Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Être la préférée... flatte mon égo

Témoignage
#

(compte clôturé)

le dimanche 25 juillet 2010 à 11h30

j'ai su, par ses amis, sa mère etc, que j'étais sa petite préférée dois je en être flattée ?

Pourtant, je ne trouve pas qu'il fait plus d'effort pour moi, il reste toujours sur sa position de deux jours par semaine et quelques vacances....

comme il se sent si bien avec moi, Pourquoi ne me donne t'il pas plus de temps?

Alors je pense peut être a tort, qu'il n'a pas autant d'amour comme il me le prétends...
ps : (je précise je suis monogame et son absence me fait souffrir)

#
Profil

titane

le dimanche 25 juillet 2010 à 12h35

Attention! tu n'es pas ton ego! ton ego et flattée, mais il y en a une autre qui se pose la question... qui est-elle cette autre?

Ton égo est celui qui raisonne en terme d'efforts pour toi, celui qui comptabilise pour se rassurer ou au contraire justifier les émotions impulsives de peurs et de doute qu'il génère...

Toi, je pense est celle qui écrit "peut-être à tort" et celle qui lance cet "appel" pour se "libérer" et enfin pouvoir non pas "souffrir" de cette absence mais y percevoir l'amour derrière cette souffrance... je l'aime, c'est normal qu'il me manque! Que je sois la préférée ou pas cela ne change rien! Il m'aime, il me le dit, je le crois, et je l'aime aussi... cette souffrance est délicieuse car manifestation de cette relation amoureuse...

elle devient souffrance lorsque je doute, lorsque je fragilise mon estime de soi, lorsque je perds cette réceptivité à sa présence en moi... Alors, ce manque douloureux: de sa faute ou de la mienne?

il ne m'abandonne pas... il ne m'aime pas "moins" que les autres... il m'aime point... je le sens, je le sais et j'y crois parce que je l'aime moi aussi...

Mon ego me signale quelque chose, mais son message n'est pas forcément le bon... à moi d'interpréter, pas à lui... il me signale non pas qu'il m'aime moins (hypothèse démentie par les témoignages que je viens d'entendre), mais que j'ai peur d'être abandonnée, d'être "moins que"... je peux renforcer mon estime de soi et me rendre compte qu'il m'aime donc je suis aimable...

Madeline59, que dirais-tu à une amie si elle doutait comme ça de son amoureux... sincèrement... que lui dirais-tu?

Message modifié par son auteur il y a 9 ans.

#
Profil

titane

le dimanche 25 juillet 2010 à 13h49

Tiens, voilà des petites "notes" piquées à gauche et à droite et remaniées à ma sauce... au cas où...

Il faudrait nous convaincre des amours qu'on ignore lors même qu'on en jouit (adpaté de Montesquieu)

Le bonheur d'aimer est un équilibre instable... notre fragilité: hésiter entre savourer encore plus un amour qui peut "partir ailleurs" de temps en temps mais qui revient aussi de temps en temps (optimisme) et se tourmenter davantage de son départ alors qu'il est encore là (pessimisme).

Puisque les jours avec lui sont "comptés" il te reste le choix d'ajouter de l'amour aux jours passés avec lui faute de pouvoir ajouter des jours à cet amour... deux jours d'amour par semaine !!! tu vas faire grimper les statistiques !!

Peu de couples (même mono) peuvent se payer ce luxe !

Ne confonds tu pas le plaisir d'être avec lui ou son plaisir d'être avec toi et votre amour ?

"Le plaisir est le bonheur des fous, le bonheur est le plaisir des sages" Barbey d'Aurevilly...
Le plaisir d'être ensemble est le bonheur des amoureux-fous, le bonheur amoureux (même séparés) est le plaisir des amoureux-sages ?

Le "bonheur est d'avoir quelqu'un à perdre" Philippe Delerme... pas à "perdre" définitivement, mais de temps en temps...

La relation amoureuse devient heureuse lorsque chacun sait déjà être heureux par lui-même...
et enfin...

L'hyperactivité amoureuse est une entrave au bonheur: elle génère ou provient de l'anxiété (peur de manquer ou du vide); d'une recherche perfectionniste d'un idéal imaginaire (toujours insatisfaite), d'un hypercontrôle non réaliste et épuisant, ou d'une recherche de sensations fortes toujours à renouveler toujours plus fortes...

Aimer paisiblement serait un mouvement de balancier entre l'oubli de soi (quand il est là) et la conscience de soi (quand il est ailleurs)...

Message modifié par son auteur il y a 9 ans.

#

(compte clôturé)

le dimanche 25 juillet 2010 à 14h11

Merci Titane pour toutes ces jolies phrases ! :-)
Il en est certaines que je vais noter dans mes tablettes (+)

#

(compte clôturé)

le dimanche 25 juillet 2010 à 15h48

Merci titane je prends note de tous....

Pour comprendre mon manque et ma peur de perdre un être cher, c'est parce que depuis près de 4 ans..

j'ai vécu le deuil de mon frère, décédé d'un accident de moto, peu de temps après le décés de mon compagnon d'un arret cardiaque (tous deux a 42 et 45 ans).
Et depuis 18 mois ma mère, je me retrouve donc orpheline.

Ce manque de confiance en moi, est ancré, depuis ces moments douloureux.

Et je demande a cet ami, d'être celui qui est ma bouée de sauvetage, mon mentor, mon amour, mon bien aimé..... (je lui en demande de trop car je ne sais jamais " ce qui se passera demain)

-----Ne confonds tu pas le plaisir d'être avec lui ou son plaisir d'être avec toi et votre amour ?

NON
C'est un amour sincère de mon coté comme du sien.
Car chaque instant passé avec lui je le savoure de tout mon être.
car nous ne sommes pas éternel.

#

(compte clôturé)

le dimanche 25 juillet 2010 à 15h53

Madeline59, que dirais-tu à une amie si elle doutait comme ça de son amoureux... sincèrement... que lui dirais-tu ?

Je lui dirais d'en discuter avec lui et de trouver un terrain d'entente...mais il est vrai que l'on ne doit pas douter d'un amour
sinon ce n'est plus de l'amour mais de la rage...

#
Profil

titane

le dimanche 25 juillet 2010 à 18h29

j'ai également vécu un deuil important, celui de ma mère... et je dis toujours que c'est l'évènement le plus structurant pour moi...

Tes deuils peuvent justement te faire découvrir cette aptitude d'aimer dans l'absence... ou plutot dans cette présence qui n'a plus be soin de se matérialiser... tes deuils peuvent te faire découvrir que même dans l'absence on aime et on est aimé...

Les philosophes disent que vivre c'est apprendre à mourir... je dis aussi qu'aimer c'est apprendre à aimer l'absence... cela ne veut pas dire que c'est mieux de mourir ! ou que l'absence est mieux que la présence!

Non, non... je dis que si EN PLUS tu aimes aussi les tiens dans leur absence alors tu aimes de façon libre, gratuite et spontanée...

C'est "grâce" à ses absences que tu as appris à savourer la présence... On dit que pour aimer il faut apprendre à voir... puis à ne plus voir... puis à voir dans le non-voir... pour enfin mieux revoir... apprendre à aimer en sa présence, apprendre à souffrir dans son absence... apprendre à l'aimer dans son absence... pour enfin l'aimer mieux dans sa présence... non en tant qu'objet de ton désir ou de tes plaisirs..; mais en tant que sujet de votre amour...

Un "sujet amoureux" devient un "ami"... au delà de l'absence et de la distance... et un amant lorsqu'il est là...

La même chose pour ceux qui disparaissent... avec le deuil on apprend, je crois, à aimer avec l'absence (pas malgré l'ansence)... et à sentir cet amour non pas à sens unique (et donc dans le manque) mais partagé (une présence vibtrante en nous... ce que j'appelle une empreinte vivante)

#
Profil

titane

le dimanche 25 juillet 2010 à 18h30

madeline59
Madeline59, que dirais-tu à une amie si elle doutait comme ça de son amoureux... sincèrement... que lui dirais-tu ? Je lui dirais d'en discuter avec lui et de trouver un terrain d'entente...mais il est vrai que l'on ne doit pas douter d'un amour
sinon ce n'est plus de l'amour mais de la rage...

Cest tout ce que tu lui dirais? mais avant de lui proposer cette solution, comment la consolerais-tu? comment lui donnerais-tu du courage?... comment lui redonner confiance?

#

(compte clôturé)

le dimanche 25 juillet 2010 à 19h14

après il faut que la personne veuille bien qu'on l'aide. Il y a des gens qui s'enferment sur eux même, quand tout bascule.

La consoler en faisant preuve de présence ?
L'encourager en lui disant que chaque épreuve est une force ?
Lui redonner confiance, et comment ?

Chacun prend sa route comme il le souhaite, je tends la main a celui qui veut bien me la prendre.

Merci pour ton message Titane

#
Profil

titane

le dimanche 25 juillet 2010 à 20h38

ne lui dirais-tu pas d'arrêter de s'auto flagéler et d'écouter davantage ce que les autres lui disent... qu'ils n'ont aucune raison de lui mentir. Que c'est bon d'y croire...

Que devant le doute il y a un choix entre imaginer ce qui fait mal... et imaginer ce qui fait tant de bien... tant qu'à choisir !?

Ne lui dirais-tu pas: aller on essaye ! on choisit d'y croire et on déguste ce que cela nous fait... pas à notre ego... mais au fond de soi... pas un orgueil, mais une caresse à l'estime de soi... un encouragement à cet amour... une chance qu'on lui offre...

non?

#
Profil

LuLutine

le mardi 27 juillet 2010 à 01h41

Au fil des années, je me rends compte qu'être "la préférée" est assez peu important à mes yeux.

Du moment que je me sens écoutée, et que j'ai le sentiment de compter aux yeux de quelqu'un, la relation me convient. Je ne demande pas forcément beaucoup de temps, ce sont surtout les petites attentions qui comptent : par exemple, un amoureux qui arrive avec des fleurs, ou alors une boîte de chocolats :P (miam ^^ ), enfin bref qui me montre qu'il a pensé à moi, ça fait une différence.

Oui, c'est surtout l'attention (et les attentions, mais surtout la première) qu'on me porte qui compte(nt) pour moi !

#

(compte clôturé)

le mardi 27 juillet 2010 à 10h55

tout a fait lulutine ce sont les petites attentions qui me font prendre conscience qu'il pense a moi et c'est sur qu'etre la préférée c'est quand meme flateur, mais c'est pas lui qui me le dit c'est son entourage....

De toute façon je le ressens qu'il est bien avec moi et c'est le principal.
s'il est heureux, alors je suis heureuse.

#
Profil

LuLutine

le mardi 27 juillet 2010 à 11h19

madeline59
De toute façon je le ressens qu'il est bien avec moi et c'est le principal.

Ah ben oui, d'ailleurs s'il faisait la tête ou s'il avait la tête ailleurs lorsqu'il est avec toi, ça ne serait sans doute pas pareil ! ;)

Etre bien avec l'autre et le montrer, s'occuper de lui, ça c'est l'important ! :)

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion