Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Pourquoi

Social
#
Profil

Carline

le mardi 06 mars 2018 à 18h17

Une question me taraude.
Le polyamoureux serait il dans une quête sans fin du bonheur ? Arrive t- il un jour à se sentir comblé ? Serait-il un puit sans fond en qui l'amour ne peut fleurir car il continue sa quête quoiqu' il en soit ?
Je comprends la notion d'aimer plusieurs personnes mais j'ai quand même cette question dû à la recherche de nouvelles rencontres alors que l'on reçoit beaucoup d'amour de diverses personnes.
Merci de m'éclairer sur la question et peut être à intégrer de nouvelles notions sur le polyamour.

#
Profil

Siestacorta

le mardi 06 mars 2018 à 18h39

Dès lors que tu fais une distinction entre tes besoins en amour et le nombre de gens avec qui tu es en relation, c'est à dire que la question, c'est pas qu'ils soient un ou dix, mais que tu cherches l'environnement affectif qui te convient, il ne s'agit pas d'une quête, mais de moments de la vie.

C'est pas parce qu'on se donne la possibilité d'être plusieurs qu'on va chercher plus, si c'est ça la question... Perso ça fait plus de douze ans que mes cadres relationnels sont non-exclusifs, et ma vie amoureuse, en quantité, c'est plutôt pépère.

Il s'agit pas de recevoir" telle quantité d'amour et là c'est bon". C'est vivre qu'on a besoin de vivre...
Certains peuvent rester longtemps frustré parce qu'ils confondent la force avec laquelle ils éprouvent leur besoin et "ce qu'il y derrière ce besoin", donc sont en quête perpétuelle... jusqu'au moment où ils sont capables de dire "en fait c'est pas de untel (+untel +untel...) que je veux, c'est de vivre ça, ou de renoncer à telle attente pour ressentir ça".
Et ça ne dépend pas que de ce qu'on leur donne déjà, mais du parcours de vie qui reste à faire.

On peut par ailleurs retourner la question : un monogame peut-il un jour se sentir comblé ? Parce que ça, c'est ce qui est promis sur l'étiquette de l'amour exclusif, mais si ça arrive ou pas, ça dépend de la forme de la relation, ou de la personne qui s'en nourrit ?

Message modifié par son auteur il y a un an.

#
Profil

Carline

le mardi 06 mars 2018 à 20h01

Alors dans ce cas pourquoi être en relation avec plusieurs personnes durant plusieurs années quand on ressent des envies d'aventures ?
Si le bonheur est dans la multiplication des expériences je ne vois pas pourquoi s'investir amoureusement.

#
Profil

Carline

le mardi 06 mars 2018 à 20h03

Alors dans ce cas pourquoi être en relation avec plusieurs personnes durant plusieurs années quand on ressent des envies d'aventures ?
Si le bonheur est dans la multiplication des expériences je ne vois pas pourquoi s'investir amoureusement.

#
Profil

Siestacorta

le mardi 06 mars 2018 à 20h36

Carline
Alors dans ce cas pourquoi être en relation avec plusieurs personnes durant plusieurs années quand on ressent des envies d'aventures ?
Si le bonheur est dans la multiplication des expériences je ne vois pas pourquoi s'investir amoureusement.

Je pense que les deux besoins (relations durables et autres expériences) ne s'excluent pas - on peut vouloir manger tous les jours du pain au petit déj et pas être contre un breakfast anglais de temps en temps... Bon c'est qu'une image, mais je crois bien que le cœur humain est assez grand et complexe pour avoir plusieurs types de besoins.
Au contraire, avoir des attachements forts et durables peut donner une confiance pour vivre des choses nouvelles qu'on se serait peut-être pas risqué à explorer si on avait pas trouvé une base de sécurité affective (et cette sécurité, c'est pas seulement les relations pré-existantes, c'est aussi entre soi et soi).
Si t'es certain d'avoir le nécessaire, est-ce que ça fait que rien d'autre ne t'intéresse après ? Si t'es sûr de pouvoir manger et dormir sous un toit toute ta vie, ça fait que t'as plus envie de voyager ? Si tu voyages, t'aimes plus l'endroit où tu vis et d'où tu viens ?

Message modifié par son auteur il y a un an.

#
Profil

artichaut

le mardi 06 mars 2018 à 22h45

moi je me demande si le "polyamour" n'enlève pas, ne supprime pas finalement quelque chose (l'exclusivité) au lieu de rajouter quelque chose (la multiplicité)

finalement le "polyamour" n'est-ce-pas le monoamour moins le "mono" ?
donc c'est peut-être juste de l'amour

(auquel il faut rajouter l'aspect consensuel de la relation, mais cela ne devrait-il pas faire partie de toute relation humaine, quelle qu'elle soit ?)

c'est un peu comme dans dans d'autres domaines, la norme invisibilise la multiplicité des possibles…

refuser d'être "mono" c'est pouvoir (ou chercher à) se sentir bien avec soi-même et avec les autres, que l'on ai zéro, une ou plusieurs relations

c'est juste un rejet de la mono-norme

(et réfléchir en terme de besoins à assouvir, ou de recherche de nouvelles rencontres à tout prix, me semble un raisonnement très "mono-mono", c'est à dire chercher à correspondre à un a-priori, à un idéal supposé, à une norme supposée de ce que serait le bonheur)

#
Profil

Siestacorta

le mardi 06 mars 2018 à 22h57

artichaut

(et réfléchir en terme de besoins à assouvir, ou de recherche de nouvelles rencontres à tout prix, me semble un raisonnement très "mono-mono", c'est à dire chercher à correspondre à un a-priori, à un idéal supposé, à une norme supposée de ce que serait le bonheur)

Peut-être que c'est ce qui laisse Carline perplexe, oui...
Mais si en réponse, je parle de 'besoins" aussi, c'est en me basant sur l'idée qu'en général, pas seulement dans le cadre amoureux mais dans plein d'autres cadres affectifs, on effectivement des besoins, on est pas des autarcies ambulantes... Besoins d'attachement, de reconnaissance, de sécurité, de progression... on a pas tous les mêmes, ou pas au même moment ou en même quantité ! C'est plus en pensant à la pyramide de Maslow ou à ce qu'on peut identifier en soi quand on travaille sur la CNV que j'utilise le terme.

Message modifié par son auteur il y a un an.

#
Profil

artichaut

le mercredi 07 mars 2018 à 01h18

ah oui bien sûr, on a des besoins, et même la dépendance affective, n'est pas "mauvaise" en soi, et on a je présume toutes et tous besoin de sécurité affective

mais la notion de "quête sans fin du bonheur" évoquée par Carline me semble faire appel à des "besoins fictifs", façonnés par la perpétuelle frustration que la société de consommation à besoin de fabriquer pour continuer à perdurer

et pour le coup "poly" et "mono" n'y échappent pas forcément, et le "polyamour" peut même paraître (être ?) une exacerbation de cette "quête sans fin"

Message modifié par son auteur il y a un an.

#
Profil

artichaut

le mercredi 07 mars 2018 à 01h24

au dernier café poly de Rennes on évoquait des cas ou le polyamour, non content de reproduire des comportements mono, se retrouvait malgré soi à les multiplier, et donc possiblement à exacerber le pire

#
Profil

bidibidibidi

le mercredi 07 mars 2018 à 14h35

Carline
Une question me taraude.

Le polyamoureux serait il dans une quête sans fin du bonheur ? Arrive t- il un jour à se sentir comblé ? Serait-il un puit sans fond en qui l'amour ne peut fleurir car il continue sa quête quoiqu' il en soit ?

Une bonne majorité des gens sont en quête sans fin du bonheur. Je connais personne qui un jour soit comblé et s'arrête soudainement de désirer.

Un puits sans fond en qui l'amour ne peut fleurir ?
Une seule personne peut répondre à cette question : Celui que tu appelles "le polyamoureux". Il n'existe pas un seul polyamour pour moi, les gens ont tous une manière différente de ressentir leurs relations, des besoins et des envies différentes.
Par contre, je ne vois pas le rapport entre "nouvelles rencontres" et "recevoir beaucoup d'amour de diverses personnes".

#
Profil

bonheur

le mercredi 07 mars 2018 à 15h07

Je suis peut être la plus mal placée, ou la mieux placée, mais le bonheur réside avant tout en nous.

Le bonheur n'est pas directement lié à l'amour (donc aux autres). Il oscille suivant notre état intérieur et nos partages extérieurs. Il est un peu comme la bulle d'un niveau. Il est rare qu'elle soit complètement stable. Même en étant dans le centre, la moindre modeste vibration, fait bouger la bulle.

Egalement, notre état d'âme est mouvant, tout comme notre entourage humain (donc mouvant également). Et puis, évidemment il y a les rencontres. Les "nouveautés" qui font que notre coeur fait boumboum d'une façon soudain audible et excessive. Chacun-e est libre de taire ce tumulte inattendu ou de l'écouter.

Je n'ai pas le temps de lire ce fil de discussion en intégralité. J'espère ne pas faire trop doublon.

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion