Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Tu manges quoi toi ?

Bases
#
Profil

ScottBuckley

le samedi 27 juin 2015 à 21h11

Ah, manger .... parfois on dirait qu'on ne parle que de cela, même quand on n'est pas à table ;)

Et lors de cafés & pic-nics polys récents à Toulouse (et ailleurs), le sujet de la nourriture & de nos choix gustatifs est (trrrès) souvent revenu .

On s'est même dit plusieurs fois que quand on remet en question quelque chose d'aussi essentiel que notre façon d'aimer, de relationner, + ce qui nourrit notre ventre, notre âme, notre coeur, alors on peut remettre en question encore bien d'autres choses (+) (le capitalisme comme non-choix démocratique ?) .

.... d'où cette question :

tu manges quoi toi ? vous ?

et pourquoi ?

( pour ma part j'ai été végétarien pendant 10 ans de 2000 à 2010 environ, aujourd'hui je ne mange plus de poissons car zéro confiance dans leur élevage, je mange encore de la viande mais pas sûr que ça dure toujours, et j'adore les personnes & régimes qui nous invitent - sans prosélytisme, sans chercher à convaincre l'autre de faire tout pareil - à imaginer autrement notre rapport à l'alimentation, ce geste si quotidien & si essentiel, organique, vital :
slow food, crudivore, végétarien, vegan, sans gluten, bio, freegan, flexivore, locavore .... ;) )

Message modifié par son auteur il y a 5 ans.

#
Profil

RobotEtourdi

le samedi 27 juin 2015 à 22h12

Le fait de voir ce fil (intéressant) classé dans la rubrique "Bases" m'a un peu étonné.

En fait, c'est un propos que j'ai déjà souvent entendu : la remise en question d'une idéologie, en l’occurrence ici la monogamie, amènerait à remettre en question d'autres idéologies jugée dominantes. Et l'on entend alors dire qu'il y a un raisonnement cohérent qui relie le polyamour au véganisme, à la lutte contre le grand méchant capital, aux considérations féministes, écologistes, libertaires, libertines, à la lutte contre les discriminations, à la lutte contre le scientisme, et contre les lobbys pharmaceutiques qui testent leurs produits sur des animaux...

Pourquoi pas. Mais il faut le démontrer.

Moi même, j'inscris le polyamour dans une démarche relationnelle que je juge cohérente avec le féminisme, le libertinage, la lutte contre les discrimination sur critère de genre et de préférences romantico-sexuelle, par exemple. Si on me demande comment je fais le lien entre ces idées, il me faudra l'argumenter. Mais répondre "Dans tous les cas, on lutte contre le système, on remet en question la pensée normative" serait une bien mauvaise argumentation.

Du coup, je m'interroge sur les raisonnements qui relient l'alimentation et les relations (surtout si le lien est tel qu'il s'agisse d'une base du polyamour). Peux-tu m'éclairer ?

Ah et sinon, je mange des pizzas.

#

(compte clôturé)

le dimanche 28 juin 2015 à 12h25

Je mange en écoutant mon corps, c'est-à-dire sans aucune exclusion idéologique, mais en évitant tout ce qui le rend maussade, comme l'excès en quantité et les additifs en tous genres. Pour résumer': viande bio dont je connais les éleveurs, en petite quantité (genre deux fois par semaine), oeufs, lait, légumes et fruits aussi souvent bio que possible, vins, bères et autres alcools artisanaux, petite production, poisson quand je suis en bord de mer, fruits de mer itou. Je ne mange que les oursins que j'ai cueillis moi-même (hélas, il y en a très peu) en prenant soin de ne pas dévaster les fonds.
En gros, je mange et bois de tout modérément, en privilégiant le local, saisonnier et bio, sans fixette non plus: je consomme aussi des légumes surgelés, notamment en hiver. Et j'ai la chance de ne souffrir d'aucune allergie ou intolérance alimentaires.
J'en profite pour poser aux polys vegans purs et durs la question qui me titille depuis un moment: quid des rapports oro-génitauix où ils (elles) peuvent être amenés à consommer des sécrétions humaines, donc animales?

#

(compte clôturé)

le dimanche 28 juin 2015 à 12h31

Par rapport au polyamour: j'évite la surconsommation sexuelle, le sexe marchand aseptisé ou au contraire plein d'additifs censés exciter davantage, Je privilégie les amours dont j'apprécie le mode de culture et de pensée, et je sais que je me suis fourvoyée quand une rencontre me laisse une sensation d'écoeurement, genre "gueule de bois". Ce qui reste rare vu les précautions prises en amont.

#
Profil

Nurja

le dimanche 28 juin 2015 à 22h45

APH J'en profite pour poser aux polys vegans purs et durs la question qui me titille depuis un moment: quid des rapports oro-génitauix où ils (elles) peuvent être amenés à consommer des sécrétions humaines, donc animales?

Un végane rejette l'exploitation animale, pas ce qui est d'origine animale en tant que tel. Donc aucun souci pour avaler sperme ou cyprine, pas plus qu'il n'y a de problème à ramasser une plume que l'on trouve jolie.

L'éthique joue dans mes choix alimentaires tout comme dans mes choix de vie. Je refuse de soutenir l'exploitation des animaux non humains et d'être un rouage de leur souffrance (je refuse aussi, cela dit, l'exploitation des animaux humains).
Et j'avoue ne pas bien comprendre en quoi ce serait mal que de dire "je ne fais pas passer mon plaisir personnel avant la vie (l'intégrité physique...) d'autres êtres sensibles.

Message modifié par son auteur il y a 5 ans.

#

(compte clôturé)

le lundi 29 juin 2015 à 09h17

nurja
Et j'avoue ne pas bien comprendre en quoi ce serait mal que de dire "je ne fais pas passer mon plaisir personnel avant la vie (l'intégrité physique...) d'autres êtres sensibles.

Je ne sais pas si des gens te disent que c'est mal, ce n'est en tout cas pas mon cas, à chacun ses choix, d'autant plus que la question globale en matière de protection des animaux n'est pas si simple. Les aborigènes, très respectueux et connaisseurs de la nature, mangent de la chair animale- notamment du kangourou- les esquimaux mangent du phoque (dont le foie contient moult vitamines) tout simplement parce que les légumes et les fruits sont très rares là où ils vivent. Bref, il ne s'agit pas de "plaisir personnel à manger de la viande", mais de survie.
En revanche, j'ai rencontré des personnes qui refusent les produits comme l'oeuf, alors que quoi qu'il arrive, la poule pond et que cela ne lui fait aucun mal que cet oeuf soit mangé. S'il s'agit de ne pas favoriser les élevages de poules en batterie où les poussins mâles sont éliminés, il est parfaitement possible de choisir des oeufs provenant d'élevages extensifs, en plein air, bio, où les poussins mâles gambadent comme les femelles. Ces "purs et durs" refusant aussi le miel, le lait, la laine... qui ne tuent pas l'animal, c'est la raison pour laquelle je me demandais pour les sécrétions biologiques humaines.

#
Profil

Nurja

le lundi 29 juin 2015 à 13h55

APH
Je ne sais pas si des gens te disent que c'est mal, ce n'est en tout cas pas mon cas, à chacun ses choix, d'autant plus que la question globale en matière de protection des animaux n'est pas si simple.

Oui, c'est parfois ce qu'on me dit. Et dire "moi, je suis raisonnable, je ne me guide pas par des choix éthiques mais j'écoute mon corps", c'est aussi une manière de dire que les choix éthiques ne sont pas raisonnables.
"Chacun ses choix" quand un être sensible souffre, j'avoue, ça passe mal.

APHLes aborigènes, très respectueux et connaisseurs de la nature, mangent de la chair animale- notamment du kangourou- les esquimaux mangent du phoque (dont le foie contient moult vitamines) tout simplement parce que les légumes et les fruits sont très rares là où ils vivent. Bref, il ne s'agit pas de "plaisir personnel à manger de la viande", mais de survie.

Je pense que les personnes venant sur ce forum ne sont ni aborigènes, ni esquimaux et qu'elles ont toutes des supermarchés dans lesquels des alternatives végétales (lentilles, pois chiche, haricots...) existent et donc, pour toutes ces personnes, il s'agit bien de plaisir personnel et non de survie.

APH En revanche, j'ai rencontré des personnes qui refusent les produits comme l'oeuf, alors que quoi qu'il arrive, la poule pond et que cela ne lui fait aucun mal que cet oeuf soit mangé.

C'est oublié les conditions dans lesquelles se trouvent les poules qui pondent ces oeufs et tous les poussins mâles qui sont broyés à la naissance parce que mâles et donc pas susceptibles de pondre (les poulets de chair et les poules pondeuses sont deux espèces différentes parce que sinon ce ne serait pas rentable). C'est oublier aussi que les poules pondeuses finissent en "poulet rôti" au bout d'un an vu que la manière dont elles ont été traitées (avec de la lumière artificielle plus longtemps que la durée du jour pour avoir un oeuf par jour et donc 365/an et non 180 environ par an).

Bref, oui, la question est complexe, cependant, les personnes qui choisissent de refuser certains produits animaux le font généralement parce qu'elles se sont plus renseignées que les personnes qui continuent à les manger "en ne voyant pas le mal".

APH S'il s'agit de ne pas favoriser les élevages de poules en batterie où les poussins mâles sont éliminés, il est parfaitement possible de choisir des oeufs provenant d'élevages extensifs, en plein air, bio, où les poussins mâles gambadent comme les femelles.

Bio ou pas, les poussins mâles sont éliminés. Ne fut-ce que parce que les coqs ne supportent pas la présence d'un autre coq (et aussi et surtout, parce que ce serait coûteux de nourrir des animaux qui ne rapportent rien).

APHCes "purs et durs" refusant aussi le miel, le lait, la laine... qui ne tuent pas l'animal, c'est la raison pour laquelle je me demandais pour les sécrétions biologiques humaines.

Il ne s'agit pas d'être "pur et dur", mais d'être cohérent.
Renseigne-toi sur la manière dont le lait est produit (qui dit lait dit insémination chaque année, veau retiré de sa mère maximum 48h après sa naissance pour le nourrir de manière pas correcte pour avoir une "viande bien blanche", dit aussi vache à l'abattoir au bout de 4-5-6 ans (au lieu d'une vingtaine d'années d'espérance de vie)...
Pareil pour le miel, la laine, etc.

S'il te plait, APH, renseigne-toi sur les motivations des véganes (ne pas participer à la souffrance et à l'exploitation animale). Il n'est aucunement question de "pureté" dans la démarche. Il ne s'agit pas d'une démarche religieuse, on ne gagne (ou ne perd) pas de points en faisant quelque chose ou pas.

#
Profil

Siestacorta

le lundi 29 juin 2015 à 14h00

Pour les sécrétions, la notion de consentement doit pas mal jouer, dans le raisonnement vegan. L'amant participe à l'action volontairement et peut déterminer et expliciter par lui-même qu'il a plus de bénéfice que de préjudice dans l'acte.

#

(compte clôturé)

le lundi 29 juin 2015 à 14h56

@ Nurja: je suis complètement d'accord avec tes arguments, sauf qu'ils concernent l'exploitation industrielle, celle contre laquelle il faut effectivement lutter. Mais en demandant aux gens d'être vegan comme toi, tu convaincras au mieux 10% des gens et ça ne nuira pas beaucoup aux agriculteurs et éleveurs intensifs qui poursuivront leurs dégâts. En proposant aux gens de réduire leur consommation de viande et autres produits animaux à une à deux fois par semaine maxi, et surtout de se fournir uniquement chez des agriculteurs et éleveurs respectueux du bien-être animal, tu as la possibilité de convaincre 30 à 40 des gens car ça ne bouleverse pas brutalement leurs habitudes, et ça sera une lutte réelle contre l'exploitation et les mauvais traitements infligés aux animaux d'élevage intensif.
Pour les oeufs bio: non, on ne tue pas les poussins mâles (je me suis renseignée), ils sont élevés en plein air comme les femelles, comme poulets de chair de qualité, puisqu'il reste tout de même des gens qui mangent de la viande. Idem pour le lait: je connais des éleveurs qui produisent du lait en petite quantité- sans forcer du tout la production avec des additifs à la nourriture, leurs vaches sont au pré- et laissent le veau sous la mère avant de l'envoyer brouter de l'herbe pour qu'il ait des globules rouges (un veau exclusivement élevé au lait pour que la chair reste blanche est un veau anémié, c'est assez dégoûtant). Ces éleveurs tuent une vache par mois sur un troupeau de 50 à 80 bêtes, on ne peut pas parler de massacre. Le tout est de les dénicher, c'est ce que j'essaye de faire quand je vais dans diverses régions, car je persiste à penser que le vrai combat n'est pas la survie de l'animal à tout prix, mais l'élimination, faute de demande- de l'agriculture et de l'élevage intensifs.
Détail surprenant que j'ai découvert en faisant des recherches sur le sujet: il y a eu au cours de l'histoire une loi sur la protection des animaux extrêmement stricte, notamment sur les conditions d'élevage et de traitement des animaux. Elle a été votée sous le IIIème Reich, dont le chef, végétarien et amoureux des chats, s'appelait Adolf Hitler. Comme quoi les meilleures intentions du monde peuvent voisiner avec les pires exactions...

#

(compte clôturé)

le lundi 29 juin 2015 à 14h57

Mais ceci nous éloigne fortement du polyamour :-D

#
Profil

Nurja

le lundi 29 juin 2015 à 15h11

Siestacorta
Pour les sécrétions, la notion de consentement doit pas mal jouer, dans le raisonnement vegan.

J'espère qu'il n'y a pas que les véganes qui s'intéressent au consentement (enthousiaste) de leurs partenaires.

Pas envie de prendre le temps de répondre à tout, APH. Juste une chose : Hitler n'était pas végétarien (si tu veux en savoir plus : www.vegmundo.com/divers/portraits/hitler-tait-il-v...
(à ce jeu-là, je peux lister tous les dictateurs/massacreurs et autres omnivores... hum)

Pour le reste, à nouveau, ça peut vraiment être utile de se renseigner avant d'écrire (oui, nous sommes loin du polyamour, ce n'est pas moi qui ai lancé le sujet).

edit : Hitler https://www.youtube.com/watch?v=Hf-KkI2 ... e&t=12m38s (environ 1minute)

edit2 : version en images : https://vegeweb.org/post494592.html#p494592

Message modifié par son auteur il y a 5 ans.

#
Profil

Siestacorta

le lundi 29 juin 2015 à 18h45

Nurja
J'espère qu'il n'y a pas que les véganes qui s'intéressent au consentement (enthousiaste) de leurs partenaires.

Beh non, mais en revanche, je pense que la notion d'exploitation est partiellement liée à celle de consentement, non ?

#
Profil

bodhicitta

le lundi 29 juin 2015 à 22h56

Tout ça me fait penser à un truc qui me tape sur les nerfs en se moment, pour identifier l'exploitation comme tu le fais siesta il faut avoir une pensée globale. Et ça, ça manque à un peu trop de monde.

Pour en revenir (un peu) au sujet, pas loin de chez moi (en parc naturel) un projet d'usine aux animaux (comme il en fleurissent ailleurs) 1400 veaux dans 2 stabu' ou on veut leur faire doubler de poid en 6 mois, se monte.
étant contre (voulant lutter contre) je me suis renseignée, rapprochée de personnes, au début bien heureuse de voir qu'une asso semblait déjà organiser une manif, diffuser des affiches et flys, j'ai demandé un envoi, je me suis rendue compte que le texte du fly n'était pas celui que j'avais sous les yeux sur ordi, vraiment, purement et simplement contre l'abattage sans étourdissement,
en cosant j'ai appris que cette asso rejetait dans toutes leures manifs d'autres formes de luttes, ou d'autres raisons d'etre contre.
dans ce cas on peut etre contre se projet pour des idées anti capitalistes, écologistes, bien étre animal, libertaires etc

Une vision globale permet de voir aussi que tout est lié au rapport qu'on a, à la domination, au pouvoir je pense.
Ca fout les boules parceque à cause de ça, pour etre ceux qu'on voit le plus, mener la danse, cette asso rejette toutes les autres raisons de lutter.
Qui ne serait pas le cas si ils avaient une vision globale, je pense.

:-/ Désolée mais c'est presque pas hors sujet... :-/

Message modifié par son auteur il y a 5 ans.

#

(compte clôturé)

le mardi 30 juin 2015 à 14h16

@ Nurja: j'ai vu et lu tes références, qui émanent toutes de sites veganfriendly. J'en ai lu d'autres, dans des livres documentés sur l'histoire du IIème Reich et sur Internet, qui disent le contraire, donc je ne me prononce pas sur qui détient la vérité.
@ Bodhicitta: très intéressante, ta remarque sur la vision globale, assez bien exprimée par cet article:
blog.ecologie-politique.eu/post/UQM-veganisme

Cela dit, on est loin du vrai combat qui est celui contre l'élevage industriel et pour une planète sans pesticides, sans exploitation de petits agriculteurs et éleveurs qui meurent chaque jour dansle monde de misère, sans transports polluants pour apporter leur nourriture aux citadins, sans textiles synthétiques à base de pétrole et autres produits chimiques...
... et encore plus loin du polyamour :)

#
Profil

bodhicitta

le mardi 30 juin 2015 à 15h52

Pas si loin que ça quand on y pense, enfin tout dépend de ce qu'on met dans les mots.

enfin plus en rapport avec l'anarchie relationnelle, car là il n'est pas question de domination de qui que ce soit sur qui que ce soit, pas de hiérarchie.
Quand au polyamour est (à mon sens) le fait d'avoir (la possibilité) d'avoir différents amours, et on peut aimer la domination.

APH: je pense que tu as raison de souligner la difference entre les Usines aux annimaux et les petits élevages ou les animaux sont respectés, soignés.
Et la viande d'animaux chassés? ça passe? je suis p t etre pas aborigène, mais indigène (hé oui, je suis née et j'ai grandi ou je vie) et donc je mange de temps en temps de la viande provenant de la chasse (ça c'est rare mais c'est arrivé) ou de la volaille ou autre que j'ai vu gambader dans le jardin à des amis ou ce genre d'élevage

Merci pour le lien j'vais regarder ça!

Message modifié par son auteur il y a 5 ans.

#
Profil

Nurja

le mardi 30 juin 2015 à 18h24

APH, l'article que tu références considère que tous les véganes pensent pareil.
C'est aussi stupide que de penser que tous les polyamoureux pensent pareils.
Si tu te bases sur de telles sources, je comprends mieux que tu aies de tels préjugés sur les personnes qui font le choix du véganisme.

J'avoue avoir eu des doutes dès le début en lisant "Alors que dans mon entourage chacun-e tend à se flageller de ne pas être encore strictement végétarien-ne ou végan-e et que l'idée que l'élevage, c'est de la merde, commence à s'imposer". L'auteure doit vivre sur une autre planète que moi.

#
Profil

Apsophos

le mardi 30 juin 2015 à 22h42

Moi je mange n'importe quoi du moment que c'est pas cher, donc ça inclut des saucisses d'aggloméré de déchets de boucherie, des œufs de poules sous respirateur nourries par un tube dans le jabot, des légumes frais venant de Hongrie par camion et des légumes secs de Bolivie.

#
Profil

Lili-Lutine

le mercredi 01 juillet 2015 à 09h18

Je mange comme j’aime, au pluriel donc (+)

Par moment j’hésite, je regarde et je réfléchis à ce que je mange, exactement comme à qui j’aime , mes choix alimentaires comme mes choix de relations sont examinés à la loupe de mon éthique.

Par moments je suis attirée par la nouveauté , à d’autres moments le côté exotique ou différent me tente moins.

Par moment l’audace fait fi de mes envies et de mes désirs et là presque à chaque fois c’est un peu la gueule de bois, après ….

Par moment je me laisse juste porter par mes vrais désirs et là c’est toujours bon pour moi.

Parfois je suis goulue et fantasque , parfois je suis prudente et raisonnable :-D

J’aime comme je mange :-)
Je mange comme j’aime :-)

Message modifié par son auteur il y a 5 ans.

#
Profil

ScottBuckley

le mercredi 01 juillet 2015 à 17h17

RobotEtourdi
( ... )

Du coup, je m'interroge sur les raisonnements qui relient l'alimentation et les relations (surtout si le lien est tel qu'il s'agisse d'une base du polyamour). Peux-tu m'éclairer ?
( ... )
Ah et sinon, je mange des pizzas.

à RobotEtourdi :

En fait à mes yeux il n'y a pas de cause à effet obligatoire qui " relieraient alimentation & relations " , je me permets juste de faire le lien entre deux verbe qui sont à la base de la pyramide de mes besoins essentiels 'de bases' (dans ma pyramide de Maslow) : se nourrir, dormir, et relationner, aimer .

Et comme lors de cafés polys on s'est rendu compte qu'on était plein à ne pas avoir de télé + à ne pas manger comme une majorité de personnes (dont la norme nationale en France serait : viande et/ou poisson cuits + pas local + avec gluten , au moins une à deux fois par jour) , ça m'intéresse de savoir comment d'autres membres du forum mangent :
cru, cuit, végé, vegan, sans gluten, bio, local, slow, ... ou autre ;) !

#

(compte clôturé)

le samedi 04 juillet 2015 à 00h29

Bonsoir,

Le sujet est original et à mon sens est à la limite de déraper (je dis bien à la limite!)
Je vais donc faire simple:

- Je mange de tout, et en premier lieu ce qui est bon, même si ce n'est pas forcément sain! (exemple, aujourd'hui, malgré la chaleur, un aligot!). Je peux manger aussi bien une salade composée, une tarte salé faite maison, que des Bun's ou un repas Mac Do!
En clair, je ne fais pas de discrimination alimentaire! En plus, j'ai la chance de ne pas prendre de poids, donc, je ne me retiens pas sur les quantités! je fais juste attention à ne pas me rendre malade par indigestion!
- Sur le plan idéologique, je ne suis pas loin d'être pareil que ce que je mange: je ne fais pas de lutte libertaire, ni de manifestation de type NIMBY! Je cherche juste à comprendre le pourquoi du comment avant de me décider, et je cherche aussi si le rapport de force permets d'espérer une chance d'être du côté de la raison! Ce n'est pas du fatalisme: au lieu de perdre son énergie pour des causes perdues d'avance, autant l'employer pour ce qui peut être réalisé! Je suis d'abord prêt à discuter avec l'adversaire, pour le comprendre, et voir si je peux lui faire changer, sinon d'avis, du moins de réduire son action ou la rendre tolérable. Et si cela ne marche pas, alors oui, si je peux, je lutte. Mais pas aveuglément!
- bref, je suis pas difficile, juste un incorrigible optimiste qui aime profiter de ce qu'il y a plutôt que de se plaindre de ce qu'il faudrait!

Dernier point: en amour, c'est pareil: si on veut bien de moi, si la relation reste agréable, alors, peu importe qui c'est. Je ne changerai pas (ou presque) pour qui que ce soit, je ne demanderai pas à l'autre de changer pour moi! Je ne suis pas parfait, donc, pas besoin que la ou le partenaire soit parfait!
en bouffe, c'est pareil!

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion