Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Pourquoi suis-je si susceptible lorsque j'entends ou je lis des préjugés sur le polyamour?

#
Profil

Romy

le mercredi 27 janvier 2010 à 05h24

Je constate aussi que plusieurs des préjugés ressemblent à ceux qui existent par rapport aux couples gais. Je me demandais si vous aviez d'autres idées de «  pratiques» qui, par le passé, étaient jugées scandaleuses et qui aujourd'hui sont tout à fait acceptées. Histoire de comparer les préjugés pour pouvoir répondre, «  vous voyez, il y a un temps on disait la même chose de...».

- sexe avant le mariage
- couples non mariés
- divorce

Mais il y a peut-être d'autres exemples sans lien nécessairement avec le couple... Surtout toute cette idée que le plaisir est péché et égoïste.

- comme les lectures à l'index
- la prohibition de l'alcool aux USA...

D'autres idées? Il me semble que les préjugés à l'égard des polys reproduisent un «  pattern» connu de réactions de la part des braves gens. Et que l'histoire se répète.

Message modifié par son auteur il y a 11 ans.

#
Profil

Drya

le mercredi 27 janvier 2010 à 09h27

Faut pas chercher loin: travailler pour une femme, changer de ville, démissionnner, ne pas reprendre l'entreprise de son père... bref, dès qu'on affirme sa liberté de dire "non" à une tradition établie, que ce soit dans une famille ou dans la société.

Des vautes? connais pas... t'as une recette? :D

#
Profil

pullmarin

le mercredi 27 janvier 2010 à 11h28

@ Junon : Les vautes, c'est les galette de pommes de terre, c'est ça ?
artäpfeldutshe ou grumbeerekiechele en alsacien ?

#

Noemi... (invité)

le mercredi 27 janvier 2010 à 12h30

Rosalie, très juste ton raisonnement, sauf que c'est peut-être pas l'argument le plus "élégant" et convaincant en faveur du polyamour de dire que d'autres "pratiques" concernant le couple étaient mal vues et pas acceptées il y a quelques décennies et sont tout à fait normal aujourd'hui.

C'est peut-être plutôt une chose qui pourrait te rassurer, toi. On ne te comprends pas aujourd'hui, on n'accepte pas toujours ton mode de vie - mais d'ici quelques années ça sera tout à fait normal.
===
Questions culinaires: je ne conaissais pas, mais des vautes semblent être à mi-chemin entre l'omelette et la crêpe... Recette avec photo: alain.detinteniac.perso.sfr.fr/vaute_alsacienne.htm
*hm miamiam*, les grumbeerkiechele, faudrait que je m'en fasse, ça fait super longtemps que j'en ai pas mangé!

#
Profil

tentacara

le mercredi 27 janvier 2010 à 15h53

Rosalie, je te suis totalement sur le raisonnement "historique".
L'union libre, le divorce ou le couple homo étaient considérées comme "immoraux" par la société de l'époque principalement du fait de leur marginalité.
La "moralité" relative d'un comportement est essentiellement conditionnée par le nombre de personnes qui l'adoptent et par l'image que les gens "ordinaires" en ont dans leur vie quotidienne.

Un exemple, mon métissage (papa noir / maman blanche) choquait énormément à l'époque de ma naissance (en 79) tandis qu'il ne surprend plus grand monde aujourd'hui, tout simplement parce que les couples mixtes sont devenus tellement courants dans les rues (de Paris du moins), que personne n'y fait plus attention.

Je suis convaincue que le seul moyen de faire accepter le polyamour par la "majorité bienpensante" passe par la banalisation de celui-ci.
Je crois aussi que nous disposons grâce aux médias d'un puissant "accélérateur de banalisation" qui me laisse espérer que le phénomène de mode médiatique autour du polyamour que l'on observe depuis quelques mois permettra à mes enfants de ne pas souffrir du regard de la société sur le mode de vie de leurs parents. Que les gens diront : " Un couple à trois? et alors? j'en connais d'autres! "

Aussi, j'en parle! Autour de moi, à la télé, à la radio, à qui veut bien m'écouter, j'affiche mon bonheur rayonnant et j'en expose les raisons : j'aime deux hommes, j'en suis aimée, je ne mens à personne (et comble du luxe ils ont le bon goût de s'apprécier mutuellement).
Cette exposition est un choix personnel, et j'essaye de faire en sorte qu'il ait le moins de conséquences possibles sur la vie de mes hommes. Je suis en mesure de l'assumer au niveau familial, amical, social et professionnel, j'en profite donc, bien consciente que tout le monde n'a pas (encore) cette chance.

Enfin, mon truc pour éviter les volées de bois vert est somme toute assez simple : je parle à la première personne.
Loin de moi l'idée d'expliquer aux gens comment ils doivent vivre. Je n'essaye même pas de remettre en question la monogamie comme choix de vie.

Pour finir, une anecdote :
Hier au bureau, une collègue en tombant sur un album photo intitulé "Mes hommes" sur fb m'a demandé de quoi il retournait.
Suite à ma réponse, elle s'est écriée :
"Comme tu as de la chance! Moi, je suis atrocement jalouse, ça me pourrit la vie! Je crois que j'ai besoin d'un psy!!".
De là à replacer le curseur de la "normalité", il n'y a qu'un pas, non?

Message modifié par son auteur il y a 11 ans.

#
Profil

Drya

le mercredi 27 janvier 2010 à 16h36

tentacara
"Comme tu as de la chance! Moi, je suis atrocement jalouse, ça me pourrit la vie! Je crois que j'ai besoin d'un psy!!".
De là à replacer le curseur de la "normalité", il n'y a qu'un pas, non?

En fait, quand on est vraiment lucide sur la nature humaine, C'EST la normalité. Les personnes qui se prétendent exclusives ne font que nier qu'ils ont parfois des désirs ailleurs, même s'ils ne passent jamais à l'acte, et que c'est une vraie difficulté pour tous les couples.

Les jaloux maladifs reconnaissent souvent qu'ils ont besoin d'être rassurés parce qu'ils n'ont pas "confiance en eux" (qu'est-ce que ça veut dire vraiment au fond d'ailleurs?), ils ont peur d'être abandonnés ou de perdre ce qui les rend heureux. De mon point de vue, je n'ai pas beaucoup de confiance en moi, tous ceux qui me connaissent le savent, par contre je suis sincère et j'ai confiance en les autres et en leur sincérité, et je ne suis pas quelqu'un de jaloux, car quand mon homme me dit qu'il m'aime, je sais que j'ai assez d'importance pour lui pour qu'il ne m'abandonne pas pour la première venue.
Je sais aussi que j'aurais beau vouloir l'enfermer pour me protéger, ça ne l'empêchera pas d'être amoureux ailleurs s'il rencontre quelqu'un qui lui fait cet effet, donc aucune raison de l'enfermer, et nous sommes très indépendants, mais très liés.

#
Profil

JHGrenoblois

le mercredi 27 janvier 2010 à 17h52

Noemi...
*hm miamiam*, les grumbeerkiechele, faudrait que je m'en fasse, ça fait super longtemps que j'en ai pas mangé!

Coïncidence, j'en ai mangé à midi, avec salade verte et bibeleskass...

#

(compte clôturé)

le mercredi 27 janvier 2010 à 18h09

JHGrenoblois
bibeleskass...

Non, alors hé ho, si vous continuez à dire des mots en langage d'initiés, où va-t-on?

#
Profil

Tchu

le mercredi 27 janvier 2010 à 18h57

C'est du fromage blanc salé, dont on nappe les artäpfels et que l'on assaisonne avec des lardons, de la ciboulette et des petits oignons frits.

#
Profil

Romy

le mercredi 27 janvier 2010 à 19h06

Tu écris bien Tentacara. Et je suis d'accord avec toi.

#
Profil

Siestacorta

le mercredi 27 janvier 2010 à 19h06

Tchu
C'est du fromage blanc salé, dont on nappe les artäpfels et que l'on assaisonne avec des lardons, de la ciboulette et des petits oignons frits.

Ha ben malgré artapfels (à vos souhaits), ça a l'air super appétissant, ça.

La polyamoureuse idéale est-elle alsacienne ?
Cuisinière, de toute façon.
(le polyamoureux idéal n'existe pas, évidemment ! ce serait une variante du prince charmant, et c'est une concurrence injuste pour le polycrevard que je suis).

#

(compte clôturé)

le mercredi 27 janvier 2010 à 19h11

Tchu
C'est du fromage blanc salé, dont on nappe les artäpfels et que l'on assaisonne avec des lardons, de la ciboulette et des petits oignons frits.

mééééheuuuuh, tu fais essprès rein qu'à pour m'embêter? ^^

#
Profil

Tchu

le mercredi 27 janvier 2010 à 19h22

Des pommes de terres sautées, pardon, je pensais que le terme avait été explicité plus haut. Si tu passes en Alsace on mettra du goût sur tout ces mots :)

#
Profil

LittleJohn

le mercredi 27 janvier 2010 à 19h29

Tchu
Si tu passes en Alsace on mettra du goût sur tout ces mots :)

Moi j'attends toujours :P

#

(compte clôturé)

le mercredi 27 janvier 2010 à 19h41

Tchu
Des pommes de terres sautées, pardon, je pensais que le terme avait été explicité plus haut. Si tu passes en Alsace on mettra du goût sur tout ces mots :)

Un menu typiquement du nord, bien bourratif comme j'aime? Héhé, ça se discute.

#
Profil

Drya

le mercredi 27 janvier 2010 à 19h44

D'un coup, j'ai faim...

#
Profil

Tchu

le mercredi 27 janvier 2010 à 19h56

LittleJohn
Moi j'attends toujours :P

Elles t'ont pas plu, mes lasagnes de la Paix Triangulaire ?

Bon, j'ai faim aussi.

#
Profil

LittleJohn

le mercredi 27 janvier 2010 à 19h57

Tchu
Elles t'ont pas plu, mes lasagnes de la Paix Triangulaire ?

Bon, j'ai faim aussi.

Si, beaucoup - énormément, mais on était loin de la spécialité régionale...

#
Profil

Tchu

le mercredi 27 janvier 2010 à 19h59

Et l'Elsass Cola alors ? Pfff jamais content :D

#
Profil

Romy

le mercredi 27 janvier 2010 à 20h59

Une autre situation qui peut engendrer le même type de préjugés que ceux qui existent sur le polyamour: le choix du célibat. C'est plus facile de trouver de l'information en cherchant «  péjugés sur le célibat» que «  préjugés sur les polyamoureux»...Puisque finalement, un célibataire peut parfois être un polyamoureux qui n'a pas fait son coming out!

www.scienceshumaines.com/-0amisere-du-celibat--0a_...

«  Viennent ensuite les représentations : selon bien des enquêtes, les gens mariés (ou vivant en couple) sont vus comme plus heureux, plus généreux, plus sûrs d'eux. En outre, ajoutent les deux chercheuses, les formulaires administratifs demandent aux personnes seules si elles sont célibataires, veuves ou divorcées, mais ne demandent pas aux gens mariés s'ils en sont à leur premier, second ou troisième mariage...»

ou encore:
«  Une autre source de biais inconscient serait « le culte du couple », c'est-à-dire cet accord tacite, omniprésent dans notre culture, pour estimer que chacun a pour idéal de trouver « l'autre moitié de la pomme », qui comblera tous ses besoins ? amour, amitié, sécurité... La personne seule, qui répartit ses attentes de bonheur sur plusieurs personnes, est alors forcément désavantagée. Et pourtant, des études longitudinales des couples montrent que la félicité conjugale ne dure que pendant deux ou trois ans, après quoi ils rejoignent le lot commun.»

Message modifié par son auteur il y a 11 ans.

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion