Polyamour.info

bonheur

bonheur

21910 (France)

Participation aux discussions

Discussion : Attendre quelqu'un, aimer en parallèle

Profil

bonheur

le lundi 19 avril 2021 à 14h17

Bonjour @Alternative,

Les ex, de l'expérience que j'en ai, sont des ex. En cela, je veux dire que les incompatibilités (et les démons intérieurs en font partie, pour moi), demeurent. C'est l'expérience que j'en ai.

On évolue, sauf que ce qui a fait défaut est souvent travesti derrière des considérations idéologiques. Une personne qui n'a pas affronté la réalité pour donner "substance" à l'amour, n'affrontera pas d'autres situations, aussi réelles et aussi différentes soient-elles. J'ai été trop longtemps confrontée à cela. Aujourd'hui, je fais le deuil à chaque fois que nécessaire. Je ne laisse plus revenir dans ma vie, du moins pas avec l'amour et finalement l'amitié ne pouvant être belle si j'aime... L'attentisme comme base d'avancement ? Pourquoi pas ? Moi ça me laisse perplexe, sauf que tout à chacun-e n'est pas moi.

Tu n'es pas en phase, encore avec toi même, alors tu t'interroges. Une chose malgré tout, désires-tu faire preuve ou non de transparence à l'avenir avec tes amours ? Si oui, tu as conscience d'un possible retour d'un ex (ou une ?) alors la question serait plutôt : ferai-je preuve de franchise ?

Voir dans le contexte

Discussion : Devenir polyamoureux ou la fin de l'amour

Profil

bonheur

le lundi 19 avril 2021 à 07h30

L'échange est ici possible entre membres.

Voir dans le contexte

Discussion : Devenir polyamoureux ou la fin de l'amour

Profil

bonheur

le dimanche 18 avril 2021 à 20h27

Je suppose que l'on peut expliquer toutes formes d'amour, tant qu'on la vit bien. L'injustice vient bousculer et fait suite à un mal vivre.

L'injustice est-ce un sentiment ? En tout cas, c'est un ressenti et inutile d'avoir un fondement formel pour ressentir. Et puis, la qualité relationnelle ferait que l'on vivra bien une situation ou mal une situation identique. Je suppose que c'est cette qualité qui était insuffisante... à moins que ce soit la situation ou un amalgame. Rien n'est simple et l'humeur est fluctuante... Quelle complexité !

Voir dans le contexte

Discussion : Devenir polyamoureux ou la fin de l'amour

Profil

bonheur

le samedi 17 avril 2021 à 20h31

L'injustice fait partie des mes ressentis les plus profonds. Je pense que justement l'injustice est un des points qui m'a menée à ma polyaffectivité. En quoi aimer est honteux ? En quoi le fait d'aimer devrait annuler, exterminer, un nouvel amour ? Pour moi, ne pas pouvoir aimer alors que je le ressens est injuste. Tout comme l'envie de pleurer et ne pas pleurer est injuste. En quoi le fait que des larmes coulent de mes yeux seraient mauvaises, alors que ça me fait du bien (me libère).

Merci @alinea7 d'aborder la résilience. Les Bisounours en ont besoin, sinon justement, tout devient invivable. Et ce n'est pas une question de HP (I ou E).

Un livre que j'ai particulièrement apprécié, en lien avec la psychologie : "Le psy de poche" de Susanna Mc Mahon. Je le recommande.

Sans généralisé, évidemment, des polyamoureux se trouvent dans le développement personnel. L'amour en point de départ, de déclencheur à un bonheur, enfin des petits bonheurs, inoubliables.

Voir dans le contexte

Discussion : Devenir polyamoureux ou la fin de l'amour

Profil

bonheur

le vendredi 16 avril 2021 à 08h50

Personnellement, je trouve tout ceci très, mais alors très stigmatisant. Des personnes qui se sentent mal, j'en connais un certain nombre parmi des personnes dites en relations "normées". Du coup, je m'interroge.

@Monosaccharide : tu connais désormais ce qui te convient et ce que tu indiques devoir fuir. Agis maintenant !

Voir dans le contexte

Discussion : Mono à poly : comment dépasser ses peurs ?

Profil

bonheur

le vendredi 16 avril 2021 à 08h44

@Poca, merci pour ces précisions. L'amour ne revêt pas une forme précise. Chaque amour est unique et évolue. Ce qui compte c'est ce qui se vit intérieurement et se qui se dégage extérieurement. La communication fait le lien.

Voir dans le contexte

Discussion : Relation-libre imposée = souffrance ?

Profil

bonheur

le mercredi 14 avril 2021 à 13h16

Bonjour Chachaaa,

Je pense que ton amoureux devrait être plus clair sur qui il est. Non pas qu'il ne l'exprime pas ou pas assez tôt, mais la fermeté de qui il est manque un peu. Après, il m'est arrivé d'exprimer et que la personne qui reçoit mon message minimise ou comprenne sans comprendre, parce que la nature du message la dérange.

A la question : peut-on aimer une personne avec qui aucune forme relationnelle est impossible ? La réponse est oui !

Il est, de ce que j'en conclus, question ici d'incompatibilités. Il t'envoie des informations que tu passes sous silence et que tu interprètes comme potentiellement gérables alors qu'elles ne le sont pas en l'état de non acceptation possible. Je suppose que les informations qu'il t'adresse ne peuvent être décryptée au travers de ton prisme, de ton champ des possibles.

Après, je ne dis pas qu'il n'a pas sa part de responsabilités. Je constate, en lisant ici, que les polyamoureux se préoccupent beaucoup du relationnel et de la communication. Les personnes en relations libres sont plus dans l'optique de faire à leur guise, sans se cacher, dissimuler, et sans non plus se prendre la tête. Je peux me tromper puisque je n'ai que tes quelques mots pour me faire une opinion (ta vision, version). Lui pense faire des efforts en tentant de continuer alors que vit mal la situation (il endosse tes larmes, etc) et toi tu penses faire un effort en tentant des choses inédites pour toi (chercher des infos).

Il ne bénéficie pas, dans votre relation, de la latitude qui lui est indispensable. D'ailleurs, je crois que vivre seul pourrait parfaitement lui convenir. Il prend le large car il se sent étouffé (?). Une vie commune est contraignant et parfois pesant. Il devrait peut-être s'affranchir de cette volonté qui ne lui correspond pas (actuellement). Toi tu as des attentes très classiques. Tu sais que des alternatives existent, sauf que n'est pas à un stade où tu pourrais les vivre sereinement.

Je suppose que ce serait bien que tu continues à lire, chercher, afin de t'ouvrir l'esprit. Apprendre à connaitre tes limites est bénéfique. Fais le pour toi, et non pour sauver quoi que ce soit.

Sache que lire, n'est pas le mode de communication le plus aisé pour certaines personnes. Mon chéri de vie ne lis pas et à travers mes lectures, nous conversons. Je lui lis un passage qui me touche et que je désire partager et nous en discutons ensemble. Mais de son propre chef, il ne lira pas. Et puis, comme l'indique @artichaut, tes mots valent plus que ceux d'autrui.

Si tu as le désir d'être la seule et l'unique, je crois qu'il faut faire une croix sur votre lien. La vie commune, je l'ai déjà abordée.

Concernant les larmes, je suis quelqu'un qui pleure. C'est mon mode d'évacuation naturel. En revanche, je suis partisane de ne pas faire endosser mes larmes par autrui. L'expression émotionnelle n'a pas cela comme vocation. Que peut-il au fait que tu vives mal la situation ? Que peut-il à ce que tu ressens ? Même s'il pleurait avec toi, la situation serait pérenne et renouvelable. On ne peut pas grand chose face à une incompatibilité aussi flagrante. Au mieux, rester amis, si c'est possible. Ainsi, vous gardez une partie du lien. Lui retrouve sa liberté affective-amoureuse et sexuelle. Toi, tu peux reconstruire de ton côté. Là encore, ce n'est pas aisé de transformer.

Message modifié par son auteur il y a 7 jours.

Voir dans le contexte

Discussion : Tentative d'ouverture et déséquilibre

Profil

bonheur

le dimanche 11 avril 2021 à 20h15

Mon métier fait sans doute que je ne me sens pas du tout isolée. Je peux même dire que je suis en overdose d'humains. Alors je ne me rend pas trop compte :-/ .

Voir dans le contexte

Discussion : Mono à poly : comment dépasser ses peurs ?

Profil

bonheur

le dimanche 11 avril 2021 à 20h13

J'encourage tout à chacun-e à aimer l'amour pour l'amour. La passion amoureuse, pour moi, n'a pas pour objet l'exclusivité pour une personne. Chaque relation est unique évidemment, et la passion s'y invite parfois (avec modération, ça se vit bien).
J'ai déjà connu des personnes qui entretiennent des relations sérieuses et importantes tout en indiquant ne pas aimer. Du coup, voilà, tout est possible. Dans de pareil cas, je suis désarmée car l'origine de mes amours, c'est l'amour. Je sais, ça peut paraitre incompréhensible, mais en fait c'est très clair pour ces personnes. Il y en a une que j'aime et qui ne m'aime pas. C'est difficile les personnes qui n'aiment pas. Pour ma part, en tout cas, l'incompatibilité survient.

Voir dans le contexte

Discussion : Mono à poly : comment dépasser ses peurs ?

Profil

bonheur

le dimanche 11 avril 2021 à 12h01

@Poca bonjour,

Je n'ai pas réagi plus tôt car un passage me "dérange" :

Poca
Nous ne sommes pas tombés amoureux et ne vivons pas un amour romantique (comme celui qu’on voit souvent dans les films)

Je dis que si vous n'êtes pas amoureux et que vous ne vous aimez pas, je ne me sens pas en adéquation de réagir, puisque personnellement, c'est l'amour qui m'a conduit au polyamour.

Voir dans le contexte

Discussion : Tentative d'ouverture et déséquilibre

Profil

bonheur

le dimanche 11 avril 2021 à 11h09

@Lineart,

Ton compagnon a besoin d'apprivoiser avant de s'ouvrir ? Personnellement, je demande une période, quelque soit l'émotionnel et son intensité. Je ne supporte pas l'impression qu'on veuille se jeter sur moi, au sens figuré évidemment.

Voir dans le contexte

Discussion : Tentative d'ouverture et déséquilibre

Profil

bonheur

le dimanche 11 avril 2021 à 10h35

alinea7
Simplement si rencontrer quelqu'un sur une App n'est pas naturel ni agréable, si c'est un effort uniquement pour un résultat, je me demande pourquoi se l'infliger. Il y a d'autres façons de rencontrer.

Je suis aussi de cet avis. Internet est un monde à part, qui peut rejoindre le monde du réel (ou pas). Un monde comme un autre finalement, sauf qu'il est utilisé pour ceux et celles qui "chassent". Une appli de rencontres est le milieu rêvé pour ceux et celles qui désirent du sexe. Autrefois les agences matrimoniales qui servaient à trouver le partenaire pour se marier, et j'ignore si on y parlait amour ( :-/ ). Dans ces appli, viennent des personnes en recherche, et pas toujours de la même chose, d'où des critères de "sélection". En fait, on se réduit à un questionnaire. Lorsque l'on est commun, on aura plus que le choix. Lorsque l'on est atypique, on aura... les chasseurs puisque proies en perdition, désœuvrée par le manque d'intérêt suscité. Alors oui, ne pas généraliser. Ne pas penser que si l'on n'est pas intéressant dans la vie réelle, on le sera plus sur la toile, qui ramènera au réel de toute façon.

Et pourquoi s'infliger ce qui ne nous convient pas ? Je suis en faveur de l'optimisme, de la positivité et de croire en ses rêves. Sauf que l'on n'obtient rien en allant dans des tensions inévitables. L'instinct ! Se laisser vivre et guider par sa bonne étoile. En matière de relations, sa bonne étoile est "je suis moi".

Mon amoureux actuel, je l'ai connu sur le net (LinkedIn, nous avons d'abord parlé boulot, puis humain, puis un long temps d'approche, puis l'amour affectif). Nous ne nous sommes pas encore rencontré et c'est vrai que nous avons appris à nous connaitre au plus près du réel. Nous avons fait des visios, par exemple. Il ne cherchait pas et moi non plus. Cela ne nous a pas empêché de nous trouver. Chercher l'amour est vain, c'est l'amour qui nous trouve. Nous avons un potentiel amoureux accru avec internet, puisque nous multiplions les opportunités de rencontres, y compris sur d'autres continents. Et plus nous avons cette ouverture mondiale, plus l'humain est en mal de relationnel. C'est un constat. Un questionnement aussi. Ne serait-ce pas parce que notre coeur est fermé, ou méfiant, ou défiant, ou trop calculateur... Je ne crois pas en l'âme soeur unique et qui comble. Je crois aux âmes qui se reconnaissent et s'apprivoisent, loin des critères et des stéréotypes emprisonnant.

Dans le réel aussi, l'insatisfaction est au rendez-vous. Les personnes que j'aime, enfin dont je me découvre amoureuse, n'ont pas cette volonté de m'aimer en retour (personne mariée, déjà engagé...). Il ne faut pas en vouloir à ces personnes qui se conforment au monde où elles vivent. Les perles sont celles qui sont rares, avec un éclat atypique, qui accepte de briller, d'offrir, en y mettant le temps et non les formes. Voilà ma conception de la rencontre. Elle est mienne évidemment, et non universelle.

Voir dans le contexte

Discussion : Ma copine m'a quitté car elle ne supporte pas l'idée que je sois mariée

Profil

bonheur

le jeudi 08 avril 2021 à 19h10

@Colors. Je n'ai pas grand chose à ajouter à ce qui a été dit. Oui, le mariage colle à la peau.

Mon chéri de vie (mari) est mon meilleur parachute lorsque je suis en chute libre, en mode je vais m'écraser. Il est formidable également.

Voir dans le contexte

Discussion : Dessin animé sur le polyamour

Profil

bonheur

le mardi 06 avril 2021 à 18h54

??? pas à ma connaissance. Et puis, chaque situation est unique.

Il existe des livres pour enfants sur la bienveillance et la chaleur humaine. Faire une recherche avec le mot clé "chaudoudoux".

Voir dans le contexte

Discussion : Questionnements par rapport au polyamour

Profil

bonheur

le mardi 06 avril 2021 à 15h45

Pour info, j'ai lu nombres de livres sur le polyamour. Ils sont écrits par des polyamoureux, souvent. Celui dans lequel je me suis le plus reconnue est celui d'Yves-Alexandre Thalmann "vertus du polyamour". Je l'ai associé, parce que l'image d'un couple "classique" de base était mon cas à deux autres ouvrages non destinés au polyamour et qui complètent ce premier livre. Ce sont "les 10 plus gros mensonges sur l'amour et la vie de couple" ainsi que "garder intact le plaisir d'être ensemble - prévenir le désamour".

Ensuite, il existe d'autres ouvrages comme "compersion" d'Hypatia From Space et/ou "osez... le polyamour" d'Eve de Candaulie.

Le polyamour mène logiquement à remettre en question nombre de stéréotypes, voir tous les stéréotypes. L'individualisme vient de la recherche de soi. Elle est indispensable et peut se faire sans exclure ou s'isoler à tout prix. J'avoue que la notion d'avoir sa garçonnière de Françoise Simpère m'a fait tiquer. Si tu veux vivre seul, fais le. Le vivre ensemble à temps partiel me laisse interrogative sur le vivre ensemble lui-même. En revanche, savoir vivre pour soi, avec et sans l'autre (ou les autres), là oui.

Le polyamour est pour moi intrinsèquement lié au développement personnel. Je ne conçois pas l'un sans l'autre. Attention, je répète, c'est ma vision et non une généralité qui sert de cause commune. Je me reconnais pas souvent dans les descriptifs des polyamoureux. D'un côté je désire vivre au plus près de tout ce qui me rend heureuse et pour ce faire j'ai déconstruit et envoyé bouler énormément. D'un autre côté j'ai conservé, à ma façon, ma vie de couple et le vivre ensemble. Donc oui, j'accepte une individualité et je me suis désolée que celle-ci ai été perçue déjà comme de l'égoïsme (tant pis). Le fait est que l'harmonie et l'équilibre dépend plus de soi que d'autrui.

Par exemple, pour toi @E-Z, tu sais désormais les souhaits de ta compagne (qui n'est pas du polyamour). Au-delà d'elle, tu te cherches et elle est là, la finalité importante. Tu penses avoir trouvé quelque chose d'important à tes yeux, et bien étudie-le, mais pour toi et seulement pour toi. Elle sort des normes et finalement tu y penses aussi. Continue à penser !

Avec ou sans l'autre parent, tu es un père. Dissocie ce rôle de celui de compagnon amoureux.

Serge Chaumier a écrit deux ouvrages sur ce thème (c'est un sociologue, donc autre angle de vue) "l'amour fissionnel - le nouvel art d'aimer" et "la déliaison amoureuse". Ouvrages hyper intéressants.

Voir dans le contexte

Discussion : Questionnements par rapport au polyamour

Profil

bonheur

le mardi 06 avril 2021 à 13h24

La maternité est aussi une idée reçue qu'elle est obligatoirement heureuse. Comme le fait d'être mère d'ailleurs. Il faut cesser de laisser croire que ça rend par nature heureuse une femme. Tant que l'enfant est petit et qu'il est dépendant, évidemment on n'a pas le choix. Lorsque l'enfant est en âge de l'autonomie, on peut aisément couper le cordon et c'est ce que j'ai fait avec mon ainé avec lequel je suis incompatible. Il m'est toxique. Ca m'agace à chaque fois que l'on me plaint, que c'est dommage, qu'un jour ça ira mieux... Les personnes qui me disent cela indiquent un stéréotype. Pour comprendre, il suffit de se dire : et si ce n'était pas son fils, que lui dirais-je ? Qu'il faut pour sa stabilité, son bonheur, rompre ce lien toxique ? Il faut vraiment cesser de véhiculer ce type d'idées reçues.

Voir dans le contexte

Discussion : Je suis terrifiée alors que je lui celle qui "propose" le polyamour

Profil

bonheur

le mardi 06 avril 2021 à 13h16

@Olga-Sama

Le mariage a besoin d'être revu et adapté. D'ailleurs j'invite à lire "la polygamie pourquoi pas ?" de Catherine Ternaux. Un livre qui interroge non sur le mariage forcé car souvent quand on parle polygamie, c'est ce qui est sous-entendu. Non, elle interroge justement sur la notion de contrat et d'amours multiples. Une polygamie consentie et voulue.

Après penser que le divorce est facile, ben non. Je m'étais renseignée pour ne plus être mariés, sans rien changer à nos engagements, nos projets... Ca aurait été compliqué, notamment en matière de biens communs. Du coup, on a tombé les alliances et on vit un "mariage" juste administratif et financier. D'ailleurs, le compte bancaire commun ne nous a jamais pesé, ni à l'un ni à l'autre. Notre vision de notre couple s'est adaptée à notre état d'esprit et on a envoyé chier les critiqueurs. Du coup, ça va. Toutefois, à une période, ça me pesait lourdement de m'entendre répondre que le mariage, blablabla.

Avec mon chéri de vie, on est en accord sur ce point, que l'on ne conseille pas le mariage. C'est trop pesant. D'ailleurs nous en avons parlé à nos jeunes adultes qui feront ce qu'ils veulent. Juste ils savent que justement le mariage c'est un jour ou l'autre faire semblant, que le merveilleux ne sera un temps plein en CDI, quant au bonheur, il ne dépend d'aucune règle.

Je ne trouve pas que les valeurs attachées traditionnellement changent, et les mentalités non plus.

Personnellement, et je dis bien moi et non en général, je m'en sors car je différencie justement ma relation amoureuse originelle avec engagement, et ce que l'institution devrait m'imposer, qu'elle ne m'imposera pas de toute façon. Fini la gentille petite citoyenne docile. Sans revendiquer, ce qui ne sert à rien, J'exprime clairement.

En tout cas, nous sommes apparemment d'accord (je peux me tromper) qu'il n'existe pas de bonne solution. Et encore moins pour des relations de même nature.

Voir dans le contexte

Discussion : Je suis terrifiée alors que je lui celle qui "propose" le polyamour

Profil

bonheur

le mardi 06 avril 2021 à 11h57

@Olga-Sama. Chacun fait à sa guise et chacun commet les actes dont il se sent en harmonie. Je dis cela aussi au féminin, bien entendu.

Juste j'ai vécu et j'ai compris des choses. Il aurait été ingrat de ma part de ne pas attiré l'attention sur ce qui m'est revenu en pleine gueule (pas que ça d'ailleurs). C'est avant l'acte qu'il faut s'interroger, pas après quand il est trop tard.

Peut-être que justement, se demander si le mariage est indispensable ou non, avant de se marier, c'est le bon moment. La perception du couple est en mutation, alors les décisions doivent être interrogées en lien avec ces mutations.

C'est tout ce que je veux indiquer. Mariage = engagement. Faux.

Voir dans le contexte

Discussion : Relation longue A/S

Profil

bonheur

le lundi 05 avril 2021 à 14h41

@E-Z. Je te retrouve beaucoup dans mon chéri de vie. Il avait vraiment cette construction mentale et idéalisée du couple. Tu découvres et ça fait mal, une certaine réalité de vie. Ce qui a fait que ça colle, c'est que justement je lui exprime mes émotions, aussi celles qui ne le concernent pas directement, tout en le concernant, puisque me concernant. Je suis ainsi avec tous mes amours. Je ne vis pas d'amours sans que les amours extérieurs sachent.

Elle est en effet à accepter comme elle est. Après, il te faut un accompagnement pour encaisser tes découvertes. Ce forum et ma présence ici va en ce sens. Des échanges de points de vue que tu acceptes volontiers et sans jugement. J'espère que tu ne considères pas mes mots comme une attitude négative ni envers ta compagne ni envers toi. D'ailleurs, ta compagne, on ne sait d'elle que le reflet de ce que tu exprimes.

Et oui, tu l'aimes ! Sinon tu ne serais pas ici à t'interroger. Moi je vis dans un monde de Bisounours. Je suis incomprise parfois, je laisse dubitative souvent. Et un jour, tu auras trouvé, sans obligatoirement avoir pris conscience de ta trouvaille. Ton état aura mûri et une réalité ce sera installée, sans projection obligatoirement emprunte de volonté de "comme ceci ou comme cela". Se poser des questions sert à évoluer, et non à trouver nécessairement. C'est lourd, les overdoses de questionnements car les réponses ne sont pas communes. Un jour, l'évidence est. On se sent bien et léger : on sait. Et les réponses ne sont pas calibrer par des schémas et des exemples existants. C'est ce qui fait le charme et la beauté de cette phase trouble plus ou moins longue.

Toi et ta compagne avez une divergence sur la transparence (au moins intra-couple). Ce que je peux confirmer c'est que dans un couple, initialement marié, on peut en effet rejeter la loi pour vivre hors la loi. On peut garder cela "secret" si on le peut. Mais bon, on fait de son mieux. Et puis, ta compagne évoluera peut-être ? Tenir compte de sa volonté est bien. T'empêcher de vivre pour elle... je pense qu'il y a une zone d'acceptabilité qui se définira d'elle-même. Il y aura encore des controverses entre vous. Ben oui ! Avance pour toi-même, en respectant ta compagne et votre identité du "nous" en mutation.

La notion de fait-lui ce qu'elle te fait, m'indispose. Ce serait nier l'individualité. Après il y a injustice de s'autoriser et d'interdire à autrui ce que l'on s'autorise. Toutefois, ce n'est pas toujours réalisable. Si le monoamour te convient, alors vit le ainsi. Tu sembles extrêmement attaché à l'exclusivité, alors retrouve ton équilibre dans ce qui te convient toi. Et puis, si un jour... une personne nouvelle te chamboule... Qui sait ?

Pour ce qui est de l'adultère masculin, je t'invite à te procurer le livre "les hommes, l'amour, la fidélité" de Maryse Vaillant. Cette lecture pourra t'offrir un aperçu des formes d'adultères et les motifs, points de vue des personnes qui le vivent. Il existe d'autres livres sur ce thème. Je trouve que c'est le plus simple que je connaisse. Enfin, si tu désires de la lucidité à ce sujet, sinon non. Le mieux, est de faire sa propre idée d'un sujet. Tu vis dans un monde de Bisounours, très différent du mien. Aucun n'est meilleur. Dans le mien, la lucidité est présente. Ceci explique aussi d'autres interventions de ma part, suite aux tiennes.

Voir dans le contexte

Discussion : Je suis terrifiée alors que je lui celle qui "propose" le polyamour

Profil

bonheur

le lundi 05 avril 2021 à 14h14

@E-Z. Le divorce c'est facile ? De ce que j'observe autour de moi, cette résiliation de contrat laisse d'énormes traces et peu agréables. Pourquoi s'engager à signer un contrat que l'on n'a de toute façon pas du tout l'intention de respecter ? Car désolée de le répéter, dans le mariage il y a par définition exclusivité. Le bonheur lié à cela.

Après, je comprends ton point de vue et je suis heureuse que ce mode relationnel te convienne. Je parle de polyamour avec perspective de vivre au grand jour toutes situations, et non avoir une face cachée, interne au couple ou au final on fait ce que l'on désire. Il existe de ce que j'en ai constaté des libertins adultères, des libertins en couple pour qui l'autre est au courant (à minima), des libertins où l'autre ne donne pas son accord et on outrepasse la volonté d'autrui.

Fêter l'amour ! Qu'elle magnifique idée ! Tous les ans, il existe la Saint-Valentin. Aussi tous les 21 janvier la fête des câlins. Donc fêter l'amour, je plussoie. Fêter au grand jour l'exclusivité alors que l'on sait que ce ne sera pas... Pourquoi pas. Cette façon d'être n'entre plus dans mes possibilités d'acceptation, pour moi-même en tout cas. J'ai trop déconstruit pour cela, pour en rester à cela. On peut et on doit se foutre de l'opinion d'autrui pour vivre sa vie. Sortir des stéréotypes, des cases... Ne pas assumer sa vision en laissant croire autrement, c'est à mes yeux mentir. Après je sais, tout le monde n'a pas cette volonté de vivre pleinement au grand jour. Personnellement, les faces cachées me minent et me détruisent. Alors, comme le dit la chanson de Julien Doré en parlant des ombres, "on peut juste les éclairer". Alors, oui, j'aspire à éclairer autant que possibles les ombres qui viendraient me hanter. Parce qu'aimer n'est pas honteux et que tout amour a droit à la lumière. Sortir au maximum des constructions pour vivre sérieusement les amours qui nécessitent la légèreté d'aimer. Et non, ce n'est pas contradictoire.

Après, le mariage, c'est à vie. Même après un divorce, qui je le répète se passe rarement bien, on sera un-e ex-marié-e, avec un état civil. Et état civil, ben c'est Etat. Qu'on le veuille ou non, il y a loi dans mariage et pas uniquement amour. D'ailleurs, le mariage n'a aucun lien avec l'amour, mais alors aucun. Il régit des droits et des devoirs, que l'on peut en effet, en concertation ou pas, déroger. Mais si c'est pour passer outre, pourquoi s'engager dans cette voie ? Signer un contrat pour l'enfreindre en le sachant à la signature du contrat ? Je m'interroge, d'autant que rien n'oblige à le signer, ce contrat que l'on ne respectera pas. L'amour n'a pas besoin de ces signatures. Fêter l'amour, oui, oui, oui... entre amoureux et avec notre entourage en toute transparence, c'est possible. Je recommande.

Voir dans le contexte

Retour au profil


Espace membre

» Options de connexion