Polyamour.info

Namesy

Namesy

(Afghanistan)

Participation aux discussions

Discussion : Cherche discussion avec Polyamoureux/reuses sur Grenoble

Profil

Namesy

le mercredi 10 mars 2021 à 14h21

Bonjour Peres38,

Je suis toujours motivée de mon côté, il faut juste trouver le temps qui va à tous le monde. Vue le beau temps, en extérieur et petit groupe ça me paraît faisable. Au parc Paul Mistral par exemple ?
Je me propose pour centraliser les disponibilités par mp. Dites moi si cela vous va ou si vous avez d'autres propositions.

Une belle journée à tous !

Voir dans le contexte

Discussion : Mon témoignage et besoin d'aide

Profil

Namesy

le jeudi 04 mars 2021 à 12h23

Bonjour Dex,

Je me sens très touché à la lecture de ton écrit. Il me renvoie à des émotions et questions que je me suis posé suite à une rupture en juin. Je ne sais pas de quel type de soutien tu ressens le besoin (juste d'être lu, un partage d'avis sur les questions que tu te poses à la fin, autre chose) et viens chercher sur ce forum, n'hésites pas à le formuler si tu en as l'envie :)

Dans tous les cas beaucoup d'énergie pour traverser ce moment et une très belle journée à toi !

Voir dans le contexte

Discussion : Cherche discussion avec Polyamoureux/reuses sur Grenoble

Profil

Namesy

le lundi 23 novembre 2020 à 17h49

Hello !
Je suis également sur Grenoble et après réflexion je crois que participer à des cafés polyamoureux me ferait le plus grand bien !
Je suis assez partante pour organiser si il y a des motivés, une visio par exemple pour le moment ?
Je sais qu'un café polyamoureux c'est tenu vers la rentrée, des affiches circulaient. Si quelqu'un a le contact de la personne qui les organisait je suis intéressée :)

Voir dans le contexte

Discussion : Coeur d'artichaut, dépendance aux relations ?

Profil

Namesy

le mercredi 04 décembre 2019 à 22h37

Bonjour à tous !

Je viens vers vous car je m'interroge sur mon fonctionnement dans mes relations, notamment celle de séduction ou amoureuse.
En ce moment pour contextualiser je suis dans deux relations amoureuses non exclusive (tous le monde est au courant et consentant) avec A et B. Avec A à distance (on s'appelle régulièrement et se voit pas souvent) et avec B dans la même ville que moi (avec qui je passe généralement le weekend).
Par ailleurs, en riant avec une amie je lui dis que je suis "un coeur d'artichaut" car je développe facilement une curiosité pour les personnes qui peut facilement m'amener à développer d'autres relations de séduction ou amoureuses. D'ailleurs cela ne se concrétise pas forcément, mais c'est une manière de voir la relation différemment ne serait ce que dans ma tête. Le petit truc qui me chuchote "peut être qu'il pourrait y avoir autre chose" ou simplement le "lui/elle te plaît bien !".
Cela me pose plusieurs questions, sur ce que je vais chercher dans ces relations ou histoire que je me fais seule, sur la différenciation que je fais dans mes relations avec les personnes. Si je veux caricaturer j'ai l'impression d'avoir du mal à ne pas systématiquement glisser dans l'ambiguïté dès que je me rapproche d'une personne. D'ailleurs je me rend compte en l'écrivant que j'ai peu d'amitié où je ne me suis jamais posé la question de cette ambiguïté. (Il y en a quand même quelques unes ouf !) En même temps cela ne se veut pas du tous mal intentionné de ma part, c'est aussi parce que j'éprouve une réelle curiosité pour les personnes, que celles que je considère, compte vraiment et que la tendresse est un moyen d'exprimer mon affection. Bon si il n'y avait pas la question du temps limité je ne sais pas si ça me poserai trop problème. Mais elle existe. Et au delà de ça je me demande quand même pourquoi je fonctionne comme ça. Je me rend compte aussi que j'ai tendance à avoir du mal à être seule et aussi de manquer des occasions, il y a le côté où quand je suis seule chez moi, j'ai tendance à systématiquement chercher le contact avec les messages, etc. Et le côté manquer des occasions c'est un peu "oh ça a l'air chouette et si on y allait ? Ce serait dommage de passer à côté !"
Cette caractéristique je la remarque aussi dans d'autres domaines, activités, quelque part j'ai l'impression d'être un papillon volage, pas par manque d'intérêt pour chaque fleur mais par véritable curiosité pour chacune d'elles. Du coup, je me demande comment le gérer, pour moi, mais aussi pour les autres pour ne pas être blessante, ne pas répondre aux attentes, ce que je peux comprendre de ce comportement.
En soit ce n'est rien de très problématique jusqu'à présent mais je pense qu'au long terme ça peut installer des situations délicates, ou alors c'est juste une peur de ma part, mais quelque chose à réfléchir en tous cas.
Peut être juste la découverte de ce mode relationnel et que le temps va me recentrer tous seul mais j'aimerais que ça se fasse dans la considération et le respect des personnes, pour moi les relations doivent avoir du sens.
Est ce que cette situation fait écho à certains ?
Merci en tous cas de m'avoir lu, je me rend compte que j'ai pas mal écrit, ça m'a permis déjà de poser certaines choses alors merci :)

Voir dans le contexte

Discussion : Un peu perdu...

Profil

Namesy

le lundi 11 février 2019 à 19h48

J'ai quand même l'impression d'être une girouette un peu dans cette situation, et j'appréhende le fait de blesser des personnes. En même temps je n'arrive pas à faire beaucoup mieux pour l'instant que d'essayer d'être le plus honnête avec les autres et moi même sur mes doutes (pas facile avec sois même non plus). J'ai l'impression d'avoir un grand besoin d'être rassurée, d'autant que j'ai déjà un rapport à la vie un peu particulier, avec une sorte de "détachement" récurrent assez stressant. Donc gros besoin de mettre du sens dans les choses :)

Voir dans le contexte

Discussion : Un peu perdu...

Profil

Namesy

le lundi 11 février 2019 à 19h43

Bonjour,

Après quelques mois je vous donne des nouvelles, aussi parce que j'aimerais encore avoir des avis ou savoir si des personnes ont vécues une situation similaire.

Depuis mon dernier message j'ai pas mal évolué dans mon positionnement je pense. J'ai eu une période où ce sont un peu enchaîné différentes rencontres et où j'ai été très stressée, angoissé. Je pense du fait de ne pas avoir une personne sur laquelle me reposer, et en même temps de sentir que je perdais pied en me retrouvant face à moi même. Je me suis beaucoup posé la question de la dépendance affective (en quelque sorte faute d'autres mots). Aussi sur mon comportement, qui a tendance à faire "caméléon" face aux situations, et où j'ai des difficultés à identifier mes besoins, ce que je souhaite et du coup à le tenir. (Finalement il m'arrive de m'enfermer dans des situations que je ne souhaite pas faute de m'imposer au début). Sur ma difficulté à m'engager aussi, par peur de ne pas vraiment savoir ce que je veux je pense principalement et de vouloir préserver plus facilement la possibilité de changer d'avis (ce qui au final n'est rationnellement pas effectif, en plus de mettre les personnes en face de moi dans des situations difficiles ce qui ne me convient pas). Je me suis posé aussi la question de ce que je venais chercher dans les relations.
Voilà, plein de peur comme déjà dit avant, et un peu de mal à prendre du recul d'autant que c'est une année importante pour mes études et que je me suis retrouvé à gérer les deux en même temps, de manière assez inneficace du coup.
Vers décembre, nous avions repris contact avec mon ex du début (appelons le A) et il a été présent pour moi en tant qu'ami pour me rassurer un peu. D'autres part les relations que j'ai eu, pour certaines d'entre elles, ne se sont pas officiellement concrétisées car les personnes concernées ont rencontré une personne mono avec qui ils ont souhaité avoir une relation amoureuse exclusive. Ce qui m'a pas mal bouleversé.
Une relation avec, appelons le B, c'est par contre plus développé. Il était dans une philosophie semblable à la mienne et on apprenait à se connaître petit a petit.
Mais dans un même temps, la personne pour que j'avais eu un coup de cœur quand j'étais avec A, appelons le C, me restait beaucoup en tete. Et j'avais l'impression qu'il remettait en cause mes réflexions sur le polyamour car j'éprouvais pour lui quelque chose de très particulier.
Du coup j'avais du mal à me projeter plus dans une relation avec B, j'ai beaucoup remis en doute ma définition "d'aimer", de ce que j'appelais de l'amour, etc. J'en ai parlé avec B. Il savait que j'étais perdu et a été vraiment super, en soutenant toujours que l'important était que je fasse les choses pour me sentir bien, que l'on avait pas besoin de définir les choses, qu'il fallait faire en fonction du moment et que le reste se ferait dans un sens ou l'autre naturellement après.
Donc à ce moment un peu perdu, beaucoup de remise en cause de ma façon de voir les relations. De la valeur des relations aussi.
Dans cette période d'incertitude, en fin d'année j'ai revue pour le nouvel an A. Ça a dérapé et nous avons passé deux jours ensemble.
L'un comme l'autre on ne savait pas trop vers quoi allait, il m'a reconfirmé qu'il ne se voyait pas dans une relation autre qu'exclusive. En même temps il disait avoir conscience que je ne savais pas ce que je voulais, et que ce n'était pas grave que ce ne soit pas clair, qu'il savait dans quelle position il se mettait. Nous avons donc repris "une relation amoureuse" non défini et non officielle. Puis, très vite, quand je devais passer quelque jours chez B, A a montré à quel point c'était insupportable pour lui. De mon côté, j'avais l'impression de jouer sur deux tableaux, et de nourrir l'espoir que, en faisant perdurer la période "je ne sais pas*, je pouvais continuer à vivre le polyamour tout en restant avec A.
J'avais déjà fait part de la situation à B en lui disant que je ne savais pas encore comment me positionner. J'ai pris la décision d'arrêter de développer avec lui la relation que nous avions pour pouvoir vraiment donner une seconde chance à la relation que j'avais avec A.
B l'a compris, et encore une fois m'a soutenu me disant que si c'était ce que je souhaitais il m'aiderait en ce sens.

Toujours un peu pleine de doute, nous avons donc considéré être de nouveau officiellement ensemble avec A.
En même temps j'avais toujours mes questions par rapport à C mais pour résumer (parce que c'est déjà beaucoup trop long), il y a répondu, en m'avouant ne pas avoir été honnête avec moi au début. Le côté "magique" du coup de foudre que je pensais être réciproque a donc disparu et depuis j'ai l'impression d'y voir déjà un peu plus clair et d'avoir balayé une incohérence.

Aujourd'hui donc...Je suis avec A. Ça reste compliqué car beaucoup de mes repères et conception ont changé. Je ne vois plus du tout mes relations de la même manière surtout sur la manière de les classifier. La différence entre relation amicale et amoureuse par exemple est devenu presque inexistante et j'aurais plutôt tendance à expliquer une relation par les ressentis que j'ai quand je suis avec la personne et les activités et projets avec elle. C'est du coup assez perturbant parce que dans ce cadre l'exclusivité se définit difficilement et nous avons du mal à communiquer la dessus, d'ailleurs nous n'avons pas réussi à établir des limites vraiment claires mise à part celle sur les relations sexuelles (et encore que ce qui est défini comme sexuelle ou pas peut faire objet de litige je pense). Je continue notamment de parler à B et de le considérer comme une personne importante pour qui j'ai des sentiments. A est au courant et nous pouvons en parler, j'imagine que le temps nous permettra de mieux trouver nos limites à chacun. De son côté pendant notre rupture il a eu une relation de flirt. Il dit savoir qu'il existe une attirance réciproque avec cette personne, en même temps il dit que cela ne lui fait rien et qu'il ne veut être qu'avec moi. De mon côté cela me produit des émotions contradictoire car d'un côté je suis contente pour lui de cette relation mais en même temps le fait qu'il soit contradictoire sur sa manière de la considérer (importante et en même temps non) me perd un peu, et j'ai aussi la peur qu'il se tourne plus vers elle au détriment de notre relation puisque dans une logique exclusive. Il ne lui a pas dit que l'on s'était remis ensemble mais dit avoir mis de la distance. Et je lui fais totalement confiance la dessus ou sur le fait qu'il a envie d'être avec moi mais ça n'empêche pas d'avoir des craintes, a moi de les gérer :)
Bref...sinon toute cette passade m'a quand même appris que quand on voulait bien lâcher prise et faire confiance aux personnes il en naissait quand même de belle chose, pas forcément ce qu'on attendait, sous la forme où on l'attendait. Mais finalement ça me paraît important d'aimer les personnes pour ce qu'elles sont et pas pour ce qu'on recherche nous. Je me sens plus connecté à la réalité de cette façon. Du coup je ne sais pas trop où tout ça va mener. Je me dis que les personnes impliquées vont faire au mieux pour prendre soin des autres tout en exprimant leurs besoins...mais pas facile tous ça..

Écrire me permet de mettre des mots un peu sur tous ce cheminement...je ne suis pas sûr que tous soit compréhensible, c'est un peu en désordre, si vous avez pris le temps de tout lire chapeau et merci :)

Voir dans le contexte

Discussion : Qu'est ce qu'une relation "sérieuse" ?

Profil

Namesy

le jeudi 06 décembre 2018 à 21h04

Je me suis créé un compte, le pseudo a légèrement changé mais je suis Némésyn :)

Alors, déjà merci à tous pour vos réponses. C'est chouette elles sont assez varié finalement. J’ai essayé de reprendre les différentes idées que vous aviez dit tous (j’espère ne pas avoir déformé ce que vous avez dit !) (Je n'ai pas fini ma réponse, je ne suis pas sûre d'avoir le temps ce soir, alors elle viendra plus tard peut être en décalage avec les autres réponses qui seront faites depuis..)

Du coup l’idée qui revient serait que il y a une assimilation de manière générale des relations sérieuse à la monogamie, parce que :

- Il y a l’idée de la personne unique (qui nous fera oublier toutes les autres ?), qu’il faut donc trouver, et si on ne trouve pas la personne unique c’est que ce n’est pas la bonne, donc ça ne peut pas être vraiment sérieux. (C’est une question qu’il m’arrive de me poser défois : est-ce que tu te poses des questions sur le polyamour pour ne pas admettre que tu n’aimais pas vraiment celui avec qui tu étais, est ce que tu n’as pas peur aussi d’être dans quelque chose d’exclusif mais que pour autant ce sentiment de « personne unique » peut exister. Et en même temps ça me paraît assez logique d’avoir des sentiments, qui peuvent se manifester de différentes manières, pour des personnes différentes.)

- L’idée que pour qu’une relation soit sérieuse il faut qu’elle dure dans le temps et que les relations polyamoureuses sont plutôt éphémères et sans engagements. (Les deux partie peuvent pour moi être remis en question je crois, je ne suis pas sûr que pour qu’une relation soit sérieuse il faut qu’elle dure nécessairement dans le temps, ni que les relations polyamoureuses forcément éphémères et sans engagements).
Mais du coup il s’agirait plus d’une construction sociale, et finalement si l’emploi du terme « relation sérieuse » serait (de manière générale) plus assimilé à la monogamie, le contenu et ce qu’il suppose pourrait être présent dans des relations monogame et polyamoureuse. Suivant ce que chacun met sous sérieux, il peut se retrouver dans des relations longue/courtes, et ne concerne pas forcément que les relations amoureuses.

Alors là il y a plusieurs définitions, supposant différentes choses.

- Une relation sérieuse, c’est une relation où l’on se respecte, on se protège et où l’on fait attention à l’autre (le on désignant l’ensemble des protagonistes impliqués je crois). Du coup ça peut s’assimiler à tous type de relation et ce n’est pas opposé aux faits que ce soit « sans prise de tête ».

De mon côté c’est une définition qui me parle plutôt bien, après là où je trouve cela compliqué c’est qu’en soit c’est quelque chose que j’aurais envie d’appliquer de manière général à toute mes relations (dans l’idéal hein, parce que il y a des ratés). Du coup je me demande qu’est-ce qui différencie cela et celle que j’ai plus envie de développer ? Le côté sans prise de tête et sa définition m’interroge aussi, qu’est-ce que ça veut dire ? Quand accepte-t-on qu’une relation soit « prise de tête » ? Qu’est ce qui fait que dans deux relations différentes une même chose soit définie comme tel pour l’une et pour l’autre non ?

- Une relation sérieuse c’est quand on a envie de construire des projets avec quelqu’un, communiquer en permanences avec l’/les autres avec honnêteté et vérifier que l’on part sur les mêmes valeurs.

Du coup de ce que je comprends il y a pas mal l’idée de construction commune. Alors j’imagine que par opposition une relation qui ne serait pas sérieuse serait une relation où chacun gère de son côté sa manière de la vivre sans qu’il y ait une volonté ou une possibilité de partage la dessus ?
J’imaginais du coup, est ce qu’une relation où les personnes définissent ensemble qu’elles doivent se débrouiller seule chacune et ne pas compter l’une sur l’autre. Qui en discute, et partage sur leurs difficulté à l’appliquer pour les dépasser. Est-ce que ce serait une relation sérieuse ? Bon il manque un peu l’idée de projet suivant la définition au-dessus, mais c’est l’idée qui m’est venu en le lisant.
Après il y a forcément la définition de projet qui peut être vaste, mais je crois qu’il y a déjà eu une discussion dessus 
Et au niveau des mêmes valeurs, du coup il y a l’idée que pour trouver une personne avec qui ça peut être sérieux il faut trouver une personne qui a les mêmes dès le départ, où ce serait quelque chose qui peut se construire ? Ah oui et aussi, je me dis que ce n’est pas évident de définir si l’on a les mêmes valeurs ou pas, parce qu’il faut déjà être dans l’optique de vouloir quelque chose de « sérieux » pour en parler je trouve, et on ne sait pas toujours ce qu’on veut directement avec les personnes, le temps d’apprendre à les connaître etc.

- Une relation sérieuse, ce n’est pas pour de la blague, on ne rigole pas. Idée que la spontanéité est remplacée par une sorte de contrat. (et c’est plutôt chiant d’après certain ;) )

Ahah, la manière de le dire me fait penser directement au Petit Prince et aux grandes personnes qui sont toujours sérieuse :P
Mais du coup je vois ce que tu veux dire effectivement, le moment où l’on bascule entre : on voit ce qui se passe au fur à mesure et on fait en sorte que ce soit agréable à : bon maintenant il faudrait quand même déterminer ce qu’il se passe, pourquoi, ce que l’on veut maintenant et du coup on a besoins de ça, ça et ça, ce qu’on est dans le droit d’attendre l’un de l’autre ou pas*.
(*Cette question de ce qu’on est dans le droit d’attendre des personnes c’est quelque chose qui me tracasse pas mal aussi parce que d’un côté : je considère qu’il ne faut mieux rien attendre ne serait-ce que pour se protéger, en plus les personnes ne me doivent rien, je n’ai pas à leur imposer mon bon vouloir, c’est une « faveur » qu’elles me font en m’apportant quelque chose et pas un devoir qu’elles remplissent (je rends ça un peu extrême là mais bon.. ». En plus moi-même ne suis pas forcement capable d’assurer aux personnes quoique ce soit mise à part « essayer » alors je ne peux pas leur en demander plus qu’à moi-même. Mais de l’autre : J’aurais envie d’avoir des personnes sur lesquels pouvoir m’appuyer et compter sans avoir l’impression de leur en être redevable, moi-même j’aurais envie que les personnes puisse s’appuyer sur moi et j’essaie de faire les choses en ce sens et je comprends qu’elle puisse avoir certaines attentes envers moi, même si je ne peux rien leur promettre. Je me dis aussi que ce plier plus à un contrat, même si cela a ses côtés négatifs, c’est aussi pour pouvoir se permettre de plus faire confiance et de se sentir plus en sécurité (éternel équilibre à trouver entre liberté/sécurité). Parenthèse refermé)
Du coup sinon je trouve ça plutôt très chouette la spontanéité. Et j’imagine qu’il n’y pas besoin d’établir de contrat pour que les choses se fassent petits à petits. Mais en même temps, de mon côté j’aurais tendance, même en étant dans la spontanéité, à projeter des choses sur les évolutions possibles pour la relation (sans forcément les définir par a+b) et je pense que certaines personnes vont avoir le réflexes dans ce type de relation de ne rien projeter et que ça pourra fermer des portes possibles du coup. (Enfin si elles ne projettent rien c’est peut être tous simplement qu’elles n’ont en pas envie aussi).

- Il y avait aussi l’idée que dans relation sérieuse, le départ (fin de la relation si j’ai bien compris) doit toujours être justifié.

Alors, j’imagine que ça dépend ce qu’on met « sans qu’un avocat soit présent dans la pièce ». De mon côté je considère que toutes personnes à la liberté de mettre fin à une relation à n’importe quelle moments (heureusement je trouve). Mais c’est vrai que pour moi, si il les personnes ont de la considération l’une envers l’autre ça implique à la fois de la part de celle qui part de la compréhension (du fait que ça ne soit pas si évident pour l’autre de lâcher) et puis de le dire tout simplement, et de celle qui reste de l’accepter du mieux qu’elle peut et d’essayer de respecter cette décision. L’Homme est assez contradictoire alors même avec des projets en route il peut changer d’avis. Mais après j’ai aussi une certaine notion d’engagement en terme de présence « émotionnelle » auprès des personnes qui vient me faire dire qu’on ne peut pas se permettre de partir vraiment quand on a construit un lien avec la personne (« Tu es responsable de ce que tu as apprivoisé, tu es responsable de ta rose » Citation inexacte du Petit Prince).

(Et sinon pas de soucis pour échanger ici ou par message privée Solacha, je trouve que ça m'aide à m'obliger à poser mes idées personnellement :) )

Voir dans le contexte

Retour au profil


Espace membre

» Options de connexion