Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Acceptation puis refus

#

clairobscure (invité)

le jeudi 19 janvier 2012 à 13h32

Effectivement, y'a eu quelques échos :P

#
Profil

miss

le vendredi 20 janvier 2012 à 11h41

effectivement, arreter de parler de nos ressentis est une solution qui a été envisagée voire meme appliquée pendant un temps...D'ailleurs je dois avouer que j'exprime bien plus ce que je ressens que lui. Ce qui d'ailleurs est déstabilisant pour moi.
Un éloignement physique a été soulevé également mais je crois que dans le fond il ne souhaite pas et préfère rester dans une situation inconfortable parce qu'il a perdu pied sur bien des points..
Je suis d'accord sur le fait que pour vivre sereinement mon amour pour cet Autre il me faut être dans une situation plus claire et posée mais au bout de trois ans il n'est pas évidemment de mettre cet amour entre parenthèses ne sachant pas non plus si au final mon mari finira par "bien" le vivre un jour...
Du coté de mon Autre, il y a aussi de nombreuses souffrances dans sa vie personnelle qui l'a propulsé dans un mal etre certain et lui non plus ne supporte plus les emportements des conjoints cependant sa priorité, je pense, est de rester auprés de ses enfants.
Dois je aujourd'hui agir de la sorte ? Est il mieux de vivre auprés de l'autre parent des enfants pour une construction positive de l'enfant ?
J'aurai tendance à penser qu'un enfant se construit plus sereinement lorsqu'il sent et voit ses parents épanouis ( ensemble ou non)..

#

Popol (invité)

le samedi 21 janvier 2012 à 08h52

Les enfants se construisent envers et contre tout, ils sont faits en bois vert souple, et puis s'il n'y avait aucune difficulté à confronter pour grandir, on arriverait l'age adulte comme des chamallows sans défense.

#

clairobscure (invité)

le samedi 21 janvier 2012 à 17h27

Il me semble que les enfants se construisent effectivement de tout ce qu'ils rencontrent... les parents aussi! les uns comme les autres doivent apprendre que pour être heureux, il faut rester fidèle à soi-même, c'est à dire chercher ce qui nous fait du bien et non pas contre les autres, mais en respectant les besoins dse autres.
La question que tu poses, est-ce que ce n'est pas "sur quel terrain est-ce qu'on va pouvoir s'épanouir tous les deux/quatre, la situation étant ce qu'elle est maintenant?"
C'est peut-être facile, mais il me semble que ça revient un peu à se demander si on peut vivre/aimer quelqu'un qui n'a pas du tout/pas tous les même goûts/hobbies, etc que soi?... question d'aménagement...?

#
Profil

miss

le samedi 21 janvier 2012 à 22h41

Les ressentis et la façon dont je décris les conjoints dans ce post a déplu à un des deux conjoints, je me dois par respect ne plus continuer cet écrit
Je vous remercie tous de vos mots et des différents courants de pensées que vous avez couché sur cet écran et qui me permet de réfléchir...
Encore merci

#
Profil

bouquetfleuri

le samedi 21 janvier 2012 à 22h47

Ne t'enferme pas, miss, ne vous enfermez pas.
Bon courage à toi, à vous deux, à vous trois, à vous quatre.

#
Profil

LuLutine

le samedi 21 janvier 2012 à 22h57

Salut la miss,

Tu peux toujours continuer en évitant ce qui pourrait les blesser et en restant surtout factuelle.

Sache aussi que tu peux modifier tes messages en cliquant sur "modifier" en bas des messages concernés.
Ca "fausse" un peu la discussion (car les réponses des autres personnes ne seront pas modifiées) mais c'est ton droit.

#
Profil

miss

le dimanche 22 janvier 2012 à 13h52

tu sais LuLutine, je suis une personne honnête et sincère et "déformer" mes ressentis et pensées seraient, pour moi,ne plus être fidèle à moi meme...
Je ne crois pas aux belles phrases qui font plaisir...Il me semble impossible d'avancer sereinement sans regarder les choses avec le plus de vérité possible même si je reste bien consciente que chacun détient sa propre vérité
Ce qui me perturbe le plus c'est que chacun s'arrête sur un mot ou une phrase sans voir la peine ou la souffrance dans son ensemble...
J'avoue ne pas réussir à fonctionner ainsi...
Sincérement merci à vous de vos mots

#
Profil

demeter

le dimanche 22 janvier 2012 à 14h47

Il ne s'agit pas de "déformer tes ressentis et pensées", mais les mots que l'on prononce ne sont faits pour être entendus que par leur destinataire. Ce que tu as dit a été dit pour des personnes étrangères à ta situation et tu en aurais sûrement utilisé d'autres pour leur parler à chacun d'eux, d'autres à tes enfants, etc... Il y a une différence entre connaitre la pensée de l'autre et la vivre dans ses différentes expressions. Tenir le même discours ne signifie pas employer les mêmes mots, ni adopter la même posture. Ta propre pensée se modifie elle même quand elle nait sous le regard de l'autre, cela ne remet pas en cause ta sincérité. (Sur le fait qu'il existe "une personne honnête" cela relève pour moi de la fantaisie si l'on s'en tient au sens littéral, en tout cas d'un arrangement entre sa conscience et la symbolique de nos actes et de nos propos. )

Je ne crois plus personnellement qu'il existe une vérité, même pour chacun, dont il faudrait trouver le chemin, la direction : "La vérité est un pays sans chemin", elle n'existe que dans le présent, dans la relation à autrui. La psychanalyse se voudrait objective dans un monde où l'objectivité n'existe pas.

#
Profil

LuLutine

le dimanche 22 janvier 2012 à 14h58

Je suis globalement d'accord avec demeter, et je n'ai jamais proposé de déformer les choses (je ne le ferais pas moi-même).

Juste passer sous silence ce qui peut vraiment blesser (je le fais moi-même, on le fait tous ici je crois quand on parle de nos situations personnelles) et parler de ce qu'on peut à la fois dire en public et laisser éventuellement lire par les personnes concernées sans trop craindre leurs réactions.

Ca ne veut pas dire qu'elles auront zéro réaction non plus, et si elles en ont une ça me semble plutôt normal...

En fait, je crois que c'est justement en se taisant qu'on joue le jeu de l'hypocrisie.
Mettre un peu d'eau dans son vin, ok, ça améliore les rapports humains. Se taire complètement parce que ça ne plaît pas à tel ou tel....c'est en-dehors de ma conception des choses.

#
Profil

miss

le dimanche 22 janvier 2012 à 20h58

Oh Demeter je ne parle pas de vérité future mais bien présente ou passée mais effectivement seulement pour moi..
Je lis vos mots et en comprends le sens raisonnable mais lorsque je te lis LuLutine, j'avoue m'arreter timidement sur un mot en particulier" peut"..ce qui "peut" blesser, ce qu'on "peut" dire en public...
Je ne suis pas là pour blesser qui que ce soit puisque je parle de mes propres blessures et souffrances et je pense m'être tournée vers vous pour "pouvoir" m'épancher sur mes souffrances personnelles..Si celles ci engendrent des réactions hostiles, ce n'est peut être pas du à mes mots ou mes descriptions personnelles ?
Est ce qu'en vous parlant, j'ai cherché à améliorer les rapports humains ? non je ne le crois pas..je suis venue chercher autre chose..Je dois me libérer de ce poids du non dit, du silence, de l'aménagement des mots qui conviennent..Je suis trop enfermée dans le raisonnablement correct sans doute dû à mon éducation..

#
Profil

demeter

le lundi 23 janvier 2012 à 07h18

Ce que l'on peut dire dépend de notre propre limite (c"est à dire de nos propres valeurs), de celles de celui à qui les mots sont destinés, du statut de l'un par rapport à l'autre, pas d'une morale extérieure.
Il me semble que la souffrance n'engendre pas de réactions hostiles mais de la compassion, si son expression se fait dans le respect de soi même et de l'autre. Cette notion de respect est peut-être ce que l'on peut définir dans la relation par le choix des mots et des attitudes, sans que cela change le contenu ?
Plutôt que de chercher à se libérer de notre comportement, de notre éducation, je crois plus efficace de comprendre ce qu'il engendre. Le changement ne peut pas se décider, il se produit seul à la suite de cette compréhension. Le reste est juste l'expression d'une idée, et reste toujours en décalage avec la réalité.

#
Profil

miss

le lundi 23 janvier 2012 à 08h04

Là je te rejoins complètement sur un changement qui ne peut se décider..Bien mal m'en a pris il y a de nombreuses années de croire qu'il était possible de dire "je vais changer" et d'y croire à tout prix..
Concernant la souffrance engendrant de la "compassion", je le pensais aussi mais j'ai la nette impression que parfois celle ci peut , au contraire, être dérangeante pour celui qui la voit...Réceptionner une souffrance, une tristesse ou meme une joie n'est pas toujours aisée pour l'autre et là, en l'occurence cette souffrance n'est pas perçue en son entier mais localisée sur une phrase, une idée que l'on refuse....

Message modifié par son auteur il y a 8 ans.

#

clairobscure (invité)

le lundi 23 janvier 2012 à 10h25

Bon, on a beau essayer d'être lucide et "objectif" en parlant des autres, quand on dit que soi-même on souffre à cause du comportement des autres, qu'on le trouve justifié ou non d'ailleurs, il est normal que ces autres concernés s'en sentent accusés donc jugés..
Cela dit, je suppose que la plupart d'entre nous ne vous connaît pas, tu ne nommes personne, je ne pense pas que ça puisse poser problème à qui que ce soit, à moins que tu n'aies pas envie que les personnes que tu connais et qui lisent ce forum connaissent tes pensées, ce qui est compréhensible.

#

clairobscure (invité)

le lundi 23 janvier 2012 à 10h32

Encore une fois, pouvoir exposer ses questionnements à des personnes capables d'entendre et de comprendre des choses hors des sentiers battus, que ce soit des amis ou un forum, c'est loin d'être simple, mais quand on trouve les bons, ça n'a pas de prix... dommage de devoir s'en passer totalement pour quelques mots dérangeants :(

#
Profil

demeter

le lundi 23 janvier 2012 à 13h04

miss
...Je dois me libérer de ce poids du non dit, du silence, de l'aménagement des mots qui conviennent..Je suis trop enfermée dans le raisonnablement correct sans doute dû à mon éducation..

Je me trompe peut-être mais n'est-ce pas encore croire qu'il est possible de décider de ce changement quand tu dis cela aujourd'hui ?

#
Profil

miss

le lundi 23 janvier 2012 à 13h33

oui tu as raison...
Alors que faire ?

#
Profil

miss

le lundi 23 janvier 2012 à 13h34

sans doute suis je encore en conflit avec moi meme !!!!!

#

amourmajeur (invité)

le samedi 01 février 2014 à 16h13

bonjour,
je cherche un fil de discussion : "que faire quand il/elle tombe amoureux(se) d'une autre personne"

et pour ceux qui voudront me lire :

je ressens le besoin de faire une pause actuellement, pas parce qu'il est amoureux d'une autre (qui a rompu avec lui), mais parce qu'il ne sait plus si je suis son amoureuse majeure.

je suis contre l'exclusivité mais je suis pour la fidélité de coeur, j'ai besoin d'une relation primaire.
nous avons vécu une histoire forte et exclusive (on tentait de faire comme tout le monde à nouveau) de 6 mois, puis une séparation de 6 mois, et nous nous retrouvons maintenant avec bonheur et on vient à peine de s'avouer nos "dissidences". cela est fort.
cependant je nous sent en décalage, lui ne semble pas vouloir s'engager.
moi j'ai besoin pour mon équilibre d'une relation stable. amour-fidélité-liberté.

les sentiments ! je le considère toujours comme le plus enrichissant et le plus proche, le plus important. mais lui non (il a dit cependant que j'étais la plus proche, et son alter-ego).
mais il est froid parfois, et peu communicant.
peur qu'il ne renonce à moi pour une autre ? moi je ne le ferai pas. je lui ai dit.

là je laisse le temps passer, je met de la distance, lui permettant d'y voir plus clair et de m'éviter d'accepter une situation qui me rend malheureuse.
bref je ne suis pas prête à passer de notre 1re relation "primaire et exclu" à une relation secondaire avec lui.

j'aimerais lire vos expériences sur le fil que j'ai cité.
sur ce besoin de distance quand il vit la NRE.

je voudrais avoir le courage de vivre ce qu'il y a a vivre avec lui (je l'ai fait pendant 1 mois, sachant ses sentiments récents et importants pour une nouvelle personne) mais j'aurais l'impression de ne pas me respecter totalement.

c'est un peu le chaos.

#
Profil

Siestacorta

le samedi 01 février 2014 à 17h09

amourmajeur

nous avons vécu une histoire forte et exclusive (on tentait de faire comme tout le monde à nouveau) de 6 mois, puis une séparation de 6 mois, et nous nous retrouvons maintenant avec bonheur et on vient à peine de s'avouer nos "dissidences". cela est fort.
cependant je nous sent en décalage, lui ne semble pas vouloir s'engager.
moi j'ai besoin pour mon équilibre d'une relation stable. amour-fidélité-liberté.

Bonjour.

Une hypothèse : votre relation était forte. Et toi, tu as des émotions plus brutes que les siennes.
Face à une projection poly, tu te sens en insécurité, tu cherches un repère dans une équivalence fidélité / relation primaire.
C'est courant ! beaucoup de poly ont une recherche ou un fonctionnement similaire.

(Si c'est pas assumé, ça peut engendrer quelques déséquilibres, puisque les privilèges (plus ou moins conscients) du couple amènent forcément des "servitudes" (plus ou moins acceptées) chez les tiers aimants.
Mais si tout le monde est clair avec ce modèle, et se vit et se rencontre avec ses limites, ça peut être une possibilité.)

Je reprend mon hypothèse... Ta demande d'assurance peut venir renforcer sa difficulté à projeter l'engagement que tu recherches. Il est pas trop à s'engager parce qu'il craint le rapport que ça engendre, tu lui demandes un engagement, il ressent exactement ce qu'il craint.

Bien sûr, cesser de proposer ce cadre où vous seriez les plus importants l'un pour l'autre ne te contenterait pas !
Par contre, puisque tu es déjà dans un questionnement un peu ouvert sur le polyamour, peut-être que tu peux en comprendre et en proposer les avantages...
C'est à dire que contre-intuitivement, la liberté que demande un poly et que son partenaire lui offre contribue à la solidité et à la durée de la relation. Le partenaire reste parce qu'il se sent compris, donc bien aimé, et parce qu'il sait qu'il ne rencontrera pas forcément une relation aussi bonne et la liberté avec d'autres personnes.
Il peut certes tomber amoureux de l'autre, que ça remette en cause les priorités dans sa vie. Mais ça, ça arrive aussi dans la fidélité monogame. Le risque est à peu près le même, et on ne peut pas vraiment le contrôler.

L'autre aspect de ton message auquel je réagirait, c'est "il est froid, non communicant".
Ca peut être une réaction de défense face à une "amour majeure" qui veut s'assurer d'une promesse, autant que son naturel.
Mais s'il veut des relations poly, la communication, il y coupera de toute façon pas.
De ton côté, tes peurs vont peut être te faire réagir / parler contre ton intérêt, dans vos dialogues.

Une des situations est de beaucoup beaucoup parler, pas seulement de ce sujet de "qui éprouve plus, pensons à l'avenir baby", mais de ce que vous éprouvez, sans vous juger pour les émotions qui vous traversent. Bref : vous accorder pour que vos dialogues puissent bien se passer, puisse continuer.
Est-ce que vous voulez tous les deux essayer de poser et tenter de résoudre le problème ? Pas dans la minute où vous vous le demandez, mais prochainement, quitte à choisir un moment pour ça. Sans "menace" de "on va s'opposer, se quitter", mais juste "on a envie de parler".
Et peut-être, utiliser des outils de CNV, pour vous assurer du moins de malentendus, de moins de jugement.
Toi, ça te donnerait une façon de dire ce que tu ressens sans faire monter la pression, lui, une assurance que ce qui sera dit ne sera pas "retenu contre lui".

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion