Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Elle veut tout contrôler, et ça vire au cauchemar

#
Profil

Trillian

le jeudi 29 août 2013 à 17h48

Hum. Je ne voudrais pas te decourager mais à mon avis il y a peu de chance pour qu'elle fasse un reel effort dans 3 mois... Si avec toutes les amoureuses de B ca se passe mal alors tu peux être certaine que le probleme ne vient pas de toi ou de ton comportement, c'est elle qui a un probleme et à moins qu'elle arrive à l'admettre et à le regler...ya peu de chance que ca evolue.
Je ne comprends pas pourquoi elle s'obstine dans une relation "poly" alors que visiblement ca la rend malheureuse. il faut qu'elle devienne mono ou bien qu'elle aprenne à gerer sa jalousie.

#
Profil

LuLutine

le jeudi 29 août 2013 à 18h03

Trillian
à mon avis il y a peu de chance pour qu'elle fasse un reel effort dans 3 mois...

Je le pense aussi, mais c'est bien pourquoi j'attends des preuves (sait-on jamais) et ne prends plus ses propos pour argent comptant.

Trillian
Si avec toutes les amoureuses de B ca se passe mal alors tu peux être certaine que le probleme ne vient pas de toi ou de ton comportement, c'est elle qui a un probleme

Je sais bien que le problème ne vient pas de moi ! Depuis le début !
Que ça vient d'elle, je crois que tout le monde le pense...sauf elle !

Trillian
et à moins qu'elle arrive à l'admettre et à le regler...ya peu de chance que ca evolue.

Je dirais : à moins que B n'agisse différemment. Qu'il ne lui fasse plus confiance comme avant puisque visiblement (du moins je le pense) elle n'en est pas digne.
Il me dit que pendant un laps de temps court il va lui faire moins confiance et qu'ensuite il lui fera confiance à nouveau.
Je ne suis pas certaine que ça change les choses, je pense plutôt qu'il devrait faire le deuil d'une communication saine avec elle (c'est juste pas possible avec ce genre de personne). Mais la décision lui appartient...

De toute façon le plus grave, ce n'est pas pour moi. Moi, je vois B lorsque A est occupée ailleurs et que B a envie de me voir. Et si ça lui convient, c'est très bien.

Le plus grave, c'est pour B. S'il souffre de cette situation, je ne peux pas m'empêcher de vouloir réagir... Certes je vis aussi les situations détestables lorsque je vois B, mais lui est susceptible de les vivre en permanence (ou du moins très souvent)...et ça me désole.
Moi je n'ai pas ce souci avec les autres, je peux me "reposer" de tout ça quand je ne suis pas avec B.

Trillian
Je ne comprends pas pourquoi elle s'obstine dans une relation "poly" alors que visiblement ca la rend malheureuse.

Comme je l'ai dit plus haut, elle-même n'est pas exclusive, je pense qu'elle veut rester dans une relation non-exclusive mais où elle a le contrôle sur ce que fait l'autre...elle veut (consciemment ou non) être dominante et que les autres soient soumis.

Visiblement elle y arrive la majeure partie du temps, donc je dirais qu'actuellement elle est plutôt satisfaite de la relation et ça me semble donc normal qu'elle ne souhaite pas bouger.

#
Profil

Anarchamory

le jeudi 29 août 2013 à 18h39

LuLutine,

Il y a une interrogation que j'aimerais partager, parce que je ne crois pas l'avoir vu passer, et que quand même, elle me semble assez cruciale : mais que fait donc B avec une nana comme ça qui lui pourrit la vie ?... Je veux dire, si c'était sa seule copine, je pourrais encore comprendre qu'il reste avec, par crainte de la solitude, besoin de se rassurer sur son pouvoir de séduction, besoin de combler un manque, peur de finir "seul", etc. Mais là, c'est pas le cas, il a plusieurs autres copines, dont au moins une que je connais un peu : toi. Qu'est-ce qu'elle a donc de si spécial, A, pour qu'il juge nécessaire de "s'encombrer" avec elle alors qu'il a toi (entre autres) ? C'est une riche héritière ? :P Elle connaît le Kama Sutra par cœur ?... ??... Non, franchement, je ne comprends pas pourquoi il reste avec cette fille... Ça m'interpelle !

Message modifié par son auteur il y a 6 ans.

#
Profil

Trillian

le jeudi 29 août 2013 à 18h41

LuLutine


Comme je l'ai dit plus haut, elle-même n'est pas exclusive, je pense qu'elle veut rester dans une relation non-exclusive mais où elle a le contrôle sur ce que fait l'autre...elle veut (consciemment ou non) être dominante et que les autres soient soumis.

Visiblement elle y arrive la majeure partie du temps, donc je dirais qu'actuellement elle est plutôt satisfaite de la relation et ça me semble donc normal qu'elle ne souhaite pas bouger.

C'est bien triste comme façon de vivre ses relations... sur le long terme je reste persuadée que ca ne rendra personne heureux, ni elle ni les autres, le bonheur ca ne se prend pas, l'amour et la confiance non plus, se sont des choses qui doivent se partager naturellement sinon elles n'ont plus aucun sens. "Bien mal acquis ne profite jamais" c'est aussi valable pour des choses immaterielles.
Je penses que A est un "vampire sentimental" (non pas comme dans twilight ^^) qu'elle aspire tout ce qu'elle peut chez les autres et en fait son 4h, par contre elle ne donne rien en echange et quand ses "proies" n'ont plus rien à donner elle se tourne vers une autre avec du sang (des sentiments) plus frais.... J'ai deja rencontrée une vampire de ce genre et ce que tu dis de A me fait penser à elle.

#
Profil

Trillian

le jeudi 29 août 2013 à 18h51

MetaZet
LuLutine,

Il y a une interrogation que j'aimerais partager, parce que je ne crois pas l'avoir vu passer, et que quand même, elle me semble assez cruciale : mais que fait donc B avec une nana comme ça qui lui pourrit la vie ?... Je veux dire, si c'était sa seule copine, je pourrais encore comprendre qu'il reste avec, par crainte de la solitude, besoin de se rassurer sur son pouvoir de séduction, besoin de combler un manque, peur de finir "seul", etc. Mais là, c'est pas le cas, il a plusieurs autres copines, dont au moins une que je connais un peu : toi. Qu'est-ce qu'elle a donc de si spécial, A, pour qu'il juge nécessaire de "s'encombrer" avec elle alors qu'il a toi (entre autres) ? C'est une riche héritière ? :P Elle connaît le Kama Sutra par cœur ?... ??... Non, franchement, je ne comprends pas pourquoi il reste avec cette fille... Ça m'interpelle !

Message modifié par son auteur il y a quelques instants.

Parceque comme toutes les victimes de vampires, une fois mordu, il n'est plus possible de fuir!
Blague à part je suis d'accord avec toi, mais que fait B avec A ? Surement qu'il y trouve des avantages ou bien il est aveuglé par l'amour :)

#
Profil

LuLutine

le jeudi 29 août 2013 à 18h53

MetaZetNon, franchement, je ne comprends pas pourquoi il reste avec cette fille... Ça m'interpelle !

En très gros et en résumé, A lui apporte quelque chose qu'il ne vit pas avec les autres, et qu'il ne pense pas pouvoir retrouver chez quelqu'un d'autre.

C'est aussi simple que ça.

De plus, A en est consciente et je pense qu'elle mise là-dessus pour demander toujours plus.

#
Profil

Anarchamory

le jeudi 29 août 2013 à 19h13

LuLutine
En très gros et en résumé, A lui apporte quelque chose qu'il ne vit pas avec les autres, et qu'il ne pense pas pouvoir retrouver chez quelqu'un d'autre.

Oui, les emmerdes ! :P

(désolé, c'était trop tentant...)

(en plus, c'est pas faux... visiblement il n'y a qu'elle qui lui en apporte, parmi toutes ses copines...)

LuLutine
De plus, A en est consciente et je pense qu'elle mise là-dessus pour demander toujours plus.

C'est fort possible en effet...

#

(compte clôturé)

le vendredi 30 août 2013 à 13h47

Bon, je vais me faire un peu l'avocate du diable :-) Histoire d'essayer de faire avancer ton problème Lulutine.

Tout le monde lit dans l'attitude de A un caprice et de l'irresponsabilité. C'est sans doute vrai. Moi ce qui me crève les yeux c'est l'angoisse immense dans laquelle cette fille est plongée, et son désarroi.
Elle n'est pas poly. Elle a plusieurs relations, mais sans doute pour essayer de lutter contre un monstrueux besoin de sécurité : elle veut se sentir aimée et elle ne se sent pas aimée. Et B pourra bien être egntil, attentionné et tout et tout, il ne suffira pas à combler ce besoin ni aucun de ses autres partenaires - parce que ça se joue entre elle et elle. Il y a une faille chez cette personne, qu'elle cherche à combler par des relations, sans succès.
D'expérience, je peux t'assurer qu'il ne sert à rien de la juger ni d'essayer de lui faire entendre raison. Et même si tu aimes B, tu n'as rien à faire ni aucun rôle à jouer là-dedans. Tu as en réalité uniquement deux options :
- laisser tomber ta relation avec B si tu considères que c'est trop cher payé et trop frustrant
- créer autre chose avec B en t'appuyant sur la force objective de ta situation. Car si tu regardes bien, tu es en position de force. La personne posée, calme, sereine et aimante sur laquelle il peut s'appuyer, c'est toi. Tu peux jouer ce rôle, qui est frustrant car tu seras toujours à la merci des crises de A et ça limitera les manifestations de votre amour, mais qui est aussi gratifiant et source de bonheur à long terme. Si B sait qu'il peut trouver chez toi une écoute, si tu ne juges pas sa relation avec A mais que tu la prends comme elle est et que tu abordes les choses avec confiance, tu peux espérer d'abord que ta relation avec B en sorte grandie et indestructible ou presque, et que A se trouve dans les bonnes conditions pour faire l point avec elle-même et essayer de soigner son insécurité (par une thérapie ou quoi que ce soit qui puisse l'aider).

Ce n'est pas une situation facile, mais il me semble qu'on se tire toujours mieux de quelque chose de ce genre avec compassion et paix qu'avec colère et amertume. Et je te promets que je parle d'expérience.

#
Profil

LuLutine

le vendredi 30 août 2013 à 14h09

Comme tu le dis Janis, je crois que ça se joue entre elle et elle...mais je ne suis pas certaine qu'elle le reconnaisse un jour...

Et rassure-toi, je ne suis pas en colère, ça ne servirait à rien de toute façon.
Je suis surtout inquiète pour B qui vit mal cette situation. Je sais, probablement que ça ne sert à rien non plus, mais ça, je ne peux pas m'empêcher. Je ne peux pas dire que je m'en fiche, ce n'est pas vrai.

Je ne suis pas amère non plus, il y a plein d'autres raisons qui font que B et moi ne nous voyons pas souvent. Comme je le disais, tant que ça lui convient ça me va comme ça (je déteste passer du temps avec quelqu'un qui se force).

Mais on en revient au fait que là, il vit mal la situation, qu'il a l'impression d'avoir fait plein d'effort pour rien et que ça le fait souffrir...

Je lui ai dit l'autre jour au téléphone que ça ne me dérangerait pas de le savoir à l'autre bout du monde, du moment que je sais qu'il est heureux et qu'il va bien...

#

(compte clôturé)

le vendredi 30 août 2013 à 14h46

Pour le moment clairement elle semble avoir de magnifiques ornières... Mais ça peut aussi se décanter sans prévenir, ça arrive aussi un retour de lucidité. Il se peut aussi qu'un jour ça devienne tellement insupportable pour elle qu'elle se retrouve au pied du mur, obligée de réagir.
Parce que ça doit la faire souffrir elle aussi, terriblement.

Je sais que c'est très très très difficile de ne pas endosser plus qu'il ne faut les problèmes de quelqu'un qu'on aime. C'est un gros constat d'impuissance et c'est douloureux. Mais raison de plus pour garder ta tête froide : tu l'aideras bien mieux en restant sereine - et je ne doute pas que ce soit ton cas, je sais que tu es un modèle d'équilibre et ça se sent en te lisant.

#
Profil

kerdekel

le samedi 31 août 2013 à 12h40

Vous savez comment on cuit une grenouille ?
On ne la met pas dans l'eau bouillante, non, elle vous sauterai à la goule sinon.
Non, non.
On la mets dans l'eau froide, les grenouilles kiffent l'eau. Et on augmente la température de l'eau, tout petit à petit.
Oh bien sur, à un moment donné, la grenouille s'apercevra que pfffouu, il fait chaud là-dedans quand même. Mais elle restera, elle est bien elle dans l'eau, du moins le crois-t-elle. Elle pense pas que ça peut empirer, qu'elle va ptet même s'habituer au chaud, elle ne pense pas qu'il est trop tard.
Elle ne se rends pas compte que si elle décide de ne pas fuir, c'est qu'elle est déjà très -voir trop- affaiblie, pas que physiquement, mentalement aussi, du coup.
Et on se dit "mais qu'elle est bête cette grenouille, elle est là dans l'eau chaude, mais elle se casse pas."
En vérité, elle n'est pas idiote, on a juste profité de sa faiblesse (son goût pour l'eau) et petit à petit, on "déconstruit" sa force, tellement doucement mais surement qu'on parvient à ne pas réveiller son système d'alerte.
Et quand ENFIN, elle commence à réaliser qu'il est trop tard, peut-être même lorsqu'elle réalise qu'en fait, l'eau est brulante, il EST bien trop tard, elle est déjà morte.

C'est le principe de la perversité (lien sur le blog de Jaddo, d'une explication très claire et très intéressante de ce terme).
Je ne nie pas qu'il y a des myriades de constructions sociales pouvant amener quelqu'un à devenir un pervers ou une perverse (narcissique, par exemple, comme j'ai lu le terme par je sais-plus-qui en lisant le sujet, j'ai trouvé que ça collait plutôt bien).
Mais la perversion est à mon sens une pathologie mentale qui gagnerait à être suivie psychiatriquement, ne serait-ce que pour déterminer les facteurs profonds qui ont amené à cette perversion et pouvoir agir directement dessus. Cela demande un suivi constant, qui demande quelqu'un de formé, rodé à ce type de pathologie, comme un ou une psychiatre.

Ce qui est sûr, c'est qu'il faut aussi parvenir à se mettre à la place de la grenouille pour comprendre comment c'est possible d'en arriver là, et faire montre ainsi d'un peu d'indulgence : être manipulé peut arriver à n'importe lequel d'entre nous, cela ne serai pas une preuve de bêtise pour autant, soyez assuré de cela. :)

#
Profil

Anarchamory

le samedi 31 août 2013 à 13h01

@Kerdekel : merci pour cette intervention très intéressante et pertinente, et pour le lien donné. Je me rends compte qu'avec ma future ex, j'ai été moi aussi une grenouille cuisinée très progressivement... et je m'en rends compte avec une vive acuité à présent que je suis séparé de fait, que je regagne un peu ma liberté, mon autonomie, et que je constate le comportement déplorable qu'elle continue d'avoir encore à mon égard, au niveau de l'argent (elle me laisse payer tous les crédits contractés ensemble et qu'on a en cours, et me réclame de surplus 300 € / mois de prestation compensatoire, ce qui est juste pas possible !).

#
Profil

Siestacorta

le samedi 31 août 2013 à 14h09

Ca remonte à loin de où qu'j'ai lu ça, mais je crois qu'il est pratiquement impossible de soigner un pervers narcissique / manipulateur.
On va en thérapie quand on comprend l'intérêt qu'on à a se soigner. La capacité de manipuler, et le manque d'empathie qui va avec, c'est un autre moyen de survie, et qu'il y a moyen d'affiner ou de transposer ailleurs à chaque fois, avec de bonnes chances que ça n'ait pas de coût...

Cela dit, dans l'histoire de Lulutine, ça me parait pas être l'histoire d'une perverse narcissique. L'égoïsme y est plus "franc du collier", non ?

#
Profil

LuLutine

le samedi 31 août 2013 à 14h32

Siestacorta
Ca remonte à loin de où qu'j'ai lu ça, mais je crois qu'il est pratiquement impossible de soigner un pervers narcissique / manipulateur.

Oui, c'est notamment dit dans "Les manipulateurs sont parmi nous" (d'Isabelle Nazare-Aga). Et ça s'est vérifié dans mon vécu.
Comme le dit kerdekel c'est une pathologie mais les manipulateurs ne s'en rendent pas compte.
Très peu se remettent en question. Comme tu le dis, c'est pour eux une question de survie.

Siestacorta
Cela dit, dans l'histoire de Lulutine, ça me parait pas être l'histoire d'une perverse narcissique. L'égoïsme y est plus "franc du collier", non ?

Je commence à avoir des doutes.
Certes dans la conversation elle nous a dit quelque chose comme "Oui je suis égoïste, oui je suis puérile !"
Mais selon moi c'était plus de la provoc qu'autre chose. Et/ou c'était peut-être pour qu'on lui dise "Mais non enfin..."

D'ailleurs elle a (partiellement ?) réussi son coup : je lui ai répondu : "Je n'ai pas dit que tu étais égoïste/puérile, j'ai dit que ton comportement, ta façon d'agir là maintenant, l'étaient."

#
Profil

Evavita

le lundi 02 septembre 2013 à 04h20

LuLutine
Si comme je le dis plus haut il lui a demandé pendant une heure de le laisser, s'il est allé jusqu'à la repousser physiquement pour qu'elle le laisse, et qu'elle est restée, oui j'estime qu'elle a une responsabilité plus grande.
Qu'aurait-dû faire B ? Il n'allait pas l'assassiner quand même !
Et comme il avait été assez gentil pour lui dire où il me retrouvait, il a bien essayé de la semer mais d'après ce que j'ai compris ça n'a pas été possible.

J'ai pris le temps de réfléchir avant de te répondre sur ce point précis. Je me suis demandée ce que je ferais si je me retrouvais dans la situation de B avec un amoureux qui ne respecte pas ma liberté de choix. Je crois que j'entamerais une discussion expliquant de manière simple que je ne peux entretenir une relation avec des personnes qui à l'encontre de ma volonté, cherchent à interférer sur les choix concernant ce que je fais de MA vie. Que si ce n'est pas quelque chose qu'il est prêt à respecter, ça ne pourra jamais fonctionner. Si j'en venais à constater que ce mode de fonctionnement était incompatible avec ce que souhaite mon amoureux, ça me serait très douloureux, mais je lui signifierais que je ne souhaite plus être en relation avec tant qu'il ne se sent pas capable de respecter ce besoin que j'éprouve.
Cette réflexion m'a permise de constater que B avait sa part de responsabilité rien que de le simple fait de rester avec A. Soyons bien clair, je ne suis pas en train de dire que B doit quitter ou rester avec A. Je pense juste qu'à moins qu'il soit considéré comme une personne non responsable de ses choix, le fait qu'il reste avec elle implique que d'une manière ou d'une autre, il accepte le comportement de A et l'impact que cela peut avoir sur sa vie et celle de ses partenaires.
Le fait qu'il en soit réduit à essayer de résoudre "physiquement" ses problèmes avec A (en la repoussant, en essayant de la semer dans le métro ou en venant aux mains) indique qu'il en est déjà au stade où le dialogue ne passe pas, où de manière manifeste A ne changera pas de comportement parce qu'elle ne souhaite pas en changer et où, en sachant cela il choisi de rester avec elle.
Pour résumer, dans le cas où je me retrouverais dans ta situation Lulutine, je considérais A comme responsable de ses actes mais je considérais B comme responsable de son choix de rester avec A en connaissance de cause et donc, responsable de faire me faire subir cette situation.
Ceci étant établi, cela me renverrait à mes propres choix. C'est à moi de décider en connaissant cette situation, et sachant que je ne peux avoir aucun impact sur elle, si :
-je choisi de continuer à fréquenter B dans ces conditions
-je choisi de lui indiquer que pour ma part, tant qu'il lui est impossible de faire en sorte que la possessivité de A ne déborde pas sur les instants que nous passons ensemble, je ne souhaite pas continuer à le fréquenter.

Dans les deux cas, cela ne t'empêche pas effectivement de t'inquiéter pour B et de vouloir l'épauler. Mais si c'est le cas, je pense que tu l'aiderais plus en lui rappelant qu'il n'est pas obligé d'être avec A et qu'un choix passif consistant à rester avec elle n'en n'est pas moins un choix plutôt que de le plaindre comme si ce qu'il vivait était un aléa de la vie sur lequel il n'aurait aucun contrôle.

Je suis d'accord avec toi Kerdekel quand tu dis qu' "être manipulé peut arriver à n'importe lequel d'entre nous, cela ne serai pas une preuve de bêtise pour autant" néanmoins, il est bien plus fréquent d'être victime de ses propres entraves qu'on a trop vite fait de mettre sur le dos d'une manipulation dont on est victime. Il est quand même plus aisé d'attribuer son malheur à autrui qu'à nous même. Et ça aussi c'est quelque chose qui peut "arriver à n'importe lequel d'entre nous, cela ne serai pas une preuve de bêtise pour autant" mais par contre plus on s'en rend compte vite et plus on peut rapidement se mettre à réagir!

#
Profil

LuLutine

le lundi 02 septembre 2013 à 07h57

Evavita
un choix passif consistant à rester avec elle n'en n'est pas moins un choix plutôt que de le plaindre comme si ce qu'il vivait était un aléa de la vie sur lequel il n'aurait aucun contrôle.

Juste pour que ce soit clair : je n'ai pas dit le contraire, hein. Et je ne le prends pas pour une "simple victime" qui ne pourrait pas se défendre.

En parallèle de ce fil, je lui ai justement dit en privé que puisque ça ne marchait pas, il fallait agir différemment avec A... (et entre autres, peut-être faire le deuil d'une communication idéale avec elle)

Jusqu'à maintenant j'ai l'impression (peut-être fausse, mais c'est celle que j'ai) qu'il a dit amen à tout, alors forcément elle en profite, et elle ne comprend pas quand il dit non.

Peut-être que s'il fait mieux respecter ses limites ça marchera ? J'en sais rien, mais j'espère surtout qu'il y réfléchit sérieusement...(bon il semblerait que ce soit le cas, mais je ne suis pas dans sa tête)

#

(compte clôturé)

le lundi 02 septembre 2013 à 13h51

@ Lulutine: au fait, toi, pourquoi restes-tu avec B alors que manifestement cette histoire (A, B et toi) te mine?

#
Profil

kerdekel

le lundi 02 septembre 2013 à 16h53

Evavita, tu es la voix de la sagesse. :)
J'ai d'ailleurs fortement tendance à être comme toi, je pense. Notre système d'alerte est ainsi fait qu'il semble très sensible et qu'on pose rapidement le hola.
Mais même avec un système d'alarme performant, il peut arriver que le réveil de certaines personnes échappe à la vigilance. Personnellement, et je pense que c'est également ton cas, s'il y a ne serait-ce qu'une menace physique (même pas une claque hein, juste menace), c'est déclenchement de l'alarme immédiat.

Je pense qu'à partir du moment où il y a des "poussages" brusques pour se débarrasser, ou pour interdire, la limite de la violence est carrément dépassée. En tout cas pour moi.

Là où est toute la force de la perversion, ce qui à nous, nous parait invraisemblable (surtout parce qu'on est pas la tête dans l'eau) c'est que pour certains et certaines, il y aura tellement eu de petit pas avant que le système d'alerte sera scotché comme un écossais et ne se mettra pas en route, et la limite sera ainsi "intégrée", la personne prise au piège. Les 2 personnes pourraient donc agir, mais c'est justement là où est le problème, pour agir, il faut que l'alarme se déclenche, et/ou avoir l'impulsion, le déclic, voire soyons fous, le courage de donner un coup de pied en dehors du tourbillon. C'est très simple mais néanmoins difficile.
Par exemple, je raffole du fromage, son excès me fait du mal, mais je n'arrive PAS à m'empêcher d'en manger ou en manger moins et je me détruit et je le vois, mais je suis anesthésiée, car il me fait du bien à court terme, etc et je suis tellement déprimée que le courage de dire "allez c'est bon je ralentis" est extrêmement difficile, même s'il est simple. Voilà. Je suis sous la manipulation du fromage, je sais ce qui devrai être fait, oui "c'est mon choix", mais simple n'est pas facile et dans ces cas là, pour exprimer ce problème, nous sommes tous des Cassandre, ce qui ajoute de l'eau au moulin du casse-tête... Ce que l'on ressent sous le joug de quelqu'un qui nous manipule (que ce dernier en soit d'ailleurs conscient ou non) doit être extrêmement semblable à celui d'une drogue (pour ne pas dire identique).

C'est un mécanisme assez fascinant, bien que peu enviable (Monsieur Lapalissade, sors de ce corps).

#
Profil

demeter

le lundi 02 septembre 2013 à 18h46

aimerplusieurshommes
@ Lulutine : au fait, toi, pourquoi restes-tu avec B alors que manifestement cette histoire (A, B et toi) te mine ?

Lulutine , il me semble bien que c'est la question à laquelle tu cherches à répondre derrière ta colère, non ? C'est celle qui me parait la plus intéressante.
Les contradictions que A manifeste ne me semblent pas particulièrement extraordinaires. Il me semble que nous les avons tous plus ou moins, sans gratter vraiment bien loin. Les raisons qu'elle se donne n'ont pas vraiment d'intérêt pour toi. Certains sont simplement plus "construits", ou plus "lisses" que d'autres. Et on peut plus ou moins souffrir d'une telle relation. Cela n'excuse rien, mais cela me parait tellement "humain" qu'il y a toujours quelque chose dans ce type de comportement qui nous renvoie à nous même. Si l'on cherchait toujours la paix, on finirait bien par en mourir.
Quant à la question des manipulateurs, je trouve un peu enfantin et manichéen cette catégorisation, qui sous des allures éthiques voire scientifiques, range les sentiments et les réactions humaines dans des jugements qui protègent et excusent certes, mais de ce fait dispensent de vivre avec.

Message modifié par son auteur il y a 6 ans.

#
Profil

LuLutine

le mardi 03 septembre 2013 à 01h36

aimerplusieurshommes
@ Lulutine : au fait, toi, pourquoi restes-tu avec B alors que manifestement cette histoire (A, B et toi) te mine ?

Pour qu'elle me mine, il faudrait que ça fasse longtemps, non ?
Est-ce qu'on prend des décisions définitives en une semaine ?
Je ne pense pas.

Voilà une semaine que l'incident a eu lieu. Avant ça, il n'y avait pas de problème majeur à mon sens. Je savais que A était possessive mais je pensais que B l'acceptait et le vivait bien, qu'il était d'accord (malgré certaines affirmations qu'il avait eues par ailleurs) pour avoir avec A une forme de relation principale (principale ne voulant pas dire permanente, il y a aussi plein de moments où ils ne sont pas ensemble) et surtout lui laisser un contrôle important sur ses faits et gestes.

Je me suis "réveillée" si l'on peut dire parce que j'ai vu qu'apparemment la situation faisait souffrir B...et là, pour moi il y a un problème ! Et je m'inquiète ! Voilà la source de mon message initial. Si quelque chose m'a miné c'est de savoir que B en souffrait, rien de plus rien de moins.

B et moi avons eu l'occasion d'en parler un peu, d'échanger des messages et il a lu ce fil.

J'ai le sentiment que maintenant de toute façon l'essentiel est entre ses mains...

De mon côté j'ai toujours fait mon possible pour me protéger de l'attitude de A, puisqu'elle m'avait fait souffrir : entre autres, tant que je ne le "sentais" pas je n'étais pas partante pour la revoir (après la mini-crise qu'elle nous avait fait la première fois juste parce qu'on se disait au revoir).
J'avais accepté que ça veuille probablement dire voir B moins souvent, mais pour le voir "vraiment" (pas avec l'interdiction de m'approcher à moins de 30 cm de lui) !

J'étais très bien comme ça, je pensais que B aussi. Quelle raison aurais-je eue de rompre ???

Et je ne vois toujours pas pourquoi j'en aurais aujourd'hui, puisque A s'est excusée et promet de ne plus "transgresser les règles". Je lui laisse l'occasion de tenir sa promesse (dans trois mois, quand j'aurais une possibilité de revoir B...). Je sais qu'il est possible qu'elle ne la tienne pas (c'est bien pourquoi j'attends des preuves et ne peux m'en tenir cette fois-ci à son discours) mais dans ce cas je crois que je ne serai pas seule à en tirer des conséquences.

En tout cas, non la situation ne me "minait" pas avant, voir B sans A m'avait très bien convenu jusque-là !

D'ailleurs, c'est un peu dommage cette histoire qui intervient juste avant un moment où j'étais prête à proposer une activité commune pour tous les trois. Avec sa réaction disproportionnée, A m'a évidemment coupé toute envie de lui proposer...

demeter
Lulutine , il me semble bien que c'est la question à laquelle tu cherches à répondre derrière ta colère, non ?

J'ai écrit que j'étais en colère ??? Quand ça ?
Et non, je ne cherchais pas à répondre à cette question...c'était plutôt une question du style "mais comment en est-on arrivés là ?".

Je n'imaginais même pas que quelqu'un puisse faire ça (suivre une personne contre son gré, s'imposer alors qu'elle a dit non...). Je ne savais pas trop quoi penser...même si ma pensée s'est précisée depuis.

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion