Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Groupe Poly hommes

Communauté
#
Profil

artichaut

le jeudi 26 septembre 2019 à 17h02

Ça fait plusieurs années que j'ai envie de participer à des « groupe de parole d'hommes » et je ne trouve aucun groupe auquel me greffer.

Malgré quelques réserves (notamment sur des questionnements politiques) quant à ces groupes déjà existants, j'ai tout de même essayé de les rejoindre …sans succès jusqu'à présent. Je veux bien nommer ces groupes et citer les réserves que j'ai pû avoir. Mais là tout de suite j'ai +envie d'autre chose.

Puisque je n'arrive pas à rejoindre un groupe existant, je me suis dit qu'il fallait le créer. J'ai déjà essayé dans le milieu féministe rennais, il y a 1 ou 2 ans, mais sans succès (là aussi je pourrai expliquer pourquoi ça n'a pas marché, …mais +tard).
Et après réflexion, je me suis dit que finalement le milieu poly était sans doute l'endroit le +approprié (pour moi) pour créer ce genre de groupe, même si j'ai aussi des réserves à cet endroit là (mais faut bien se lancer…).

Alors voilà :
J'aimerais monter un groupe poly hommes. Et ça peut prendre plein de formes :
- rencontres réelles (c'est, de loin, ce que je préfèrerai)
- liste de discussion (mailing liste)
- fil de discussion sur ce forum (hum… ai-je vraiment envie de ça ?, je ne sais pas…)
- etc (car possiblement je n'imagine pas tout !)
L'une ou l'autre des ses hypothèses n'étant pas antinomiques et ne s'excluant pas l'une l'autre.

Et, a minima et déjà, dans le cadre de nos café poly-pop, j'aimerais organiser un café poly hommes, à Rennes ou à Nantes.


Ça branche des mecs ?!
.
(pour organiser le café-poly, y participer, ou concevoir le « groupe poly hommes »)
(vous pouvez écrire ici, ou me contacter en mp)


__________
PS1 : je raconterai ici les avancées du projet
PS2 : je suis preneur de toute récit d'expérience similaire, ici ou en mp (j'ai déjà rencontré un des animateurs des café-poly de Marseille qui y a organisé quelques discussions poly entre hommes)

#
Profil

artichaut

le jeudi 26 septembre 2019 à 17h02

Ressources :
- Les textes de Léo Thiers-Vidal. Édités dans Rupture anarchiste et trahison pro-féministe par Thiers-Vidal, Bambule 2013.

#
Profil

artichaut

le jeudi 26 septembre 2019 à 17h02

Pourquoi je veux faire ça ?

Il y a quelques années j'ai dessiné pour moi-même ma carte de la sécurité affective, et je me suis rendu compte qu'il n'y avait dans mon cercle de sécurité affective quasi que des femmes (ou en tout cas une majorité écrasante).
Je ne suis pas sans savoir que les femmes sont, dans notre société assignées à ce rôle là, et qu'en bon hétéro que je suis, j'en bénéficiait facilement et même invisiblement …la preuve c'est qu'avant de dessiner cette carte, et tout "déconstruit" que je suis, je ne m'en rendait pas compte ! Ce qui veut donc dire que malgré mes accointances féministe (je traîne dans ces milieux là et lis pas mal sur le sujet), ça me semblait "normal" et allant de soi.
Ce fut assez confrontant comme découverte.

Alors j'ai essayé de changer ça dans ma vie, mais ce n'est pas simple et ça prend du temps. Et j'en suis quasi toujours au même point !

Entre autre chose j'ai tenté de créer ou d'intégrer des groupes de parole d'hommes (pour parler de ça et d'autres choses). Sans succès.

En mars dernier j'ai discuté en Avignon avec un animateur (je ne sais si je peux citer son prénom, et il n'a pas de profil ici) des cafés poly de Marseille qui a organisé une (ou des ?) discussions entre hommes : La domination masculine : nettoyage de nos sous-sols mentaux.
C'était chouette d'en causer, mais bon Marseille c'est loin.

Alors l'envie et toujours là et je ne trouve pas trop de complices pour ça.
Et puis récemment, me replongeant dans Au-delà du personnel, je lis le texte de Léo Thiers-Vidal : Anarchisme, féminisme et la transformation du personnel (qui par ailleurs se trouve aussi dans le livre Rupture anarchiste et trahison pro-féministe qui traîne sur ma table de nuit depuis… trop longtemps). Ce texte contient un passage sur les groupes hommes, que je reproduit ici in-extenso :

Léo Thiers-Vidal

Les groupes hommes

Cet outil se situe beaucoup plus au niveau social ou collectif que les trois outils précédents. Un groupe d’hommes peut être un lieu où les hommes travaillent ensemble à leur conditionnement genré et à leur domination sur les femmes.
La première chose implique de prendre conscience à quel point on est masculin au lieu d’être individu. On apprend à partager des émotions, la tendresse, la tristesse, la douleur avec d’autres hommes. Ceci est rare car notre éducation nous apprend à être froid, distant et fort. Ce travail mène vers un enrichissement, un élargissement de la palette de comportements et d’attitudes. Il s’agit de se libérer de notre masculinité en tant que prison afin de devenir pleinement individu et d’apprendre de ce que les femmes sont traditionnellement : silencieuses, chaleureuses, affectueuses et précautionneuses. Apprendre à fermer sa gueule, à douter ouvertement, à écouter les autres, à déconstruire son égocentrisme, à être fragile.
Ceci doit mener à une deuxième phase, le travail anti-patriarcal. Il ne s’agit alors plus de libération du rôle genré mais de lutte des femmes versus sa position de mâle dominant. Apprendre à changer son égocentrisme et son insensibilité face aux autres. Prendre conscience des mécanismes patriarcaux à différents niveaux. Se familiariser avec la réflexion féministe. Abandonner son anti-féminisme primaire. Assumer la responsabilité de ses actes dominants afin de les changer radicalement.
Tout cela revient à rechercher d’autres pratiques d’hommes, c’est-à-dire des pratiques critiques et égalitaires. Vu mon expérience, il me semble de plus en plus nécessaire que les groupes hommes agissent sous tutelle de (groupes) féministes et qu’ils adoptent une politique de reddition de compte vis-à-vis de celles-ci.
Quant aux groupes femmes, une des meilleures preuves de leur utilité politique est la virulence des réactions des hommes. Dès que des femmes veulent s’organiser de façon indépendante, solidaire, autogérée et revendiquée, elles sont attaquées et accusées de milles « horreurs » (sexisme inversé, séparatisme, drague lesbienne...). Au fond les hommes ne supportent pas que les femmes puissent s’organiser, travailler, s’amuser, baiser... sans eux. Les espaces femmes sont les centres autonomes et les squats autogérés du mouvement féministe. Et une des premières tâches des hommes qui veulent lutter contre le patriarcat est d’être publiquement solidaires de ces initiatives non mixtes féministes et des féministes en général.
Un groupe opprimant fera tout afin de diviser et régner. Tout mouvement de libération tente de rapprocher les opprimées afin de construire plus de puissance individuelle et collective. Ceci tient également pour les femmes.

(c'est moi, artichaut, qui souligne)

Ce qui m'a beaucoup plût dans ce texte, c'est son aspect practico-pratique. Autrement-dit, ce n'est pas juste de la théorie (même si la théorie est là aussi) mais des conseils assez simples sur les objectifs de tels groupes et sur la manière dont ça peut se passer.

Ça a rejoint et confirmé plein de choses que je m'étais déjà dite. Et surtout ça donne une base rédigée à partir de laquelle discuter collectivement, pour savoir si on est d'accord ou pas avec ça, et si c'est bien ce que l'on veut faire (ou pas).
Bref, faire déjà une discussion à partir de ce texte m'a semblé un très bon support.
Et tout d'un coup, faire cette proposition de création d'un groupe d'hommes, ne m'a plus semblé si complexe et insurmontable.

Alors merci Léo Thiers-Vidal de m'avoir confirmé que c'était nécessaire …et surtout convaincu que c'était possible.

Et comme en+ j'anime déjà des cafés poly, ça me donne un cadre rassurant (car je le connais) et facile à mettre en place.

#
Profil

artichaut

le jeudi 26 septembre 2019 à 17h07

Quels sont pour moi les pré-requis à une telle initiative ?

Depuis que j'envisage de créer/participer à des groupes d'hommes et que j'en discute avec des copines féministes, elles me mettent en garde contre les risques encourus, à savoir créer une non-mixité homme qui ne soit qu'une manière déguisée de s'auto-congratuler, avec la bonne conscience de croire se déconstruire, tout en renforçant en réalité encore une fois nos privilèges. Bref qu'une "solidarité" entre privilégiés prennent le pas sur la déconstruction. Et les avis sont très partagés dans leurs rangs pour savoir ce qui prévaut de la nécessité ou de la dangerosité de tels groupes.
Il me semble donc y avoir 2 pré-requis à poser, et avec lesquels je pense que j'aurais désormais du mal à négocier. Ce n'est pas moi qui les ai inventé, c'est des copines qui me les ont suggéré, et avec lesquels aujourd'hui je suis d'accord (après les avoir, il me semble, —un temps— refusées) :
1. Ne pas poser de clause de confidentialité (Tout ce qui s'y dit peut et doit pouvoir être répété en dehors du groupe, même non-anonymisé).
2. Ne pas créer de "non-mixité homme" (ces groupes ne sont pas interdits au femmes, ce sont juste des groupes pour parler entre hommes de thématiques masculines. Mais à tout moment, si une femme veut venir elle le peut, que ce soit pour observer ou participer).

Ces deux clauses sont les deux barrières de sécurité pour ne pas (trop) déraper.
Par exemples si des violences sexuelles, commises par l'un des participants, sont évoqués, c'est la garantie que l'on ne se libère pas d'un poids en en parlant, l'empathie du groupe virant à la complaisance, pour mieux recommencer ensuite.
Ça ne résoud pas tout, loin s'en faut, mais ça peut éviter de trop-faciles glissement vers les dangers déjà évoqués.


C'est quelque chose de cet ordre, sans doute, qu'entend Léo Thiers-Vidal, quand il parle d'agir "sous tutelle de (groupes) féministes". C'est à dire, de faire sans cesse des allers-retours entre ce qui s'y dit, ce qui s'y vit et ce que pourraient en penser/dire des féministes avisées (aguerries qu'elles sont aux louvoiements masculins pour toujours garder le pouvoir et ne jamais changer véritablement !).

Par contre la chose du texte de Léo Thiers-Vidal qui me gêne c'est :

il me semble de plus en plus nécessaire que les groupes hommes agissent sous tutelle de (groupes) féministes et qu’ils adoptent une politique de reddition de compte vis-à-vis de celles-ci.

Reddition me semble un mot trop fort et prêtant à confusion (au même titre que tutelle d'ailleurs).
Si je comprends cette exigence de "rendre des comptes", je préfère l'idée —allant de pair avec la non-confidentialité— d'un devoir de raconter ce qui s'y dit, et en particulier les inévitables dérapages qu'y s'y produiront.
Quant à l'éventualité de demandes faites en retour (ou pas en retour d'ailleurs) de la part de féministes, au vu de mon vécu et de mon expérience, je préconiserais plutôt un présupposé de confiance (envers les fémnistes), c'est-à-dire partir du principe qu'en tant qu'hommes-cis il y a plein de chose qu'on ne peut pas appréhender car on ne les vit pas, et que par conséquent, très certainement (et même la plupart du temps) les féministes ont raison.
Mais pour moi il faut se garder de tout prendre comme une "vérité", mais pour chacune de ces choses où elles ont très très certainement raison, accepter soite dans un premier temps, mais surtout dans un second temps prendre le temps de réfléchir, se demander si l'on est d'accord avec ça… quitte à laisser s'exprimer les désaccords. Pour non pas gober une vérité, mais parcourir le chemin qui mène à son acceptation.
La nuance est peut-être mince, mais me paraît importante.


Pour ma part, en plus des deux clauses déjà mentionnées, j'aurais envie d'ajouter une invitation à participer pour les personnes Queer, Trans (homme ou femme), Non-binaires, etc
Certes puisqu'il n'y a pas de non-mixité, donc pas d'interdit, ces personnes peuvent déjà venir, mais une invitation est une manière de réfléchir à rester inclusif à cet endroit là. (Si tant est qu'ils ou elles aient envie de participer ! …ce qui n'est évidemment pas gagné).

#
Profil

bidibidibidi

le vendredi 27 septembre 2019 à 12h56

J'aurais une question à te poser : par groupe d'hommes, tu entends sexe biologique ou genre (mâle) ?

#
Profil

artichaut

le vendredi 27 septembre 2019 à 13h31

bidibidibidi
J'aurais une question à te poser : par groupe d'hommes, tu entends sexe biologique ou genre (mâle) ?

un peu les deux

j'entends plutôt avoir été élevé en tant qu'homme, du coup généralement ça concerne les personnes ayant été identifié masculin par leur sexe biologique, mais ça devient une socialisation, donc un genre

mais ce n'est pas restreint (comme l'indique mon désir d'invitation à la toute fin de ce post)

je ne sais pas si ça répond à ta question…

#
Profil

artichaut

le vendredi 27 septembre 2019 à 13h33

j'aurais pû mettre "groupe d'homme-cis"
mais je trouvais ça dommage de restreindre

après tout viens qui veut

#

Electronlibre (invité)

le vendredi 27 septembre 2019 à 22h17

Bonsoir,
Je viens de tout lire, merci Artichaut pour tout ça et le temps passé à creuser. Je trouve l'idée très intéressante et je suivrai le post.
Je reprendrai mon ancien pseudo...
Si j'ai bien compris, c'est dans un but de se libérer plus, de creuser notre masculinité ? De parler à coeur ouvert ?

#
Profil

bidibidibidi

le samedi 28 septembre 2019 à 12h17

artichaut
je ne sais pas si ça répond à ta question…

Si si.
En fait, c'est parce que ton idée me plaît bien dans l'absolu. Et puis, derrière, je me suis imaginé au milieu d'un groupe de mâles (donc de genre masculin) et je me suis pas vu m'ouvrir...

#
Profil

artichaut

le samedi 28 septembre 2019 à 13h55

Electronlibre
Si j'ai bien compris, c'est dans un but de se libérer plus, de creuser notre masculinité ? De parler à coeur ouvert ?

Il y a de ça, oui.

…et je pense que —comme souvent— j'ai voulu en mettre trop —trop de texte— et que y'a moyen de présenter ça de façon +simple

et ça me fait dire, que pour créer un événement, ce serait bien de présenter ça de manière moins pompeuse, et +simple

#
Profil

artichaut

le samedi 28 septembre 2019 à 13h56

bidibidibidi
Et puis, derrière, je me suis imaginé au milieu d'un groupe de mâles (donc de genre masculin) et je me suis pas vu m'ouvrir...

C'est justement l'un des enjeux.
Moi non plus, ça ne sonne pas comme une évidence pour moi. Je suis généralement bien mieux, entouré de femmes, que d'hommes. Et me projeter dans cette dynamique avec des mecs, me stresse et me fait peur, tout autant qu'elle peut m'attirer.
J'ai le sentiment que justement l'un des enjeux est d'apprendre à relationner autrement (que comme on nous a appris) entres mecs.
Pour le coup, le fait de formaliser un peu les choses (se constituer en groupe et/ou organiser un événement, avoir des sujets de discut'…) ça peut aider (en tout cas ça peut m'aider moi !) à être à l'aise.
Même si l'informel à sûrement du sens aussi, et permet sans doute d'autres choses.

Par ex, pour me sentir +à l'aise vu que je suis généralement +à l'aise avec des femmes, je me dit à titre perso que j'aurais envie, au moins une fois, d'essayer de faire une telle discut'-réunion entre hommes, mais en me préparant, à l'avance et sur le moment, mentalement/psychologiquement comme si les personnes autour de moi étaient des femmes (essayer de m'auto-convaincre de ça, quoi) pour voir ce que ça fait, ce que ça provoque et convoque chez moi de différent.
Je dis pas que c'est ça qu'il faut faire, encore moins à chaque fois, encore moins pour tout le monde. Mais ça me donne envie de tenter l'expérience.

#
Profil

artichaut

le samedi 28 septembre 2019 à 14h09

Pour info, je vais compiler les ressources utiles dans le poste n°2 de ce fil (ci-dessus). Si ça s'allonge trop, ou si c'est utile, ça pourra ultérieurement devenir un fil de discussion en soi-même.

Ces ressources, et la trace laissé ici, du cheminement du projet, pouvant permettre à tous, de tenter des expériences similaires par chez eux.

#

Electronlibre (invité)

le samedi 28 septembre 2019 à 23h03

Si on arrive à se libérer du côté mâle, un.peu fier, cachant 'nos émotions , j'arriverai aussi sans doute à me lâcher, je rejoins assez bidibidibidi sur ce point.
Pas évident de laisser tomber ces remparts créer volontairement ou non depuis la naissance.

#
Profil

ourscalin

le mardi 15 octobre 2019 à 11h33

Si l'idée avance, ça n'intéresserait fortement

#
Profil

kill-your-idols

le mardi 15 octobre 2019 à 13h14

artichaut
un peu les deux

j'entends plutôt avoir été élevé en tant qu'homme, du coup généralement ça concerne les personnes ayant été identifié masculin par leur sexe biologique, mais ça devient une socialisation, donc un genre

mais ce n'est pas restreint (comme l'indique mon désir d'invitation à la toute fin de ce post)

je ne sais pas si ça répond à ta question…

Je pensais à une formule ouverte, du style:

"En participant au groupe, vous acceptez d'être un homme, d'être reconnu en tant que tel par les autres participants, et d'accepter toutes conséquences dérivants de votre status d'homme".

#
Profil

kill-your-idols

le mardi 15 octobre 2019 à 13h20

artichaut
Quels sont pour moi les pré-requis à une telle initiative ?

Il me semble donc y avoir 2 pré-requis à poser, et avec lesquels je pense que j'aurais désormais du mal à négocier. Ce n'est pas moi qui les ai inventé, c'est des copines qui me les ont suggéré, et avec lesquels aujourd'hui je suis d'accord (après les avoir, il me semble, —un temps— refusées) :
1. Ne pas poser de clause de confidentialité (Tout ce qui s'y dit peut et doit pouvoir être répété en dehors du groupe, même non-anonymisé).
2. Ne pas créer de "non-mixité homme" (ces groupes ne sont pas interdits au femmes, ce sont juste des groupes pour parler entre hommes de thématiques masculines. Mais à tout moment, si une femme veut venir elle le peut, que ce soit pour observer ou participer).

la (1), pour moi c'est NON. S'l n'y a pas de clause de confidentialité, tout le monde dira ce que les autres aiment écouter, quitte à faire l'exact opposé une fois sorti du groupe. Donc, un préréquis pour avoir des discussions sincères est la confidentialité.

la (2) est possible, pour autant que les personnes participants au groupe acceptent d'être des hommes (indépendemment de leur condition phisique). Tu veux participer? Bien, dans ce cas tu es un homme comme tous les autres!

#
Profil

laurent59

le mercredi 16 octobre 2019 à 13h50

Bonjour @artichaut,
Je réagis un peu tard mais je suis en contact dans mon entourage directe avec Florian qui organise des cercles d'homme (à Tournai, Belgique, près de la frontière Française, ok c'est aussi loin que Marseille pour certains).
https://www.lesateliersdeflorian.com/cercle-d-homm...
Le sujet n'est pas directement la déconstruction qui me semble motiver ton post mais d'avoir expérimenté ces ateliers je confirme que la libération de la parole dans un cadre bienveillant permet de déconstruire de facto certains schéma.
Ce post est juste là pour informer d'une initiative en rapport (dans le titre du moins) avec la tienne.
Je soutient ton initiative en tout cas.

#
Profil

ourscalin

le mercredi 16 octobre 2019 à 18h35

Effectivement ça peaufine l'idée, je trouve cela intéressant et suis en attente de la suite.

#
Profil

artichaut

le mercredi 13 novembre 2019 à 05h34

…tiens, je viens par hasard de tomber sur ce fil :
Des temps de discussions et de non-mixité masculines, féminines… : pour quels usages ?, janv 2013

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion