Polyamour.info

philipK

philipK

Participation aux discussions

Discussion : « Manifeste des amours queers » et « Une critique du Manifeste des amours queers: contre l'anxiété de la performance queer »

Profil

philipK

le samedi 18 novembre 2017 à 17h21

Tres beaux textes! Les deux!
Oui, bien sur, remettre en cause les pratiques hétéronormatives, les pratiques apprises (et imposées par la violence, a travers l'histoire, pensez aux Cathares) ne suffira pas. Ou plutôt cela suffira si on est capable de tirer les conclusions (en chaîne) de cette remise en cause. Évidemment que c'est politique. Ceux qui pensent le contraire s'imaginent des éléctrons libres, c'est un peu idiot!

Voir dans le contexte

Discussion : Découverte et besoin d'aide

Profil

philipK

le vendredi 02 septembre 2016 à 21h19

KatLav
Je suis poyamoureuse. Je le sais, voilà, j'en suis sûre. Mais je me sens incapable d'assumer cela. Je panique.

Est-ce qu'on se decouvre polyamoureux un beau jour, comme on se decouvre queer?

Est-ce qu'on fait alors son coming out, on l'avoue, honteux et fier, a ses amis, a ses parents?

Ce serait génétique, inscrit en nous? Un truc auquel on ne peut rien? Une malédiction qui nous tombe dessus a l'improviste?

Cette idée est sans doute commode ! Ce n'est pas mon choix ! C'est mon fardeau ! Trop commode ?

Est-ce que tout le monde n'est pas polyamoureux, s'il cherche au fond de ses desirs?

En ce qui me concerne, ce mode de vie procede d'un choix conscient, muri, réfléchi. En ce qui concerne ma compagne, qui est la polyamoureuse la plus active, et de loin, je ne suis pas certain.

Il me semble qu'une part vient de son refus d'accepter les regles masculines de l'amour... refus qui l'a poussé du coté lesbien d'abord, mais sans grande conviction. (Elle reste bi, mais c'est plutot théorique.)

Mais il y a bien aussi une part pulsionnelle qui semble lui échapper quelque peu, comme si elle ne pouvait pas faire autrement.

La premiere fois qu'elle s'est vraiment donnée totalement dans l'acte d'amour, elle s'est ensuite presque jetée sur un autre garçon le soir meme... comme si elle était terrorisée d'appartenir.

A propos d'appartenir, quelqu'une se révoltait sur ce forum contre l'idée que la plupart des hommes voulaient posséder une femme.

Rassurez-vous, c'est vrai aussi de la plupart des femmes! D'ailleurs, et heureusement, la possesion peut etre mutuelle et ce n'est pas forcement une prison, mais un lieu commun, un refuge.

Message modifié par son auteur il y a 6 ans.

Voir dans le contexte

Discussion : En couple avec une fille polyamoureuse : je le vis très mal, comment faire ?

Profil

philipK

le vendredi 02 septembre 2016 à 08h12

Cette horreur en toi, cette rage, ne sont que la forme refoulée de ton excitation, de ton desir.

Pourquoi penses-tu qu'on regarde des films porno si ce n'est pas parce dans le fond on desire tous (nous les hommes) voir sa femme faire l'amour avec un autre?

Appellons-ça masochisme, ou part homosexuelle, ou.. autrement... peu importe!

Si tu refoules violemment tes pulsions tu vas devenir un homophobe, ou un misogyne.

Accepte-les. Retourne-les. Fais-en quelque chose de beau.

Message modifié par son auteur il y a 6 ans.

Voir dans le contexte

Discussion : Découverte du polyamour

Profil

philipK

le vendredi 02 septembre 2016 à 08h04

@Albaboun

Mais le conseil d'écrire n'est pas un conseil. C'est l'un des dix commandements! ;-)

Voir dans le contexte

Discussion : Polyamour et polyfake (traduction d'un article de Brigitte Vasallo du 07/08/15)

Profil

philipK

le vendredi 02 septembre 2016 à 07h55

Je lis rapidement cet échange... et Apsophos me semble le seul a parler juste.

On est un peu comme des moines boudhistes qui dissertent pendant des heures sur la bonne voie pour parvenir a l'illumination.
Sauf que... il n'y a pas de bonne voie... parce qu'il n'y a pas de voie du tout.

Je suis d'accord, on est tous 'fake'. Et les plus vertueux sont problement les plus faux.
On a tous au fond de nous un motif pas tres propre... pas tres 'sain'... une nevrose, une perversion (en termes freudiens).
Qui croyons nous etre? Des etres purs, altruistes, qui avons renoncé au moi?
Faut pas rever! Y a de la marge!

Par ailleurs... cette notion de 'sain'... il faut la questionner. Qu'est-ce qui est sain sinon etre normal, etre normé, etre normalisé? Je me suis demandé si j'etais un voyeur. Et puis j'ai réfléchi.... je suis certainement un voyeur, mais nous le sommes TOUS. Sinon a quoi bon regarder un film? Sinon pourquoi adorons nous (au fond de nous, malgré nous) regarder des horreurs a la télé?

Et puis... cette part sombre, cette chose tordue en nous, qui a été tordue (par notre culture culpabilisante, notre culture de la haine de soi) et bien c'est notre carburant, notre energie, on ne peut pas s'en passer sinon on n'ira nulle part. Par contre on peut le raffiner peu a peu ce carburant je crois... long processus.

Mais surtout arreter de se glorifier (nous on est des vrais, nous on prend soin) comme des pharisiens! Soyons plutot conscient de notre part fake, de la part voyeuriste, ou jouisseuse-egoiste, ou masochiste, ou sadique.

Qu'en faire? La comprendre (sans s'en vanter), l'accepter, etre capable de la dire. Deja! LA retourner!

Message modifié par son auteur il y a 6 ans.

Voir dans le contexte

Discussion : Découverte du polyamour

Profil

philipK

le jeudi 01 septembre 2016 à 23h21

Pardonnez-moi mes amis… mais comme j'ai l'impression parfois sur ce forum d'être de retour a la maternelle !

Que tout cela est compliqué, tous ces avis, ces conseils, toutes ces psychologies, toutes ces nouvelles règles pour remplacer les anciennes ! Est-ce pour se rassurer, toutes ces catégories, ces définitions, ces règles, ces précautions ? A-t-on vraiment besoin de ça ?

Aimer deux hommes, deux femmes, aimer hommes et femmes, est-ce que ça n'a pas toujours existé ?

Pourquoi a tout prix bâtir de nouvelles chapelles ?

XXX donc, aime un garçon, elle veut vivre avec lui, pourquoi pas? Elle s'aperçoit que ça ne lui suffit pas... Elle prend un amant. C'est une histoire vieille comme le monde, non ?

Dans le monde animal, si une espèce 'choisit' la monogamie ou la polygamie (resp. andrie) c'est tout simplement que ce système de reproduction a prévalu et s'est donc génétiquement imposé.

Dans le cas de l'espèce humaine les modes de reproduction ont varié suivant les environnements, par exemple les femmes polynésiennes accueillaient bien les voyageurs, tout simplement parce que le groupe avait a tout prix besoin de sang nouveau, et un peu la même chose pour les Inuits...

En occident la religion est passée par la, et a imposé des règles strictes, a coup de buchers ! Des regles qui, si elles ne sont pas encore gravés dans nos gènes, sont gravées au fer rouge dans nos corps et dans nos têtes.

Mais ces règles ont toujours eu leurs nombreuses exceptions, et y compris des exceptions officielles et encouragées, comme par exemple les carnavals.

Et puis une autre exception, dans l'ancien régime d'abord, puis dans la bourgeoisie, celle de l'amant ou de la maitresse (pas nécessairement cachés d'ailleurs). Apres tout le divorce était interdit par l'église, et quand ça ne marchait plus… ça ne marchait plus !

On pourrait sans doute très bien continuer comme ça…. Sauf qu'on a envie de s'offrir une nouvelle 'virginité' si je puis dire. On a besoin de vivre nos pulsions comme une croisade. Pourquoi pas? Ainsi va donc le polyamour ! Parce qu'il est plus satisfaisant pour l'ego de ne pas avoir a se cacher ! Parce que l'ego adore se montrer ! De préférence sur un piedestal !

Je sais bien de quoi je parle, car mon amie est très infidèle ! Ou si l'on préfere tres polyamoureuse ! Et pourtant je sais bien que c'est sa manière a elle de m'être fidèle. Ses infidélités, elle me les rapporte, comme un enfant rapporte ses découvertes, avec excitation et fierté.

Personnellement je suis persuadé que le polyamour réciproque et donc qui s'étendrait comme un filet sans fin de relations, n'existe pas. La plupart du temps l'un des deux est infidèle, et cela suffit amplement. Tout le reste est une histoire qu'on se raconte a la veillée!

L'un des deux suffit d'ailleurs, puisque lorsque tu me quittes, tu me perds aussi, pour un moment, une nuit, une semaine. En te laissant partir, je te manque moi aussi, je manque activement. C'est toi qui me quittes, oui, mais pendant le laps de temps qui s'écoule avant ton retour (et donc ma réapparition) tu ne sais pas où je suis. Tu n'as aucun moyen d'en être certaine. Lorsque tu me quittes, ton autonomie menacée se reconstitue, mais aussi la mienne.

Je voudrais conclure en proposant qu'on arrête un peu de donner des conseils. Si vous voulez ce sera donc le mien ! ;-) Chacun ne devrait-il pas agir en son propre nom par un acte absolument personnel, et absolument responsable ? (S'il ne l'est pas, ce n'est d'ailleurs pas un acte ! C'est un faux mouvement !)

Il n'existe pas de trucs, pas de méthode, pas de précautions. Il n'existe que ce besoin, ce désir, cette peur, ce courage, cette violence, qui sont au fond de nous. Et ce que nous sommes capables d'en faire, de beau ou de moche, suivant notre force.

Et peut être que le plus beau dans toute aventure humaine c'est ce moment ou l'on engage un nouveau pas, en tremblant de peur et d'excitation, ou l'on prend le risque de la vérité, ou bien du mensonge, pourquoi pas ?

Mon amie adore me raconter ses conquêtes, et si elle ne le faisait pas elle en perdrait tout l'éclat, toute la joie. Mais d'autres suivent un autre chemin, leur propre chemin. Leur chemin de l'ane. Et ce dont nous avons besoin ce n'est pas de fabriquer de nouvelles normes mais d'accepter le poids écrasant de la liberté. Un tout autre défi !

Vous ne croyez pas ?

Voir dans le contexte

Discussion : Besoin de vos lumières

Profil

philipK

le jeudi 01 septembre 2016 à 23h11

Pardonnez-moi mes amis… mais comme j'ai l'impression parfois sur ce forum d'être de retour a la maternelle !

Que tout cela est compliqué, tous ces avis, ces conseils, toutes ces psychologies, toutes ces nouvelles règles pour remplacer les anciennes ! Est-ce pour se rassurer, toutes ces catégories, ces définitions, ces règles, ces précautions ? A-t-on vraiment besoin de ça ?

Aimer deux hommes, deux femmes, aimer hommes et femmes, est-ce que ça n'a pas toujours existé ?

Pourquoi a tout prix bâtir de nouvelles chapelles ?

XXX donc, aime un garçon, elle veut vivre avec lui, pourquoi pas? Elle s'aperçoit que ça ne lui suffit pas... Elle prend un amant. C'est une histoire vieille comme le monde, non ?

Dans le monde animal, si une espèce 'choisit' la monogamie ou la polygamie (resp. andrie) c'est tout simplement que ce système de reproduction a prévalu et s'est donc génétiquement imposé.

Dans le cas de l'espèce humaine les modes de reproduction ont varié suivant les environnements, par exemple les femmes polynésiennes accueillaient bien les voyageurs, tout simplement parce que le groupe avait a tout prix besoin de sang nouveau, et un peu la même chose pour les Inuits...

En occident la religion est passée par la, et a imposé des règles strictes, a coup de buchers ! Des regles qui, si elles ne sont pas encore gravés dans nos gènes, sont gravées au fer rouge dans nos corps et dans nos têtes.

Mais ces règles ont toujours eu leurs nombreuses exceptions, et y compris des exceptions officielles et encouragées, comme par exemple les carnavals.

Et puis une autre exception, dans l'ancien régime d'abord, puis dans la bourgeoisie, celle de l'amant ou de la maitresse (pas nécessairement cachés d'ailleurs). Apres tout le divorce était interdit par l'église, et quand ça ne marchait plus… ça ne marchait plus !

On pourrait sans doute très bien continuer comme ça…. Sauf qu'on a envie de s'offrir une nouvelle 'virginité' si je puis dire. On a besoin de vivre nos pulsions comme une croisade. Pourquoi pas? Ainsi va donc le polyamour ! Parce qu'il est plus satisfaisant pour l'ego de ne pas avoir a se cacher ! Parce que l'ego adore se montrer ! De préférence sur un piedestal !

Je sais bien de quoi je parle, car mon amie est très infidèle ! Ou si l'on préfere tres polyamoureuse ! Et pourtant je sais bien que c'est sa manière a elle de m'être fidèle. Ses infidélités, elle me les rapporte, comme un enfant rapporte ses découvertes, avec excitation et fierté.

Personnellement je suis persuadé que le polyamour réciproque et donc qui s'étendrait comme un filet sans fin de relations, n'existe pas. La plupart du temps l'un des deux est infidèle, et cela suffit amplement. Tout le reste est une histoire qu'on se raconte a la veillée!

L'un des deux suffit d'ailleurs, puisque lorsque tu me quittes, tu me perds aussi, pour un moment, une nuit, une semaine. En te laissant partir, je te manque moi aussi, je manque activement. C'est toi qui me quittes, oui, mais pendant le laps de temps qui s'écoule avant ton retour (et donc ma réapparition) tu ne sais pas où je suis. Tu n'as aucun moyen d'en être certaine. Lorsque tu me quittes, ton autonomie menacée se reconstitue, mais aussi la mienne.

Je voudrais conclure en proposant qu'on arrête un peu de donner des conseils. (Si vous voulez ce sera donc le mien ! ;-) Chacun ne devrait-il pas agir en son propre nom par un acte absolument personnel, et absolument responsable ? Il n'existe pas de trucs, pas de méthode, pas de précautions. Il n'existe que ce besoin, ce désir, cette peur, ce courage, cette violence, qui sont au fond de nous. Et ce que nous sommes capables d'en faire, de beau ou de moche, suivant notre force.

Et peut être que le plus beau dans toute aventure humaine c'est ce moment ou l'on engage un nouveau pas, en tremblant de peur et d'excitation, ou l'on prend le risque de la vérité, ou bien du mensonge, pourquoi pas ?

Mon amie adore me raconter ses conquêtes, et si elle ne le faisait pas elle en perdrait tout l'éclat, toute la joie. Mais d'autres suivent un autre chemin, leur propre chemin. Leur chemin de l'ane. Et ce dont nous avons besoin ce n'est pas de fabriquer de nouvelles normes mais d'accepter le poids écrasant de la liberté. Un tout autre défi !

Vous ne croyez pas ?

Voir dans le contexte

Retour au profil


Espace membre

» Options de connexion