Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Ce que les enfants devraient savoir et ce qu'ils ne devraient pas savoir...

Famille
#
Profil

Romy

le vendredi 22 janvier 2010 à 20h54

Je voulais partir un fil sur une remarque de Tristan dans le reportage à l'émission de Brigitte Lahaie (entrevue avec Françoise Simpère). Tristan mentionnait que lui et sa compagne s'assurent que leur enfant n'est pas au courant de la vie polyamoureuse de ses parents. Que doit-on dire aux enfants, que doit-on leur cacher... ?

Pour ma part, j'aime bien discuter de jalousie avec les miens (9 et 12 ans). Puis je fais des mises en scènes: Si grand-maman avait un autre amoureux, qu'est-ce que tu penserais de ça? etc...

#

Françoise (invité)

le samedi 23 janvier 2010 à 15h41

Mes filles ont toujours su que leurs parents avaient une vie personnelle extrafamiliale. Comme je l'ai raconté dans "Aimer plusieurs hommes", la plus jeune avait résumé la situation à 4 ans en disant "papa a maman et ses amoureuses, maman a papa et ses amoureux". Par contre, nous parlions peu du détail de nos relations, c'est privé, ça ne regarde que les protagonistes.En revanche, on a toujours discuté de la jalousie, de l'exclusivité, du plaisir des garder des contacts avec les "ex", des ruptures, etc. Mais nous avions fait aussi le choix, dès avant leur naissance, de ne pas cacher notre mode de vie. Tristan, que je connais un peu, ne parle pas de ce choix dans sa famille ni dans son métier, et sans doute à très peu d'amis. C'est son droit, il n'y a pas de règles en polyamour, il faut trouver le modus vivendi qui permet d'en faire qq chose d'épanouissant (sinon, à quoi bon?), c'est pourquoi ce n'est pas toujours facile à vivre, et on peut difficilement dire "il faut faire ceci", ou pas faire cela.

#
Profil

ERIC_48

le samedi 23 janvier 2010 à 19h03

Certes c'est personnel.
Dans notre société, les parents décident de ce que les enfants doivent savoir, du moins à la maison.
Mais cela n'empeche pas d'avoir des avis personnels qui sont interessant pour les autres. En particulier, je vois deux arguments qui vont à l'encontre de ce que dit Tristan (je précise qu'en public, son point de vue passe mieux, et finalement, bien que je ne sois pas d'accord avec lui, j'ai apprécié qu'il tienne ce langage, ça fait toujours une chose de moins à se faire reprocher, je suis pour "aller molo" avec les sentiments des oposants sur le terrain public).
Mes deux arguments sont les suivants :
1) D'un point de vue psychologique, la cachette est beaucoup plus difficile à gérer pour l'enfant, c'est prouvé et reprouvé que cacher des choses aussi évidentes à son enfant est une erreur (pour son bien). Il va finir par le savoir ou pire à le ressentir sans le savoir. Il va alors se demander pourquoi on lui cache, par exemple est ce qu'il est de trop ici, est ce que ses parents font quelque chose de mal, est ce qu'il doit être complice ou les signaler à la police, est ce qu'il doit faire pareil en cachette ou au contraire ne pas être comme eux, est ce que l'amour est quelque chose de mal, j'en passe et des meilleurs, l'imagination est riche, et il devra répondre à ce millier de questions tout seul comme un grand car il ne doit pas en parler puisqu'il faut le cacher.
2) Si c'était mal de dire qu'on est polyamoureux à ses enfants, ce serait déjà interdit de le dire. Il y a des choses interdites à ne pas dire (et à ne pas faire, je ne vous fait pas un dessin). Et la limite est clair. Expliquer les choses à un enfant, oui. Mais jamais l'embrigader ou l'enrôler, que ce soit de gré ou de force. L'enfant doit avoir sa propre vie. Il suffit de se tenir à cette limite. J'aurais tendance à rajouter que ce n'est pas la peine d'expliquer ce qu'il ne veut pas savoir, mais ça se discute, car si l'enfant doit maintenant demander à ses parents et à l'école de bien vouloir l'éduquer, et si l'école et les parents attendent que l'enfant soit demandeur d'être éduqué, on imagine bien ce que ça donnera...

#

(compte clôturé)

le samedi 23 janvier 2010 à 20h48

Je n'ai pas d'enfants et je ne suis pas concrètement PA, mais en me projetant dans la situation d'une famille polyamoureuse le montrant ouvertement, et où par exemple les amoureux(ses) viendraient passer du temps avec les parents, enfin vous voyez quoi..j'aurai peur de l'entourage, mais pas forcément du plus proche...de voisins malveillants qui pourraient alerter les services sociaux...de l'école...
J'y ai souvent pensé. Peut-être parce que j'ai passé mon enfance en "homeschooling" et que rien que ça...ça peut déclencher des problèmes.

#
Profil

ERIC_48

le dimanche 24 janvier 2010 à 01h10

L'endroit ou il ya le moins de problème, c'est l'endroit ou les problèmes sont vite résolus. Essayer de plaire aux gens malveillants ou du moins de ne pas leur déplaire, ce n'est que reculer et amplifier les problèmes que ces gens malveillants vont de toute façon te poser. C'est comme si tu empruntais de la tranquilité pour la rembourser plus tard à un taux d'intérêt prohibitif. Mais si en plus on est tiraillé, entre être ou ne pas être, on a tous les inconvénients de ne pas être, et aussi tous les inconvénients d'être, ce qui fait effectivement beaucoup de problèmes à règler plus tard. Il vaut mieux se décider vite, et attendre les problèmes de pied ferme.
Il me semble également que le vrai problème n'est pas d'éviter les gens malveillants mais de trouver des gens bienveillants.
Enfin, il faut savoir que toute personne malveillante a un énorme point faible, celui d'être malveillante. Par suite, elle ne s'aventure que sur des terrains connus, c'est à dire occupés par d'autres gens malveillants, faciles à atteindre dans la mesure ou ils ont également le même point faible, et qu'ils ne sont donc pas dangereux, car il est possible de faire un deal.
Montrer au grand jour que l'on est bienveillant (avec les gens bienveillants, et uniquement avec les gens bienveillants) suffit à montrer que l'on n'a pas de point faible et qu'il est risqué pour une personne malveillante de s'aventurer, au besoin, il suffit de montrer que l'on peut vite devenir désagrable avec les personnes malveillantes (à utiliser avec parcimonie).
J'en profite pour dire qu'être bienveillant avec les gens malveillant suffit à montrer que l'on a quelque chose à se reprocher, et à attirer la malveillance de plus belle.

Message modifié par son auteur il y a 9 ans.

#

(compte clôturé)

le dimanche 24 janvier 2010 à 01h27

Euh...je ne contredis pas ce que tu écris là...mais je crois que les gens bienveillants qui ont vu débarquer les flics à 8h du matin parce qu'ils scolarisent leur fille à domicile (avec des cours par correspondance ! et en ayant dûment fait leur déclaration auprès de l'inspection académique)...tu vois ce que je veux dire ?

#
Profil

Romy

le dimanche 24 janvier 2010 à 01h59

Merci Françoise. Je crois aussi qu'il est sain que les enfants sachent que leurs parents ont des amis qu'ils aiment aussi. Nous n'avons pas encore abordé la question avec eux, mais éventuellement, je compte le faire. Quand j'ai évoqué une situation polyamoureuse à mon plus grand, sa première réaction a été de dire: je n'aimerais pas, car les parents se quitteraient et se disputeraient. Lorsque je lui ai dit que la situation que je lui présentais impliquait que les parents étaient d'accord et qu'il n'y avait pas de mal, il m'a répondu qu'à ce moment là, ça les regardait. Mais j'ai bien senti qu'ils étaient déjà conditionnés pour penser qu'amour extrafamilial équivaut à tragédie ou crise... Plusieurs de leurs amis ont des parents divorcés, il y a même eu un épisode de crime passionnel entre deux parents...
Je trouve que d'enseigner aux enfants que la jalousie est un sentiment qui existe, mais qui n'apporte rien de bien positif et donc qu'il est bon de vouloir s'en débarasser, comme la peur par exemple, c'est un bel héritage pour les enfants. (J'ai bien aimé ce parallèle entre la jalousie et les phobies dont parlait Françoise dans l'entrevue à la radio).

#

(compte clôturé)

le dimanche 24 janvier 2010 à 11h00

insognare
Euh...je ne contredis pas ce que tu écris là...mais je crois que les gens bienveillants qui ont vu débarquer les flics à 8h du matin parce qu'ils scolarisent leur fille à domicile (avec des cours par correspondance ! et en ayant dûment fait leur déclaration auprès de l'inspection académique)...tu vois ce que je veux dire ?

Sur le continuum "Je vis en société régulée par des lois", plein de postes possibles... malheureusement le devoir d'ingérence a bon dos quand il voisine avec "C'est quoi ces gens qui se croient au-dessus de l'Education nationale".

Mais ça ressemble plus à une erreur administrative, jusque là... non? A l'époque y'avait pas les ordis et les réseaux de maintenant: là, en trois clics, ce qui est entré chez "Inspection scolaire" est accessible à "Service de la protection de la jeunesse".

L'embêtant, c'est qu'ensuite il faut choisir entre laver son honneur et ignorer la malveillance.

#
Profil

ERIC_48

le dimanche 24 janvier 2010 à 13h37

Encore faudrait-il que son honneur soit salit

Il faudrait dans cet exmple, qu'insognare nous raconte la suite, et en particulier, qu'on fait les flics, et comment ça s'est finit au final ? Un problème est un vrai problème uniquement s'il n'est pas résolu.

Il faut également se mefier de ne pas melanger honneur et ego.

Dans ce cas, si les flics n'ont rien fait (si c'était juste une mesure de vérification ou d'intimidation) ou si l'adminsitration a fini par revenir en arrière au bout de quelques temps, l'honneur et l'ego peuvent tous les deux êtres satisfaits.

La venue des flics chez soi n'altère pas l'honneur de ceux chez qui ils vont s'ils n'ont rien à se reprocher, mais haltère par contre l'honneur de ceux qui les envoie pour rien, les ridiculisant eux-même, ridiculisant l'administration qui apprend quand-même à la longue, à se méfier des stéréotypes pour se recentrer sur la loi.

Le problème qui me semble essentiel ici, est que Insognare semble l'avoir mal vécu, ce qui fait qu'elle est aujourd'hui tiraillée, et qu'elle n'ose se libérer de peur d'être montrée du doigt, voire d'être emmenée par les flics.

J'essaye de lui dire que ce qui compte au final, c'est d'obtenir gain de cause, surtout si les souffrances intermédiaires sont en réalité faibles.

D'ou ma question, quelles ont été les souffrances réelles ? S'agit-il uniquement d'un problème insignifiant qui laisse des énormes traces psychologique profondes empêchant Insognare de se lancer, ou y a t-il réellement eu un rapport de force dont l'administration s'est réellement rendue coupable aboutissant à la conclusion légitime qu'il vaut mieux se mefier de l'administration ?

Quoiqu'il en soit il est vrai que, quelque soit le camp que l'on choisi dans la vie, par exemple être poly, on est parfois obligé de se débattre pour se faire respecter, il faut accepter de se débattre de temps en temps. Etre aimer de tout le monde ne fonctionnerait que s'il n'y avait pas une seule personne sur terre prête à se défouler au détriment d'autrui. Hors, je pense qu'il est prouvé que cette personne est souvent très proche de nous.

Le fait d'être poly ou non, ne fait ni fuir ni arriver les personnes malveillantes. Ces personnes sont là, et cherchent juste une faille parmis d'autres pour s'engouffrer.

Etre poly n'est pas uniquement une faiblesse mais aussi une force. Etre poly ne comporte pas plus de points faibles, car s'il est vrai que le nombre n'est pas favorable au poly, la vérité par contre est favorable au poly. Dans une discussion, on arrive toujours à prouver que les gens biens ont des travers, et que les gens supposés vivre de travers sont en fait des gens bien.

Par suite, les gens officiellement biens qui s'acharnent sur les polys, finissent par apparaître au final comme ayant le travers de s'acharner sur les gens réellement biens.

Les gens biens qui s'acharnent ne sont pas des gens biens, loin s'en faut. Ils sont donc vulnérables, rappelons le.

Message modifié par son auteur il y a 9 ans.

#

(compte clôturé)

le dimanche 24 janvier 2010 à 14h45

Oulà ! :-/

Merci Eric pour la séance de psychothérapie gratuite, mais je n'en ai pas besoin. D'autant plus qu'il ne s'agissait pas de moi mais d'amis.

Et comme le débat me semble partir dans de hautes sphères philosophiques bien loin des réalités de la vie quotidienne d'une famille, je vous laisse continuer sans moi.

#

(compte clôturé)

le dimanche 24 janvier 2010 à 14h57

ERIC_48
Encore faudrait-il que son honneur soit salit

Il faudrait dans cet exmple, qu'insognare nous raconte la suite, et en particulier, qu'on fait les flics, et comment ça s'est finit au final ? [...................................................................................................................................................................]

Ouais, oulà bis, justement ça aurait été pas si mal de la laisser poursuivre, on est fourvoyés, là. Insognare, ça m'intéresse que tu expliques un peu plus où tu voulais en venir, ce que tu avais en tête, tu veux bien?

#

(compte clôturé)

le dimanche 24 janvier 2010 à 15h04

Ok. C'est bien parce que c'est toi ;-)
Donc, l'anecdote concerne une famille dont la fillette était amie avec ma plus jeune soeur, toutes les deux donc scolarisées à domicile. Si nous, dans ma famille, n'avons jamais eu de soucis ni de contrôle ni même de déclarations à faire, c'est parce que mon père est enseignant.
En revanche, cette famille a eu de nombreux contrôles arbitraires et traumatisants pour l'enfant, alors que la déclaration était faite, qu'elle suivait des cours par correspondance, que normalement les contrôles c'est une fois par an, et que son niveau était excellent (bien plus que celui d'un paquet de gamins dûment mis à l'école à 3 ans !). Pour la suite, ça a été classé sans suite justement, parce que les parents ont préféré faire profil bas pour éviter pire. Mais le fait est qu'il y a eu abus de pouvoir.
L'exemple voulait montrer (mais apparemment il n'a pas réussi) qu'une famille qui s'écarte un tant soit peu de la norme peut avoir de graves ennuis, ou pas, presque comme une loterie. Et que si une simple déscolarisation (autorisée par la loi je rappelle), peut conduire à une visite des flics à 8h du matin, qu'est-ce qui pourrait arriver si des parents vivaient librement leurs amours multiples aux yeux de tous.

Message modifié par son auteur il y a 9 ans.

#

(compte clôturé)

le dimanche 24 janvier 2010 à 15h09

Merci ;-)

Et tu es sûre que ce n'était que pour cette raison? Ca fait visite surprise sur dénonciation... mais de quoi... zarbi cette histoire.

#
Profil

LuLutine

le dimanche 24 janvier 2010 à 15h13

insognare
les parents ont préféré faire profil bas pour éviter pire.

Mais ils ont fait quoi ?
Ils l'ont remise à l'école ?
Qu'est-ce que tu appelles "profil bas" ?

#

(compte clôturé)

le dimanche 24 janvier 2010 à 15h14

@ Clémentine : Franchement, je n'ai pas assez de détails pour en dire plus. Il me semble aussi que c'était sur dénonciation. A la campagne, on est davantage à la merci des calomnies du voisinage. On en revient toujours au fait qu'être différent dérange. Jusqu'à un certain point c'est compréhensible, et le dialogue permet d'avancer. Mais face aux administrations et aux lois, dialoguer n'est pas toujours possible !

Message modifié par son auteur il y a 9 ans.

#

(compte clôturé)

le dimanche 24 janvier 2010 à 15h15

LuLutine
Mais ils ont fait quoi ?
Ils l'ont remise à l'école ?
Qu'est-ce que tu appelles "profil bas" ?

Non ils ne l'ont pas remise à l'école, ils n'étaient pas en tort. Ils n'ont pas fait de vagues, ils ont accepté ce contrôle abusif pour éviter des soucis supplémentaires.

#
Profil

K-roll

le dimanche 24 janvier 2010 à 15h25

Pour ajouter un peu d'eau au moulin de l'entourage, quand les parents se sont séparés, que cela ne se passe pas trop bien, càd sans vrai dialogue, et que seul l'un des 2 parents est poly, il vaut mieux attendre avant d'en parler aux enfants, même s'ils sont des éponges et "sentent" énormément de choses. C'est mentir par omission, mais pas raconter des "carabistouilles" ...

Message modifié par son auteur il y a 9 ans.

#
Profil

ERIC_48

le lundi 25 janvier 2010 à 02h12

Faire croire aux gens que les flics vont débouler chez eux, dans leur vie de tous les jours, s'ils disent à leurs enfants qu'ils sont polyamoureux, est une tactique visant clairement à soutenir le polyamour.

Si en france, "l'administration" n'a pas le droit d'être contre le polyamour, elle n'a pas le droit non plus d'être pour le polyamour. Ce n'est donc pas elle qui va venir rassurer les polyamoureux en herbe, qui auraient éventuellement été perturbés par cette tactique douteuse.

Heureusement, en tant que psy gratuit, dûement diplômé en électricité, je me fait un plaisir de rassurer gratuitement tous ceux qui ne m'ont rien demandé (enfin, s'ils veulent m'envoyer un chèque, je n'y vois pas d'inconvénient). Les flics ne débouleront pas chez vous, à moins que vous n'ayez un amant ou une maitresse parmis les flics. S'ils déboulent abusivement, accordez leur la plus grande hospitalité, s'il vous plait, car ils se pourraient bien que nous ayons besoin d'eux le jour ou nous serons attaqués par les intégristes monogames.

Et rappelez vous que dans la vie de tous les jours, il est plus utile d'avoir du courage que d'adopter un profil bas.

#
Profil

thibsib

le lundi 25 janvier 2010 à 22h05

Je dois avouer pour ma part être assez "sensible" à l'environnement : Insognare a raison pour le côté "à la campagne". Franchement, les moeurs sont pas très ouvertes par chez moi.
Ce qui veut dire que : la PAttitude expliquée aux enfants, reviendra pour eux à se faire juger par leur entourage (car ils parlent entre eux et Goliath gagne plus souvent que David dans les cours de récré, dans la vie aussi) et je ne suis pas certain qu'ils le vivent bien.

Mieux vaut attendre qu'ils se soient forgé leurs opinions dans un tas d'autres domaines et se révéler assez indépendants d'esprit pour ne pas se laisser influencer par l'idée dominante.
Nous sommes donc discrets sur notre mode de fonctionnement, y compris dans notre famille, et avec nos amis.

Je suis d'accord avec l'idée qu'il faille se débattre avec le dogme bien pensant , mais je n'ai pas envie de donner le bâton pour me faire battre et encore moins d'y impliquer mes mômes.

#

(compte clôturé)

le mardi 26 janvier 2010 à 20h57

thibsib
Je dois avouer pour ma part être assez "sensible" à l'environnement : Insognare a raison pour le côté "à la campagne". Franchement, les moeurs sont pas très ouvertes par chez moi.
Ce qui veut dire que : la PAttitude expliquée aux enfants, reviendra pour eux à se faire juger par leur entourage (car ils parlent entre eux et Goliath gagne plus souvent que David dans les cours de récré, dans la vie aussi) et je ne suis pas certain qu'ils le vivent bien. Mieux vaut attendre qu'ils se soient forgé leurs opinions dans un tas d'autres domaines et se révéler assez indépendants d'esprit pour ne pas se laisser influencer par l'idée dominante.
Nous sommes donc discrets sur notre mode de fonctionnement, y compris dans notre famille, et avec nos amis. Je suis d'accord avec l'idée qu'il faille se débattre avec le dogme bien pensant , mais je n'ai pas envie de donner le bâton pour me faire battre et encore moins d'y impliquer mes mômes.

J'ai pas mieux ;-)

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion