Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Monogamie des couples, célibat des prêtres

Social
#

(compte clôturé)

le samedi 29 mai 2010 à 11h21

Un groupe de maitresses de curés catholiques en Italie ont écrit au Pape en lui demandant de lever l'obligation du célibat pour les prêtres, elles allèguent que pour elles, cette situation les condamne à vivre leur relations clandestines difficilement, par le poids moral que celà comporte. Elles souhaitent et réclament au Pape que celà change.
Le Vatican, que suite aux multiples affaires de pédophilie avait débatu sur la question à finit par rappeler par la voie officielle, "le caractère sacré du célibat".
Est-ce que cette question du célibat des prêtres a une relation avec celle du modèle de couple monogame que l'église défend et dont nous sommes dans nos société occidentales, les héritiers?
A votre avis, ce mythe ou tendance culturelle qui a marqué si profondément nos sociétés jusqu'à très recemment ce n'est que du contrôle social ou il y a là également (où il y a eu) quelque chose de positif et de structurant pour les société qui se sont construit autour de ces principes fondateurs (monogamie des couples, célibat des prêtes) ?

voici le fait divers qui m'a donné envie de traiter cette question :
www.lemonde.fr/societe/article/2010/05/28/des-mait...

Message modifié par son auteur il y a 9 ans.

#
Profil

Siestacorta

le samedi 29 mai 2010 à 12h24

Ah, je sais pas si c'est lié, les deux, tiens.
Bon, si, ça a en commun le contrôle de la vie affective et sexuelle, mais je crois pas que les origines convergent...

#

(compte clôturé)

le samedi 29 mai 2010 à 13h29

Apparement jesus n etait pas celibataire alors pourquoi les pretres le seraient ils
Qu ont ils fait au bon dieu pour meriter une telle punition?

#

(compte clôturé)

le samedi 29 mai 2010 à 13h58

J'entendais justement ce matin sur France Culture que lors du premier millénaire de la chrétienté, quand le catholicisme était encore principalement épiscopal, il y avait un certain nombre de prêtres et d'évêques qui avaient une vie conjugale.

Le changement a eu lieu quand le catholicisme est devenu plus papal, le célibat des prêtres offrant l'avantage de rendre le clergé plus contrôlable et plus disponible pour ses ouailles.

C'est une interprétation parmi d'autres, qui est probablement exacte, mais qui n'est probablement pas la seule cause.

#
Profil

titane

le samedi 29 mai 2010 à 17h21

Je crois que ce n'est pas lié. Je crois que le célibat des prêtres viendrait de l'illusion de les rendre disponibles. Bof. De répondre à cet appel symbolique: quitte tout et suis moi.

Qui n'a pour but que de nous rappeler le non-attachement nécessaire à l'amour ... L'amour multiple éviterait au moins un attachement exclusif et possessif... En principe!

A moins que l'on polycopie de monoamour.

#

(compte clôturé)

le dimanche 30 mai 2010 à 11h53

peut être ce que le Vatican craint c'est que l'autorisation du mariage pour les prêtres, ouvre les porte au Polyamour pour les fidèles... ce qui pourrait par ailleurs lui rapporter des adhèsions supplémentaires, alors qu'il y a plutôt beaucoup de défections, ces derniers temps.

en tout cas la revendication des concubines des prêtres est entendable, d'autant plus maintenant que les perversions du célibat imposé aux prêtres, voient le jour.

#

(compte clôturé)

le dimanche 30 mai 2010 à 12h29

Est-ce que le Vatican se soucie vraiment du polyamour, pour le moment ? Je ne suis pas sûre.

Pour mémoire, le mariage des diacres et des prêtres (avant l'ordination) est monnaie courante dans le christianisme orthodoxe (an 1054) et j'y ai vu de belles familles. Seuls les évêques font voeu de célibat.

#

(compte clôturé)

le dimanche 30 mai 2010 à 20h26

Non, mais les diacres sont des laïcs, hein. Même s'ils peuvent célébrer certains offices catholiques, ils ont tout à fait toujours le droit de se marier.

En fait, en tant que laïcs catholiques, ils ont même le devoir de fonder une famille.

Après, ils s'en foutent complètement des amours pluriels, surtout dans la mesure où leur but est en général moins de s'opposer à un modèle de famille que de promouvoir une famille dans les valeurs qui sont les leurs, à savoir : un père et une mère.

Oui, il y a une nuance.

Message modifié par son auteur il y a 9 ans.

#
Profil

lutevain

le mercredi 02 juin 2010 à 02h44

Non, le célibat des prêtres… et je le tiens d'un prêtre franciscain… n'avait d'autre but que de s'emparer de la fortune de ces êtres sans descendance, donc sans héritier!!!
C'est ce qui a forgé la richesse de l'Église catholique!

#
Profil

titane

le mercredi 02 juin 2010 à 05h54

Il existe une multitude de prêtres riches qui nont pas cédé leur héritage à l'église mais à d'autres membres de leur famille.

Bof... Pas très convaincant! L'église a et a eu bien d'autres moyens encore moins catholiques de s'enrichir!

#

(compte clôturé)

le mercredi 02 juin 2010 à 12h06

lutevain
Non, le célibat des prêtres… et je le tiens d'un prêtre franciscain… n'avait d'autre but que de s'emparer de la fortune de ces êtres sans descendance, donc sans héritier!! !
C'est ce qui a forgé la richesse de l'Église catholique !

En même temps, comme tu le dis, c'est un avis de prêtre franciscain ; c'est un peu biaisé. :P
Un peu comme peut l'être ce que me raconte mon oncle qui est un ancien prêtre ouvrier. :)

(Qu'il ne soit pas dit ce que je ne pense pas : les franciscains sont à mon sens très certainement un des ordres qui font l'honneur du catholicisme… contrairement à d'autres)

Message modifié par son auteur il y a 9 ans.

#
Profil

amorgen

le mercredi 02 juin 2010 à 16h31

Je suis POUR le célibat des prêtres.

Il ne manquerait plus que, non content d'assommer leurs fidèles, ils conditionnent leur descendance à leur doctrine mortifère...

#

(compte clôturé)

le mercredi 02 juin 2010 à 16h52

Bof, vu le nombre de personne qui les appelle « mon père », ça me paraît mal barré. :)

#
Profil

titane

le mercredi 02 juin 2010 à 17h39

Tu m'as enlevé les mots du clavier. Contre le célibat et pour la castration des prêtres. Ils chanteront mieux à la messe...

#
Profil

Romy

le mercredi 02 juin 2010 à 18h27

Et puis s'ils se mettent à aimer le sexe les curés? Le sexe qui est sensé être le Diable et qui deviendrait le bon Dieu... Le sexe n'a pas de morale et est un espace de liberté totale, une perte des repères. Là, je paraphrase pas mal Comte-Sponville.

Il ne manquerait plus que les curés viennent nous dire comment faire l'amour...Je préfère que le sexe reste le Diable et que je me débrouille avec ma propre moralité.

Message modifié par son auteur il y a 9 ans.

#
Profil

kerdekel

le mercredi 02 juin 2010 à 19h52

En fait, le célibat des prêtres existe pour des raisons purement pratiques, territoriales pour être précise et n'a effectivement rien à voir avec la Bible.
Autrefois (on va dire le moyen age), les terres appartenaient à des seigneurs. Ces seigneurs avaient des enfants. Lorsque le seigneur clamsait de sa plus belle fougue, les terres étaient alors divisées entre les enfants.
Puis divisées aux enfants des enfants. Etc.
Vous voyez d'ici bien entendu la faille de ce système. Les terres finissaient si divisées que, la nature conquérante humaine étant ce qu'elle est, cela entrainait de nombreux "griefs" (Euphemism detected! Euphemism detected!).
Cela était intenable, le(s) pays constamment en guerre, la famine et la mauvaise sanité régnante, le peuple bien évidemment épuisé. Et un peuple en colère, par la force de l'épuisement est pas forcément génial à gouverner (pour pas dire dominer).
C'est alors que l'Église a eu une idée brillante, comme parfois certaines religions en ont.
Les seigneurs déléguaient désormais les clefs de leur tas de pierre à l'ainé (garçon bien sûr, nous parlons quand même des catholiques), les suivants étant ordonnés chevaliers (allez, va crever pour ton bled, et la le menton plus haut sale ingrat) et prêtres (bon le chef attention, le fils du seigneur c'est pas le pégu du coin). Ainsi, la terre ne revenait qu'à un seul, et ce qui faisait le quotidien du petit peuple (sécurité, religion rythmant le temps, etc...) restai sous le contrôle de la seigneurie. Bien sûr, les chevaliers étaient dédiés à la guerre et n'avait que peu de descendance.
Les prêtres furent interdit de mariage et donc n'avait officiellement pas de descendance non plus à mettre sur un trône.
Bien entendu dans les faits, il y aura eu de nombreux bâtards. Et puis au fur et à mesure, ces naissances "naturelles" diminuent, la pratique s'instaurant dans les esprits. Ceci dit, il y en a encore aujourd'hui, même si c'est rare.

Si cela ne stoppa pas les incessantes gueguerres de clochers, si je puis dire, cela les aura nettement ralenti.
Et lorsque le peuple n'est plus en guerre, il s'occupe à autre chose, et commence à vivre au lieu de survivre. L'art moribond, par exemple, peut reprendre, la civilisation "avancer".

Le célibat des prêtres à l'instar par exemple du porc pour les musulmans, aura été une mesure sanitaire qui n'a de nos jours, effectivement, plus de raisons d'être.
Mais là, on entre directement dans le sujet "l'adaptation de la Religion à son temps", et c'est tout un autre chapitre sur lequel je ne m'étendrai pas dans ce ticket. :)

#
Profil

titane

le mercredi 02 juin 2010 à 20h43

wow...!!

#
Profil

titane

le mercredi 02 juin 2010 à 20h46

à propos du "diable"... le di-able est celui qui divise, celui qui oppose... comment le sexe peut-il diviser ou opposer ?... à moins qu'il soit exclusif ou possessif !

Rosalie, ton message m'a fait pensé au poème "ma tête, mon coeur et mes couilles" de Grand Corps Malade...

#
Profil

titane

le mercredi 02 juin 2010 à 20h47

Ma tête, mon coeur et mes couilles

Le corps humain est un royaume où chaque organe veut être le roi
Il y a chez l'homme trois leaders qui essayent d'imposer leur loi
Cette lutte permanente est la plus grosse source d'embrouilles
Elle oppose depuis toujours la tête, le coeur et les couilles
Que les demoiselles nous excusent si on fait des trucs chelous
Si un jour on est des agneaux et qu'le lendemain on est des loups
C'est à cause de c'combat qui s'agite dans notre corps
La tête, le coeur, les couilles discutent mais ils sont jamais d'accord
Mon coeur est une vraie éponge, toujours prêt à s'ouvrir
Mais ma tête est un soldat qui s'laisse rarement attendrir
Mes couilles sont motivées, elles aimeraient bien pé-cho cette brune
Mais y en a une qui veut pas, putain ma tête me casse les burnes
Ma tête a dit à mon coeur qu'elle s'en battait les couilles
Si mes couilles avaient mal au coeur et qu'ça créait des embrouilles
Mais mes couilles ont entendu et disent à ma tête qu'elle a pas d'coeur
Et comme mon coeur n'a pas d'couilles, ma tête n'est pas prête d'avoir peur
Moi mes couilles sont tête-en-l'air et ont un coeur d'artichaud
Et quand mon coeur perd la tête, mes couilles restent bien au chaud
Et si ma tête part en couilles, pour mon coeur c'est la défaite
J'connais cette histoire par coeur, elle n'a ni queue ni tête
Moi les femmes j'les crains, autant qu'je suis fou d'elles
Vous comprenez maintenant pourquoi chez moi c'est un sacré bordel
J'ai pas trouvé la solution, ça fait un moment qu'je fouille
Je resterai sous l'contrôle d'ma tête, mon coeur et mes couilles.

par GRAND CORPS MALADE

#
Profil

Romy

le mercredi 02 juin 2010 à 21h28

Titane, il reste que dans ma tête, j'aime bien que le sexe soit le diable, la limite, la mort. Je sais pas comment expliquer. Je me suis posé la question à savoir pourquoi quand je lis Sade je suis excitée. Il décrit pourtant des trucs horribles. Bien sûr, je ne suis pas excitée parce que je crois vraiment qu'il décapite et que les esclaves sont martyrisés ou les jeunes filles violées. Mais ça me plonge dans un état second.

Et Compte Sponville explique bien ce qu'est le sexe pour moi:
"L'horreur est en nous, en nous la bête et le bourreau. Si nos gauchistes avaient lu Sade d'un peu plus près ou s'ils l'avaient pris un peu plus au sérieux, il y a quelques naïvetés optimistes qu'ils auraient évitées (...) Qu'il faille déculpabiliser la sexualité ou qu'on ai eu raison de le faire, c'est une évidence. Mais faut-il pour autant n'y voir qu'un loisir agréable? (...) "Il est interdit d'interdire", "Vivre sans entraves"...comme il faut avoir des petits désirs bien sages pour écrire ça sur un mur! Comme il faut avoir interiorisé la morale pour imaginer sans passer!"

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion