Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Le polyamour a t-il été son premier cheminement de femme?

Culture
#
Profil

Caline

le vendredi 02 mai 2014 à 10h16

Je suis occupée à lire «  Une vie bouleversée "de Etty Hillesum - Editions Points

En deux phrases, c’est le journal intime d’une jeune femme juive de 27 ans à Amsterdam ( rien à voir avec Anne Frank) qui confie ses pensées intimes. ces lignes que j’ AI mis ici en copie m’ont tout simplement émue et m’ont fait penser à toutes ces femmes qui se cherchent entre plusieurs amours.

p. 66: Un seul homme, un seul amour ne sera jamais ma voie, je crois. Mais j’ai un fort tempérament érotique et grand besoin de caresses, de tendresse. Et elles ne m’ont jamais fait défaut. Je m’aperçois de mon incapacité à rendre exactement ce que je ressentais cette nuit et ce matin. «  Dieu ne m’a jamais envoyé de mari».

p.. 66: Jamais encore mon intuition intérieure ne m’a fait dire: «  oui» pour la vie à un
homme, et cette voix intérieure doit être mon seul fil d’Ariane, en tout certes, mais particulièrement en cette affaire. Je veux dire simplement qu’une sorte de paix doit descendre en moi, avec la certitude de suivre ma voie personnelle, confirmée par une voix intérieure. Surtout ne pas fuir le mariage en me disant: «  On voit si peu de mariages heureux autour de soi».

Je demande à un modérateur ( trice) de corriger le titre, je n'y arrive pas, merci! En effet, il faut lire " le polyamour a t- il été ( à la place de était) son premier cheminement de femme ?"

Message modifié par son auteur il y a 5 ans.

#

(compte clôturé)

le vendredi 02 mai 2014 à 15h12

Tiens c'est amusant, je suis en train de lire ce livre également et de mon côté j'avais noté pour l'instant les passages suivants :

p. 71 : 11 novembre au matin [...] ce besoin, cette fantaisie ou cette chimère (comme on voudra) de vouloir posséder un seul être pour toute une vie, il faut absolument le réduire en miettes. Ce désir d'absolu, il faut le pulvériser. Et ce ne sera pas un appauvrissement de l'être, mais justement un enrichissement. Une promesse de subtilité, de nuances. Accepter dans les liaisons un commencement et une fin, y voir un fait positif et non une raison de tristesse. Ne pas vouloir s'approprier l'autre, ce qui ne revient d'ailleurs pas à renoncer à lui. Lui laisser une liberté totale, ce qui n'implique nulle résignation.

p. 80 : vendredi matin, 9 heures moins le quart [...] A vouloir modeler l'autre sur l'image qu'on se fait de lui, on finit par se heurter à un mur et on est toujours trompé, non par l'autre, mais par ses propres exigences. [...] on ne réfléchira jamais trop à la nécessité de se libérer vraiment de l'autre, mais aussi de lui laisser sa liberté en évitant de se former de lui une représentation déterminée.

#
Profil

Caline

le vendredi 02 mai 2014 à 19h33

Super ravie Shamal, de partager avec toi! Il n’y pas de hasard, il y a que des coïncidences...Je ne suis pas aussi loin dans le lecture de ce livre que toi , je le lis à petite dose mais je me réjouis de lire ce livre en ce moment même, il tombe à point dans mon cheminement personnel dans une certaine ouverture vers le polyamour! (+) <3

Merci aux modos d’avoir corrigé mon titre assez rapidement! (+)

#
Profil

LuLutine

le vendredi 02 mai 2014 à 19h36

Caline
Merci aux modos d’avoir corrigé mon titre assez rapidement ! (+)

De rien, tout dépend si on passe sur le sujet à ce moment-là...
Aussi, une faute comme ça, il m'arrive de la corriger sans que l'auteur l'ait demandé (parce que la correction est évidente).

#

(compte clôturé)

le vendredi 02 mai 2014 à 22h37

:-)

Bon après faut pas oublier qu'Etty Hillesum a surtout marqué les esprits pour avoir conservé une foi incroyable en la vie malgré l'horreur de l'époque (1941-1943) et sa capacité à faire le bien autour d'elle au camp de Westerbork, plus que pour ses idées polyamoureuses. Mais c'est troublant de voir une jeune femme d'il y a 70 ans avoir ces idées-là, bêtement ça m'a agréablement étonnée.

Message modifié par son auteur il y a 5 ans.

#

(compte clôturé)

le samedi 03 mai 2014 à 12h13

shamal
Mais c'est troublant de voir une jeune femme d'il y a 70 ans avoir ces idées-là, bêtement ça m'a agréablement étonnée.

Aimer au pluriel n'est pas une idée neuve, autrefois c'était même très fréquent: il était largement admis que les maris avaient des liaisons (notamment ancillaires, avec les jeunes filles que le couple employait) et les épouses le savaient. La réciproque n'était pas toujours vraie, mais j'ai cependant lu plusieurs récits où mari et femme avaient chacun leur univers amoureux. Comme à l'époque on concluait des mariages "de raison", pour construire un foyer, une famille et éventuellement agrandir un patrimoine, il n'y avait pas de passion au sens actuel du terme entre les époux, mais de l'amour, oui, consolidé progressivement au fil de la vie commune, des complicités, etc, et ces amours étaient solides.
Nous avons d'ailleurs trouvé le journal d'une aïeule de mon mari, datant des années 1930, où elle et son mari avaient des amours autres, un amant de la femme étant même le meilleur ami de l'époux! C'est à la même époque que les anarchistes Emile Armand, Madeleine Vernet et bien d'autres ont théorisé sur "l'amour libre", "l'émancipation amoureuse" et les dangers de la monogamie exclusive, source de déchirements et de crimes passionnels.
Il est intéressant de se documenter sur le sujet, ne serait-ce que pour réaliser que ce qu'on croit être un mouvement de mode, ou une tendance moderne et novatrice est au contraire inscrit dans une histoire longue, preuve que cela correspond à des interrogations profondes.

#
Profil

Caline

le dimanche 04 mai 2014 à 07h07

Aimerplusieurshommes, cela ma fait plaisir que vous soyez intervenue sur le fil de discussion, je découvre vos lignes a l'instant. Tout à fait le raisonnement suivi quand j'ai découvert le terme de polyamour. Je me suis même dit que c'était comme pour l'homosexualité, cela a existe de tous temps. Sans pour cela vouloir faire d'amalgame entre les deux. L'essentiel pour moi est que l'individu soit épanoui dans une relation amoureuse et qu'il avance dans son cheminement personnel. Et en respectant l'Autre.Si nous serons bientôt sept milliards d'individus, ce serait un plus de nous partager l'espace qui nous serait alloué. D'où un partage relationnel plus important.

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion