée de multiplier les aventures sexuelles. J'ai l'impression que cela va être la fête du slip. J'ai du mal à rester indifférente et totalement sereine à cette idée même si je tiens à respecter son besoin de liberté. J'ai de plus en plus de mal à lâcher prise et rester dans le présent. J'ai l'humeur morose. Je commence à avoir de la tension.

Suite au dernier sujet que j'ai lancé sur le forum, je ne suis pas encore parvenue à aborder la question des limites même si j'ai pu faire part de mes craintes. Difficile de poser mes conditions alors que mon ami se refuse de s'engager et que l'on ne forme pas un couple à proprement dit. Il continue à nous mettre l'étiquette d'amis même si notre façon de fonctionner attesterait du contraire. Je suis parvenue à moins me formaliser à ce sujet. Ce qui compte pour moi, ce sont ses actes. On ne fait que se rapprocher. On communique beaucoup. Je sens qu'il baisse la garde. Mais chaque fois mon ami se dit être touché par mes propos sans pour autant me rassurer vraiment. Hier on a eu une vraie discussion sur le sujet. La seule chose qu'il m'a dit est qu'il souhaitait que je sois heureuse et que je ne me fasse pas de soucis en son absence. Que je devais continuer à vivre ma vie. Il a émis la possibilité de m'informer s'il avait des aventures. Je ne sais pas si je suis prête à tout entendre, en même temps j'ai peur d'être dans le déni et de vivre dans l'illusion. Lui m'a dit curieusement qu'il ne voulait pas savoir si jamais j'avais pendant son absence un rapport avec quelqu'un d'autre mais en même temps, je le perçois comme une énorme marque de respect et de confiance en me laissant cette part de liberté. J'ai tout de même insisté pour qu'il utilise à chaque fois le préservatif.

J'ai peur que notre relation en pâtisse si on commence à avoir des secrets l'un l'autre. Je veux continuer à lui faire confiance et continuer à l'aimer sans condition. Je me suis rarement si bien sentie avec quelqu'un. Je suis amoureuse et j'Ai envie de donner une chance à cette histoire de perdurer.

Mais dans le même temps j'ai de plus en plus de mal à me projeter dans la relation. J'ai peur de faire des plans sur la comète. Je commence à avoir des attentes, je sais que c'est dangereux et que cela me conduira nulle part. Je me sens en insécurité affective. J'ai peur de ne plus être importante à ses yeux s'il a et entretient une proximité physique avec d'autres femmes. Plus j'y pense plus cela m'angoisse. Je commence à me dire qu'il est peut-être encore temps de mettre un terme à cette relation. Je ne suis pas complètement maso. Je ne suis pas obligée d'accepter l'impossible et de me torturer. Pas envie de me rendre malade. J'ai pas envie de prendre mes distances avec lui pour me protéger. Pas envie de faire le deuil de notre relation qu'il m'allait très bien comme elle était "avant". J'ai peur de ne plus y trouver mon compte.

Bref je doute.

Je serais ravie d'avoir le point de vue de poly et de mono.

Merci pour votre aide.

Benedicta7

Voir dans le contexte

Discussion : Amitié amoureuse mono-poly / besoin d'aide.

Profil

Benedicta7

le jeudi 30 juillet 2015 à 10h57

Bonjour,

Je me sens mal. J'ai passé 5 jours avec mon ami avant de partir en 3 semaines en congés. Il est saisonnier en Haute-Savoie. Nous ne noys voyons qu'une fois par mois. Mes échanges avec vous m'ont beaucoup travaillé. J'ai consulté aussi pas mal d'autres discussions sur le site. J'ai essayé de lui parler mais je crois que c'était trop tôt, ça l'a braqué et plombé l'ambiance de notre dernière soirée ensemble. Il campe sur cette étiquette "amis-amants" et je dois me faire une raison. Pourtant, il le dit lui même, nous avons les mêmes passions, les mêmes envies, une même sensibilité. Notre conversation a au moins eu le mérite de lui parler du polyamour et de lui exposer quelques unes de mes peurs. Je me sens tout de même frustrée. J'ai peur que ça change quelque chose entre nous.

Je ne sais pas si la situation évoluera un jour. Il a juste beaucoup d'affection pour moi. Je trouve troublant son débordement de tendresse à mon égard et ses paroles et actes qui rentrent en contradiction avec son discours. Je crois qu'il me met sur un pied d'estale. Il me considère comme un guide, une soeur spirituelle sans être prêt à s'engager. Je lui ai fait part de mes sentiments que j'ai eu du mal à contenir, de mon refus de les brider malgré ses nombreuses mises en garde. Cela n'engage que moi. Je pense l'aimer d'un amour inconditionnel et désinteressé. Je serai prête à accepter qu'il voit d'autres femmes, pourvu que je garde une place dans sa vie.

Je me suis donc gardé de lui poser des conditions ou de lui demander de me rendre des comptes. Pour l'instant, il ne voit que moi, jusqu'à quand ? Je sais que cela ne durera pas, je ne veux pas me leurrer. ll s'en va au moins 4 mois l'année prochaine faire une formation de massage au Costa Rica. Nous sommes très fusionnels et cela me fait peur. Comment garder la tête froide quand il sera parti et me centrer sur moi ? Je pars 3 semaines en congés avec peu de possibilités de me connecter ou d'être joignable. J'appréhende de le laisser sans nouvelles mais j'ai aussi besoin de prendre du temps pour moi et de prendre du recul.

Je suis troublée car je n'ai du coup pas la possibilité de lui dire que je voulais renouer contact avec mon ex-polyamoureux que je verrai potentiellement durant mes vacances. J'aurais préféré que mon ami me fixe une ligne de conduite et je me sens coupable alors qu'il ne s'est encore rien passé. J'ignore même s'il se passera quelque chose entre nous. J'ai besoin de savoir si j'aime encore mon ex et de savoir si je pourrais être épanouie en entretenant des relations avec plusieurs hommes. J'ai le sentiment que je resterai éternellement insatisfaite si je projette et concentre mes attentes sur un seul homme alors que je déborde d'amour à donner.

Voir dans le contexte

Discussion : Amitié amoureuse mono-poly / besoin d'aide.

Profil

Benedicta7

le mercredi 22 juillet 2015 à 00h17

Bonsoir,

Je vais méditer tout ça et tenter de lancer la discussion avec mon ami. C'est assez étrange, à présent que je vous ai parlé ma curiosité me pousse à en savoir plus sur le polyamour lors qu'il y a quelques mois je l'aurais rejeté en bloc. J'apprends beaucoup de vos différentes discussions. Je pourrais passer des heures à parcourir le site. Je réalise qu'il s'agit d'une voie de développement personnel, moi qui pensait me perdre en route j'avais tout faux.

Voir dans le contexte

Discussion : Amitié amoureuse mono-poly / besoin d'aide.

Profil

Benedicta7

le mardi 21 juillet 2015 à 01h11

Bonsoir à tous,

Je suis ravie de lire tous ces points de vue différents et complémentaires. Certains de vos commentaires me posent question.

sharlin
Sortir avec quelqu'un pas 100% poly quand on l'est c'est se mettre sur un siège éjectable. Et donc ça oblige soit à brider ses propres sentiments, soit à risquer de se faire briser le coeur pour ce type de raison.

Même j'aurais préféré qu'il joue franc jeu dès le début je crois qu'objectivement je ne l'aurais pas rejeté s'il m'avait dit tout de suite qu'il est poly. Nos différences n'ont pas un effet repoussoir pour moi même di ça reste abstrait pour moi. Pour moi toute relation est une prise de risque. Je refuse de brider mes sentiments même si au final il n'y a pas de contrepartie. J'écoute mes intuitions, ce malgré mes peurs et advienne que pourra. Je reste persuadée que certaines histoires méritent d'être vécues, même si elles finissent par devenir douloureuses. Y a-t'il vraiment moins de risque d'être blessé ou de se faire larguer en restant entre poly ?

Nurja
En faisant abstraction de cette relation, comment te sens-tu avec l'idée de polyamour ?

Avant de rencontrer des polyamoureux, je me faisais une certaine idée d'une relation libre sans l'étendre au sexe ou à toute relation affective : à savoir vivre et laisser l'autre vivre sans moi c'est propres expérience. Ce en étant consciente que l'autre ne nous appartient pas. J'en viens maintenant à penser que je n'ai pas de prise sur les pensées ou désirs de l'autre. Je peux concevoir qu'on soit attiré ou ému par d'autres personnes mais je me suis toujours fixée comme limite de ne pas franchir cet interdit. Par contre, je remets de plus en plus en doute la fidélité. Tout dépend du contrat de départ.

LuLutine
Quelque soit l'étiquette qu'on me colle, qu'elle me plaise ou non, ça ne change pas qui je suis. Et j'aime qui je suis.

Je trouve cette citation très belle. A vrai dire j'ai peur de ressentir un sentiment d'infériorité en l'imaginant avec ses autres conquêtes. Lui me dit souvent que chaque personne est spéciale. A quoi bon ressentir de la jalousie ou se déprécier. Son jugement compte quand même à mes yeux mais ne doit pas déterminer qui je suis.

Je vais réfléchir à vos suggestions sur le port du préservatif. Elles me semblent judicieuses.

En vous lisant je réalise qu'il va falloir que je cesse de vouloir tout contrôler et lâcher prise. Tout m'échappe en fait. Je m'interroge sur mon besoin de sécurité affective. Peut-il trouver sa place dans une relation poly? Mais en fait, rien n'est prévisible. Rien ne sert de faire des plans sur la comète. Il faut je crois, laisser le temps faire son oeuvre. C'est un apprentissage.

Voir dans le contexte

Discussion : Amitié amoureuse mono-poly / besoin d'aide.

Profil

Benedicta7

le lundi 20 juillet 2015 à 09h09

Merci pour vos retour qui m'aident à me remettre en question. J'ai besoin d'y voir plus clair.

Il est vrai que mes peurs sont celles d'une monogame. Il va falloir que je tienne compte de son mode de pensée à lui. Difficile pour l'heure de ne pas tout mélanger.

LuLutine
Est-ce que tu ne veux pas lâcher prise sur cette étiquette, justement ? Qu'est-ce que cette étiquette changerait concrètement dans les faits ?

En fait ça à voir avec mon estime de soi. Je ne veux pas me sentir comme une maitresse ou une sexe friend qui ne devrait renoncer à vivre son histoire au grand jour. Puis c'est comme s'il refusait d'emblée l'idée de tomber amoureux. Mais là encore je ne veux pas forcer les choses. Oui je ressens l'idée de lâcher prise et je ne veut pas que ces étiquettes me minent. J'étais très mal la semaine passée. Je ne veux pas me rendre malade.

Concernant l'usage du préservatif, j'ai toujours considéré que l'arrêt acte le fait que la relation s'installe et devient plus sérieuse. J'aurais eu l'impression de régresser. Mais c'était dans le cadre de relations classiques. J'ai besoin de lui faire confiance sur ce point. Reprendre le préservatif peut être en effet d'une grande aide.

Lagentda
je pense qu'il est important de se concentrer plutôt sur l'analyse partagée de vos peurs et engagements communs que vous avez ou pourriez avoir

On a un peu évoqué le sujet derrièrement sans aller vraiment plus loin. Je pense qu'il avait peur de me braquer ou me blesser mais je réalise qu'avoir cette discussion franche pourrait nous aider. Il a évoqué la possibilité qu'on en parle de visu. Je dois passer 5 jours avec lui prochainement. Je pense me sentir à présent prette à avoir cette conversation.

Voir dans le contexte

Discussion : Amitié amoureuse mono-poly / besoin d'aide.

Profil

Benedicta7

le dimanche 19 juillet 2015 à 19h49

LuLutine merci pour cette première réponse.

LuLutine
Moi j'ai jeté une bonne partie des étiquettes par la fenêtre et depuis ça va beaucoup mieux !

Les tensions entre nous surviennent justement quand on pose une étiquette sur ce que nous vivons, que nous appréhendons le regard des autres. Je ne parviens juste pas à comprendre pourquoi il refuse de m'appeler sa copine alors qu'il ne refuse pas cette appelation à ces anciennes relations. J'ai le sentiment qu'il me ferme s'emblée sa porte. Il m'a souvent dit qu'il craignait que je veuille le garder pour moi toute seule alors que je me sens aujourd'hui prette à le laisser voir d'autres femmes. Je comprends pas pourquoi il renie notre relation même sans étiquette.

LuLutine
Au vu de ce que tu nous dit, il me semble que ne pas renoncer à cette relation" implique directement que tu acceptes qu'il voie d'autres personnes (y compris sexuellement) et qu'il vive sa vie en dehors de toi

J'ai longtemps été jalouse et possessive mais avec du recul je pourrais concevoir l'idée qu'il puisse coucher avec d'autres femmes car je suis conciente qu'on puisse être touché ou attiré ou désirer quelqu'un d'autre. Je ne considère pas qu'il m'appartient. Émotionnellement, j'ai juste peur de perdre ma place et qu'il s'éloigne de moi, que l'on perde notre complicité et j'ai peur de ne plus lui faire confiance. J'ai également peur des maladies sexuellement transmissibles. Nous ne portons pas de préservatif.

LuLutine
Pourquoi te sens-tu coupable d'être poly ?

J'ai peur qu'il m'en veuille malgré tout et qu'il se sente abandonné ou trahi si je vois quelqu'un d'autre en plus de lui. J'ai peur de lui accorder moins d'attention. Puis j'ai peur de perdre mes repères.

Voir dans le contexte

Retour au profil


Espace membre

» Options de connexion