Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Quel genre de polyamoureux êtes vous?

(Hors sujet)
#
Profil

afleurdepeau

le samedi 08 octobre 2011 à 23h26

bonsoir
tout est dit dans le titre!
êtes vous de ceux qui savent aimer ,j entend par la qui ont un coeur mille fois plus gros que la moyenne?...je suis perdue ,désemparée de m être senti trahie par un polyamoureux qui a prétendu m aimer ,qui n a passé presque que des soirées avec moi sans aucun autre projet est ce normal?
je me demande si ce n est pas que l expression de désir ..
Pardonnez moi si je ne peux en dire plus pour l instant
merci de vos réponses

#

coucou (invité)

le dimanche 09 octobre 2011 à 11h22

Les malentendus sont déjà très fréquents dans les rapports humains mais ils deviennent innombrables lorsqu'ils sont entretenus.

Il est facile de se faire passer comme polyamoureux en étant juste "polysexuel avoué".

La définition du polyamour est un peu fourre tout. Elle commence par : "Relation sentimentale...". Comme tu peux le constater, elle ne parle pas expressément de relation amoureuse, de projets communs, ni même de portion de vie commune, mais juste de relation sentimentale. Quoi de plus difficile à cerner que le sentiment.

La définition parle aussi d'honnêteté mais quelqu'un qui avoue coucher avec plusieurs personnes passe facilement pour être quelqu'un d'honnête ce qui lui permet de cacher l'essentiel.

Quelqu'un qui baise par ci par là sans se cacher, peut revendiquer être polyamoureux sans trop trahir la définition, du moins, de façon flagrante.

Si on ajoute le fait que n'importe qui peut se mettre l'étiquette sur le dos, sans "agrément" ni vérification, il est clair, que le terme polyamour ressemble aux arnaques habituelles. Un truc séduisant, suffisamment flou et lâche pour entretenir le malentendu. La définition du mot polyamour et l'absence de flicage associé, favorise le détournement de quelque chose de merveilleux.

Il faut aussi voire les choses en face. Sans cette possibilité de détournement, il n'y aurait quasiment plus de "polyamoureux". Le nombre de "vrais" polyamoureux est en effet relativement faible, pour ne pas dire insignifiant.

Personnellement, je ne me fait pas à ces détournements. Pour moi, le polyamour, c'est avant tout de l'amour, et donc le plaisir d'être ensemble, donc de rester ensemble et donc de vivre ensemble.

Je pense qu'il faut absolument sauver la merveille, fusse t-elle véhiculée par un nombre insignifiant de personnes.

Un gros travail en perspective, mais je pense que le jeu en vaut la chandelle.

#
Profil

Siestacorta

le dimanche 09 octobre 2011 à 21h59

"Coucou", la pratique de la tryade (et autre nombres finis) correspond bien à ce que tu définis.

Si pas d'agrément pour dire qui est poly qui ne l'est pas, alors arnaque courante ?
Pas d'accord : la différence, c'est que les deux personnes ont le même droit et se le disent. L'honnêteté est valable pour tous, et la liberté aussi. Et comme les deux sont pratiquées sur le long terme, dans des relations qui peuvent durer, on est plus du tout dans le "je fais ce que je veux t'as rien à dire puisque j'ai avoué".

Tu peux être honnête et être polygyne, par exemple. C'est pas du polyamour, puisque tu ne donnes pas cette liberté à l'autre.
Tu peux être polyamoureux parce que tu as des aventures à côté, mais, si ce n'est "que" ça, libertinage ou "couple ouvert" aurait bien suffi, se définir comme polyamoureux ne serait qu'un changement de termes. Ce qu'il n'est pas, puisque, justement, les libertins ne se reconnaissent pas beaucoup dans les pratiques poly, par exemple la notion de compersion étendue à tout un tas de situation non-sex, ou le fait que tout ça peut avoir lieu ailleurs, pas dans la même chambre, ni maison, ni ville, ni semaine.

"polyamour", je crois que la position qu'on prend ici par défaut est minimaliste, comme défini ici .
Je pratique comme ça, tu pratiques comme ça, ça ne se recoupe que par la définition minimale du polyamour, et dans la limite que ça ne fasse pas de mal aux autres.
C'est seulement d'après moi, mais c'est dans ce cadre que la plupart des témoignages que je rencontre via cette communauté semblent tomber d'accord.
.
.
.
Pour répondre à la question du premier posteur : "quel genre de polyamoureux", ben, j'ai une copine, mon ex dort avec moi mais n'a plus de relation avec moi autre qu'amicale, j'ai une fille et je ne vis pas avec elle ni avec sa maman, mais je dors régulièrement dans leur maison.

J'ai un liberté affective et sexuelle, dont j'ai joui à l'occasion, et, si mon emploi du temps était déjà pas plein à craquer, une autre relation durable serait parfaitement envisageable dans ma vie.

C'est du polyamour, pour moi, parce que ça dépasse de très loin les rapport traditionnels, et que le rapport au sexe n'y est pas une motivation prioritaire.

Vivre ensemble, bien que nettement plus pratique, n'est pas plus essentiel à la définition des rapports polyamoureux que de choisir si on vit en ville ou à la campagne.

Message modifié par son auteur il y a 8 ans.

#
Profil

LuLutine

le mardi 11 octobre 2011 à 01h23

afleurdepeau
je suis perdue ,désemparée de m être senti trahie par un polyamoureux qui a prétendu m aimer ,qui n a passé presque que des soirées avec moi sans aucun autre projet est ce normal ?

Je sais que tu ne veux pas trop en dire, mais je me pose une question à laquelle tu peux peut-être te permettre de répondre sans rentrer dans les détails :

Lui as-tu dit, à ton polyamoureux, que tu souhaitais une relation un peu plus "construite" ? Que tu souhaitais faire des projets (voire peut-être certains projets en particulier) avec lui ?

Si tu ne le lui dis pas, et que la situation où vous passez "presque que des soirées" ensemble lui convient, il peut très bien penser que cela te convient aussi...
Le polyamour, c'est aussi une souplesse, le fait de ne pas nécessairement s'inscrire dans une relation de couple "classique" avec tous les projets qui vont souvent avec (mariage, maison, enfants, dans cet ordre ou dans un autre :P ). Donc si l'on souhaite faire des projets avec l'autre, il faut le lui dire.

Moi non plus je n'envisage pas de relation où l'on passe "presque que des soirées" ensemble. Par exemple, même si je n'envisage pas forcément d'habiter avec tous mes amoureux, je ne peux pas avoir une relation si l'on ne passe pas de temps en temps des périodes ensemble, par exemple week-ends, vacances...si je ne peux jamais faire d'activités avec lui, voir des amis, etc.
Si ça consiste juste à passer "des soirées" (avec ce que tu sembles sous-entendre, qu'il n'y a peut-être pas grand-chose à côté du sexe lors de ces soirées...), je n'appelle pas cela une "relation amoureuse".

coucou
Pour moi, le polyamour, c'est avant tout de l'amour, et donc le plaisir d'être ensemble, donc de rester ensemble et donc de vivre ensemble.

Je suis assez proche de cette définition, sauf pour le dernier "donc" : je ne désire pas forcément vivre avec tous mes amoureux !
De plus, ils ne souhaiteraient pas vivre ensemble (certains ne veulent même pas croiser les autres).
Par contre, oui j'ai envie de passer du temps avec eux, assez souvent si je le peux ! Et pas nécessairement (pour ne pas dire : rarement) pour un rapport sexuel !

#
Profil

Lilly

le mardi 11 octobre 2011 à 02h42

LuLutine
Lui as-tu dit, à ton polyamoureux, que tu souhaitais une relation un peu plus "construite" ? Que tu souhaitais faire des projets (voire peut-être certains projets en particulier) avec lui ?

Si tu ne le lui dis pas, et que la situation où vous passez "presque que des soirées" ensemble lui convient, il peut très bien penser que cela te convient aussi...
Le polyamour, c'est aussi une souplesse, le fait de ne pas nécessairement s'inscrire dans une relation de couple "classique" avec tous les projets qui vont souvent avec (mariage, maison, enfants, dans cet ordre ou dans un autre :P ). Donc si l'on souhaite faire des projets avec l'autre, il faut le lui dire.

Merci LuLutine, ça m'semble un bon résumé. L'autre ne peut pas deviner quelles sont nos attentes, la télépathie, même entre gens qui s'aiment très fort, ça ne marche pas. Certaines personnes aiment passer des soirées ensemble, d'autres préfèrent les matinées ou les week-ends... (C'est la première fois que je rencontre cet euphémisme "passer un soirée ensemble" pour dire faire du sexe... Étrange...)

Sur la division corps vs cœur par contre il y a des trucs qui me chagrinent dans ce qui a été dit :

coucou
Il est facile de se faire passer comme polyamoureux en étant juste "polysexuel avoué".

La définition du polyamour est un peu fourre tout. Elle commence par : "Relation sentimentale...". Comme tu peux le constater, elle ne parle pas expressément de relation amoureuse, de projets communs, ni même de portion de vie commune, mais juste de relation sentimentale. Quoi de plus difficile à cerner que le sentiment.

La définition parle aussi d'honnêteté mais quelqu'un qui avoue coucher avec plusieurs personnes passe facilement pour être quelqu'un d'honnête ce qui lui permet de cacher l'essentiel.

Quelqu'un qui baise par ci par là sans se cacher, peut revendiquer être polyamoureux sans trop trahir la définition, du moins, de façon flagrante.

Si on ajoute le fait que n'importe qui peut se mettre l'étiquette sur le dos, sans "agrément" ni vérification, il est clair, que le terme polyamour ressemble aux arnaques habituelles. Un truc séduisant, suffisamment flou et lâche pour entretenir le malentendu. La définition du mot polyamour et l'absence de flicage associé, favorise le détournement de quelque chose de merveilleux.

Il faut aussi voire les choses en face. Sans cette possibilité de détournement, il n'y aurait quasiment plus de "polyamoureux". Le nombre de "vrais" polyamoureux est en effet relativement faible, pour ne pas dire insignifiant.

En quoi ce serait moins bien de juste vouloir faire du sexe avec des gens ? A partir du moment où tout le monde est au courant et d'accord où est le problème ? (Ouais, on en revient à la question du consentement éclairé...)

Ça m'emmerde qu'les poly, en voulant tellement gratter de la légitimité, de la respectabilité auprès de je ne sais quels gardiens de la Norme finissent par cracher sur tout ce qui est plus libertin. Genre "Nous on est belles et beaux, on est pur·e·s, c'est d'Amooûr qu'on parle" ! Fuck ! Moi chu une connasse libidineuse en colère qui emmerde le "vrai Amour" éthéré !

On essaie tou·te·s d'aimer des gens, avec un peu, beaucoup ou pas du tout de sexe dans nos relations et ce serait cool qu'on se crache pas mutuellement à la gueule sous prétexte de savoir qui c'est les vrais... Vouloir se battre sur le terrain de l'amour, le vrai, le beau, le pur, le seul, l'unique est assez inutile voire contre-productif. Je n'aime pas ce rejet du sexe pour que l'amour poly soit respectable. Et j'ai pas très envie d'être respectable de toute façon...

Et d'autres choses intéressantes à ce sujet avaient été dites par là : /discussion/-qO-/Du-polyamour-et-des-termes-du-deb...

#
Profil

Boucledoux

le mardi 11 octobre 2011 à 12h21

Lilly

En quoi ce serait moins bien de juste vouloir faire du sexe avec des gens ? A partir du moment où tout le monde est au courant et d'accord où est le problème ? (Ouais, on en revient à la question du consentement éclairé...)

Ça m'emmerde qu'les poly, en voulant tellement gratter de la légitimité, de la respectabilité auprès de je ne sais quels gardiens de la Norme finissent par cracher sur tout ce qui est plus libertin. Genre "Nous on est belles et beaux, on est pur·e·s, c'est d'Amooûr qu'on parle" ! Fuck ! Moi chu une connasse libidineuse en colère qui emmerde le "vrai Amour" éthéré !

On essaie tou·te·s d'aimer des gens, avec un peu, beaucoup ou pas du tout de sexe dans nos relations et ce serait cool qu'on se crache pas mutuellement à la gueule sous prétexte de savoir qui c'est les vrais... Vouloir se battre sur le terrain de l'amour, le vrai, le beau, le pur, le seul, l'unique est assez inutile voire contre-productif. Je n'aime pas ce rejet du sexe pour que l'amour poly soit respectable. Et j'ai pas très envie d'être respectable de toute façon...

Et d'autres choses intéressantes à ce sujet avaient été dites par là : /discussion/-qO-/Du-polyamour-et-des-termes-du-deb...

:-D (+)

#
Profil

superpseudo

le mardi 11 octobre 2011 à 23h32

Je suis également totalement en phase avec Lilly.

En fait ce mot de polyamour est un peu un piège, parce qu'il contient "amour". Or au début d'une relation, c'est quand même généralement le désir qui prime. L'amour (qui n'est pas la même chose que se sentir amoureux) est plutôt quelque chose qui prend du temps à se développer et à se construire, on ne peut quand même pas l'exiger au début d'une relation.

Donc c'est compliqué de démarrer de nouvelles relations en se déclarant polyamoureux, parce que le mot engage implicitement l'avenir et qu'à ce stade on ne peut pas engager l'avenir. Du coup si on croit trop au sens littéral on risque de s'illusionner.

#
Profil

LuLutine

le mercredi 12 octobre 2011 à 01h13

+1 aussi sur ce que dit Lilly

#
Profil

Clown_Triste

le mercredi 12 octobre 2011 à 12h08

Merci Lilly.

C.T.

#
Profil

cade

le jeudi 27 octobre 2011 à 17h32

on ne choisit pas d' etre polyamoureux ça vous tombe dessus et les conventions de couple ne sont pas toujours envisageables .Surtout apres 40 ans de vie commune ;
Alors il faut assumer tant bien que mal et se contenter de ce que notre situation maritale impose . Sinon on fait un choix ce que je ne veux pas faire par respect pour l' un et l' autre ;

#
Profil

Lilly

le samedi 29 octobre 2011 à 12h12

superpseudo
En fait ce mot de polyamour est un peu un piège, parce qu'il contient "amour". Or au début d'une relation, c'est quand même généralement le désir qui prime. L'amour (qui n'est pas la même chose que se sentir amoureux) est plutôt quelque chose qui prend du temps à se développer et à se construire, on ne peut quand même pas l'exiger au début d'une relation.

Donc c'est compliqué de démarrer de nouvelles relations en se déclarant polyamoureux, parce que le mot engage implicitement l'avenir et qu'à ce stade on ne peut pas engager l'avenir. Du coup si on croit trop au sens littéral on risque de s'illusionner.

Humm... J'ai mis longtemps à tournicoter des doigts au-dessus du clavier avant de répondre parce que je suis pas vraiment sûre d'avoir bien compris ce que tu expliques là. J'ai l'impression que tu m'fais dire ce que j'ai pas dit et ça m'démange un peu...

La différence amour/être amoureuse·reux c'est pas la première fois que je l'entends mais je ne suis toujours pas sûre de bien comprendre.

Un pote m'avait expliqué que pour lui aimer c'était ressentir de l'affection, un terme assez général pour les amours, les ami·e·s ou la famille quant à être amoureuse·reux il l'utilisait pour l'amour-passion. Et toi tu semblerais faire la différence entre l'amour-coup de foudre spontané et le "vrai" amour sincère des gens qui se connaissent bien et font des projets ensemble. C'est drôle d'ailleurs, souvent les gens font de l'amour-passion le véritable amour face à l'amour-planplan du vieux couple.

'Fin bon, rien de tout ça me parle vraiment en fait. Et j'trouve ça pas cool du tout qu'on fasse la différence (quelle que soit cette différence) entre vrai et faux amour. Ça me semble une manière d'exclure ceux et celles qui n'aimeraient pas pareil.

Pour moi l'amour c'est un concept très large, qui, comme l'amitié regroupe divers degrés d'attachement. On peut avoir des meilleur·e·s potes, des bon·ne·s copin·e·s et de vagues connaissances ; je crois qu'en amour c'est pareil, il existe cette même variation d'intensité. Et dans chaque relation on a un mélange différent d'affection, de tendresse, de désir, d'intérêts partagés, d'engagement... qui peut varier au fil du temps.

Tout ça pour dire que si, on peut après une heure passée avec quelqu'un·e, savoir que cette personne nous plaît et qu'on aura envie de lui faire une place dans notre vie.

Quant à me dire polyamoureuse, c'est plutôt un indicateur du type de relation que je recherche (donc le plus tôt l'autre le sait et le mieux ce sera). De toute façon, un·e monogame n'a pas à promettre dès le premier rencart qu'ille tombera amoureuse·reux.

#
Profil

wolfram

le samedi 05 novembre 2011 à 13h26

en répondant directement à la question initiale, j'évite le débat :)

il y a des faits et du ressenti... des faits : avoir plusieurs partenaires (je en suis pas sûr que l'on puisse se définir polyamoureux célibataire ou en couple mais on peut se ressentir comme tel :D)
du ressenti : il faut aimer ces différentes personnes sans que l'amour pour l'une retire aux autres... il faut un amour juxtaposable...

pour ma part, la présence de l'une ne compense pas l'absence de l'autre... j'aime les deux et il me semble qu'elles s'aiment aussi... (là, c'est du ressenti encore ;))

c'est donc comme ça que je vis le polyamour... à trois !

je sentirais une grande frustration de ne pouvoir partager mon amour de l'autre avec chacune...

#
Profil

cade

le mercredi 09 novembre 2011 à 21h23

Commentt reconnait on qu 'on est amoureux !!!
il faut reprendre tout a la base
quelqu' un te plait tu le desires mais tu n' est pas obligoitoirement amoureux !
Etre amoureux implique le fait d' avoir de l' interet pour la personne , aimer ses gestes , sa façon d' etre sa façon de faire l' amour , ses idées , ses attitudes .
je suis pas sure que dans le poly amour il y ait une egalité entre une voir deux autres personnes . nous sommes individus , i n d i v i du el s ne l' oublions pas .

#

Mezrahi (invité)

le vendredi 11 novembre 2011 à 13h40

Je reprends aussi du début...

Le polyamoureux (ou quiconque se réclame de l'être) ne s'engage qu'à l'honnêteté; c'est du moins ce que je crois comprendre, à lire les différents fils sur la question. Et ça se cale bien sur ce que je pense.

Ca n'a rien à voir avec le degré de profondeur des sentiments ou de l'engagement.

Maintenant, pour répondre à la question de départ: "Quel genre de polyamoureux êtes vous ?"... précisément, j'ai des relations de tous types, de toute durée.

Quoiqu'en ce moment, je pratique plutôt la solitude, car grosse remise en question au sujet de toutes les projections que mes partenaires ont posé sur moi, ou sur la relation.

Des choses que je croyais bien acquises s'avèrent un peu moisies du raisonnement, surtout parce que les anciennes factures s'en mêlent (chez moi comme chez mes partenaires); le polyamour, comme le mono, ben ça sert surtout à régler ensemble leur compte à des vieux fantômes de placard, avec papa, maman, les histoires d'avant. C'est juste que c'est multi-pluridimensionnel, et encore plus que le mono.

La constante, c'est qu'on a cherché et qu'on cherche encore à réagir autrement qu'on nous appris à réagir en famille et en société. Mais bon, ça marche pas toujours, et là, je me suis offert un moratoire pour retrouver ce qui est important pour moi (à force, ça devient tout confus!)

#
Profil

wolfram

le vendredi 11 novembre 2011 à 15h20

@Cade, il s'agit bien de SE définir dans SON polyamour...

nous sommes individuels, c'est vrai mais je perçois deux courants de polyamoureux :
le courant individualiste et le courant communautariste.
l'individualiste me parait moins attiré par la construction, plus opérationnel et c'est souvent source de conflit malgré le postulat d'honnêteté rappelé par Mezrahi... c'est simplement une philosophie mais il y en a d'autres... je serai plutôt communautariste... je ne me perçois que comme membre d'un groupe et ma volonté me pousse à le renforcer.. dans ce cadre, le polyamour se vivra comme un partage de sentiments égaux en importances et qualité mais différents dans la façon de les exprimer...

dans ce cas, il n'est possible de vivre bien qu'avec des gens qui partagent le même ressenti...

je ne crois pas que ces deux courant soient miscibles dans une relation...

#

Mezrahi (invité)

le vendredi 11 novembre 2011 à 15h36

Alors ça, ça élargit le débat, en remettant en question quelque chose qui a peut-être été peu abordé, parce que la définition première du polyamour qui se trouve en page d'accueil se réfère au principe absolu d'honnêteté.

Ceci dit, ce principe lui-même se révèle comme quelque chose de délicat à manier, parce que parfois il est confondu avec une attitude très tranchée. Mais c'est plus difficile à pratiquer qu'à théoriser, l'honnêteté. ;-)

Mon honnêteté, ton honnêteté, son honnêteté...

#
Profil

oasis86

le dimanche 13 novembre 2011 à 00h20

wolfram
je perçois deux courants de polyamoureux :
le courant individualiste et le courant communautariste.
l'individualiste me parait moins attiré par la construction, plus opérationnel et c'est souvent source de conflit malgré le postulat d'honnêteté rappelé par Mezrahi... c'est simplement une philosophie mais il y en a d'autres...

je ne crois pas que ces deux courant soient miscibles dans une relation...

Il y a aussi certains polyamoureux qui peuvent très bien vivre ce "courant communautariste", tout en vivant à côté simultanément le "courant individualiste"... voire même vivre plusieurs courants communautaristes simultanément... enfin d'après des témoignages que j'ai eu... c'est tout a fait faisable de vivre tous ces "courants" à la fois si on arrive à bien gérer à mon avis avec ses différents partenaires.

Je ne m'imagine pas devoir les "séparer" et personnellement devoir m'enfermer dans l'un ou l'autre des deux cas. L'amour se commande pas... à plusieurs, ou avec une seule personne, tout en aimant plusieurs personnes à côtés qui ressentent elles aussi la même choses à égalité... tout ça c'est avant tout le cœur qui décide. Un peu comme dans une relation dite "libre" en fait... mais avec l'amour en plus :)

Message modifié par son auteur il y a 8 ans.

#

Mezrahi (invité)

le dimanche 13 novembre 2011 à 05h14

Là je suis d'accord: diverses expériences montrent que nous passons par des phases où nous avons chacun besoin de plus se recentrer ou de plus s'ouvrir. Si c'est synchrone, il y a bien sûr moins de heurts que dans le cas contraire.

Il faut compter aussi que suivant les autres événements de la vie, indépendamment de la qualité de la ou des relations, on peut se sentir plus ou moins porté au partage, selon d'autres demandes affectives, familiales et même professionnelles. Je me sens plus libre de mes choix quand mes proches se portent bien, et que les choses roulent au taf.

#
Profil

oasis86

le dimanche 13 novembre 2011 à 21h19

Oui, bien sur que l'on peut passer par des phases, mais il n'empêche que je pense qu'en tant que polyamoureux, on peut mélanger toutes ces "phases" surtout lorsque c'est le cœur qui décide, après c'est clair que cela dépend que de nous et de notre "ouverture" aux autres...

"Quand les choses roulent au taff" pour reprendre ton expression... pas forcément... par exemple, personnellement, j'ai pas mal de complications et soucis ces derniers temps au boulot, et pourtant sentimentalement la roue est entrain de tourner et quelque chose d'inattendue vient de m'arriver alors que je m'y attendais vraiment pas de si tôt et cela me fait un bien fou et m'aide à me motiver pour mon travail!... c'est simplement l'expérience que je vis en ce moment... Mais cela ne dépend pas forcément de ce que l'on vit autour... je pense que c'est avant tout un ressenti et notre ouverture aux autres.
Mais là, on s'éloigne un peu du sujet!

#
Profil

NoeLutin

le dimanche 13 novembre 2011 à 21h47

@oasis. J'aime bien les gens qui racontent ce que tu vis :-)

Ca n'a peut-être rien à voir avec celà ... mais moi quand je me sens amoureux, et bien c'est à ce moment là que je me sens aussi le plus séduisant pour d'autres (et celà se vérifie ;-) ). C'est aussi à ce moment là que je tombe encore plus facilement amoureux :-)

C'est compliqué le cerveau

Enfin, non ce n'est pas le cerveau qui est compliqué c'est de faire vivre son cerveau dans notre culture qui est compliqué :- )

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion