Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Le pouvoir des mots

Social
#
Profil

dragonphoenix

le vendredi 29 avril 2011 à 12h25

Le sujet sur l'amitié homme-femme m'a amené à me poser une question.

Comme expliqué sur d'autres posts, j'ai actuellement deux relations, deux hommes dans ma vie.
Mais pour chacun, les mots utilisés sont différents.
Pour l'un, c'est "mon amour", "mon chéri", "je t'aime".
Pour l'autre, "mon amant", "mon cher", "je t'aime fort". Ça s'est fait tout seul, sans en parler, par une sorte d'accord tacite, comme si l'on acceptait l'un et l'autre le fait que les "mon/ma chéri(e)" et les "je t'aime" soient réservés à notre partenaire "officiel".

Certains d'entre vous fonctionnent-ils ainsi, avec un "vocabulaire" différent d'une personne à l'autre, ou au contraire tous vos amoureux sont-ils totalement mis sur un pied d'égalité d'un point de vue linguistique ?

#
Profil

Polypoli

le samedi 30 avril 2011 à 06h33

Je leur dis "je t'aime" ou "mon amour" sans distinction.
Elles sont mes amoureuses.....
Elles me disent "je t'aime"
Une me dit en plus "mon bien aimé".
J'évite les intrusions dans leurs jardins secrets.
Alors je veux ignorer ce qu'elles disent à leurs autres amoureux....

#
Profil

Pinklady

le samedi 30 avril 2011 à 10h56

Pour ma part je pense que les mots d'amour doivent rester entre les deux partenaires. La question pour moi est plus qu'est ce que representent les mots : "le fameux je t'aime fort" semble parfois un "je t'aime" moins engageant que le "je t"aime tout court"... enfin bref ! moi c'est plus la dessus que parfois je m'interroge . A tort puisqu'on ne sait jamais comment aime un individu , il n'y a pas de mesure à l'amour et finalement l interpretation des mots n'est que fonction de notre lexique personnel. Je crois maintenant plus à la force des actes d'amour plutot que des mots d'amour qui m'ont décu et fourvoyé

#
Profil

kadah

le samedi 30 avril 2011 à 11h23

pour moi, le problème se pose à l'envers... je dit des mots doux, toujours, des mots d'amour, mais comment sont-ils perçus?
je ne sais pas si c'est moi qui ne tombe que sur des handicapés du sentiments ou si je dois en faire une généralité, mais pour beaucoup de mes rencontres, le "je t'aime" ressemblait peu ou prou à un demande en mariage de ma part!

qu'est ce qui est si dérangeant quand quelqu'un vous dit qu'il/elle vous aime?
et puis l'amour, c'est si subjectif...l'amour de l'instant, la passion, le bien-être apporté par l'autre, etc, que pour moi c'est plus une expression toute faite sur des ressentis fort et indescriptibles qu'une valeur sur et indéboulonnable.

#
Profil

LittleJohn

le samedi 30 avril 2011 à 20h03

Qualifier l'amour c'est le disqualifier ! ^^

#
Profil

Siestacorta

le dimanche 01 mai 2011 à 12h23

oh, joli, ça.

#
Profil

Fleur

le lundi 02 mai 2011 à 17h48

Pour ma part, je n'emploie que très peu les petits noms d'oiseaux :-) car par exemple quand je mets les points sur les "i", je trouve que ça devient hypocrite. Si toutefois je les utilise, ils sont souvent spontanés et ne sont pas les mêmes suivant mes amoureux, car chaque personne pour moi est unique.

Quant au "je t'aime" c'est encore plus rare, car à se le dire trop souvent il ne représente plus grand chose...
et entre nous je trouve aussi que ça fait fuir les mecs !!
dernier point (ça va paraitre rabat-joie), je citerais une partie de la chanson de Goldman :

Il y a des ombres dans "je t'aime"
pas de l'amour, pas que ça
Des traces du temps qui traînent
y'a du contrat dans ces mots là

Tu dis l'amour a son langage
Et moi, les mots ne servent à rien
S'il te faut des phrases en otage
Comme un sceau sur un parchemin
...
Il y a mourir dans "je t'aime"
il y a "je ne vois plus que toi"
Mourir au monde, à ses poemes
Ne plus lire que ses rimes à soi

Un malhonnête stratagème
Ces trois mots là n'affirment pas
Il y a une question dans "je t'aime"
Qui demande "et m'aimes tu, toi" ?
...

Les 2 derniers couplets sont ceux qui me parlent le plus.
Bien sur, j'ai d'autres façons de faire comprendre à ceux que j'apprécie qu'ils comptent pour moi et surtout qu'ils me manquent quand ils sont loin de moi !

Message modifié par son auteur il y a 9 ans.

#
Profil

dragonphoenix

le lundi 02 mai 2011 à 19h22

très jolie réponse, ornement-fleuri, merci de ton avis. En plus, la référence à Goldman me parle tout à fait. C'est impressionnant comme il sait bien mettre les mots qu'il faut justement...

#
Profil

tentacara

le mardi 03 mai 2011 à 11h58

Je ne fonctionne pas du tout de la même manière.

L'amour que je porte aux gens, j'ai besoin de le leur exprimer par des mots, aussi simplement que possible. Je dis "je t'aime" aux gens que j'aime. Mes parents, mes amis et mes amours, mes enfants, bientôt je suppose. Il n'y a aucune ambiguïté pour eux quant à la "nature" de l'amour que je leur déclare.

Et quand je dis "je t'aime" à quelqu'un dont je suis amoureuse, je n'attends pas de réponse, pas de conséquences particulières. Il s'agit juste de dire ce que je ressens avec autant de spontanéité et de sincérité que possible. Je suis bien consciente que ces mots ont une connotation effrayante, particulièrement pour les monos. Echanger des "je t'aime" charrie tout un tas de sous entendus, d'arrière pensées. Mais garder pour soi ses sentiments de peur qu'ils ne fassent fuir, c'est justement leur donner une portée bien plus vaste que ce qu'ils sont vraiment : mes sentiments, ceux que je ressens pour une personne, dans l'absolu et sans condition.

Quand je dis "je t'aime", je ne dis pas "je ne vois plus que toi", mes "je t'aime" ne sont ni questions ni contrats, ils ne sont que constats.

Et quand je les entends, ces mots, ça me réchauffe. Le premier "je t'aime" que mon père ait prononcé dans sa vie m'était adressé, un an avant sa mort. Cet amour-là a pris corps pour moi quand il a été dit, ce n'était pas seulement de sa part me dire qu'il ressentait cet amour, c'était surtout me dire qu'il avait finalement compris combien j'avais besoin de l'entendre.
L'amour que je ressens pour les autres ne leur prend rien, ne leur demande rien, et parfois il leur apporte beaucoup. C'est aussi bon à entendre qu'à dire, et je ne suis pas du genre à me priver d'un plaisir de peur qu'il ne soit pas estimé à sa valeur.

#
Profil

LittleJohn

le mardi 03 mai 2011 à 12h01

(+) tentacara !

#
Profil

Fleur

le mardi 03 mai 2011 à 12h48

Effectivement se l'entendre dire s'est surtout rassurant, un "besoin" de se rassurer.... Le dire est un plaisir, mais dans le fond, je pense qu'on en attend un retour, pas forcément un autre "je t'aime" mais n'importe quelle preuve d'amour réciproque (cf tentacara " il avait compris combien j'avais besoin de l'entendre").
N'est ce pas, aussi, décevant de dire "je t'aime" à quelqu'un qui ne nous aime pas de la même manière que nous ?
Je connais des couples qui se disent je t'aime tous les jours, mon amour, ma chérie, bébé, ma beauté, mon ange, mon poussin, mon canard, doudou... et qui n'ont plus aucun sentiment amoureux... Bouh, si ça c'est pas tromper !! (ça ressemble pour moi au réflexe conditionné de Pavlov !).

Mais le" je t'aime" ne me semble pas le plus important, c'est un mot générique qui perd de sa valeur. Je crois qu'au fond, le plus important c'est de montrer aux personnes combien on les aime, il y a une multitude de façon de le dire. Je ne tais pas mes sentiments, je ne me retiens pas pour leur dire, bien au contraire !

- Mes gestes, mes caresses, mon sourire, mon corps tout entier dit "je t'aime"
- Mes yeux surtout disent "je t'aime", on ne me cesse de dire que mon regard exprime à lui seul mes sentiments (impossible de mentir donc !!!)
- Quand je danse je dis "je t'aime"
- Quand je chante je dis "je t'aime"
- Quand je fais l'amour je dis "je t'aime"
- Quand je dis tu me manques, j'ai hâte de te voir, tu comptes pour moi, je me sens bien avec toi, j'ai envie de toi, tous ces mots disent "je t'aime"
- Quand je dis je t'aime, je dis "je t'aime" ;)

Message modifié par son auteur il y a 9 ans.

#
Profil

Siestacorta

le mardi 03 mai 2011 à 15h47

D'un certain côté, je suis complètement d'accord avec les paroles de Goldman... La question dans "je t'aime", elle m'a toujours fait flipper.

Mais je suis pétochard affectivement... je le sais.
Et surtout, je crois que ce besoin d'être rassuré n'est qu'une interprétation partielle du besoin de dialogue amoureux (là j'ai l'image de piafs disneyeins qui se chantonnent et roucoulent leur amour... Aaaaaah ! Même si c'est ça aussi le dialogue, c'est pas comme ça que je fais !)

On vit en communiquant, ici, dans nos relations, dans nos amours.
Dire ce qu'on ressent, vouloir entendre ce que ressentent les autres, c'est aussi ce qui fait qu'on est pas aliénés (a-liénés, pas de liens). La relation, ça existe parce qu'elle se reconnaît, se nomme.

Alors, ornifleur, je suis d'accord qu'il y a plein de manifestations d'amour. Mais si elles ne sont pas communiquées à l'autre dans un langage partagé si ce n'est articulé, comment sait-on qu'on ne vit pas les sentiments que dans sa tête ? C'est à dire, finalement, de ne pas avoir besoin de l'autre pour aimer ?

Je suis assez convaincu que le sentiment amoureux est une "illusion nécessaire". Moment + effets mirroirs + hormones. Mais s'additionne aussi à cela la réalité, les mots qu'on utilise pour la décrire... Sinon, l'amour demeure une illusion narcissique.
Un amour universel et permanent qu'on ressentirait sans stimulation. ¨Pour le coup, une vision aussi égocentrée serait vraiment basée sur un besoin de se rassurer.
"Le monde est amour, donc j'ai pas à avoir peur".
Oh. Attention, là, un crocodile.

Message modifié par son auteur il y a 9 ans.

#
Profil

Fleur

le mardi 03 mai 2011 à 16h23

Appelez moi Fleur !!!

Je les trouve vraiment mignons ces piafs mais pour moi ils font trop de bruit !! ;) (bien vue cette allégorie siestacorta)
ça résume bien ce que je souhaite dire. J'utilise aussi le "je t'aime" mais je n'aime pas son utilisation abusive et/ou non significative.

Comment sait on qu'on ne vit pas les sentiments que dans sa tête ? ben par les réponses que l'Autre nous renvoie pardi :-)

#

(compte clôturé)

le mardi 03 mai 2011 à 16h34

Pas d'avis sur le fond du sujet parceque je suis mono jusqu'à preuve du contraire.
mais je me retrouve completement dans le post de Tentacara: pas de contrat pas d'attente dans le je t'aime: pour moi la chanson de Goldmann exprime quelque chose de vraiment exotique et curieux.
J'ai toute une collection de peurs et d'angoisses pour me tenir compagnie mais pas la peur de dire ou d'entendre les mots d'amour...

pour autant je crois que ces mots là font flipper pas mal de personnnes et pas forcément plus les monos dans le mainstream , je ne crois pas non plus que ça recouvre ou epouse devrais-je dire completement la notion d'amour greys anatomien/romantique à la vie à la mort, c'est toi et moi.

Il y a cependant quelque chose qui n'a pas été dit: le soulagement qu'il y a à dire ces mots là quand on les a retenu trop longtemps pour de bonnes ou de mauvaises raisons: ça fait un bien fou apres une grosse periode de refoulement du sentiment amoureux de les dire independamment de toute intention/resultat attendu. Juste parce que c'etait là, et qu'on arrete une stupide guerre interieure pour reconnaitre et dire le sentiment.

@siesta
pas tout a fait d'accord avec toi: tu ne melanges pas sentiment et emotion par hasard?
une emotion comme un moment dans une interaction, quelque chose de fugace qui nous fait faire ou dire un truc un peu dingue pas forcément illusoire, juste une verité fugitive, un clin d'oeil et pouf... ce n'est plus là, ça s'est transformé en autre chose, de subtilement différent, un autre moment, pas forcément stable.
le sentiment, ce qui fait le lien dans la durée avec des vrais morceaux de confiance, de présence, de reconnaissance de l'autre, de souvenirs et d'espoirs: si le sentiment est une illusion, les cerveaux qui en sont les infrastructures et les mots/caresses les superstructures en devienent eux aussi (des illusions) en tirant le raisonnement jusqu'à l'absurde...

#
Profil

Siestacorta

le mardi 03 mai 2011 à 17h09

>tigre

Oui, mais pour moi l'interprétation erronée de nos émotions participe à la construction de nos sentiments.
Il ne s'agit pas d'illusion au sens "pas réel", mais au sens "interprété avec l'affect".
L'amour existe, les relations existent, mais on se trompe toujours dessus. C'est de l'illusion nécessaire, parce qu'on ne peut pas faire autrement que de se tromper sur l'autre (on est pas voyant ou télépathe), et parce qu'au final, ça nous fait faire des choses agréables et positives...

Donc, "use your illusion", vivons heureux en attendant la mort, profitons de nos émotions et sentiment, en nous arrangeant pour que ces illusions soit assez bien faites pour ne pas nous décevoir.

#
Profil

Fleur

le mardi 03 mai 2011 à 18h44

Yes !!!

et je rajouterais quand même ceci :

Ôoooooh, la beeelle et noooble et généreeeuse idée de (faire) croire que l'on dit des mots d'amour sans rien en attendre en retour ! Ceci est dit dans le contexte ou la réponse (pas forcément immédiate) verbale ou non verbale a déjà été ou sera reçue. Immaginez dire "je t'aime" à une personne sans en avoir eu aucun signe de sa part avant ou après ces trois mots ? ne sentiriez vous pas ne serait-ce qu'une once de frustration ?????
Si ce n'est pas un vilain croco ça .....

#
Profil

Siestacorta

le mardi 03 mai 2011 à 18h54

Colchiques dans les près>

Bon, j'ai mes grands moments cyniques et existentiels (et NON, je ne suis pas dépressifs (pas trop)), mais les mouvements désintéressés, ça existe, quand même.
Justement, sur le court terme.
Par contre contre, à plus long terme, on attend vaguement en tirer un peu de bien-être. Pas en termes d'équité, mais de retour, what goes around comes around, quand même.

Après : est-ce qu'un geste désintéressé est un geste d'amour, ou est-ce qu'il s'agit d'autre chose ? AhAH, mon cher Hastings, voilà une question difficile.

#
Profil

Fleur

le mardi 03 mai 2011 à 18h58

mef, petit scarabée, les colchiques sont toxiques :-)

Bien sur, sur du court terme.....

quel dommage ! Je n'ai jamais entendu un inconnu me dire "je t'aime" et repartir de suite !!!! mais je ne suis pas une star ...

Message modifié par son auteur il y a 9 ans.

#

Tigre assis (invité)

le mardi 03 mai 2011 à 19h15

@siesta
pourquoi toute interpretation serait erronée; nierais tu la possibilité de reconnaitre une emotion (difficile des fois car trop fugace ou subtil il est vrai) ou un sentiment SANS interpreter donc sans risquer de fausse interprétation.
La pratique méditative et la pleine conscience reposent essentiellement sur ce genre de connaissance directe, intuitive des événements physiques ou psychiques.
Il y a une difference entre connaitre une interprétation et la subir etre emportée par elle, indépendamment de la justesse supposée ou niée de l’interprétation elle même....

#
Profil

tentacara

le mardi 03 mai 2011 à 19h54

ornement-fleuri
Yes !! !

et je rajouterais quand même ceci :

Ôoooooh, la beeelle et noooble et généreeeuse idée de (faire) croire que l'on dit des mots d'amour sans rien en attendre en retour ! Ceci est dit dans le contexte ou la réponse (pas forcément immédiate) verbale ou non verbale a déjà été ou sera reçue. Immaginez dire "je t'aime" à une personne sans en avoir eu aucun signe de sa part avant ou après ces trois mots ? ne sentiriez vous pas ne serait-ce qu'une once de frustration ???? ?
Si ce n'est pas un vilain croco ça .....

Ben écoute, perso, je l'ai dit régulièrement et sans faiblir à un de mes chéris pendant deux ans sans qu'il ne moufte. Son premier "je t'aime" a fini par sortir 2 mois après notre PACS. Je persiste et signe donc. Je lui disais que je l'aimais sans attendre qu'il réponde ; sans même imaginer que ce pût être réciproque. Je le lui disais parce que je le pensais. Et non, même pas frustrée. J'ai reconnu mes sentiments pour ce qu'ils étaient bien avant qu'il n'identifie les siens. Mon amour pour lui n'a pas varié pour autant.

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion