Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Jadis, une nouvelle de Maupassant évoquant les amours multiples et le mariage

Culture
#
Profil

Camille_B

le lundi 24 juillet 2017 à 12h16

Une nouvelle étonnante que vous pouvez lire ici :

https://polyamourbrest.wordpress.com/2017/07/24/ja...

N'hésitez à dire ce que vous en pensez ^^

#
Profil

bonheur

le lundi 24 juillet 2017 à 12h56

Ce n'est que mon avis. La vision de cette vieille dame était juste pour l'époque.

Je crois qu'aujourd'hui, le mariage est tout simplement désuet. Il n'est plus un élément indispensable de notre société. A l'heure des divorces en série et des familles co-parentales, quel sens le mariage peut-il encore avoir ?

Je ne suis pas descendu dans la rue lors du "mariage pour tous", bien que je trouve légitime les amours entre personnes du même sexe. A ce sujet je suis en faveur de la panaffectivité et de la pansexualité. Je serai plutôt pour l'abolition du mariage. Ce dernier véhicule trop de contraintes et de maladresses. On ne peut laisser nos vies être régie par ce type d'absurdités. D'ailleurs, et je sais de quoi je parle, même lorsque l'on réinvente son mariage conjointement, au yeux du monde, y compris de nouvelles personnes que l'on aime, on demeure mariés suivant les vieux dictats. On porte une pancarte dans le dos. Aimer une personne mariée, c'est mauvais... donc poly, ne vous mariez pas ! (et les autres non plus)

#
Profil

Camille_B

le lundi 24 juillet 2017 à 13h56

Oui, c'est un vieux texte. Il faut le prendre pour ce qu'il est ;) J'aime bien le décalage entre la vieille dame, sans "illusions" sur le prince charmant mais qui aime la vie, et la jeune fille, pleines de "papillons dans la tête" mais qui ne s'émeut pas de la violence de ce qu'elle lit.

Je suis assez d'accord avec ton avis sur le mariage. Si moi et mon épouse avions été polyamoureux avant de se marier, on se serait probablement pas mariés.

Après, je ne regrette rien, la vie est ainsi faite et je préfère aller de l'avant.

#
Profil

bonheur

le lundi 24 juillet 2017 à 14h09

Je dirai que dans le contexte de l'époque (c'est là que l'on voit l'évolution humaine - ici je rappelle le livre de Jacques Attali "amours"), j'aurai certainement été plus dans le rôle de la vieille dame que dans celui de l'angélique jeune fille crédule.

Camille_B
Je suis assez d'accord avec ton avis sur le mariage. Si moi et mon épouse avions été polyamoureux avant de se marier, on se serait probablement pas mariés.

Après, je ne regrette rien, la vie est ainsi faite et je préfère aller de l'avant.

C'est exactement cela également pour mon mari et moi !!! Nous avons deux jeunes adultes encore à la maison, et, bien qu'ils fassent ce qu'ils veulent, on ne les encouragera jamais à se marier.

#
Profil

Camille_B

le lundi 24 juillet 2017 à 14h18

Les miens ne sont pas encore en âge de se poser cette question, mais je pense que nous aurons globalement la même attitude ;)

Le mariage n'a plus beaucoup de sens aujourd'hui. Sauf dans les fictions.

#
Profil

bonheur

le lundi 24 juillet 2017 à 14h26

Notre ainé, avec lequel je n'ai plus de contact (nous sommes incompatibles), se marie en septembre. Mon mari ne savait pas comment me l'annoncer !

L'important est de ne rien imposer. Par contre, offrir un regard non conformiste leur apportera, j'espère.

Nos deux derniers garçons ont presque 20 ans et 21 ans... ils commencent à se sentir concernés :-)

#
Profil

Camille_B

le lundi 24 juillet 2017 à 14h37

Je ne vais pas dire félicitations alors ! ;)

Oui, l'important c'est de ne pas imposer, je suis d'accord avec ça.

#
Profil

bonheur

le lundi 24 juillet 2017 à 21h10

quand on m'annonce un mariage, intérieurement je pense "je suis désolée" et je ressens réellement de la "compassion".

Notre ainé connais ma situation mais ne l'a jamais vraiment vécu, pas comme ses petits frères.

L'avantage d'avoir coupé les ponts, c'est que je n'ai pas à refuser l'invitation, puisque je ne suis pas invitée :-D :-D :-D

#
Profil

Camille_B

le lundi 24 juillet 2017 à 23h34

C'est sûr que ça simplifie les choses ! Mais bon, j'espère ne pas avoir à vivre ce genre de situations avec l'un de mes enfants. Nous verrons bien !

#
Profil

bonheur

le mardi 25 juillet 2017 à 11h23

C'est évident que lorsque je l'ai mis au monde, je n'imaginais pas cette continuité... Le fait est que l'on vit mieux l'un sans l'autre. Ca sonne comme une évidence à tout notre entourage. Aujourd'hui personne de la famille ne nous inviterait simultanément. De toute façon, je prendrai mes clic et mes clac et je tournerai les talons.

Du coup, je vis plutôt bien la situation. Et puis, il ne faut pas faire des enfants pour soi, mais parce qu'on l'a désiré un jour. Notre rôle consistant ensuite à assurer qu'ils deviennent autonomes et indépendants.

J'ai d'ailleurs également pris mes distances, sans couper complètement les ponts, avec mes parents. Le jour où mon mari et moi avons exprimer mon polyamour, mon père est resté muet mais ma mère a parlé pour deux "Le jour où ton mari demandera le divorce, on sera là pour lui mais certainement pas pour toi" (les paroles exactes ? en tout cas quelque chose comme ça). Précision, quand mes parents parlent d'être présent, c'est aussi en rapport avec le pognon.

Chacun comprendra que j'attache peu d'importance désormais aux liens familiaux. D'ailleurs, ça ne me manque pas. Après oui, c'est très con, mais c'est ainsi.

#
Profil

Toinou

le mardi 25 juillet 2017 à 14h50

J'aime bien ce texte, il est daté, mais en même temps il résonne tellement à notre époque de la société des réseaux sociaux.

pour ma part je ne pense pas que le mariage soit désuet, c'est juste ce que c'est : un contrat civil.
Ce sont les limitations et les contours de ce contrat qui sont à revoir, mais le fait qu'on veuille passé un contrat avec les personnes qui partagent nos vies n'est pas dénué de sens.
En tout cas tant qu'on vivra dans une société de capital et d'héritage.

#
Profil

bonheur

le mardi 25 juillet 2017 à 16h03

En tout cas, et peut-être Camille_B sera d'accord, le mariage sert à quoi ?

A maintenir un engagement ? Ben c'est raté, étant donné le nombre de divorce ! A régir des biens communs ? Ben il y a les notaires pour ça ! A servir de noeud à la fondation familial ? Ben, il suffit que les deux parents reconnaissent l'enfant.

C'est en ce sens que je pense qu'il est désuet, parce qu'il ne sert strictement à rien, à part porter une étiquette.

Si on explique aux nouvelles générations que l'on peut s'aimer sans qu'un contrat vienne régir nos moindres faits et gestes et sans que l'on porte cette étiquette, très lourde à porter sur la durée. Y compris lorsque l'on réinvente la matière brute qui est à l'origine du contrat. On ne peut ajouter des alinéas... ça ne marche pas ainsi, malheureusement.

La problématique, n'est pas le contrat, ni l'engagement, c'est en effet les limitations et les contours. Sauf que si on les enlève, à quoi sert le contrat ?

Pour ce qui est du capital et des héritages, c'est l'affaire d'un notaire, pas du juge aux affaires familiales.

D'ailleurs, pourquoi ne peut-on pas divorcer sans changer de vie ? Pourquoi ne peut-on pas divorcer sans tout disloquer et sans tout devoir remettre en question (ou alors je suis mal informée) ?

#
Profil

Toinou

le mardi 25 juillet 2017 à 16h43

le problème c'est que tu considères le mariage pour ce qu'il n'est pas.
Je n'ai nullement parler d'amour, d'engagement ou autre, mais bien uniquement parler de contrat, de capital et d'héritage.
C'est aussi une assurance en cas de décès. Anecdote : J'ai un couple d'amis qui n'était pas marié, n'avait pas spécialement envie, mais achetant une maison, ils ont finis par y passer parce que c'est tout simplement ce que demande les assurance, l'états, la société, etc.
Alors oui effectivement, ce contrat pourrait très bien se faire devant un notaire et n'a pas de plus-value légale à être fait devant un maire et encore moins un représentant d'un culte. Mais ça ne retire pas au contrat "mariage", ses enjeux et son intérêt sociétale.

Il ne faut pas oublié aussi que la mariage est un engagement devant témoin. Un engagement devant la société qu'on va créé une famille ensemble. Et ça ce n'est pas devant un notaire que ça se fait. Mais on pourrait laisser cette partie pour les religieux.

Pour résumé, oui le mariage est à revoir, mais il n'est pas désuet, on lui a simplement mis plus de signification qu'il n'en a à la base.

pour faire plus court : le mariage est un contrat d'une société bourgeoise capitaliste et patriarcale ! Si tu ne changes pas ces trois aspects de notre société, le mariage continuera à être d'actualité.
Et pour le moment ces trois aspects on la vie très très dure et sont en pleine forme.

#
Profil

bonheur

le mardi 25 juillet 2017 à 17h25

On peut faire l'achat d'un bien commun (y compris immobilier) sans passer par la case mariage... enfin à ma connaissance.

Le mariage n'est à mon sens pas à revoir, il est à abolir. On peut vivre sans cela. C'est fatigant cette manie que l'on a en France à vouloir "réformer" au lieu d'abolir (déconstruire) et réinventer (voir abolir et ne rien réinventer). Déjà, on possède plusieurs types de contrats : concubinage, pacs et mariage (à ma connaissance).

D'ailleurs, étant donné le coût pécuniaire d'un divorce et surtout le coût incalculable du ricochet de ce dernier, comment penser qu'un mariage est avantageux économiquement pour notre société. D'où mon incompréhension que l'on "oblige" à cet acte dénué de fondement et de sens. Que gagne les assurances, l'état, la société... ?

Face à ce débat, un jour à table avec nos deux derniers fils, j'ai sorti du tiroir le "livret de famille" et je leur ai fait lire les premières pages. Ils étaient stupéfaits de ce qu'ils lisaient... Et ils se sont exclamés : c'est ça le mariage ?

Il faut que nos jeunes générations comprennent tout ça afin de ne pas se faire entuber. C'est trop sérieux comme décision pour ne pas tenir le bon bout de sa raison (c'est pas de moi mais de Gaston Leroux :-) ).

#
Profil

bonheur

le mardi 25 juillet 2017 à 17h28

Euh, quand je parle de coût par ricochet, j'englobe les haines familiales et les répercussions sur les rejetons, involontairement pris dans une tempête qu'ils ne voient pas toujours venir.

#
Profil

gdf

le mardi 25 juillet 2017 à 17h32

Le mariage n'est pas forcément bourgeois. C'est juste un contrat type. Il simplifie les filiations et les donations. Il y a un contrat type (communauté réduite aux acquets), et des variantes (communauté, séparation de bien). Au lieu de prendre le menu, on peut aussi choisir à la carte (on fait un passage devant le notaire, on fait une reconnaissance de paternité, etc...).
Qu'on oblige les gens à se marier si ça ne leur convient pas, c'est pas bien, on est d'accord. Mais qu'on dise que le mariage est inutile, je suis pas d'accord non plus.
Ça me fait marrer quand des gens vivant en union libre pleurnichent parce que leur union n'est pas reconnu. Ils voudraient les avantages du contrat, mais sans signer le contrat.
Donc, si vous voulez investir et faire des enfants avec quelqu'un, ben marriez vous. C'est rien de plus qu'un contrat.
Quand aux divorces, ça ne remet pas en cause le concept du contrat. Ce n'est pas parce qu'il y a des gens qui démissionnent ou sont licenciés qu'il faut supprimer le contrat de travail et le remplacer par des unions libres. Certaines personnes sont heureuses comme auto-entrepreneur. D'autres aiment la liberté de l'Interim. D'autres revent d'un CDI. C'est très bien comme ça. Ce n'est pas parce que vous n'aimez pas les contraintes du travail salarié qu'il faut le dénigrer.
(Svp, pas de troll sur l'actualité, je fais juste un parallèle, le sujet, c'est le mariage).

#
Profil

Toinou

le mardi 25 juillet 2017 à 17h47

@gdf : pas mieux

Concernant le bourgeois, c'est surtout parce que ce type de contrat n'a de sens que si tu es dans une société de propriété, société que l'on nomme généralement société bourgeoise. ;)

#
Profil

bonheur

le mardi 25 juillet 2017 à 19h16

oui, chacun doit avoir le choix. Ca ne répond toujours pas à la question : le mariage a-t-il encore un sens ? Si oui, à quoi sert-il ?

A l'époque de la nouvelle qui a donné lieu à ce fil de discussion, la vieille dame explique parfaitement le sens du mariage (qui n'a plus du tout cette fonction aujourd'hui, l'achat devant notaire et la reconnaissance de paternité suffisent) et extrait l'amour de ce "contrat". Et il y a la jeune femme, qui se fait une idée fausse du mariage et qui intègre l'amour.

Mon tort, est sans doute de m'être mariée par amour, et aussi parce que c'était dans la continuité de ce que je vivais. Ce n'est pas parce que j'ai commis cette erreur (même si je vis toujours avec mon mari par amour), que je dois dire "allez y, mariez vous, sinon vous ne serez pas heureux"

Sans troller non plus, question changements de boulot et alternance des contrats, j'ai un peu tout vécu, y compris le "sans contrat". Dans ce domaine, le changement n'est pas astreignant et les reconversions sont "assistées". C'est d'ailleurs lors d'une formation que j'ai rencontré la personne qui a chamboulé le reste de ma vie

#
Profil

Toinou

le mercredi 26 juillet 2017 à 07h02

bonheur[...]l'achat devant notaire et la reconnaissance de paternité suffisent)[...]

Non, ou plutôt oui MAIS.
Si tu n'est pas marié, les assurances standard pour l'achat d'une maison ne vont pas fonctionner et tu vas donc devoir négocier des assurances spécifique, et donc plus cher.
La reconnaissance de paternité c'est pareil, les choses sont ainsi faite que ne pas être marié pose plein de "petits" problèmes. Même si les choses changent en bien de ce coté là.

#
Profil

bonheur

le mercredi 26 juillet 2017 à 07h47

Oui, enfin les assurances lors de l'achat d'un bien trouvent toujours quelque chose. Si je prend mon cas perso, lorsque nous avons fait la souscription de nos prêts immobiliers, seul mon mari a pu s'assurer et pour plus cher. J'avais peu de temps avant créer une entreprise (régime individuel) et j'étais ainsi considérée comme étant un facteur de risque, donc non assurable. Depuis que je suis redevenue salariée, je n'ai pas obtenu de pouvoir être assuré comme tout à chacun en a le droit. Alors, mariés ou pas... Ok on va me dire que je suis un cas à part, sauf que des cas à part, j'en connais d'autres (problèmes de santé, etc).

Etre marié pose aussi pas mal de "petits" problèmes, je trouve.

Il faut que la société s'émancipe de ce point de vue là, et la société est constituée de ses membres. On peut donc contribuer à faire améliorer les choses. Mon opinion va en ce sens. Déconstruire ce qui ne devrait plus être une "obligation" et une "contrainte"

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion