Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Monoamour.info : contre-défense et illustrations du monoAmour

Monogamie
#
Profil

ScottBuckley

le mardi 05 mars 2013 à 16h23

Ce week-end, alors que le mot “polyamour” avait été prononcé dans un café-concert (…par moi-même : on m’y avait un peu encouragé ;) ) , une personne s’est exclamée sur un ton presque colérique et définitif :

- “ Oh non, le polyamour j’ai déjà essayé, ça n’a pas marché pour moi et c’est trop compliqué ! ”.
Ce à quoi je lui ai demandé, sur un air semi-interrogatif : - “ Ah bon, parce que la monogamie avec la même personne durant 60 années ça n’est pas “compliqué” et ça ne pose pas de problème ? ” .

Bien sûr ma question était un brin provocante, mais pourquoi faire comme si on avait affaire à deux blocs (par exemple : monogamie / Versus / amours plurielles) et à deux modes de vie étanches et avec contrat garantissant le bonheur à vie, en CDI ? Aucun mode relationnel ouvert ou fermé ne peut garantir cela. Et d’ailleurs la lettre I de CDI signifie à durée Indéterminée (et non “illimitée”).

En cas de faillite (du couple, ou de l’entreprise), le CDI est rompu, et cela arrive plus que fréquemment.

Alors parfois je pense à ce à quoi ressemblerait un site de type monoamour.info (d’ailleurs l’un des administrateurs de ce site m’y a fait pensé un jour lors d’une conversation riche d’ironie ! ^_^ ).

Que trouverait-on sur ce site (s'il avait besoin d'exister) ?

“Monogamie : Le contrat de confiance” (façon darty)

“ Avec Mon monoAmour, la Saint-Valentin c’est tous les jours ! ”

“ La monogamie de mon couple me protège des dangers extérieurs ”
(ennui, solitude, loyer trop cher à payer à moi seul-e, pieds gelés et couette froide… Et avantages mis en avant : bouillote humaine poilue ou épilée fournie dans la literie, absence de mensonges, fidélité réciproque, possibilité de tromper sa solitude-avec-quelqu’un-à-vie, de s’acheter à deux un super grand écran plasma avec lecteur DVD pour se moquer des autres ‘desperate housewives’, garantie d’élever un jour un enfant avec mon-amour-à-moi, My Only One, sans qu’il ou elle m’abandonne, faire ses courses et brunchers entre monog’ami-es juste après être passé-es chez Mono-Prix, + option “ Mon-copain-est-aussi-mon-garde-du-corps-perso-habillé-en-noir pour se balader all night long après minuit en sortant du cinoche ”…).

Tout n’est pas faux dans les arguments des monoamoureux, loin de là (et j’en connais qui semblent monos depuis fort longtemps, et qui ont l’air de bien le vivre), mais parfois la présentation qu’ils et elles donnent de la monogamie ressemble à une page de pub signée Walt Disney ou Hollywood, et paraît négliger les dures et multiples réalités des couples actuels du 21ème siècle.

Rien qu’en France, des millions de couples divorcés, ou séparés, des frustrations, des sentiments qui s’assèchent, des couples sans passion qui s’enfoncent dans la routine, des tromperies, des mensonges, l’infidélité à soi-même, parfois une (bi)sexualité libre reniée, l’autocensure permanente, la perspective de passer les 40 années à venir voire plus dans le même lit avec la même personne…
Et même parfois des drames passionnels (que les médias relèguent au rayon des “faits divers” pour faire diversion, sans chercher à creuser le sujet).

Bref, un logiciel Monoamour 1.0 qui se propose comme LE Moule unique du couple moderne, mais qui est bourré de défauts cachés, dont la Véritable notice et les CGV de la monogamie (Conditions Générales de Vente d’un service ou produit, liés au Mode d’emploi) ne nous sont jamais fournies complètes, lors de la naissance d’un couple, ni même lors d’un mariage ou d’un Pacs.

* A quand nos propres stickers, badges, affiches, chansons et t-shirts parodiant les slogans publicitaires et les CGV du logiciel préféré (par défaut) de Mme et Mr MonoAmour ?

Vos remarques et suggestions, créatives, ironiques, sont les bienvenues !

Message modifié par son auteur il y a 7 ans.

#

(compte clôturé)

le mardi 05 mars 2013 à 16h49

_______________________________________________________________________

Message modifié par son auteur il y a 7 ans.

#
Profil

Evavita

le mercredi 06 mars 2013 à 00h20

GreenPixie
Bien sûr ma question était un brin provocante, mais pourquoi faire comme si on avait affaire à deux blocs
[...]
* A quand nos propres stickers, badges, affiches, chansons et t-shirts parodiant les slogans publicitaires et les CGV du logiciel préféré (par défaut) de Mme et Mr MonoAmour ?

Ta proposition ne risque-elle pas de justement augmenter ce sentiment qu'il existe deux blocs distincts?

Message modifié par son auteur il y a 4 ans.

#

(compte clôturé)

le jeudi 07 mars 2013 à 13h46

Bonjour,
J'ai pas tout lu car j'ai pas le temps mais une poly qui vit avec un mono (par choix), ça existe. Où est le problème ? Il y a parmi les monos comme parmi les poly des personnes avec lesquelles je m'entend bien et d'autres moins. Perso je rejette complètement l'idée de blocs distincts !
Je crois que le PA, on l'a en soit, qu'on ne l'acquière pas en s'obligeant. Mon mari (mono) admet que s'il veut rester mono s'est tout d'abord parce qu'il ne veut pas se compliqué la vie, ce n'est pas sa femme "officielle" ni son entourage qui l'empêche d'avoir des relations extraconjugales. Il est libre d'aimer (ou de ne pas vouloir aimer) qui il veut, quand il veut, et si je puis dire comme il veut, du moment que cela le rend heureux (donc moi aussi).
D'ailleurs pourquoi deux blocs : j'ai vécu jusqu'à l'âge de 38 ans en tant que monogame, et alors ? Cela ne m'empêche pas d'être poly aujourd'hui et d'être très heureuse ainsi, je dirais même sans doute plus heureuse étant donné que j'ai toujours attaché d'importance à ma vie affective et qu'elle conditionne beaucoup mon humeur.
Par contre, j'ai toujours (en tout cas je l'espère) fait preuve de tolérance, de franchise, de sincérité et j'ai toujours rejeté le "dans la norme" si je ne le comprenais pas ou si cela ne me convenait pas. Déjà ado, ma mère disait que j'avais un esprit rebelle... Toutes ces "qualités" personnelles m'ont sans doute amenée à m'accepter et à m'expliquer à mon entourage le moment venu. Je n'hésite pas aujourd'hui à dire que je suis comme ça et un point c'est tout.
Ma conclusion, il y a des polyamoureux en devenir parmi les mono et des monoamoureux qui le reste par choix sans toutefois avoir une idée négative du polyamour. Nous faisons tous parti de la race humaine, nous ne sommes donc tous pas si différents si l'on adopte une vision globale de l'espèce. Après, il y a la tolérance, les convictions personnelles... vaste débat.

#
Profil

calinou696

le vendredi 28 août 2015 à 14h15

Bonjour,
Un peu "vexé" de maintenant appartenir à une communauté qu'on appelle les "polyamoureux" un peu comme un groupe qui essayerait d'arreter de fumer, et qui ont un problème à régler, je me faisais la reflexion que c'etait plutôt les "monoamoureux" qui avaient un "problème".
Du coup j'ai tapé "monoamoureux" sur google et je suis retombé sur ce fil, et j'ai bien rigolé au message de ScottBuckley!
Et pour réagir à Evavita, personnellement, oui, je pense qu'il y a 2 blocs distincts : ceux qui ont compris que la monogamie était une vaste arnaque et les autres. Je considère qu'on nait tous et toutes polyamoureux, mais on nous apprends (pour diverses raisons) dès le plus jeune âge à faire un choix unique sur la personne pour laquelle on se dit amoureux à un instant T.
Maintenant, une fois qu'on a compris ca, chacun fait son choix (en fonction de ses envies du moment, de son temps libre, de ses aptitudes aussi! etc..) d'établir plusieurs relations amoureuses en même temps, ou pas.
Et ce n'est pas parce qu'on a un seul amoureux (ou amoureuse) à un instant T qu'on redevient monoamoureux.

Pour moi, être amoureux d'une seule personne et de s'y fixer, c'est un confort. Un peu comme une prison : c'est confortable, on ne se pose pas les questions de la bouffe et du loyer à payer, mais est ce qu'on vit vraiment?
Rester monoamoureux (à moins de vivre dans un vase clos), c'est un choix de confort (et qui ne fonctionne pas forcement d'ailleurs), on ne prends surtout pas de risques, on s'interdit des choses, et on évite de vivre des choses fortes.
Je suis sûr que de nombreux polyamoureux se sont dejà posé la question : et si j'oubliai toutes ces histoires et que je me cantonnais à ma petite vie tranquille ?

Essayer le "polyamour" ne veut rien dire. On essaye pas le polyamour comme on essaye un club libertin, ou essayer un thérapie de couple.
La personne a essayé d'établir plusieurs relations amoureuses en même temps et il n'y est pas arrivé (peu importe les raisons). Il n'empêche qu'il est tombé amoureux de 2 (ou +) personnes en même temps à un instant T, et c'est ca qu'il fait qu'il est "polyamoureux", c'est à dire au final une personne normale... mais qui n'a pas réussi à concrêtiser.
Voilà ma vision des choses.

#
Profil

aviatha

le vendredi 28 août 2015 à 19h46

Et sinon, si on évitait de se poster comme ceux qui ont "tout compris à la vie quand les autres vivent dans une grosse arnaque et ne le voient même pas" ?

Est-ce que sous prétexte que je suis bi, je viens emmerder les homos ou les hétéros en leur disant que "après tout on nait tous bi, c'est vous qui avez un problème pas moi" ?

Au passage, le "Je considère qu'on nait tous et toutes polyamoureux", bon déjà c'est hyper réducteur et extrêmement insultant pour les monos, mais admettons, mais surtout, et là je parle en tant que scientifique qui en a un peu marre, c'est faux. Nous ne naissons pas tous poly, comme nous ne naissons pas tous monos, comme nous ne naissons pas tous bis ou tous hétéros. Ni nous, ni aucune espèce de notre famille biologique, parce que oui il y a des couples exclusifs chez les gorilles, des agressions pour jalousie chez les chimpanzés et des couples tellement fusionnels chez les bonobos que certains meurent de dépression après le départ de l'autre.

Donc si des poly sont heureux, tant mieux, s'ils veulent se revendiquer comme tels, je les appuis complètement, même si c'est une chose qui m'échappe un peu, s'ils veulent expliquer que la monogamie n'est pas le seul fonctionnement qui existe au sein de notre espèce et des autres, je serais ravie de les y aider et d'apporter tout mon concours scientifique. Mais uniquement dans la limite des faits et du respect de la personne en face. Et dire "je pense qu'il y a 2 blocs distincts : ceux qui ont compris que la monogamie était une vaste arnaque et les autres. Je considère qu'on nait tous et toutes polyamoureux", ce n'est respectueux, ni des faits scientifiques, ni des personnes qui pensent/sont/vivent différemment.

#

Rueblanche (invité)

le vendredi 28 août 2015 à 20h30

Je suis d'accord avec Aviatha.
Ayons l'humilité de reconnaitre que nous n'avons pas trouvé la panacée. La plupart d'entre nous sont des monogames déçus. Je veux dire par la que nous sommes souvent venus au poly amour car nos relations monogames n'avaient pas fonctionne. Qui peut dire ce qui se serait produit si la relation monogame dans laquelle nous étions avait fonctionne ? Nous serions peut-être toujours mono et heureux, qui sait ?

#
Profil

calinou696

le vendredi 28 août 2015 à 21h00

Je me suis certainement mal exprimé, pourtant j'ai bien mis "c'est ma vision des choses". J'aurais pu écrire aussi c'est MA vérité, et non LA vérité scientifique que tout le monde doit admettre.
Encore heureux que je pense ce que je pense est vrai... et je pense qu'il y a effectivement 2 blocs distincts. J'ai le droit de le penser ? Ou alors il y a une et une seule vision du polyamour à avoir?
Et ca me parait bien agressif de supposer que je manque de respect envers les autres.
Chacun vit comme il l'entend et beaucoup n'ont jamais entendu parlé du polyamour et c'est bien triste car je pense que celà pourrait convenir à beaucoup de monde qd on voit les statistiques d'echec de l'amour exclusif. (je pense surtout aux couples avec enfants pour lequel l'enjeu est qd meme plus conséquent). Je ne pense pas que les gens polyamoureux sont des gens plus intelligents que les autres, ni même forcement tellement plus ouvert, mais qui ont eu la chance de tomber dessus (ou alors par éducation?)? Donc oui ca me semble accessible à la majorité des gens, tant qu'ils en aient connaissance...
Moi, PERSO, je vis la monogamie comme une arnaque qu'on M'a inculqué.

Qt à la vérité scientifique, bien malin celui qui pourra expliquer l'ensemble des relations humaines.
En l'occurence, je m'appuie sur ma propre expérience (34ans de monogamie), celle de mon entourage, de mes enfants, etc... et je ne pense pas dire de sotises que beaucoup de gens ont dans leur vie été dans une situation où ils ont dû faire un choix (parfois inconsciement, par pression sociale souvent) entre 2 personnes qui leur plaisait vraiment. (on aura souvent choisit la personne pour laquelle on a le + de sentiments passionnels par exemple).

Message modifié par son auteur il y a 4 ans.

#
Profil

aviatha

le samedi 29 août 2015 à 02h20

Dit comme ça je suis déjà un peu plus d'accord. Néanmoins dire, "je pense qu'il y a deux blocs distincts", ces deux blocs étant, je le rappelle, "ceux qui ont compris que la monogamie était une vaste arnaque et les autres" ça ne veut rien dire d'autre que le fait qu'il n'existe pas de mono éclairé, conscient et heureux, qu'être mono est forcément un aveuglement, qu'on est pas mono, juste dupe de la "vaste arnaque" de la monogamie, et cela n'est pas respecter les gens qui vivent cette vie. Cela n'est pas agressif, je ne fais que traduire en termes clairs ce que tu dis.

Je suis entièrement d'accord sur le fait qu'il est triste que peu de gens entendent parler d'un mode de vie qui peut-être leur conviendrait aussi bien ou mieux. Mais là encore dire "accessible à la majorité des gens, tant qu'ils en ont connaissance"... tu reconnaitras que c'est une formulation. Et ceux qui en ont eu connaissance, qui l'ont examinée, vraiment, de manière réfléchie, et l'ont rejetée, ils sont quoi ceux-là ?

Il est vrai qu'il y a beaucoup d'échec des relations exclusives, comme il est vrai aussi qu'il n'existe pas, à ma connaissance, de statistiques sur la pérennité des relations non-exclusives. Il est très possible que, tout simplement, entretenir des relations amoureuses sont un processus compliqué pour tout le monde et donc connaisse un nombre important d'échec partout.

Enfin, il est vrai que d'un point de vue scientifique, il est toujours difficile d'expliquer précisément ce que sont les choses. En revanche, il nous est possible de dire ce qu'elles ne sont pas. En ce qui concerne la règle générale, bien sûr, car une opinion sur un cas personnel ("dans mon cas, je le vis comme ça") est toujours valide, ce qui n'est pas le cas d'une généralisation. Et en l’occurrence, dire "nous naissons tous polyamoureux" est une contre-vérité scientifique. Après, oui, on peut dire "oui mais moi mon opinion c'est que ça se passe comme ça". Moi, j'aimerais bien dire que les humains naissent tous bisexuels, et que ensuite c'est juste la nombre sociale qui vous oblige à choisir un camp, quand moi je respecte l'ordre naturel des choses. Sauf que la vérité, elle en a rien à foutre de mon opinion.

#
Profil

calinou696

le samedi 29 août 2015 à 07h37

Notre desaccord est certainement juste sur une question de formulation.
Mais tu dis "la vérité, elle en a rien à foutre de mon opinion." sauf que dans ce cas là, on le connait pas LA vérité. (dans d'autres domaines, si)
Après tout, p-e nait-on tous bisexuel, c'est possible, tu as le "droit" d'avoir cette opinion. Je ne peux pas te dire c'est contre scientifique, si ca se trouve c'est vrai ! ;) Et ce n'est en aucun cas un manque de respect pour les hétéro.
On a aussi le droit de dire qu'il existe 2 blocs distincts entre ceux qui croient en l'existence d'un Dieu, et les autres. Ceux qui n'y croient pas et pensent que c'est une vaste arnaque (pour reprendre mon expression) n'ont pas un manque de respect envers ceux qui y croient.

Quoiqu'il en soit après tout ce que j'ai pu lire sur le polyamour, et le fait que cette vision des relations amoureuses ME parait tellement logique (et le post de ScottBuckley est tellement drole sur ce point) que j'ai le sentiment d'etre proche de la vérité.
Je n'utilise p-e pas les bons termes ou la bonne rigueur scientifique, c'est possible.
Voilà, bon, pas de quoi s'enerver !
Bon w-e à toi et aux autres (il va faire super beau!!)

#
Profil

Anarchamory

le samedi 29 août 2015 à 11h39

calinou696
La personne a essayé d'établir plusieurs relations amoureuses en même temps et il n'y est pas arrivé (peu importe les raisons). Il n'empêche qu'il est tombé amoureux de 2 (ou +) personnes en même temps à un instant T, et c'est ca qu'il fait qu'il est "polyamoureux", c'est à dire au final une personne normale... mais qui n'a pas réussi à concrêtiser.
Voilà ma vision des choses.

Je ne suis pas d'accord. Tu recrutes large là :P Si je pense qu'éprouver (éventuellement à différents degrés) des attirances multiples est effectivement quelque chose de très banal, en revanche, ça ne suffit pas à caractériser le polyamour. Après tout, les adultères aussi ont des attirances multiples, mais iels ne les vivent pas honnêtement. Beaucoup de personnes, aussi, aimeraient bien avoir plusieurs chéri·e·s, mais ne supporteraient pas l'idée que leur conjoint·e fasse de même (et c'est souvent une des raisons pour laquelle elles optent pour la monogamie).

A mon sens, un point fondamental dans le polyamour, c'est aussi et surtout le fait d'accepter que son/ses chéri·e·s éventuel·le·s puissent avoir elleux aussi plusieurs chéri·e·s, et bien entendu le consentement entre toutes les personnes impliquées dans l'arrangement.

Après, toutefois, sur le caractère profondément social et culturel de la monogamie, je te rejoins. Mais ce n'est pas parce que 90% des monogames le sont par intériorisation d'injonctions sociales et culturelles, qu'il est pertinent de dire qu'iels sont en fait polyamoureux. C'est comme pour le sexisme : c'est aussi largement une construction sociale et culturelle. Pour autant, on ne va pas dire de quelqu'un qui pratique le harcèlement de rue, le viol, les blagues sur les blondes, la misogynie sous toutes ses formes, mais qui tient en surface un discours en faveur de l'égalité des sexes, qu'en fait c'est un pro-féministe qui n'a pas réussi à concrétiser... Enfin moi ça me gène en tout cas !

aviatha
Et sinon, si on évitait de se poster comme ceux qui ont "tout compris à la vie quand les autres vivent dans une grosse arnaque et ne le voient même pas" ?

Est-ce que sous prétexte que je suis bi, je viens emmerder les homos ou les hétéros en leur disant que "après tout on nait tous bi, c'est vous qui avez un problème pas moi" ?

Pauvres monogames opprimé·e·s par les polyamoureuxses, snif ! :( Dans l'absolu, je suis d'accord avec toi : d'un point de vue individuel, ça peut être désagréable, quand on est monogame, de s'entendre dire de la part d'un·e poly qu'on n'a rien compris à la vie et qu'on se fait arnaquer.

Mais je pense qu'il faut remettre les choses dans leur contexte : la norme, ça reste la monogamie ; les dominant·e·s / oppresseur·e·s, ce sont les monogames (comme classe sociale je précise, pas forcément comme individu·e·s ; et bien entendu, je me doute bien que dans la plupart des cas, ce n'est pas volontaire et ce n'est même pas conscient). Le polyamour demeure très marginal (même si plus répandu qu'on le croit généralement, puisque à la louche, d'après diverses sources, il semblerait qu'environ 5% de la population ait des inclinations vers la non-monogamie consensuelle et éthique). Toute proportion gardée, un·e monogame qui rouspète parce qu'un·e poly lui dira que la monogamie est une arnaque, c'est un peu comme :
• un homme qui se plaindrait de la misandrie des féministes ;
• un·e blanc·he qui se plaindrait du racisme anti-blanc ;
• un·e hétéro qui se plaindrait d'hétérophobie à son encontre ;
• etc.

Je pense même que dire "la monogamie c'est une arnaque", c'est une parole libératrice pour des gen·te·s à qui on essaye régulièrement de faire comprendre que leur choix de vivre le polyamour ne vaut rien, et autres choses du même genre dont tu pourras trouver une liste non-exhaustive dans ce bingo (rédigé par mes soins ^^ ) :

https://www.facebook.com/1559560280963134/photos/p...

(et quand on est une femme polyamoureuse, c'est encore bien pire)

aviathaNous ne naissons pas tous poly, comme nous ne naissons pas tous monos, comme nous ne naissons pas tous bis ou tous hétéros. Ni nous, ni aucune espèce de notre famille biologique, parce que oui il y a des couples exclusifs chez les gorilles, des agressions pour jalousie chez les chimpanzés et des couples tellement fusionnels chez les bonobos que certains meurent de dépression après le départ de l'autre.

Mais es-tu d'accord que la part de biologique dans l'histoire est quand même marginale et que la monogamie est au moins pour 90% le fait du culturel et du social ?

Message modifié par son auteur il y a 4 ans.

#
Profil

Anarchamory

le samedi 29 août 2015 à 11h56

Tiens, Aviatha, j'ai commencé à compiler des références scientifiques au sujet du polyamour, peut-être que ça pourra t'intéresser :

https://www.facebook.com/notes/1595882393962071/

#
Profil

aviatha

le samedi 29 août 2015 à 21h56

Autant je conçois tout à fait le problème de la minorité (être une femme et être bi fait que c'est un problème que j'expérimente régulièrement), autant on ne fait jamais rien avancer en jetant notre oppression à la figure de gens qui se retrouve dans le camp favorable sans avoir rien demandé. Il ne me viendrait pas à l'idée de dire que les hommes sont tous des dominateurs violents, ce serait purement et simplement du sexisme, de même que j'estime pouvoir légitimement me plaindre de racisme quand on me traite de "sale pute blanche" dans la rue.

Pour revenir à la différence naturelle/culturelle, et par là même à ce qui fait partie de la vérité scientifique ou non (parce que exprimer une croyance en une entité qui ne peut être démontrée ou infirmée n'est pas du tout la même chose que exprimer une croyance sur un fait réel et tangible du monde). Déjà, si, il se trouve qu'on connaît la vérité sur certains points dans ce domaine, comme le fait que hétérosexualité et homosexualité existent dans le règne animal à des proportions fixes selon les espèces (qu'on recense à plus de 1500 aujourd'hui) et que l'orientation sexuelle est donc ultra-majoritairement une composante génétique.
Sur ce qui est de la monogamie et polygamie, il faut distinguer deux choses. La monogamie est en effet un fait culturel. En revanche le monoamour est un fait naturel.
Ce que nous savons aujourd'hui, c'est que monoamour et polyamour sont présents à l'état naturel dans notre branche. Il existe chez les primates des couples exclusifs de toute une vie, comme il existe des individus ouvertement avec plusieurs partenaires, et la plupart du temps, les individus naviguent entre ces deux attitudes au cours de leur vie (pour rappel, un chimpanzé si on lui fout la paix ça vit 60 ans, ils en ont des histoires pendant ce temps là). La jalousie (parfois maladive et mortifère) est une chose naturelle, tout comme l'est la compassion, et ces deux composantes se répartissent diversement selon les individus.
Alors oui, la monogamie est à 90% culturel, comme l'est la polygamie dans les sociétés où elle est la norme. Mais le monoamour, comme le polyamour, sont des inclinaisons individuelles, qui elles sont naturelles. Comment se fait le choix d'un modèle plutôt que l'autre, ça, nous ne le savons pas, mais la biologie est tout sauf marginale dans cette histoire.

#
Profil

Nurja

le samedi 29 août 2015 à 23h04


La monogamie est en effet un fait culturel. En revanche le monoamour est un fait naturel.

Je ne vois aucune raison de considérer que le monoamour est un fait naturel et non un fait culturel comme l'est la monogamie.

#
Profil

Leolu

le samedi 29 août 2015 à 23h54

Nurja
Je ne vois aucune raison de considérer que le monoamour est un fait naturel et non un fait culturel comme l'est la monogamie.

C'est pourtant logique : le simple fait que le monoamour existe, et est un besoin individuel réel, prouve qu'il est naturel. Tout comme le polyamour, l'homosexualité, etc...

C'est en rendant obligatoire le monoamour par la monogamie qu'on atteint le fait culturel.

#
Profil

aviatha

le dimanche 30 août 2015 à 02h37

Nurja
Je ne vois aucune raison de considérer que le monoamour est un fait naturel et non un fait culturel comme l'est la monogamie.

Les raisons elles sont là, et elles ne sortent pas de mon chapeau, mais de plus d'un demi-siècle d'études en anthropologie d'un côté et en primatologie de l'autre.

Aviatha
Ce que nous savons aujourd'hui, c'est que monoamour et polyamour sont présents à l'état naturel dans notre branche (comprendre la branche des grands primates). Il existe chez les primates des couples exclusifs de toute une vie, comme il existe des individus ouvertement avec plusieurs partenaires, et la plupart du temps, les individus naviguent entre ces deux attitudes au cours de leur vie (pour rappel, un chimpanzé si on lui fout la paix ça vit 60 ans, ils en ont des histoires pendant ce temps là). La jalousie (parfois maladive et mortifère) est une chose naturelle, tout comme l'est la compassion, et ces deux composantes se répartissent diversement selon les individus.

Les ressentis et les schémas émotionnels sont naturels et diffèrent selon les individus, en suivant une répartition plus ou moins fixe en terme de pourcentage.
Ce qui est culturel, ce sont les modèles et schéma d'unions et de familles (qui peuvent être influencés par la biologie, mais qui n'en sont pas forcément des conséquences directes).

#
Profil

Nurja

le dimanche 30 août 2015 à 10h19

aviatha
Les raisons elles sont là, et elles ne sortent pas de mon chapeau, mais de plus d'un demi-siècle d'études en anthropologie d'un côté et en primatologie de l'autre.

Des sources ? Parce que dans ce fil, elle sort juste de ton chapeau cette affirmation.

Autant je vois bien comment des éthologistes peuvent constater si des animaux sont exclusifs sexuellement ou pas, autant, je vois beaucoup moins comment ils peuvent évaluer si il y a exclusivité côté amour.

Monoamour = n'aimer qu'une personne à la fois ?
= n'aimer qu'une personne pour toute sa vie
= ?

Message modifié par son auteur il y a 4 ans.

#
Profil

aviatha

le dimanche 30 août 2015 à 12h04

Mais bien sûr, avec plaisir (même si je remarque qu'il suffit que je dise que monoamour comme polyamour sont naturels pour qu'on me demande des sources, alors que asséner qu'on nait tous polyamoureux sans preuve n'a l'air de choquer que moi...)
Claude Lévi-Strauss, "Anthropologie Structurale" tomes 1 et 2
Roger Fouts, "L'Ecole des chimpanzés" - "Next of Kin : My conversation with Chimpanzees"
Mark Bekoff "les Emotions des animaux"
Frans de Waal "De la réconciliation chez les primates" - "Dieu, le bonobo et nous" - "Quand les singes prennent le thé, de la culture animale" - "Chimpanzee Politics, Power and Sex among Apes" (celui là surtout)
j'ajouterai aussi les travaux de Claude Béata, mais je n'ai pas encore terminé de le lire, donc je dis, avec réserve "Au risque d'aimer. Des origines animales de l'attachement aux amours humaines" - "La communication, de l'éthologie à la pathologie" - "L'attachement"
et à peu près tous les travaux de la primatologue Sue Savage-Rumbaugh sur les bonobos, en particulier les deux nommés Kanzi et Panbanisha (et peut-être la soeur de celle-ci mais j'ai oublié son nom).

Pour la différence entre exclusivité sexuelle et affective, elle est en réalité très simple à évaluer, mais plus que un critère, elle repose sur un ensemble de facteurs qu'on appelle "faisceau de preuves" : le temps consacré au grooming entre les individus, la préférence voire l'exclusivité du grooming avec un individu en particulier, l'individu avec lequel ils mangent, dorment ou chassent, l'exclusivité ou non sexuelle (chez les bonobos on parlera là de leur sexualité affective et non pas sociale), les manifestations liées à la jalousie (notamment agression du nouveau partenaire, supposé ou réel, ou au contraire dépression, parfois jusqu'au risque vital, de l'individu délaissé), voir même dans certains cas (on en a que deux pour l'instant, pour être tout à fait honnête) de refus de choisir un nouveau partenaire même après la mort du premier. En tout ça ensemble nous permet de déterminer ce que nous avons en face de nous.

Pour la définition de monoamour, je serai tentée de dire qu'elle est lié au fait de n'aimer qu'une personne à la fois, peu importe si cela ne dure pas toute la vie, comme les poly peuvent aimer plusieurs personne à la fois, et il ne me viendrait pas à l'idée de les déclarer monoamour si les hasards de la vie font qu'à un moment donné ils n'ont qu'un seul partenaire ou même aucun.
Mais en réalité, je suis un peu mal à l'aise avec cette définition, parce que je ne vois pas pourquoi il y aurait une définition unique, un seul type de monoamour.

Après, je pense que cela déplace un peu le débat (et c'est sans doute en partie de ma faute). A l'origine, mon intervention n'était pas tant pour rentrer dans les détails scientifiques que pour expliquer que pour souligner que même une juste cause ne doit pas se défendre avec des arguments fallacieux. Il existe des tas, des tas, de bonnes raisons de défendre le polyamour (liberté de choix individuel, respect de son ressenti personnel, viabilité d'un autre modèle... le fait qu'il soit lui aussi présent à l'état naturel dans nos branches n'en ai qu'une seule), de le revendiquer ou au contraire d'estimer qu'on a le droit de vivre avec tranquillement et qu'on nous fiche la paix. Il n'y a absolument pas besoin de l'étiqueter "seul comportement affectif naturel" ou "comportement affectif le plus naturel", ce qui est une contre-vérité scientifique, pour le défendre. Cela à induit une grande digression dans le sujet, et je m'en excuse, mais je suis assez épidermique quand on essaye de faire dire aux faits scientifiques ce qui nous arrange, même pour une bonne cause.

#
Profil

calinou696

le dimanche 30 août 2015 à 12h58

Dak tu es tout excusé ;), c'est tout à ton honneur.
Et moi je m'exuse pour ma façon de parler qu'on reproche souvent d'être un peu trop virilent ou catégorique.
Celà dit, tu as l'air d'être bien calé sur le sujet (bien + que moi en tout cas).
Et je suis à peu prés d'accord avec tout ce que tu dis, et je te crois volontiers sur les études scientifiques.

Quand tu dis :
Pour la définition de monoamour, je serai tentée de dire qu'elle est lié au fait de n'aimer qu'une personne à la fois, peu importe si cela ne dure pas toute la vie, comme les poly peuvent aimer plusieurs personne à la fois, et il ne me viendrait pas à l'idée de les déclarer monoamour si les hasards de la vie font qu'à un moment donné ils n'ont qu'un seul partenaire ou même aucun.

Pour moi la problématique est là : c'est surtout des problèmes de définitions. Après tout ce que j'ai pu lire, je trouve délicat d'utiliser le terme "polyamoureux" (ou monoamoureux). Par exemple, ma femme accepte mes recherches, elle comprends ma position, mais elle n'a ni le temps ni la motivation de chercher (pour faire vite car ce n'est pas le sujet) : est-elle monoamoureuse ou polyamoureuse ? Y a t-il 2 blocs distincts? non je ne pense pas, c'est pour ca que je pense que toutes ces histoires sont à majoritairement societales, et que si il y a 2 blocs distincts, c'est entre ceux qui ont compris cette pression sociale et les autres (c'est très mal exprimé), et utiliser le sarcasme comme l'a fait ScottBuckley est drole et bien venu.

Du coup pour mon couple, j'utilise plutot l'expression "couple libre".

Au delà de tout ca, on n'est un peu plus évolué que des bonobos, et je pense que plutôt que d'apprendre à nos enfants "fais un choix", on devrait leur dire "ne soit pas jaloux c'est un vilain défaut".
(Les années qui viennent avec mes petits risquent d'être passionnantes à ce sujet!)

#
Profil

Nurja

le dimanche 30 août 2015 à 15h06

Merci Aviatha pour les ressources.
(Je pense que tant le polyamour que le monoamour sont des expressions culturelles.)

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion