Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

A Paris, le samedi 21 février : 4ème soirée polyamour.info :-)

#

Denis-la-malice (invité)

le vendredi 27 février 2009 à 00h09

bonsoir,

je trouve vos discutions très intéressantes et enrichissantes. Je voudrait bien être tenu si possible de la prochaine rencontre ou réunion. Alors si un-e d'entre vous peut me répondre ça serait super chouette. Je voudrais vraiment participer à une discussion sur le polyamour car en réalité je ne pouvais pas être présent à la dernière réunion...
Merci à tou-te-s et j'espère à très bientôt.

Denis.

#
Profil

LuLutine

le vendredi 27 février 2009 à 01h04

Bonsoir Denis, je pense que l'info sera donnée sur ce forum.

#

Denis (invité)

le vendredi 27 février 2009 à 01h54

Merci à toi. Je vais regarder avec attention. Bonne soirée à toi Lulutine, et à tout le monde évidemment.

#
Profil

gerard

le dimanche 01 mars 2009 à 20h28

Une amie et moi-même avons passé un merveilleux week-end à la campagne avec un couple rencontré chez vous ! Grâce à vous ! Merci encore ...
Nous avons, de PLUS, étudié le concept de polyamour très sérieusement (avec document de référence... Pas du "moi-je-sens-que" ); peut-être un jour regarderons-nous ensemble, dans votre chaleureux lieu d'accueil, cet "exercice", avec ceux qui s'intéressent vraiment aux définitions avec une certaine rigueur intellectuelle.
Soyez heureux !
Gérard et Michelle

#

marigold (invité)

le dimanche 01 mars 2009 à 21h42

Un bilan plutôt positif

Quelques heurts mais pas de fermeture
Pas de "pseudo gurus" prêchant la bonne parole
Pas de "m'a tu vu"
Pas de voyeurisme..

Des chercheurs qui sont arrivés là par le jeu du hasard de la vie, ne comprenant pas
forcement ce qui leur arrive.

Les personnes présentes ont parlé d'une expérience amoureuse qui les avait poussé
à changer de point de référence.

Ce n'est pas une quête spirituelle comme dans le cas de Siddharta, où Le Petit
Prince.

Même s'ils n'ont pas répondu présent pour le jeu des calins il était possible d'avoir des échanges intéressants.

A noter qu' on a pu un peu aller à l'essentiel lors de l'atelier pour définir le polyamour.

Diana

#
Profil

vladimir

le dimanche 01 mars 2009 à 22h22

Je n’ai pas pu aller à la rencontre polyamour. J’ai regardé sur internet et vu un blog qui en parlait. Eh bien, cela ne me donne pas envie d’y aller ! C’était donc la guéguerre entre des lurons colorés et joyeux, et des « noirs vêtus » comme dit sur le site avec un justicier qui ne les a pas supportés et le déverse sur son blog. Dommage ! Le sujet m’intéressait ! Mais alors, je suis trop pacifiste pour cela !

#
Profil

Sandra

le lundi 02 mars 2009 à 00h07

C''est vrai Diana, cependant je ne serai pas aussi ditirambique : tout va bien car nous sommes restés sur un plan mental (tel était l'objet de la rencontre : parler du polyamour), je n'ai pas l'impression que nous puissions envisager de relations sensuelles avec qui que ce soit sauf surprise ...

Et in fine beaucoup ont créé des apartés, en particulier les dits "noirs vêtus".

#
Profil

LuLutine

le lundi 02 mars 2009 à 07h57

Bonjour Vladimir; j'y étais et je ne trouve pas que c'était la "guéguerre" comme tu dis !
De quel blog parles-tu ? Celui de Françoise ? Je suppose que non (ou alors nous n'avons pas compris son article de la même façon...).

Quoi qu'il en soit, pourquoi ne viendrais-tu pas la prochaine fois, pour te faire ta propre opinion ? Ton opinion directe vaut mieux que n'importe quelle opinion forgée par personne interposée...

#
Profil

Estelle

le lundi 02 mars 2009 à 21h59

Merci Guilain pour cette belle organisation ! J'ai rencontré dans ce grand groupe quelques personnes intéressantes, j'ai pris leurs mails pour les rencontrer et éviter les concepts fumeux d'une certaine nébuleuse intellectuelle qui dit avoir fait des définitions il y a 35 ans et qui dit qu'il est impossible de faire des définitions !
Je ne sais pas si la prochaine fois ce sera sérieux, je l'espère, mais je n'en parle à personne !

#

(compte clôturé)

le lundi 02 mars 2009 à 23h12

Déplaisant, ces règlements de compte.

A part ça, ça me semble logique de revenir sur ce qu'on a dit plus de 30 ans auparavant: il n'y a que les cons qui ne changent pas d'avis. La vie est faite pour ça!

: -)))))

#
Profil

Siestacorta

le mardi 03 mars 2009 à 01h56

Estelle : ben j'espère que ce ne sera pas trop sérieux quand même, la prochaine fois, c'est pas le bureau des douanes, quand même...

#
Profil

oO0

le mardi 03 mars 2009 à 03h23

...

Message modifié par son auteur il y a 10 ans.

#
Profil

amorgen

le mardi 03 mars 2009 à 10h52

Certains se connaissaient, d'autres débarquaient pour la première fois, il y avait affluence, certains sont peut être plus réservés que d'autres...bref il y a une multitude de raisons pour que la soirée n'ait pas été parfaite pour tout le monde. Au vu du nombre de personnes je n'ai pas été choqué que certains fassent des apartés. Et si je suis loin d'avoir pu échanger des mots avec tous, parfois l'échange d'un simple sourire franc, d'un regard bienveillant a déjà été satisfaisant.
Peut être à l'avenir il pourra être intéressant de développer des soirées plus thématiques, ou plus simplement alterner des soirées de "réflexion" et des soirées simplement conviviales et sans objectif particulier.

#

françoise (invité)

le mardi 03 mars 2009 à 11h09

Apparemment, ce que j'ai écrit sur mon blog a semblé agressif à certains alors que c'était plutôt rieur, je me suis beaucoup amusée à cette réunion et j'ai trouvé tous les gens intéressants, colorés ou noirs vêtus. Sans parler de ceux que j'aime vraiment! . Par contre, pour la question des définitions, je précise que c'est justement 35 ans d'amours plurielles qui m'ont fait réaliser qu'au début on cherche à définir ce que c'est, puis qu'on s'aperçoit en le vivant que la défintion n'est pas exactement ce qu'on pensait, alors on modifie la définition, puis quelques années après, on change encore... et un jour, à force de voir que le Lutinage est mouvement et évolution permanente et qu'en plus il ya quasiment autant de façons de le vivre que d'amoureux pluriels, on n'en cherche plus de définition. Et du jour où on ne cherche plus à tout baliser et définir, les choses semblent plus simples; mais cela vient aussi du fait qu'après vingt ans de réflexion, on sait qu'on n'en est pas mort, que l'amour est durable et que les amours rencontrées donnent bien du bonheur. Du coup, on est assez en confiance pour ne plus trop théoriser. C'est comme tout apprentissage: au début, on a le nez rivé sur le "mode d'emploi" et ensuite on fait sans s'en rendre compte.

#

françoise (invité)

le mardi 03 mars 2009 à 11h11

à amorgen: je suis d'accord, les câlins peuvent naître spontanément entre persones qui ressentent une vibration commune, mais le câlin organisé n'est pas ma tasse de thé, pas par froideur mais parce que je n'ai pas forcément envie de toucher tout le monde.

#

ibisrouge (invité)

le mardi 03 mars 2009 à 20h27

Je suis bien d'accord avec Françoise. C'était une bonne soirée, il y a eu quelques désacccords mais pas de quoi en faire un plat . Quant aux calins il y avait trop de monde
et trop de gens qui ne se connaissaient pas pour que cela puisse marcher .C'est la spontaneité qui compte !
Après tout ce n'était qu'un premier contact et je suis certain que les réunions vont s'améliorer au fur et à mesure que nous ferons plus ample connaissance .

#

Perlimpinpin (invité)

le mardi 03 mars 2009 à 23h32

N'y avait-il point a cette soirée plusieurs personnes ayant également 35 ans de
polyamour vécu ?
J'ai été agréablement touchée par ce que ces personnes disaient.
C'était tout a fait nouveau pour la Libertine (façon 17 ème siècle) que je suis.
J'ai aussi aimé le "lutinage" de Françoise, j'en ai même aimé sa définition!..
Je rigole...Câlin général...Sorelle

#

marigold (invité)

le mercredi 04 mars 2009 à 15h34

Si F... se donne le droit suprème de dicter sa loi, c'est parce qu'elle n'est que "chercheuse croyant trouvé" et n'a pas encore compris l'art d'

AIMER LA MAlN OUVERTE

Cette semaine, en parlant avec un ami, je me suis rappelée une histoire que j'ai entendu cet été : une personne compatissante voyant un papillon lutter pour se libérer de son cocon, et voulant l'aider, écarta avec beaucoup de douceur les filaments pour dégager une ouverture. Le papillon libéré, sortit du cocon et battit des ailes mais ne put s'envoler. Ce qu'ignorait cette personne compatis¬sante, c'est que c'est seulement au travers du combat pour la naissance que les ailes peuvent devenir suffisamment fortes pour l'envol. Sa vie raccourcie, il la passa à terre : jamais il ne connut la liberté, jamais il ne vécu réellement.

Apprendre à aimer la main ouverte est une tout autre démarche. C'est un apprentissage qui a cheminé progressivement en moi, façonné dans les feux de la souffrance et les eaux de la patience. J'apprends que je dois laisser libre quelqu'un que j'aime, parce que si je m'agrippe, si je m'attache, si j'essaie de contrôler, je perds ce que je tente de garder.

Si j'essaie de changer quelqu'un que j'aime, parce que je sens que je sais com¬ment cette personne devrait être, je lui vole un droit précieux, le droit d'être responsable de sa propre vie, de ses propres choix, de sa propre façon de vivre.

Chaque fois que j'impose mon désir ou ma volonté, ou que j'essaie d'exercer un pouvoir sur une autre personne, je la dépossède de la pleine réalisation de sa croissance et de sa maturation. Je la brune et la contrecarre par mon acte de possession, même si mes intentions sont les meilleures. Je peux brimer et blesser en agissant avec la plus grande bonté, pour protéger quelqu'un. Et une protection et une sollicitude excessives peuvent signifier- à une autre personne plus éloquemment que des mots : «  tu es incapable de t'occuper de toi-même, je dois m'occuper de toi parce que tu m'appartiens. Je suis responsable de toi.»

Au fur et à mesure de mon apprentissage et ma pratique, je peux dire à quel¬qu'un que j'aime :
« Je t'aime, je t'estime, je te respecte et j'ai confiance en toi. Tu as en toi ou tu peux développer la force de devenir tout ce qu'il t'est possible de devenir, à condition que je ne mette pas en travers de ton chemin.

Je t'aime, tant que je peux te laisser la liberté de marcher à côté de moi dans la joie et la tristesse.

Je partagerai tes larmes mais je ne te demanderai pas de ne pas pleurer. Je répondrai si tu as besoin de moi, je prendrai soin de toi, je te réconforterai, mais je ne te soutiendrai pas quand tu pourras marcher tout seul.

Je serai prête à être à tes côtés, dans la peine et la solitude mais je ne les éloi¬gnerai pas de toi. Je m'efforcerai d'écouter ce que tu veux dire, avec tes paroles à toi, mais je ne serai pas toujours d'accord avec toi.

Parfois je serai en colère et quand je le serai, j'essaierai de te le dire franche¬ment, de façon à ne pas avoir besoin d'être irritée de nos différences, ni de me brouiller avec toi.

Je ne peux pas toujours être avec toi ou écouter ce que tu dis, parce qu'il y a des moments où je dois m'écouter moi-même, prendre soin de moi. Quand cela arrivera, je serai aussi sincère avec toi que je pourrai l'être».

J'apprends à dire cela à ceux que j'aime et qui sont importants pour moi, que ce soit avec des mots ou par ma façon d'être avec les autres et avec moi-même. Voilà ce que j'appelle aimer la main ouverte.
Je ne peux pas toujours m'empêcher de mettre mes mains dans le cocon... mais j'y arrive mieux, beaucoup mieux depuis que je me respecte aussi.

Ruth SANFORD

#
Profil

Siestacorta

le mercredi 04 mars 2009 à 15h59

Je ne comprend pas bien de quelle dictat de loi on parle ?
Qui a obligé qui à faire quoi ?

Je n'étais pas à la soirée, je ne connais donc les évènements que rapportés ici... si ça concerne bien la soirée ? En tout cas, vu d'ici, ce n'est pas vraiment sensible qu'il y ait eu des décisions prises pour d'autres. Éclaircissez, je ne comprend pas.

Je ne comprend pas bien non plus le rapport avec les rapports de dons de soi évoqués ensuite.

Pour la métaphore du papillon en soi, ça m'intéresse.
Elle a une morale utile, et dans beaucoup de cas il faut savoir se retenir de soutenir, c'est vrai.

Mais c'est une métaphore, pas une analogie : elle n'est pas valide pour beaucoup de choses.
L'homme est un animal social, à la différence du papillon. Il apprend, comprend le monde en partie par le social. Si on le laisse à l'inné, on obtient un de ces nombreux cas d'enfants-loups, qui ne savent pas tenir sur deux jambes...
Et c'est valable tout au long de la vie, nous apprenons beaucoup par la transmission de savoir, de savoir-être... Ca nous limite, parce que le savoir de celui dont on apprend est toujours limité. Mais on a besoin d'autre chose que de présence compatissante. Il y a des gens qui savent mieux que nous, qui ont une expérience à transmettre. On est libre de les écouter ou pas, on peut juger utile ou inutile ce qu'ils disent , mais sans à un moment écouter, et à un autre enseigner, on ne grandirait pas.

D'où la différence entre enseigner / montrer le savoir et éduquer / faire suivre un parcours donné pour transmettre le savoir....

#

(compte clôturé)

le mercredi 04 mars 2009 à 18h55

Tout ça me parle, mais ce serait encore plus percutant, Marigold, s'il n'y avait pas de remarque acerbe devant un discours aussi plein de bon sens, ça en diminue la portée : F... (comme tu dis), n'a pas de loi à dicter, mais une expérience qui est d'un grand secours pour ceux qui s'aventurent dans un nouveau champ relationnel aussi miné que celui-ci. Et t'inquiète pas, aucun fou n'est fou tant qu'on se range à ses raisons, et de toute façon, personne ici n'est fou, ni gourou, en effet !

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion