Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Candaulisme

#
Profil

LuLutine

le lundi 10 mars 2014 à 00h18

Siestacorta
Nan, non, on vient d'établir que
- le masochisme n'était pas un élément systématique
- qu'on en parlait pas pour "confondre" avec le polyamour, mais pour se demander si, des fois, il y avait pas des ponts entre les deux.

Exactement. (+)

#

(compte clôturé)

le lundi 10 mars 2014 à 10h24

Donc si je tiens compte des éléments mis en évidence par Siestacorta et Lulutine, je dirais que, à mon sens, le masochisme ne peut être un élément du candaulisme puisque, en tant que femme, j'ai pu faire cette expérience. La femme aussi ayant, à certaines occasion, des excitations sexuelles.

Par contre, je ne vois pas pourquoi vouloir "un pont" entre candaulisme et polyamour ?

#
Profil

Siestacorta

le lundi 10 mars 2014 à 10h50

Heu, je m'ai ptett mal exprimu.
Le masochisme n'est pas un élément central dans le candaulisme, mais il y trouve facilement sa place. Ca s'appelle plus précisément cuckolding, mais ça reste dans le domaine plus large de candaulisme "je regarde mon partenaire", la qualité des plaisirs éprouvés par le compagnon "légitime" n'est pas précisée. Donc si il est sur le mode maso, sa partenaire sur un mode exhib et le tiers en mode queutard, ben on reste quand même dans le cadre candauliste, non ?

C'est un masochisme un peu particulier celui qui est lié au cuckolding, dans le sens où le rôle des dominants n'est pas déterminé par d'autres classiques BDSM, notemment, par l'intention de faire souffrir. Mais ce qu'éprouve le partenaire maso et candauliste qui voit son officiel et un tiers peut être une humiliation érotiquement recherchée, sans qu'il se fasse frapper/ insulter. Le fait que personne ne souhaite le traiter en soumis ne ferme pas la possibilité d'humiliation ressentie.
Éventuellement ressentie, d'ailleurs : il y en a qui ressentent pas ça du tout, mais d'autres si, c'est une des formes.

Le pont avec le poly, je le disais, c'est que l'érotisme candauliste implique un lien affectif profond entre deux des partenaires. On joue donc avec le danger que représente le tiers. Même si c'est un danger "joué", même s'il est que "sexuel" ou/et mis en scène comme fantasme, à la différence d'autres pratiques libertines, le cadre fait exister autre chose que le corps dans la situation, il fait exister la relation "primaire" en jouant avec.
Du coup, comme les humains restent pas souvent dans les petites cases qu'ils se prévoient pour dire "je fais ci et pas ça", une situation comme ça ouvre, à mon avis, à des contacts humains où le poly aura plus facilement sa place que, mettons, dans un truc échangiste, où sur le papier, on est là pour jouer qu'avec les corps, pas pour utiliser les sentiments antérieurs dans le jeu.

Il se passe bien sûr souvent bien plus que ce qu'on dit sur le papier.
Mais disons que je comprend mieux qu'un candauliste songe au poly, puisqu'il joue dès le départ avec sa vie amoureuse, quand des échangistes, même si ensuite ils peuvent s'interroger, jouent au départ "seulement" avec leur vie sexuelle.

Je pense que la continuité entre vie sentimentale et vie sexuelle est plus sensible dans le cadre de départ du candaulisme que dans celui de départ de l'échangisme, même si, ensuite, dans les deux cas, les pratiquants vivent et ressentent chacun à leur manière.

Message modifié par son auteur il y a 9 ans.

#

(compte clôturé)

le lundi 10 mars 2014 à 11h16

Pour reprendre tes explications Siestacorta (je ne suis pas sûr d'avoir tout compris, je le précise) on peut concilier candaulisme et SM. Ca je le confirme, sauf que l'un s'ajoute simplement à l'autre. Le cukolding, je ne connais pas intellectuellement le sens donc je préfère éviter d'en parler. J'irai me renseigner plus tard, je fais l'impasse dessus pour le moment.
Pour moi, le SM relève d'un jeu (également) avec généralement mise à l'épreuve du corps et de son ressenti. Personnellement, je ne dirai pas souffrir mais plutôt un ressenti physique jubilatoire et je ne parlerai pas d'humiliation mais de laisser à l'autre la possibilité de prendre un certain contrôle type "autorisation exceptionnelle". Mon corps m'appartient, donc l'autre à la permission, ma permission.

Le candaulisme ne nécessite pas obligatoirement un acte sexuel, mais a pour but de provoquer une excitation chez soi, et chez le partenaire initial et aussi par ailleurs puisque c'est aussi l'objectif. Je n'aime pas le terme queutard. Par contre, oui, le candaulisme fait exister la relation primaire. Je ne concevrais pas le libertinage autrement et c'est pour cela qu'il peut convenir à mon couple. C'est tout bénéfice pour nous. L'excitation est contagieuse, donc se nourrir de celle d'autrui est facile et ne fait de tort à personne. L'échangisme ne nous conviendrait pas.

L'important, c'est que le jeu vienne de lui-même et soit bien vécu par chacun. Comprendre aussi que l'on peut bien vivre le candaulisme et mal vivre le polyamour. Ca je le confirme. Accepter que sa partenaire provoque une excitation sexuelle chez autrui et profiter de cette ambiance contagieuse est différent de voir sa partenaire embrasser un autre homme sachant qu'il y a un attachement affectif derrière ce baiser. Pour moi, la différence entre polyamour et libertinage est importante.

#
Profil

Siestacorta

le lundi 10 mars 2014 à 12h38

Hé bien les ponts entre candaulisme et polyamour me semble pouvoir apparaître quand l'expérience dépasse l'étiquetage d'origine. Après, comment qualifier ce qui va se passer entre les gens, ça dépend plus de ce qu'ils pratiquent et déclarent pratiquer que ce qu'ils ressentent.
J'imagine, par exemple, un échangiste qui ressent plus que l'excitation lors d'une séance, mais qui veut pas perdre son époux ni être rejeté par leurs partenaires de jeux, qui aura un penchant polyamoureux, mais ne pourra jamais affirmer clairement "je suis polyamoureux", parce qu'il aurait trop à y perdre et pas assez à y gagner de son point de vue, tant que personne parmi les concernés n'est prêt à tenter de sortir du cadre avec lui.

#
Profil

bodhicitta

le lundi 10 mars 2014 à 14h15

siestacorta
Du coup, comme les humains restent pas souvent dans les petites cases qu'ils se prévoient pour dire "je fais ci et pas ça", une situation comme ça ouvre, à mon avis, à des contacts humains où me poly aura plus facilement sa place que, mettons, dans un truc échangiste, où sur le papier, on est là pour jouer qu'avec les corps, pas pour utiliser les sentiments antérieurs dans le jeu.

(+)
Des polyamoureux peuvent etre libertins par ailleurs,
je pense qu'un couple qui pratique du libertinage (y'en a qui disent échangisme :-/ pourtant pas obliger d'échanger m'enfin) fait du candolisme (si il regarde) car les sentiments (antérieurs dans le jeu) sont forcément là, vibrants, en nous.

gcd68
Par contre, oui, le candaulisme fait exister la relation primaire. Je ne concevrais pas le libertinage autrement et c'est pour cela qu'il peut convenir à mon couple. C'est tout bénéfice pour nous. L'excitation est contagieuse, donc se nourrir de celle d'autrui est facile et ne fait de tort à personne.

Je vois le pont qu'il puisse y avoir entre poly et le candaulisme parcequ'on a un couple, qui laisse entrer une autre personne dans l'intimité de leur couple, déjà ne serait ce que dans la sexualité, qui joue un gros role on est d'accord !!

Message modifié par son auteur il y a 9 ans.

#

(compte clôturé)

le lundi 10 mars 2014 à 14h31

La sexualité est déjà dans le cerveau et ne se traduira pas obligatoirement par un acte sexuel. Le tout étant de connaitre et de respecter les règles du jeu. Candaulisme n'entraine pas échangisme.

Je rejoins Bodhicitta8, l'échangisme est quelque chose de précis, qui est intégré au libertinage. J'invite à lire "osez le libertinage" de Pierre des Esseintes.

Evidemment que l'on peut être polyamoureux ET libertins par ailleurs. Je dirai même que l'un seulement peut être polyaffectif, exhibitionniste et voyeur et l'autre principalement voyeur. Chacun sa-ses particularité(s).

#
Profil

KittyN

le lundi 10 mars 2014 à 15h27

gcd68
Terrain glissant : ben ouais, ce fil de discussion est glissant dès le départ et c'est ce qui m'a depuis le début embêté.

KittyN a une vision et une définition du candaulisme qui ne reflète en effet pas ce que j'en pense. Pour moi, strictement aucun rapport entre son point de vue et le mien.

J'en reviens à ce qui me gavait précédemment et j'ai l'impression que l'on tourne en rond. Dommage !

ha c'est sûr que le côté psychologique du candaulisme sexuel...il faut savoir admettre ça...le masochisme est une forme d'auto punition qui soulage, mais dire les choses ainsi, forcément c'est pas beau ni romantique. Mais tu vois, la jouissance sexuelle liée aux fantasmes est DE FAIT liée au domaine psychiatrique.

#
Profil

Siestacorta

le lundi 10 mars 2014 à 16h33

oui enfin la "perversion sexuelle" (l'excitation par des fantasmes, détournée de l'excitation par le coït) est analysée par les psy, mais pas forcément décrite comme un problème à résoudre ; dans le sens où nos névroses et leurs avatars sexuels peuvent avoir un effet dynamique, énergisant sur nous.

Donc c'est pas parce que tu es candauliste, ou maso, ou fétichiste, que tu as un truc dans ta tête qu'il faut changer. C'est les comportements, bénéfices et souffrances, que tu en tires, ton bien vivre avec les autres, qui signaleraient la nécessité de consulter.

Inversement, des gens qui se sentent parfaitement sains parce qu'il font des choses que la société approuve ou ne regarde pas (la jalousie, une séduction permanente ou au contraire une inhibition systématique - la société est pas cohérente dans ses injonctions :-) , une brutalité d’alcôve...) posent parfois beaucoup plus de problèmes que ceux qui vivent et assument une sexualité hors-normes, avec l'accord de leurs partenaires.
De là, les psychiatres sont certainement plus dans leur domaine qu'avec des candaulistes qui on discuté avec leur partenaire de leurs désirs, des limites sociales qu'on mettra à la jouissance des passions...

Message modifié par son auteur il y a 9 ans.

#

(compte clôturé)

le lundi 10 mars 2014 à 17h04

Là, on détourne à souhait ce que j'exprime, donc je n'irai pas plus loin. D'ailleurs je n'ai rien d'autres à dire.

Si je relève de la psychiatrie sexuelle. Complètement si je comprends bien. Est-ce un problème ? Non je confirme. Je suis complètement décomplexée de ce côté là et grand bien me fasse.

#

(compte clôturé)

le lundi 10 mars 2014 à 19h03

Encore, pour être candauliste, il faut être en couple. Et comme j'ai un peu de peine avec le concept de couple, le fait de voir une de mes amoureuses avec quelqu'un d'autre ça me laisse assez indifférent!

(mis a part les périodes où je suis amoureux! Mais, heureusement, ça passe vite dans la plupart des cas)

#
Profil

KittyN

le lundi 10 mars 2014 à 20h39

@Siesta

non, le candaulisme n'est pas une perversion sexuelle, enfin je ne pense pas, lol.
en fait, tout dépend de ce que tu en fais.
c'est comme le voyeurisme et l'exhibitionisme.
Autrefois j'avais une belle voisine dont la salle de bain était juste en face de ma fenêtre, alors forcément j'allais pas rater le spectacle, hein. Mais tu vois, si j'avais filmé et ensuite mis tout ça sur internet, non seulement ce serait de la perversion et en plus ce serait interdit.

#
Profil

Siestacorta

le lundi 10 mars 2014 à 22h17

KittyN
@Siesta

non, le candaulisme n'est pas une perversion sexuelle, enfin je ne pense pas, lol.
en fait, tout dépend de ce que tu en fais.
c'est comme le voyeurisme et l'exhibitionisme.

Dacc, alors c'est pas clair quand tu dis
" Mais tu vois, la jouissance sexuelle liée aux fantasmes est DE FAIT liée au domaine psychiatrique."

Parce que la jouissance sexuelle liée aux fantasme, en psychiatrie, c'est en bonne partie ce qui définit la perversion, hein. Et c'est pour ça que ça n'a pas qu'un sens négatif.

#
Profil

LuLutine

le mardi 11 mars 2014 à 02h14

Le-prince-charmant
le fait de voir une de mes amoureuses avec quelqu'un d'autre ça me laisse assez indifférent !

Moi ça ne me laisse pas indifférente en général, mais je n'ai pas dit non plus que je me sentais jalouse ;)

#
Profil

jojodlacolo

le mardi 22 juillet 2014 à 13h39

pourquoi mêler le gal de gaulle a ses discutions ?!!!! ....grandgaulisme .....heuuuuu je crois que j'ai dit une bêtise ;/ bon d'accord je sort .... ;)

#
Profil

loic7727

le samedi 10 octobre 2015 à 03h16

Je ne suis pas candauliste a la base c'est pas mon truc. Malgré tout je l'ai fais 2 fois dans des circonstances différentes.

Dans les 2 fois c'était la fille qui était demandeuse.

Dans le temps la sodomie était pratiquer pour préserver la virginité de la femme avant le mariage.

Doit on cesser la sodomie alors qu'on aime le plaisir anal pour le simple fait évoqué plus haut?

Du moment que les partenaires éprouvent du plaisir à le faire. Après les psy ont longtemps prétendu que l' homosexualité était une maladie.

#
Profil

loic7727

le samedi 10 octobre 2015 à 03h21

Je ne suis pas candauliste a la base c'est pas mon truc. Malgré tout je l'ai fais 2 fois dans des circonstances différentes.

Dans les 2 fois c'était la fille qui était demandeuse.

Du moment que les partenaires éprouvent du plaisir à le faire. Après les psy ont longtemps prétendu que l' homosexualité était une maladie.

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion