Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Sexe, Amour et Mensonge ou le naufrage d'un polyamour

Bases
#

Lui, Elle, Emoi (invité)

le mercredi 18 octobre 2017 à 22h34

Bonsoir, voilà mon témoignage sur mon expérience d'un soit disant polyamour.
Ceci est juste un témoignage et je ne prétendrais donner aucun conseil en la matière.
Il y a un peu plus d'un an, j'ai débuté dans le libertinage avec mon ami de l'époque. Nous avons rencontré un couple, expérimenté et magnifique à mes yeux. Nous nous sommes tellement plu que nous nous sommes vus à plusieurs reprises. Un attachement particulier s'est fait d'une manière naturelle. Nous avions les mêmes valeurs sur la vie, la famille, sur le travail etc. On s'est même vu en famille sans même coquiner. Je me sentais tellement à l'aise avec eux, que ma première fois fut avec lui, ainsi qu'avec elle.
Mon ami n'a pas supporté ce rapprochement et a mis les freins très vite. De plus, notre couple commencer à vasciller donc j'ai couper les ponts avec elle et lui. Des mois plus tard, à la suite de ma séparation avec mon conjoint, c'est d'une manière toute simple que je suis revenue vers eux. L'alchimie déjà palpable au début n'a fait que de s'accroître entre nous trois. Du moins, je le pensais. Au début, nous nous retrouvions comme ami mais je sentais l'attirance qu'il y avait entre lui et moi et l'harmonie entre elle et moi. On a enfin libertiner pour la première fois à trois. Et j'étais si bien entourée de leurs bras et cajoler par leur regard. On ne s'est plus quitté à partir de ce moment.
Enfin, lui, me parle de polyamour. M'avoue que j'ai toujours été dans sa tête depuis notre première rencontre et qu'il a essayé de réfreinner ses sentiments à mon égard à plusieurs reprises. Il en parlait à son épouse à l'époque et elle lui répondait qu'elle comprenait car j'étais une belle personne. Plus nous passions du temps ensemble et plus il tombait amoureux de moi. Plus, il me parlait, plus je tombais amoureuse de lui. J'étais dans une telle confiance que je me suis laissée convaincre par ce polyamour. Il a mis de tels efforts pour que cela marche entre nous trois. Biensur, ils en avaient parlé ensemble au préalable et madame était d'accord. Dans un premier temps, elle voulait faire plaisir à son mari, je pense. Et puis, c'est une libertine qui connait le partage donc elle a accepté plus facilement la chose. De plus, moi même, j'ai tout mis en oeuvre pour la rassurer en lui expliquant que j'assumais ma place de seconde et qu'il lui appartenait avant tout. J'ai également cherché à savoir si elle comprenait exactement dans quoi nous nous embarquions. Par son sourire et sa réponse par un baiser, il m'a semblait que oui. Des règles furent même mises pour que chaque partenaire ne se sente pas lésé dans cette relation. J'ai aimé cette femme tendrement et charnellement car elle m'offrait le plus beau des cadeaux, son mari; celui là même qui aurait pu être l'homme de ma vie.
Tout allait au mieux pour ce trio. Elle disait même tomber amoureuse de moi. J'en étais touchée et je respectais ses sentiments même si je ne partageais pas les siens et cela elle le savait. J'étais bi pas homo.
Bref, tout semblait se passer au mieux. Je tombais follement amoureuse de lui sous l'aura protectrice de sa femme et nous vivions un ménage à trois comme nous le pouvions.
Biensûr, je souffrais en silence. Je me sentais privilégiée mais tellement seule quand il me quittait pour la rejoindre. Encore une fois, je ne disais rien car mon bonheur, je le lui devais à elle et rien qu'à elle. Et puis, un jour, tout s'est arrêtait. Elle a dit STOP.
Pourquoi? deux raisons: la connexion, la complicité, l'amour qu'il y avait entre lui et moi qu'elle ne pouvait plus supporter. Cela la rendait malade et jalouse car elle se sentait, soit disant, exclue. Et de l'autre, elle avait menti: elle ne m'aimait pas comme elle l'avait prétendu. Je n'en saurais jamais plus.
Et là, fut la descente aux enfers.

#

Lui, Elle, Emoi (invité)

le mercredi 18 octobre 2017 à 23h15

Je ne cherche pas à avoir de réponses. Cela me sert juste de "thérapie ". Je ne souhaite pas rentrer dans les détails de notre histoire car cela ne servirait à rien. Mais aujourd'hui, nous sommes trois personnes qui souffrent. On a beau vouloir communiquer et rassurer si un seul ment ou se ment à lui même, c'est la chute inévitable.

#
Profil

Merlyn

le jeudi 19 octobre 2017 à 08h30

Merci de ton témoignage, j'ai vécu une histoire pas tout à fait identique mais pas très loin de cela non plus....je te souhaite bon courage à toi...

#
Profil

Camille_B

le jeudi 19 octobre 2017 à 09h53

C'est bien triste tout ça :( Mais oui, malheureusement, le mensonge c'est comme un vers qui s'insère dans un beau fruit. Il pourrit de l'intérieur, et on ne s'en rend compte que lorsque l'on croque dedans.

#
Profil

Toinou

le jeudi 19 octobre 2017 à 10h26

Merci de partager cela avec nous. Et bon courage.

Virtual freehug pour toi aussi ;)

Message modifié par son auteur il y a un an.

#

Lui, Elle, Emoi (invité)

le jeudi 19 octobre 2017 à 17h14

Je vous remercie pour vos messages plein de gentillesse. Cela me va droit au coeur, un coeur hélas trop meurtri. Je savais que notre amour ne pouvait vivre que dans cette relation triangulaire et j'étais prête à souffrir pour l'avoir un temps soit peu à moi. Cela ne l'a pas fait. En même temps, je n'ai rien fait pour le retenir et j'ai peut être pris la décision à sa place car il était dans l'impossibilité de le faire (peur de la détruire, elle; peur de briser sa famille etc....ce que je comprends tout à fait et que je me refusais d'accepter).
Maintenant, j'ai l'impression que tout semble être revenu à sa place, dans le bon ordre: lui avec sa femme et ses enfants et moi de l'autre. J'ai voulu couper tous les ponts car le revoir en ami était au dessus de mes forces.
Mais aujourd'hui, je le vois, je le ressens et c'est une prison. Je me souhaite beaucoup de choses, de la joie avec mes enfants, des fous rire avec mes amis mais qu'on ne vienne plus me parler d'amour car le mien, je l'ai trouvé et il s'est évaporé comme un songe.
Pour conclure, je souhaite aux polyamoureux que du bonheur

#

Rosannah (invité)

le vendredi 20 octobre 2017 à 02h38

J'ai vécu une relation qui n'a rien à voir (deux couples, moi trompant mon conjoint et mon amant trompant sa femme avec moi), pourtant nous avons ressenti un sentiment en commun :
la partie où l'on tait son malheur "pour ne pas perdre" l'autre.
J'ai tu à mon amant que j'étais en train de tomber amoureuse de lui et ça nous a tous détruit. Cela s'est arrangé, mais je regrette tellement de ne pas l'avoir fait avant.

Petite conclusion personnelle à ce sujet : il faut parler. Il faut dire quand ça ne va pas. Quitte à perdre. Si on perd quelqu'un pour cela, ce n'était pas la bonne personne.

Je suis partie en psychothérapie à cause de mon histoire. Mon conjoint et mon amant aussi.

Même conseil de nos trois psys : ressentir une peur, ne pas la dire, c'est cacher à tout le monde un "signal faible" de quelque chose que l'on ressent.
S'il est formulé eh bien tous adultes que nous sommes, nous pouvons traiter le signal.
S'il ne l'est pas, les signaux s'accumulent, sont cachés dans l'inconscient et se transforme en signal fort qui arrive trop tard et est destructeur : une crise, des colères, de la vraie souffrance.

Il faut parler. Toujours.

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion