Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Déceptions du polyamour

#
Profil

Deville

le mercredi 01 juin 2011 à 21h59

Merci Zina pour ton témoignage et questions intéressantes.
Et bravo pour vouloir croire avec ta raison au polyamour même si ton petit coeur a bobo et sème le doute.

zina
Mon couple principal s'est dissolu pour diverses raisons. La distance, l'expérimentation polyamoureuse sont deux causes. Mais il y en a d'autres qui sont bien plus personnelles entre mon ex et moi.

Pourquoi inclus-tu l'expérimentation poly dans les cause de la dissolution de ton couple principal?

zina
La relation que j'avais avec lui comptait énormément pour moi. On est resté ensemble plus de 4 ans, et dans mon esprit, je nous voyais déjà mariés... bref. Pour une déception s'en est une grande.

Pourquoi souhaitais-tu te marier?
Lui as tu proposé le mariage?
Si non, pourquoi ne l'as tu pas fait?
Penses-tu que si vous vous étiez mariés, vous seriez encore ensemble ET heureux?
D'après les statistiques de Françoise les relations durent 4 ans en moyenne et la majorité des mariages terminent en divorce, donc le mariage comme assurance-relation ... bof!

zina
Pourtant, je ne me vois pas abandonner un mode de relation polyamoureux. Une raison parmi d'autres, est qu'il m'est arrivé de quitter quelqu'un de manière très très "abrupte" pour aller avec un autre amoureux (façon "monogame en série") et je sais à présent que je ne veux plus faire revivre cela à qui que ce soit.

C'est quoi "quitter de manière non abrupte"?

zina
Il y a d'autres raisons, qui se résument par le fait que "j'y crois". J'ai eu des déceptions amoureuses en tant que monogame. Je me dis que c'est logique que je puisse aussi en avoir en tant que polyamoureuse. Que ma relation avec mon ex se serait aussi dissolue (peut être plus tard, dans d'autres circonstances) si j'avais refusé l'expérimentation polyamoureuse... Ça m'arrive de penser que peut être pas, d'être jalouse, de penser que c'est la faute de la personne qui a fait redevenir mon ex monogame...

A mon avis un poly ne "redevient" pas plus monogame qu'un gay ne "redevient" hetero. Mais un poly peut très bien être très heureux très longtemps avec une seule relation ... jusqu'à temps qu'une deuxième relation surgisse.

zina
Parfois pourtant j'ai des doutes. Autour de moi, les personnes qui se sont mises en relation avec moi depuis mon virement polyamoureux n'ont pas vraiment souhaité s'engager. Si j'envie des personnes comme tentacara, Françoise et leurs amoureux respectifs (désolée de ne citer que les filles, peut être que je m'identifie mieux) et d'autres... pour moi c'est encore un rêve... et parfois je doute qu'il se réalise.

De nouveau ma question préférée:
- c'est quoi pour un poly "s'engager"?

Pour un mono, c'est plus simple:
- c'est s'engager à l'exclusivité amoureuse et/ou sexuelle avec un partenaire.

Mais pour un poly?
Je vois:
1) vivre ensemble pas pacsés
2) ce marier/pacser
3) avoir un enfant

Mais a part cela un poly peut "s'engager" à quoi au juste?

Or, quand on s'est demandé: a) pourquoi ne pourrais-je pas aimer plusieurs personnes ouvertement?
c'est que l'on ne suit pas aveuglement le troupeau de lemmings.

Et donc rapidement, d'autre questions suivent:
b) pourquoi vivre ensemble?
c) pourquoi se marier/pacser?
d) pourquoi faire des enfants?

Et on découvre que les réponses toutes prêtes que la société nous fourni pour b), c) et d) sont aussi circulairement auto-justificatives que celles qu'elle nous offre pour a), c'est a dire: parce que c'est comme ça, parce que tout le monde le fait, parce que c'est amoral/asocial de (ne pas) le faire, etc. Auquel on répond, certes mais pourquoi?

C'est peut-être de la que viens ta perception que les poly sont moins enclin à "l'engagement": comme ils n'acceptent pas de suivre le schema amoureux standard, ils acceptent aussi moins facilement les "formes d'engagements" qui lui sont associés.

zina
J'aimerais comprendre pourquoi d'une déception on en arrive à tout mettre sur le dos du fonctionnement amoureux... ou pas.

Pourquoi as-tu été déçue?
Une relation amoureuse de 4 ans. c'est très beaux, c'est un riche expérience, c'est 4 ans de bonheur.
Cela ne constitue donc une déception que si l'on souscrit encore au mythe de "l'amour romantique éternel".
Donc au lieu de penser: le polyamour a été un échec qui a détruit mon couple principal, pourquoi ne pas penser, le polyamour a été une réussite qui a maintenue mon couple principal plus longtemps, richement, honnêtement et librement que la monogamie ne l'aurait fait?

Je comprend que lorsqu'on aime encore, on voudrait que l'autre aussi nous aime encore, mais c'est rare quand deux amours cessent de manière completement synchrone.

Message modifié par son auteur il y a 8 ans.

#
Profil

LuLutine

le mercredi 01 juin 2011 à 22h31

Deville
Et donc rapidement, d'autre questions suivent :
b) pourquoi vivre ensemble ?
c) pourquoi se marier/pacser ?
d) pourquoi faire des enfants ?

Alors là moi je réponds : parce qu'on en a envie.
Si j'en ai envie, je le fais. Je ne vais quand même pas faire exprès de ne pas le faire, juste histoire de faire le contraire de ce que me dit la société !
En revanche je suis d'accord avec toi : je ne le ferais pas parce que la société me le "dicte". D'ailleurs, je ne souhaite pas prendre tous les engagements que tu évoques...mais certains d'entre eux, oui. Et ça dépend avec qui, aussi !

#
Profil

Clown_Triste

le jeudi 02 juin 2011 à 00h04

LuLutine
Alors là moi je réponds : parce qu'on en a envie.
Si j'en ai envie, je le fais. Je ne vais quand même pas faire exprès de ne pas le faire, juste histoire de faire le contraire de ce que me dit la société !

Je me permets de rebondir en ajoutant : parce qu'on en a envie... et qu'on a pris le temps de réfléchir à cette envie, histoire de s'assurer qu'elle est durable et pas le fruit d'une pression extérieure à laquelle on n'adhère pas.
Certains de ces engagements, notamment les enfants, demande quand même un investissement lourd en temps, en émotions et en énergie. Le genre de truc qu'on ne veut pas nécessairement faire à la légère...

C.T.

#
Profil

Deville

le jeudi 02 juin 2011 à 01h04

(+) (+) (+) (+) (+) (+) (+)

Clown_Triste
Je me permets de rebondir en ajoutant : parce qu'on en a envie... et qu'on a pris le temps de réfléchir à cette envie, histoire de s'assurer qu'elle est durable et pas le fruit d'une pression extérieure à laquelle on n'adhère pas.

Certains de ces engagements, notamment les enfants, demande quand même un investissement lourd en temps, en émotions et en énergie. Le genre de truc qu'on ne veut pas nécessairement faire à la légère...

C.T.

#

(compte clôturé)

le jeudi 02 juin 2011 à 16h16

little john Mouais, comparer l'homéopathie (qui ne marche que par effet placébo) et le polyamour,

1. Je n'ai pas comparé homéopathie et polyamour, mais des façons de raisonner par rapport à des situations majoritaires et minoritaires.
2. J'ai enquêté sérieusement pendant des années: il n'y a pas que l'effet placebo dans l'homéopathie, il y a qq chose en plus, dont on n'a pas encore élucidé le mécanisme
3. Par ailleurs, l''effet placebo n'est pas un effet imaginaire, cela se mesure biologiquement. Ca a été fait pour les antidépresseurs et les thérapies verbales (qui étaient considérés comme "placebo". La dépression se caractérise par une perturbation des équilibres dopamine/ sérotonine. Un gorupe de dépressifs à été traité par anti-dépresseurs, un par thérapie verbale, un avec les deux associés. On a dosé chez tous les malades la dopamine et la sérotonine. Après l'expérience, re-dosage. Eh bien il y avait un rééquilibrage dopamine/sérotonine chez tous les malades, rapide mais pas durable avec les médicaments, plus long mais durable avec juste la parole, et le meilleur traitement était l'association des deux. Donc la parole, qui ne contient aucune molécule médicamentause, a pu modifier des paramètres biologiques! L'effet placebo n'est pas un effet "nul", c'est un effet biologique obtenu sans intervention de molécules chimiques (naturelles ou de synthèse).

En 25 ans d'investigations médicales, sans a priori, j'ai constaté que la science évolue. Il y a quinze ans on affirmait que les neurones ne se régénéraient pas, et on se moquait de ceux qui disaient qu'on pouvait stimuler les neurones déficients. Aujourd'hui, on sait qu'il y a une plasticité du cerveau, et que les neurones peuvent se régénérer.
C'est comme pour l'amiante et les ondes électromagnétiques: qu'est-ce qu'on s'est moqué de ceux qui "croyaient" que c'était dangereux... Et aujourd'hui, on constate qu'ils avaient raison :-)
Bon, rien à voir avec le pluriamour, mais ça m'énerve les gens qui ont des opinions sans avoir un peu cherché ailleurs que dans leurs croyances...

#
Profil

LuLutine

le jeudi 02 juin 2011 à 23h52

Clown_Triste
Je me permets de rebondir en ajoutant : parce qu'on en a envie... et qu'on a pris le temps de réfléchir

Evidemment !
Je passe ma vie à réfléchir avant d'agir, c'est vrai que du coup, pour moi ça tombait sous le sens !

#
Profil

Clown_Triste

le vendredi 03 juin 2011 à 01h52

LuLutine
Evidemment !
Je passe ma vie à réfléchir avant d'agir, c'est vrai que du coup, pour moi ça tombait sous le sens !

J'ai préféré jouer la carte de la prudence : on nous reproche si souvent d'être des égoïstes impulsifs qui désirent simplement faire tout ce qui leur fait envie que la précision m'a paru utile :)

C.T.

Message modifié par son auteur il y a 8 ans.

#
Profil

LittleJohn

le vendredi 03 juin 2011 à 10h05

Francoise

D'abord, j'ai mis un avertissement Troll :D

Francoise
3. Par ailleurs, l''effet placebo n'est pas un effet imaginaire, cela se mesure biologiquement.

Ensuite, je suis tout à fait conscient de l'existence réelle de l'effet placébo, que je n'ai en aucun cas remis en cause ;)

#
Profil

Liza

le mardi 07 juin 2011 à 00h21

Françoise
L'effet placebo n'est pas un effet "nul", c'est un effet biologique obtenu sans intervention de molécules chimiques (naturelles ou de synthèse).

Toujours rien à voir avec le pluriamour, mais je n'adhère par totalement à ce point de vue.
L'effet placebo n'a rien à voir avec le caractère médicamenteux ou non du traitement, mais mesure l'amélioration (ou l'aggravation, on parle alors d'effet nocebo) des symptômes d'un malade du seul fait qu'il se sait soigné.
En recherche biomédicale, on donne aux patients des groupes témoins un comprimé privé de substance active, qui ne doit pas pouvoir être distingué (par le malade ni par le soignant !) du comprimé actif. Pour les études sur l'acupuncture par exemple, on place des aiguilles à des points qui ne sont pas censés être actifs.
Et ça marche aussi chez les animaux...
La mémoire de l'eau était une des hypothèses avancées pour expliquer l'efficacité de l'homéopathie, je trouve personnellement que le fait qu'elle paraisse a priori farfelue ne doit pas la faire exclure d'emblée ; après, personne n'a réussi à reproduire les résultats de Benveniste... Mais ce n'est pas parce qu'un mécanisme possible est invalidé que le traitement n'est pas efficace.
Par contre, autant que je sache (mais je me trompe peut-être), il n'y a pas d'étude sérieuse qui ait prouvé la supériorité de l'homéopathie sur le placebo, pour quelle que pathologie que ce soit.
Il y a quelques années, une représentante des laboratoires Boiron m'avait expliqué que le laboratoire n'avait pas les moyens financiers de conduire ce genre d'études (hum, hum...).

Bref, revenons au pluriamour...
Dans le cas de notre couple, c'est mon mari qui était pluriamoureux dans les actions et moi dans l'esprit. Je m'explique : il était très bien dans un schéma type adultère, et quand je l'ai découvert, il a soutenu qu'il n'aimait pas sa maîtresse. C'est moi qui ai lâché les mots, en lui disant que, vu comment il en parle, il l'aime, ce qui ne l'empêche pas de m'aimer autrement... Et lui s'est dit "Oui, j'aime F, c'est donc que je n'aime pas L"... Et il est parti - après avoir tout fait pour que ce soit moi qui le quitte. Il fallait probablement que ça arrive, quoi que j'aie encore du mal à m'en persuader. Finalement c'est bien à lui de savoir s'il m'aime ou pas mais j'ai du mal à lui reconnaître cette autonomie, je pense malgré moi que je sais qu'il m'aimait encore. Ça me paraît encore plus idiot une fois écrit.

Voilà donc juste un témoignage pour dire que l'inhibition créée par le carcan socialement admis peut parfois faire durer des illusions qui volent en éclat avec l'introduction de la liberté... Mais est-ce vraiment une déception ?

#
Profil

zina

le mercredi 08 juin 2011 à 14h55

-

Message modifié par son auteur il y a 8 ans.

#
Profil

zina

le mercredi 08 juin 2011 à 15h31

-

Message modifié par son auteur il y a 8 ans.

#

Tic tac (invité)

le mercredi 08 juin 2011 à 16h11

Merci pour tes explications tres claires ....
Tu arrives à te reconstruire ?

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion