Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Mono comment acceptez vous que votre partenaire se partage ?

#
Profil

NoeLutin

le jeudi 15 décembre 2011 à 08h27

@Espèrance (;-) )

Une huitre à le droit de rester fermée longtemps, car elle fabrique des perles. :-)

Je suis sincèrement content que vous ayez pu avoir ce dialogue qui dégonfle un peu la baudruche. Je présume que c'est à une humaine ordinaire que tu as parlé, avec ses propres doutes voire même ses propres zones de doute :-)

Vous avez en plus pu être pragmatiques, nous les hommes, avons parfois tendance à chercher des "ultra-solutions" pour sortir de nos inconforts, il faut rester les pieds sur terre.

Il y a un chouette petit texte sur ce site qui parle de la communication entre mono et poly. (Ca fait monopoly MDR ).

J'ai envie de te proposer de préparer un chouette tête à tête avec ton mari. Eloigner les sources d'inconfort, se retrouver en lieu neutre toi et lui, prevoir qu'il y a des chance que ça termine au lit.. Fixer des règles de communication simple mais claire (on ne s'interrompt pas, on reformule ce que l'autre vient de dire, on n'accuse pas, on parle de soi, on a du tact mais on évite les tabous, on parle de ce qui existe pas de ce qui n'arrivera peut-être jamais !! ... ). Bref: faites la fête à votre couple et à la gratitude :-).

Je pense aussi, mais c'est pour aller plus loin, que les changement qui se produisent dans un couple doivent être l'occasion d'un bilan des trois axes qui fondent un couple :Affection, sexualité, projets communs. Il y a un chouette petit livre que je recommende et dont le titre ne doit pas faire peur :-) c'est : "On arrête ou on continue" de Robert Neuburger.

Bise à toi et vive la vie, vive l'amour.

#
Profil

NATURE

le jeudi 15 décembre 2011 à 09h51

@NoeLutin je vais suivre tes indications, peut-être, que je finirais par être totalement une perle pour accepter ce que j'accepte !
De cette discution, on en est sorti fortifiée. C'était agréable de s'entendre malgré le sujet.

Oui, nous avons été plus réalistes que notre moitié. Lui, entre rêver à l'idéal et marcher sur des oeufs et nous aimer, il est toujours en pilote automatique, et c'est pour ça que je me sentais tenue de le materner et de lui rappeler la réalité et démontrer dans quoi, il s'engageait.

Un monopoly ? je vais consulter.

Un repas, une soirée en tête à tête, le pied ! la dernière fois c'était....avant les enfants, il y a 9 ans au moins, et sinon, c'était déjà le train train, aussi disons ...20 ans !

Je vais voir à trouver se livre. Je fais part à ma moitié de toutes ses discutions sur le site et de vos réponses. Cela l'aide également et nous permet de mieux comprendre et d'échanger. Mais, je crois que l'heure du bilan sur notre couple et effectivement arrivée. Car je le fais seul et ne veux m'entendre, car pour lui il m'aime et ne sait plus comment m'en convaincre. Mais, quand on a souhaité passer à se réveiller et s'endormir pour toute une vie comment expliquer que l'on puisse retrouver une autre personne, sans se retourner une seule fois, même lors de la première rencontre, et revenir totalement ? Comment, expliquer que l'on se se retrouve pleinement à longueur de semaines, de WE, et ce à n'importe quel moment, avec bonheur, passion et amour et penser malgré tout, que l'on finira par retrouver une amoureuse quelques jours par ci quelques jours par là pour moi, voir dans quelques heures dans l'immédiat et pour le vivre totalement ? J'avais choisi d'avoir un mari et amant pas simplement un amant ... Voilà ce qui me bloque et non comme il le pense le fait de le tester, de jouer avec sa patience ou je ne sais quoi. Il dit que je n'ai pas confiance. Mais, il m'a tellement dit que c'était fini entre eux, et que tout compte fait il y retourne. Maintenant, je suis convaincue que je ne dois plus l'attendre sans cette notion de partage. Alors que j'espérai qu'il en soit tout à fait le contraire. Je n'ai pas fait de scènes, j'ai accueilli, j'ai accepté ses départs comme une lionne en cage, je me suis défendue comme ça. Mon corps inconsciemment à fait tomber mes tabous et j'ai pu m'ouvrir et m'épanouir comme jamais à l'amour et j'adore ça, alors que j'aurai culpabilisé avant. Devant tout ça, et notre entente et dire du passée et en tant que jeune amoureux, j'ai l'impression que cela est aux oubliettes. Et que nous nous sommes trompés nous même. Maintenant, que j'ai compris et réalisé encore plus la puissance de leur amour, je suis perdue, m'interroge, et oui, je peux être hystérique surtout quand on me refuse une explication, sous prétexte que je me fais des films et remets en questions notre amour. Il a déjà tout étudié mais sans moi, moi, je ne le fais que maintenant...et j'aimerai être sur que l'on ne fasse pas une bêtise en s'engageant dans cette double vie. Confiance, il y a mais elle n'est plus la même, et il ne le comprend pas.
Merci à toi pour tes conseils. Je ne sais qui tu es, mais tu cernes bien et apportes des réponses qui aident.
Que tout ceux et celles qui participent continuent de le faire, car leurs conseils et expériences sont également précieux.
Ca me permet de voir que la vie n'est pas forcément celle que l'on croit. Mais, quand on sort d'un état d'esprit, une doctrine de société et familiale, un couple c'est un homme une femme car sinon comment faire des enfants ? sinon c'est de la tromperie et être un marginal, (gay, lesbienne ou autres) on n'a rien appris d'autres. Maintenant nos points de vues changes. Et je serais prémunir mes enfants, que l'on peut aimer un seul être et même plusieurs quelque soit le sexe.
Bises à toi et vive l'amour, dans l'amour, pour l'amour, par amour

#
Profil

NoeLutin

le jeudi 15 décembre 2011 à 10h28

Attention que bilan ne veut pas dire dépot de bilan :-).
L'avantage de ce petit livre très accessible c'est qu'il est très pragmatique et sans tabou.

(Je pense que tu as besoin de sortir , juste un peu, de tes émotions de les laisser vivre mais de ne pas trop t'y identitifier :-) )

Quant à qui je suis : :-) ben NoeLutin ;-) Heureux de contribuer à ta réflexion.

Message modifié par son auteur il y a 10 ans.

#
Profil

Clown_Triste

le jeudi 15 décembre 2011 à 13h09

ESPERANZA
Ca me permet de voir que la vie n'est pas forcément celle que l'on croit. Mais, quand on sort d'un état d'esprit, une doctrine de société et familiale, un couple c'est un homme une femme car sinon comment faire des enfants ? sinon c'est de la tromperie et être un marginal, (gay, lesbienne ou autres) on n'a rien appris d'autres. Maintenant nos points de vues changes. Et je serais prémunir mes enfants, que l'on peut aimer un seul être et même plusieurs quelque soit le sexe.
Bises à toi et vive l'amour, dans l'amour, pour l'amour, par amour

Quoi qu'il arrive, tu auras je crois gagné quelque chose à cette ouverture à un monde différent, plus riche, moins dogmatique, plus ouvert à la différence. C'est déjà beaucoup : bravo !

C.T.

#
Profil

NATURE

le jeudi 22 décembre 2011 à 16h45

NoeLutin as écrit "Ce qui se passe en toi a le droit d'exister mais peut-être ne dois tu pas l'entretenir dans un sénario catastrophe et dans une imagination trop forte de la perte. Je n'ai pas l'impression qu'il te prenne quelque chose et il ne voudrait pas te perdre. Par contre toi tu le vis comme ça. C'est en quelque sorte ta responsabilité. ....Quant à tout ce qui fait ta vie, ton passé et ton projet avec lui, cela existe encore.
Tu souffres mais tu as la chance qu'il ne t'ai rien caché. Tu dois travailler à ta sérénité et lui faire confiance et faire confiance en ta valeur à ses yeux et surtout aux tiens. "
Ma responsabilité : de ne pas avoir su le sortir de ce gouffre et de ne pas lui apporter ce qu'elle lui apporte, puisqu'elle le complète.
Cette relation est, effectivement, vue comme une perte de ce qui a été nous et devrait être nous, mais le futur est avec elle qu'elle reste ou non. Quelque chose qui nous était privilégié. Lui, ne le voit pas ainsi, cette relation, pour lui, nous rapproche, nous renforce, nous épanouie et c'est vrai, il me faut le reconnaître. Il vit tout cela comme quelque chose de normal, sans aucun scrupule, il le vit par amour pour elle. Mais ne m'oublie absolument pas ni ne me rejette. D'où la notion de partage. Pour lui, nous, c'est toujours nous. Alors que pour moi, c'est une perte. Et, il ne penserait pas mieux si on revenait quelques mois en arrière avant de la rencontrer.
Comment travailler ma sérénité et faire confiance en sa valeur en mes yeux. Car, la sérénité, je ne sais, connais pas et à mes yeux, il change en mieux, il est plus épanoui, mais est ce bien par moi ? car tout ces changements sont depuis qu'il l'a connait, et selon lui, mes actes, malgré ma douleur, sont de belles preuves d'amour. Mais, je ne sais plus si c'est de l'amour, de la bêtise, si j'agis vraiment bien...La seule chose que je vois c'est qu'ils vont finir par se quitter car je ne supporte pas de partager mon trésor (un trésor se partage avec une équipe, comme les pirates, sinon ça se garde précieusement, mon équipe, c'est lui) et mon cadeau, je ne le prête que si je peux le récupérer, intact de préférence, elle, je ne l'a connais pas, elle risque "de l'abimer" et pourrait refuser de me le rendre. Et, elle ne le veut pas seulement, par amitié mais le convoite même si ce n'est que pour avoir 50% de sa présence.
Comment gérer tout ça ?!? On a mal tout les 3. Elle l'aime et culpabilise. Lui, nous aime toutes les 2, trouve son équilibre entre nous 2, mais me préférera car son amour reste très fort et même développé devant mes efforts. Il sera malheureusement incomplet. Il est déjà revenu 2 fois à ma demande, pour mieux repartir car il n'était pas complet, et je l'ai laissé repartir devant leurs pleurs. Moi, Je l'aime, j'aime qu'il puisse encore donner de l'amour, être attentif. Je suis jalouse (puisqu'elle a le cadeau que je voulais) et j'ai peur du nous avenir, qu'il me revienne contraint et forcé et que cela nous détruise. Il ne comprend pas plus que moi pourquoi cela nous arrive mais il envisage très bien de se partager. Moi, j'ai essayé, mais je ressemble à quelqu'un qui fait des premiers pas et trébuche énormément.
Que faire ? Intervenir ? les laisser gérer ? Et comment être sereine ? Comment continuer d'être confiante ? Il le dit, je doute de tout, je pense perdre alors que je ne dois que partager ce que j'ai de plus précieux depuis 22 ans. Et en cette période de fête, Noël est bien amer. Nous nous sommes fiancés le 24 décembre...Joli cadeau...une rupture d'un côté, pour retrouver un amour, contraint et forcé, de l'autre...et moi, je fais 2 malheureux...
Merci à tous de vos conseils

#
Profil

LuLutine

le jeudi 22 décembre 2011 à 16h53

ESPERANZA
je ressemble à quelqu'un qui fait des premiers pas et trébuche énormément.

Et puis, un jour, on cesse de trébucher....non ?
Et on est content de savoir marcher !

#

Popol (invité)

le jeudi 22 décembre 2011 à 18h37

On pourrait aussi se poser cette question:

Poly, comment acceptez-vous que votre partenaire se partage ?

Le poly n'est pas vacciné contre la jalousie... Je viens de revoir l'interview e Guilain, où il parle bien franchement de la sienne.

#
Profil

LittleJohn

le jeudi 22 décembre 2011 à 20h34

Hm... Je suis poly et je n'ai jamais eu l'impression de me partager (je suis un et indivisible ^^).
Si on pense qu'on partage l'autre, ça veut dire qu'on pense aussi qu'on le possède :/
Tout au plus, ce qui se partage, c'est le temps. Et le temps on le partage déjà beaucoup (entre le sommeil, le travail, la famille, les enfants, les amis).

#
Profil

Junon

le jeudi 22 décembre 2011 à 21h55

LittleJohn (+)
Pour moi la question est la même que quand on me demande si je crois à l'amour unique et aux âmes sœurs: je suis déjà complète et indivisible :-)

#

Popol (invité)

le jeudi 22 décembre 2011 à 23h32

Au-delà du formalisme des mots... si on parle de partage, on revient à un ressenti du polyamour comme de quelque chose qui appauvrit la relation en termes de temps à disposition pour la vivre.

Et même si c'est déplaisant pour une conscience de polyamoureux bien dans ses pompes, c'est un ressenti réel qu'on ne peut contourner, pour certains qui sont bien pourtant bien d'accord pour tenter l'aventure du partage. Qu'on le veuille ou non, le terme peut aussi bien recouvrir un enrichissement qu'une perte.
Je vois ça comme ça: intellectuellement c'est un enrichissement pour mon partenaire, mais que je ne perçois pas comme tel moi-même, dans mes tripes. En particulier, la notion de compersion... est un orviétan; culpabilisant qui plus est, et pas loin de quelque chose qui l'air de rien vaut son pesant de cahouètes judéo-chrétiennes, si si.

#
Profil

NATURE

le vendredi 23 décembre 2011 à 09h22

"amour unique, âmes soeurs"...oui c'est que je pensais que nous étions. Selon lui, on l'ai toujours, notre couple reste nous. Moi, je dis que non, car on doit s'adapter au fait que son amoureuse entre en ligne de compte et prenne 50% de son temps....et donc du mien !
Vous m'excuserez, mais je suis peut-être mal réveillée, mais je trouve que vos réponses analyses plus qu'elles ne me donnent de solutions...Mais, c'est peut-être un travail trop personnel...je retiens surtout les dire de Lulutine "et puis un jour, on est content de savoir marché..."

#

Popol (invité)

le vendredi 23 décembre 2011 à 10h37

Les solutions, elles restent individuelles, et à mon avis c'est à toi de trouver les tiennes, à partir de ce que les autres te livrent de leurs propres expériences.

Sinon, tu reproduis des recettes sans vraiment t'interroger sur ce que tu peux changer en toi-même pour être mieux dans la situation. Ce n'est que de toi que ça dépend, autrement tu donnes bien trop de pouvoir à autrui pour améliorer ton confort, ou l'amoindrir... et te déresponsabiliser.

#
Profil

LittleJohn

le vendredi 23 décembre 2011 à 10h50

S'il ne s'agissait que du temps disponible pour vivre la relation amoureuse, il serait aussi difficile de vivre une nouvelle activité très prenante (militantisme politique, sport ou tout autre) que l'apparition d'une nouvelle relation amoureuse. Or j'ai l'impression que ce n'est pas vraiment le cas. Il y a donc un autre problème que la perte de temps de relation. Et si l'on se sent dépossédé, c'est qu'on pensait posséder. Du coup, je ne pense pas que mon formalisme ne soit que ça, il est aussi une piste de réflexion.

(et effectivement, Esperanza, j'essaie plus d'apporter des pistes que des solutions)

#

Popol (invité)

le vendredi 23 décembre 2011 à 11h33

Je parlais de formalisme concernant cette question d’être un et indivisible – pas sur le fond, auquel j’adhère de manière générale, mais sur ce que je considère comme une parenthèse dans un autre débat. Quand bien même je trouve la question super-intéressante, car elle débouche sur une notion connexe, la fusion/fission.

Là où on peut raccrocher nos bidons, LittleJohn, c’est sur la notion de possession. Or si je me ressens dans une relation comme quelqu’un de fusionnel ou de fissionnel, voilà qui change toute la donne.

Grosso modo, voici l’idée : plus je suis fusionnel, plus je considère que l’autre, faisant partie de moi ou du tout lui/moi, introduit un élément perturbateur dans cet équilibre quand il noue une autre relation. Et si lui s’enrichit, comme je vois la relation comme une sorte de gros vase communicant qui forclot tout apport extérieur, moi je m’appauvris.

Corollairement, plus je suis fissionnel, conscient de mon individualité et du fait que je forme un tout qui cherche à se compléter lui-même sans compter sur un partenaire pour me combler (attente forcément déçue car en termes de besoins, l’humain est un tonneau des Danaïdes !), plus je peux accepter l’âme tranquille que l’autre fasse de même.

L’enrichissement de l’autre est un processus auquel je ne fais qu’assister, et c’est ici que je remets la compersion sur le tapis : cette notion de se réjouir avec l’autre, je la vois plus comme une tendance de caractère (une heureuse nature, en somme) que quoi que ce soit qui appartienne d’entrée de jeu aux polyamoureux. Noemi parlait dans une autre discussion de ce qu’est la compersion ( /discussion/-br-/Compersion-Compersion-Le-contrair... ) et je ne suis pas d’accord avec un point précis, posé dans le travail de mémoire qui y est évoqué : que les non-polyamoureux sont des personnes très jalouses et ressentant peu de compersion. La suite de la discussion nuance d’ailleurs bien le propos…

Et si la compersion n’appartient pas aux seuls polyamoureux, alors, entre autres, elle n’a pas à faire partie de la panoplie qu’on voudrait souvent forcément attribuer aux polyamoureux : forcément ouverts, forcément mieux que les monos, en route vers la nouvelle ère d’évolution de l’humanité… enfin, bref, tous ces préjugés que je trouve encore ici et là au fil des discussions, et qui me hérissent le poil.

Je trouve en effet important de reconnaître qu’au quotidien, on peut se débattre avec la jalousie même en étant totalement convaincu que le polyamour, comme pas mal d’autres choses, apporte une belle ouverture en remettant en question des basiques de société – le fait est que nous sommes tous pas mal imprégnés de ces basiques, de près ou de loin, qu’on s’en nourrisse ou qu’on s’en distancie.

Mon polyamour à moi est fortement imprégné de ceci: que si je m'accorde le droit à plusieurs relations, je ne saurais ne pas l'accorder à mon ou mes partenaires. Une simple question d'équité, et aucune compersion ou autre concept new-age qui pour moi ne fait que sublimer la jalousie, pour ceux qui ne ressentent pas cette fameuse compersion.. censée pour certains faire absolument partie de la panoplie du polyamoureux.

De là, l'importance de se regarder honnêtement dans le miroir, de se laisser ressentir la jalousie et autres trucs politiquement incorrects en polyamour. D'ailleurs, j'ai bien aimé lire sous la plume de Tentacara que parfois, ça lui piquait un peu au cœur de voir un de ses amoureux nouer un autre lien.

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion