Polyamour.info

Souleo

Souleo

Toulouse (France)

Participation aux discussions

Discussion : Je cherche une lanterne...

Profil

Souleo

le lundi 06 février 2017 à 18h24

Bonjour Cinecitta,

Cinecitta
Mes doutes provenant évidemment du fait que mon coeur ne vibrant pas en miroir du sien, ce ne pouvait etre une base saine pour une relation primaire...

Mais toi, veux-tu avoir une "relation primaire"?
Personnellement, cet article et cette discussion m'ont pas mal amenée à réfléchir sur le sujet, et j'en suis venue à la conclusion qu'en ce qui me concerne, je ne souhaite pas hiérarchiser mes relations. Certain.e.s voient le polyamour comme nécessairement hiérarchique, d'autres non, et chacun.e voit midi à sa porte, et c'est très bien comme ça :-)

Sauf que ... Il vaut mieux, pour tout le monde, être en phase sur ces concepts avec les personnes chères à nos cœurs, mais à mon avis ça ne s'improvise que rarement.

Dans ce que tu décris il semble que F soit venu au polyamour suite à ses discussions avec toi. Ou pas, mais en tout cas il semble avoir une vision "polynormative" : le polyamour, c'est une relation primaire, et d'autres relations, qui ont moins d'importance.

Alors que toi tu sembles être moins hiérarchique, voire pas du tout. Peut-être pouvez-vous en parler sous cet angle ?
Peut-être que cette "polyhiérarchie", c'est une façon pour F d'accepter le polyamour, tout en restant dans une forme de sécurité pour lui ? Peut-être est-il inquiet sur l'amour que tu pourrais lui donner, ou sur la place qu'il entend avoir dans ta vie (ou dans la vie de toute personne dont il serait amoureux)...

Bonnes discussions :-)

Voir dans le contexte

Discussion : Nouvelle ici

Profil

Souleo

le lundi 06 février 2017 à 18h08

muguet
Bref, je me rends compte qu'être polyamoureuse c'est aussi apprendre à être seule avec ses chagrins.

Je crois qu'on est tou.te.s passé.e.s par là, par cette interrogation sur la solitude. Personnellement je n'ai pas encore trouvé la réponse (y en a-t-il une ?), mais je sais qu'on est rarement seul.e avec ses émotions : tu peux en parler ici, et nous t'écouterons :-)
Je comprends que L te manque, et contre ça il n'y a pas grand chose à faire, à part le temps, la communication... Souhaites-tu lui faire part de ce manque ?

muguet
M et moi cheminons doucement vers la liberté. Mais à quoi ça va servir ?

Ça va servir à ce que tu sois au plus proche de qui tu es à l'intérieur, et ça c'est précieux :-)
Bien sûr pour le moment, cette liberté que tu es en train de mettre en place avec M ne te donne pas la possibilité de vivre ta relation avec L comme tu l'entendrais, mais c'est parce que L a lui aussi son chemin à faire ... On n'avance pas tou.te.s au même rythme, ni même parfois dans la même direction, donc il vaut mieux s'armer de patience (note pour plus tard : Souleo, inspire-toi donc de ce que tu écris si sagement :D)

Courage :-)

Voir dans le contexte

Discussion : Contacts de psys ouverts au polyamour ?

Profil

Souleo

le jeudi 26 janvier 2017 à 11h33

Sur Toulouse Sud-Ouest je peux conseiller qq'une ; me contacter par MP :-)
Il me semble intéressant, d'ailleurs, de préciser qu'elle pratique une technique spécifique de psychothérapie, "l'approche centrée sur la personne".
Or, l'un des 3 piliers de cette approche, c'est "l’acceptation positive inconditionnelle, quoi que le client dise ou vive". Ben voilà :-D

J'étais persuadée qu'elle connaissait le polyamour car quand j'en ai parlé elle n'a pas levé un sourcil, mais si ça se trouve c'est la 1ère fois qu'elle en entendait parler ... Et ça ne s'est pas vu, en tout cas :-)

Voir dans le contexte

Discussion : Nouvelle ici

Profil

Souleo

le jeudi 26 janvier 2017 à 11h23

Bonjour Muguet, et merci pour ton partage :-)

bonheur Le polyamour implique que toutes les personnes concernées soient informées de votre rencontre, de ce baiser et de vos intentions à L et à toi.


Je ne suis pas d'accord, ou alors cela dépend de ce que l'on entend par "personnes concernées" : les gens avec qui l'on entretient une relation, bien sûr. Passées les limites de ce cercle... C'est à chacun.e de voir comment il/elle souhaite vivre ses relations, et on ne peut pas tout contrôler.

Il me semble que lorsque l'on se découvre polyamoureux.se, il faut d'abord tirer au clair ses propres intentions et positionnements, puis les partager, et voir avec quelle valeurs on est prêt.e à vivre.

Muguet, est-ce que M était/est au courant de ton attirance pour L ? Penses-tu qu'il puisse être ouvert à une discussion sur le polyamour ?

Je te souhaite bonne chance dans ton cheminement :-)

Voir dans le contexte

Discussion : En passant

Profil

Souleo

le mardi 24 janvier 2017 à 09h34

Bonjour 777,

Comme ça m'intéresse d'échanger avec toi sur ton questionnement de départ :

777
reproduire de mon côté son mode de vie : 2 amours. Sachant que même s'il m'en parle, il ne semble pas réellement convaincu. Et que, encore faudrait il que je puisse rencontrer quelqu'un. et que cette personne soit suffisamment ouverte d'esprit pour accepter cette situation, parce ce que je n'envisage pas le mensonge.

,

je t'ai envoyé un MP.
En espérant qu'il te parviendra :-)

Voir dans le contexte

Discussion : Un témoignage : quand ça n'évolue pas comme on l'espérait ; et un questionnement sur la solitude

Profil

Souleo

le mardi 24 janvier 2017 à 09h18

Maya, je vois que je ne suis pas la seule à avoir emprunté une route un peu différente ... je te souhaite bon courage dans ton cheminement, et j'échangerai avec toi avec plaisir :-)

Maxxence
Ne plus être co-habitant ne veut pas dire vivre seul(e) :-)

Oui, c'est tout à fait cela :-)
Et merci pour ce beau message plein de sérénité :-)

C'est d'autant plus difficile en ce moment que je suis en plain dans la transition : je n'ai pas encore quitté "notre" maison : nous sommes en bons termes, et cela me permet de continuer à cohabiter, le temps que j'emménage dans mon nouveau logement. Cette attente est très frustrante, d'autant plus que le climat entre mon mari et moi est du coup très apaisé, et bienveillant. Et c'était exactement ce que je voulais... Mais en continuant à construire ensemble !!
Mais je sais que c'est parce que la décision d'une séparation a été prise que le climat est apaisé, et je me console en me disant que c'est une excellente chose pour la suite de notre relation, et pour nos enfants.

Quant à ma peur de la solitude, je vais, effectivement, attendre et voir (et prendre un peu de recul, exercice parfois un peu difficile chez moi :-D )

Voir dans le contexte

Discussion : Un témoignage : quand ça n'évolue pas comme on l'espérait ; et un questionnement sur la solitude

Profil

Souleo

le samedi 21 janvier 2017 à 18h46

Bonjour Gdf, et merci pour l'accueil :-)

Je crois que j'ai moi-même besoin de tirer mes attentes au clair, et surtout, de voir dans quelle proportion je subis les projections des autres (de ma propre mère à la société toute entière : "la solitude c'est le mal, le couple c'est le graal") dans mes anxiétés.

Affaire à suivre :-)

Voir dans le contexte

Discussion : Un témoignage : quand ça n'évolue pas comme on l'espérait ; et un questionnement sur la solitude

Profil

Souleo

le jeudi 19 janvier 2017 à 09h57

Bonjour à tou.te.s,

Voici quelques mois déjà que je suis avec intérêt les discussions sur ce forum, et elles m’ont beaucoup enrichie, ce pour quoi je vous remercie :-)
Mon parcours est peut-être un peu « classique » : quand j’étais petite (jusqu’à 25-30 ans, environ :-D), je croyais dur comme faire qu’on ne pouvait aimer qu’une personne à la fois, que tromper l’autre était le péché capital, etc.
Et puis je me suis mariée, j’ai eu des enfants, mon couple a souffert, et je suis tombée amoureuse de quelqu’un d’autre … Tout en réalisant que j’étais toujours amoureuse de mon mari. S’en est suivi une période de dissimulation, dans laquelle je ne me suis pas reconnue, et, il y a maintenant 1 an, des aveux (à mon initiative) à mon mari dont je savais qu’il était de toute façon au courant, et une proposition de ma part d’ouvrir notre couple vers « autre chose ».

Entretemps, j’avais découvert, via le blog des Questions Composent, puis des Fesses de la Crémière le polyamour, et ça m’avait beaucoup, beaucoup parlé. J’ai lu les bouquins de Françoise Simpère, et j’ai réfléchi … Me rendant compte que j’aimais plusieurs personnes à la fois, et aussi que l’idée que F., mon autre amoureux, soit heureux en ménage avec sa femme et ses enfants, séduise d’autres femmes … Me rendait heureuse pour lui, sans sentiment de possessivité ni de jalousie. Je me suis dis que j’étais peut-être bien polyamoureuse, en fait :-)

J’en ai parlé à mon mari, qui a d’abord manifesté un rejet : « les gens ne font pas comme ça ! ». J’ai eu l’impression qu’il préférait avant, quand les choses étaient cachées, et qu’on faisait semblant …
Officiellement il « acceptait « ma relation avec F. (sur un principe de réciprocité, bien sûr), mais je n’avais pas l’impression qu’il se sentait vraiment serein avec cette situation. J’ai donc proposé que nous voyions une thérapeute de couple (et à ce propos, quiconque en recherche un.e en région Toulousaine peut me demander ses coordonnées par MP, elle est d’une part formidable d’écoute et de bienveillance, et surtout elle s’est tout de suite, sans l’ombre d’un jugement, approprié le concept de polyamour).

Notre but était, au cours de ces séances, d’explorer ensemble les limites de chacun, et de voir si, et comment, nous pouvions continuer à construire ensemble, continuer à élever nos enfants ensemble … Ces séances nous ont été extraordinairement profitables : je n’avais jamais pu échanger avec lui avec cette simplicité et cette transparence, tout en restant dans la bienveillance et le respect des ressentis de chacun.
Pourtant, et c’est là peut-être que mon récit diffère de pas mal des expériences que j’ai pu lire sur ce forum, mon mari n’a jamais pu s’ouvrir à la possibilité d’un polyamour.
Et malheureusement pour mon projet de départ (soyons polyamoureux, élevons nos enfants ensemble dans l’affection et la tolérance, youpi), j’ai dû me rendre à l’évidence : c’était par trop éloigné de ses valeurs, et en fait, il souffrait :-(

Au questionnement : se voyait-il plus heureux avec moi en polyamour, ou séparé de moi en restant dans ses valeurs, il a répondu par la deuxième option. Et moi, ne souhaitant pas revenir sur qui j’étais, j’ai dû me rendre à l’évidence … J’aurais tant aimé, moi aussi, venir ici témoigner qu’avec du dialogue, de l’amour, de l’écoute … On peut faire évoluer son couple vers le polyamour. C’est sûrement vrai de beaucoup de couples, et c’est tant mieux, mais ça ne l’a pas été pour le mien, et nous avons donc pris la décision de nous séparer. Ca a été un moment très dur.:-/

Ca, c’était en novembre dernier, et depuis je chemine … Et me viennent des questionnements sur ma vie affective future.
F. a un équilibre entre sa famille et moi, moi je n’ai « que » lui, est-ce que ça ne va pas créer un déséquilibre, faire peser un poids trop important sur notre relation ? Me sentant seule, fin décembre, je me suis inscrite sur OKcupid ; j’ai tenu … 1 semaine. Entre les messages qui me sont tombés dessus en pagaille alors que je n’avais même pas encore renseigné mon profil, et que la seule chose qu’on savait de moi, c’est que j’étais une femme, attirée –entre autres – par les hommes, et les gens avec qui tu avais échangé qq messages et qui voulaient tout de suite te rencontrer et la charge émotionnelle que cela représentait pour moi, j’ai préféré arrêter et suspendre mon compte.

Et puis cette semaine, je mange avec une amie, lui annonce ma séparation prochaine, lui parle de polyamour et de ma remise en question du modèle classique du couple… Et elle me répond « j’ai quelques copines qui, une fois séparées, ont eu plein de relations « sans lendemain », se sont éclatées… Mais au bout de quelques temps, elles se sont rendues compte que tout ce qu’elles voulaient, c’était quelqu’un sur l’épaule de qui elles pouvaient poser leur tête le soir en rentrant ».

Ca m’a beaucoup marquée, parce que moi, bientôt, une semaine sur 2, je serai seule.
Et autant la solitude m’a manqué, et j’ai souffert, à partir du moment où j’ai eu des enfants, de ne plus avoir de moments à moi, seule et tranquille avec moi-même, pour peindre, écouter de la musique, méditer, bouquiner ou tout simplement ne rien faire et me laisser aller à mon petit dialogue intérieur, autant, maintenant que cela s’annonce comme une réalité, je dois bien l’avouer : j’ai peur.

Ne pas avoir une épaule à domicile, quelqu’un à serrer dans ses bras quand on en ressent le besoin, est-ce que c’est ça, la solitude ? Et est-ce que c’est … Si rédhibitoire ?

Souleo, en plein questionnement existentiel

Message modifié par son auteur il y a 3 ans.

Voir dans le contexte

Discussion : Café poly non directif - changement d'animatrice

Profil

Souleo

le jeudi 15 septembre 2016 à 15h35

Merci Dolcevita :-)

Puis-je proposer à 1 ou 2 ami.e.s de se joindre à moi, même si iels ne sont pas inscrit.e.s sur le site ?

Voir dans le contexte

Discussion : Café poly non directif - changement d'animatrice

Profil

Souleo

le jeudi 15 septembre 2016 à 10h13

Oh chouette, ça m'intéresse beaucoup :-)

J'en profite pour me présenter, car même si j'ai beaucoup "sous-mariné", et envoyé quelques MP, je ne me suis encore jamais lancée dans le grand bain "public" : j'ai 40 ans, en couple hétérosexuel depuis 14 ans. Cela fait 5 ans environ que je m'interroge sur le modèle monogame, et l'arrivée d'une autre personne dans ma vie il y a 4 ans a accru ces interrogations.

Je serais donc très heureuse d'échanger avec vous mardi prochain, si je peux me "libérer" (le mot prend ici tout son sens!).

Voir dans le contexte

Retour au profil


Espace membre

» Options de connexion