Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Trouver la lumière.

Témoignage
#
Profil

velvet

le mardi 15 décembre 2015 à 01h05

En lisant vos messages et réponses depuis maintenant quelques semaines, je me rends bien compte que chaque histoire est différente. Cela dit leur fil conducteur est toujours l'amour.

Je suis mariée depuis 18 ans à un homme attentif doux et généreux.
Nous avons 3 garçons gentils et qui travaillent bien pour leurs études et en classe.

Tout pour être heureux, au point de me dire pendant longtemps que non jamais je ne ferai quoique ce soit qui puisse nous ébranler.

Et pourtant... Voilà presque deux ans que j'ai rencontré un homme merveilleux, prévenant, qui me donne un Amour différent, un homme qui a révélé une facette enfouie de ma personnalité, et pour qui mon Amour ne cesse de grandir.

Il y a 4 mois, mon Mari a fini par s'en rendre compte, et ne conçoit pas que je puisse aimer deux hommes.

Nous sommes en souffrance, car je ne peux me résoudre à faire un choix comme il me le demande.

Il m'est inconcevable de perdre l'un de mes deux Amours.

Certains jours je suis forte, et d'autres j'ai la sensation d'être au fond d'un gouffre, et d'avoir un mal fou à remonter.
Ces jours là, comme c'est le cas aujourd'hui, je suis à fleur de peau, au bord des larmes, et renfermée sur moi-même.

Mon Mari souhaite que son épouse n'ait qu'un unique amour.

Et inversement, mon second Amour est lui polyamoureux, et accepte que je sois mariée.
Cela dit, vivre dans le mensonge et les rencontres cachées le pèse.

J'aimerai tant que tout s'éclaircisse et devienne simple.
Car nous avons tous trois infiniment d'Amour à donner et à recevoir.

J'ai éprouvé le besoin de vous confier mon histoire, et sans vraiment réfléchir, je me suis mise à écrire, simplement.
Alors voilà... Merci de m'avoir accordé votre attention.

#
Profil

bonheur

le mardi 15 décembre 2015 à 11h28

velvet
Et pourtant... Voilà presque deux ans que j'ai rencontré un homme merveilleux, prévenant, qui me donne un Amour différent, un homme qui a révélé une facette enfouie de ma personnalité, et pour qui mon Amour ne cesse de grandir.

Amis, amoureux, affectifs, je crois qu'autrui révèlera toujours une nouvelle facette de nous. C'est ce qui la beauté de la vie. D'où l'importance de ne pas s'enfermer en vase clos. Ton ouverture ne peut être en cela que bénéfique.

Velvet
Mon Mari souhaite que son épouse n'ait qu'un unique amour.

Je pense que ni ton mari, ni qui que ce soit, pas même toi, ne peut t'empêcher d'avoir des émotions, des sentiments. On n'aime pas "sur commande". Ce que tu ressens est un état de fait, pas une "option". Que tu donnes, par tes actes, du concret à ton ressenti... ou pas... rien n'empêchera cet état de fait. Il ne t'est plus possible, intérieurement en tout cas, de faire marche arrière.

Par contre, savoir ce qui dérange ton mari dans cet état de fait est important, je crois. Comprendre d'où vient son mal être. Si c'est le fait que tu aimes affectivement quelqu'un d'autre, alors tu ne peux rien faire, puisque justement, toi-même n'a pas de "contrôle" là-dessus. Si c'est parce qu'il n'accepte pas que tu es du sexe en dehors de ton couple (y en a t-il ?) alors la polyaffectivité pourrait, au moins temporairement, apaisé chacun-e.

Velvet
Et inversement, mon second Amour est lui polyamoureux, et accepte que je sois mariée.
Cela dit, vivre dans le mensonge et les rencontres cachées le pèse.

Comme je le comprends.
Par contre, comment ton mari a pris le fait que tu lui ai menti ? Je pense que ce fut une erreur importante, mais ce qui est fait, est fait.

Velvet
J'aimerai tant que tout s'éclaircisse et devienne simple.

Tes amours se connaissent-ils ? Ont ils communiqué entre eux ? Si ta relation secondaire est poly, je suppose qu'il serait d'accord. Et qui mieux que lui pourrait assurer à ton mari que votre couple n'est pas en insécurité.

velvet
Car nous avons tous trois infiniment d'Amour à donner et à recevoir.

J'ai éprouvé le besoin de vous confier mon histoire, et sans vraiment réfléchir, je me suis mise à écrire, simplement.
Alors voilà... Merci de m'avoir accordé votre attention.

Oui, cette volonté d'aimer qui dépasse le dictat social, c'est elle qui anime généralement mes interventions ici. Je ressens, dans ton récit, que tes émotions multiples (vécues actuellement comme contradictoires) sont présentes.

Pour ton mari, lire "vertus du polyamour" de Yves Alexandre Thalmann, pourrait lui faire comprendre que le polyamour n'a rien de néfaste. Egalement, vous pouvez lire du même auteur "les 10 plus gros mensonges sur l'amour et la vie de couple" ainsi que "garder intact le plaisir d'être ensemble".

Ton mari pourrait surfer sur la vague de ton évolution, pour apprendre à découvrir lui aussi (attention, je ne dis pas qu'il doit devenir poly, surtout pas) d'autres facettes de lui-même et entreprendre une évolution personnelle, parallèlement à la tienne. Vous pouvez créer une dynamique commune et ton amoureux peut y contribuer... dès que chacun-e sera suffisamment disposé.

Il y aurait tellement à te dire. Mais loin de moi l'idée de pondre ici un pavé :-D

L'un de mes affectifs disaient toujours qu'après la pluie, le soleil revenait toujours.

#

(compte clôturé)

le mardi 15 décembre 2015 à 11h59

velvet
Voilà presque deux ans que j'ai rencontré un homme merveilleux, prévenant, qui me donne un Amour différent, un homme qui a révélé une facette enfouie de ma personnalité, et pour qui mon Amour ne cesse de grandir.

Il y a 4 mois, mon Mari a fini par s'en rendre compte, et ne conçoit pas que je puisse aimer deux homme

Bonjour Velvet. Même lorsque les partenaires ont déjà envisagé la possibilité d'amours plurielles, le passage à l'acte peut être difficile. Mon mari a eu une réaction viscérale la première fois... C'était il y a plus de 40 ans et depuis, lui comme moi vivons des amours plurielles en toute harmonie, mais il a fallu plusieurs années pour atteindre cette harmonie, donc ne vous découragez pas! Votre mari a découvert tardivement votre relation, cela a ajouté au choc du "elle en aime un autre" le choc de la cachotterie, mais c'était presque inévitable, rares sont les personnes qui en parlent tout de suite, ne serait-ce que parce qu'on ne sait pas au départ si cette relation seconde va durer ou pas.
Cela étant, c'est aussi un avantage car vous pouvez faire remarquer à votre mari que pendant les 20 mois où il n'a rien su, il n'a pas constaté la moindre diminution de votre amour pour lui, et vous avez été heureux tous les deux. C'est bien la preuve que votre seconde relation ne lui enlève rien!
En fait, c'est l'idée que vous aimez ailleurs qui le gêne. Parlez-en ensemble, essayez de voir ce qui le gêne là-dedans. Bien sûr, s'il est très possessif et jaloux, il y a peu de chances qu'il admette facilement de vous "partager", mais il est important que vous lui fassiez comprendre que ce n'est pas en vous ordonnant de n'aimer que lui qu'il y arrivera, car les sentiments ne se commandent pas. Au mieux, il vous forcera à rompre cette relation et vous lui en voudrez, au pire c'est vous qui aurez envie de rompre et il aura perdu votre amour.
Pas facile, dans notre société, de faire accepter l'idée que chaque personne est libre d'aimer. Vous êtes mariée, c'est un projet de vie avec votre mari, mais cela n'implique pas que vous lui appartenez... Bon courage!

#
Profil

bonheur

le mardi 15 décembre 2015 à 13h19

APH
Votre mari a découvert tardivement votre relation, cela a ajouté au choc du "elle en aime un autre" le choc de la cachotterie, mais c'était presque inévitable, rares sont les personnes qui en parlent tout de suite, ne serait-ce que parce qu'on ne sait pas au départ si cette relation seconde va durer ou pas.

Cela n'apportera rien à velvet, la remarque que je vais faire. Sauf que je ne peux m'empêcher de réagir à cette phrase.

Je crois que si mon mari a "plutôt bien réagi", passé le choc du "elle en aime un autre", c'est justement parce que je me suis exprimée rapidement et j'avoue qu'à l'époque je n'ai pas réfléchi ou anticiper la pérennité de la seconde relation... qui d'ailleurs n'en n'était pas vraiment une, dans le sens où j'ai annoncé mon amour pour cette tierce personne en quasi simultanée aux deux. La tierce personne était à ce moment là à 400 km de moi. Egalement, le choc du "j'en aime un autre" a pris concrètement plus de temps à digérer pour moi, puisque j'ai mis environ un mois à digérer cet état de fait et la brusquerie de cette découverte.

D'ailleurs, cet autre homme n'a pas donné suite et face à cette annonce, dans le sens où j'étais mariée, a "pris la fuite" plus qu'il ne s'est rapproché de moi. Pourtant, auparavant, c'était "jamais l'un sans l'autre"... nous étions comme des aimants.

Je crois que dès le départ, la volonté de ne plus brider mes émotions et ma volonté de pouvoir dire mon amour, l'exprimer, et principalement cela, m'offrir ce droit que chacun-e devrait se permettre. Sur cet état de fait, mon mari partage mon opinion : aimer n'est pas honteux, y compris si l'on aime déjà. On ne doit pas brider ses émotions, on doit les vivre et, non un amour n'en remplace pas un autre.

APH
Pas facile, dans notre société, de faire accepter l'idée que chaque personne est libre d'aimer. Vous êtes mariée, c'est un projet de vie avec votre mari, mais cela n'implique pas que vous lui appartenez... Bon courage!

Oh que oui !!!!

#
Profil

Leolu

le mardi 15 décembre 2015 à 13h27

velvet
J'aimerai tant que tout s'éclaircisse et devienne simple.
Car nous avons tous trois infiniment d'Amour à donner et à recevoir.

Pendant toute la période où votre mari ne savait rien, vous avez vécu comme si vous étiez indépendante, libre de vos décisions et de vos actes. Les liens du mariage étaient oubliés et vous étiez heureuse. Heureuse car vous agissiez selon vos propres besoins et envies, sans faire de mal à quiconque.
Qu'est-ce qui a changé depuis la découverte par votre mari ?
Il sait.
C'est tout.
Et lui comme vous en êtes revenus à l'obligation "juridique" qui ne tient compte d'aucun bonheur, d'aucune situation particulière, d'aucune évolution sociale, même si elle pourrait être favorable aux parties...
- Pour votre mari, les choses sont simples, même si elles sont rigides : il n'a aucune raison objective de changer. D'autant qu'il voit bien votre dilemme, dont il compte profiter.
- Pour vous, le lien "oublié" est redevenu visible. Aux yeux de votre mari, mais surtout à vos propres yeux ! Plus que ses exigences, c'est votre propre jugement qui vous entrave. Vous vous sentez coupable (ce qui n'était pas le cas dans la période d'infidélité). Le frein le plus serré, dans cette histoire, c'est votre propre culpabilité.

Et si vous arriviez à admettre que votre propre sens des valeurs était le seul valable ? Que vous êtes dans votre droit en toutes choses, et que si votre mari avait un problème, c'était son problème, pas le vôtre ? Vous retrouveriez ainsi votre sérénité d'avant, votre liberté, et un chemin simple et clair à suivre. Sans cette inquiétude qui vous ronge les sangs.

Il suffirait de continuer à aimer votre mari, sauf sur ce point, sans drames ni discussions. Avec toute l'inertie dont vous pouvez être capable. Il veut savoir, il veut discuter, vous convaincre ? Ce n'est pas vrai : vous ne lui dites rien. C'est votre vie, pas la sienne. Et vous restez souriante et aimable en tous autres points. Qu'il sache ou pas ce que vous faites de votre temps.

Bien sûr, ce n'est pas du polyamour, puisqu'il n'est pas consentant. Mais c'est déjà un changement dans le principe de la liberté individuelle. La preuve que votre propre sens des valeurs (l'amour avant le droit) a du poids et de la légitimité. Puisque vous ne faites rien de mal, que vous continuez à aimer votre mari, comme promis.

Bien sûr, cela demanderait que vous en soyez fermement convaincue. Sinon... L'êtes-vous ? ;)

#
Profil

Leolu

le mardi 15 décembre 2015 à 13h52

APH
Parlez-en ensemble, essayez de voir ce qui le gêne là-dedans. Bien sûr, s'il est très possessif et jaloux, il y a peu de chances qu'il admette facilement de vous "partager"

Je crois qu'on ne peut "parler ensemble" qu'avec certaines personnes, qui sont habituées à accepter de remettre en question leurs propres jugements, même les plus fermement ancrés, à la lumière de la justice et du bonheur équitable. Qui acceptent de douter, même sur leurs propres valeurs.

Faire évoluer son propre jugement n'est déjà pas évident lorsqu'on n'est pas impliqués, que ça se passe chez "les autres" (mariage pour tous, jugement moral face aux prostituées, aux homosexuels, aux filles faciles, aux polyamoureux décomplexés...), mais qui devient surhumain dès lors que ça nous tombe dessus. La liberté individuelle n'est pas la valeur la plus unanimement partagée, dans ce genre de cas...

Il faut du temps pour se faire à une idée controversée. Du temps pendant lequel une certaine inertie me semble nécessaire. On réfléchit moins intensément lorsqu'on a réussi à imposer, même temporairement, notre propre fonctionnement. ;)

#
Profil

LuLutine

le mardi 15 décembre 2015 à 16h03

APH
Cela étant, c'est aussi un avantage car vous pouvez faire remarquer à votre mari que pendant les 20 mois où il n'a rien su, il n'a pas constaté la moindre diminution de votre amour pour lui, et vous avez été heureux tous les deux. C'est bien la preuve que votre seconde relation ne lui enlève rien!

Je plussoie sur ce point.

D'ailleurs, certains polyamoureux, qui sont d'accord sur le fait de fréquenter d'autres personnes, préfèrent ne pas savoir immédiatement qu'un(e) partenaire voit quelqu'un d'autre, mais après plusieurs semaines ou mois.

Ainsi, ils ont pu constater dans les faits que cela n'a rien changé de fondamental à la relation.

D'ailleurs un des personnages du film Lutine ne dit rien d'autre que ça. Et son amoureuse (dans le film) de rétorquer : "Oui, mais si je te le dis après, c'est parce qu'on s'est mis d'accord avant, sur le fait que tu préférais le savoir après !" (rires).

Alors certes, dans ton cas Velvet il y a eu le mensonge (par omission, du moins à ce que je comprends), et c'est parfois plus difficile de passer d'une situation type adultère à une situation poly, que de passer d'une situation "j'en aime un autre" à une situation poly, justement à cause de ce mensonge. (Ah et ça aussi c'est dans Lutine d'ailleurs, presque dans la même scène, une réplique genre "On aurait gagné beaucoup de temps s'il n'y avait pas eu ce mensonge").

Cependant j'ai l'impression à te lire que le point difficile pour ton mari n'est pas tant le mensonge que le fait d'en aimer un autre, aussi j'ai l'impression que tes "chances de succès" si l'on peut dire ne sont pas forcément moindres que si tu le lui avais dit tout de suite. Peut-être même, si ton mari constate que cette relation - comme le dit APH - n'a rien produit de négatif entre vous, sera-t-il finalement plus réceptif qu'il ne l'aurait été face à une simple hypothèse, "J'aime cet homme, et si je sortais avec lui, que dirais-tu ?". En effet beaucoup de gens se représentent certaines choses comme une montagne alors que parfois dans les faits....ce n'est rien du tout ! Ils pensent ne pas pouvoir supporter et se rendent compte "en pratiquant" que finalement ça ne pose pas de problème.

Pour finir, je précise que pour ma part je ne conseille pas le mensonge, à personne, sans toutefois juger ceux qui l'emploient (je ne suis pas dans leurs baskets, qui serais-je pour juger ?).

Pour ma part je préfère dire le plus rapidement possible ce que je vis, a minima dire que je suis polyamoureuse.
A mon époque "mono", j'ai une fois trompé un copain, et j'ai tellement regretté le mensonge, qu'au suivant j'ai écrit (à peu près) : "Je ne te promets pas fidélité absolue, car je sais que je n'en suis pas capable, mais ce que je te promets, c'est la sincérité de mes sentiments pour toi".

(NB : aujourd'hui, je n'écrirais pas "fidélité" mais "exclusivité", sauf qu'à l'époque - à 22 ans - j'utilisais comme trop de gens le mot "fidélité" comme un synonyme de l'expression "exclusivité sexuelle et romantique".)

#
Profil

homme_partit

le mardi 15 décembre 2015 à 16h41

APH
Cela étant, c'est aussi un avantage car vous pouvez faire remarquer à votre mari que pendant les 20 mois où il n'a rien su, il n'a pas constaté la moindre diminution de votre amour pour lui, et vous avez été heureux tous les deux. C'est bien la preuve que votre seconde relation ne lui enlève rien!

On ne souffre pas ce que l'on ne sait pas, seulement le poly n'est-il pas basé sur l'honnêteté?

Le fait est que l'on peut traduire également cette cachoterie à l'inverse, comme découvrir en sa partenaire, une personne capable de mentir sur une telle durée sur un sujet réellement important. Si cela entraine une perte de confiance, la discussion ne partira pas sur un bon pied.

#
Profil

Leolu

le mardi 15 décembre 2015 à 16h46

LuLutine
Pour finir, je précise que pour ma part je ne conseille pas le mensonge, à personne, sans toutefois juger ceux qui l'emploient (je ne suis pas dans leurs baskets, qui serais-je pour juger ?).
Pour ma part je préfère dire le plus rapidement possible ce que je vis, a minima dire que je suis polyamoureuse.

Il me semble qu'il n'y a pas plus de mensonge pour une femme dont le mari sait qu'elle a un amant sans qu'elle en parle, qu'avec un polyamoureux qui ne veut pas savoir qui et combien sont les autres... ;)
C'est surtout un problème de consentement mutuel, en fait...

Par ailleurs, l'idéal polyamoureux implique un assentiment unanime. Les militants qui ne transigent pas sur ce point acceptent une certaine dose d'échecs et restent fatalistes et philosophes, délaissant simplement les cas insolubles. Sur le long terme, et avec le nombre, leur engagement rigoureux leur permettra de trouver la voie vers cet idéal...

A côté de ça, il y a les situations plus figées et critiques, qui mettent en jeu une vie entière de complicité, Alors, entre prosélytisme impossible et abandon aventureux, le choix n'est pas facile... à moins de contourner le problème, sur base de règles du jeu plus... souples...

Enfin, il me semble que les esprits ouverts ont énormément de mal à comprendre l'entêtement conservateur (même s'ils y sont souvent confrontés). Dans bien des cas, penser qu'expliquer et argumenter soit le solution à tout, penser que l'homme est bon et approuve naturellement la liberté individuelle, même sur le long terme, sans mensonges ni faux-semblants, me semble... illusoire ;)

#
Profil

bonheur

le mardi 15 décembre 2015 à 17h22

A titre personnel, je rejoins beaucoup le raisonnement d'homme_partit

#
Profil

bonheur

le mardi 15 décembre 2015 à 17h27

Je me permets d'intégrer ici un copier-coller du premier post qui initiait le fil de discussion "Amour et Responsabilité :

Au fil du temps, je me suis souvent heurtée avec certains d'entre vous sur cette notion de responsabilité. Problème de vocabulaire et d'interprétation. Je continue ma lecture de "L'intelligence du coeur" d'Isabelle Filliozat et voici ce qu'elle explique :

"La leçon du Petit Prince L'amour entraîne la responsabilité. Comme le renard l'explique au petit prince, apprivoiser, c'est créer des liens, et "Tu deviens responsable pour toujours de ce que tu as apprivoisé""

Je dirais à titre personnel que dis comme ça, je ne suis pas d'accord.

Je continue donc ma lecture :

"Responsable ? Le mot dérive du latin respons, qui signifie répondre de. Aimer, c'est répondre de la relation. Plus concrètement, cela signifie être attentif aux besoins psychiques de l'autre. Non pas les prendre en charge, mais les respecter, les écouter et leur donner réponse. Aimer, c'est faire attention à notre façon de traiter l'autre."

Bon là, je dirais que je commence à être plus d'accord. Sauf que la notion de responsabilité est généralement défini autrement pour le commun des mortels, donc dire à un nouveau venu, qui en plus souffre (ou fait souffrir), par "amour" justement, c'est lui dire "tire toi tout de suite une balle dans la tête".

Je continue de nouveau ma lecture :

"La communication et l'écoute mutuelle sont des conditions nécessaires à l'éclosion et surtout à l'entretien d'un amour authentique"
Bon là ok. Si c'est ça être responsable (du lien, "répondre de la relation") et aimer, alors oui. Je veux bien me sentir "responsable" du lien que j'ai créé avec toutes mes relations quelqu'en soit les particularités.

Message modifié par son auteur il y a 4 ans.

#
Profil

LuLutine

le mardi 15 décembre 2015 à 20h10

Leolu
Dans bien des cas, penser qu'expliquer et argumenter soit le solution à tout, penser que l'homme est bon et approuve naturellement la liberté individuelle, même sur le long terme, sans mensonges ni faux-semblants, me semble... illusoire ;)

Je précise que je ne peux qu'être d'accord.

Ce qui ne m'empêche pas de dire la vérité et d'éviter les mensonges.

Ceux à qui la situation ne convient pas, et avec qui le dialogue n'est pas possible,....s'en vont.

#
Profil

bonheur

le mardi 15 décembre 2015 à 21h13

LuLutine
Ce qui ne m'empêche pas de dire la vérité et d'éviter les mensonges.

Ceux à qui la situation ne convient pas, et avec qui le dialogue n'est pas possible,....s'en vont

Cela va dans le sens de la "responsabilisation"... car cette responsabilité est partagée, étant donné que dans chaque lien, il y a deux personnes.

Le fait que deux personnes n'aient plus rien à se dire est, je pense, un signe sérieux d'abandon du lien lui-même.

Par contre, le temps peut permettre une "digestion" des annonces et des situations. Moi même, j'ai eu besoin de temps et d'introspection pour comprendre et surtout admettre que j'aimais au pluriel. Alors, j'imagine que quand ça tombe comme un couperet pour le conjoint, alors qu'il n'a pas la synergie liée à la joie de l'amour en question (oui, on peut à la fois être heureux et se être angoissé), il peut se sentir mal et être perdu. Dans le cas de l'annonce, il faut absolument assumer la responsabilité lié au lien et à l'amour. On peut à la fois s'éclore et prendre le temps nécessaire à l'équilibre nouveau. Cela peut prendre du temps et c'est difficile.

#
Profil

Leolu

le mardi 15 décembre 2015 à 22h10

LuLutine
Ce qui ne m'empêche pas de dire la vérité et d'éviter les mensonges.

Là aussi, je suis d'accord : tant que la vérité et une mutuelle compréhension sont possibles, il faut le tenter. Il y a des gens intelligents, et il faut faire honneur à cette intelligence.

LuLutine
Ceux à qui la situation ne convient pas, et avec qui le dialogue n'est pas possible,....s'en vont.

...sauf lorsqu'ils étaient là les premiers, et qu'on voudrait qu'ils restent ! ;)
C'est bien le problème de velvet.

Je parlais plus haut de "consentement mutuel", qui me semblait plus problématique qu'une "omission stratégique dans une attitude butée".
Je crois réellement que le premier des soucis de velvet tient dans l'affirmation de sa liberté. Liberté dont elle peut user, de préférence, avec le plus de diplomatie possible, bien sûr. Mais cela me semble l'étape indispensable avant de négocier un consentement éventuel (ne serait-ce que pour entamer les débats dans une position de force, mais surtout pour laisser le temps au mari de se faire à cette situation établie).

L'inverse ne me semble pas possible (dans ce cas) : obtenir un consentement raisonné et bienveillant... pour pouvoir user de sa liberté de femme (d'individu autonome et responsable). C'est même un peu choquant à entendre (lorsque je me relis) !

Message modifié par son auteur il y a 4 ans.

#
Profil

velvet

le mercredi 16 décembre 2015 à 01h18

Bonsoir à tous. Tout d'abord merci à chacun de vous, d'avoir eu le désir de m'exprimer vos pensées.
C'est une très belle surprise pour moi que vous soyez si nombreux. Cela me met du baume au cœur <3 :-)

Je vais vous lire attentivement avant de vous répondre.

#
Profil

velvet

le mercredi 16 décembre 2015 à 01h59

bonheur
Amis, amoureux, affectifs, je crois qu'autrui révèlera toujours une nouvelle facette de nous. C'est ce qui la beauté de la vie. D'où l'importance de ne pas s'enfermer en vase clos. Ton ouverture ne peut être en cela que bénéfique.

En effet je ressens cette beauté de la vie lorsque je suis au meilleur de moi même, et que je me permets de ne pas éprouver ce foutu sentiment de culpabilité.


Velvet

Mon Mari souhaite que son épouse n'ait qu'un unique amour.



Je pense que ni ton mari, ni qui que ce soit, pas même toi, ne peut t'empêcher d'avoir des émotions, des sentiments. On n'aime pas "sur commande". Ce que tu ressens est un état de fait, pas une "option". Que tu donnes, par tes actes, du concret à ton ressenti... ou pas... rien n'empêchera cet état de fait. Il ne t'est plus possible, intérieurement en tout cas, de faire marche arrière.

C'est donc cela, un état de fait. Jamais encore je ne l'avais vu sous cet angle. En ce qui concerne le fait de ne plus pouvoir faire marche arrière, je ne peux que le confirmer, c'est une sensation très simple et pourtant si vivante au plus profond de moi-même.

Par contre, savoir ce qui dérange ton mari dans cet état de fait est important, je crois. Comprendre d'où vient son mal être. Si c'est le fait que tu aimes affectivement quelqu'un d'autre, alors tu ne peux rien faire, puisque justement, toi-même n'a pas de "contrôle" là-dessus. Si c'est parce qu'il n'accepte pas que tu es du sexe en dehors de ton couple (y en a t-il ?) alors la polyaffectivité pourrait, au moins temporairement, apaisé chacun-e.

Ce qui dérange mon mari, c'est que je ne l'aime plus exclusivement. Ce n'est pas le fait que j'ai une relation sexuelle avec un autre homme. Il pourrait admettre que je puisse voir une autre personne, s'il n'y avait pas de sentiment amoureux entre mon second Amour et moi.

Comme je le comprends.

Par contre, comment ton mari a pris le fait que tu lui ai menti ? Je pense que ce fut une erreur importante, mais ce qui est fait, est fait.

Ce fut un cataclysme pour lui... Il avait une totale confiance en moi. Je pense que je me cachais derrière ce mensonge par omission pour laisser s'exprimer une part de ma personnalité, qui sommeillait sagement.



Velvet

J'aimerai tant que tout s'éclaircisse et devienne simple.



Tes amours se connaissent-ils ? Ont ils communiqué entre eux ? Si ta relation secondaire est poly, je suppose qu'il serait d'accord. Et qui mieux que lui pourrait assurer à ton mari que votre couple n'est pas en insécurité.

Mes Amours ne se connaissent pas, et justement je pense que c'est un gros manquement. Ils sont tous les deux demandeurs pour que cela se produise, cependant je pense que c'est une rencontre que je redoute. Il est trop tôt selon moi.

Oui, cette volonté d'aimer qui dépasse le dictat social, c'est elle qui anime généralement mes interventions ici. Je ressens, dans ton récit, que tes émotions multiples (vécues actuellement comme contradictoires) sont présentes.

J'ai fait le choix dans mon esprit de passer outre ce dictât social, mais en douceur.

En effet j'ai cette sensation d'avoir certains jours l'esprit à vif, ce qui est très compliqué à vivre vis à vis de ma famille, de mes amis, en situation professionnel...

Pour ton mari, lire "vertus du polyamour" de Yves Alexandre Thalmann, pourrait lui faire comprendre que le polyamour n'a rien de néfaste.

J'ai lu ce livre qui m'a permis de comprendre que je pouvais aimer deux hommes, sans éprouver de sentiment de culpabilité. (J'y travaille donc) Je pensai le mettre entre les mains de mon époux ;)

Egalement, vous pouvez lire du même auteur "les 10 plus gros mensonges sur l'amour et la vie de couple" ainsi que "garder intact le plaisir d'être ensemble".

Ton mari pourrait surfer sur la vague de ton évolution, pour apprendre à découvrir lui aussi (attention, je ne dis pas qu'il doit devenir poly, surtout pas) d'autres facettes de lui-même et entreprendre une évolution personnelle, parallèlement à la tienne. Vous pouvez créer une dynamique commune et ton amoureux peut y contribuer... dès que chacun-e sera suffisamment disposé.

Ce serait mon plus grand désir, de pouvoir partager mon ressenti avec mon époux. Je ne lui exposerai pas tout bien évidemment. Mais certaines évolutions importantes pourraient l'être.

Il y aurait tellement à te dire. Mais loin de moi l'idée de pondre ici un pavé :-D

L'un de mes affectifs disaient toujours qu'après la pluie, le soleil revenait toujours.

Oh si seulement le soleil pouvait se présenter à la porte de nos cœurs. Je pense que je serai comblée.

Merci Bonheur de me donner le sourire :)

Message modifié par son auteur il y a 4 ans.

#
Profil

velvet

le mercredi 16 décembre 2015 à 16h49

APH
C'était il y a plus de 40 ans et depuis, lui comme moi vivons des amours plurielles en toute harmonie, mais il a fallu plusieurs années pour atteindre cette harmonie, donc ne vous découragez pas!

Bonjour Aph, Vous êtes donc en harmonie aujourd'hui, avec votre époux et vos amours pluriels, je suis heureuse pour vous :) et vous me donnez espoir.

Message modifié par son auteur il y a 4 ans.

#
Profil

velvet

le mercredi 16 décembre 2015 à 17h00

APH
Cela étant, c'est aussi un avantage car vous pouvez faire remarquer à votre mari que pendant les 20 mois où il n'a rien su, il n'a pas constaté la moindre diminution de votre amour pour lui, et vous avez été heureux tous les deux. C'est bien la preuve que votre seconde relation ne lui enlève rien!

C'est justement là qu'est le hic... Mon Amour pour mon époux a fait que j'avais du mal à faire comme si ne rien n'était. Comment le regarder en face alors que je savais très bien que je lui cachais mon second Amour? Si j'avais été indifférente il n'en saurait encore rien à ce jour. Parfois je me dis, que je souhaitais qu'il s'en rende compte, afin que nous puissions enfin parler.

#
Profil

velvet

le mercredi 16 décembre 2015 à 17h05

APH

En fait, c'est l'idée que vous aimez ailleurs qui le gêne. Parlez-en ensemble, essayez de voir ce qui le gêne là-dedans. Bien sûr, s'il est très possessif et jaloux, il y a peu de chances qu'il admette facilement de vous "partager", mais il est important que vous lui fassiez comprendre que ce n'est pas en vous ordonnant de n'aimer que lui qu'il y arrivera, car les sentiments ne se commandent pas.

Mon époux n'éprouve pas ce sentiment de jalousie, ce qui est un petit espoir supplémentaire . En effet les sentiments ne se commandent pas, et je ne l'avais jamais autant réalisé.

#
Profil

velvet

le mercredi 16 décembre 2015 à 17h12

APH

Pas facile, dans notre société, de faire accepter l'idée que chaque personne est libre d'aimer. Vous êtes mariée, c'est un projet de vie avec votre mari, mais cela n'implique pas que vous lui appartenez... Bon courage!

En effet... Selon mon époux nous sommes mariés, donc je lui appartiens. Ce n'est pas simple, et la clef de la compréhension est là. Lui faire admettre que je suis libre de l'aimer lui, et également une autre personne. Sans pour autant le remplacer. La route va être longue... Merci beaucoup APH pour votre soutient.

Message modifié par son auteur il y a 4 ans.

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion