Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Sartre et Beauvoir, un petit truc à lire - et à commenter pour ceux qui veulent

Culture
#

(compte clôturé)

le mercredi 14 septembre 2011 à 13h44

www.fauteusesdetrouble.fr/2011/04/je-bande-donc-je...

Pas très très libre tout ça finalement. Je me demande comment ça se fait. Pourquoi ont-ils voulu s'enfermer dans l'opposition nécessaire/contingent ? Résidu d'une conception traditionnelle du couple ? Cohérence avec l'éthique existentialiste et l'idée qu'une choix nous engage, même jusqu'à l'absurde ?
Je suis pleine de perplexitude et d'étonnation...

#
Profil

PhaonSappho

le samedi 13 septembre 2014 à 10h04

Ca avait l'air passionnant mais hélas le lien est mort...^^

#
Profil

ScottBuckley

le mardi 16 septembre 2014 à 16h00

PhaonSappho
Ca avait l'air passionnant mais hélas le lien est mort...^^

euh, non, pour moi il marche ce lien, mais peut-être quelqu'une l'a réparé entre temps ?

#
Profil

MagentadeMars

le mardi 16 septembre 2014 à 17h59

Pour moi aussi, ça fonctionne.
Bon, je pense que l'on puisse dire que même les grands philosophes s'obligent d'inventer des argumentations shadokesque pour combattre leurs éducations profondément ancrées...

#
Profil

Juliejonquille

le mardi 16 septembre 2014 à 21h14

Ce n'est pas toujours bien accepté de nos jours, alors imaginez à leur époque... :-/
Dire que j'ai lu Beauvoir à 18 ans sans savoir tout cela, ou sans comprendre.

#
Profil

artichaut

le mardi 09 avril 2019 à 13h05

Un autre lien sur le même sujet : Sartre et Beauvoir.

Où «  amour nécessaire» et «  amours contingents» correspondent à nos hiérarchies : relation primaire/prioritaire et secondaires, etc.

Où l'on retrouve la notion de pacte de poly-fidélité (différente pour le coup ce que l'on nomme, à tord ou à raison, «  polyfidélité », en référence à l'anglais
Polyfidelity).

Michel-Antoine Burnier
Et voilà qu'un soir, en plein été, dans le décor très symbolique des jardins du Louvre, assis sur un banc, Sartre propose à celle qu'il appelle déjà Le Castor, un pacte, renouvelable tous les deux ans, dont le principe est le suivant : notre amour est un amour nécessaire, mais il convient que nous vivions aussi, à côté, des amours contingents. Les amours contingents sont une façon de connaître le monde, car on connaît bien le monde, quand on est un homme, avec les femmes, et quand on est une femme, avec les hommes. Une condition : ne pas se mentir, ne rien se dissimuler. Sartre propose. Beauvoir accepte.

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion