Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

En plein questionnement

Témoignage
#
Profil

plexi

le dimanche 31 mai 2015 à 01h09

Bonjour,

Je vous copie ici, le message que j'avais écrit en réponse dans un autre fil, comme il était destiné à me présenter, je le trouve fort à propos pour commencer.

plexi

Pour me présenter un peu, je suis arrivée ici suite à quelques recherches, car je suis tombée amoureuse de quelqu'un et je pense qu'il est polyamoureux. Je dis je pense, car en parcourant le fil "comment le dire" j'ai reconnu plusieurs discussions eues avec lui... sans toutefois que je comprenne réellement. Et bon, il a jamais utilisé le mot polyamour, mais on a plusieurs fois parlé du fait que lui et sa femme ne vivent pas une relation exclusive. Ce que j'accueillais avec autant d'admiration que d'incompréhension... très monogame que je suis.

Cela ne m'a pas empêchée de continuer à le respecter et à l'aimer, je crois qu'on peut parler d'amour, même si au départ c'était un amour-amitié depuis quelques temps c'était devenu différent et j'avais vraiment du désir pour lui. Et visiblement c'était réciproque. Et lorsqu'on s'est embrassés, il m'a vraiment posé la question si j'étais sure de vouloir aller plus loin avec lui... je crois qu'en fait j'avais pas compris ce qu'il me demandait réellement. Nous avons fait l'amour et c'était extra. Mais nous n'avons pas tellement parlé de notre relation après. Ce que je suis sure, c'est que ça ne ressemblait en rien à un homme qui veut juste se faire plaisir. Il avait un regard amoureux.

Alors je me pose des tas de questions. J'ai tellement d'admiration pour lui et notre relation, que je trouve très belle, me tient vraiment à cœur. Je ne veux surtout pas le changer. Après tout, il est ce qu'il est et c'est cet homme que j'admire, que je respecte et que j'aime.

Seulement voilà, je me demande quelle peut être ma place là dedans. Parce que non seulement c'est un type de relation que je ne connais pas et que le fait que ce soit à ce point inconnu, ça me fait peur, mais en plus j'ai toujours été monogame et j'ai vraiment peur qu'au final je souffre dans une relation qui ne me conviendra pas.

Je viens à peine de débarquer dans ce site, peut-être que je ne suis pas encore tombée sur les sujets qui en parlent ou des témoignages, pour l'instant je découvre que de l'autre coté, c'est pas simple non plus... et j'avoue que ça me fait du "bien" et je le mets entre guillemets, parce que c'est pas le bon mot, mais je ne voit pas quel autre mot utiliser. Le fait de lire les difficultés rencontrées quand on est polyamoureux, m'aide à voir les choses autrement. Car pour moi, si le deal de départ est que la relation n'est pas exclusive, j'ai tendance à me sentir lésée dans l'histoire. Mais bon, je parle de relations passées, car cette fois, c'est pas pareil. Dans cette relation la différence, c'est que je continue à me sentir respectée. Et je me sens réellement aimée. C'est pour cette raison que je tiens à revoir ma position, à condition que ce soit possible pour moi, ce que je ne suis pas sûre du tout pour l'instant, mais comment je le saurais si je ne l'expérimente pas ?

Bref... j'adore votre comparaison avec les montagnes russes... c'est vraiment ça que je ressens en ce moment, et pourtant je me sens "de l'autre coté"

C'était il y a quelques semaines. Il y a eu quelque évolution depuis :

Cet homme n'était en fait pas un polyamoureux et le "contrat" avec sa femme c'est qu'ils peuvent avoir autant de relations sexuelles en dehors du couple, mais pas de relation d'amour. Donc pour non respect de ce contrat - pour des raisons d'amour pour moi - il rompt avec moi, ce qui est quand même assez douloureux. Il me demande toutefois de garder contact et de continuer d'être amis proches comme on l'était avant. Bon, comme on était pas tranquilles et que l'on va se voir pour prendre le temps de discuter de tout ça, je lui dirais qu'à mon avis "comme avant" est un peu naïf de sa part. Par contre je pense que je peux tout à fait vivre une amitié avec lui, du moment que le lien est pas rompu.

Donc voilà par quoi est passé mon questionnement depuis quelques semaines :

- J'aime cet homme, même s'il a quelqu'un d'autre dans sa vie.

- Lorsqu'il me parle de sa femme, je ne me sens pas mal, pas jalouse et même j'aime le voir aimer sa femme, ça ne me fait pas l'aimer moins pour autant.

- Je n'ai pas besoin d'exclusivité, pour me sentir aimée et respectée.

Du coup, je me demandais si par hasard, je n'avais pas compris de travers sa relation d'avec sa femme, parce que cela m'aurait plu que ce soit ainsi ? Du coup.... plein de choses se bousculent un peu dans ma tête. Et je me trouve donc en plein questionnement. J'en profite pour remercier Athelas qui m'a bien aidée dans ma réflexion, sur le chat.

Bon, y a pas de miracle, il parait que c'est moi seule qui ai les réponses... seulement j'ai surtout l'impression de n'avoir que de questions.

- Est-ce que le polyamour est quelque chose qui pourrait me convenir ?

- Est-ce que c'est vraiment une réflexion à avoir alors que "je n'ai personne dans ma vie" ?

- Si je trouve ça génial en théorie, est-ce que pour autant c'est nécessaire de tester la pratique pour en avoir le cœur net ?

- Puisque je ne suis pas en couple... et que je ne suis pas pressée de l'être et peut-être même que je veux rester seule chez moi, sans que ça me dérange de rencontrer quelqu'un avec qui je partagerais des moments mais pas le logement... au final, ça change quoi si je dis rien sur mon questionnement ? ou si j'en parle ?

Et cet homme que j'aime... pour l'instant je suis encore dans le sentiment amoureux pour lui et ne remarque donc pas les autres hommes car je n'ai d'yeux que pour lui, mais tout le monde sait que ça dure pas tant que ça ce moment là... surtout s'il n'y a que des rencontres amicales, désormais... mais c'est pas pour autant que l'amour s'envole, donc il y aura bien un moment où je rencontrerais quelqu'un et qu'il faudra que je lui en parle... et ça me fait quelque chose d'imaginer qu'il se demandera peut-être (ou peut-être pas) s'il aurait pas dû continuer avec moi...

Ce qui est sûr, c'est que au moins cette relation m'aura permis de me découvrir d'une certaine manière. Je me sens un peu grandie, malgré la déception et la tristesse. Et puis même si je décide de ne pas vivre de polyamour, je trouve que la réflexion sur le sujet est vraiment intéressante. Remettre en question son mode de fonctionnement pour trouver ce qui est propre à soi... j'ai pas encore trouvé, mais je sais que je m'en rapproche et je me sens bien avec cette idée.

Merci aux courageux qui m'ont lue :)

Message modifié par son auteur il y a 5 ans.

#
Profil

LuLutine

le dimanche 31 mai 2015 à 01h21

plexi
Est-ce que c'est vraiment une réflexion à avoir alors que "je n'ai personne dans ma vie" ?

Oui.

Mille fois oui !!! :)

Pourquoi ce questionnement serait moins légitime parce que tu ne fréquentes personne ?

Au contraire, tu peux y penser au calme, et la prochaine fois que tu fais une rencontre, tu pourras lui annoncer la couleur clairement...ce qui évite en général de se retrouver en mauvaise posture lorsqu'on laisse grandir une relation sans rien dire avant de révéler qu'on ne se sent décidément pas fait(e) pour l'exclusivité !

#
Profil

plexi

le dimanche 31 mai 2015 à 09h50

LuLutine
.... on ne se sent décidément pas fait(e) pour l'exclusivité !

Ah là tu touches à la question que je me pose. Enfin, je me la pose dans l'autre sens : est-ce que l'exclusivité est quelque chose qui me dérange? qui entrave à ma liberté?

Le problème, c'est que la réponse est pas la même si je me focalise sur ma première ou ma deuxième question. D'où une ambivalence de ma part. En poussant un peu plus la réflexion au delà des frontières de mes relations amoureuses, je me rends compte que n'ayant pas un besoin de mettre la relation sexuelle au centre de mes relations, je vis très bien la petite frustration qu'est la vie avec un seul partenaire avec qui je partage amour et sexe et d'autres personnes autour de moi avec qui j'entretiens une amitié que parfois je qualifie de particulière. C'est quelque chose que j'ai toujours fait. Et que mis à part l'homme avec lequel je me suis mariée, tous mes autres copains dans le passé ont accepté sans sourciller. Parce qu'il n'y avait pas de sexe. Et peut être aussi que je n'entrais pas dans le détail de ce qu'elle avait de particulier cette amitié (fort sentiment d'attachement affectif).

La question du positionnement est importante, dans le sens que face à un homme qui ne pourrait pas imaginer une relation non exclusive, ma façon de faire jusqu'ici peut être compatible. Sauf que je me rends compte qu'elle n'est pas 100% honnête. Surtout vis à vis de moi-même. Mais je me rends compte que j'ai un véritable problème avec l'idée de me faire rejeter. Surtout si en échange l'effort que cela représente pour moi de renoncer à des relations charnelles, qui ne m'ont jusqu'ici pas paru indispensables, n'est pas quelque chose de si pesant (mais je me demande également si je n'essaie pas juste de m'en convaincre...).

Donc au final... je me dis que je m’accommode plutôt bien dans l'exclusivité, donc du coup je ne ressent pas un besoin absolu de vivre une relation dans le polyamour. Ou peut-être que mes amitiés particulières font déjà partie d'une sorte de polyamour? Mais que le questionnement est là. J'avance de manière plutôt incertaine pour l'instant.

#
Profil

Athelas

le dimanche 31 mai 2015 à 15h08

Bonjour ! :)
Oui j'abonde dans le sens de Lulutine, c'est le meilleur moment pour te poser des questions, sans causer "d'angoisse" à une relation en cours ! :)

Pour ce qui est de la relation sexuelle, effectivement, si tu la conçois comme non nécessaire, elle pourrait convenir à un partenaire qui demande l'exclusivité sexuelle. Pour autant je considère que tu as raison de te dire que ce n'est pas honnête envers toi même, car tu ne vois pas de mal à partir du moment où il y a amour réciproque.
La question à se poser dans ce cas, c'est peut être : "est ce que je m'aime si je me contrains à l'exclusivité sexuelle, quand bien même les sentiments sont réciproques ?". Certes, le ton de ma question induit la réponse, parce qu'au final, tu as peur d'être rejetée par ton partenaire éventuel pour une certaine conception que tu as de toi et de ta liberté.

On en revient à une sorte de "deal" de départ : si la personne sait ce que tu veux (et donc si TOI tu sais ce que tu veux), elle pourra décider en conséquence de changer (accepter la non exclusivité sexuelle) ou de partir. Mais ce ne sera pas à toi de revenir sur "qui tu es", pourvu que tu sois en conscience de qui tu es.

L'amour ce n'est pas de la souffrance ou du sacrifice, si tu te sacrifies (comme tu sembles le dire pour tes 14 ans de mariage), tu laisses la place à des regrets ou de l'amertume, qui finit toujours par ressortir. L'affirmation de soi peut sembler déroutante, et faire "fuir" comme tu le disais hier.

Au final, si tu sais en pleine conscience "qui tu es", je ne suis pas sûr que les gens fuient "qui tu es", ils fuient devant leurs propres angoisses...

#
Profil

plexi

le dimanche 31 mai 2015 à 22h29

Athelas

Pour ce qui est de la relation sexuelle, effectivement, si tu la conçois comme non nécessaire...

:-/

Alors là tu me mets clairement devant mes contradictions ! Dit comme ça, je trouve ça assez horrible. J'ai employé d'autres mots... mais c'est bien ça que j'essaie de me faire croire alors qu'il en est rien.

La preuve en est, la boule que j'ai au ventre depuis que cet ami m'a dit qu'on arrêtait de se voir en tant qu'amants mais qu'on peut continuer de se voir en tant qu'amis comme avant. Si la sexualité ne m'était pas nécessaire... ça me ferait pas tant de mal d'accueillir une telle nouvelle.

Soi dit en passant, cette expérience m'a également aidée dans ma réflexion... car je trouve ça impressionnant de non sens, qu'avec un contrat de liberté sexuelle... il se prive justement de la partie sexe lorsque dans la relation il y a des sentiments... faudra vraiment qu'il m'explique comment il en arrive à cette conclusion.

Athelas

Au final, si tu sais en pleine conscience "qui tu es", je ne suis pas sûr que les gens fuient "qui tu es", ils fuient devant leurs propres angoisses...

Là on touche à l'un de mes vieux démons... cette peur de ne pas être acceptée telle que je suis... j'y travaille depuis un bout de temps, mais y a encore bien du chemin, je crois...

En tout cas, merci pour tes remarques, ça me donne encore bien de quoi réfléchir.

#
Profil

LuLutine

le lundi 01 juin 2015 à 04h26

plexi
cette peur de ne pas être acceptée telle que je suis... j'y travaille depuis un bout de temps, mais y a encore bien du chemin, je crois...

J'ai aussi cette peur (bien qu'aujourd'hui "crainte" serait peut-être plus exact, car je l'ai de moins en moins fort), et pour une raison toute simple : justement, je n'ai pas été acceptée telle que je suis !

(Je parle ici, dans mon histoire, de la ou des personne(s) dont l'acceptation pleine et entière de mon identité était nécessaire à ce que je puisse vivre et m'exprimer pleinement et sereinement, alors qu'au lieu de ça j'ai appris à me cacher et à faire semblant d'être quelqu'un d'autre la majorité du temps, parce que c'était devenu quasiment une question de survie...)

Du coup je dois dire que ta phrase résonne particulièrement avec mon vécu.

Que te dire d'autre sinon le fameux "on ne peut pas plaire à tout le monde" mais aussi et surtout (du moins mon expérience m'en convainc) que tu trouveras toujours des personnes qui t'accepteront telle que tu es !

Et les autres ??

On s'en fout !!! :D

(Bon c'est plus un idéal que quelque chose qu'on arrive à faire à 100% mais...c'est pour donner l'idée générale hein !)

#
Profil

bonheur

le lundi 01 juin 2015 à 13h07

Plexi, regarde dans tes spams ou indésirables, je t'ai laissé une réponse :-)

#
Profil

plexi

le lundi 01 juin 2015 à 21h24

bonheur
Plexi, regarde dans tes spams ou indésirables, je t'ai laissé une réponse :-)

ça se trouve où?

#
Profil

bonheur

le lundi 01 juin 2015 à 21h32

Dans ta boite mail personnelle.

chacun a la possibilité de laisser un message personnel à un autre membre (sauf si celui-ci interdit cet accès). Pour ce faire, il suffit de cliquer sur le pseudo du destinataire, puis sur "envoyer un message" et en général, c'est conseillé de cocher la case afin qu'une copie du message envoyé vienne s'insérer parmi les mails de l'adresse dont tu t'es servi pour t'inscrire. Par contre, en général, ça vient se placer dans les spams ou indésirables (là où tu reçois la pub, notamment)

#
Profil

Athelas

le lundi 01 juin 2015 à 21h47

HS : Si c'est dans les spams, peut on dire que le bonheur est indésirable ????? /HS :D

Blague à part, tu remarqueras peut être que pour être accepté par les autres, il faut s'accepter / se connaître soi même...

#
Profil

plexi

le lundi 01 juin 2015 à 22h50

LuLutine
J'ai aussi cette peur (bien qu'aujourd'hui "crainte" serait peut-être plus exact, car je l'ai de moins en moins fort), et pour une raison toute simple : justement, je n'ai pas été acceptée telle que je suis !

(Je parle ici, dans mon histoire, de la ou des personne(s) dont l'acceptation pleine et entière de mon identité était nécessaire à ce que je puisse vivre et m'exprimer pleinement et sereinement, alors qu'au lieu de ça j'ai appris à me cacher et à faire semblant d'être quelqu'un d'autre la majorité du temps, parce que c'était devenu quasiment une question de survie...)

Du coup je dois dire que ta phrase résonne particulièrement avec mon vécu.

Et quand je t'ai lu, ça a aussi résonné en moi...

Athelas

HS : Si c'est dans les spams, peut on dire que le bonheur est indésirable ????? /HS :D

Blague à part, tu remarqueras peut être que pour être accepté par les autres, il faut s'accepter / se connaître soi même...

Merci pour la blague, j'ai bien ri :-D

Pour s'accepter il faut se connaître. C'est un travail que je fais sur moi-même et avec l'aide d'un psychologue depuis quelques temps maintenant. Et je dois dire que oui, je sens la différence, je vois la différence et je vois aussi l'impact sur les autres, la différence de leur comportement face à moi.

On parlait d'écologie relationnelle l'autre jour... eh bien je pense que ça aussi fait partie du fait de se connaitre. Avant je me laissais "bouffer" par des fréquentations qui ne me convenaient pas, mais depuis qu'il est clair pour moi quel genre de personne je ne souhaite pas fréquenter et quelles sont les personnes dont la compagnie m'apporte joie, plaisir et que ça me fait du bien de les voir, eh bien je choisis. Et ça me va bien. Ma vie a changé.

Bref, probablement ce questionnement fait partie de mon parcours et comme je suis quelqu'un qui prend son temps... je prendrais aussi mon temps pour ça :)

#
Profil

plexi

le lundi 01 juin 2015 à 22h52

bonheur
Plexi, regarde dans tes spams ou indésirables, je t'ai laissé une réponse :-)

Je t'ai répondu :)

#
Profil

bonheur

le mardi 02 juin 2015 à 09h50

(+) :-D super !

#
Profil

LuLutine

le mercredi 03 juin 2015 à 01h49

Athelas
HS : Si c'est dans les spams, peut on dire que le bonheur est indésirable ????? /HS :D

:D :D :D

#
Profil

bonheur

le mercredi 03 juin 2015 à 13h53

le bonheur et l'amusement se marient très bien !

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion