Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Devenir polyamoureux ou la fin de l'amour

Communauté
#
Profil

Monosaccharide

le vendredi 02 avril 2021 à 18h55

Bonjour,

Message modifié par son auteur il y a 7 jours.

#
Profil

Monosaccharide

le vendredi 02 avril 2021 à 20h37

Ma démarche est sincère.

#
Profil

alinea7

le vendredi 02 avril 2021 à 20h42

@Monosaccharide je ne sais pas par quel angle commencer. Ton message m'a amusée et en même temps ce n'est pas drôle. Ça m'a amusée parce que dégommer une philosophie de vie sur un forum dédié en demandant à se faire convaincre, fallait oser, et aussi parce que j'aurais pu l'écrire...et ça n'est pas drôle parce que ça me semble refléter une grande désillusion et une grande souffrance.

J'ai le même profil que toi. Ce profil vient j'ai l'impression avec une espèce de soif d'absolu. Et une entièreté qui en découle.

Absolu dans la justice, dans la cohérence, dans les sentiments. Et quelque part j'ai l'impression que les gens de notre entourage étant humains, ils ont des limites, des contradictions, des incohérences. Et si on place la barre de l'absolu trop haut on ne peut qu'être déçu, en colère face aux limites de la réalité.

Entièreté dans le tout ou rien : si l'amour absolu tel que je le cherche n'est pas possible alors je renonce aux sentiments et je ne vais penser qu'à ma pomme starting now.

Ce que le polyamour propose selon moi, ce n'est pas du capitalisme de sentiments, c'est prendre en compte les limites. Des gens, des relations, de la réalité. Ce n'est pas souffrir à essayer d'atteindre un idéal mais prendre le beau où il est et le magnifier.

Pour d'autres, l'amour c'est justement la démarche d'essayer et parfois réussir à faire plier la réalité. Parce que quand quelque chose, quelqu'un compte vraiment, on se doit d'essayer ou mourir. Dans cette optique, aimer c'est quand on n'accepte pas la réalité et qu'on essaie de la transformer pour qu'elle s'adapte.

Je crois que soit tu continues dans ta démarche "plus rien à f%#" et avec ton intelligence tu vas finir par comprendre le poly comme on parle une langue étrangère (bonne lecture sur le forum). Soit pour être un arbre heureux, tu cherches ta forêt. Les gens qui ont les mêmes valeurs que toi, ils sont rares mais ils existent.
Comme je me rends compte de ma tendance (hum) à être tranchée et absolue, j'ai décidé de faire les deux. Enfin, pour être honnête j'ai eu ta démarche, la première option, puis la seconde, et puis maintenant je me dis,...il paraît que la voie du milieu c'est pas mal. Finalement ça fait un peu peur cet absolu, ce tout ou rien. Si j'étais avec un partenaire comme ça je crois que je fuirais.
Par rapport à la démarche de chercher ta forêt : il y a des forums pour les neuro-atypiques, il y a des groupes, des assos. Tu n'es pas seul.

Dans tous les cas je pense que tu aurais avantage à apprendre à gérer tes émotions pour pouvoir au moins dire ce qui se passe pour toi sans exploser. Le dialogue passe mal dans l'excès. Pour ne pas te sentir trahi par les limitations des gens, tu peux te pencher sur les tiennes et faire la paix avec, aussi.

Au plaisir de te lire. :-)

#
Profil

Monosaccharide

le vendredi 02 avril 2021 à 21h26

Désolé

Message modifié par son auteur il y a 7 jours.

#
Profil

alinea7

le vendredi 02 avril 2021 à 21h36

Hum. Scihub ?

...quel sujet ?

Message modifié par son auteur il y a 10 jours.

#
Profil

Monosaccharide

le vendredi 02 avril 2021 à 23h09

Oui

Message modifié par son auteur il y a 7 jours.

#
Profil

alinea7

le samedi 03 avril 2021 à 07h46

Je ne sais pas trop ce que tu peux trouver comme réponse à tout ça dans la biologie évolutive mais c'est peut-être parce que je n'y connais rien, et s'il y a des parallèles ça peut permettre de réfléchir.
J'ai l'impression que tu voudrais être convaincu rationnellement que l'exclusivité amoureuse est moins adaptée que la non exclusivité. Ou l'inverse. Mais ce n'est pas clair pour moi si c'est ça.

Et si c'était le cas, si un modèle méritait d'exister au contraire de l'autre, qu'est-ce que ça change pour toi concrètement ? Si l'exclusivité l'emporte est-ce que tu reprendras espoir dans la possibilité de trouver quelqu'un qui partage ta représentation de la relation amoureuse ? Si la non exclusivité l'emporte est-ce qu'à l'intérieur de toi d'un coup ça te correspondra ?

...et s'il n'y avait pas de réponse ? S'il n'y avait pas d'optimal universel qui fonctionne dans toutes les situations ? Est ce que cette cohabitation de plusieurs philosophies n'est pas justement la meilleure façon d'avoir un tout plus résilient ?

Merci de partager ta démarche, déjà.

Message modifié par son auteur il y a 10 jours.

#
Profil

Monosaccharide

le samedi 03 avril 2021 à 10h17

La

Message modifié par son auteur il y a 7 jours.

#
Profil

artichaut

le samedi 03 avril 2021 à 17h17

Bienvenu @Monosaccharide

Monosaccharide
s'il-vous-plaît ne me jugez pas.

Ok, je vais essayer (mais sans garantie non plus, hein)
Et tu peux le dire, si tu te sens jugé.

Monosaccharide
J'ai quitté ma compagne il y a deux semaines car elle m'a annoncé vouloir une relation polyamoureuse avec quelqu'un qu'elle connaît depuis seulement 1 mois. Elle me l'a annoncé par sms,

Hum, qu'elle est cette histoire qui peut s'arrêter (ou cet amour qui peut cesser, puisque tu utilise le verbe aimer au passé) à cause d'un simple sms ?? (quelque soit le contenu du sms par ailleurs). C'est que raconté comme tu le raconte, on dirait que tu as répondu par un autre sms « tchao by »…

Vous en avez causé au moins ?? Cherché à comprendre la situation avant de trouver des solutions ? etc, etc.

Et tu ne l'aimes plus ??
(déso mais là mon cerveau bugue et doute que tu ne l'ai jamais aimé)

Tu es bien placé pour savoir ("haut potentiel intellectuel aligné sur le trouble du spectre autistique") que c'est dur quand on ne nous accepte pas tel que nous sommes. Alors si tu l'aime vraiment c'est que tu l'acceptes telle qu'elle est, non ? Perso, je ne vois pas quel autre amour pourrait exister… (sinon je dirais que tu cherches à t'aimer toi-même à travers elle).

Monosaccharide
je ne supporte absolument pas ce qui contrevient à mes valeurs que j'estime être l'idéal vers quoi tendre au-minimum, sinon à atteindre. Lorsqu'elles sont bafouées, cela me cause des souffrances d'une tristesse terrible et cela me rend régulièrement colérique contre les situations d'injustice. C'est donc compliqué pour moi d'accepter ce que je considère comme de la débauche porteuse de souffrance, d'insécurité, d'irrespect et de maladies. Je ne supporte également pas tout ce qui a attrait au capitalisme et je considère le polyamour, l'infidélité et le libertinage comme un asservissement capitalistique de l'être humain, une maximisation du profit pour son confort personnel, un entassement de la vie comme les capitalistes économiques confisquent les biens de production et les objets en détruisant notre planète.

Oui, rien de tout cela n'est faux. Ça peut être tout ça. Mais à mon sens, ni+ ni- que la monogamie. Parce que asservir une personne à son bonheur à soi, si c'est pas un "asservissement capitalistique", je ne vois pas ce que c'est.
Il y a tellement à inventer. Et l'on se contente de reproduire des schémas qui ne nous appartiennent pas…
Qu'est-ce qui nous empêche de tout envoyer balader et d'inventer une vraie éthique relationnelle ?

Monosaccharide
Je sais, la phrase est longue et en inadéquation avec les thèses libertaires. Cet aspect capitaliste je le fonde sur l'impossibilité de connaître l'amplitude de l'âme humaine d'une personne en étant concentré sur plusieurs relations.

Connaît tu seulement l'amplitude de ta propre âme humaine ?

Ne connaît tu pas l'amplitude de l'âme humaine de certain·e·s de tes proches (parents, enfants, ami·e·s) ? Si tel n'est pas le cas, je trouve ça triste.

Ne connaît tu pas l'amplitude de l'âme humaine de plusieurs films, de plusieurs livres ?
N'as-tu pas dans ta vie connu l'amplitude de l'âme humaine de plusieurs personnes ? (quitte à t'y prendre par étapes)

Perds tu cette connaissance quand tu cesses de relationner avec la personne, ou que tu la vois moins ?

Monosaccharide
C'est pourquoi, je vous demande s'il est possible de forcer son esprit à devenir…

Quelque soit ce qu'on mettrais dans ces points de suspension, je ne vois pas comment cette position pourrait être tenable.
Déso, mais ça me semble la pire des idées.

Vu que tu es HPI, tu sais bien que tu es capable d'inventer ta propre manière de penser et faire fonctionner les relations amoureuses. Pourquoi vouloir t'imposer des normes qui ne te conviennent pas (monogamie, polyamour & co) ?

Monosaccharide
Je me demande également si je dois dire aux personnes que je rencontre que je suis aligné sur le trouble du spectre autistique.

OUI

Tu le dis ici a des inconnu·e·s et tu ne le dis pas aux gens que tu aimes le+ ??
Comment veux-tu qu'elles te comprennent ?

#
Profil

Diomedea

le samedi 03 avril 2021 à 18h12

Bonjour @artichaut
Juste un petit mot pour dire que je 'plussoie' ta réponse (dessus) pour son contenu, mais aussi pour le soin et empathie qu'elle exprime.

Message modifié par son auteur il y a 9 jours.

#
Profil

bonheur

le samedi 03 avril 2021 à 19h56

J'invite aussi à chercher (dire que ça se rejoint ???) du côté de Sapiens et de nos "restes" d'hominidés que certains disent archaïques. Perso j'ai lu des livres sérieux sur Néandertal et je m'y reconnais. J'avais aussi bouquiner, avec mon niveau de compréhension Antonio R. DAMASIO.

Ceci expliquerait le pourquoi du comment... j'avoue que ça me dépasse. Je ne suis en rien une scientifique.

Mon constat, qui lui est simple, nous sommes différents les uns des autres. Mon second constat consiste à penser que la tolérance, bienveillance, compréhension sont indispensables à l'acceptation des différences.

#
Profil

Monosaccharide

le dimanche 04 avril 2021 à 10h57

Merci

Message modifié par son auteur il y a 7 jours.

#
Profil

bonheur

le dimanche 04 avril 2021 à 14h55

Ca me fait penser à l'exemple utilisé par Damasio pour définir les "zones" du cerveau et leurs importances. Il donne le cas d'un homme très très intelligent qui était ingénieur pour une compagnie de chemin de fer (Etats-Unis à l'époque des premiers trains). Lors d'un dynamitage, il a un accident. Une barre de métal vient se loger dans son crâne. Etrange, il survit sans séquelles apparentes. Sauf qu'il perd la zone de son cerveau liée aux émotions. Il est toujours aussi intelligent intellectuellement, mais n'est plus sensible du tout. Il n'est plus capable d'introduire d'émotions dans ses prises de décision. Il est devenu inhumain et rate alors tout ce qu'il entreprend.

Après, les "pathologies", je suis méfiante sur ce terme. C'est un peu la porte ouverte à toutes justifications. Je suis sur ma réserve concernant ce mot et son emploi, surtout de la part d'un psychiatre qui en plus n'offre pas d'arguments à son propos. Un peu facile je trouve. A une époque, une femme qui se masturbait était "hystérique" et c'était de l'ordre du trouble, de la pathologie.

Après, le SMS est un mode de communication, écrit et qui peut être très court ou non. Moi j'envoie des SMS parfois long. Tout le monde ne peut exprimer verbalement. Je fais partie de ces personnes pour qui ça coince dans la gorge, version une boule qui bloque l'expression du flot de mes pensées, de mes émotions. Par écrit, j'évacue par les larmes et j'exprime. J'enrage toujours lorsque l'écrit est dévalorisé, réservé aux "lâches". Ce qui n'est pas apparent, n'existe pas ?

Pendant 20 ans j'ai mis de côté cette facette de moi, pourtant si importante, qui est ma polyaffectivité et ma sexualité à part. Cela veut dire que moi-même, je ne me connaissais pas. Donc, mon entourage ne me connaissais pas non plus. On découvre de soi constamment, les autres aussi. Ma mère m'a dit un jour où elle gémissait encore (oui, encore et encore) sur l'attitude de mon père à son égard "il n'était pas comme ça quand je l'ai connu, ça je peux te le jurer". Euh, oui, plus de 40 ans après, heureusement qu'il a évoluer. Mon père est un intellectuel, peu enclin à l'affect. Il ne comprend pas l'imbécilité des autres (qu'il rabaisse aisément) et renvoi du mépris constamment. C'est une évidence pour lui. Après, l'intellect est peut-être une pathologie, un trouble... ou juste une façon d'être dans laquelle l'individu se trouve, faute de mieux. Mon père n'offre aucune opportunité de transmettre sa faculté d'une façon conviviale et respectueuse. Ma mère est enlisée dans un conte de fée, enfin dans une désillusion. Elle a épousé le fils de .... qu'elle a admiré et aimé. Elle n'avait pas prévu la cage dorée et les désagréments. Elle ne vit pas sans lui, car elle n'existe qu'à travers lui. Elle n'a pas fait d'erreur, c'est l'autre qui a changé et est responsable de son mal-être. Quand à lui, il n'est pas bourreau, c'est de la faute de cette "conne" qui ne comprend rien, que c'est pour son bien, son instruction. Aucune remise en question. Ni de l'un, ni de l'autre.

Quand il y a désagrément dans une relation, ce n'est pas de la faute de l'un plus que de l'autre. Le "nous" est mis à mal et il faut interroger aussi bien le "je" que le "tu". Tant que l'autre devient le seul responsable, rien n'est possible.

#
Profil

artichaut

le dimanche 04 avril 2021 à 19h55

Diomedea
Bonjour @artichaut
Juste un petit mot pour dire que je 'plussoie' ta réponse (dessus) pour son contenu, mais aussi pour le soin et empathie qu'elle exprime.

Merci. j'avais peur au contraire d'y être allé un peu fort. Mais la réponse de @Monosaccharide m'a rassuré.

Monosaccharide
J'ai bu et je l'ai appelé en étant complètement ivre (black out à 98%) et je me souviens lui avoir hurlé dessus des choses que je pense et pense pas sur elle. Pour dire le niveau d'alcool, je me suis retrouvé aux urgences en frôlant le coma éthylique.

Outch. Tout ça pour un sms…
Rendu à ce niveau là, je dirais que ce n'est pas juste un comportement "colérique", comme tu le disais dans ton premier post.
C'est de la grande violence (contre soi-même et contre l'autre). J'espère que tu t'en rends compte.
Désolé de te dire ça, mais à mes yeux, rien ne peut justifier un tel comportement.

Monosaccharide
Elle a une personnalité particulièrement complexe : elle dit rarement ce qu'elle pense, est particulièrement sale mais en même temps elle réussit très bien dans les études et c'est ce qui m'avait attiré chez elle.
Je suis particulièrement en colère contre elle parce qu'elle m'a fait croire qu'elle voulait une relation à 2 en Suède entre septembre et mars. J'ai constitué mon présent et mon futur à cette condition.
Elle se retrouve également directement dans une relation avec son colocataire qui est "comme par hasard" une personne polyamoureuse.

Selon le psychiatre que j'ai vu, il s'agit d'une personne qui souffre de pathologies avancées. Mais il a refusé de m'en dire davantage.

Hum, je ne sais pas qui qui souffre le+ de pathologies, mais vous me semblez tou·te·s les deux avoir encore bien des choses à régler avec vous-même.

Monosaccharide
Je ne sais pas si je suis capable d'aimer quelqu'un qui me ment durant des mois sur des choses qui impactent directement mon projet professionnel.

Voilà sur comment cesser d'aimer quelqu'un par un seul sms. Évidemment, une part de moi est encore attachée à elle, mais j'ai l'impression d'avoir vécu avec quelqu'un que je ne connaissais tout simplement pas, alors dans ces conditions je ne vois pas trop comment il est possible d'aimer cette personne.
Je ne suis pas définitivement arrêté à ce propos mais j'ai l'impression d'avoir été un objet entre les mains d'une personne dénuée d'empathie qui m'a baladé pendant 1 an. Mais oui je suis perdu.

Alors, oui, un peu la seule chose qui me semble pouvoir stopper un amour en un instant, c'est ce sentiment (que je n'ai jamais vécu) d'avoir été manipulé.

P-être c'est de là que vient, dans notre société, ce truc ultra émotionnel sur le sentiment d'être trompé. Mais j'ai quand même l'impression que souvent ce sentiment de "tromperie" est avant tout un pb d'ego et de non-dits.

Dans ton cas, toi seul peut savoir.


Et alors là peut-être que je me gourre total, mais le fait que tu lui ai hurlé dessus, me fait pencher pour l'idée que ce ne soit plutôt pas de la manipulation. Il me semble que contre un sentiment de manipulation, la violence n'est pas la réponse la +commune (je dirais plutôt la fuite, ou la paralysie). En revanche la violence, me semble souvent venir d'un sentiment de supériorité.
Bon tu fais ce que tu veux, de ce que je dis, hein. Je ne suis pas du tout spécialiste des comportements humains. Et encore une fois, peut-être que je me gourre total.

Et si tu penses avoir été victime d'une manipulation, tu as bien fait de partir.

Monosaccharide
Elle montre également zéro émotion, regret, remord ou toute forme qui s'apparenterait à de l'amour. En terme de personnalité, je n'ai jamais rencontré une personne similaire.

Là encore en échangeant par sms elle est d'une distance effroyable, sans émotion.

Moi si on me gueulait dessus comme tu l'a fait, je ne montrerais aucune émotion : ne surtout donner aucune prise à l'autre (vu la manière dont il se sert de ce qu'on lui donne). Basique réflexe de protection.

#
Profil

artichaut

le dimanche 04 avril 2021 à 20h25

…pour ne pas être trop mal compris je voudrais rajouter :

Tu as le droit d'être en colère. La colère est une émotion. Il n'y a pas à chercher à l'éviter (bien au contraire, même). Et tu n'en es pas responsable. Elle vient pour te dire des choses sur toi-même ou sur ce que tu vis, pour te protéger aussi. À toi d'apprendre à l'accueillir, l'exprimer et l'écouter.

En revanche ce que tu nous racontes de ce que tu fais de ta colère, c'est de la violence. Et ça par contre, ce n'est pas inéluctable, et tu peux travailler dessus.

#
Profil

Monosaccharide

le lundi 05 avril 2021 à 09h52

Un sentiment de supériorité ? alors non pas du tout. Être dépassé par ses émotions oui.

Message modifié par son auteur il y a 8 jours.

#
Profil

Monosaccharide

le lundi 05 avril 2021 à 10h20

bonheur : je suis désolé que ta famille vive tout ça

#
Profil

bonheur

le lundi 05 avril 2021 à 13h49

@Monosaccharide. Ma famille a fait son choix de vie. J'ai fait de mon côté le choix de m'éloigner d'elle. A ce jour, j'attache plus d'intérêt et d'importance aux personnes qui m'entourent qu'à ma famille de "sang". Un choix sciemment consenti de ma part. Merci toutefois pour ta compassion.

La colère, je la comprend ainsi. Une émotion qu'il faut extérioriser sans la faire endosser à autrui. Les autres ne peuvent pas et ne doivent pas se sentir responsables de nos émotions. Et je rejoins les personnes qui disent qu'il faut les vivre. J'aime beaucoup cette chanson : https://www.bing.com/videos/search?q=ma+col%c3%a8r...

Tu peux et tu as le droit d'être dépassé (aussi par tes émotions vives). Sauf que se servir des autres comme d'un exutoire, c'est plutôt tentant, mais cela ne fera que séparer les autres de toi, qui n'ont pas à endosser ce rôle. Il vaut mieux partir en forêt et pousser un hurlement primaire ou t'offrir un punching ball. Bon, taper dans les coussins du canapé suffirait. Concernant l'alcool, il n'est pas bon de faire subir aux autres ton état d'ivresse. Cet état ne doit être ni un prétexte, ni une excuse à tes propos ou à tes actes. Boire pour encaisser pourquoi pas. Boire pour se donner le courage de déverser sur autrui, je doute d'un résultat positif.

#
Profil

Monosaccharide

le lundi 05 avril 2021 à 18h17

je sais que je n'aurais jamais du boire et crier au téléphone.

#
Profil

bidibidibidi

le lundi 12 avril 2021 à 10h14

C'est dommage d'avoir tout effacé, le débat avait l'air intéressant.

Personnellement, je suis assez d'accord avec le titre, j'y ferais juste une petite modification : Le polyamour ou la fin de l'Amour.
Parce qu'au final, la première victime des modes de relation alternatifs, c'est la mythologie amoureuse, pas l'amour en lui-même qui est un sentiment humain et donc me paraît un peu difficile à détruire.

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion