Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Aimer une personne non exclusive

#
Profil

Mark

le jeudi 04 juillet 2019 à 20h50

Et que penses tu de l'analyse du psy?

#
Profil

Quezacoatl

le jeudi 04 juillet 2019 à 22h39

@Mark
S'il y avais une vérité absolue ça se saurait... et en théorie je dois me forger la mienne.
Mais effectivement... quel intérêt de remettre cet élément toujours sur le tapis ? En théorie si j'accepte pas besoin de me le dire si souvent non ?
Je crois que les sentiments sont des choses complexes, c'est rarement manichéen.
Ce que je dois voir c'est : est ce que moi je me sens bien dans cette relation, cela doit rester un échange et pas coûter à l'un et donner toute l'ampleur à l'autre.

Bon ok... ça c'est en théorie, mais quand on aime...

#
Profil

Mark

le jeudi 04 juillet 2019 à 23h05

ha! parfaitement d'accord avec toi, de la théorie à la pratique il y a de la marge et si théoriser les choses peut aider ;
tu peux te retrouver dans la compréhension et acceptation théorique, mais avoir besoin d'un temps certain pour te l'approprier de manière épanouie et sereine au quotidien. Patience, persévérance et beaucoup de communication. Et une dose de courage et d'abnégation, du moins au départ, il est souvent vrai.;-)

Message modifié par son auteur il y a un mois.

#
Profil

bovary3

le samedi 06 juillet 2019 à 06h55

Bonjour Quezacoatl
Je tombe par hasard sur la discussion que tu as initiée, qui m’avait échappé.
Je veux aborder 2 points :
1. La souffrance de la jalousie : certains polyamoureux la dépassent sans problème comme on peut le lire, donc c’est théoriquement possible. Ce que je peux ajouter, c'est mon expérience personnelle, très ancienne, où ma compagne de l'époque a commencé à coucher avec un de nos amis commun, ce qui m'a fait terriblement souffrir, jusqu'à ce que je découvre l'origine de cette souffrance: j'ai eu l'intuition, que cette situation me renvoyait à une peur très ancienne d’être abandonné par ma mère, et une fois que je m'en suis rendu compte, je n'ai plus souffert de leur relation, qui n'a d'ailleurs pas duré. D’ailleurs, j’ai lu, sur ces pages, que cette jalousie provient en général d’un manque de confiance en soi, ce qui n’est pas contradictoire avec ce que je viens de relater.
2. L’opinion du psy : elle me semble marquée par l’idéologie dominante de notre société, celle du couple monogame, or il existe des formes de relation amoureuses très différentes dans d’autres sociétés non occidentales. Chez nous le mode polyamoureux est ultra-minoritaire, et il remet aussi en cause la domination masculine, donc il est forcément décrié. La question des règles et des limites est fondamentale pour les pratiques psy, mais celles qui comptent sont celles que chaque individu, ou chaque couple (ou même trouple) se choisit en toute liberté et responsabilité, et pas forcément celles de la norme sociale. Les psys sont membres de la société dans laquelle ils vivent, leurs options sont donc façonnées par l’idéologie dominante,par éthique, ils interviennent quand quelque chose se produit qui leur semble dangereux, mais ils ne détiennent certainement pas la vérité ! Ce qui compte, c'est la vérité de chaque sujet, Lacan l'a dit bien mieux que moi.

#
Profil

Mark

le samedi 06 juillet 2019 à 09h51

hs/
@bovary3

Je ne vois vraiment pas d'ou vient cette interprétation de l'avis de son psy.
D'une part, un avis ne reflête pas forcément une opinion, d'autre part je ne vois pas pourquoi vous titrez "L'opinion du psy" alors que visiblement vous donnez vôtre opinion et vision des psys.)

Décidément, et plusieurs personnes vous l'ont déjà fait remarquer, vous avez tendance à utiliser le 'les" et "on" avec une certaine légèreté. Donnez vôtre opinion si ça vous chante, mais ne la faite pas passer pour des généralités. Ca ne donnera par ailleurs que plus de lisibilité à vos propos.

Je vous suggère de faire une recherche sur le mot "mansplaining", ça vous donnera une indication sur la manière dont JE perçois vos interventions.
/hs

#
Profil

bovary3

le dimanche 07 juillet 2019 à 06h44

bonjour Mark
je vous réponds en message personnel, afin de ne pas brouiller la lisibilité du sujet.

#
Profil

Siestacorta

le dimanche 07 juillet 2019 à 13h29

Quetza,

bonjour.
C'est pas "bête" de mal réagir quand la non-exclusivité se présente. Notre société, depuis la fin des mariages arrangés - c'est moins vieux qu'on croit, mais assez pour qu'on en soit très marqués - a définit la relation amoureuse en partie par ce tabou de la non-exclusivité. On s'appartient, sinon ça veut dire que c'est pas de l'amour. C'est empiriquement faux, on peut connaitre mille histoires où l'amour était présent sans l'exclusivité, mais on y croit, et parfois on souffre parce qu'on croit qu'il faut souffrir. On apprend à tout le monde à croire ça, et ça se remet pas en question d'un coup de baguette magique.

Par ailleurs, que ce soit pour des question de sexe ou de sentiments, permettre aux tiers d'exister dans la sphère relationnelle, ça représente des risques. De santé, de durée de la relation, de déséquilibre dans notre vie perso (sur qui on s'appuie quand l'autre n'est pas dispo ? (réponse : soi-même en priorité, d'autres parce que c'est possible, mais tout ça, s'apprend)).

Donc c'est compréhensible d'avoir mal, peur...

Ça veut pas dire que c'est la seule chose compréhensible.
Tu peux aussi être heureux parce qu'elle est heureuse avec ton soutien et ta confiance.
Tu peux être heureux parce que tu t'ouvres d'autres possibilités - pas seulement relationnelles : tu peux avoir autre chose à faire dans la vie.

Tu peux avoir le tout (joies et craintes) en même temps.
C'est pas simple, c'est inhabituel, personne ne t'oblige à passer le cap et arriver à l'harmonie, spontanément ni à long terme. Mais ça s'essaie, entre gens capables de communiquer. Toi et ton amoureuse avez l'air de pouvoir le faire...

En attendant, lis les articles présents sur le site, selon tes besoins. Vois ce qui te parle...

Message modifié par son auteur il y a 15 jours.

#
Profil

bidibidibidi

le lundi 08 juillet 2019 à 16h00

Quezacoatl
L'avis du psy...

Psychiatre, psychologique, psychanalyste, il existe beaucoup de types de psy avec des points de vue très différents sur ce genre de choses. Il serait bien de savoir quelle est son obédience.

Quezacoatl
Réponse : elle n'a pas de limite, et dans son comportement, a remettre cela sous votre nez sans arrêt, vous le répéter... Il y a quelque chose d'involontairement vicieux.
Et puisque quand vous êtes plus distant elle reviens ......

Mhm... Psy de comptoir ?
Au premier abord, le diagnostic me fait tiquer. Après, ça peut venir de la manière dont tu le rapportes. Mais le mélange de certitudes et de poncifs me fait me dire que c'est à prendre avec de longues pincettes.

#
Profil

Merlyn

le mardi 09 juillet 2019 à 17h52

Mon avis comme souvent est finalement personnel et ne s'appliquera peut-être pas à toi.

Je pensais que le sexe était un impératif et parfois il peut m'arriver d'y penser encore. Mais dans les faits, je pourrais me passer plus facilement de sexe que d'amour... C'est à la conclusion que je suis arrivé hier quand j'étais avec ma compagne à notre RDV mensuel chez le psy de couple ...

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion