Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Polyamour... nouvel équilibre avec conjoint monogame en couple

Besoin d'aide
#
Profil

Josephine67

le mardi 13 juillet 2021 à 14h35

Bonjour à tous,

C'est la première fois que j'utilise un groupe de discussion et donc ce groupe. J'espère utiliser un vocabulaire clair qui vous permette de bien comprendre la situation. Merci d'avance à ceux qui me liront et éventuellement m'aideront dans ma démarche.

Je suis une femme de 35 ans en couple depuis 20 ans et mariée avec des jeunes enfants, nous sommes avec mon mari tous les deux polyamoureux depuis 2 ans et très contents de cette ouverture, de cette transparence et confiance que le polyamour a amené dans notre relation.

J'ai une autre relation de 2 ans avec un homme monogame. C'est avec lui que j'ai commencé le polyamour et nous sommes très amoureux.

Toutefois sa situation a évolué depuis qq mois car il est en couple monogame exclusif et souhaite une relation pérenne classique avec une famille et des enfants.

J'écris dans ce groupe aujourd'hui car je n'ai pas beaucoup d'amis ou famille qui connaissent ma situation de polyamour et avec qui je peux librement parler de mes interrogations en rapport avec le polyamour.

Avec mon "amant" on vit loin, on se voit peu mais on est très attachés l'un à l'autre. On se voyait 2 à trois fois par an pendant qq jours. Lui n'est pas polyamoureux mais il a accepté ma situation avec mon mari et a compris que je n'allais pas me séparer pour vivre avec lui et qu'on pouvait quand même avoir une relation forte de confiance et d'amour dehors du couple classique.

Depuis qq mois  il est en couple  avec une personne monogame, alors on est restés à distance pour laisser de la place à leur relation débutante mais la situation n'est pas facile car nous sommes toujours très amoureux et on se manque. On se parle et on échange de temps en temps mais on ne s'est pas revus. On commence à aborder ce point là de se voir mais si l'envie est là, j'hésite car sa copine ne serait pas au courant.

En effet il est dans la situation où il se voit comme monogame exclusif et ne serait pas à l'aise de savoir que sa compagne puisse avoir d'autres relations, lui n'aurait pas forcément envie d'avoir d'autres relations. Mais il voit bien que notre relation lui manque et que se voir qq fois ne l'empêcherait pas d'être en couple et d'avoir une famille. Finalement il est polyamoureux sans le savoir ! Ou sans le reconnaître mais il a un processus à faire pour le reconnaître, oser en parler et être honnête avec sa compagne. Mais il ne se voit pas en parler à sa compagne de peur qu'elle ne comprenne pas voire le quitte qu'il puisse avoir des sentiments pour qq'un d'autre et qu'il puisse vouloir une autre relation d'amour - quelque soit le modèle (ami amoureux avec ou sans intimité).

Je ne suis pas à l'aise à l'idée de continuer de le voir en mode infidélité même une fois ou deux par an - ce qu'il propose. L'idée de ne plus se voir est difficile à envisager. L'idée de se voir en amis proches / amour platonique /même sans être amants est envisageable mais je pense que cela devrait être un minimum discuté avec sa compagne car on garderait des sentiments forts. L'infidélité, le mensonge sont vraiment des sujets importants pour moi, et même si c'est plus à lui de faire ce travail avec sa compagne, j'ai aussi mon rôle à savoir si je veux ou pas accepter une relation cachée.

J'aimerais au fond qu'il fasse preuve de courage et assume ses sentiments. Je pense que sa compagne, si elle l'aime, devrait vouloir qu'il soit heureux et s'accomplisse pleinement. Il me dit que c'est plus facile pour moi car je suis en couple de 20 ans alors que lui ne se sent pas d'aborder le sujet dans une relation débutante. En tout cas je ne vois pas comment il pourrait construire une relation durable en cachant notre relation quelque soit la forme qu'on lui donne pour la suite. Et pour nous envisager une rélation épanouie si elle est cachée et étouffée me semble pas réjouissant.

Pour autant, je ne veux pas leur imposer mon mode de fonctionnement. Faut-il essayer de le convaincre si il souhaite qu'on continue à se voir ? Auriez-vous des conseils ? Une expérience similaire ?

Merci !

#
Profil

Lili-Lutine

le mardi 13 juillet 2021 à 17h13

Je vais témoigner de ma situation avec une de mes relations, et de comment je la vis, là à cet instant.

J’ai plusieurs relations avec des personnes, qui comme moi, s’assument poly ou anar vis à vis de tout le monde, amis.es, enfants, familles et entourage proche ou éloigné.
On se côtoie toustes ensemble régulièrement et c’est à chaque fois festif, joyeux et plein d’amours.

Et j’ai aussi en + depuis plus de 10 ans une relation avec une personne qui alterne sa vie entre monogamie et célibat (célibat ici voulant dire qu’à par moi, sur certaines périodes, elle n’a pas d’autre relation).
Lors de ses périodes mono, nous avons décidé de nous voir quand même, elle est alors dans une situation adultérine avec son autre relation du moment, qui ne se doute de rien à ce jour, ses autres relations avant non plus.

On se voit certes bien moins, la communication à distance n’est plus aussi simple et pourtant nos sentiments et complicités sont toujours aussi puissants.

Cette personne connaît mes autres relations, mes proches, mes enfants, et quoique je vive avec cette personne, notamment sur les périodes où elle est de son coté en situation adultérine, mes autres relations, mes enfants, etc, tout le monde l’accueil chaleureusement et demande de ses nouvelles, tout est parlé, rien de ce que je vis est caché.
Aucun jugement, mes proches le vivent tout aussi librement et joyeusement que moi.
Il me faut préciser aussi que nous l’aimons et l’apprécions beaucoup toustes, peut importe ses choix de vie du moment.

Pendant longtemps je n’ai pas parlé de cette relation en café poly ou a des personnes poly que je connaissais peu, je fus souvent (parfois violemment et en public) jugée et condamnée comme étant moi-même « non-poly » voir pire ! (Comprendre ici que ma place n’était pas avec les poly)

Je n’ai jamais souhaité avoir une relation durable avec une personne qui trompe et ment à d’autres pour me retrouver, et je n’ai jamais depuis souhaité en créer une autre semblable.

Cette « folle » rencontre est arrivée comme ça, à une époque où mes réflexions et mes questionnements se sentaient libres de tout formatage et des culpabilisations venant de l’extérieur.

Cette personne a croisé ma route il y a longtemps (en 2010), à cette époque où je pouvais encore parler de ce que je vivais avec cette personne sans me faire sermonner ... Puis est venu le temps des « bonnes » et des « mauvaises » pratiques poly...
Je me suis alors tue publiquement.

J’ai mis du temps, beaucoup, pour être à l’aise et comprendre ce qui nous liait si profondément et son besoin, en parallèle, d’avoir un couple (social) mono pour tous les autres aspects de sa vie.
J’ai beaucoup culpabilisé... et cette personne aussi de ne pas arriver à choisir... On a tenté de ne plus se voir... parfois très longtemps...

Aujourd’hui je ne m’encombre plus des qu’en dira-t-on... Je ne m’encombre à vrai dire de plus grand chose de l’ordre de la morale venant de personnes, qui de mon point de vue, tentent de m’infantiliser en remettant en cause mes choix, et quel-qu’ils soient.

Je ne dis pas que c’est facile d’avoir une relation avec une personne qui trompe et ment pour être avec moi, je ne le conseillerais même pas si on me demandait mon avis...

Je suis amoureuse au plurielle et vraiment très occupée avec mes autres relations, cette personne est amoureuse et très occupée dans sa vie mono avec son autre relation, c'est peut-être un des secrets de la longévité de notre relation ?

Je n’attends rien de cette personne, cette personne non plus vis à vis de moi, je n’ai pas de projet, pas d’objectif, on ne se fait pas de promesses en l’air, de celles notamment que l’on pourrait soupçonner d’être invasives, voir manipulatrices...

Je vis cette relation «  en marge» du «  bon» monde poly et de la société en générale.

Cette relation continue de me rendre heureuse <3

Je témoigne juste de cette relation-ci qui n’a de cesse de durer et de devenir de plus en plus forte, je ne fais certainement pas l’apologie de l’adultère ou de quoi que ce soit d’autres d’ailleurs !

Message modifié par son auteur il y a 3 mois.

#
Profil

lau93

le mercredi 14 juillet 2021 à 18h34

Bonjour
Je suis intéressée par votre échange bien que ne me définissant pas (encore ?) comme polyamoureuse mais plutôt comme « polyacceptante novice », si toutefois il devait y avoir une définition à donner. Je découvre peu à peu avec une certaine perplexité qu’il semble en effet y avoir une orthodoxie polyamoureuse avec les vrais et les pas vrais. Je trouve cela étonnant si on se dit que les amours plurielles viennent comme une contre-proposition à la norme monogame/ patriarcale/ exclusive que la société occidentale véhicule. Comme s’il fallait retrouver une norme pour en connaitre les limites, et définir qui sont « les autres ».
Dans mon cheminement je me dis qu’il s’agit encore d’expérimentation, de découvertes de solutions alternatives propres à chaque relation et donc aux partenaires impliqués. Je comprends l’idée que le mensonge / l’adultère puisse choquer : ça réveille des émotions extrêmement désagréables. Dans certaines situations pourtant les protagonistes ne sont pas en mesure de vivre autrement la situation. Je m’interroge : aurais-je eu moins mal si j’avais appris l’amour porté à cette autre dès ses prémices plutôt qu’en le découvrant à posteriori ? Les peurs réveillées par la pluralité des amours auraient été quoiqu’il arrive du même ordre me semble-t-il. En revanche j’aspire maintenant à la transparence et considère que si j’avais appris à 20 ans ce que je découvre sur moi-même en ce moment j’aurais vécu une vie plus « vraie » » dans mes affects, au sens plus proche de mon équilibre personnel.
IL est possible que cet amoureux ne puisse pas envisager à ce stade de perdre la relation avec sa compagne qui lui offre une relation monogame à laquelle il aspire. Il est possible que cette femme ne soit pas en mesure d’accepter qu’une autre ne soit même qu’amie avec son compagnon. Pour autant devez vous renoncer aux sentiments positifs qui vous animent ? Les romans regorgent de situation où l’amour regret hante les protagonistes, comme une mélodie mélancolique qui vient se comparer à la réalité pas toujours simple de la vie commune et concrète avec celui ou celle qui a été « choisi.e ».
Je compare l’amour que mon compagnon porte à son autre amoureuse à de nouvelles ailes ou un 3e œil qui lui aurait été apporté par la relation, comme une expansion de sa capacité d’amour : lui demander de s’en amputer pour qu’il ne regarde plus que dans ma direction reviendrait à vouloir en faire un autre humain, moins complexe et moins riche au final. D’où ma polyacceptance. Mais je peux imaginer qu’une autre pourrait choisir un amoureux amputé pourvu qu’il n’ait plus d’autre horizon qu’elle, parce que ça serait plus rassurant pour elle ?
Au final plus de question que de réponse !
Bonne soirée
L

#
Profil

Josephine67

le mercredi 14 juillet 2021 à 22h25

Bonsoir à vous deux et merci beaucoup pour vos temoignages et retours! Ca me touche beaucoup.

Je fais écho au message de Laurence sur le fait que cet amoureux et sa compagne ne sont peut-être pas en mesure de faire autrement, en tout cas à ce jour. Et aussi à Lutine sur le fait qu'il y a les principes/ la moral et puis la réalité. Et que parfois il ne faut pas être trop stricte ou rigide avec certains principes et s'adapter à la réalité et aux possibles qui se présentent à nous. Balayer d'un revers de main cette relation à cause de principes qui font écho à des peurs / trauma / mauvaises expériences d'adultère n'est pas forcément la meilleure solution.
Le bonheur est en espérance On vit, en disant : nous verrons. Chateaubriand

#
Profil

bonheur

le jeudi 15 juillet 2021 à 14h34

Bonjour @Josephine67,

Aucun conseil. Une expérience qui se rapproche ?

Oui, et elle conditionne aujourd'hui la cohérence de mes actes. En gros, un amour ancien, qui refait surface à mon initiative, car je suis en période de devenir poly (affective)... De mon côté, mon chéri de vie sait. Cet homme et moi, nous nous revoyons et l'amour est toujours présent. Il est en couple, alors je campe sur ma position initiale de l'amitié. Ce qui en fait me perturbe, car ce n'est pas cela. Leur lien n'est pas bon, de ce qu'il me dit. Elle je ne la connais pas. Au bout de quelques mois, ils se quittent. Et là, il est célibataire. Il me demande de divorcer pour faire ma vie avec lui, ce que je refuse catégoriquement. Notre relation devient amoureuse affective secondaire.

Un jour, il m'appelle pour m'annoncer que c'est super génial, qu'elle a dit oui et qu'elle veut bien de lui. Euh ? Qui ça ? Etant en couple de mon côté, je ne lui en veux pas. Et puis, il était célibataire sans compte à me rendre. Et mariée, j'aurai été mal placée pour lui pourrir la vie. De toute façon, ça me convenait parfaitement. Juste, je demande "et moi ?" et la réponse "ça ne change rien !". J'évoque l'idée qu'il lui parle de moi, de notre lien particulier. "Pas tout de suite, je ne veux pas la faire fuir". Soit. Je partage sa joie et je suis contente, alors je laisse la vie se poursuivre.

Le temps passe et ils s'installent ensemble. Je m'inquiète de nouveau. Ce n'est pas le moment qu'il lui parle de moi, plus tard. Et plus tard, c'est quand ? Ben plus tard devient "je ne veux pas la faire souffrir inutilement d'autant qu'on ne fait rien de mal puisque l'on ne couche pas ensemble". Je ne réagit pas, j'en suis incapable. . Le temps passe et ils se marient (je l'apprends après coup).

Malgré tout, je parle de cela avec mon chéri. Nous sommes d'accord sur le fait qu'il tente de construire du solide et du durable, sur des fondations emplies de mensonges.

Quelques temps après, j'analyse. Moi non plus, je ne veux pas faire souffrir personne. Sauf que pour une transition mono à poly, la souffrance s'invite généralement (peut-être pas toujours, c'est vrai). Inutilement : là je tique sérieusement. A quoi ce qualificatif se rapporte ? A notre lien ? S'il est inutile, pourquoi il ne me largue pas (maintenant qu'il a une femme avec laquelle vivre). Il rencontre une personne qui lui offre des perspectives d'avenir en cohérence avec sa volonté. Alors, oui, moi je ne suis plus rien. Et même avec ce raisonnement, je ne me résous pas à le quitter. Mes pensées vont souvent vers elle. C'est con mais finalement je la plains. Et lui, je lui mets des évidences sous le nez, qu'il ne regarde même pas. Bon, comme il veut, c'est sa vie pas la mienne.

On ne fait rien de mal ? Ben si c'est pas plus perturbant que cela, pourquoi la question de parler de moi est écartée. Elle connait ses ami-e-s, sa famille et pas moi, pas mon chéri. Il y a anguille sous roche. Je vis cette situation de plus en plus mal... puis vraiment mal. Hors de question que je sois celle qui balance. Sauf que voilà, j'ai ma part de responsabilités, et pas des moindre. Il m'a fallu quelques années pour enfin le quitter. J'aurai dû le faire bien plus tôt. S'accrocher comme je l'ai fait, ce n'est pas sain. Mon chéri m'a soutenue, comme toujours. Il est mon parachute, à chacune de mes chutes libres. Il boit l'eau de la rivière pour que je ne me noie pas (au pire je bois la tasse, histoire que ça me marque et me serve de leçon).

Mon vécu n'est valable que pour moi. J'en ai retenu qu'aujourd'hui, je m'éloigne rapidos de ce type de situation. Cette femme a un jour fouillé son portable ou autres. Deux mois après que je l'ai quitté, elle m'a téléphonée. Avant de raccrocher, elle m'a fait promettre de ne jamais dire à son mari qu'elle m'avait téléphonée. Mensonges et non-dits sont leur quotidien, je suppose. Sont-ils heureux ainsi ? Depuis, plus de nouvelles et c'est très bien ainsi. Je crois que ça m'a servi de leçon. Plus jamais cela !

Message modifié par son auteur il y a 2 mois.

#
Profil

Free_love_92

le vendredi 16 juillet 2021 à 11h26

Bonjour Josephine,

Faut-il essayer de le convaincre si il souhaite qu'on continue à se voir ?
Auriez-vous des conseils ?
Une expérience similaire ?

Je n ai pas de conseille a te donner mais juste une analyse sans prétention et d extérieur.

Tout d abord la relation doit te convenir et ne pas te contraindre … que tu sois alaise et épanouie
Oui … le principal c est Toi et Uniquement Toi.
Vous êtes avec ton Mari en phase avec vous même un couple polyamour assumé. et c 'est la bonne démarche.

Demander a un ton Amant de changer sont mode de fonctionne, revient a le contraindre a quelque chose dont il n 'est pas prêt . il n 'ai tout simplement pas au même niveau que Toi (Vous avec ton Mari).

A l inverse, tu acceptes ce qu'il te propose de rester Monogame (de son coté) et a ce titre tu te contrains et acceptes de ne pas vivre ta relation comme tu l entends.

Le But est tout de même d aimer sans souffrir... <3

:-) merci de ta confidence

#
Profil

bonheur

le vendredi 16 juillet 2021 à 12h00

@Josephine67

Une demande de transition demande temps, communication, empathie, compréhension. La découverte d'un changement, souvent brutal implique souvent une souffrance, des questionnements...

Après, il y a les choix. Et je rebondis sur les propos de @Free_love_92. Si ta façon d'aimer et d'être t'est claire et connue, qu'en plus elle est communiquée... alors seul toi sait. Peut-être que la question en est à : et lui ? Il est perdu, il tâtonne, ou c'est clair et net qu'il sera adultère avec toi, si vous vous revoyez. Si oui, comment le vivras-tu ?

On peut penser que c'est son problème, celui de son couple et rester en marge (pourquoi pas ?). Mais qu'en est-il pour toi @Josephine67 ? As-tu cet impératif besoin de transparence, d'honnêteté, de sincérité avec tes métamours ? Si c'est le cas, alors tu souffriras. Cette souffrance sera-t-elle dévastatrice et à quel point ?

La souffrance passagère est viable (transition, découverte, etc). La souffrance perpétuelle... ?

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion