Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Souffrez vous d'être polyamoureux ?

Engagement
#
Profil

monamour

le lundi 08 novembre 2010 à 19h40

Bonjour

la question est dans le titre...

quand vous aimez des personnes à 'tendance monogame", êtes vous malheureux de les rendre malheureux en ne pouvant leur donner l'exclusivité dont elles ont besoin?

#
Profil

PolyEric

le lundi 08 novembre 2010 à 20h07

Moi je suis malheureux qu'elles ne puissent me donner la liberté dont j'ai besoin.
Je suis aussi malheureux de les voir s'enfoncer dans l'erreur.
Je souffre qu'elles soient mono amoureuses.

Il faut dire que je ne fait pas partie des gens qui pensent que le mono-amour est une référence et le polyamour une bizarrerie, et je dirais même que je fait plutôt partie des gens qui pensent le contraire (en fait je me demande si je ne suis pas le seul ou presque).

Message modifié par son auteur il y a 9 ans.

#
Profil

Pinklady

le lundi 08 novembre 2010 à 23h34

Je trouve en effet douloureux parfois d'etre polyamoureux parce que rencontrer des polymoureux est assez rare donc en effet soit on rencontre des êtres qui veulent l'exclusivité et pour ma part c'est rédibitoire soit on rencontre des hommes qui vivent dans l'adultère et c'est beaucoup beaucoup de souffrance.
Je ne considere pas une personne adultérine comme etant vraiment polyamoureuse même s'il y a des sentiments.
Ceci dit on est polyamoureux de fait et pas par simple choix donc redevenir monogame par raison pour ma part serait douloureux.

#
Profil

Romy

le mardi 09 novembre 2010 à 04h34

Pas malheureuse, mais déçue et triste. Déçue qu'une chose simple ne soit pas possible. C'est comme de la résignation. J'en reviens toujours à l'exemple de la personne anorexique. Il suffirait pourtant de manger pour qu'elle guérisse. Mais le blocage est profond. On a beau vouloir expliquer, démontrer par l'exemple, c'est frustrant de se rendre à l'évidence, que ce qui est simple pour certains, ne l'est pas pour d'autres. Accepter cela, c'est difficile parfois. On veut se battre pour que ça fonctionne. Mais si l'autre ne veut pas, il faut s'y résigner.

#
Profil

Drya

le mardi 09 novembre 2010 à 13h30

Bon, être "anorexique" implique qu'il y a un dysfonctionnement, alors que quelqu'un qui a naturellement peu d'appétit mangera aussi peu, mais se sentira bien.
J'ai entendu parler récemment d'un conte philosophique dont la morale était que plus on nourrit l'esprit, plus il a faim, moins on le nourrit, moins il a faim. Il me semble que ça se vérifie dans plein d'aspects de la vie humaine: l'amour, la curiosité, la confiance, la libido... et l'envie de "diviser (ou multiplier??) les sources", de stabilité, d'intimité part exemple? Est-ce cela qui fait souffrir: diviser ses sources? parce que ça crée une distance/méfiance, les fait se repousser comme des aimants (tiens, allez, jeu de mot bien placé ^^), où finalement on n'est jamais vraiment proche de l'un ni de l'autre ? Peut-être l'impression d'être sur un siège éjectable, certains aiment ça, d'autres en deviennent dingues.
Je cherche juste le bon équilibre.

Message modifié par son auteur il y a 9 ans.

#
Profil

Siestacorta

le mardi 09 novembre 2010 à 14h17

"Siège éjectable"... Ca consiste à voir une rupture comme un accident dans la relation, alors que c'est aussi parfois une fin, parfois une étape.
Et puis, siège éjectable, ça suppose aussi qu'on ne pilote pas seul sa vie sentimentale. On en serait que le passager...
Je suis pas le seul à conduire mes relations, mais je me conduis au moins moi-même.
Voir l'amour comme une fatalité, c'est abandonner - nier, parfois - la liberté de choisir nos vies amoureuses.
En vérité, je vous le dis... heu... hum. Désolé.

#
Profil

Drya

le mardi 09 novembre 2010 à 14h47

Théoriquement, je comprends bien ce que tu veux dire, mais concrètement, je n'ai jamais eu l'impression de choisir volontairement mes relations: soit je m'y sentais bien et ça passait, soit je ne m'y sentais pas bien et ça cassait, et pareil pour l'autre même si quand l'un se sent pas bien, l'autre le sent aussi. Mais je n'ai jamais "choisi" d'être amoureuse, donc je dépends des sentiments de l'autre, que lui-même ne contrôle pas... donc à tout moment on peut me dire "ça marche plus, j'y peux rien, dégage".

#
Profil

Romy

le mardi 09 novembre 2010 à 14h47

Bien sûr, je ne compare pas les monogames à des dysfonctionnels...l'anorexie est une maladie. Ce que je voulais dire c'est que devant une anorexique, on est tenté de dire: mais c'est si simple! Tu n'as qu'à manger et tu iras mieux! De notre côté, ça semble simple, mais dans sa tête à elle, non. Même chose devant un monogame exclusif qui est aimé par un polyamoureux...on est tenté de lui dire: mais c'est si simple! Tu n'as qu'à accepter l'amour que je te donne et tout ira bien! De notre côté, ça semble simple, mais pour eux, ce ne l'est pas. C'est l'impuissance à faire comprendre à l'autre que sa souffrance n'est pas nécessaire et peut facilement être enrayée qui me peine. Une impuissance comme devant une anorexique. On voudrait vouloir pour elle...

#
Profil

Drya

le mardi 09 novembre 2010 à 14h54

Je comprends mieux ce que tu voulais dire, merci pour l'explication :)
J'essaye au passage de comprendre ce qui donne ce sentiment d'insécurité permanente. On a beau théoriser, concrètement sentir qu'on ne vaut pas mieux que d'autres, ça va quand on n'a pas d'envie d'ancrage ou de fonder une famille par exemple...

#
Profil

Siestacorta

le mardi 09 novembre 2010 à 17h51

Ah, bien sûr, on choisit pas ses sentiments !
Mais un peu ce qu'on en fait, quand même.

#
Profil

Romy

le mardi 09 novembre 2010 à 19h48

C'est surtout le point de vue de la personne qui est face à l'anorexique et qui veut l'"aider" qui m'intéresse. Le désaroi, l'impuissance...comment expliquer à quelqu'un qui ne veut pas manger que la façon de se guérir est...de manger! Je fais référence à cet exemple car j'ai connu une mère dont la fille était anorexique. La mère qui aimait sa fille ne savait pas quoi lui dire de plus qu'il faut manger...
Comme je ne sais pas quoi dire de plus à un monoamoureux: je t'aime.
Le reste, ça les regarde. Même si on ne comprend pas pourquoi c'est si compliqué.

EDIT: ok, je comprends, Siesta, ton message était en réaction au message de Drya :-)

#
Profil

LuLutine

le mardi 09 novembre 2010 à 23h20

Drya
On a beau théoriser, concrètement sentir qu'on ne vaut pas mieux que d'autres, ça va quand on n'a pas d'envie d'ancrage ou de fonder une famille par exemple...

Mais plein de polyamoureux fondent des familles...

#
Profil

Dreltak

le mercredi 10 novembre 2010 à 08h54

Eric_49
Moi je suis malheureux qu'elles ne puissent me donner la liberté dont j'ai besoin.
Je suis aussi malheureux de les voir s'enfoncer dans l'erreur.
Je souffre qu'elles soient mono amoureuses.

Il faut dire que je ne fait pas partie des gens qui pensent que le mono-amour est une référence et le polyamour une bizarrerie, et je dirais même que je fait plutôt partie des gens qui pensent le contraire (en fait je me demande si je ne suis pas le seul ou presque).

Message modifié par son auteur il y a 2 jours.

Je l'aurais pas dis tout à fait comme ça..... Disons que l'exclusivisme forcené, la jalousie meurtrière* me paraissent plus que suspectes d'un point de vue anti-patriarcal.

Après ont peut pas faire le bonheur des gens malgrès eux. Si une personne tient a rester monogame pour des raisons qui lui sont propre, du moment qu'elle me laisse la même liberté de choix, je ne trouve pas cela dérangeant.

*On fait bien des statistiques sur le nombre de décès sur la route, mais ce serait intéressant d'en faire sur le nombre de mort par jalousie.

#
Profil

Drya

le mercredi 10 novembre 2010 à 09h31

Quand je parle de projets comme une famille, c'est un exemple (mais sur ce forum je n'ai vu presque que des gens sans enfants ou ayant déjà des enfants avant de passer au PA), et je cherche à comprendre ce qui pose tellement problème dans l'idée de "diviser" les sources? alors que ça permet justement d'accepter plus facilement que quelqu'un ne soit pas complètement comme on aimerait et donc de l'aimer plus entièrement car on peut aller chercher ailleurs ce qui nous manque chez lui.
Mais je ne crois pas qu'il y ait de vraie réponse à ça, mais c'est une question qui revient souvent en filigrane et liée au besoin de stabilité il semblerait.

Message modifié par son auteur il y a 9 ans.

#

capucine (invité)

le mercredi 10 novembre 2010 à 11h34

pour reprendre le titre du fil:
je n en souffre plus j' en jouis,je m en delecte !
Ca arrive un peu tard mais le principal c est que ca soit arrivé!
Qu im aime me suive ,les autres restent et parfois le regrettent.
Moi je ne regrette plus rien je le vit!
J' ai beaucoup lu j' ai beaucoup appris sur moi meme et sur le autres
Ce que j ai tretenu c'est que que dans la vie il y a des opportunités qu il ne faut pas laisser passer:elles ne se representeront pas une deuxieme fois!

#
Profil

LuLutine

le mercredi 10 novembre 2010 à 15h44

Drya
ayant déjà des enfants avant de passer au PA

Je sais que Françoise est peut-être une exception ici, mais elle et son mari étaient en couple ouvert bien avant d'avoir des enfants.

#
Profil

bohwaz

le mercredi 10 novembre 2010 à 19h55

Souffrir je sais pas, mais disons que c'est compliqué, que ma compagne n'accepte pas et en souffre, c'est difficile, je me sens un coupable.

Assez désagréable.

#
Profil

CricriDamour

le samedi 29 octobre 2011 à 13h56

J'aime cette vie même si pour l'instant j'en souffre...

Mon amant m'a annoncé qu'on ne pourra plus se voir car il a rencontré quelqu'un et qu'il ne peut pas lui faire ça, elle ne lui pardonnerait jamais...
j'en suis très étonnée étant donné qu'on partageait les mêmes idées sur l'exclusivité, la fidélité, la confiance...

Peut-on vraiment changer ou est-ce que sa vrai nature va revenir au galop?
Je me rejouis de voir...

Il m'a dit aussi qu'il avait envie de voir si ça pouvait fonctionner

Il a 30 ans( j'ai 9 ans de moins) et je comprends qu'il ait envie de se poser et commencer à penser à fonder une famille. Je suis contente pour lui parce qu'il "avance"
Mais ça fait mal car je m'imaginais qu'on resterait amant pour le restant de notre vie...:-/

Nous restons ami, mais j'ai quand même très peur de le perdre de vue!!!

on n'ai jamais à l'abri de mauvaises surprises!

#
Profil

oasis86

le dimanche 30 octobre 2011 à 00h21

J'avais également envie de répondre à ce sujet... car il me semble important par rapport à la société actuelle d'aujourd'hui...

Oui j'en souffre, ce n'est rien comparé à toutes les nouvelles "richesses" qu'il vient de m'apporter, mais je souffre de ne pas pouvoir plus le "partager" avec tous ces hétéros exclusif qui je le vois bien désormais n'ont pas un discourt que je comprends toujours... je ne rejette pas leur mode de vie pour autant, chacun à le droit de vivre comme il veut.

Des fois j'aimerais crier à la terre entière toutes les choses bénéfiques qu'il m'a apporter dans la vie, depuis ces quelques mois et cela même si il y a des hauts et des bats et si je suis toujours célibataire... Mais je pense que la plupart des gens me regarderaient avec de gros yeux ronds, donc je ne dis rien, et reste malheureusement dans mon coin, mais n'en pense pas moins^^

J'ai simplement hâte de "commencer" ma vie de polyamoureuse.... pour le moment, j'ai juste l'impression d'avoir droit à un avant goût... sans pouvoir le "pratiquer" en quelques sortes, mais c'est déjà un début!

Message modifié par son auteur il y a 8 ans.

#

(compte clôturé)

le lundi 31 octobre 2011 à 11h57

Poly "de naissance", et non par choix de vie, je savoure régulièrement de très grands moments de bonheur qui compensent largement les petites souffrances. Il y a pourtant des jours où je me dis qu’il serait tellement plus simple d’être mono !
Aujourd'hui par exemple, c'est l'enfer d'être poly. Demain ça ira mieux, sans doute.

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion