Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Assumer ou pas

#
Profil

Soline

le mardi 27 juillet 2010 à 23h20

J'ai écrit mon précédent post dans un moment de baisse de régime. 
Dans notre cas, les preuves d'amour sont les bienvenues puisque je l'ai trompé...
Le problème est que nous avons toujours été d'accord sur l'essentiel mais que là nous avons un désaccord et que pour arriver à continuer ensemble il n'y a que deux possibilités soit il accepte que je sois libre sentimentalement,soit je renonce et me range aux normes de la société. 
Nous n'avons pas la même définition de l'amour et de la liberté au sein de notre couple depuis seulement 8 mois après 17 ans de monogamie. Ici sur ce site la vision monogame est synonyme de prison, en société c'est mon comportement qui est montré du doigt.
Pour le moment je choisis ce qui me fait le moins souffrir. Cycliquement j'accepte sans trop de mal ce renoncement, et par période, j'ai mal et nous en discutons. Comme l'écrit si bien Rosalie, le temps permet de réfléchir, rien n'est définitif Je continue dans cette voie.

Message modifié par son auteur il y a 11 ans.

#
Profil

titane

le mercredi 28 juillet 2010 à 09h37

Le mono n'est pas une prison... Pour beaucoup c'est une servitude volontaire, pour certain un choix vraiment libre qui respecte les autres choix.

Le mono n'est pas le diable... Sauf quand il se présente comme la référence!

#

Sabat_Mater (invité)

le mercredi 28 juillet 2010 à 14h38

Un homme a été banni de Facebook après s'être vanté d'avoir couché avec 300 utilisatrices du site de réseau social. Il explique même que grâce aux sites de socialisation en général, il aurait fait l'amour avec 1.500 femmes. Est ce du Poly Amour ?

#
Profil

Clown_Triste

le mercredi 28 juillet 2010 à 14h42

@Sabat_Mater : un homme serait venu sur ce site poster un message dont la teneur n'avait rien à voir avec le sujet du forum. Il aurait été lu par au moins 2 personnes. Est-ce du trolling ?

C.T.

Message modifié par son auteur il y a 11 ans.

#
Profil

Siestacorta

le mercredi 28 juillet 2010 à 16h00

Sabat : ben si les 300 utilisatrices sont d'accord pour continuer maintenant, ça pourrait en être.

#

Sabat_Mater (invité)

le mercredi 28 juillet 2010 à 16h18

Clive Worth explique ses exploits dans un livre, A Serial Shagger's Guide to Online Dating. A soixante ans, l'homme explique avoir couché avec 1.500 femmes grâce aux sites de socialisation, et notamment 300 utilisatrices du site Facebook. Une révélation que le site de Mark Zuckerberg n'a pas vraiment appréciée. Ainsi, pour cette raison, Clive Worth a été banni du site.Mais ce dernier ne s'est pas avoué vaincu, décidant alors de créer un nouveau compte sous un pseudonyme féminin, Carol Peters. L'homme a d'ailleurs été banni de plusieurs sites dont ceux dédiés à la rencontre Match.com et DatingDirect. Il se dit Poly Amoureux et se demande comment faire pour assumer ses désirs et sa nouvelle vie ....
Pouvez vous imaginez son agenda, son planning, comment gérer son temps libre ?
C'est ce qu'on appelle du Poly Amour à l'américaine ; mais sa femme est extrêmement jalouse et fera barrière à toute personne qui essaiera de l'approcher, cela est certain.

#
Profil

Siestacorta

le mercredi 28 juillet 2010 à 16h26

Même pas trôle...

#
Profil

titane

le mercredi 28 juillet 2010 à 19h08

Sans commentaire... J'aurais presque modèré là...

#
Profil

Pinklady

le mercredi 28 juillet 2010 à 19h23

Sabat_Mater
Un homme a été banni de Facebook après s'être vanté d'avoir couché avec 300 utilisatrices du site de réseau social. Il explique même que grâce aux sites de socialisation en général, il aurait fait l'amour avec 1.500 femmes. Est ce du Poly Amour ?

Je t'invite a relire la definition du polyamour et tu auras ta reponse...

#
Profil

Polyamour.info

le mercredi 28 juillet 2010 à 21h31

Revenez au sujet du fil, merci.

#
Profil

Siestacorta

le mercredi 28 juillet 2010 à 22h48

Imperatif, je kiffe.

#

(compte clôturé)

le jeudi 05 août 2010 à 14h37

Coucou,

je suis en vacance aevc Cecile et les enfants, je n'ai pas vu Anne depuis la rupture et ne la reverrai que dans un mois.

Avec Cecile, les choses vont plutot bien, on se repose, on fait l'amour (meme à mon initiative parfois) et je ne lui "presente pas la note" (c'etait une de mes craintes pour l'instant infondée).

Je corresponds avec Anne presque tous les jours: elle va "pas trop bien mais trop mal non plus".

Je les aime toutes les deux, mais il n'y en a qu'une qui m'aime comme je suis. Et Anne, justement je ne la toucherai plus.

C'est un amer amour, un "sacrifice" qui ne m'est supportable que par la magie des antidepresseurs et des anxiolytiques.
Mais on ne soigne pas la servitude volontaire avec des medicaments.

Tigramoureuxmaispasheureux.

#
Profil

LuLutine

le jeudi 05 août 2010 à 15h11

untigre_enhiver
Et Anne, justement je ne la toucherai plus.

Tu as une boule de cristal ??
Il ne faut jamais dire jamais (je sais que tu ne l'as pas dit - ou plutôt écrit - à proprement parler, mais c'est un sous-entendu assez clair dans ta phrase je trouve).

Je ne dis pas ça pour te causer de faux espoir, peut-être que ce que tu dis est vrai, mais seul le temps te permettra de le vérifier.
En attendant, je sais que c'est difficile mais essaye peut-être de te dire que la vie peut réserver de bonnes surprises ?

Même si récemment, en faisant confiance à quelqu'un, je m'en suis plutôt pris plein la figure (à chaque fois j'ai cru à la bonne surprise, de façon optimiste, et c'est la mauvaise qui m'est arrivée en pleine face), je continue à me dire que ça va s'arranger, d'une façon ou d'une autre.

Fais ce que tu peux faire (en évitant si possible les antidépresseurs...), en accord avec Cécile, pour garder le moral !

#
Profil

Romy

le jeudi 05 août 2010 à 15h37

Soline, la façon dont tu décris ton choix de ne plus revoir ton amant me fait croire que dans le fond, tu n'es peut-être pas à l'aise avec ce mode de vie. Je ressens beaucoup de culpabilité et de malaise. J'ai bien compris que tu avais menti au départ sur ta relation, mais ceci (le mensonge) ne devrait toutefois pas prendre le dessus sur tes convictions, c'est-à-dire qu'on peut aimer plusieurs personnes. Si dans le fond de toi tu considères la chose comme une tentation et que l'amour unique t'apparaît plus profond, tu n'arriveras jamais à convaincre ton mari que ton histoire avec ton amant n'est pas menaçante pour lui, parce qu'il perçoit tes hésitations. Je crois que je suis un peu comme ça aussi... C'est pourquoi je suis si susceptible lorsque j'entends des préjugés sur le polyamour...Si je n'avais aucun doute, si j'étais convaincue, je me ficherais de ce que les autres disent. Il faut se faire confiance, mais il faut avouer que je suis empreinte de mon éducation judéo-chrétienne, des films, des romans d'amour, des myhtes.

#
Profil

peche

le jeudi 05 août 2010 à 22h22

Bonjour Tigre,
Comme Lulutine j'ai envie de te dire que tu ne sais pas ce que te réserve l'avenir. Pour l'instant c'est comme ça mais ça ne veux pas dire que la situation d'aujourd'hui sera celle de demain.
Bon courage.

#
Profil

Soline

le vendredi 06 août 2010 à 16h14

Merci Rosalie. Tu touches du doigt ce qui ne va pas chez moi. Je suis assaillie de doutes, d'interrogations. Je pense sincèrement que l'on peut aimer deux hommes en même temps mais je ne peux m'empêcher de culpabiliser et je suis un peu perdue. :-(
En fait je n'ai jamais vécu une véritable relation PA, je suis novice. Bien que j'en ai parlé à mon mari avant même de penser à un autre homme, j'ai senti un tel mur en face de moi que j'ai préféré la clandestinité pour pouvoir vivre ce que je ressentais comme un besoin et pour ne pas avoir à l'affronter, le blesser. Je n'ai pas assumé :-/
Je suis quelqu'un faisant preuve d'une immense empathie envers les personnes qui me sont proches, je ne supporte pas de les voir aller mal. De plus je déteste les affrontements où chacun est campé dans une position différente et où la situation ressemble plus à une partie de bras de fer qu'à autre chose. J'ai le sentiment que c'est stérile. En affrontant mon mari, je ressens sa souffrance, j'ai aussi le sentiment de me vider de toute mon énergie pour tenter d'imposer ma demande de changement. Ce n'est que depuis que je lui ai parlé du PA, qu'il est devenu jaloux. Je pense qu'il se sent en danger, plus il se sent en danger, plus il est jaloux, et plus il est opposé au PA. A force de batailler, j'ai senti à un moment donné qu'il n'en pouvait plus, qu'il se détachait de moi, que je risquais de le perdre lui. Et là je me suis mise à douter sérieusement de ce que je voulais.
Je n'avais pas imaginé qu'un jour il pourrait être jaloux. En lui parlant du PA, naïvement, j'avais pensé qu'il aurait lui aussi envie d'essayer, qu'une fois de plus nous serions sur la même longueur d'onde, que la confiance que nous avions l'un envers l'autre, que la solidité de notre couple et de notre amour nous ôterait toute crainte de nous perdre en route. Nous sommes très complices et nous n'avions jamais eu de rapport de force. Ce qui est très loin d'être le cas face au PA.
Il a senti mes doutes, forcément. Comme chez lui c'est une certitude que le PA est voué à l'échec, il ne peut absolument pas accepter de me partager, il a le sentiment que notre couple serait dépossédé de ce que je pourrais donner à une autre relation. Il amplifie mes doutes. Ce qui me fait me sentir très mal.
Je me dis qu'en plus si je bataille juste pour faire accepter l'idée, si jamais un jour il finissait par accepter d'essayer, tout serait à refaire le jour où j'irais réellement voir un autre homme, son insécurité, sa jalousie reprendrait le dessus. Ce serait une bataille incessante, elle pourrait durer plusieurs années comme ça. Que d'énergie à dépenser, que de situations conflictuelles. Est-ce que je ne ferais pas mieux de consacrer cette énergie à améliorer notre relation de couple, je ne sais pas, je doute.
J'ai le sentiment que si je veux vivre en PA, je dois renoncer à mon couple, que ça serait trop lourd à vivre au quotidien, incompatible avec mon mari.
Si seulement il me faisait assez confiance, si seulement il acceptait d'essayer, si seulement il arrêtait de voir cette exclusivité qu'il perdrait, si seulement il s'accrochait moins à ses principes...
Et lui de son côté, il se dit : si elle pouvait abandonner son idée, si seulement tout pouvait revenir comme avant, on était si bien, si seulement je pouvais lui suffire, si seulement elle pouvait être convaincue que personne ne l'aimera comme je l'aime...
Je compte sur le temps pour faire son œuvre et y voir plus clair, que mes doutes se dissipent. Mais si jamais je veux vivre en PA, il faudra repartir à l'assaut, batailler et batailler encore; pas sûre que j'ai envie d'assumer à ce prix là. C'est que j'ai un adversaire qui est peut-être plus déterminé et persévérant que moi. Il assume plus que moi ce qu'il veut.
Je n'avais pas réalisé que ma liberté aurait un prix, je pensais qu'elle allait de soi.

Message modifié par son auteur il y a 11 ans.

#
Profil

Romy

le vendredi 06 août 2010 à 17h39

Bonjour Soline,
C'est effectivement difficile d'assumer. Pour moi en tout cas, qui doute toujours, qui donne toujours la chance au coureur (c'est-à-dire que je considère souvent que, a priori, l'opinion des autres est valable, ce qui me pousse à me remettre en question). Alors que mon mari est plutôt une personne qui fonce, une personne visionnaire. Moi je réfléchis trop... :-) Enfin, ça a quand même du bon aussi de réfléchir...

Dans mon cas, c'est mon mari qui a introduit le polyamour dans notre couple. Et à l'époque, même s'il avait beaucoup d'empathie et de respect pour mes sentiments, celà ne remettait aucunement en cause ses idées. Je sentais qu'il croyait viscéralement à ce mode de vie. Et comme j'ai beaucoup de respect pour lui et pour sa façon de vivre, je n'ai pas pu faire autrement que de le suivre. Parce qu'il ne laissait entrevoir aucune faille dans son raisonnement, aucun doute qui aurait pu me faire dire: Ah! tu vois! tu te contredis... etc. C'est comme un saut en parachute...si ton instructeur te laisse entrevoir la possibilité que ça puisse mal se passer, ça ne donne pas trop envie de sauter... Ça laisse une place pour se défiler.

De par mon expérience, je te dirais que tout se construit par l'expérience, justement. C'est quand on a les deux pieds dedans qu'on sait véritablement de quoi il en est. Il faut être constamment présent pour l'autre. Rassurer, aimer, rassurer, aimer, être là. Si ça, ça ne suffit pas... c'est que pour moi ce n'est pas un grand amour.

#
Profil

Romy

le vendredi 06 août 2010 à 17h55

Pour mettre à jour mon profil...
Mon mari a une copine depuis un an. Elle habitait à l'étranger, mais elle est desormais dans notre coin pour les prochains six mois. Ils se voient quelques fois par semaine. Se parlent régulièrement. Depuis qu'elle est en ville, il n'a pas encore couché à l'extérieur, mais il rentre tard parfois. Je pars une semaine en vacances, j'imagine qu'ils se verront davantage pendant mon absence. De mon côté, ça va. Je constate que je vais beaucoup mieux si je n'y pense pas. Si je me mets à imaginer, je me morfonds, donc je n'y pense pas, et tout va bien. C'est drôle, à m'entendre, on aurait envie de dire: alors tu préférerais qu'il ne la voit plus, non? Et bien non. Je trouverais dommage qu'il ne la voit plus. J'aime que mon couple soit poly, même si je trouve ça difficile parfois. Je préfère ça à la vie de couple tranquille. J'aime que mon couple soit différent, j'aime le mettre en danger, j'aime les discussions que ça sussite entre nous.

Depuis que nous vivons en polyamoureux (8 ans déjà), j'ai rencontré des hommes, j'ai eu quelques amants de courte durée, mais je suis vraiment tombée amoureuse qu'une seule fois. Je le suis toujours d'ailleurs. Le fait que cette relation soit toujours restée en suspens contribue à la mystifier, à la rendre encore plus attrayante. Cette relation n'a jamais pu se concrétiser à ma satisfaction (à notre satisfaction) car cet homme est marié et il n'y a aucun débouché. Il est dans une période où il croit ne plus aimer sa femme, mais il se dit solidaire et loyal. Sa femme veut qu'ils essaient une dernière fois "de se retrouver". Il n'y croit pas trop, mais a décidé de faire ce dernier effort. Nous avons donc décidé d'arrêter la relation. C'est triste, mais en même temps, c'est moins frustrant que peut l'être la relation de Tigre. Parce que dans mon cas, personne ne nous empêche. L'amour existe toujours entre nous, mais nous avons décidé de ne pas le concrétiser. Dans le cas de Tigre, dans ton cas Solane, c'est quelqu'un d'autre qui vous "empêche" de vivre ce que vous avez choisit de vivre. C'est probablement ça qui est plus frustrant.

#

(compte clôturé)

le samedi 07 août 2010 à 23h36

JAMAIS, il est resté coincé dans mon clavier ce mot là. Pas possible de le sortir, de le penser.
Parce que je n’y crois pas: je ne peux pas effacer l’amour, le désir.
Pendant ma premiere semaine de vacance, j’ai essayé de penser le Jamais. Ça m’a valu une sévère déconvenue, car je suis parti nager pendant la sieste de mes petits mouflets (je ne peux plus courir car j’ai couru deux heures au moment ou Cecile me mettait le plus de pression sur la garde des enfants et depuis je peux à peine poser le talon du pied gauche par terre) et en voiture, sur le chemin, je me suis senti ralentir psychiquement. A la piscine, je n’ai fait que 300 m, ce qui est ridicule mais je ne POUVAIS pas faire plus.
Je suis resté allongé sur un transat, j’ai regardé les gens se baigner sans rien voir, ni rien ressentir, je suis reparti.
En voiture à nouveau parce qu‘il fallait bien rentrer, je sens mes pensées se geler, mes émotions devenir des fantômes , des parodies. C’Était, je crois une forme severe de dépression qui frappait à la porte grande ouverte de mon psychisme.
J’ai eu une idee bizarre, l’idée de crier: en fait, j’ai plutôt hurlé, plusieurs fois, c’était informe, brutal mais ça m’a soulagé immédiatement.

Depuis, je n’essaie plus de me faire croire que JAMAIS.

À la limite, jamais plus l’adultere et encore quand je pense à mes envies de sport à la rentrée: la danse, une activité ou il n’y pas du tout plein de nanas super mignonnes: pourquoi pas m’inscrire direct à l’ile de la tentation pendant que j’y suis comme ça je pourrais dire que c’est la faute à la production si on me voit en train de masser langoureusement une brunette avec une erection qui fait tepee dans mon caleçon.

Sans blague, jamais, c’est pas possible: un jour j’embrasserai Anne; ses baisers me manquent. Anne m’embrasse comme je suis, comme un amant, comme un amoureux pas comme un papa ours. Et je l’aime, je l’aime tellement.

Elle me fait penser à un perso de La consolante de Gavalda: Kate.
Galvada parle tres bien dans ce bouquin des ardoises immenses qu’on se fabrique en restant à coté de soi, juste en existant mais sans vivre, pire en ayant oublié ce que vivre voulait dire.
Des ardoises qu’on finit tot ou tard par payer: en regardant la barriere de son pavillon, juste avant de fermer les volets mais apres avoir sorti les poubelles, sans emotion particuliere, on se dit tient, c’est ça ma vie: ce morceau de jardin, ces jouets qui trainent, ces voisins qui ne font pas de bruits le samedi soir et vont à la messe le dimanche matin, toujours sans bruit, le barbecue demain ou on ne va parler QUE de bébés, d‘enfants. Je vais trop manger, mais pas trop boire…le bonheur quoi.
Anne, par sa vie bien vivante, et avec une generosité hallucinante car elle l’a fait involontairement et -gratuitement dirait Titane, m’a secoué, m’a réveillé, m’a ressuscité. Bon apres, j’ai fait n’importe quoi n’importe comment, j’ai souffert, mais j’ai aimé, j’ai été vivant pendant tout ce temps là. WOUAH, peut etre pas le bonheur, mais la vie, la VIE qui brille, qui résonne, qui fait battre le coeur.
J’ai une dette de vie enorme à son égard, je lui ai écrit; cette dette je la reconnais, et je dois lui etre fidele si je ne veux pas devenir un tigrezombi. Ce mot est bizarre (fidele pas tigre zombi) vu mon pedigré, mais c’est le mot qui me vient pourtant. Je dois une forme de fidelité, une reconnaissance de dette, apres tout, c’est s’engager à tenir une promesse de remboursement.

Comment ça se rembourse, une dette de vie, en amour, en folie douce, en baisers, je vois pas d’autres moyen.

Donc, il n’y a pas de jamais qui tienne sauf à l’asile et encore, avec des médocs.

Tigre.

Message modifié par son auteur il y a 11 ans.

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion