Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Quand le passé revient, gérer et vivre le présent.

#
Profil

bidibidibidi

le mercredi 16 octobre 2019 à 14h08

bonheur
Je suis d'accord avec toi @ourscalin. Ce que je voulais dire, c'est qu'une simple sonnerie, un tel qui vibre et ça suffit à être "perçu" comme intrusif, parfois.

Je suis confronté actuellement à un correspondant à qui je n'ai pas encore eu l'opportunité de communiquer à ce sujet là (on doit se voir vendredi). D'un côté il a "peur de déranger", d'un autre côté il aimerait des "discussions" que je ne peux poursuivre. Il y a un grand déséquilibre et j'ai des difficultés.

Personnellement, mon téléphone est presque toujours en mode silencieux. C'est très désagréable d'avoir des vibrations n'importe quand (nuit, pendant qu'on discute, au cinéma, dans un moment câlin, etc...). J'aurais tendance à encourager tout le monde à en faire de même, ne garder la sonnerie que pour les appels (qui peuvent être urgents, eux).

Message modifié par son auteur il y a un mois.

#
Profil

bonheur

le mercredi 16 octobre 2019 à 14h17

:-) C'est marrant, c'est ce que j'ai fini par faire (mode silencieux). La nuit, mon tel est de toute façon éteint.

#
Profil

Diomedea

le mercredi 16 octobre 2019 à 14h17

Bonjour ourscalin
"Le problème d'adultère du côté de l'ami ne me concerne pas et mon épouse est au courant de sa situation depuis le départ, il n'y a donc pas de mensonge à son égard. "

Point de vue personnel de notre couple (ce n'est absolument pas écrit en tant de critique) :
aucun de nous deux accepterait une relation avec une tiers personne qui y serait adultère (qui cacherait cette relation à son partenaire 'primaire') ; nous ne sentons pas que notre gout polyamoureux pour la bienveillance et l’honnêteté s’arrête à notre propre action, il inclut la chaine des réactions qui s'ensuivent aussi.

#
Profil

bonheur

le mercredi 16 octobre 2019 à 14h23

Même réaction que Diomedea. Pour l'avoir vécu, je peux confirmer que ça peut être très difficile à vivre. Quand on entre dans cette optique de transparence, il peut être absolument impossible de devenir co-acteur d'une situation de non-dits.

artichaut
Mensonge adultère d'un côté, préférence à la rétention d'information de l'autre (tout en réclamant spontanéité et vérité dans l'autre sens).
N'est-ce pas beaucoup demander à madame ?
En tout cas ça fait beaucoup de non-dits…

Oui, je dirais également ainsi. Après, je réagi en fonction de moi et de mon expérience. Si Madame arrive à être parfaitement distante et détendue par rapport à tout ça, tant mieux. En compartimentant encore plus que je ne le fais, éventuellement.

#
Profil

ourscalin

le mercredi 16 octobre 2019 à 14h24

Diomedea
Bonjour ourscalin
"Le problème d'adultère du côté de l'ami ne me concerne pas et mon épouse est au courant de sa situation depuis le départ, il n'y a donc pas de mensonge à son égard. "

Point de vue personnel de notre couple (ce n'est absolument pas écrit en tant de critique) :
aucun de nous deux accepterait une relation avec une tiers personne qui y serait adultère (qui cacherait cette relation à son partenaire 'primaire') ; nous ne sentons pas que notre gout polyamoureux pour la bienveillance et l’honnêteté s’arrête à notre propre action, il inclut la chaine des réactions qui s'ensuivent aussi.

Je comprends ton avis.
Notre situation est non classable par une étiquette. Nous n'aimons pas cela. Nous sommes dans "l'exclusif libre" pour donner une définition ou permettre de comprendre.

#
Profil

bonheur

le mercredi 16 octobre 2019 à 14h32

Si j'ai bien compris, vous acceptez l'affectif pluriel et rester sur une sexualité exclusive. Ca ressemble beaucoup à la polyaffectivité telle que je la vis. Il n'empêche que l'honnêteté, quand elle s'invite dans notre philosophie de vie, c'est vraiment lourd de devoir faire l'impasse dessus et être, dans les actes, comme dans l'émotionnel, en co-responsabilité de la transgression de cette philosophie.

#
Profil

ourscalin

le mercredi 16 octobre 2019 à 17h34

bonheur
Si j'ai bien compris, vous acceptez l'affectif pluriel et rester sur une sexualité exclusive. Ca ressemble beaucoup à la polyaffectivité telle que je la vis. Il n'empêche que l'honnêteté, quand elle s'invite dans notre philosophie de vie, c'est vraiment lourd de devoir faire l'impasse dessus et être, dans les actes, comme dans l'émotionnel, en co-responsabilité de la transgression de cette philosophie.

Je ne serai pas si inclusif. Nous ne sommes pas dans la poly affectivité, ni couple ouvert, ni polyamoureux, ni libertin. Il n'y a pas de nom et nous n'en voulons pas, absence d'étiquette.
Notre couple est respectueux des libertés désirées par l'autre, c'est tout.
Nous sommes exclusif dans notre projet de vie, nous souhaitons vivre, vieillir ensemble, car nous nous aimons, et avons plaisir de partager des choses ensemble, et de voir l'autre heureux de s'épanouir., comme toi d'ailleurs avec ton chéri de vie.
Si cela passe par une relation ( qu'importe la façon ou la forme) éphémère, ou longue, ces moments sont précieux et enrichissent l'humain, et donc enrichissent notre couple. Il n'y a donc pas de nom pour ça, sauf : " à nous".

Juste envie de se laisser porter.

Message modifié par son auteur il y a un mois.

#
Profil

ourscalin

le jeudi 17 octobre 2019 à 14h33

J'ai lu un article sur la jalousie sur ce forum, qui change considérablement ma vision.
Les vieux démons sont toujours là, même si j'avance. Mais au lieu de me fixer sur Mes douleurs, je préfère les transformer par " qu'est ce qu'il y a de bon dans tout ça ? "
Comment : en proposant des choses pour l'autre. Des choses pour elle, qui peuvent déclencher mes vieux démons. Il est maso méditez vous !! Non, juste conscient que si j'analyse tout en bloc, que reste t il ? L'amour de voir l'autre s'épanouir et être mieux avec qui ? Avec elle même, donc avec moi.
Lorsque l'on est tiraillé par nos démons, le seul moyen est de les choquer par une réaction qu'ils n'attendent pas.
Cette méthode marche chez moi. Elle me donne plus de liberté, liberté de penser, d'agir. Liberté de penser à moi aussi, à mon bien être et à mes besoins pour savoir plus qui je suis.
C'est encore fragile, mais les premiers essais sont positifs. C'est encourageant

Message modifié par son auteur il y a un mois.

#
Profil

alinea7

le jeudi 17 octobre 2019 à 14h57

ourscalin
Lorsque l'on est tiraillé par nos démons, le seul moyen est de les choquer par une réaction qu'ils n'attendent pas.

Je vois ce que tu veux dire. Juste : c'est certainement pas le seul moyen.
C'est quelque chose que je serais susceptible de faire aussi, pour que mes émotions me foutent la paix. Et en fait...

ourscalin
Cette méthode marche chez moi. Elle me donne plus de liberté, liberté de penser, d'agir. Liberté de penser à moi aussi, à mon bien être et à mes besoins pour savoir plus qui je suis.
C'est encore fragile, mais les premiers essais sont positifs. C'est encourageant

Pour moi, ça a fonctionné à cours terme. Quelque chose qui est violent, ça fait grincer.
Envoyer encore plus de sauce pour que ça arrête de grincer, c'est un peu la version ça passe ou ça casse.
Attention à l'accumulation de stress. Le masochisme a un effet euphorisant. Je contrôle la douleur puisque je la provoque.

Au bout de quelques mois je me suis effondrée. Même si je garde du positif de cette période, je sais que je ne pourrais pas y aller comme ça durablement. Je n'ai peut-être pas eu la même capacité à m'autoriser à prendre soin de moi dans le même temps.
Après c'est super si pour toi ça fonctionne. Et si tu arrives à être doux avec toi même en parallèle. Juste au cas où, j'envoie quand même un peu de douceur. :-)

#
Profil

bonheur

le jeudi 17 octobre 2019 à 15h51

ourscalin
Juste envie de se laisser porter.

Et se sentir léger !

J'ai eu une étape comme celle-là (+)

#
Profil

ourscalin

le jeudi 17 octobre 2019 à 15h55

alinea7
Je vois ce que tu veux dire. Juste : c'est certainement pas le seul moyen.
C'est quelque chose que je serais susceptible de faire aussi, pour que mes émotions me foutent la paix. Et en fait...


ourscalin
Cette méthode marche chez moi. Elle me donne plus de liberté, liberté de penser, d'agir. Liberté de penser à moi aussi, à mon bien être et à mes besoins pour savoir plus qui je suis.
C'est encore fragile, mais les premiers essais sont positifs. C'est encourageant


Pour moi, ça a fonctionné à cours terme. Quelque chose qui est violent, ça fait grincer.
Envoyer encore plus de sauce pour que ça arrête de grincer, c'est un peu la version ça passe ou ça casse.
Attention à l'accumulation de stress. Le masochisme a un effet euphorisant. Je contrôle la douleur puisque je la provoque.

Au bout de quelques mois je me suis effondrée. Même si je garde du positif de cette période, je sais que je ne pourrais pas y aller comme ça durablement. Je n'ai peut-être pas eu la même capacité à m'autoriser à prendre soin de moi dans le même temps.
Après c'est super si pour toi ça fonctionne. Et si tu arrives à être doux avec toi même en parallèle. Juste au cas où, j'envoie quand même un peu de douceur. :-)

Merci. Je ne dis pas que c'est la méthode, mais que pour l'instant ça fonctionne. Sur le long terme on verra,
Merci pour les intentions.

#
Profil

LesRaisonsDuCoeur

le jeudi 17 octobre 2019 à 16h52

ourscalin
Merci. Je ne dis pas que c'est la méthode, mais que pour l'instant ça fonctionne. Sur le long terme on verra,

Merci pour les intentions.

Attention à l auto mutilation, choisir quand et où on a mal c'est pas forcément la solution

#
Profil

bonheur

le jeudi 17 octobre 2019 à 17h27

LesRaisonsDuCoeur
Attention à l auto mutilation, choisir quand et où on a mal c'est pas forcément la solution

La souffrance quand elle survient à l'improviste fait plus de dégâts que quand on sait qu'elle peut survenir. Je le pense en tout cas. S'être préparé "psychologiquement" est important.

Par exemple, une femme qui va accoucher se sera préparée à accoucher. D'ailleurs il existe des cours pour cela. Une personne qui a un accident, sera dans un autre état d'esprit pour appréhender sa mésaventure. A la base, pourrait-on dire qu'une douleur est moindre si on sait que l'on va la ressentir ? La question est ouverte. Moi je le crois en tout cas. J'aime savoir !

#
Profil

LesRaisonsDuCoeur

le jeudi 17 octobre 2019 à 18h08

bonheur
La souffrance quand elle survient à l'improviste fait plus de dégâts que quand on sait qu'elle peut survenir. Je le pense en tout cas. S'être préparé "psychologiquement" est important.

Par exemple, une femme qui va accoucher se sera préparée à accoucher. D'ailleurs il existe des cours pour cela. Une personne qui a un accident, sera dans un autre état d'esprit pour appréhender sa mésaventure. A la base, pourrait-on dire qu'une douleur est moindre si on sait que l'on va la ressentir ? La question est ouverte. Moi je le crois en tout cas. J'aime savoir !

Mais au point de provoquer....

#
Profil

ourscalin

le jeudi 17 octobre 2019 à 18h15

Si je mets la main dans la cheminé pour bouger une buche je sais que je peux me bruler et anticipe la brulure en contrôlant mes gestes mais la brulure arrivant j'ai , oui moins mal, quand prenant une casserole chaude pensant qu'elle est froide la surprise me fait lâcher la casserole.
L'anticipation créé le contrôle, comme un vaccin, ça permet d'aller mieux pendant et mieux vivre ensuite.

Message modifié par son auteur il y a un mois.

#
Profil

LesRaisonsDuCoeur

le jeudi 17 octobre 2019 à 18h47

ourscalin
Si je mets la main dans la cheminé pour bouger une buche je sais que je peux me bruler et anticipe la brulure en contrôlant mes gestes mais la brulure arrivant j'ai , oui moins mal, quand prenant une casserole chaude pensant qu'elle est froide la surprise me fait lâcher la casserole.

L'anticipation créé le contrôle, comme un vaccin, ça permet d'aller mieux pendant et mieux vivre ensuite.




Message modifié par son auteur il y a 30 minutes.

Et oui c'est vraiment quelque chose qui te convient alors

#
Profil

bonheur

le jeudi 17 octobre 2019 à 18h57

J'ajouterai la pleine conscience. Quand je met une buche dans le cheminée, j'ai conscience de le faire. Je le fais volontairement.

Au point de provoquer ? Personne ne prend plaisir à ressentir une souffrance (psychologique, émotionnelle ou physique ou autres), mais la souffrance existe. Je ne crois pas que ourscalin provoque. Disons pour reprendre l'anecdote de la cheminée. Ourscalin aime le feu dans la cheminée. La chaleur disons que c'est sa compersion. La vue et l'admiration des flammes est le bonheur de sa femme. Sauf que pour que le feu perdure, il doit s'attendre à ce qu'un jour, il se brûle car la maladresse, dans ces cas-là arrive.

Est-ce que les comparatifs te parlent @ourscalin ? Est-ce que ma visualisation de ton propos est pertinente ?

#
Profil

ourscalin

le jeudi 17 octobre 2019 à 19h42

Je pense qu'il va falloir que tu me donnes l'adresse de ton dealer ( humour)

Tu n'as pas saisi mon post.
J'utilise l'anticipation comme un vaccin. La chaleur n'est pas ma compersion.

Je vais te donner un exemple concret.
Elle m'annonce que son ami est libre un we et me demande s'il y a un problème pour qu'ils se voient ( sans parler de durée) par exemple samedi après midi ou soir ou dimanche midi. J'ai répondu que non, aucun problème, et mon anticipation est dans la suite : tu peux passer tout le we si tu veux et allez où vous voulez.
Mon raisonnement : ils vivent une belle histoire, un we sera demandé un jour ou l'autre , je n'ai pas envie d'être devant le fait accompli J'anticipe en proposant celui ci. Je créé la surprise, et je casse ou modère une souffrance future qui aurait été plus forte et inévitable.

Ensuite, je le vivrai mieux ainsi, car c'est moi qui ait proposé, et donc je ne subis pas. Vois tu la nuance. Absence de surprise de mon côte.

Message modifié par son auteur il y a un mois.

#
Profil

bonheur

le jeudi 17 octobre 2019 à 19h51

Mon dealer ! Ah son adresse ? C'est au "00 rue de ma singularité 12345 SPHERE PERSO" Son nom c'est "improbable" :-D

Ok je comprend, enfin je crois. Je pense quand même qu'une partie est pas si sniffée, celle que le feu perdure. D'une certaine façon, tu mets les bûches au fur et à mesure au lieu d'attendre d'être obligé d'alimenter le feu en urgence. Encore à côté de la plaque, ou pas tant que ça :-D

#
Profil

ourscalin

le jeudi 17 octobre 2019 à 19h53

LesRaisonsDuCoeur
Et oui c'est vraiment quelque chose qui te convient alors

Oui tout à fait, c'est mon fonctionnement

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion