Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Couple ouvert à sens unique

Besoin d'aide
#

Talnari (invité)

le samedi 09 octobre 2021 à 02h19

Bonsoir,

Je cherche quelques avis par rapport à la situation que je traverse ces derniers mois, et mon entourage n'ayant pas d'expérience sur le polyamour, les avis sont plutôt à sens unique.

On est en relation depuis plusieurs années avec ma compagne, 30M / 25F, on a pas mal évolué ensemble sur cette période, avec de gros changements en cours de route (professionnel notamment).
Depuis le début, on a une libido asymétrique. Elle peut se contenter d'une relation ou deux par mois, là ou j'en attends plus.
Ca a mené à une situation compliqué, avec une absence totale de relation et de désir de sa part envers moi cette dernière année. A force de discussions, et de travail sur nous deux, ca s'améliore néanmoins doucement depuis un mois.

Mais en parallèle, elle (on ?) est partie sur une relation libre, je dirai il y a deux ans.
Sans rentrer trop dans les détails, elle n'a pas eu beaucoup d'expériences positives sur sa sexualité durant la phase ado/jeune adulte, et se sent assez en confiance avec moi pour vouloir se découvrir, tout en restant avec moi.
D'un point de vue théorique, je suis parfaitement en adéquation avec cela, et je serai tenté de l'encourager même, et ca fait plaisir de savoir que je la met autant en confiance.

Dans la pratique, c'est une autre histoire néanmoins.
Elle a franchit le pas avec quelqu'un il y a 6 mois environ. Et ce qui n'était qu'un "coup d'un soir" est devenu un régulier.
Elle continue à voir cette personne depuis, tous les 15 jours environs
Moi de mon côté, entre manque d'occasions et une probable maladresse sociale, pas la moindre opportunité.

Au quotidien, tant qu'on n'aborde pas le sujet, je dirai "ca va", même si je constate bien que dès que je devine qu'elle est "occupé" certains soirs, et bien je ne suis pas bien.
Beaucoup d'amertume, de ressentiments. Ca passe néanmoins assez vite, en général le lendemain/deux jours après, ca va mieux.
Ces dernieres semaines, entre le retour d'un désir entre nous, et l'absence de cette personne, je pensais qu'elle était peut être passé à autre chose.
Hier en passant apporter un truc à l'improviste, elle est venue me rejoindre dehors, au lieu de me faire monter. Il était chez elle (on vit chacun dans chez soi).
Je n'ai pas trop su comment réagir. Un mélange de désir initié par la jalousie, tristesse, déception... On a discuté vite fait, et je suis reparti.

Bref, si dans la théorie le couple ouvert me parait un modèle idéal, qui permet une grande liberté à chacun, dans la pratique, j'ai vraiment du mal à l'accepter.
Je pense, peut être à tort, que si c'était des "coups d'un soir" sans lendemain, ca irait mieux, mais là j'ai l'impression de la voir partager deux relations complètes.
Et à chaque fois, la question qui revient c'est "pourquoi je m'inflige ça ?".

Sauf que je reste amoureux d'elle, et souhaite être avec elle, mais je ne souhaite pas la brider non plus. Et je ne sais pas si je suis capable de changer assez pour passer ce cap dans l'acceptation de cette relation libre.
Parfois je pense trouver le déclic, je ne m'inquiète plus de savoir avec qui elle est, mais j'ai l'impression d'être juste en train de me détacher d'elle. De passer à une relation de "pote".
Je me dis aussi que si l'ouverture du couple n'était pas aussi asymétrique, ca serait peut être plus supportable, dans le sens ou on profiterait tous les deux, et j'aurais aussi autre chose à penser.

Je suis dans une mélasse, et ca me détruit à petit feu.
Et plus j'avance, moins j'arrive à me projeter dans la relation, et moins ce que je vis correspond à ce que j'espérais de ma vie sentimentale.

Si quelqu'un à eu une expérience similaire, je suis preneur d'avis/conseils :D

Merci !

#
Profil

Neels

le samedi 09 octobre 2021 à 06h44

Salut,
Je pense que le ressenti et la qualité de la relation sont deux choses différentes.
Il est complètement normal d'avoir ces petites montées de jalousie lorsque toi tu as une seule relation et qu'elle en a 2. Mais est-ce un sentiment de jalousie ou d'injustice ? Les hommes bien que sincères et bienveillants ont du mal à rencontrer plusieurs femmes et c'est "injuste" !
Plusieurs fois je me suis dit, "je ne suis pas jaloux, c'est juste un sentiment d'injustice" ! Et je le vis mieux.

Pour ce qui est de vous, il faut lui en parler. Il est de sa responsabilité de gérer ses rencontres en tenant compte que vous êtes le couple socle. Si tu te sens délaissé, tu risques effectivement de te détacher d'elle: il faut lui dire ! Elle est peut-être dans la phase intense des nouvelles émotions mais cela retombe souvent.
Je sais que c'est facile à dire car je suis poly et libertin, mais peut-être passer une soirée à trois peut-être sympa et rassurant pour tous. D'inviter sa relation sous forme "ON t'invite".

Si tu l'aime, lui poser des questions. "comment va ta relation ?" montrer que tu t'intéresse à son bien être et que tu es compersif. Si elle se confie à toi et que tu prends soins d'elle comme un chéri... tu te positionnes comme l'alpha du trouple. Et tu peux avoir cette position tout en étant bienveillant et présent.
Le mieux est vraiment de lui dire. Qu'elle ouvre les yeux qu'elle gère avec équité son "extra" amoureux.
:)

#
Profil

Balawane

le samedi 09 octobre 2021 à 10h44

Salut,
Nous sommes ensemble depuis 6 mois, et j'ai été dans ta situation jusqu'à il y a peu de temps.
Comme le disait @Neels il y a injustice pour nous les hommes à trouver les partenaires. J'ai du multiplier les site de rencontre (tinder, okcupid, wyylde etc etc) pour pouvoir enfin trouver chaussure à ma taille.
Je ne me vois pas encore rencontrer tout ses amants mais je me surprends à prendre des nouvelles de leurs relations sans en éprouver de jalousie.
Et comme le dit @Neels; il y a toujours une phase dans TOUTES relations ou les sentiments les émotions la passion et donc la sexualité est plus intense.
Arme toi de patience et laisse une communication positive venir s'installer petit à petit.

Message modifié par son auteur il y a 7 jours.

#

Talnari (invité)

le mardi 12 octobre 2021 à 01h23

Bonsoir,

Merci pour vos retours.
Ca fait déjà du bien de savoir que ces "pointes de jalousie" sont expérimentées par d'autres, et qu'il est possible de passer au delà.
Cataloguer ces sensations comme de l'injustice, je vais essayer de changer mon approche, on verra bien en effet.

De son côté, elle essai bien entendu de me rassurer sur le fait qu'on est l'unité principale de la relation.
Seulement, ses paroles n'arrivent pas à me convaincre. Ou pas longtemps.
Je commence à me connaitre un peu, et j'ai besoin d'une sexualité active comme "preuve" d'amour.
Physiques bien sur, mais pas que. Ca peut être des échanges, discussions, photos. Mais la dessus nous n'avons pas du tout la même approche ni la même expérience.
Nous n'avons donc pas beaucoup d'échanges de ce genre, malgré des efforts communs pour changer nos habitudes.
Pour faire simple, j'ai du ressentimment de la voir exprimer du désir ailleurs quand nous n'en avons déjà pas entre nous.

Bon après on a pas mal déconstruit ce point, qui en fait est un cercle vicieux.
Plus de suis amer à ce sujet, plus elle a l'impression que je n'attends que ça, et moins elle à envie.
D'ou mon indication que la situation s'améliorait ces derniers temps, car j'essaie de corriger mes travers à ce sujet depuis plusieurs mois, avec une réussitte...relative.

Concernant le fait de "voir" la troisième personne, je pense qu'aucun de nous deux n'est prêt à cela.
On en a discuté ce weekend (je lui ai montré la discussion) et elle n'était pas du tout partante, et je ne pense pas pouvoir gérer cela en ce moment.
Donc on va attendre pour cette étape. Mais peut être en effet briser le tabou de "l'autre" inconnu dont on ne doit pas parler.

Et aussi, il pourrait être intéressant que j'expérimente cette liberté qu'on s'accorde, au moins pour savoir comment je me situe une fois "de l'autre côté".

#
Profil

Aki

le mardi 12 octobre 2021 à 18h31

Est-ce que le fait qu'elle ait une sexualité avec d'autres te donne l'impression de recevoir moins de "preuve d'amour" ? Aimerais-tu être la source principale de son désir ?

Je comprends ce dont tu parles, je fonctionne un peu comme ça aussi : ma première chérie est devenue asexuelle (avec moi et avec les autres, existants ou potentiels) depuis un an, ce qui me donne l'impression d'être moins aimé et d'être "juste potes". La sexualité n'est pas juste une source de plaisir physique pour moi, c'est surtout une manière de me sentir relié à l'autre, d'être en confiance, de "compter".

En quoi votre relation est-elle asymétrique ?
Tu n'as pas d'autres relations de ton côté ?

Rencontrer les partenaires/amoureux de ta compagne aide vraiment à dédramatiser la situation et à te rendre compte que ce sont aussi de simples humains avec leurs qualités, leurs défauts, leurs forces et leurs faiblesses, etc. Ca peut être confrontant mais c'est toujours moins inconfortable que de les ignorer ou de se faire des idées sur eux.

#
Profil

Clades

le mercredi 13 octobre 2021 à 09h04

Salut,

Habituellement je m'abstiens de commenter et préfère suivre ce forum dans le silence. Mais ton expérience fait tellement écho à la mienne que je ne peux m'empêcher de partager avec toi mon parcours et ainsi te donner quelques conseils pour t'aider à mieux gérer cette situation.

Tout comme toi, je suis en couple avec un homme depuis plusieurs années et suis aujourd'hui témoin de sa relation avec une autre femme. Tout comme toi, j'ai entamé un long parcours de déconstruction des schémas sociaux qu'on nous inculque depuis l'enfance et me suis confrontée plusieurs fois à la jalousie et la tristesse. Tout comme toi, il y a des jours ou je gère et il y a des jours où je ne peux contrôler mes émotions négatives qui m'assaillent sans crier gare, me donnant l'impression que tout s'effondre. Tout comme toi, je pense que la situation serait plus simple si elle n'était pas aussi asymétrique, mais le fait est que je n'ai connu que lui dans ma vie, que je n'ai pas de désir de construire une relation avec une autre personne et que je suis une vraie bille en relations sociales.

Et pourtant... j'y arrive, je sens une amélioration de jour en jour. Petit à petit, mes moments de détresse se font plus rares et je commence à ressentir une certaine forme de gratitude et de reconnaissance à l'idée que nous sommes arrivés là, lui et moi. Il a fallu du temps, mais pas seulement. On ne doit pas être passifs et penser que le temps guérira tout. Alors, qu'ai-je fait pour en arriver là ? Permets-moi de partager avec toi mon expérience qui pourra ainsi te donner des pistes d'action.

- Tout d'abord, je me suis concertée moi-même en me posant la question : est-ce que le polyamour est une philosophie à laquelle j'adhère ou l'ai-je accepté par défaut ? Pour y répondre, j'ai lu. J'ai le guide des amours plurielles de Françoise Simpère, j'ai lu des témoignages sur ce forum et sur des groupes de discussion sur les réseaux sociaux, j'ai écouté des podcasts... bref, je me suis imprégnée des valeurs et des expériences de chacun pour décider si oui ou non, c'est quelque chose qui me convient, qui fait écho à mes propres valeurs. La réponse a été finalement "oui" et cela m'a beaucoup aidée dans le sens où ma détermination, mon envie d'y arriver est plus grande et presque inébranlable. Ainsi, pendant mes moments de détresse, je n'ai quasi plus de doutes sur la validité du modèle car j'ai envie d'y croire. Si la réponse avait été "non", j'aurais envisagé la séparation. Car on ne peut subir une telle situation très longtemps.

- Parallèlement, j'ai fait un travail sur moi-même afin de mieux gérer mes émotions négatives. Dès que je sens que tout va mal, généralement quand je suis fatiguée, je vais dormir et attends le lendemain pour débriefer sur mes émotions et tout consigner à l'écrit. J'utilise notamment les colonnes de Beck (méthode pour confronter mes pensées automatiques avec des arguments rationnels utilisée en psychothérapie) et un journal intime où je consigne mes pensées. J'ajoute aussi que je suis suivie par une psychologue pour travailler sur ma confiance en moi ce qui m'aide aussi à travailler sur mes insécurités. Il m'arrive parfois d'avoir des moments plus difficiles que d'autres mais cela fait partie du processus. Je l'accepte, personne n'est infaillible.

- De même, afin de me libérer d'une forme de dépendance affective que j'ai avec mon compagnon, je sors, je vais voir des gens et tout ça sans lui. Plutôt réservée de base, pas très adepte des relations sociales, ce n'est pas toujours évident pour moi. Mon cercle social est très restreint. Mais cela m'aide à occuper mon esprit et me donner envie de consolider d'autres relations, amicales pour le moment, avec d'autres personnes.

- Pareillement, je discute. Je discute beaucoup avec mon compagnon. Parfois c'est long. Mais c'est nécessaire. Dès que j'ai un moment de doute, une frayeur, un besoin... je lui en parle. Mais je ne le fais pas n'importe comment. Quand je bouillonne intérieurement, je me donne un peu de temps pour me calmer et pour lui dire les choses intelligemment. Ainsi, il m'aide à rationaliser, à affronter mes peurs et à aller de l'avant.

- Enfin, je me projette mentalement. J'essaie d'imaginer la vie idéale que je souhaiterais vivre avec lui, elle et potentiellement d'autres personnes. Je pense positif. Je fais le bilan de ce que cette situation nous a apporté de bon : la possibilité d'être complètement soi-même en présence de l'autre et de vivre à fond ses émotions et ses sentiments, la possibilité de s'ouvrir au monde et aux nouvelles expériences, la chance assez exceptionnelle d'avoir accès à une partie du jardin secret de son compagnon, ce qui est une grande preuve d'amour... Je me lance aussi des défis, pas à pas et quand je me sens prête à les relever. Le prochain est de rencontrer son amie et de dédramatiser la situation avec elle car la situation est insolite pour elle aussi.

C'était un long message mais j'espère ainsi t'avoir donné quelques pistes d'action pour la suite, si tu souhaites continuer dans cette voie. Je suis convaincue que c'est possible, autant faut-il que tu le veuilles. Et pour cela je ne peux que te conseiller de travailler sur tes propres valeurs d'amour. Cela ne fera que te rendre plus fort en faisant grandir ta détermination. Et surtout, ne te précipite pas pour rencontrer quelqu'un dans le but de "rééquilibrer" la situation. Construis une relation quand tu te sentiras prêt et pas pour mettre un pansement sur tes blessures. Je pense que c'est important.

Bon courage, je suis de tout cœur avec toi !

Message modifié par son auteur il y a 2 jours.

#
Profil

bonheur

le mercredi 13 octobre 2021 à 16h00

@Clades (+)

Ton post ici aidera certainement énormément. Bravo dans ton parcours et ta façon d'exprimer !

Heureuse que tu sois sortie du silence :-D

#

Minoushka (invité)

le mercredi 13 octobre 2021 à 17h41

Talnari, j'ai l'impression de me lire en te lisant..
A la différence que je suis une femme et que j'ai un enfant de 4 ans d'une précédente union, mais dans l'émotionnel je te rejoint.

J'ai 30 ans. Je suis avec mon amoureux (disons Paco) depuis 1 an et demi et je suis tombée amoureuse de lui. Il est poly et j'ai mis plusieurs mois à l'accepter. Je suis devenu poly à mon tour, non sans difficultés :
Jalousie, manque de confiance en lui et en moi, manque de sa présence et surtout, déconstruire mon idéal de famille.

J'ai eu quelques petites histoires à côté mais ça ne m'empêche pas de me sentir mal quand il voit sa seconde amoureuse (disons Sarah).

Sarah et Paco se voient depuis 2 ans et demi, mais 1 fois tous les 2 mois environs. Ca leur convient comme ça. J'étais tellement mal que je l'ai quitté plusieurs fois, mais il est toujours revenu vers moi. J'ai un second amoureux aujourd'hui et je n'en veux pas plus. Ca ne m'empêche pas d'être piqué par la réalité de fois. J'aime Paco de tout mon coeur, mais parfois je rêve de tout lâcher tant c'est insuppportable. mais est ce vraiment ce qui me convient.. Est ce que je dois tout accepter? Non. Mais, je suis libre, il est libre, et je me laisse porter par la vie.

Aujourd'hui, lui et moi sommes d'accord : nous sommes le socle relationnel, nous nous aimons tellement fort, il est si rassurant que même si c'est de courte durée, cette pensée me nourrit.

Ce n'est pas du tout facile chaque jour et je ne sais pas encore ce qui est le mieux pour moi.

De ma petite expérience, voilà mon conseil en 3 étapes (que j'ai fait pour moi )

1. Pose toi la question de quelle relation tu te souhaites et qui te convienne. Chaque relation est sur mesure et il faut y mettre une base claire et saine. Ex : que te faut il pour être plus à l'aise avec ta chérie ? Quelles sont tes limites?

2. Comment le savoir et le mettre en place ?
Ex : moi je me fait des cérémonies chamaniques d'ancrage. Je m'apporte les besoins que personne ne peut faire à ma place, même en poly. Je me nourrit, et plus je suis bien avec moi même, plus ma relation va bien.
Tu auras toujours des moments de doute, et ce sera le bon moment pour te ré-ancrer. Une vie est trop courte pour souffrir. Fais ce qui te rend heureux.

3. Abandonne tes attentes, créer ton propre univers de joie.
Ex : moi je rêve d'avoir un compagnon qui vit avec moi et ma fille et qu'on forme une sphère familiale même avec d'autres relations à côté. Mais j'ai appris que c'est presque impossible, puisque je suis séparée du père, personne ne voudrait s'infliger une vie avec nous de cette manière, ou peut être en mono.

Peut être qu'un jour, tu feras une rencontre qui sera plus en accord avec qui tu es, et j'en suis sûre.

Conclusion, rien n'est définit à l'avance. Occupe toi de ton évolution personnelle, ne t'oblige pas à vivre quelque chose qui te fait souffrir. Il n'y a pas qu'un format de relation poly, ni qu'un schéma de relation mono. Tout fluctue, laisse toi porter par ce que tu te souhaites, mono, poly, couple ouvert. Tu n'es pas obligé d'être dans un seul standard dans ta vie.

Je ne te connais pas, mais je te sers fort dans mes bras. J aime ton affect, donc je t'aime.

#
Profil

lau93

le mercredi 13 octobre 2021 à 22h55

@Clades
j'ai l'impression en te lisant de voir et entendre ma jumelle; merci merci merci
je suis ce soir dans un de ces mauvais soir et loin des bras qui me consolent
je me sens moins seule en te lisant, et je me rappelle mes engagements envers moi même sur ce chemin que j'ai décidé de suivre en étant poly-acceptante
encore merci
Bonne nuit
L

#
Profil

Clades

le jeudi 14 octobre 2021 à 08h22

@bonheur

Heureuse de savoir que mon commentaire puisse être utile. :-) Et j'admets qu'échanger sur ce sujet fait vraiment du bien. Jusqu'alors, j'ai tout gardé pour moi et c'est un secret très lourd à porter. Peut-être un jour partagerai-je ici mon expérience...
Et merci pour tous les précieux conseils que tu donnes à cette communauté. J'ai beaucoup lu et te lire m'a énormément apporté. Je ne peux que conseiller à Talnari de faire de même et s'imprégner des témoignages de cette communauté. C'est riche d'apprentissage et cela permet de définir si oui ou non, c'est un mode de vie qui nous convient et qu'on a envie de vivre, tout en acceptant que tout ne sera pas tous les jours tout rose.

@Minoushka
Je te rejoins dans ton expérience et les conseils que tu donnes. Je pense que le premier point que tu évoques est extrêmement important. J'ai l'impression que Talnari ne parvient pas à s'identifier dans cette configuration de relation. Mais est-ce parce qu'il ne se retrouve pas dans ce modèle ? Ou parce que la pratique ne ressemble pas assez à la théorie ? Le fait est que... la pratique ne ressemble jamais exactement à la théorie. Mais cela vaut pour tout. Même pour un modèle monogame. Donc le plus important est de savoir ce qui correspond vraiment à notre intime conviction.

@lau93
Pour avoir lu ton expérience, je ne peux que confirmer la similitude de notre parcours, sur de nombreux aspects. :-) Et te lire m'a procuré la même consolation et beaucoup de courage. Je ne peux que te remercier d'avoir participé indirectement à ma transition vers le polyamour et je suis contente de savoir que nous pouvons nous soutenir, même en étant éloignées !
PS : Moi aussi mes moments difficiles arrivent généralement le soir. Généralement je ne tergiverse pas longtemps. Je vais dormir. J'estime qu'il n'est pas utile de gaspiller du temps et de l'énergie à ruminer. Ce n'est pas facile, il faut se forcer car notre cerveau nous fait croire que ressasser nos pensées négatives est la seule option qui s'offre à nous. J'y arrive de mieux en mieux. Et le lendemain je me dis de plus en plus : "ouf, ce n'était que passager !".

Message modifié par son auteur il y a 2 jours.

#

Maiaa (invité)

le jeudi 14 octobre 2021 à 09h04

Salut à vous tous, je me retrouve comme Lau ce soir dans la même situation. Triste, désemparée, en train de m'occuper seule de mes enfants alors que mon homme est parti rencontrer quelqu'un avec qui il passera la nuit. Ca fait du bien et ça réchauffe le cœur de vous lire, de savoir que nous sommes une petite communauté qui avons décidé d'aller au delà des schémas imposés, et je suis sûre que nous sommes tous fiers de notre parcours, même si dans ces moments ça fait mal. Je trouve que quand la relation est asymétrique car l'un des deux a du mal à trouver des partenaires est difficile d'accepter et il ne faut pas tomber dans le piège de la compétition et de chercher quelqu'un à tous prix. Pour gérer mes sentiments de tristesse ce soir je vais sûrement utiliser les conseils que vous avez partagés dans ce post ... vraiment merci de nous avoir parlé de vos expériences, ça fait du bien :)

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion