Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Echange sur Le guide des amours plurielles

Bases
#

(compte clôturé)

le samedi 16 juillet 2011 à 12h28

Je lance un fil de discussion autour du livre de Françoise. N'ayant pas les mots pour exprimer mes interrogations, mes ressentis, je choisis de vous faire partager les extraits que j'ai particulièrement remarqués, et qui ont agi comme un révélateur pour moi. Je serai ravie d'échanger avec vous sur ce livre , de connaître les extraits qui vous marquent (si vous l'avez lu) ou sur les extraits (si ça évoque quelque chose pour vous).
Je vais tenter d'organiser par thème ce qui m'a marqué.

Passion et exclusivité:

"La monogamie en Occident est justifiée officiellement par l'idée qu'il est impossible d'aimer plusieurs personnes en même temps. Ce dogme repose sur la confusion entre amour et passion. Effectivement, la passion amoureuse est un sentiment d'attachement exacerbé et narcissique qui n'admet aucun partage. Cependant, tout le monde étant d'accord pour admettre qu'après la phase de passion, l'amour meurt s'il n'évolue pas vers un projet de vie, il n'y a pas de raison que l'exigence d'exclusivité perdure alors qu'elle n'est pas plus justifiée que ne le serait une exigence d'amour exclusif envers un enfant ou un ami."

Je rapproche cet extrait à celui-ci qui parle à nouveau d'exclusivité, mais peut-être que ce qui relient tous ces extraits est le thème de l'évolution de l'amour:
"Les lutins célibataires n'auraient en principe aucune question à se poser ni aucune limite à leur liberté puisqu'ils n'ont pas d'engagement envers quiconque. En pratique, ce n'est pas si simple car ils peuvent aussi se heurter à des exigences d'exclusivité amoureuse et à la jalousie, et également parce que tôt ou tard Lutins et Lutines se posent la question de vie avec un partenaire au long cours. Les lutins se fixent évidemment des limites liées au respect que n'importe qui doit à ses partenaires."

Peut-être que j'ai rapproché les deux extraits précédents, par rapport à la peur que j'ai que l'amour meurt en général. Concernant la passion, j'ai parfois l'impression de me heurter à un blocage, et j'ai peur de ne pas connaître ce qui se passe après la passion. J'ai peut-être un rapport difficile avec la passion, au point de vouloir la camoufler parfois, je n'arrive pas bien à savoir, où j'en suis avec ça. Peut-on choisir d'être passionné ou de ne pas l'être?

Création:

"Pourquoi l'amour commence-t-il si bien, et se détériore-t-il ensuite?"

[...]"Ensuite, viennent les ratures, quand se confrontent le rêve et la réalité. Tout comme un manuscrit témoigne d'un travail de création et non d'une détérioration, les "ratures amoureuses" reflètent l'évolution du lien et la découverte de l'intimité."

J'aime cette idée de création et non de détérioration.

Pérennité:

[...] Un autre lien particulier est celui que procure la durée: au-délà du sentiment amoureux, le fait de se connaître, depuis 10, 15, 20 ans ou plus crée un ancrage mystérieux, que les strates des âges traversés ensemble rendent plus solide, comme un tronc d'arbre est chaque année renforcé par un cercle d'écorce supplémentaire."

Peut-être que j''ai rapproché ces extraits par rapport au besoin que j'ai d'accepter les ratures et le fait que je n'ai pas encore le lien particulier d'une telle durée dont parle Françoise Simpère, même si je considère avoir des liens particuliers :) .

On pousse plus loin la réflexion? ;)

#
Profil

stig

le samedi 16 juillet 2011 à 23h07

Tout commence par la relation unique que nous avons avec la mère ...relation de chair,de sang,
Michel Onfray en fait la démonstration dans Théorie du corps amoureux ...
lire sa préface...Au commencent bruit de liquide amniotique...
Selon lui et chercheur , toute notre vie nous cherchons à reproduire cette 1ere relation..
et il propose ...la célébration d' une érotique courtoise qui réactive l' heureuse voluptés des libidos joyeuses ...
...c 'est vrai que la durée installe un lien , mais aussi les enfants amplifient ce lien pour plusieurs raisons que je ne développerai pas today ...
à suivre donc

#

(compte clôturé)

le dimanche 17 juillet 2011 à 12h56

Je ne sais pas s'il s'agit de reproduire cette première relation, mais j'essaierai de jeter un oeil à la préface de Théorie du corps amoureux par curiosité.

Message modifié par son auteur il y a 8 ans.

#

(compte clôturé)

le dimanche 17 juillet 2011 à 14h24

stig
Michel Onfray en fait la démonstration dans Théorie du corps amoureux ...

L'inconvénient de citer Michel Onfray, c'est qu'après il est difficile d'être pris au sérieux.

On mélange les idées, on secoue très fort, et on mixe bien. Puis on rajoute une touche d'individualisme forcené dessus, qui se veut libertaire mais n'est que du réac' à la nouvelle mode. Et voilà ! On obtient une belle bouillie de visionnaire attardé, avec une tentative de lyrisme nietzschéen qui ne parvient qu'à être ridicule.

Vous voulez goûter ?

Message modifié par son auteur il y a 8 ans.

#

Popol (invité)

le dimanche 17 juillet 2011 à 14h37

C'est pas moi qui l'ai dit mais je me retenais... :-)

#

(compte clôturé)

le dimanche 17 juillet 2011 à 15h34

Je voulais uniquement savoir si ces extraits vous évoquaient quelque chose, loin de moi l'idée d'une querelle entre vous.
La plupart des gens de mon âge ont eu, ou ont de longues relations, et je pensais qu'ils n'étaient pas indifférents au lien que procure la durée.
Je suis un peu triste de ne pas connaître ce lien, mais je n'en fais pas une obsession.

Message modifié par son auteur il y a 8 ans.

#

(compte clôturé)

le dimanche 17 juillet 2011 à 15h45

Et puis tout ça manque un peu de smileys quand même...

#

popol (invité)

le dimanche 17 juillet 2011 à 15h49

Mouarf, j'aime ton humour, vraiment, Janis.

:-) :-) :-)

#

(compte clôturé)

le dimanche 17 juillet 2011 à 16h07

Finalement, ça me fait aussi penser que je ferai mieux de m'abstenir de vouloir des enfants.

#

(compte clôturé)

le dimanche 17 juillet 2011 à 16h30

Khany, moi je ne comprends pas bien le rapport avec les enfants... Tu peux développer ?

Et sinon pourquoi tu dis que tu as du mal à accepter les ratures ? Qu'est-ce que tu appelles une "rature" ? Et pour toi, une relation est longue à partir de combien de temps ?
Il y a des personnes avec qui on traverse plus de choses intenses en trois mois qu'avec d'autres en trois ans, tu sais...

Je pose plein de questions, désolée...

#

(compte clôturé)

le dimanche 17 juillet 2011 à 17h21

Je disais que je ferai sans doute mieux de m'abstenir de vouloir des enfants, si c'est pour qu'ils amplifient trop ce lien. Mais à l'origine je parlais uniquement du lien à un amoureux, ce sont les propos de Stig qui m'ont fait penser aux enfants. Je ne tiens pas à créer trop de dépendance en général.

Janis
Et sinon pourquoi tu dis que tu as du mal à accepter les ratures ?

J'ai du mal à accepter les "ratures", car souvent j'ai vu des projets abandonnés à cause d'elles. Des "ratures" vues comme des échecs et non comme des brouillons comme une base à une relation. J'aurai du mal à définir les "ratures", on peut voir ça comme une ébauche dans une relation, une première esquisse comme quand on commence un dessin. Le terme "rature" est assez négatif, et justement Françoise S. montrait le côté positif "création" au lieu du côté négatif "détérioration" . Je ne sais pas si je m'exprime assez clairement.

Janis
Et pour toi, une relation est longue à partir de combien de temps ?

Je dirai à partir de deux à trois ans, quand la passion diminue et que la relation continue.

Janis
Il y a des personnes avec qui on traverse plus de choses intenses en trois mois qu'avec d'autres en trois ans, tu sais...

Je le sais. Il est probable que ça me soit arrivé (mais pas de comparaison avec une relation de trois ans dans mon propre vécu)

#

(compte clôturé)

le dimanche 17 juillet 2011 à 17h49

C'est pas l'enfant qui amplifie le lien. L'enfant ajoute un nouveau lien. Ta relation avec l'autre géniteur peut mourir, en tant que relation amoureuse, mais il reste pour toujours le/la géniteur/trice de ton enfant. Je crois que c'est une différence importante - enfin à mes yeux elle l'est.

Pour les ratures... On aimerait tous que nos amours aient des trajectoires lisses et belles. C'est rarement le cas et parfois c'est dur d'accepter les faux départs - et surtout de ne pas jeter le bébé avec l'eau du bain au premier malentendu, au premier accroc. Mais en quoi est-ce lié à la question de l'exclusivité ? Est-ce que ce n'est pas valable pour toute relation d'amour/amitié ?

#

(compte clôturé)

le dimanche 17 juillet 2011 à 20h16

Je pense que le lien mère/enfant est souvent amplifié, et la durée l'amplifie aussi peut-être. Chercher à reproduire cette première relation toute notre vie, veut-il dire qu'on cherche à être dépendant et irresponsable, ou qu'on veut reproduire la relation en échangeant les rôles? Pour moi, élever un enfant c'est l'amener à être responsable et indépendant et prendre soin de lui jusqu'à ce qu'il y arrive. La durée nécessaire pour élever un enfant est différente de la durée d'une relation amoureuse.
Comme toi Janis, je ne vois pas le rapport avec les enfants dans ce fil mais il s'agit bien ici des amoureux, pour lesquels je préfère voir une relation d'égalité entre eux. Je ne pense pas vouloir reproduire cette première relation dont nous a parlé Stig en citant Onfray.

Je suis d'accord pour dire que la question des "ratures" est valable pour toute relation que ce soit amour ou amitié.

La question d'exclusivité intervient plutôt en général dans la notion de passion.

C'est là que la notion de passion devient floue pour moi, je ne me sens pas exclusive, celà veut-il dire que je n'ai pas de passion pour mes amours? C'est là que j'ai peur des "ratures" au moment de la passion ou à la fin de la phase de passion. Peut-être que j'ai moi-même peur des amoureux passionnés qui ne supporteraient pas les "ratures" et non pas que j'ai moi-même peur des "ratures" (c'est un peu tiré par les cheveux, pardon).

Message modifié par son auteur il y a 8 ans.

#

(compte clôturé)

le dimanche 17 juillet 2011 à 20h26

khany
C'est là que la notion de passion devient floue pour moi, je ne me sens pas exclusive, celà veut-il dire que je n'ai pas de passion pour mes amours ?

Je n'ai jamais été exclusive. Jalouse oui, au sens où j'ai pu avoir l'impression que les autres relations de mes amoureux étaient parfois envahissantes, envieuse de certaines choses vécues par eux avec d'autres et pas avec moi, mais jamais exclusive. Je n'ai jamais souhaité un homme pour moi toute seule et même j'ai beaucoup de mal avec l'idée d'être la seule femme dans la vie d'un amoureux (ça me rassure qu'ils aient d'autres amours, et ça me sécurise ; et quand ce n'est pas le cas c'est un problème, par exemple mon mari est mono et souvent ça me gêne).

Et je suis pourtant passée par la passion amoureuse, ce truc délirant et à mes yeux dangereux où tu perds complètement les pédales pour une personne. Ce n'est absolument pas incompatible. De fait je ne crois pas qu'on puisse éprouver deux passions en même temps, mais une passion en parallèle à d'autres attachements plus "sereins", oui, j'ai vécu, c'est possible.

Après, je ne dirai jamais qu'une "vraie" relation est nécessairement passionnée - ni qu'une relation passionnée est plus importante ou plus "sérieuse" (beurk) qu'une sans passion. Et même dans mon cas c'est plutôt l'inverse ; raccommoder les ratures provoquées par les conneries que l'on fait parfois sous l'emprise de la passion (dépendance, chantage affectif, pathos, amour-haine) est à mes yeux plus délicat et incertain, et la relation risque beaucoup plus de se casser la gueule, elle est plus fragile. Ce qui ne veut pas dire non plus qu'une relation sans passion est exempte d'erreurs et de ratures ; mais dans mon expérience ça se gère moins douloureusement et la relation a donc plus d'avenir...

#

(compte clôturé)

le dimanche 17 juillet 2011 à 20h35

Merci Janis pour tes réponses. :)

#

(compte clôturé)

le dimanche 17 juillet 2011 à 20h47

Ben de rien, je ne sais pas si ça t'aide beaucoup... Bon courage en tout cas.

#
Profil

tentacara

le dimanche 17 juillet 2011 à 20h49

+1 j'aurais pas mieux dit!

Janis
Je n'ai jamais été exclusive. Jalouse oui, au sens où j'ai pu avoir l'impression que les autres relations de mes amoureux étaient parfois envahissantes, envieuse de certaines choses vécues par eux avec d'autres et pas avec moi, mais jamais exclusive. Je n'ai jamais souhaité un homme pour moi toute seule et même j'ai beaucoup de mal avec l'idée d'être la seule femme dans la vie d'un amoureux (ça me rassure qu'ils aient d'autres amours, et ça me sécurise ; et quand ce n'est pas le cas c'est un problème, par exemple mon mari est mono et souvent ça me gêne).

Et je suis pourtant passée par la passion amoureuse, ce truc délirant et à mes yeux dangereux où tu perds complètement les pédales pour une personne. Ce n'est absolument pas incompatible. De fait je ne crois pas qu'on puisse éprouver deux passions en même temps, mais une passion en parallèle à d'autres attachements plus "sereins", oui, j'ai vécu, c'est possible.

Après, je ne dirai jamais qu'une "vraie" relation est nécessairement passionnée - ni qu'une relation passionnée est plus importante ou plus "sérieuse" (beurk) qu'une sans passion. Et même dans mon cas c'est plutôt l'inverse ; raccommoder les ratures provoquées par les conneries que l'on fait parfois sous l'emprise de la passion (dépendance, chantage affectif, pathos, amour-haine) est à mes yeux plus délicat et incertain, et la relation risque beaucoup plus de se casser la gueule, elle est plus fragile. Ce qui ne veut pas dire non plus qu'une relation sans passion est exempte d'erreurs et de ratures ; mais dans mon expérience ça se gère moins douloureusement et la relation a donc plus d'avenir...

#
Profil

LuLutine

le lundi 18 juillet 2011 à 17h21

khany
je ne me sens pas exclusive, celà veut-il dire que je n'ai pas de passion pour mes amours ?

Je suis d'accord avec beaucoup de ce qu'a dit Janis.

Je rajouterais que pour ma part j'ai déjà éprouvé deux passions en même temps !

#
Profil

LittleJohn

le lundi 18 juillet 2011 à 17h23

LuLutine
Je rajouterais que pour ma part j'ai déjà éprouvé deux passions en même temps !

Moi aussi. Et j'adore qu'on écrive que je n'existe pas ! :D

#
Profil

LuLutine

le lundi 18 juillet 2011 à 17h36

LittleJohn
Moi aussi. Et j'adore qu'on écrive que je n'existe pas ! :D

(+)

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion