Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Nos relations poly au temps du coronavirus ?

#
Profil

Orazio

le lundi 04 mai 2020 à 07h44

Bonjour à vous

Je ne trouve pas de solution satisfaisante à ma situation personnelle de personne poly-amoureuse en ces temps difficile de pandémie. Plus que des conseils sur ma situation, j'aimerais savoir comment vous abordez l'après 11 Mai, ce dé-confinement partiel qui permet d'envisager de revoir ses amours mais au prix de grands dangers pour l'ensemble de ses proches.

Quelles sont vos stratégies pour aimer en temps de pandémie ? Le témoignage de Lili-Lutine de cette nuit est déjà éclairant, j'aimerais en avoir plus.

Merci !

Message modifié par son auteur il y a 6 mois.

#
Profil

Lili-Lutine

le mercredi 06 mai 2020 à 07h56

Sous son air léger, cet article pose de bonnes questions

Au delà de l'aspect "amoureux et/ou sexuel et/ou sexfriend", vous compter refaire la bise au gens vous ? faire des hug etc ?

Perso ça m'interroge vraiment ! :-D

Ici cet Article intéressant sur nos libidos au temps du corona

Extrait:

"Selon l’experte Marie-Noëlle Lanuit, la période que l’on vit est propice à une "révolution érotique", et ce quelle que soit sa sexualité, son genre et son âge. Si la sexothérapeute souhaite aux couples confinés de s’amuser en réinventant ou en redécouvrant leur sexualité, elle ne dit pas des célibataires qu’ils sont les plus à plaindre…

"Pour les couples, ce n’est pas toujours évident de se manquer pour se désirer lorsque l’on est enfermé au même endroit… Les personnes célibataires ou confinées seules peuvent se plonger dans cette 'révolution' par leur auto-érotisme, explique-t-elle. Je pense que ça va être beaucoup plus facile pour les célibataires qui ont continué à garder vivante leur libido via tout ce qui peut stimuler l’imaginaire érotique (littérature érotique, sites audio avec du porno bien choisi)."

Message modifié par son auteur il y a 6 mois.

#
Profil

artichaut

le mercredi 06 mai 2020 à 12h24

Moi ce qui m'inquiètes c'est surtout le long terme. Pas les 6 mois à venir, mais les années à venir.

On nous a inventé un état d'urgence sanitaire (et on sais que les "états d'urgence" finissent toujours par devenir la norme).

Chaque "gestion de crise" est aussi le moyen de toujours mieux contrôler la population et assoir ses privilèges. Le corona sert déjà de prétexte à étouffer les mouvements sociaux, mais se dirige t-on vers un nouveau puritanisme (guerrier de surcroît) sous couvert de lutte contre un virus ?

Le parallèle avec le sida me semble tout à la fois biaisé et inquiétant. Et tout ça me laisse assez perplexe…

Après l'anti-terrorisme et l'écologie, la santé comme nouveau fer de lance du capitalisme ?
(même si c'est pas nouveau, non plu)


Déso @Lili-Lutine, je ne réponds pas trop à ton questionnement sur la bise et les hugs (que j'entends dans une temporalité courte). Bien que sans doute il y ai du lien justement. Mais pour l'instant je n'arrive pas à voir comment…

#
Profil

bonheur

le mercredi 06 mai 2020 à 12h50

Pour une fois, je rejoins @artichaut (à ma façon). Je crois que Covd-19 est annonciateur de ses frères et cousins. J'ai ce sentiment que la nature se venge de ce que l'humain lui fait subir depuis trop longtemps. Donc, je suis convaincue qu'il va falloir vivre avec, dans une certaine forme d'humilité et non avec une volonté de dominer, contrôler, de nouveau.
Quand on ne veut pas écouter son soi intérieur, on tombe malade. Le corps nous rappelle à l'ordre de cette façon. Là je crois, à tort peut-être, que la planète nous rappelle à l'ordre car elle est malade de l'attitude humaine. Elle manifeste ainsi un rappel à l'ordre.
On partage ou non ma conviction, qui relève plus de l'intuition, la réflexion, mais d'aucunes sciences.

#
Profil

LibreAVous

le mercredi 06 mai 2020 à 20h50

@artichaut, je suis tout à fait dans ta réflexion en ce moment, voici les quelques réponses que je me suis faites :

- Parallèle avec le sida : il s'arrête là où 1) le sida est sans rémission (*) et fatal dans 100% des cas, et 2) il est possible de s'en protéger à 100% sans s'empêcher de vivre, et à 99% avec très peu de contraintes. Le parallèle le plus pertinent serait plutôt avec la grippe, mais puissance 20.
(*) 1 seul cas connu d'un homme redevenu non détectable il me semble, qui intéresse fortement la recherche

- Fer de lance du capitalisme : j'ai presque envie de dire "on s'en fout", ou plutôt "c'est un autre problème", et de tous temps et partout, plus la coercition est forte, plus la résistance s'organise. Comme l'amour, poly ou pas, est bien la seule chose qui ne s'achète pas et dont quasi personne ne peut se passer, le capitalisme n'aura pas de prise directe dessus (enfin tant que la moindre interaction humaine sera nécessaire et permise).

- Comment continuer nos relations avec le Covid (et/ou comment déjouer l'emprise indirecte du capitalisme) : en acceptant qu'il existe un risque, tout comme quand on sort dans la rue, et en adoptant une attitude sincère et raisonnable avec chacun.e. Comme pour le sida (!), la notion de cercle de confiance me semble être la clé : je pense être sain.e, je me protège pour moi et pour les autres. J'ai eu un contact avec une personne malade (ou je découvre être malade), j'en avertis les autres, je prends les mesures nécessaires pour être sûr.e de ne pas les infecter (15 jours d'absence ça devrait être gérable), et je rappelle en détail pourquoi je fais ça à qui voudrait passer outre.
Ca pourrait passer (et je l'espère) par le gain en popularité du regroupement des polycules qui s'y prêtent en un même lieu de vie :-)

Message modifié par son auteur il y a 6 mois.

#
Profil

kill-your-idols

le mercredi 06 mai 2020 à 21h04

En tant qu'anarchiste radical, pendant tout ce temps, je n'ai jamais pratiqué la distanciation sociale (et probablement, je ne le ferai jamais). Voilà ce que j'en ai appris:

1) Le Consentement. Pendant mes années féministes, j'ai appris le consentement. Maintenant, je demande le consentement avant d'embrasser les gens ou de leur serrer la main. Et la plupart des gens disent oui.

2) La Lutte des Classes. le COVID-19 a divisé la société en deux classes:
- une bourgeoisie distanciée, qui a suivi toutes les règles de la quarantaine et de la distanciation sociale et qui a pris le confinement comme une occasion de croissance spirituelle,
- un prolétariat câlineur, qui a des choses plus importantes à faire plutôt que de penser au virus, et qui n'a pas changé ses habitudes, continuant comme avant à se faire la bise, à se serrer la main et à faire des réunions de famille

3) Le Fruit Défendu: en tant que membres du prolétariat câlineur, nous devons faire face à cette nouvelle réalité dans laquelle les manifestations publiques d'affections sont strictement interdites. Et nous apprenons une nouvelle façon de cacher nos relations secrètes.

4) La Société Secrète. En tant que membres du prolétariat câlineur, nous avons appris à nous reconnaître. Nous voyons si les gens qui nous entourent se distancient socialement parce qu'ils croient vraiment au grand effort collectif contre le virus, ou s'ils le font parce qu'ils craignent le contrôle de la police et des voisins. Et s'ils aspirent à des contacts sociaux, nous les faisons rentrer dans le prolétariat câlineur.

5) L'Immunité de Classe: parmi les membres du prolétariat câlineur, les virus se propagent beaucoup plus rapidement que dans la bourgeoisie distanciée. Nous avons donc obtenu une immunité de classe: nous pouvons sortir, nous embrasser, nous prendre dans les bras, faire l'amour à notre guise, tandis que la bourgeoisie distancée doit être enfermée à la maison pour toujours.

#
Profil

Lili-Lutine

le mercredi 13 mai 2020 à 12h54

news:

Météo nonchalante ce matin

Je suis envoutées par ses mystères et ses promesses

Attractions et désirs en ballades

Avant hier j’ai hésité, la pluie m’a aidé à rester chez moi, encore un petit peu confinée

Hier, j’ai tenté deux sorties, à l’affût de quelques débordements que j’appréhendai

Aujourd’hui, mes pas furent plus légers, plus courageux et détendus, je ressentais la volonté d’affronter ce monde d’avant qui revient à moi bien trop vite

Mes instincts sont en alertes, ils me disent tous de prendre mon temps, de bien sentir en moi les nouveaux mouvements en cours, d’écouter ce monde impatient qui s’affole... de le regarder avec calme, et surtout de loin... pour l’instant

J’ai détruit mes attestations dimanche soir... mais "en-dehors" je suis encore traversée par leurs souvenirs

Mon cerveau tourbillonne et se questionne, je frisonne un peu parfois en petites peurs diffusent, je ressens l’impatience du toucher et des embrassades à pleine bouche

Je manque, depuis lundi, de peaux à caresser, à masser, à malaxer, à lécher et d'autres à mordre et à griffer, de nos peaux se respirant

J’ai rêvé, souvent, à ces moments de nos retrouvailles, avec chacun.e de vous tous.tes mes aimés.es, mes sens en pagailles et mon cœur joyeux tambourinant

Durant ces deux mois j’ai laissé les secondes s’égrener, goutte à goutte, une à une, très lentement, je me suis connectée encore plus intensément à toutes mes sensorialités

J’ai aimé explorer mon corps isolé, seule, avec mes mains, mes doigts et avec tous ses autres possibles à inventer, le masser, le caresser et le jouir de mes désirs et de mes rêves érotiques

J’ai eu envie de prendre mon temps, encore un peu... un tout petit peu

Puis j’ai eu envie de déconfiner mon corps avec toi l’amireux, tu as répondu favorablement et avec pétillement à mon souhait de préférence

M'échapper de ma brume en ta compagnie, et bruisser avec toi

Depuis toujours, nos particularités sensorielles, à toi et à moi, nos besoins récurrents de distanciation physique et sociale nous ont rapprochés, leurs échos en l’autre ont construit notre relation d’une bien jolie façon depuis quelques années

Toi et moi, nous n’avons pas attendu le covid-19 pour confiner et déconfiner régulièrement tout au long de nos vies

Dans quelques petites heures nous allons tout doucement danser nos corps et nos esprits entrelacés à nos sens

Merci d’exister dans ma vie, tu participes à mes bonheurs

***********

Et vous les poly vous déconfinez ?
Pourquoi le faire maintenant ?
Et comment le faites vous, avec qui ?
Quel est votre rythme et besoin rien qu'à vous ?
Est-ce partagé et compris par vos autres relations, en complicité avec vos métamours ?

Je suis très curieuse de nos partages en ces temps troublants et confrontants :-D

Merci <3

Message modifié par son auteur il y a 5 mois.

#
Profil

Lili-Lutine

le mercredi 27 mai 2020 à 19h36

Réapprendre à être touchée... je pense que pour certaines personnes, après deux mois sans absolument aucun contact physique, ce n'est peut-être pas aussi facile que pour d'autres :-(

Cette petite vidéo ici n'aborde pas cet aspect là des répercussions possibles de la distanciation physique subie durant 2 mois, je le rajoute ici, car va bien falloir en parler... pour que les concernées ne se sentent pas isolées... niées par leurs proches dans leurs ressentis, leurs besoins d'un peu plus de lenteur... et de temps surtout pour déconfiner leurs corps.

Message modifié par son auteur il y a 5 mois.

#
Profil

artichaut

le jeudi 28 mai 2020 à 02h19

Le titre de la vidéo ("J'ai besoin d'être embrassé") me rappelle (en réponse) ceci : Y'a personne à embrasser (à écouter par ex ici).

#
Profil

Indi

le jeudi 28 mai 2020 à 10h54

Les choses étaient déjà compliquées pour moi avant le confinement. La sexualité avec ma compagne était moribonde : avec des enfants qui grandissent et ne veulent plus aller se coucher cela devenait compliqué. J'en étais venu à me dire qu'il nous faudrait nous retrouver le midi à l'hôtel !

Avec le confinement cela ne s'est pas arrangé. Comment donner à ma compagne une de ces fessées qu'elle affectionne tant lorsqu'on est confiné avec les enfants ?

Ma belle étrangère est repartie pour son pays natal en octobre. Je me suis décidé à chercher activement à établir une nouvelle relation quelques jours seulement avant le début du confinement. Lorsque j'ai annoncé à mes "matchs" qu'il faudrait attendre des semaines avant de pouvoir se rencontrer, elles ont disparu à 90%. Avec la fin du confinement j'ai cru pouvoir enfin faire quelques promenades avec des inconnues afin de faire connaissance. Hélas ! Elles avaient toutes peur de mettre le nez dehors. En fin de semaine dernière c'est moi qui ai, de lassitude, annulé cette fois-ci tous mes "matchs". J'ai depuis de nouveaux contacts avec des femmes qui semblent disposées à me rencontrer. Mais je commence à me dire que j'ai déjà consacré trop de temps à cette recherche et que je ferai mieux de m'occuper d'autres pans de mon existence en attendant des jours meilleurs.

Il serait peut-être temps que je reprenne contact avec ma belle étrangère déjà mentionnée. S'il semble peu probable que nous nous revoyons, je n'ai pas envie non plus qu'elle sorte complètement et définitivement de ma vie. Je me demande comment elle a vécu le confinement elle pour qui le CrossFit est une passion.

PS : Des épidémies, il y en a eu bien d'autres par le passé. Il y en a toujours et il y en aura encore bien d'autres. Beaucoup d'entre nous n'en ont pas conscience parce que le progrès scientifique et technique (les vaccins notamment) a rendu les épidémies sévères beaucoup moins fréquentes.

PPS : Je trouve que le capitalisme a bon dos en l'occurrence. L’État a sacrifié l'économie principalement pour préserver des personnes à la santé fragile qui sont un poids pour cette même économie. Les chiffres le montrent : le capital a fondu comme neige au soleil ! Quand on est écologiste on voit des problèmes environnementaux partout. Quand on est nationaliste on voit la main de l’Étranger partout. Si on est féministe, c'est celle du patriarcat. Raciste ? C'est la faute des métèques ! Religieux ? C'est les mécréants bien sûr ! Athée ? Les culs bénits ! De Droite ? Ces fichus gauchistes ! Anti-capitaliste ? Vous connaissez déjà la réponse. L'aveuglement est une composante commune a tous les militantismes. Le militant, militaire de la foi, est sans cesse en guerre contre l'ennemi.

#

fleursdumal (invité)

le dimanche 31 mai 2020 à 02h38

Bonsoir,

Après plusieurs recherche, ce site me semble le plus approprié pour vous présenter mes questionnements.

Nouveau dans le polyamour, ma partenaire et moi avons développé des sentiments très forts l'un envers l'autre je pense. Mais le confinement est arrivé et j'ai fais le choix de rester avec mes parents âgés en fin de vie. Cependant à l'heure du déconfinement le covid est toujours présent, et je limite mes contacts. Ma nouvelle partenaire, me soutient par des appels et des messages, mais des fois j'aimerais pouvoir la prendre dans mes bras, pouvoir être un peu soutenu au quotidien quelques heures ou quelques jours...

Mais pour que cela soit possible, il n'y a pas de solution miracle, il faut prendre des précautions. Or je ne veux pas lui imposer d'ultimatum ou quoique soit d'obligatoire pour qu'elle limite ses contacts temporairement avec ses autres partenaires, afin de pouvoir me rejoindre. Je lui ai simplement plusieurs fois exprimé mon souhait de la voir présente à mes côtés.

Cela me semble évident aussi que ce n'est pas facile pour elle non plus, mais dans des coups de mous, je lui en veux un peu de ne pas faire en sorte de pouvoir être présente, car si c'était l'inverse cela serait le cas. Nous en avons aussi discuté et pour elle cela lui semblerait normal que je privilégie mes autres partenaires à elle dans les mêmes circonstances...

Et finalement les choses se sont un peu compliqué et nous nous sommes un peu disputés à ce sujet.
Qu'est ce que vous en pensez de tous cela, de mes souhaits et des siens différents ?

#
Profil

bonheur

le dimanche 31 mai 2020 à 13h52

fleurdumal
Qu'est ce que vous en pensez de tous cela, de mes souhaits et des siens différents ?

N'étant ni impliquée, ni informée suffisamment, je ne pense rien.

En revanche, prend soin de toi et de toutes les personnes que tu aimes. Tu as une belle conscience, altruiste et bienveillante. Ne te trahis pas pour une incompréhension. Communique dessus, bien que je suppose, ce fut fait. Décide en fonction de ce qui te parait le plus juste ! Si c'est à tort, tu auras fait de ton mieux. Si c'est à raison, félicite toi.

#
Profil

LibreAVous

le dimanche 31 mai 2020 à 20h50

fleursdumal

Nouveau dans le polyamour, ma partenaire et moi avons développé des sentiments très forts l'un envers l'autre je pense. [...] Ma nouvelle partenaire, me soutient par des appels et des messages

Juste pour bien comprendre la formulation stp : dans ces 2 phrases, il s'agit de la même, ou de 2 partenaires différentes ?

#

fleursdumal (invité)

le dimanche 31 mai 2020 à 21h56

Ah oui désolé c'est la même, actuellement je n'ai qu'une partenaire .

#
Profil

LibreAVous

le lundi 01 juin 2020 à 13h50

Merci, maintenant je peux répondre (+) :-D Lointaine interprétation subjective, mais sait-on jamais ?... :
Tu as donné priorité à tes parents sur elle : je ne jugerai aucunement ce choix, mais tu l'as fait, c'est un fait.
De même sans juger, il me semble clair que dans la hiérarchie de ses relations, tu n'es pas assez haut pour mériter de limiter ses contacts comme tu lui demandes. Mais lui as-tu demandé clairement ("combien de jours") ? Tu n'y échapperas pas, même si tu as peur de son refus. Elle ne peut pas répondre à ta demande de vous voir si elle ne sait pas précisément quelle contrainte ça lui pose.

fleursdumal
ma partenaire et moi avons développé des sentiments très forts l'un envers l'autre je pense
[...]
pour elle cela lui semblerait normal que je privilégie mes autres partenaires à elle dans les mêmes circonstances

Je bloque un peu sur ces 2 phrases, je les ressens un peu antinomiques...
La 2e sonne comme si en miroir des siennes, elle hiérarchisait d'office tes relations, en se plaçant elle-même en bas de cette hiérarchie. Chose qu'on fait rarement quand on a des sentiments très forts (ou alors il y a quelque chose de la mésestime de soi ou de l'auto-destruction, ce qui n'est pas incompatible).
Quoique le Covid met en pratique tes parents, elle et ses autres relations sur la même échelle, on pourrait dire que oui elle prend acte que tes parents passent avant elle.
J'ai aussi du mal à ne pas envisager une possible attitude de prise de distances progressive mais déterminée de sa part, que je vois couramment chez des gens pour qui la décision est déjà prise de "rompre en douceur"...
Ou alors je comprends mal ?

#

fleursdumal (invité)

le mardi 02 juin 2020 à 21h57

Merci bonheur et LibreAVous .
En temps normal je n'ai pas trop de problème de communications mais en ce moment je me perds totalement.

D'abord LibreAVous, je ne crois pas qu'elle cherche à rompre en douceur, en effet nous continuons à nous voir de temps en temps mais en gardant les gestes barrières ce qui n'a rien de très intimes.
En revanche qu'elle ait envie de prendre un peu ses distances, c'est clair. Comme je le disais parfois je lui en voulais. Il faut préciser qu'à ma connaissance je suis le seul qu'elle dit aimer, je dis bien à ma connaissance. Et au moment du déconfinement j'ai commencé à lui reprocher de dire qu'elle m'aime mais qu'elle ne faisait rien pour temporairement. Je me rends désormais compte que je la faisais culpabiliser pour une situation qui n'était pas sa faute, après qu'elle me le dise clairement lors d'une dispute.

Maintenant je comprends un peu mieux sa prise de distance et je m'en veux car j'ai laissé parlé mes émotions négatives à ce moment là...

#
Profil

LibreAVous

le jeudi 04 juin 2020 à 02h00

fleursdumal
Il faut préciser qu'à ma connaissance je suis le seul qu'elle dit aimer, je dis bien à ma connaissance. Et au moment du déconfinement j'ai commencé à lui reprocher de dire qu'elle m'aime mais qu'elle ne faisait rien pour temporairement. Je me rends désormais compte que je la faisais culpabiliser pour une situation qui n'était pas sa faute, après qu'elle me le dise clairement lors d'une dispute.

Maintenant je comprends un peu mieux sa prise de distance et je m'en veux car j'ai laissé parlé mes émotions négatives à ce moment là...

J'ai été confronté très récemment à exactement cette situation : 2 mois de "j'ai envie d'avoir envie mais j'ai pas envie", "je ne sais pas où j'en suis", refus de principe strict de confiner ensemble pour avancer (je ne voyais personne d'autre et me contrefichais de prendre une amende pour venir la voir), un beau jour "j'ai envie de déconfiner", le surlendemain "ou pas" et re-le surlendemain "adieu".
A la clé une rupture douloureuse au possible, qui me laisse avec beaucoup de questions, aucune certitude, et que des projections pour pouvoir faire mon deuil.
Plutôt que rester transi dans le flou, je fais donc avec ce que j'ai :
- soit elle n'a jamais réussi à m'exprimer et surtout mettre en actes ce qu'elle ressentait, je ne peux pas lui en vouloir mais elle n'a pas non plus su saisir la main que je lui ai tendu chaque jour,
- soit depuis le 11/05 ou avant, j'ai juste sciemment servi de bouche-trou en attendant mieux - hypothèse que je privilégie car quand je rassemble les éléments factuels dont je dispose, je suis quasiment capable de reconstituer son agenda jour par jour et ses priorités qui ont mené à la décision de me remplacer par le premier venu, et quand et comment c'est arrivé. (je précise que je n'ai nullement été indiscret, je suis juste très observateur de métier)
.
Mon avis en conclusion, évidemment très subjectif et un peu à chaud : écoute *toi* avant de l'écouter *elle*, fais d'abord ce que qui te semble bon pour toi, et après, pour elle. Pose-lui ta demande, si elle le veut et qu'elle en est capable, elle y répondra. Sinon, ce n'est pas à toi de compenser.

Message modifié par son auteur il y a 5 mois.

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion