Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Acheter à 3?

Engagement
#

(compte clôturé)

le mercredi 18 août 2010 à 21h05

le sujet a peut etre déjà été abordé..
je me demande si les banques accordent un pret pour acheter un appart à plusieurs...
certains d'entre vous l'ont ils fait?

#
Profil

Siestacorta

le mercredi 18 août 2010 à 22h53

yuya
le sujet a peut etre déjà été abordé..
je me demande si les banques accordent un pret pour acheter un appart à plusieurs...
certains d'entre vous l'ont ils fait ?

A mon avis, c'est encore un peu tôt pour présenter le dossier à un banquier sous l'angle PA...
Vaut mieux justifier la solidité des liens autrement (pas d'idées comment, mais doit yavoir des petits malins de la gestion...)

Mais, par exemple, acheter à 3, quand il y a des frères, ou un parent et ses enfants, ça doit se faire... Trouver le polyway pour ça est une question d'imagination... Même si c'est un peu chiant de devoir pipoter.

Message modifié par son auteur il y a 9 ans.

#
Profil

Apsophos

le jeudi 19 août 2010 à 00h41

Je raconte peut-être une connerie mais...
Monter une SCI ?
(en France, mais il doit y avoir l'équivalent dans d'autres pays ?)

#
Profil

Paul-Eaglott

le jeudi 19 août 2010 à 12h07

Ca ne va pas beaucoup apporter d'info, mais je me souviens qu'un "trouple" rencontré il a quelque temps cherchait à ouvrir un compte commun (à trois donc) auprès d'une banque. Mais je ne sais pas s'ils y sont parvenus...

#

(compte clôturé)

le jeudi 19 août 2010 à 17h38

Apsophos
Je raconte peut-être une connerie mais...
Monter une SCI ?
(en France, mais il doit y avoir l'équivalent dans d'autres pays ?)

c'est quoi une SCI?
en fait on est vite bloqué quand il sagit de le vivre au quotidien...

#
Profil

LittleJohn

le jeudi 19 août 2010 à 17h41

SCI -> Société Civile Immobilière
Les membres de la SCI possèdent des part de la société qui elle, achète le bien. Si un membre veut sortir, il peut vendre ses parts selon des règles définie à l'avance (souvent, priorité aux autres membres de la SCI).
Il n'est pas nécessaire que les membres de la SCI aient des liens entre eux.

#

(compte clôturé)

le jeudi 19 août 2010 à 20h11

avec une SCI tu peux acheter un bien, chaqu'un y met sa cote part, en indivision

www.financeimmo.com/La_Reglementation/La_SCI.php

ci joint un lien avec toutes les questions et réponses concernant la SCI

#
Profil

Dreltak

le jeudi 19 août 2010 à 20h55

Ce serait quand même mieux de pouvoir faire ce type de formalités sans avoir a fonder une entreprise, de pouvoir aussi disposer d'un "statut" particulier....

"Le mariage est une connerie, mais tout le monde devrais pouvoir la faire"

#
Profil

PolyEric

le jeudi 19 août 2010 à 21h30

yuya
je me demande si les banques accordent un pret pour acheter un appart à plusieurs...

A part la SCI, tu as aussi la société en participation "accrochée" à une indivision, mais ce n'est pas plus simple.

Il y a peut-être aussi des systèmes de caution

Mais à mon avis, les banques sont plus intéressés par les garanties et les revenus que par le polyamour, donc le mieux c'est de ne pas parler de polyamour et de dire que vous voulez acheter à trois et puis c'est tout. Ca ne regarde pas le banquier. Lui ce qu'il veut c'est être sûr que vous allez rembourser, donc plus vous êtes d'emprunteurs solidaires, plus vous allez lui plaire.

Par contre, je trouve ca dangereux d'êtres solidaires, car dans un couple, si une personne ne peut pas payer l'autre arrive des fois à combler le manque financier, mais à trois, si deux ne payent pas, le troisième va vraiment déguster (je suppose qu'à trois vous allez acheter plus grand donc plus cher qu'à deux). Et il n'y a bien sûr pas moyen de se soustraire si des ennuis de ce genre arrive.

La SCI (ou la société en participation) ne présente pas ce problème je crois (du moins en théorie, car évidemment il faut que ce soit clair dans le contrat d'emprunt, que vous n'êtes pas solidaires, mais que vous participez chacun qu'à auteur de votre part dans la société). S'il y a un problème, c'est plus facile de vendre le bien s'il appartient à une SCI que s'il est en indivision simple, car en indivision simple il faut que tout le monde soit d'accord alors qu'en SCI (ou en indivision accrochée à une société en participation) on s'en remet au statuts je crois (règle de décision à la majorité par exemple ou majorité des 2/3 etc). La banque peut peut-être aussi convenir à l'avance de prendre en gage la part de celui ou de ceux qui n'arrive(nt) pas à payer si le cas se présente (en 20 ou 30 ans, il s'en passe des choses).

Enfin, bref, un bon notaire (qui ne se contente pas des cas banaux) devrait pouvoir répondre à ta question et vous monter une SCI (ou une société en participation) ad hoc moyennant 2000€ environ (à rajouter au prix du bien et en plus des "frais de notaire" eux-même)

Message modifié par son auteur il y a 9 ans.

#

(compte clôturé)

le jeudi 26 août 2010 à 17h24

j'y vois plus clair en effet...
mais effectivement, les banques sont surement intéressées de savoir qu'ils ont affaire à 3 personnes solvables...

c'est pas pour tout de suite. avec mon mari nous avons acheté un 3 pièces il y a presque 2 ans, on n'a pas trop intéret à le revendre avant 6 ans. sauf si les prix grimpent.
et mon amoureux n'est pas encore sur la région (lui paris nous strasbourg) il y songe, mais il doit aussi penser à son travail... s'il vient ici, il perdra une place intéressante. du moins en théorie, parce que finalement son travail ne lui plait pas plus que ça. mais ce serait peut etre pire en province...
mais c'est un autre sujet ^^

#

Noemi... (invité)

le vendredi 03 septembre 2010 à 22h58

Notre reseau polyamoureux a voulu acheter la maison que nous habitons depuis des années. Impossible car la plupart d'entre nous n'étaient pas assez solvable pour la banque (travailleurs en freelance, étudiants, ...). Finalement, les deux personnes les plus solvables l'ont acheté. On rembourse tous ensemble le credit, mais pour la banque, c'est eux les preneurs du credit et nous sommes des locataires. Le banquier sait qu'il y a des liens solides entre nous, mais connaît pas la nature de ces liens...

Je ne sais pas si ça pourrait être une solution pour vous, je pense il est plus facile d'acheter à trois.

#

(compte clôturé)

le samedi 04 septembre 2010 à 14h32

Je sais que cela existe d'acheter a plusieurs, puisque ma soeur a acheté avec trois autres ami(e)s une vieille bicoque, et après de grands travaux, ils ont pu la revendre a bon prix et se partager le pactole.

Acheter puis vendre a plusieurs c'est faisable.

#
Profil

LuLutine

le dimanche 05 septembre 2010 à 01h22

madeline59
Acheter puis vendre a plusieurs c'est faisable.

Le banquier et/ou le vendeur savai(en)t que c'était pour revendre immédiatement ou pas ? Parce que s'il(s) ne le savai(en)t pas, alors acheter à plusieurs est faisable aussi...

#

(compte clôturé)

le dimanche 05 septembre 2010 à 09h28

non je ne pense pas que le banquier le savait puisqu'au départ c'etait pour louer, et partager le montant de la location..
Donc c'est faisable

#
Profil

PolyEric

le dimanche 05 septembre 2010 à 10h04

A mon avis, c'est plus une question de revenus et de garanties qu'autre chose.

Si 4 personnes veulent acheter, et que 3 seulement ont un revenu suffisant, la quatrième pose un problème au banquier. Mais la solution utilisée par le réseau de Noemi reste possible. Seuls ceux qui ont des revenus ou des garanties demandent le prêt et les autres n'apparaissent pas. Le problème est reporté sur la relation entre les occupants (ce qui n'est pas forcément un bien, mais à défaut d'autre chose).

Pour ceux qui ont des revenus faibles, on peut essayer de les faire apparaître avec un faible pourcentage. Et cette idée de pourcentage est beaucoup plus claire dans une SCI que dans une indivision simple. Car dans une indivision simple comme celle proposée par Noemi, le banquier exige la solidarité entre les contractants (si l'un ne paye pas, le banquier se retourne contre l'autre), alors que dans une SCI, il n'y a qu'un seul contractant : la SCI. C'est ensuite aux statuts de la SCI de dire ce qu'il se passe entre les contractants, et notamment de définir ce fameux pourcentage de parts. Le banquier risque toutefois de ne pas être trop chaud pour une SCI puisque dans le cas ou la société n'arrive plus à payer, il n'a que la société vers laquelle se retourner, ce qui revient à dire qu'il n'a quasiment aucune garantie, sinon que de "s'approprier" des parts (c'est un peu rapide comme image, mais ça se comprend mieux). Et cette notion de s'approprier les parts en cas de problème n'est pas simple d'un point de vue juridique et n'est surtout pas très intéressante pour un banquier (il a d'autres chats à fouetter). Surtout que les occupants des lieux, ceux qui ne peuvent plus payer, ne sont pas éjectables du jour au lendemain...(bonjour la galère pour lui, s'il veut récupérer ses sous, donc il est frileux sur ce genre de solution).

Il y a aussi la solution de la SEP (société en participation) qui permet un mixage de ces deux solutions, à savoir plusieurs personnes solidaires qui contractent le prêt (ce qui rassure le banquier), et des statuts (invisibles du banquier) qui définissent ce qu'il se passe entre les occupants, ce qui responsabilise les contractants même s'ils ne sont pas contractants du prêt, et les oblige à "quelque chose" par un contrat écrit. Autrement dit, il y a deux contrats, l'un de prêt avec le banquier, et l'autre entre les contractants sans le banquier.

Cette dernière solution me parait intéressante lorsque certains travaillent sur les lieux, soit à des tâches ménagères, soit pour faire des travaux. C'est la façon qu'ils ont de payer leur part. C'est invisible du banquier mais ça peut marcher. Il n'y a alors plus qu'à résoudre le problème de la sécurité sociale, car il y a bien sûr des lois sur ce sujet, car les personnes en question sont vus comme salariés (ou sous-traitants) du groupe, le salaire (ou la prestation), étant payé en nature (hébergement, nourriture, etc). Il y a tout de même des charges sociales à payer, et un contrat de plus à écrire entre les uns et les autres. A défaut, il s'agirait d'un travail au noir. Et on en revient aux prestations sociales, car souvent, cela fait perdre des avantages sociaux liés aux personnes sans emplois, voire isolées, ce qui ne manque pas de piquant lorsqu'il s'agit d'une vie en groupe. Somme nous isolés dans un groupe ? Vaste sujet.

Message modifié par son auteur il y a 9 ans.

#

(compte clôturé)

le dimanche 05 septembre 2010 à 14h37

Pour détourner la loi, sans être hors la loi, c'est le B.a Ba de tout juriste... Aller voir un conseiller juridique.

Message modifié par son auteur il y a 9 ans.

#

(compte clôturé)

le dimanche 05 septembre 2010 à 14h39

Comme toujours La France avec son système administratif et juridique compliqués, pour ne pas désavantager aussi bien le créancier que l'emprunteur, on ne sais plus ou donner de la tête, et surtout quand on est hors norme de la société.....

Certaines lois dates de mathusalem , la société bouge et nous sommes constamment confronté a ce genre de soucis.

Pour détourner la loi, sans être hors la loi, c'est le B.a Ba de tout juriste... Aller voir un conseiller juridique.

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion