Polyamour.info

bonheur

bonheur

21910 (France)

Participation aux discussions

Discussion : Gérer ses émotions

Profil

bonheur

le mardi 22 octobre 2019 à 13h15

Bonjour NiouNiou08,

J'aurai une simple question : te projettes-tu ?

Voir dans le contexte

Discussion : Les proches... Quoi dire, quoi faire?

Profil

bonheur

le mardi 22 octobre 2019 à 11h22

Bonjour castor_73,

Donner des conseils serait présomptueux. Tout dépend des mentalités alentour.

Mon vécu en ce domaine. J'ai écrit en 2012 un petit essai sur ma découverte de moi. J'ai toujours écrit et ma mère était ma "correctrice". Un duo qui marchait plutôt bien et ça créait une certaine forme de "complicité". Je pensais que ma mère m'aimait pour qui j'étais et qu'elle était au-dessus des normes (bien qu'elle aille à la messe tous les dimanches), privilégiant mon bonheur au reste. Quand nous avons fait le point sur mon travail, nous étions en famille, avec mon mari et mon père et même nos garçons (les deux plus jeunes). Elle a indiqué que quand mon mari voudra divorcé, ils (ma mère et mon père) seraient présent pour lui et certainement pas pour moi. Que ce soit moralement et financièrement. Mon mari a objecté qu'il n'avait jamais été question de divorce, ce à quoi la réponse fut : ça viendra !

Toutes les semaines, j'allais chez mes parents, manger avec eux, pensant que je devais profité d'eux, sachant que j'avais 40 ans déjà… Après cela, je n'y suis plus allé. Pour avoir des nouvelles, mes parents passent par mon mari. Si le contact est direct, je réduis au minimum requis. On se voit en gros 4 fois par an. J'ai mis un terme à la complicité, qui ne pouvait plus être. Je me débrouille avec mes écrits, finalement très bien. Je me moque désormais de leur opinion. Je vis sans.

A cette occasion, j'ai finalisé mon coming-out. J'ai fait un tri important dans mon relationnel et celui que j'entretiens désormais est à mon image : dans la sincérité, l'honnêteté, et disons toute forme de vérité.

Donc que faire ? Je crois que personne ne peut décider à ta place !
Le hurler sur tous les toits ? Bof, je n'en vois pas l'intérêt. Je dirais "vis ta vie" et ne laisse personne te dicter ta conduite.
Ne rien paraître ? Mon opinion est que ça paraitra un jour, de toute façon !

Voir dans le contexte

Discussion : Salutation belle compagnie :)

Profil

bonheur

le dimanche 20 octobre 2019 à 10h42

Je suis désolée de votre mésaventure :-( . Je souhaite que tu arrives à canaliser ta colère, ou que tu l'exprimes différemment. Peut-être devrais-tu faire de la boxe ?

Voir dans le contexte

Discussion : Besoin d'aide pour analyser

Profil

bonheur

le dimanche 20 octobre 2019 à 10h39

Bonjour Greg1337,

Difficile d'être dans la tête de cette personne. Après, elle dit que son mari est jaloux et la colle (je suppose la surveillance qui va avec). Ben moi, je me tiendrais à distance. Ca sent les emmerdes, de ce que je lis. La jalousie est source de violence. Si c'est juste une volonté de sexe, voir pour faire chier son mari, ou simplement jouer (elle aime le frisson de la tromperie ; elle prend son pied à séduire)… cela vaut-il de se faire casser la gueule par Monsieur.

Je ne te dis pas ce que tu dois faire, mais comme tu demandes des avis extérieurs, voici le mien : Envoi un collègue, si tu le peux, pour la prochaine fois.

Une question : quel est le lien avec le polyamour ?

Voir dans le contexte

Discussion : Apaiser ses angoisses

Profil

bonheur

le samedi 19 octobre 2019 à 08h17

Peut-être lire "la jalousie amoureuse : une effroyable opportunité qui vous fait grandir" de Anne Clotilde Ziegler. Toutefois, j'ignore si c'est un soucis de jalousie ou plus une forme de "détachement" voulu. On pense parfois qu'il faut relativiser. Pour certaines personnes ça convient. Pour d'autres, il faut au contraire se sentir impliqué et vivre pleinement son émotionnel, y compris celui qui est considéré comme désagréable.

Voir dans le contexte

Discussion : Quand le passé revient, gérer et vivre le présent.

Profil

bonheur

le jeudi 17 octobre 2019 à 19h51

Mon dealer ! Ah son adresse ? C'est au "00 rue de ma singularité 12345 SPHERE PERSO" Son nom c'est "improbable" :-D

Ok je comprend, enfin je crois. Je pense quand même qu'une partie est pas si sniffée, celle que le feu perdure. D'une certaine façon, tu mets les bûches au fur et à mesure au lieu d'attendre d'être obligé d'alimenter le feu en urgence. Encore à côté de la plaque, ou pas tant que ça :-D

Voir dans le contexte

Discussion : Bienveillant altruisme/ possessivité enrobée d hypocrisie, quelles nuances ?

Profil

bonheur

le jeudi 17 octobre 2019 à 19h15

@Anonymous. Comme tu l'as compris, nous avons évoluer ensemble. Un jour mon chéri a dit, lors d'une rencontre poly, que sans le polyamour, nous aurions certainement fini par nous éloigner et peut-être par divorcer.

Le fait est que, une fois mon mari dans la compréhension que non, je ne voulais pas le quitter, que oui je l'aime toujours, que non je ne me foutais pas de lui et si je disais, c'était justement pour ne pas le prendre un con (désolée, ce fut mes mots de l'instant), que je désirais considérer l'amour comme beau et non comme mauvais, que mon amour pour autrui n'était pas honteux à mes yeux, que si quelqu'un pouvait comprendre que je puisse aimer et être aimé, c'était bien lui…

Mon chéri a dit également qu'il ne m'avait pas épousé pour m'éteindre ou me rendre malheureuse. Mon bonheur n'entre pas en conflit avec son bonheur à lui. Il y a entre nous ce que j'ai déjà souvent expliqué ici comme la comparaison de l'effet boule de neige. Plus je suis heureuse, plus l'amour, tous les amours s'amplifient. Mes amours extérieurs nous rapprochent. Peut-être parce que l'on peut ainsi parler d'amour sans parler de notre nombril de couple. Après, on me dit solaire. Plus je rayonne, plus mon entourage profite. Enfin, j'ignore que dire. Juste, la seule personne qui a parler de divorce, ce fut ma mère qui de toute sa compréhension catho du couple, m'a envoyer dans les dents que si mon mari divorçait, mon père et elle serait présent pour lui, pour les enfants, mais certainement pas pour moi. Au passage, j'ai pris le mot "égoïste" dans la figure.

Le fait est que je suis une autre depuis mon coming out. Tous mes amis m'adorent ainsi et mon chéri m'aiment encore plus. Mes enfants, enfin les deux avec lesquels je m'entends, acceptent d'avoir une mère atypique et ont aujourd'hui une ouverture certainement particulière. Aussi, je ne leur ai pas cacher mes amours et ils m'ouvrent aux leurs. Ca créé aussi une complicité. Il en a été de même pour des copains-copines venus à la maison, surpris-e-s d'avoir une discussion de ce type avec une personne de la génération de leurs parents.

Le polyamour a ouvert toute la maisonnée à une déconstruction. On parle beaucoup de sujets de société. On reçoit des polys, on vit au quotidien avec cette philosophie.

Aujourd'hui, mon mari a deux univers. Celui commun de certaines relations et un univers commun avec des personnes atypiques. L'un n'empêche pas l'autre et il se fond parfaitement dans les deux.

Je rajoute. Une fois, il m'a demandé si c'était définitif que je me sente poly ou si c'était une passade. J'ai répondu que maintenant que je m'étais enfin trouvé et épanouie, je ne me rendormirai pas, à aucun prix. Ce fut une affirmation et si la question se reposait, ma réponse serait la même.

Comprendre que mon poly n'entre pas en contradiction avec sa philosophie. Si dans les actes, il est plus normé que moi, c'est parce qu'il est ainsi et qu'il le désire. Il n'y a pas "conflit".

Message modifié par son auteur il y a 5 jours.

Voir dans le contexte

Discussion : Modèle de contrat de fidélité ?

Profil

bonheur

le jeudi 17 octobre 2019 à 18h59

@Merlyn, chacun a une évolution différente. Tu sais, pour moi aussi, ça se compte en années. Et tu tiens compte d'elle, comme je tiens compte de mon chéri. Le commun est important.

Voir dans le contexte

Discussion : Quand le passé revient, gérer et vivre le présent.

Profil

bonheur

le jeudi 17 octobre 2019 à 18h57

J'ajouterai la pleine conscience. Quand je met une buche dans le cheminée, j'ai conscience de le faire. Je le fais volontairement.

Au point de provoquer ? Personne ne prend plaisir à ressentir une souffrance (psychologique, émotionnelle ou physique ou autres), mais la souffrance existe. Je ne crois pas que ourscalin provoque. Disons pour reprendre l'anecdote de la cheminée. Ourscalin aime le feu dans la cheminée. La chaleur disons que c'est sa compersion. La vue et l'admiration des flammes est le bonheur de sa femme. Sauf que pour que le feu perdure, il doit s'attendre à ce qu'un jour, il se brûle car la maladresse, dans ces cas-là arrive.

Est-ce que les comparatifs te parlent @ourscalin ? Est-ce que ma visualisation de ton propos est pertinente ?

Voir dans le contexte

Discussion : Quand le passé revient, gérer et vivre le présent.

Profil

bonheur

le jeudi 17 octobre 2019 à 17h27

LesRaisonsDuCoeur
Attention à l auto mutilation, choisir quand et où on a mal c'est pas forcément la solution

La souffrance quand elle survient à l'improviste fait plus de dégâts que quand on sait qu'elle peut survenir. Je le pense en tout cas. S'être préparé "psychologiquement" est important.

Par exemple, une femme qui va accoucher se sera préparée à accoucher. D'ailleurs il existe des cours pour cela. Une personne qui a un accident, sera dans un autre état d'esprit pour appréhender sa mésaventure. A la base, pourrait-on dire qu'une douleur est moindre si on sait que l'on va la ressentir ? La question est ouverte. Moi je le crois en tout cas. J'aime savoir !

Voir dans le contexte

Discussion : Bienveillant altruisme/ possessivité enrobée d hypocrisie, quelles nuances ?

Profil

bonheur

le jeudi 17 octobre 2019 à 17h15

LesRaisonsDuCoeur
Tu peux, ceux qui ne veulent pas lire ne lisent pas, ça peut en intéresser d autres

Donc, liront ceux-celles qui le désirent.

Déjà, je définis l'amour : une émotion. Je suis hyperémotive, donc je ne peux pas passer à côté de celles-ci sans me trahir (me mentir à moi-même). J'ai vécu ainsi durant les 20 premières années de ma vie de couple, avant que l'un d'elle vienne me percuter. J'ai eu ce choc et l'incompréhension qui va avec, de tomber amoureuse. En fait, ce fut un double choc qui a fait remonter à la surface une surcharge émotionnelle. J'ai eu peur pour la vie de cet autre homme et il en est résulté, une fois l'émotion passée, cette certitude (je l'aime). Ce constat m'a amener pour la première fois à l'incompréhension de moi. Je m'étais souvent, et ceci depuis toujours, surprise à me concevoir comme un extraterrestre, mais alors là… Bonjour l'état intérieur. J'ai gardé pour moi quelques temps. Et puis, j'ai écrit à cet homme et à mon chéri. L'un m'a tourné le dos, alors que nous étions toujours fourré l'un avec l'autre. Mon chéri a eu une vive réaction. Toutefois, il m'a dit ne rien comprendre. L'incompréhension, ben j'étais dedans également. Polyamour, nous ne connaissions pas. S'en est suivi de longues discussions. Nous y avons intégré l'humour (c'est important). Au bout de quelques mois, j'ai recontacté un ex. Mon mari a lu mon courrier et a même ajouté un mot. Nous avons déposé ensemble le courrier dans la boite aux lettres. Parallèlement, nous avons pris plaisir à nous "émanciper" et comme beaucoup en milieu libertin (où le sexe n'est pas obligatoire, en fait). Je m'y suis découverte exhibe, entre autres. Attirée par le SM également. J'ai appris sur moi. Mon chéri a appris sur lui. Nous avons appris sur nous. Parallèlement, cette autre personne, celle du courrier, c'est rapproché de moi, pensant que mon objectif serait de divorcer. Bref !

Une fois, en milieu libertin, un propriétaire de club a initié une conférence. Nous y avons participer. Je ne dirais pas que nous étions en recherche d'identité, mais nous désirions connaitre. Et puis, c'est à cette occasion que le mot polyamour a été prononcé, avec une courte définition. C'était en 2011, alors que le chamboulement de ma vie, de notre vie, avait eu lieu en 2007. Enfin, je pouvais avancer. Si tu lis mon profil, tu retrouveras tout ça. J'ai commandé des livres, entre autres celui de Yves-Alexandre Thalmann "vertus du polyamour" et j'ai tellement eu cette impression que l'auteur parlait de moi, me décrivait. Du coup, mon chéri la lu également et nous avons continuer d'avancé, encore ensemble, encore et toujours ensemble.

La philosophie poly, je dirais, réside en cela. C'est un commun. Avec tous les amours.

MA philosophie. Si je reprend ton terme "entier". Et bien moi, c'est justement dans cela que je suis entière. Je ne perçois pas l'amour comme une tarte. Si on veut donner de la tarte à plusieurs personnes, on est obligé de la couper en morceaux. Du coup, on enlèverait à une personne qui devrait "partager". Cette vision me donne des frissons. Je perçois le cœur (ou la capacité à aimer) comme en quelque sorte un univers. Dans un univers, sans être du tout une experte, il y a de nombreuses attractions. Des corps de toutes natures sont présents, en mouvement, etc... Et puis surtout, l'expansion. Un nouvel amour survient, il dispose d'une place nouvelle qui s'est créée spontanément, un peu comme par magie. Je n'enlève rien du passé, le présent s'intègre. Mon cœur a évoluer et bim, voilà c'est là. Si tu visualise mal, pense à ces ballons gonflables. L'air qui était initialement ne disparait pas, il s'intègre à l'air que l'on insuffle de nouveau. Après, l'air d'avant et l'air nouveau sont mélangés. Mes amours le sont dans mon cœur, dans mes pensées. Oui, les actes, c'est à dire ce que je vis, diffèrent. Mais l'amour n'est ni moins ni plus. Il est et c'est tout. Et puis, j'ai ce "tous ensemble" que j'apprécie ; passé du temps tous ensemble. Le "à deux" est merveilleux, l'intimité (pas sexuelle) est merveilleuse. Moi j'aime aussi le "tous ensemble" :-D .

Ensuite, un élément important de MA philosophie. Le temps. Je considère que l'on ne nait pas avec des relations. On découvre quotidiennement de nouvelles personnes. Je parle de rencontres, et ceci de toutes natures. Qu'est-ce qui fait que l'on soit en couple avec quelqu'un, en version "classique". Un facteur commun serait l'amour (il peut être autres, mais on parle de relations amoureuses). Ensuite, on vit bien ensemble. Et puis, il y a la notion de famille commune, de biens communs… Du coup, on ne tombera plus jamais amoureux ? Là JE trouve cela réducteur. En quoi l'amour est-il bien et heureux parce qu'il correspond à celui du couple normatif ET en quoi il serait mal (et heureux ?) s'il survient sous une forme différente ?

Dans mon cas, je n'ai absolument pas remis en question ma situation avant ce "réveil" de 2007. Il a mis en lumière cette facette de moi, présente auparavant, puisque petite j'étais souvent amoureuse, ado également, et me faisant traiter de salope et/ou d'instable. Le hic, c'est que la stabilité, je ne l'avais pas dans le nombre, mais dans la durée, intérieurement en tout cas. Je peux sans broncher parler de mon coup de foudre de 1985 et affirmer l'aimer toujours. Je repense souvent à un homme que j'ai vu… 10 mn. L'éclat de son regard est encore ancré en moi et ceci depuis quelques années. Je suis à l'aise avec ça et surtout libre, à la fois intérieurement, à la fois ouvertement. MA liberté, si elle existe, se situe là. Je m'autorise ouvertement et sereinement à aimer. Pour ce qui est des actes en réciprocité, dans le sens où il s'agit d'interactions… Ils concernent en fait "le commun".

J'espère être compréhensible et surtout audible. Du coup, mon coup de gueule sur ce mot entier assimiler à la monogamie, sera sans doute également plus compréhensible.

Voir dans le contexte

Discussion : Bienveillant altruisme/ possessivité enrobée d hypocrisie, quelles nuances ?

Profil

bonheur

le jeudi 17 octobre 2019 à 16h35

@Aiemama et @LesRaisonsDuCoeur. Je comprend votre côté révolutionnaire. J'en serai également. Je crois par contre, et il est encore question de vocabulaire, qu'ici les polys doivent "défendre" (ben ouais, ça peut paraitre con, mais c'est ainsi) cette philosophie dont je parle plus haut. Or, nombre de personnes débarquent en se nommant poly, alors que la démarche, et elle nécessite un travail sur soi, elle nécessite beaucoup également pour l'entourage (reprendre le post de Sophie72), demande justement du temps, de la réflexion et pas seulement des théories basiques, évidentes (au nom de quoi ?)… Il n'est pas question de dire le bien du mal. Perso, en ma qualité de poly, j'ai fait mal. Tout d'abord à moi. Egalement à des boomerangs venus me frapper de pleins fouets alors que je ne m'y attendais pas (des boomerangs humains). Et puis à l'homme qui partage ma vie. J'ai cassé en lui son idéal. Le mot cassé vient de lui "tu viens de casser quelque chose en moi, je ne sais pas quoi, mais c'est cassé. Ca ne sera plus jamais comme avant". Cette douleur nous a permis, la sienne comme la mienne, à se muer en une complicité, une connivence exceptionnelle. Aujourd'hui, il a libéré et moi encore plus. Nous avons tombé les tabous. Nous avons toujours été d'une certaine façon fusionnel. Car justement c'est ensemble que l'on évolue, que l'on a toujours été et j'espère que l'on sera toujours. Je sais avec qui je veux vieillir. Mais mes émotions, elles, ont droit aussi à vivre. Les miennes comme les siennes d'ailleurs.

Voir dans le contexte

Discussion : Bienveillant altruisme/ possessivité enrobée d hypocrisie, quelles nuances ?

Profil

bonheur

le jeudi 17 octobre 2019 à 16h21

Je me permet d'ajouter que le polyamour est autant une question de philosophie qu'une question de "pratique". Alors je veux bien croire que des psy n'attachent pas d'intérêts aux mots mais seulement aux actes (je visualise pas du tout, mais admettons que ça vienne de mon manque de perception), mais je ne crois pas que ce soit universel. Se sentir poly, est particulier. Sans l'acceptation d'une philosophie à soi, qui n'engendre pas de tabous à aimer, on ne peut se sentir poly. Et puis, beaucoup de mono sont intérieurement et secrètement poly. Ils n'actent pas, ils ne disent pas, ils ne font pas, mais pour autant, n'aiment-ils pas au pluriel ? Qui ne repensent pas parfois (ou souvent) à un ex, à une personne qui a provoqué un quelque chose ?

Si tu le désires, @LesRaisonsDuCoeur, je te décrirais plus longuement MA philosophie de l'amour. En mp éventuellement, les autres membres doivent être lassés de mon discours.

Voir dans le contexte

Discussion : Quand le passé revient, gérer et vivre le présent.

Profil

bonheur

le jeudi 17 octobre 2019 à 15h51

ourscalin
Juste envie de se laisser porter.

Et se sentir léger !

J'ai eu une étape comme celle-là (+)

Voir dans le contexte

Discussion : Modèle de contrat de fidélité ?

Profil

bonheur

le jeudi 17 octobre 2019 à 15h48

Je crois, pour ma part, qu'un écrit déjà "valide". Il implique. La parole est instable comme communication. Personnellement, ça ne me convient pas. Et puis, un contrat concernant l'amour, car pour moi, c'est de ma façon de me sentir épanouie, de l'exprimer.

Un exemple : je ne peux pas être polysexuelle. C'est important que j'exprime, aussi bien à la personne avec laquelle j'aurai une sexualité, comme avec les personnes avec lesquelles je n'aurai pas de sexualité, ce que j'accepterai de vivre. La vie est impermanence et donc évolutive. Tout contrat peut intégrer des avenants. Par contre, si à un instant T, j'exprime que j'aurai un seul partenaire sexuel et que je défini l'identité de ce partenaire, c'est pour que l'on ne vienne pas me lancer dans les dents un refus éventuel, qui correspondra à mon aspiration. Ce n'est qu'un exemple. Par contre, je définis ce qui relève du sexuel et ce qui relève du câlin-tendresse. Comme l'a soulevé @LesRaisonsDuCoeur, il y a les mots et il y a les actes. Personnellement, j'apprécie la constance entre les deux. Les mots et les actes doivent coïncider. C'est important pour moi que mes souhaits soient respecter, puisqu'ils ont été débattus et approuvés. D'ailleurs, un contrat est la résultante d'un débat, non ? Et puis, il y a le projet de contrat, avant tout. Après, pour ma part, le contrat imposera aux nouvelles personnes qui désirent m'aimer. Je serai intransigeante sur certains points, depuis longtemps pensés pour ma part. D'ailleurs, je crois que je vais revisiter celui obsolète du passé, et dont plus personne ne se rappelait.

Voir dans le contexte

Discussion : Salutation belle compagnie :)

Profil

bonheur

le jeudi 17 octobre 2019 à 15h35

@Merlyn : heureuse d'avoir de tes nouvelles.

Personnellement, j'ai eu des relations épistolaires qui se sont avérés tronquées en face à face et une autre en particulier qui a pris beaucoup d'importance dans ma vie. On ne se voit pas souvent, on fait au mieux, mais la relation est "uniforme" et "constante" à distance comme en présence.

C'est comme tout, il y a des possibilités. On saisi et l'avenir est ce qu'il est.

Voir dans le contexte

Discussion : Bienveillant altruisme/ possessivité enrobée d hypocrisie, quelles nuances ?

Profil

bonheur

le jeudi 17 octobre 2019 à 15h31

LesRaisonsDuCoeur
Quant au fait d'être entière. C'est encore une fois mon ressenti, et mon expression pour le formuler, toutefois, ce n'est pas parce que mon côté entier m empêche d'être poly, que tous les poly ne sont pas entiers, j'espère quand même que tu saisis la nuance.

Le hic c'est qu'autour de moi, bcp de mono normés, comme le veut notre environnement. Ce n'est pas du tout critiquable, mais ce truc de dire que l'on est mono, donc entier, comme si ça relevait d'une évidence, m'exaspère. Alors, peut être que la nuance est dans le vocabulaire. Une personne peut-elle ne pas être "entière" ? Un objet non-entier est amputé, cassé, brisé, où du moins il lui manque quelque chose. Tu as lu, et donc tu comprendras que les poly sont bien dans leurs peaux, une fois l'acceptation et le fait justement de s'assumer. C'est le mot lui-même qui m'énerve, j'espère que tu le comprends également. Il n'y a donc pas de lien de cause à effet entre être bien dans ses baskets et être mono. Et puis, comme je le dis souvent, la vie est impermanence. Donc on se sent… suivant l'instant. Une déconstruction passe par des stades parfois surréalistes. J'ai vécu, et amener mon chéri à vivre des instants complètement ouf. Alors oui, les actes sont. Les mots, ils ont leurs impacts, je trouve. Même le non verbale a son impact. Même le silence a son impact.

Message modifié par son auteur il y a 5 jours.

Voir dans le contexte

Discussion : Modèle de contrat de fidélité ?

Profil

bonheur

le jeudi 17 octobre 2019 à 08h58

Attention, le mariage est un contrat et personne ne le remet en question. Pourquoi ? En plus, il n'a rien à voir avec l'amour alors qu'aujourd'hui nombre de mariage s'établi par amour.

Il faut parfois coucher les mots par écrit. C'est indispensable ponctuellement pour certaines personnes. Aussi s'assurer que tout est clair pour tout le monde. Le contrat n'est pas obligatoirement un impératif, mais les souhaits, justement. Le contrat sert à alimenter une discussion et améliorer l'avenir. C'est une forme de communication.

Les contrats sont faits pour être débattu et clarifier, non ?

Voir dans le contexte

Discussion : Bienveillant altruisme/ possessivité enrobée d hypocrisie, quelles nuances ?

Profil

bonheur

le jeudi 17 octobre 2019 à 08h53

@ourscalin : je ne pourrai jamais personne dire qu'une personne libertine est possessive et encore moins, puisque je me sens directement visée qu'une personne poly (affective ou amoureuse) est… pas entière. Ca me met en effet en colère.

LesRaisonsDuCoeur
Je ne me considère pas poly amoureuse, force est de constater que tout au long de ma vie, je n'ai réussi à aimer qu'une personne à la fois, tant cela me procure de l énergie et m'en demande, car je suis très entière.

… "car je suis très entière" n'est pas un conditionnel. Il indique clairement que les personnes poly ne le sont pas. Je ne perçois aucun conditionnel dans cette phrase ni dans la façon dont c'est amené. J'aimerais beaucoup avoir des explications sur ce point, puisque j'interprète hâtivement.

LesRaisonsDuCoeur
Nous avons cherché à mettre un nom, le libertinage, non merci, car la possessivité y semblait encore trop présente.

??? là aussi, j'aimerais avoir des explications. Pour avoir eu pas mal de relationnel dans ce milieu, je ne comprend pas du tout ces propos.

Est-ce que je me sens "mutilée" ? ben oui. Dans mon entièreté, dans mon intégrité et dans mon moi tout entier !

La fin du post ne justifie pas cela, bien que moins agressif

Voir dans le contexte

Discussion : Bienveillant altruisme/ possessivité enrobée d hypocrisie, quelles nuances ?

Profil

bonheur

le jeudi 17 octobre 2019 à 08h14

bonjour @LesRaisonsDuCoeur,
Les libertins sont trop possessifs et les poly sont des personnes… pas entières. Euh ! C'est une critique ou un constat ? Parce que moi, je me sens mais alors tout à fait entière et certainement pas dans l'hypocrisie de quoi que ce soit. J'ai toujours détestée les gens parfaits, c'est sans doute pour ça que je ne suis pas entière, je suppose.
Vraiment pas eu le temps de tout lire, seulement le premier post. Merci pour cette caricature !

Voir dans le contexte

Retour au profil


Espace membre

» Options de connexion