Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

**** Une Amitié particuliere ****

#
Profil

Siestacorta

le mardi 30 avril 2013 à 17h01

bodhicitta8

Si tu enlèves le coté morale, tu enlèves la franchise et l’honnêteté... qui pour moi et la base de toutes relations quelle qu'elles soient.

La morale, c'est pas forcément un bien, hein, c'est une idée du bien.
Le libertinage peut être vu comme contre la morale, comme le polyamour, les relations hors-mariage, la séduction par les femmes, l'avortement.
Une morale est généralement celle d'une époque et d'un lieu (on peut en faire la généalogie, donc elle ne vaut pas pour tous).

#
Profil

bodhicitta

le mardi 30 avril 2013 à 17h10

litteljhon
bon ok j'suis d’accord avec toi alors! (+)
m'enfin le coté moralisateur ne fait heureusement pas parti de ce que je suis, m'énerve fortement au passage, tout en me retrouvant totalement dans le polyamour.
Pour moi il suffit d'étre claire avec son compagnon et nous méme, si toutes relations autres sont consenties dans la relation il n'y a aucunement besoin de ne pas suivre ses envies, pulsions, attirances du moment méme

Message modifié par son auteur il y a 7 ans.

#
Profil

bouquetfleuri

le mardi 30 avril 2013 à 17h15

Je trouve terrifiantes toutes les discussions sémantiques sur le polyamour.

Non qu'elles vaillent la peine d'être menées, mais parce qu'il me semble que sur un forum, quand on parle du mot, on ne parle pas de la chose alors que chacun est dans le même concept : à savoir, comme le dit bien LiliLutine, bâtir une éthique qui permette de conduire sa vie relationnelle, ce que (conduire la vie de son envie) n'autorise pas la morale.

De même si on essaie de séparer le sexe du sentiment, on va avoir du mal ensuite à se rendre compte que notre sexualité, quelles que soient les pratiques, est la totalité de notre histoire.

Or, des différences existent, mais on ne peut pas les inscrire dans des mots communément employés, on les réalise dans des expériences multiples et variées qui sont toutes légitimes.

Parlons plutôt de ces différences, pour être sûr d'échapper au débat sur la morale.

Bon, je suis d'accord, "terrifiantes" est un peu fort. Sujettes à question, alors ?

Message modifié par son auteur il y a 7 ans.

#
Profil

bodhicitta

le mardi 30 avril 2013 à 17h20

oui Siestacorta, tu fais bien de me le rappeler, humm la morale dépend de chacun et de l'époque.
Comment dire alors? Les limites que l'on se donne? grrr "limites" doit te donner froid dans le dos, comme moi. Régles de vie p t etre?
pfff c'est comme polyamour, c'est "que" des mots qui n'arrivent que rarement à exprimer ce qu'on veut vraiment dire.

Message modifié par son auteur il y a 7 ans.

#
Profil

Lili-Lutine

le mardi 30 avril 2013 à 17h49

Morale => extérieure à soi, portée par la société (ensemble des valeurs et des règles de vie)

Ethique => Qui vient de soi, appropriation des règles de vie que l’on met en place soi-même

Les valeurs peuvent être les mêmes

Un rapide raccourci à la hache ! (+)

#
Profil

melanie

le mardi 30 avril 2013 à 18h41

En même temps, Bouquetfleuri, le mot a ses vertus. Serions-nous là, sur le forum et dans les cafés-poly, si on ne l'avait pas rencontré à un moment où à un autre de notre existence?

Avant, on n'avait que des mots pour penser la non-exclusivité sexuelle: échangisme, libertinage, maintenant on en a pour penser la non exclusivité sentimentale, et ça nous aide à penser que c'est possible, il me semble.

#
Profil

SENSUALITE30

le mardi 30 avril 2013 à 19h04

Quoiqu'il en soit , je trouve cela génial d'éprouver des sensations fortes avec deux personnes , sans faire de mal à personnes. mais je pense que ce n'est pas ouvert a tout le monde.

#
Profil

bouquetfleuri

le mardi 30 avril 2013 à 19h05

Oui melanie, bien sûr, et loin de moi l'idée de rejeter les mots, bien au contraire. Les étudier, les décortiquer nous enseigne souvent pourquoi et comment nos idées s'organisent.

Je n'ai simplement pas envie que l'on s'enferme dans des impasses. Par exemple, si on distingue le sexe de l'amour, on aura beau tout savoir sur le sexe, on ne saura rien de nos tiraillements. Si on distingue le polyamour du monoamour, on ne saura rien des tensions nécessaires du désir etc.

Je dis qu'à analyser de trop près des termes qui représentent de toute façon quelque chose de différent pour chacun, on s'empêche de penser globalement les différences.

Mais évidemment, il faut faire l'effort de cerner chaque terme, et voir ce qu'il véhicule pour chacun de nous.

#
Profil

LuLutine

le jeudi 02 mai 2013 à 18h47

Ah, pauvre Sensualité, le fil a bien dévié de ta préoccupation initiale ! (enfin je trouve)

Pour ma part, je passe juste par ici pour te répondre ;)

SENSUALITE30
[...]J'appelle cela une "amitié particulière" .

Pensez vous que l'on peut classer ce type de relation dans le Polyamour ?

Oui, dans la mesure où tous les protagonistes (ta femme comme ton "amie particulière") sont au courant de la situation et y consentent, pour ma part j'estime que tu es en plein dedans. :)

Et si tu es "en recherche active", n'oublie pas que polyamour.info n'est pas un site de rencontres ! Par contre, je peux te conseiller de t'inscrire sur okcupid par exemple, c'est assez efficace pour trouver des personnes qui partagent ton point de vue. Bon, il vaut mieux parler anglais, cela dit tu peux toujours rédiger ton profil en français, surtout si tu ne vises que des membres francophones.

#
Profil

SENSUALITE30

le jeudi 02 mai 2013 à 23h40

merci LuLutine!

En effet la conversation a pris des chemeins de Traverses ! et je ne comprenais plus trop !!
Merci pour le lien vers okcupid. ! J'irai voir.

Bonne fin de Soirée. Au plaisir.

#
Profil

Anarchamory

le samedi 04 mai 2013 à 14h52

LittleJohn
Et si on veut vraiment faire un distinguo entre le polyamour et le libertinage (dans un couple), amha, il se trouve au niveau de la liberté acceptée vs la permission accordée et contrôlée.

Et si je dis que la différence entre le polyamour et le libertinage, c'est que dans le premier cas on accepte l'amour qui peut naître de la baise, tandis que dans le second cas on s'y refuse, est-ce que ça te va ?

En tout cas, je me défends radicalement d'être un moraliste ou de dire que le sexe pour le sexe c'est mal. Tout ce que j'ai voulu faire, c'est de tenter une clarification de concepts. Mais le sexe pour le sexe ne me choque pas. Simplement, je crois qu'il finit par créer du lien affectif, voire intellectuel, donc il ne reste pas "sexe pour le sexe" indéfiniment, même si le sexe a été premier, sauf si on se refuse à la création d'un tel lien. A titre personnel, une relation basée sur le sexe pourrait m'intéresser, à partir du moment où, de part et d'autre, on ne se ferme pas à l'émergence possible de sentiments amoureux.

#
Profil

ScottBuckley

le samedi 04 mai 2013 à 16h02

Bonjour,

@ à MetaZet : et si on remplaçait ' amour ' (dans ta phrase ci-dessus) par affections, ou par ' relations affectives ' (plurielles, multiformes, ou autres), là cela me parlerait encore davantage...
Car cela reste plus large, cela permet d'inclure les sensations (du corps) et les sentiments (de l'âme, du coeur), sans pour autant les rendre obligatoires.
( fr.wikipedia.org/wiki/Affect )

Le verbe aimer est très large (dans les utilisations et sens qu'on lui donne), et rempli de relations affectives très différentes les unes des autres (avec ou sans sentiment amoureux, avec ou sans sexe, avec des relations souples et libres d'évoluer...).

Car à mon humble avis, les relations affectives, sensuelles, intimes, et les amitiés sexuelles, ont toute leur place dans la vaste galaxie polyamory (ce qui ne serait pas le cas si on utilise le mot 'amour', trop connoté, même avec un 'a' minuscule, il semble trop capital) .

Vois-tu ce que je veux dire ? Qu'en penses-tu ?
Qu'en pensez-vous ?

#
Profil

Anarchamory

le samedi 04 mai 2013 à 16h26

Je suis d'accord. Et ce d'autant plus que je préfère parler d'amitié que d'amour pour me faire comprendre, quand j'essaye de défendre le polyamour, car pour beaucoup, l'amour c'est la cristallisation stendhalienne (donc une sorte d'absolu illusoire qui se prend beaucoup au sérieux...).

#
Profil

Geraldin-e

le samedi 04 mai 2013 à 17h28

Bonjour,
Intéressants échanges.
Assez d'accord avec GreenPixie ci-dessus.
Je pense que pour tout un chacune soit "heureux", il faudrait petit à petit sortir de toutes les catégories, briser les frontières, être libre, et "s'autoriser" à vivre toutes sortes de relations simplement.
D'autant qu'on ne sait pas exactement ce qu'est l'amour (avec ou sans majuscule) finalement, même si on sait que ça existe, que ça peut exister.
Tout est très bien, si on se respecte, qu'on respecte l'autre (les autres) et les consentements : amitié, amour, affection, coopération, sexe pour le sexe, désirs sexuels, désirs d'actions communes, etc.

Il est important de parler de polyamour, de témoigner qu'on peut avoir des relations affectives libres et au grand jour avec plusieurs personnes plus ou moins parallèlement. Car ça libère beaucoup et on commence à briser pas mal de carcans inutiles et néfastes.
Pour autant, pas la peine de mettre des frontières précises, car où se situe au final la frontière entre l'amitié et l'amour, le désir sexuel et l'attachement, le partage et l'affection, certaines formes de libertinage et l'amitié, l'affection et l'amitié, la complicité et l'amour ? On ne sait pas trop, et en fait je pense que ça va dépendre plus de ce que les personnes ont dans la tête, de leur façon de vivre et penser les choses, de les envisager, que des types de relation en elles-mêmes.

On est tous.tes tellement imprégnées de notre éducation et culture, qu'on a du mal à ne pas se rattacher à des catégories identifiées : couple, homme, femme, hétéro, homo, bi, amitié, amour, libertin, etc.
Et c'est génial de voir sur ce forum des personnes qui essaient d'être libres ensemble par rapport à tout ça.

#
Profil

Anarchamory

le samedi 04 mai 2013 à 17h43

Je pense au contraire qu'il n'est jamais mauvais d'essayer de mettre un peu d'ordre conceptuel dans tous nos ressentis, nos inclinations, nos relations, etc. histoire de pouvoir en discuter avec d'autres. Après, ça ne veut pas dire que ces catégories soient absolues et hermétiques, mais si tout devient le synonyme de tout, on en arrive finalement à des situations où un(e) monogame compulsif(ve) pourra estimer laisser son conjoint vivre le polyamour, puisqu'il (elle) l'autorisera à avoir des ami(e)s... A l'inverse, certains arguments contre le polyamour ne sont pas forcément insensés mais reposent sur une conception de l'amour qui n'est pas forcément celle qui prévaut dans le polyamour (par exemple, si on définit l'amour comme exclusif par essence, alors il est bien évident que le polyamour est erroné car auto-contradictoire).

#
Profil

Geraldin-e

le samedi 04 mai 2013 à 17h57

Oui tu as raison, faut essayer aussi de nommer les choses, notamment pour pouvoir discuter et se comprendre.

Je ne voulais pas dire, je crois, que tout est synonyme/équivalent, mais qu'il y a de multiples manières de vivre les "types" de relations suivant les personnes, et aussi que peut-être, avec une certaine "intensité" de liberté, d'ouverture, de respect mutuel, les frontières entre les différents types de relations deviennent plus floues, que tout pourrait tendre à fusionner en quelque sorte.
On serait alors dans l'optique de vivre ce qui arrive plutôt que de se poser des questions sur "est-ce de l'amitié ou de l'amour, un simple désir sexuel ou de de l'affection".
Mais on n'en est pas là, je suis vite dans la fiction, l'utopie, pardon.

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion