Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

"Opening up" by Tristan Taormino

#

(compte clôturé)

le jeudi 17 décembre 2009 à 23h12

C'est marrant la différence de sens entre "ton" 1983 et mon "2009". En un quart de siècle... on a glissé du cul d'une femme qui vit sa vie à une notion de malhonnêteté unisexe, en somme.

Le dévergondage faisant allusion, j'imagine, à un manque de vergogne assumé, devant ses envies... et devenant une licence qu'on se donne de blouser les gens sans complexe.

Quel monde étrange.

#
Profil

Siestacorta

le vendredi 18 décembre 2009 à 02h20

ben salope, dévergondée... C'est la notion de pudeur, ça, morale ou sexuelle.

L'utiliser en positif, c'est revendiquer la transgression, dire "si vous trouvez que j'ai pas de pudeur, c'est que nous n'avons pas les mêmes pudeurs".

Je suis certain que non seulement certaines femmes peuvent apprécier un usage d'alcôve de "salope", mais aussi certaines féministes. L'usage dans la réalité quotidienne et dans une réalité affective est différent, le contexte et les utilisateur donne du sens aux mots, parfois autant que le dico.
C'est comme on dit "obsédé" : si tu dis ça à un exhib qui t'emmerdes ou à un copain qu'a fait une remarque égrillarde, tu penses pas la même chose.

Question : Ethical Slut, il y a pas toute une part d'acception d'une vision queer de la sexualité ?
Slut peut être employé pour un mec dans le sens de salope; dans cette optique...

Que ce soit mec-salope ou compersion, je trouve logique d'employer des néologismes et des barbarismes dans le cadre d'une pratique récemment cernée...
C'est même plutôt bien que ce soit nous, comme pratiquants, qui choisissions nos mots pour désigner nos comportements.

Ou finalement, on attendra que la société utilise des mots péjoratifs à notre égard, et c'est ces mots qu'on récupérera le sens pour le rendre positif. Mais c'est long, d'attendre que les mots existent pour prendre la parole.
Donc, les néologismes, c'est cool.

Message modifié par son auteur il y a 10 ans.

#

françoise (invité)

le vendredi 18 décembre 2009 à 10h19

Dans "les Vaisseaux du coeur", Benoîte Groult écrivait qu'on a chacun(e) sa sensibilité aux mots. Elle ne supportait pas l'expression "se faire sauter", alors que "se faire troncher, se faire mettre, baiser..." ne la gênaient pas. Pendant des années, je ne supportait pas le terme "chatte" qui pour moi sentait le vieux vicieux. Je n'en raffole tounjours pas d'ailleurs. C'est vrai qu'un mec qui m'a dit un jour "tu n'as pas l'air comme ça, mais t'es une sacrée salope" en faisait un compliment après un commun moment torride. Perso, je préfère de loin coquine, avec son côté piquant, sexy, et pas du tout connoté injurieux. Mais à chaud, dans une alcôve, salope peut être un mot excitant. Le cadre compte...

#
Profil

Junon

le vendredi 18 décembre 2009 à 10h33

Siesta, c'est exactement ce que je souhaitais pointer, l'aspect queer du mot. Merci à toi!

Message modifié par son auteur il y a 10 ans.

#
Profil

lam

le vendredi 18 décembre 2009 à 14h24

insognare
Désolée mais le mot "salope", même explicité autrement, ça ne passe pas ! Alors, ou bien en anglais c'est moins insultant qu'en français, ou bien l'auteur aurait du selon mon humble avis, chercher un autre mot !

Clementine
le fait que l'équivalent masculin ne renvoie pas à la même sphère me dérange, car une salope a d'abord un cul, alors qu'un salaud n'a pas d'éthique ou de morale, à choix.
C'est lourd de sens, lourd d'histoire des femmes

Yes les filles, je crois que vous avez trouvé la réponse précise à ce qui me dérange aussi. En effet en anglais 'Slut' n'est pas équivalent au français 'salope' premièrement parce que c'est un mot de genre neutre en anglais et féminin en français.
Donc forcément dans notre langue très genrée de par sa grammaire on associe pas du tout le mot salope avec un individu de genre masculin: la preuve on doit utiliser des substituts pour bien se faire comprendre.

Dans le début de The Ethical Slut elles expliquent leur démarche de néologisme et pourquoi elles ont tenu à 'recycler' un mot tout en se félicitant de l'expansion si rapide du nouveau-né 'polyamory' qui montre bien qu'on était en attente de ce mot!
Les mots structurent nos imaginaires: si on n'a pas d'outil pour décrire quelque chose comment le prendre en compte, le regarder, y réfléchir?

Clementine
Je cherche le mot qui conviendrait alors à un homme, pour décrire ce même côté joueur, piquant... mais aussi à une femme, du coup.

Ben pour les mêmes raisons ca me parait difficile en français, à moins de d'inventer un nouveau mot comme 'polyamoureux' qui n'ait pas déjà une connotation forte.
Parce qu'en français une femme qui cours les hommes c'est une salope, une séductrice dans un sens péjoratif, elle n'a pas de vertu...
alors qu'un homme qui cours les femmes déjà il cours 'les jupons', et ensuite c'est un séducteur dans un sens positif, un don juan, il sait plaire...

Même l'adjectif 'coquin/coquine' a pour moi sens différent selon le genre.
Alors forcément.... c'est pas facile.
D'autant qu'on a moins que les anglophones la culture du néologisme, il me semble.

Alors on fait quoi? en pratique on anglicise souvent je crois.

Siestacorta
Question : Ethical Slut, il y a pas toute une part d'acception d'une vision queer de la sexualité ?

Slut peut être employé pour un mec dans le sens de salope; dans cette optique...

Que ce soit mec-salope ou compersion, je trouve logique d'employer des néologismes et des barbarismes dans le cadre d'une pratique récemment cernée...

Ah ca, la culture des anglicismes (=barbarismes???) on l'a! et c'est bien pratique :-) :-) :-)

#
Profil

Siestacorta

le vendredi 18 décembre 2009 à 18h22

Barbarismes : c'est quand tu prends un mot étranger mais que l'utilisation que tu en fais dans ta langue n'existe pas, ni dans la tienne, ni dans celle d'origine.

Mettons "parking".

Le barbarisme, c'est souvent un néologisme mal foutu.

Message modifié par son auteur il y a 10 ans.

#

(compte clôturé)

le vendredi 18 décembre 2009 à 19h14

Je n'aime pas non plus le mot "chatte", comme Françoise.
(je sens que le mot "bisounours" par contre, va définitivement me coller à la peau ! pouak !)

Message modifié par son auteur il y a 10 ans.

#
Profil

Junon

le samedi 19 décembre 2009 à 23h14

Moi j'adore "chatte". Parce que c'est un animal imprévisible...mais tu peux lui préférer des centaines d'autres. Les nuits d'une demoiselle de Colette Renard sont une excellent source d'inspiration, encore qu'il ne me paraisse pas si simple de susurrer "gâte moi le matou" sans pouffer...

Message modifié par son auteur il y a 10 ans.

#

(compte clôturé)

le samedi 19 décembre 2009 à 23h45

Gâte-moi tout le mât, alors?

#
Profil

Junon

le dimanche 20 décembre 2009 à 01h53

Clem, j'aime!

#

(compte clôturé)

le dimanche 20 décembre 2009 à 03h14

Parfait, j'en ai plein mon magasin, du motordu comme ça, J'vé te nougâtiner!

#

(compte clôturé)

le dimanche 20 décembre 2009 à 03h15

Hé hé, gâte-moi le nougat, nougâtine-moi, c'est meugnon comme tout, ça!

#

(compte clôturé)

le dimanche 20 décembre 2009 à 12h01

Un gâte-nougat, une gâte-nougat, pour avoir un terme qui reflète sensualité, animalité... bâfre-moi le miam-miam... à propos d'animalité sensuelle, je craque pour Javier Bardém, pas vous?

#
Profil

Junon

le dimanche 20 décembre 2009 à 13h57

Que si! Ah cette scène de drague éhontée dans un restaurant...rhhh.

Mais je dois avoir un truc avec les Ibères parce que moi la voix de Sergi Lopez, elle me donne tout de suite envie de lui improviser une dégustation de tapas sur corps!

#

(compte clôturé)

le dimanche 20 décembre 2009 à 17h25

Ah claro que si! Yo también.

Javier Bardém, la première fois que je l'ai vu c'était dans "Jambon jambon" de Bigas Luna.

Ah, cette scène de sexe animal en pleine nature! Ca donne la bouche sèche et les yeux dilatés...

#
Profil

Siestacorta

le dimanche 20 décembre 2009 à 19h11

Fantasmez sur les grands blonds, ça donne de belles couleur et ça fait perdre du poids.
(hem)

#
Profil

Junon

le dimanche 20 décembre 2009 à 19h31

Mensonge, je n'ai jamais perdu de poids ainsi (mais peut être ne fallait-il que fantasmer et non consommer?).

#

(compte clôturé)

le dimanche 20 décembre 2009 à 20h12

T'as peut-être jamais mangé du grand blond ^^ ?

Message modifié par son auteur il y a 10 ans.

#
Profil

Jena

le dimanche 20 décembre 2009 à 23h30

Fantasmer sur les grands blonds est une chose; mais la chaussure noire est un peu indigeste.

(je sors)

#

(compte clôturé)

le dimanche 20 décembre 2009 à 23h53

Charlot y est bien arrivé, lui! Dans "La ruée vers l'aurélien", mouarf mouarf!!

Je reste!

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion