Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Qu'attendez vous d'une relation de couple ?

(Hors sujet)
#
Profil

Len

le jeudi 20 juin 2013 à 15h06

*

Message modifié par son auteur il y a 7 ans.

#
Profil

lam

le jeudi 20 juin 2013 à 15h19

Rien.
Aucune attente vis à vis du couple.

#
Profil

coquelicot

le jeudi 20 juin 2013 à 15h21

Franchement rien!!!!
Je me demande par qui est sponsorisé Len pour nous pondre des trucs pareils!!!
Venir parler des relations de couple ici ,nous qui voulons tout sauf ca!
A la longue et en restant polye polie Len commence a dépasser les limites du troll de mauvais gout!

Message modifié par son auteur il y a 7 ans.

#
Profil

Anarchamory

le jeudi 20 juin 2013 à 15h37

Ça aurait pu être pire, il aurait pu nous demander ce que nous attendions de la monogamie exclusive :)
C'est sûr qu'il aurait pu d'abord nous demander : "attendez-vous une relation de couple ?", avant : "qu'attendez-vous d'une relation de couple ?". Néanmoins, je ne crois pas que la question soit trop inepte, dans la mesure où tous les poly ne sont pas nécessairement contre le couple (à partir du moment où ce n'est pas un couple exclusif).

#

(compte clôturé)

le jeudi 20 juin 2013 à 15h53

A l'heure actuelle, je dirai que POUR MOI, vivre en couple ne doit pas nécessairement être défini par une attente (ou des attentes). Je vis en couple puisque mariée (depuis 1989) et je suis bien dans cette vie à deux. Mon mari comprend intellectuellement ma position de polyamoureuse et ma demande d'avoir une "liberté affective" en dehors de notre relation même si par moment il a un peu de mal à accepter. Il me respecte comme je suis et moi de même. Evidemment, c'est plus facile pour moi de respecter sa volonté de n'aimer que moi que pour lui de respecter ma polyaffectivité.
Ce qui justifie aujourd'hui notre couple ou du moins notre envie commune de continuer ensemble même si notre chemin est non conventionnel c'est l'amour pour l'autre qui est toujours intense et réciproque. Il ne me demande pas de me fermer aux autres car je me fanerais, m'éteindrais et qui voudrait vivre avec une personne fanée et éteinte. Donc, il partage cela avec moi, d'une certaine manière. Il participe aux rencontres et échanges avec d'autres poly en ma compagnie... Je connais ce qui serait trop difficile à gérer pour lui et lui sait que je ne ferai rien volontairement qui puisse le blesser. On se préoccupe souvent du bien-être de l'autre et il est arrivé qu'il me console d'un chagrin d'amour. Nous évoluons d'une manière différente mais ensemble. Nous avons construit notre passé ensemble, partagé les difficultés ensemble, élevons nos enfants ensemble, prenons des décisions ensemble... tout en gardant notre individualité mais en tenant compte de l'autre.
Evidemment, vivre en couple c'est tenir compte de l'autre, alors il y a toujours une certaine "dépendance". Je l'accepte. Si j'avais le choix entre ma pleine et entière "liberté" et ma vie actuelle je n'hésiterais pas une seconde : je garde cette vie et l'homme avec qui je la partage.
Le seul hic, c'est le "mariage" lui-même et la représentation que l'on s'en fait. Récemment, un ami proche, sachant que j'étais pour la tolérance et le respect de la liberté d'autrui, m'a demandé si j'étais allé manifesté en faveur du mariage pour tous. J'ai ris et répondu que lorsqu'une loi réformerais en profondeur le mariage, sa morale, sa manière d'être perçu par l'opinion publique, qu'alors je descendrais dans la rue parce que j'étais plutôt en faveur du mariage pour personne. Comme il me connait ça l'a amusé tout en reconnaissant qu'il n'aurait pas du attendre de moi une réponse simple et banale à ce genre de questions.

En conclusion, la vie de couple c'est pas simple surtout si l'on en ATTEND quelque chose, mais dans tous les cas les relations amoureuses sont compliquées, alors...

#
Profil

coquelicot

le jeudi 20 juin 2013 à 15h53

Vu les autres sujets de discussion qu il a parsemé un peu partout je ne pense pas qu il parle "lui" de couple libre!
Mais bon le sujet est lancé et au moins ca l occupe.

Attendons de voir le prochain "pavé" qu il vas lancer.

#
Profil

Len

le jeudi 20 juin 2013 à 15h54

*

Message modifié par son auteur il y a 7 ans.

#

(compte clôturé)

le jeudi 20 juin 2013 à 16h07

Il y a en effet des poly qui trouvent ce thème intéressant et qui n'ont rien contre la vie commune, quelque soit la personne qui pose la question...
Je lance alors le sujet sur la définition ou au moins la notion de "couple libre" !

#
Profil

LuLutine

le jeudi 20 juin 2013 à 16h12

Pfff, je suis arrivée trop tard, lam m'a piqué ma réponse ! :P

MetaZet
C'est sûr qu'il aurait pu d'abord nous demander : "attendez-vous une relation de couple ?", avant : "qu'attendez-vous d'une relation de couple ?".

Certes, mais encore faudrait-il qu'il définisse ce qu'il appelle une "relation de couple".
Un amoureux m'a quittée récemment en me disant "Tu ne voulais pas une relation de couple avec moi".
Or, selon moi c'était justement ce que je voulais (après être tombée d'accord avec lui que ça ne supposait pas l'exclusivité sentimentale ou sexuelle) et que j'essayais d'avoir ! Je faisais de mon mieux pour ça !

Du coup, j'en déduis que nous n'avions pas la même définition de "couple" lui et moi. Mais il a refusé de donner une définition.

Puisque Len pose une question contenant le mot "couple", j'ai donc une question pour Len : "Qu'appelles-tu une relation de couple ?" (Ca m'éclairera peut-être sur ce que voulait dire l'amoureux que j'évoque plus haut, sait-on jamais....je n'aime pas ne pas comprendre, et depuis qu'il est parti je n'arrête pas de me demander ce qui a cloché...)

gcd68
Il ne me demande pas de me fermer aux autres car je me fanerais, m'éteindrais et qui voudrait vivre avec une personne fanée et éteinte.

Ton mari a compris beaucoup de choses gcd68 ! :)
Tu as de la chance.
J'ai parfois l'impression que l'amoureux que j'évoque plus haut aurait préféré que je sois exclusive, quitte à me voir fanée et éteinte !

Pour ma part, j'ai justement commencé à évoluer vers le polyamour il y a environ cinq ans (probablement avant en fait, sauf qu'avant je ne connaissais pas le polyamour donc j'étais plutôt dans une idée type libertinage), lorsque je me suis rendue compte que l'amoureux que je fréquentais alors ne se "contenterait" pas de notre relation, qu'il se fanerait et s'éteindrait si je ne lui laissais pas la possibilité de vivre d'autres rencontres...ça m'a semblé tellement plus sain que d'essayer de rester exclusifs à vie !

#

(compte clôturé)

le jeudi 20 juin 2013 à 17h04

@Lulutine
Bcp de poly m'ont déjà dit comme toi "tu as de la chance". A chaque fois ça me fait le même effet : où est le facteur chance là-dedans ? C'est ce que je ne comprend pas ?
Nous avons su gérer et communiquer, nous avons su expliquer (ou dire que l'on a du mal à le faire) et comprendre (ou dire là aussi que l'on a du mal), nous avons inventer un stratagème pour ne pas vexer l'autre tout en lui crachant son venin à la figure (ça soulage, suffisait d'y penser et d'en faire un "jeu")...

La vie à deux est souvent comparée à une cage, alors, avec mon mari, on a aménagé la cage (chacun son coin et un espace commun) comme on le pouvait et on en a déverrouiller suffisamment la porte. Cela ne veut pas dire que je sois constamment dehors et qu'une fois dehors, chacun en profite pour se lâcher, faire tout et n'importe quoi car ce n'est pas cela pour moi la "liberté". Je précise qu'il peut sortir également de la cage, en me prévenant évidemment, afin que je ne m'inquiète pas, comme je le fais.

Après avoir lu "les hommes, l'amour, la fidélité" de Maryse Vaillant, je comprends que pour certains, l'important c'est d'ouvrir la cage en cachette plus que de s'ébattre en dehors de la cage. Ainsi, ces personnes (je pense homme comme femme) ne seront jamais polyamoureuses et n'en n'ont pas envie. Lulutine, ton amoureux était peut être de ceux-là, il cherchait peut être au contraire que tu sois exclusive afin de pouvoir sortir de la cage en douce (ferme les yeux chéri, tu les rouvriras après mon retour). C'était peut être cela son objectif (phénomène inconscient, ne pas juger).
Je t'invite à te procurer la vidéo de la pièce de théâtre intitulée "la Vérité" de Florian Zeller (théâtre Montparnasse janvier 2011) et créée par Pierre Arditi (également comédien). Je sais c'est du Pierre Arditi et tout le monde n'apprécie pas son style mais cette pièce énonce deux manières distinctes de gérer "en couple" une même situation. D'une part le polyamour, d'autre part l'adultère. Ce qui est intéressant c'est qu'aucun jugement n'est formulé, libre à chacun de se reconnaitre dans les personnages. Le thème de la pièce est vraiment très intéressant que l'on aime ou non l'interprétation et la "comédie à l'Arditi". J'en avais parlé à l'époque sur le site mais certains avait rétorqués que ce type de pièces de théâtre n'était pas intéressantes, il n'y avait pas eu, à mon grand regret, de débat dessus.
Je sais qu'il y a quelque chose sur Youtube mais peut être simplement des extraits. Si certains ont la vidéo complète ce serait intéressant de mettre un lien. Moi je l'avais tout bêtement regardé à la TV car filmée en direct et diffusée à l'époque.

#
Profil

LuLutine

le jeudi 20 juin 2013 à 17h15

gcd68
@Lulutine
Bcp de poly m'ont déjà dit comme toi "tu as de la chance". A chaque fois ça me fait le même effet : où est le facteur chance là-dedans ? C'est ce que je ne comprend pas ?
Nous avons su gérer et communiquer, nous avons su expliquer (ou dire que l'on a du mal à le faire) et comprendre (ou dire là aussi que l'on a du mal) [...]

Et bien tu as de la chance que ton mari et toi ayez réussi à le faire, car tout le monde n'arrive pas à communiquer malheureusement...

Donc je persiste : être en relation avec quelqu'un qui sait communiquer, c'est une chance ! C'est comme les antibiotiques, ça n'est pas automatique.

#
Profil

Apsophos

le jeudi 20 juin 2013 à 17h25

Un couple libre, c'est comme une dictature éclairée. C'est une bonne idée en apparence.

#
Profil

LuLutine

le jeudi 20 juin 2013 à 17h34

Apsophos
Un couple libre, c'est comme une dictature éclairée. C'est une bonne idée en apparence.

Pas mal du tout (+)
J'essaye de la retenir celle-là ! :)

Tu m'autorises à te citer partout sur internet (et ailleurs) ?

#

(compte clôturé)

le jeudi 20 juin 2013 à 17h45

@Apsophos : je le comprenais bien aussi un peu comme ça.

#

(compte clôturé)

le jeudi 20 juin 2013 à 18h12

@Lulutine : je crois que je comprends ce que tu veux dire.
Par contre, je dirais que pour réussir il faut le vouloir. Contrairement aux apparences, je suis incapable de m'expliquer par oral car mes émotions prennent le dessus et aucun mot ne peut sortir. J'ai donc utilisé mon mode d'expression le plus facile pour moi : l'écrit. Pour d'autre, ce serait le dessin...
Avec mon chéri, nous n'avons absolument pas le même mode "naturel" de communication. Lui, ce serait plutôt "un bon coup de gueule" et "point barre". L'importance des évènements ont fait qu'il c'est en quelque sorte obligé à se poser car moi j'ai un caractère assez fort sans compter une susceptibilité importante. Donc, tout en faisant face à la "situation" nous avons développer des "astuces", "stratégies" permettant une communication positive où chacun ne s'est pas obstiné à camper sur ses positions. Seul l'évolution et l'acceptation de cette évolution (quelqu'en soit l'issue) permet d'avancer. Evidemment, c'est facile aujourd'hui pour moi de dire cela car à l'époque j'aurai été incapable de le faire. Ce que je peux dire, c'est qu'à aucun moment, à ce que je me rappelle, nous n'avons remis en cause "notre couple". A aucun moment je n'ai dit que ça me pesait de vivre avec lui (c'était pas le cas et ne l'ai toujours pas). A aucun moment je ne lui ai reproché quoi que ce soit car il n'avait rien à se reprocher. Nous faisions face à une situation nouvelle et inédite et j'avais consciente d'être, bien qu'involontairement, à l'origine de cette situation. J'ai assumé cela et le reste on l'a assumé ensemble -culpabilité, jalousie, insécurité, etc...
Ce qui a aidé aussi, je pense, c'est le fait que nous ayons communiqué sans interférence. Je m'explique. Pas d'avis extérieur (ni du meilleur ami ou de la bonne copine, ni de la famille) et dans le sens où l'on ne connaissait pas encore le terme polyamour et sa signification, on a composé avec les moyens du bord. Je me dis parfois que c'était pas plus mal. Par contre, il m'aurait été utile de connaitre cela un peu plus tôt afin d'avancer dans le noir un peu moins longtemps. La vie est ainsi faite.
Tolérance, acceptation de l'autre tel qu'il est, acceptation des différences, comprendre que l'on n'est pas seulement "nous" mais aussi "toi" et "moi". Toutes ces subtilités ont fait leur chemin jusqu'au stade de l'identification : monoamour, polyamour, et de la recherche d'informations qui a permis de continuer à comprendre sur des bases plus générales. Dire adieu à l'extraterrestre qui me collait à la peau.
Attention, j'ai conscience que rien n'est jamais définitivement acquis. Je vais continuer mon évolution, lui la sienne, nous la nôtre...
Mon mari a dit au cours de toutes ces turpitudes deux choses importantes : premièrement, c'est compliqué l'amour ET deuxièmement, j'ai l'impression qu'en amour il ne faut jamais dire jamais.
Comme je suis d'accord !

#
Profil

Anarchamory

le jeudi 20 juin 2013 à 18h13

gcd68
Je lance alors le sujet sur la définition ou au moins la notion de "couple libre" !

Je pense qu'on peut "faire couple" pour des raisons de crédibilité sociale, tout en ne s'interdisant pas d'aimer d'amour d'autres personnes. Ainsi, on vit en couple surtout pour les autres.
On peut aussi se mettre en couple pour soi, parce qu'on pense que c'est plus pratique pour concevoir / éduquer des enfants. Contrairement à l'exclusivité amoureuse à laquelle je ne trouve que des défauts, je pense que l'idée du couple pour les enfants n'est pas inepte. Je ne pense pas que ce soit le seul modèle envisageable, mais je pense que c'est un modèle envisageable, avec ses qualités et ses défauts.
On peut aussi se mettre en couple pour des questions patrimoniales ou de partage de ressources. Là aussi, on peut peut-être envisager d'autres configurations. Mais c'est une configuration possible parmi d'autres. Avec ses avantages et ses inconvénients.
D'une manière générale, je pense que le couple est dépassable pour la question des enfants, des ressources et du patrimoine, si et seulement si le choix, mettons, d'une 3ème personne, est un choix fort des deux autres. Il faut que chacun aime profondément chacun. Maintenant, le couple n'est pas forcément dépassable dans le sens d'un accroissement du nombre de personnes dans le foyer. On peut aussi vouloir dépasser le couple en demeurant célibataire. Mais si des enjeux parentaux, patrimoniaux ou de ressources impliquent plus de deux partenaires, il me semble évident que tous les partenaires impliqués doivent vraiment s'aimer fortement, même si chacun vit chez soi.

#
Profil

LuLutine

le jeudi 20 juin 2013 à 18h20

Recoucou gcd68, tu parles d'acceptation, et je pense qu'en plus du dialogue et de la non-interférence d'autres personnes, c'est une chose qui a pu manquer dans les relations que j'ai connues avec certains amoureux (monoamoureux ou bien "faux-poly").

#
Profil

Anarchamory

le jeudi 20 juin 2013 à 18h31

LuLutine
Recoucou gcd68, tu parles d'acceptation, et je pense qu'en plus du dialogue et de la non-interférence d'autres personnes, c'est une chose qui a pu manquer dans les relations que j'ai connues avec certains amoureux (monoamoureux ou bien "faux-poly").

Ça me semble évident. A partir du moment où tu es acceptée... tu n'es donc pas rejetée :P

#

(compte clôturé)

le jeudi 20 juin 2013 à 19h16

Faire preuve d'acceptation ne veut pas dire "arriver à accepter à 100%". On peut donc faire preuve d'acceptation mais rejeté malgré tout. Tout dépend du "degré" d'acceptation.

Oui MetaZet, on peut vivre en couple pour un nombre important de raisons et pas seulement pour une raison précise. En tout cas c'est mon avis. Toutefois, je pense que dans ce fil de discussion il était question du couple formé principalement par amour. J'ai rencontré récemment un homme qui m'expliquait qu'avec sa femme il vivaient ensemble, élevaient leurs enfants ensemble mais "qu'il n'y avait plus rien du tout" entre eux. Je me suis inquiété de savoir si la situation n'était pas trop difficile à vivre et apparemment non. Pas de disputes interminables, pas de mésententes (pas vraiment d'entente non plus), ils gèrent chacun les tâches qui leur reviennent et voilà. Ce n'est pas l'image que je me fais de la vie de couple ni la manière dont je souhaiterais vivre. Perso, il y a longtemps que j'aurais pris mes clic et mes clac et basta. A côté de cela, il ne voit pas de mal à "tromper" madame s'il le désire. Ce n'est pas grave puisque de toute façon il n'y a plus rien entre eux. Je ne juge pas mais il disait cela le plus naturellement du monde. J'en ai conclu que c'était son "quotidien" qui avait d'ailleurs l'air de lui convenir.

D'après il y a autant de forme de polyamour que de polyamoureux comme il y a autant de couples différents qu'il y a de personnes vivant en couple.

Pour ce qui est d'inclure une troisième personne dans mon foyer, là je dis non tout de suite. Je prends plaisir à recevoir, en accord avec mon conjoint, (comme invité indépendant) pour une période déterminée mais il faudrait une sacrée complicité entre chacun pour concevoir un ménage à trois. Ouf ! non ! trop compliqué et trop difficile à gérer. Sur nos vieux jours, qui sait, mais actuellement non.

On peut aimer (avoir des sentiments) sans envisager une vie commune et heureusement. On peut aimer en dehors de sa vie de couple et de famille, oui évidemment. L'important étant que chacun puisse s'épanouir individuellement et "collectivement".

C'est un petit bout de ma vision actuelle...

D'ailleurs pour moi la notion de relation secondaire signifie cela et je la comprend ainsi.

#

(compte clôturé)

le jeudi 20 juin 2013 à 19h33

J'invite aussi à consulter PHILOSOPHIE MAGAZINE N° 61 de l'été dernier. Thème principal : sommes nous faits pour vivre à deux ? (avec, si j'ai bonne mémoire le témoignage de l'une d'entre nous).

Egalement dans ma bibliothèque : Qui sont ces couples heureux (Yvon Dallaire) ; les 10 plus gros mensonges sur l'amour et la vie de couple (Yves Alexandre Thalmann) ; garder intact le plaisir d'être ensemble (prévenir le désamour) (Yves Alexandre Thalmann) ; pourquoi ça casse alors que ça pourrait marcher (Alon Gratch) ; les secrets des couples qui durent (nous deux pour toujours) (Emmanuelle De Boysson)

En complément je recommande aussi aimer, coup de foudre, passion et grand amour de Susan Baur. Pas en rapport direct avec le sujet mais super intéressant.

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion