Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Je suis polyamoureuse ??

Témoignage
#
Profil

clanarchie

le samedi 16 mai 2015 à 22h53

bonsoir

je suis ravie d'avoir mis la main sur ce site que je parcours avec réconfort depuis quelques jours.

j'ai 33 ans très bientôt et je vis en couple depuis plus de 10 ans. Quand nous nous sommes rencontrés, la question du "contrat de couple" ne s'est pas posée, nous avons "signé" instinctivement pour ce qu'il y a de plus classique : on vit ensemble, on partage a peu près tout, on fait des enfants ensemble, on part en vacances ensemble, on sait globalement toujours où se trouve l'autre, avec qui et ce qu'il y fait, on est fidèle sexuellement...
Ca a fonctionné avec bcp de bonheur et sans encombre pendant 7 ans environ. L'équilibre tenait au respect réciproque des envies et liberté de l'autre : il ne s'est jamais offusqué que j'aille passer le we chez des amis sans lui, lui partait en tournée des semaines entières sans que je ne m'inquiète de rien. Notre petite fille est venue bouleverser et renforcer tout ça. Bref, ça fonctionnait sans que personne ne semble se poser de questions.

Il y a 4 ans, un été, j'ai ressenti un émoi certain pour un ami, mon premier petit copain quand nous avions 17 ans, mon meilleur pote maintenant. Cette attirance semblait être enterrée depuis tout ce tps et a ressurgie subitement... Sans suite cet été là.
Mon homme, parti en tournée depuis 1 mois et rentré quelques jours plus tard et j'ai appris (je vous passe les détails) qu'il avait rencontré une nana pour qui il avait eu un gros coup de cœur, pour ne pas dire coup de foudre. Ns en avons parlé sereinement : je lui ai répondu que ça ne me surprenait pas, ne me choquait pas et que s'il voulait vivre quelque chose avec elle, ça le regardait et qu'à priori, ça ne me ferait pas mettre fin à notre histoire (au moins en théorie, difficile de savoir comment on vit les choses dans la pratique). j'a fini en lui disant que ce qui m'importait, c'était que quand il était avec moi, à la maison, qu'il aie envie d'y être et qu'il ne soit pas tjrs en train de rêver d'autre chose. Bref, à ma grande surprise, j'ai vécu ça très sereinement.
Pour lui, ça a été très compliqué, il a mis fin à ses échanges avec cette nana, ne l'a jamais revue et a finalement bouffé 6 mois de psy pour gérer une espèce de culpabilité qui l'envahissait (il a une enfance un peu compliquée, ça en a fait un artiste génial mais un peu torturé!)

j'ai parlé de ma réaction à des amis proches, surtout des mecs qui ont tous été très choqués de ma réaction "t'es sûre que tu 'aimes encore", tu ne fais rien pour le retenir"... bref, bonjour la cupabilité.

Depuis 4 ans, nous en avons souvent reparlé ; j'ai mis sur la table la question de notre droit individuel à une intimité qui ne regarde pas l'autre, le droit de disposer de notre cœur et notre corps s'en avoir à se justifier mutuellement. Nous sommes arrivés à un accord : on a le droit d'aller voir ailleurs pourvu que l'autre ne le sache pas, que ça ne soit pas une relation suivie et qu'on ne touche pas à nos potes communs... lui m'a quand même dit une fois que de son côté, il n'irait de toute façon pas "voir ailleurs" mais qu'il acceptait que ça puisse être différent pour moi.

Cette entente m'a paru satisfaisante quelques mois. Elle m'a permis de renouer intimement à quelques occasions avec mon "émoi d'adolescente" mais rien de plus.

La réalité de notre "accord" n'était en fait pas réaliste par rapport à l'organisation de notre vie : comment rencontrer, flirter, passer la nuit avec un autre alors que là où on habite, on connait un nombre infini de personnes et que pour ma part, je ne souhaite pas mettre mon conjoint dans la position de "cocu" si des connaissances me voient avec un autre.

Bref, un bel accord de principe mais irréalisable... et surtout, pas très honnête : sur un site de rencontre, j'ai finalement rencontré un mec avec qui j'ai une relation idéale depuis 6 mois. Lui aussi est en couple. On partage des moments très intense sexuellement et au dela de ça, on s'entend vraiment très bien. Lui et moi n'avons pas d'autres projets communs que de vivre cette relation intime comme elle est aujourd'hui : pas de souhait de rompre nos relations actuelles pour construire quelque chose ensemble. bref,c'est le pied.

Je n'ai aucune culpabilité de vivre cette histoire, je me sens tout a fait dans mon droit. Mon gros pbl, c'est que pour la vivre, je suis obligée de mentir à mon conjoint... il faut inventer une bonne copine et une soirée pyjama pour pouvoir découcher. Et ça, ça me gêne bcp.
j'y pense énormément et c'est tout la dimension du couple que je suis en train de remettre en question. je n'ai pas du tout envie de mettre fin à mon histoire avec mon conjoint que j'aime énormément mais j'ai envie de vivre ... libre.
Je voudrai souvent habiter ailleurs, et décider des moments que nous vivons ensemble plutôt que de décider de ceux que justement, nous allons passer séparer.

Il est ouvert à parler de ce sujet mais comme je vais assez loin dans ce que j'aimerai remettre en question, je suis en train de lui écrire une longue lettre qu'il découvrira dans quelques jours, quand je serai en déplacement pro, pour qu'il ai le temps d'y penser (je lui glisserai aussi quelques reportages sur le sujet et la fameuse "salope éthique"). j'espère que ça ne sera pas un trop gros choc :-)

désolé pour le pavé (et les fautes qui doivent le parsemer, je suis un peu paresseuse à me relire)... mais c'est une longue histoire et c'est agréable de pouvoir la partager. Qu'en pensez vous? Que me conseillez vous? Qui suis-je??????

#
Profil

Nurja

le dimanche 17 mai 2015 à 08h16

Discuter, discuter et encore discuter.
Voir s'il veut toujours "ne rien savoir".
Voir si c'est possible pour lui que tu lui dises simplement que tu passeras la nuit ailleurs sans préciser avec qui et pour quoi.
Voir si c'est possible pour lui qu'il sache simplement si tu es avec lui ou si tu es ailleurs.

Je ne suis pas sûre qu'un courrier soit la manière la plus efficace pour aborder le sujet (quand je l'ai fait, ça a rarement été positif).
Par contre, laisser trainer "la salope éthique" (du moins s'il est curieux et aime libre), pourquoi pas.

#
Profil

clanarchie

le dimanche 17 mai 2015 à 08h51

J'ai toujours passé des nuits dehors. Avant, chez des copines ou copains"sans ambiguïté". Il savait toujours où j'étais. Il y a 15 jours, pour la première fois, j'ai dormi ailleurs et je ne lui ai pas dit où, ça n'a pas semblé poser de pbl. Je remets ça mardi soir et je ne lui dirai rien non plus... et c'est sûr que derrière, nous en reparlerons. j'ai besoin de savoir ce qui se passe dans sa tête à ces moments là.

Ce sujet, ou plus largement celui de la manière dont nous concevons notre couple, nous en avons toujours parlé, encore plus depuis 4 ans où les périodes heureuses et galères se succèdent. Les longs courriers, je les aime. Nous nous en écrivons rarement mais je trouve que cela espace les temps de discussions, c'est très agréable. IL n'y apprendra rien de particulier, juste mon souhait de rebattre les cartes de notre histoire et de pouvoir éventuellement vivre sans me cacher d'autres histoires avec d'autres hommes. Le fait de devoir se cacher, pour ne pas qui le sache lui, je ne peux en parler à personne... or je n'ai pas honte du tout de ce que je vis, même si je sais que les réactions des autres seront peut_être parfois blessantes.

#

(compte clôturé)

le dimanche 17 mai 2015 à 10h32

Bonjour Clanarchie, bonjour tout le monde ;),

A la lecture de ton message, il m'est venu tout de suite une réflexion : vos besoins semblent différents autant que vos personnalités.

clanarchie
Pour lui, ça a été très compliqué, il a mis fin à ses échanges avec cette nana, ne l'a jamais revue et a finalement bouffé 6 mois de psy pour gérer une espèce de culpabilité qui l'envahissait

Toi, d'après ce que tu écris, tu sembles vivre les choses comme elles viennent et profiter des moments partagés, sans qu'ils aient sur toi la moindre notion négative.
Pour lui, ce n'est pas du tout le cas. S'il a eu une enfance compliquée, il ressent certainement des peurs face au futur (pour lui, pour toi, pour vous, pour vos enfants...) très certainement stressant pour lui. Ça créait des verrouillages chez lui que seul le dialogue (par écrit et verbal) peuvent déverrouiller. De plus, il est artiste. Ça prédispose une sensibilité particulière (peut être hypersensibilité ?) aux émotions et sentiments...

Les choses ont l'air bien enclenchées (engagées) c'est à dire qu'il n'a pas l'air fermé à cette liberté d'agir et de vivre que tu réclames.
La chose essentielle à prendre en compte et tu as dû le lire un peu partout ici, c'est de RASSURER l'autre. Souvent, par touche régulière, inlassablement...sur les sentiments que tu lui portes et ta volonté de ne rien changer à votre vie à tous les deux parce que c'est lui, parce que c'est vous et parce que c'est un choix et pas une obligation. Et qu'effectivement si tu prônes cette liberté que tu ne veux pas lui imposer, c'est aussi et surtout, pour que votre vie soit un choix et en aucun cas une obligation.

L'écrit c'est bien. Ça permet à l'autre de s'imprégner des mots (pour lutter contre ses maux). Mais ça demande justement de bien les choisir et de laisser à l'autre le temps de les digérer tout en restant ouvert à la discussion. Dans ton cas, si tu ne pars pas pour 1 mois, l'écrit c'est bien. Mais surtout rassure le. Sinon un retour chez le psy sera nécessaire ;)

Quant à ce que tu es, au fond est-ce si important de se mettre une étiquette ? Et si tu es arrivée ici, c'est qu'au fond, tu as peut être déjà ta réponse :D

#
Profil

bonheur

le dimanche 17 mai 2015 à 11h26

Autre livre intéressant : "vertus du polyamour" de Yves Alexandre Thalmann et "aimer plusieurs hommes" de Françoise Simpère (voir sujet de discussion sur son éventuel réédition)

#
Profil

bonheur

le dimanche 17 mai 2015 à 11h28

Je ne veux pas reprendre le post de Granita que je trouve pertinent dans son intégralité.

#
Profil

Nicolas_Fox

le dimanche 17 mai 2015 à 15h33

Bonjour,

D'après mon expérience (car je ne peux parler que de cela) avec les couples de mes ami(e)s et de ma famille, le mensonge ou la simple omission ne sont pas des comportements sain. Cela amène toujours un malaise dans la tête de celui qui le pratique. Quand bien même cette personne pense que cela ne soit pas le cas. Et cela se ressent toujours chez l'autre, entraînant chez lui/elle un doute et un malaise encore une fois. Au mieux on se contente de vivre avec le malaise, au pire le malaise nous ronge de l'interieur et cela peut alors aller très loin, autant pour le couple que pour la psyché de ses membres.

Il n'y a pas d'autre solution que la discussion et le partage de son ressenti. Autrement on se voile la face, on imagine des choses chez l'autre et souvent à tort. Lorsque l'on dit les choses, on se libère de ce poids premièrement, mais aussi de la peur qui y est lié. Et très souvent, bien plus qu'on ne le pense, l'autre est à même de comprendre.

Concernant la question dans ton titre, es tu polyamoureuse ? De ce que tu expliques de ton ressenti, oui. De ce que tu expliques de ton couple c'est plus discutable.

Certes vous avez un accord, stipulant que l'autre ne doit pas (et ne veut pas) savoir. Cependant pour moi ce genre d'accord n'est souvent là que pour se rassurer ou rassurer l'autre et faire bonne figure. Vous n’êtes pas réellement libre dans cet configuration car pour chacun d'entre vous pense que l'autre est exclusif.

Enfin concernant la dimension du couple, c'est un travail énorme en effet. Dans mon couple nous partageons tout depuis douze ans, faisons tout ensemble aussi.

Hors depuis que nous nous sommes ouvert au polyamour ma compagne a beaucoup de mal à allez voir son amoureux sans s'assurer que je sois d'accord plutôt que de simplement me prévenir. Et moi même j'ai beaucoup de mal à sortir et aller vers d'autres femmes sans une pensée pour ma compagne et mon couple. Je pense que l'on ne peux pas défaire les habitudes aussi simplement mais qu'il faut se forcer et lâcher prise pour notre bien à chacun.

Donc discussion, discussion et encore discussion. Jusqu'à ce que tout devienne simple si cela est possible.

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion