Polyamour.info


Aki

Aki

die (France)

Je suis un drôle de zèbre avec un mode de vie atypique, orienté vers la sobriété et la débrouille. Assez sensible de nature, je suis calme, patient et attentionné.

On me définit comme "rationnel", ce qui est souvent un frein aux relations sociales dans le milieu "écolo" que j'affectionne (infiltr…

14 étapes pour ouvrir une relation monogame - Anita Wagner, déc 2009

Rédigé le lundi 11 janvier 2021 à 07h00

Mis à jour il y a 10 mois

Il est impossible de prédire combien de temps il faudra pour réaliser une transition réussie d'une relation monogame au polyamour. C'est dû aux nombreux facteurs inconnus qui vous affecteront tous les deux, des facteurs qui souvent ne se présentent pas d'eux-mêmes dans les relations monogames.

Il est très utile, pour vous-même et pour les autres, de prendre conscience que vous êtes hors des sentiers battus. Cela peut sembler effrayant, je le sais, mais comme aucun d'entre vous ne l'a vécu avant, vous devez partir à l'aventure et affronter les obstacles lorsqu'ils apparaissent. La bonne nouvelle est que ce guide, quand il est utilisé avec conscience et engagement, peut efficacement préserver votre vie. Et tant que vous faites globalement des progrès, tout va bien. Vous saurez à quel moment le ciel commence à se dégager et où votre partenaire se sentira mieux avec le fait de vous partager, et vous saurez si la progression arrive à une pause ou s'il faut recommencer.

Non, cette progression ne sera pas toujours linéaire et vous devrez peut-être faire un pas en arrière, ici ou là. Nous sommes tous humains et parfois nous faisons des erreurs. La patience et le pardon sont donc des éléments importants ici. Mais plus vous vous appliquez vous-même à faire en sorte que votre partenaire se sente aimé·e, soutenu·e et TRÈS important·e pour vous, plus vous aurez de chances de réussite. C'est une période particulièrement importante pour faire des choses spéciales avec ellui, sortir avec ellui, etc. Il serait sage d'être clair sur le fait que vous faites ça pour prouver votre attachement et parce que ça le·la rend heureux·se, pas juste pour le·la persuader. Envisagez de faire cela aussi longtemps que durent vos relations. Toutes les relations en ont besoin et la plupart dépérissent quand cela manque.

Donner suffisamment de temps à un·e partenaire réticent pour s'adapter est important. Il faut donc établir un plan pour ouvrir la relation, que vous pourrez revoir et réajuster ensemble fréquemment. Aussi, votre partenaire ne peut s'adapter que dans une certaine limite tant que vous ne voyez "pas" d'autres personnes. Le reste des ajustements ne peut se faire tant qu'il·elle n'expérimente pas les sentiments qui viendront lorsque vous verrez quelqu'un. Cette adaptation ne peut se faire correctement juste dans la théorie.

L'une des choses les plus difficiles pour votre partenaire dans cette transition est qu'il lui est quasiment impossible d'imaginer qu'il·elle puisse jamais atteindre un niveau de confort suffisant pour partager son·sa partenaire. Il·elle pourrait même être absolument convaincu·e qu'il·elle ne peut pas le faire. Ca ne veut pas dire qu'il·elle ne peut le faire mais simplement que sa vision est obscurcie par la peur et un manque d'expérience. Aucun d'entre nous ne connait ses propres capacités émotionnelles car la société nous a limités sur ce qu'on attend de nous. Utilisez la liste suivante comme un guide mais adaptez-la à votre propre situation. Voici ce qui a fait ses preuves sur ce que doit être le résultat. A ceux qui se demandent "Comment savoir si continuer à ouvrir notre relation est la meilleure des choses à faire ?", si vous suivez ces étapes, vous devriez tous les deux être capables de reconnaître quand et si la progression s'est arrêtée, évaluer la probabilité qu'elle reprenne, et reconnaitre si vous avez atteint le point où vous avez fait tout ce que vous pouviez.

C'est un point important : si les choses ne fonctionnent pas, vous vous sentirez tous les deux mieux si vous pouvez vous dire sincèrement l'un à l'autre et à vous-même que vous avez fait tout ce que vous pouviez pour résoudre le conflit et préserver votre relation tout en étant honnête avec vous-même.

1 - De manière aussi directe et bienveillante que possible, affirmez clairement à votre partenaire que vous avez changé et pourquoi. Si ça a un rapport avec ellui et votre relation, dites-lui. Dans tous les cas, affirmez que c'est ce que vous voulez maintenant et que la liberté d'exprimer qui vous êtes est ce dont vous avez besoin pour être heureux·se.

2 - Montrez-lui que vous avez envie et besoin de le·la garder dans votre vie aussi, et que la survie de votre relation est ce qui compte le plus pour vous, mais que ce serait une grande perte pour vous si si vous ne parveniez pas à atteindre un accord sur le polyamour.

3 - Dites-lui si vous ne vous voyez pas revenir en mode monogame. Encouragez-le·la à ne pas entretenir de faux espoirs à ce propos. Il est important de vivre une vie qui soit authentique, fidèle à vous-même. Vous n'attendez pas qu'il·elle comprenne pourquoi vous avez changé et c'est OK s'il·elle n'y parvient pas, mais il·elle devrait admettre que c'est un fait et que ça n'a rien à voir avec sa qualité de partenaire, son apparence, ses performances au lit, etc. (une fois encore, en supposant que ce soit le cas).

4 - Oui, c'est vrai que ce n'est pas ce qui était promis au mariage ou lorsque vous vous êtes engagés l'un avec l'autre. S'il·elle est en colère à cause de ça, reconnaissez sa colère comme compréhensible, en expliquant que vous ne pouviez pas prévoir ce qui arrive. Néanmoins c'est arrivé. Vous avez pris un engagement monogame avec ellui et croyiez que vous pourriez être heureux·e car c'est ce qui était attendu de vous, que vous n'étiez pas conscient que vous aviez d'autres choix.

5 - Vous êtes tiraillé·e par ce dilemme et il continue d'être une source de grande inquiétude et de malaise pour vous tout comme pour ellui, et vous le savez. Vous regrettez d'amener un tel changement dans sa vie et vous voulez le meilleur pour ellui comme pour vous. Vous souhaitez vraiment trouver un moyen que ça fonctionne pour vous deux, en y accordant assez de temps et d'efforts.

6 - Demandez-lui s'il·elle veut s'engager à travailler à être suffisamment à l'aise avec le fait que vous voyiez d'autres personnes afin que vous puissiez être fidèle à vous-même sans qu'aucun de vous deux n'ait à traverser l'épreuve de la séparation.

7 - De la manière la plus directe et aimante que possible, clarifiez votre intention d'honorer votre relation, de toujours vous souvenir où est votre maison et de toujours être avec ellui de manière proche, peu importe avec qui vous êtes.

8 - Vous pourriez être accusé·e de chantage affectif ou de créer de la culpabilité en suivant le conseil suivant, mais il est toujours valable. Si nous aimons bien une personne, son bonheur est essentiel au nôtre. L'implication de votre partenaire à travailler de bonne foi à une transition vers une relation ouverte serait une grande preuve d'amour pour vous, de celle qui ne peut que renforcer votre relation et non lui nuire. A l'opposé, qu'il·elle vous bloque le chemin ou qu'il·elle nie ce dont vous avez besoin afin de protéger son propre bonheur n'est pas propice à une relation heureuse car cela vous laisserait frustré.

9 - Si votre partenaire accepte d'essayer, prenez rendez-vous pour en reparler et planifier la façon dont cela pourrait démarrer. Écrivez-le.

• NOTE : il est préférable de réaliser ces étapes AVANT de rencontrer et de développer un intérêt pour une nouvelle personne à aimer, car vous et votre partenaire actuel auraient plus tendance à être rationnels en l'absence d'un sentiment de menace immédiate.

• Prenez conscience que les événements pourraient ne pas se dérouler précisément de la manière dont l'un ou l'autre l'envisage. Le plan que vous développez est une orientation, un cap, pour vous aider à intégrer ce que vous pouvez attendre l'un de l'autre ; mais au fur et à mesure que les événements se produiront il faudra probablement revoir et modifier ce plan pour intégrer ce qui fonctionne ou pas lors de l'avancement. Suivez votre plan.

• Si vous avez le sentiment que votre partenaire fait trainer les choses ou invente des excuses pour que vous attendiez six mois, faites de votre mieux pour négocier le délai du point de vue de sa possible tentative d'éviter inconsciemment le processus. S'il y a des raisons sérieuses pour lesquelles vous devriez attendre, par exemple s'il y a déjà beaucoup de stress dans l'une ou l'autre de vos vies en raison de circonstances extraordinaires, il·elle ne fait pas trainer et ça pourrait effectivement ne "pas" être le bon moment pour ouvrir votre relation. Si sa motivation première est juste la peur de tout ce que ça implique, il·elle fait trainer et laisse ses peurs le·la protéger d'honorer votre engagement à réaliser le plan.

10 - Pensez à la confiance en soi et à l'intelligence émotionnelle de votre partenaire. Est-ce une personne stable, sûr d'elle ? Plus il·elle a de grandes difficultés avec la peur de l'abandon et a une faible estime d'ellui-même, moins il·elle sera capable de gérer tout cela sans faire un travail émotionnel pour faire face à ses propres problèmes. Cela va généralement plus vite avec l'aide d'un thérapeute. Si de tels problèmes existent et qu'il·elle est réticent·elle à les résoudre, avancer dans la démarche d'ouverture de la relation sera insupportable sans l'évolution qui a inévitablement lieu quand les deux partenaires discutent, partagent et assument la responsabilité de leurs émotions et travaillent pour que ça fonctionne.

11 - Si votre partenaire est d'accord pour essayer, c'est là où les petites étapes sont importantes. (Note : être inactif et faire trainer ne comptent pas comme de petites étapes). N'espérez pas qu'il·elle gère ça bien si la première chose que vous proposez est de partir en weekend avec quelqu'un d'autre. A la place, allez prendre un café avec quelqu'un dans l'après-midi ou un soir en semaine au lieu d'un dîner un samedi soir, qui a trop la charge symbolique de "la soirée en amoureux". Ne vous absentez pas plus de quelques heures. Rentrez chez vous à l'heure dite et soyez attentif à votre partenaire. Vérifiez comment il·elle se sent et soyez ouvert·e, à l'écoute, de ses émotions.

12 - Vous aurez peut-être besoin de répéter l'étape 9 jusqu'à ce que votre partenaire soit plus à l'aise. Il est aussi fortement conseillé d'organiser une brève rencontre autour d'un café, par exemple une heure ou deux, tous les trois. Vous voulez que votre partenaire actuel·le et votre nouveau·elle partenaire potentiel·le se rencontrent et puissent se connaître un minimum. Puisque c'est la nature humaine d'agir ainsi, il sera plus difficile pour votre partenaire de diaboliser votre nouvel·le amoureux·se après l'avoir rencontré et constaté que c'est simplement une chouette personne.

13 - Une fois que votre partenaire est à l'aise avec le fait que vous sortiez pour un café, prévenez-le·la qu'il est temps de passer à la prochaine étape du plan. Prenez un rendez-vous pour dîner un soir en semaine (sans sexe !) et rentrez quand vous l'avez promis. Il est préférable que votre partenaire s'organise pour avoir aussi quelque chose à faire pendant votre rendez-vous, de préférence avec des ami·e·s ; les distractions sont utiles dans cette circonstance.

14 - Après le dîner, discutez avec votre partenaire assez rapidement, par exemple quand vous rentrez à la maison ou le lendemain matin. Écoutez, écoutez, écoutez. L'idée ici est de l'habituer au fait que vous n'essayez pas de le·la manipuler, que vous l'aimez toujours, que vous revenez toujours et que vous faites tout ça avec intégrité. Le fait de pouvoir compter l'un·e sur l'autre et d'être intègre augmentera fortement vos chances de succès. Prouvez-lui qu'à chaque chose que vous faites il·elle peut avoir confiance en vous.

Un petit conseil sur le fait de révéler des détails intimes : en général, ne le faites pas. C'est clairement une exception à la stratégie de désensibilisation. Toutes les relations ont besoin d'un certain degré de vie privée, qui protège l'intimité. Votre partenaire a le droit de connaître la nature de vos autres relations, par exemple si quelqu'un peut devenir sexuellement proche, mais au delà de ça, les détails causeront vraisemblablement des souffrances inutiles. Ne tombez pas dans le piège de croire que de tels détails devraient être révélés dans un souci d'honnêteté. Certains considèrent ces informations comme excitantes, mais ce genre de stimulation peut être contre-productif, à moins que votre partenaire ne soit très à l'aise – il vaut mieux l'éviter, au moins jusqu'à ce que vous ayez la permission de votre autre partenaire de révéler de telles informations sensibles et que vous soyez certain·e que votre premier·e partenaire ne se sent plus menacé·e par le fait que vous ayez d'autres amoureux·ses.

J'espère que ça aidera. Je vous souhaite de la joie et de la chance !

Anita Wagner

_________________________________________________

Écrit par Anita Wagner, "Polyamory and Sexual Relationship Freedom Activist"

© Tous droits réservés
http://www.practicalpolyamory.com
Blog: http://practicalpolyamory.blogspot.com

Vous pouvez écrire à Anita à [e-mail, cliquer pour voir l'adresse] et lui faire savoir comment les conseils donnés ici ont fonctionné pour vous et ceux que vous aimez – ça l'intéresse !

Source (pdf) : http://www.practicalpolyamory.com/images/14_steps_to_opening_a_relationship.pdf
Traduction en français : Aki

18 réactions (la dernière il y a 14 jours)

Proposez vos articles !

Si vous souhaitez témoigner de votre expérience ou développer vos idées, n'hésitez pas à vous inscrire pour proposer un article.

» Inscription

D'autres articles sur le même thème

Réutiliser cet article ?

Vous pouvez diffuser, copier, distribuer ou traduire cet article si vous respectez les conditons suivantes :

Vous pouvez nous contacter pour toute utilisation ne rentrant pas dans les termes de cette autorisation.


Espace membre

» Options de connexion