Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Devenir polyamoureux ou la fin de l'amour

#
Profil

artichaut

le lundi 12 avril 2021 à 13h18

bidibidibidi
C'est dommage d'avoir tout effacé, le débat avait l'air intéressant.

Je l'avais pressentis… (post initial pas très anonymisé)
Oui, c'est tjs dommage.

#
Profil

Monosaccharide

le jeudi 15 avril 2021 à 18h00

Oui j'ai préféré anonymisé parce que j'ai été très triste de cette histoire d'alcool et qu'on pouvait reconnaître la relation.

L'hypnothérapeute a tenté de me faire devenir libertin mais pour le moment ça n'a pas marché.

Par contre, un de mes psys (oui HPI-tdah-asperger on voit des psys) m'a dit que la personne avec qui j'étais est une "merde humaine" au vu de ses comportements durant la relation (pas uniquement l'annonce par sms). Ce qui m'a fortement étonné de sa part. C'est la première fois que j'entends un tel jugement dans une relation patient - soignant.

Je ne sais plus quoi penser. Au-delà même de la façon dont cela a été fait (annonce par sms, destruction de tous mes projets de couple, travail à l'étranger, associatifs) je ne comprends pas du tout comment de tels comportements peuvent exister.
Mais je ne pense pas que je vais tenter de changer pour une personne sans empathie et qui contrôle à ce point ses émotions et qui m'a menti durant 7 mois au-minimum.

Avec la structure de mon cerveau c'est également très difficile d'admettre l'injustice. Je ne la supporte pas du tout, tout simplement, et comme dit dans les posts supprimés, la fidélité rencontre le sentiment de justice. Je perçois le libertinage et l'amour libre comme je perçois primark : de l'égoïsme et au final des larmes et du sang pour ses esclaves. Avoir vu des personnes se suicider ou devenir physiquement violentes à la suite de relation polyamoureuses m'inquiète également beaucoup. Je connais deux autres personnes qui ont déclenché un trouble bipolaire à la suite d'une relation polyamoureuse (ça devait être sous-jacent et la souffrance qu'elles ont reçu à dû libérer ce contrôle je suppose, je ne les connais pas suffisamment bien pour affirmer cette hypothèse).

En psychanalyse, le polyamour est pas mal rattaché à un inceste mal digéré ou à une situation sexuelle traumatisante. Je ne sais pas trop quoi en penser : la psychanalyse, même si elle est basée sur des recherches en psychiatrie clinique, demeure être des hypothèses. Peut-être que vos histoires personnelles permettent ou non de se reconnaître dans ces théories ?

Je continue ma réflexion parce que je n'ai pas la science infuse mais pour le moment cela n'a pas évolué. Je suis partie faire de l'humanitaire à la place.

Je me suis également inscrit à un autre site de rencontres entre personnes hpi et neuroatypiques. On discute à distance, je trouve que cela fait du bien.

Est-ce que ce message est suffisamment anonymisé pour ne pas être reconnu ?

Message modifié par son auteur il y a un mois.

#
Profil

bidibidibidi

le jeudi 15 avril 2021 à 18h22

J'avoue, à lire ton message, j'ai la sensation que tu n'es pas très bien entouré.
Déjà, pourquoi veut-on te faire devenir libertin ? Ca paraît assez étrange, vu qu'on parle de polyamour.
Ensuite, ton psy qui traite quelqu'un de "merde humaine". Alors, on est tous humain, on peut perdre son sang froid. Mais, de un, on est quand même pas dans un cas majeur qui demanderait de telles envolées, de deux on s'excuse quand on perd son sang-froid. Le rôle d'un psy c'est justement d'éviter le jugement, c'est d'éviter d'imposer sa vision à son patient mais de comprendre et aider son patient avec sa vision.

Ensuite, la psychanalyse, personnellement, je la destine plutôt au bûcher. Et aller rattacher le polyamour à l'inceste ne me fait pas vraiment changer d'avis. Et non, la psychanalyse n'est justement pas lié à des recherches. Ce dont tu parles c'est la psychologie. La psychanalyse, c'est un courant de pensée, très critiquable dans sa dynamique.

Il reste qu'il y a une formulation que je trouve assez étrange : tu parles de "destruction de tous mes projets de couple". Je vais pas invoquer le lapsus révélateur, mais il reste que c'est une formulation assez personnelle pour des projets qui doivent impliquer deux personnes.

Enfin, comme tous les autres messages ont été effacés, je ne peux aller plus loin dans ma réponse, je n'ai que ton dernier message sur lequel me baser.

#
Profil

Monosaccharide

le jeudi 15 avril 2021 à 18h39

"mes projets de couple" parce que c'était des projets de couple à 2 lorsqu'on en parlait mais qu'au final cela s'est révélé être un projet seul. J'ai vécu dans un mensonge durant plusieurs mois. Sinon, oui, cela aurait été un "nos projets". Par la-même, j'ai construit mes projections et mes projets professionnels en fonction de ça. En l'espace d'un sms je n'ai pas seulement perdu la relation de couple, mais également mes projets professionnels et associatifs.

Le psy est très compétent, je lui fais confiance. Par contre, oui c'est étonnant, normalement il ne dit pas ça.

La psychanalyse, j'ai beaucoup de mal avec elle également. Par contre, la psychanalyse est utilisée en clinique. Pour ce qui est des résultats et de la qualité des hypothèses... Je l'ignore totalement.

J'ai besoin de temps pour réfléchir à tout cela. La distance aide à y voir plus clair.

#
Profil

bonheur

le vendredi 16 avril 2021 à 10h50

Personnellement, je trouve tout ceci très, mais alors très stigmatisant. Des personnes qui se sentent mal, j'en connais un certain nombre parmi des personnes dites en relations "normées". Du coup, je m'interroge.

@Monosaccharide : tu connais désormais ce qui te convient et ce que tu indiques devoir fuir. Agis maintenant !

#

Always Somewhere (invité)

le samedi 17 avril 2021 à 17h25

Je suis aussi HPI-TDAH, et c'est marrant, moi ma psy dit que c'est la relation monogame qui est pathologique, parce qu'elle reproduit la relation de dépendance totale du petit enfant vis-à-vis de sa mère... donc une situation d'inceste en fait, je n'avais jamais fait le lien. Je précise qu'elle est elle-même monogame, mais réfléchit volontiers y compris en dehors des schémas qu'elle a appris à l'école. Et quand j'y réfléchis je ne vois pas trop de quelle manière on pourrait retourner les choses pour que la relation polyamoureuse semble incestueuse, en tout cas par rapport à la relation monogame... Pour ma part, elle m'a beaucoup aidé à traverser la situation quand le polyamour m'est tombé dessus. Et vu ses réactions totalement disproportionnées et son peu de professionnalisme, je n'ai qu'un conseil : change de psy. D'urgence.

Autre chose aussi, le fameux "sens de la justice" des HPI est un cliché, sinon on penserait tous pareil et le monde des bisounours serait à portée de main. Je le vois plutôt comme une réaction émotionnelle excessive (pour ma part, je ressens "physiquement" l'injustice) à quelque chose qui NOUS semble injuste, pas qui est injuste dans l'absolu. Donc non, le fait que tu ressentes une situation comme injuste ne signifie pas nécessairement qu'elle l'est. Juste que TU la ressens comme ça selon ton éducation, ton expérience, ton histoire... qui sont personnelles et pas universelles.

Bon courage pour la suite cela dit. La découverte du polyamour n'est pas un long fleuve tranquille pour tout le monde, et pour les gens très sensibles et fragiles, c'est probablement encore plus dur.

#
Profil

alinea7

le samedi 17 avril 2021 à 18h50

Je suis d'accord avec @bonheur et je trouve que la démarche de chercher une pathologie dans le fonctionnement d'autrui, je pense que ça mène droit au conflit de tranchées. Je vais essayer d'éviter cet angle jugeant.

Always Somewhere
Autre chose aussi, le fameux "sens de la justice" des HPI est un cliché, sinon on penserait tous pareil et le monde des bisounours serait à portée de main. Je le vois plutôt comme une réaction émotionnelle excessive (pour ma part, je ressens "physiquement" l'injustice) à quelque chose qui NOUS semble injuste, pas qui est injuste dans l'absolu. Donc non, le fait que tu ressentes une situation comme injuste ne signifie pas nécessairement qu'elle l'est. Juste que TU la ressens comme ça selon ton éducation, ton expérience, ton histoire... qui sont personnelles et pas universelles.

Je ne vois pas trop en quoi la relativité des situations ressenties comme injustes fait de la sensibilité à l'injustice un cliché des HP.
Je suppose que ça n'est pas ce que tu as voulu dire, j'ai l'impression que cette formulation n'est pas loin de suggérer que ce que @Monosaccharide a ressenti comme injuste ne l'est que dans sa tête. Quand bien même ce serait le cas, relativiser le ressenti de quelqu'un comme ça, je trouve que c'est violent.

L'intensité émotionnelle, oui, c'est connu, d'où la difficulté à bien gérer les séismes relationnels. Et pas uniquement sur l'injustice en effet. Là dessus je n'ai pas réagi plus tôt mais effectivement, à la fois certains comportements ne sont pas acceptables et on est responsable de ce qu'on fait, et à la fois, ce que certains vivent comme une vague, pour d'autres c'est un tsunami et ce qui est ressenti s'exprime de toute façon. Pour certains c'est contre eux-mêmes. C'est aussi assez connu chez les autistes je crois.

Always Somewhere
Bon courage pour la suite cela dit. La découverte du polyamour n'est pas un long fleuve tranquille pour tout le monde, et pour les gens très sensibles et fragiles, c'est probablement encore plus dur.

Tout comme pour l'injustice : la sensibilité et la fragilité, c'est relatif. Certaines personnes auront une grande solidité dans certaines situations où dans certains domaines de la vie, et pas dans d'autres.
Il n'y a pas les petites choses puériles d'un côté et les gens matures et équilibrés de l'autre.

@Monosaccharide je comprends ton besoin d'expliquer, disséquer, comprendre. Comme indiqué sur un autre post ce matin, notre mental n'est pas toujours bon pour nous. L'idée de ton mental avec cette démarche c'est sans doute de te protéger à l'avenir dans le sens où, ce que tu ne peux être sûr d'éviter, il faut pouvoir l'intégrer. Mais je crois que la meilleure façon de rassurer ton mental, c'est de lui démontrer que tu es capable de rebondir, même face à ce cataclysme. Le pire n'est jamais certain...et il vaut mieux réagir au pire improbable qu'organiser sa vie autour de lui.
Pour moi, ta démarche d'aller de l'avant dans des choses qui te correspondent a bien plus de chance de te rendre heureux. Je trouve que c'est très fort d'avoir déjà trouvé et mis en place des choses dans ce sens, tu sembles une personne pleine de ressource et résiliente.

Message modifié par son auteur il y a un mois.

#
Profil

bonheur

le samedi 17 avril 2021 à 22h31

L'injustice fait partie des mes ressentis les plus profonds. Je pense que justement l'injustice est un des points qui m'a menée à ma polyaffectivité. En quoi aimer est honteux ? En quoi le fait d'aimer devrait annuler, exterminer, un nouvel amour ? Pour moi, ne pas pouvoir aimer alors que je le ressens est injuste. Tout comme l'envie de pleurer et ne pas pleurer est injuste. En quoi le fait que des larmes coulent de mes yeux seraient mauvaises, alors que ça me fait du bien (me libère).

Merci @alinea7 d'aborder la résilience. Les Bisounours en ont besoin, sinon justement, tout devient invivable. Et ce n'est pas une question de HP (I ou E).

Un livre que j'ai particulièrement apprécié, en lien avec la psychologie : "Le psy de poche" de Susanna Mc Mahon. Je le recommande.

Sans généralisé, évidemment, des polyamoureux se trouvent dans le développement personnel. L'amour en point de départ, de déclencheur à un bonheur, enfin des petits bonheurs, inoubliables.

#

Always Somewhere (invité)

le dimanche 18 avril 2021 à 17h39

Je réagissais à "l'infidélité rencontre le sentiment de justice" de l'auteur du post initial, qui suggère (mais j'ai peut-être mal compris) que puisqu'il est HPI, si lui considère l'infidélité comme injuste, c'est que c'est injuste, parce qu'il est HPI et que donc il a un radar à injustice. Je force le trait évidemment, mais il me semble que c'est un sentiment qui revient souvent chez les HPI que j'ai pu fréquenter et sur les forums, que les notions de justice et d'injustice seraient absolues, justement, et que les HPI les reconnaitraient par nature, parce qu'ils sont HPI. Ce qui s'accompagne souvent d'un mépris pour les "NON-HPI" que je trouve... assez injuste, justement, et qui ne fait de bien à personne.
C'est le sentiment de ce qui est juste ou injuste qui est relatif, pas le fait que certains y réagissent plus fort que d'autres, ce que je ne remettais pas en question.

Et la sensibilité et la fragilité sont puériles alors que l'insensibilité serait preuve de maturité ? Bon, je n'ai pas l'impression d'avoir exprimé quoi que ce soit dans ce sens. Mais tu peux supprimer mon dernier paragraphe si tu veux, qui n'était qu'une tentative maladroite d'être un peu réconfortant. Je ne réagis pas aux posts d'habitude, surtout ceux de ce genre, parce que je trouve qu'il y a quand même un certain culot à venir insulter le polyamour sur un site dédié sous couvert de venir chercher des réponses. Je ne vais pas sur monogamie.info pour expliquer comme la monogamie est injuste et comme les monogames sont des merdes humaines. Je sais, je raccourcis encore. Et puis je pense que les gens qui réagissent ici sont bien plus bienveillants et patients en moyenne que je ne le serai jamais, donc j'évite de m'exprimer. Mais là, je me suis senti concerné par le détail "HPI-TDAH-Asperger", qui m'a fait me sentir particulièrement attaqué.

Bref, je retourne à ma réserve habituelle.

#
Profil

bonheur

le dimanche 18 avril 2021 à 22h27

Je suppose que l'on peut expliquer toutes formes d'amour, tant qu'on la vit bien. L'injustice vient bousculer et fait suite à un mal vivre.

L'injustice est-ce un sentiment ? En tout cas, c'est un ressenti et inutile d'avoir un fondement formel pour ressentir. Et puis, la qualité relationnelle ferait que l'on vivra bien une situation ou mal une situation identique. Je suppose que c'est cette qualité qui était insuffisante... à moins que ce soit la situation ou un amalgame. Rien n'est simple et l'humeur est fluctuante... Quelle complexité !

#
Profil

alinea7

le lundi 19 avril 2021 à 01h52

Always Somewhere .
je trouve qu'il y a quand même un certain culot à venir insulter le polyamour sur un site dédié

Je t'aurais bien répondu en privé mais puisque c'est impossible : désolée que tu prennes mon post aussi à cœur, il n'était pas adressé uniquement à toi même si je n'ai cité que toi.
Comme tu dis, tu répondais à des remarques jugeantes aussi.

Always Somewhere .
Bref, je retourne à ma réserve habituelle.

Karpman un peu là non ?
Ta participation est aussi intéressante et légitime que chacun ici. C'est toi qui peux estimer et décider si ce que tu veux exprimer peut être utile.
Et d'ailleurs le faire permet de s'améliorer en terme de formulation, je me trouve moins tranchée qu'il y a quelques années, à la fois dans la formulation et dans le ressenti. Apparemment pas encore assez.

J'ai bien aimé ton sentiment d'injustice relatif au sentiment d'injustice. Tu fais du méta sentiment d'injustice :-)

#
Profil

bonheur

le lundi 19 avril 2021 à 09h30

L'échange est ici possible entre membres.

#
Profil

bidibidibidi

le lundi 19 avril 2021 à 11h51

Always Somewhere
ma psy dit que c'est la relation monogame qui est pathologique, parce qu'elle reproduit la relation de dépendance totale du petit enfant vis-à-vis de sa mère... donc une situation d'inceste en fait, je n'avais jamais fait le lien.

Personnellement, je critique autant une psy qui parle d'inceste dans le cadre de relation monogame qu'un psy qui traite quelqu'un de "merde humaine". Y a un moment où faudrait que les psys redescendent sur terre. L'inceste, c'est violent et ça n'a rien à voir avec la relation d'un parent à un enfant.
Je me permets de passer un lien qui parle d'inceste de manière assez claire, et qui permet bien de comprendre que la relation monogame n'a strictement rien à voir avec de l'inceste (heureusement).

Message modifié par son auteur il y a un mois.

#
Profil

Monosaccharide

le vendredi 23 avril 2021 à 16h31

Bonjour,

Pour réagir sur ce que m'a dit mon psy. Cela fait plusieurs années que je le fréquente et c'est la première fois qu'il me parle de quelqu'un comme cela. Merci de ne pas attaquer un psy dans une relation de patient-soignant.

Je ne vais pas détailler l'ensemble de la relation parce que cela rendrait identifiable la personne. Par contre, très clairement, il y a eu des dysfonctionnements de la part de mon ex qui demanderaient à être rédigés sur plusieurs pages.

Pour donner un indice, j'en ai discuté avec une amie psychanalyste qui m'a directement renvoyé vers le spectre de la perversion narcissique (trouble non reconnu dans le DSM). J'ai du mal à adhérer à cette hypothèse car j'ai vu de la beauté en elle. Mais même cela, au vu de ses comportements au cours des derniers mois je n'arrive pas à savoir si cette beauté était feinte ou réelle.
La seule chose claire, c'est que j'ai vécu 1 an avec une personne dont la seule chose que je peux en retirer c'est que je ne sais pas qui elle est et que je suis à la fois sidéré et encore en état de choc.
Le pire, c'est que je me sens toujours l'aimer. En tout cas, l'une de ses deux personnalités (si elle en a deux comme tout semble le suggérer d'après mes amis et psy). C'est comme s'il y avait une personne tournée vers l'introspection qui se baigne dans le cosmos, cette personne qui rêvait avec moi, me parlait d'amour, ultra sensible, puis la deuxième personne, froide, méthodique, sans compliment, sans concession, égoïste au possible durant des mois. Deux personnalités, comme un enfant abattu trop tôt. C'est cette piste qui me semble être la plus probable.

Merci bonheur pour ta bienveillance.

Je me suis inscrits sur des sites de rencontres amicales entre HPI cela me fait du bien.

Bien à vous

Message modifié par son auteur il y a un mois.

#
Profil

Monosaccharide

le vendredi 23 avril 2021 à 18h45

Désolé de vous avoir dérangé avec toute cette histoire. En réalité, cela m'a complètement retourné le crâne.

#
Profil

bonheur

le samedi 24 avril 2021 à 11h25

@Monosaccharide.

Je prend pour principe que l'on ne connait jamais personne vraiment. D'ailleurs, on ne se connait pas soi-même vraiment. Autant je considère que chaque individu a un socle de personnalité intrinsèque qui lui est propre, autant nos réactions et attitudes ne sont que le fruit de convergences. Il y a ce socle, il y a l'état (fatigue, angoisses, santé à la fois physique et morale), il y a les circonstances, il y a tellement de facteurs différents. Il faut aussi tenir compte de cette variabilité chez l'entourage, qui y est sujet également. Tout ceci mène à la construction de situations et de réactions aux situations unique. C'est cela vivre en interaction avec autrui.

Je t'invite à lire le petit livre illustré (un peu comme une BD et avec de l'humour) "Cessez d'être gentil, soyez vrai !" de Thomas ANSEMBOURG. Je t'invite à cela pour que tu te fasses ton opinion. Tout ce qu'indique autrui, ici, tes amis, des psy... sont des regards extérieurs avec un avis, une méthode (les analystes) et autres. En revanche, ils ne peuvent percevoir à travers toi. Personne n'est en toi et personne ne peut comprendre. D'ailleurs même toi tu es paumé et sache que c'est une bonne chose, enfin d'après moi.

Si tu es venu ici, c'est que tu désires mettre de l'ordre dans tout cela. Tout ce confus et comme tu l'indiques, cela t'a retourné le crâne. Retrace l'histoire du point de vue que pouvait être le sien. Tu ne pourras pas te mettre à sa place, personne ne le peut. Mais imagine être elle et comment vis tu cette histoire ? Si cela peut t'aider, relis vos échanges, etc... Tente de ne pas vouloir l'intégrer dans un moule ou une pathologie quelconque, juste un vécu.

Et puis, une personne froide peut être une personne qui met une cuirasse. Elle n'est pas obligatoirement sans sensibilité, bien au contraire. Elle vit intérieurement cette sensibilité, sauf que rien ne transparait extérieurement. Cela arrive lorsque les personnes très sensibles n'apprécient pas que l'on lisent en elles comme facilement. Elles se sentent à la merci des autres qui pourraient les utiliser. A force d'être froide extérieurement, elle le devienne aussi intérieurement, malgré elles. Par moment, elles laissent entrer en elles quelqu'un et tombent un peu la cuirasse. Sauf que c'est universel, et elles se rendent de nouveau vulnérables. Ce doit être très difficile à vivre et l'entourage pense que la personne sujette à cela est inconstante, sauf que non.

Nous sommes je crois tous un peu sujet à cela. Nous sommes tous avec des instants plus ouverts que d'autres. Chez certaines personnes la différence est flagrante, chez d'autres tout juste perceptible. Mais inconstant, je suis persuadée que nous le sommes tous.

D'ailleurs, si ma mémoire est exacte (???) vous êtes à distance. Elle le vit peut-être mal et comme c'est de son fait, s'en veut. Qui dit qu'elle vit bien tout ceci et que ce n'est pas simplement un réflexe d'auto-défense.

Tu ne me dérange pas avec ton histoire. Simplement il est vrai que l'antipathie se ressent aussi à distance, dans des mots. Et ton incompréhension étant rejeté sur le polyamour, comment en tant que poly ne pas se sentir au moins "malmené". Difficile d'être bienveillant envers une personne agressive. Tu es malheureux, ça aussi c'était perceptible. Je ne cherche jamais à persuader que le polyamour (ou polyaffectivité dans mon cas) est bien ou mal. Sache seulement que les polyamoureux peuvent être de grands sentimentaux et que mener plusieurs vies sentimentales intenses simultanément n'est pas de tout repos. Cela amène à vivre des instants wahoo et aussi se faire "caillasser" (au sens figuré) par le reste de la société. Alors se faire malmener par des professionnels comme des psy, qui au contraire devrait être dans la compréhension humaine (et l'amour c'est humain) et non dans la stigmatisation systémique.

Il y encore pas si longtemps, une femme qui avait une vie sexuelle épanouie était une hystérique et pouvait, au bon vouloir de l'homme se faire enfermée. Alors, pour ma part, la psy... je la fuis et je me fais mon opinion sur l'humain sans croire à des analyses trop bien construites.

#
Profil

Monosaccharide

le samedi 24 avril 2021 à 15h15

@bonheur Désolé, je ne peux pas répondre plus en avant sans créer une identification de la personne.
Tout ce que je peux dire, c'est qu'en relatant les faits et rien que les faits, c'est ce qui est ressorti des personnes avec qui j'ai échangé.
Dans le vécu, je me sens très clairement manipulé et utilisé comme un objet.

Elle a l'air de très bien vivre tout cela, comme dit, il n'y a aucune émotion, rien.
Vivre intérieurement, certes, mais il y a un stade limite.
Des mensonges de sa part, je ne suis pas le seul à en avoir repéré. Des amis m'ont très clairement souligné des mensonges qu'ils avaient détecté au préalable sans m'en parler pour préserver notre relation.

Je ne vais pas continuer à parler de cette relation.

Mon post initial était "comment se forcer à être polyamoureux ou à cesser de vouloir une relation de couple lorsque tout ceci nous dégoûte au fondement même de notre être".
Peut-être que j'y arriverai, j'y travaille.

#
Profil

Monosaccharide

le samedi 24 avril 2021 à 15h29

P.S : j'étais sincère en disant merci pour la bienveillance. Il n'y avait pas d'ironie.

#
Profil

bonheur

le samedi 24 avril 2021 à 20h54

@Monosaccharide.

Je ne pense pas avoir pris ta sincérité pour de l'ironie et merci de me le préciser. Sache que je me moque de l'identité de telle ou telle personne. Nous sommes tous des humains et faisons de notre mieux pour vivre, dans une société comme la nôtre.

On ne peut se forcer, en matière de polyamour. La relation de couple ? Qu'entendre par là ? On peut aimer sans se sentir en couple. Le dégoût est une émotion, un ressenti extrêmement intense. Cesse de t'obliger. Vis ce que tu vis bien et délaisse ce que tu vis mal. Parfois, les "contradictions" surviennent et en matière d'amour(s) elles sont fréquentes. Parfois on peut passer outre, mais si ce n'est pas le cas, il faut tirer à soi l'enseignement de l'expérience vécue et quitter.

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion