Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Faire des enfants... Oui? Non? Peut-être? Non merci la galère? Oh voui oh voui? Et pourquoi donc en fait?

#
Profil

thibsib

le mardi 17 novembre 2009 à 16h05

Il m'a fallu du temps pour répondre, non pas pour penser à un truc profond mais pour me laver les cheveux (ça collait un peu et ça sentait la fraise).
2 choses :
D'abord je souligne simplement que pour la plupart d'entre nous, ce n'est quand même pas si galère que cela d'avoir des enfants et de les assumer. Et que oui, à propos du luxe du choix évoqué, tu as tout à fait raison. Nous avons beaucoup de chance d'avoir le choix et notre libre arbitre.

Ensuite, une partie de ton discours semble porter sur l'aspect physique ou physiologique de la femme ainsi que sur son asservissement.
Ce que tu dis est vrai et touchant mais ne doit pas nous persuader qu'il est mauvais pour nous d'avoir des enfants.
Et ce n'est pas la morale dominante non plus qui doit nous imposer d'en faire.

Encore une fois, nous avons la chance d'avoir le choix. Ce choix n'est pas anodin mais il n'y a pas que de la souffrance derrière ce choix, y pas mal de trucs marrants aussi.

J'ai été voir parents toxiques : ok, j'ai compris, merci.:-)

#

(compte clôturé)

le mardi 17 novembre 2009 à 17h53

Ne nous y trompons pas, je ne raconte pas tout ça pour obtenir de la pitié ou quoi que ce soit de ce genre - ce n'est vraiment pas le but.

Tout ce dont je souhaite persuader certains qui me lisent, c'est qu'il est possible de dire que faire des enfants ne leur paraît pas la panacée, et de tenter en discutant de ça de comprendre pourquoi ça fait envie ou pas. Histoire de franchir le pas en conscience, même si on est mitigé.

Lire noir sur blanc des trucs choquants libère parfois une réflexion qui bien souvent n'ose pas se mettre en évidence lorsque le contexte est un peu trop lisse et uniforme.

Ca va plus loin que l'aspect physiologique et l'asservissement, ce que je dis; être pondeuse vouée, ça veut dire ne pas pouvoir se réaliser autrement, ou se réaliser tout court. Ne même pas pouvoir ressentir que c'est peut-être bien en étant mère qu'on se réalise. Pour ma sœur, c'était ça, et je suis heureuse à donf' de voir qu'elle a fait exactement ce qu'elle voulait, car là, elle a eu le choix. Et puis ses trois gaillards sont devenus des ados et adultes épanouis.

L'important n'est pas d'en avoir ou pas, mais d'être content d'en avoir fait ou pas, parce que c'était ça qu'on voulait.

A part ça, quand tu dis "nous avons la chance d'avoir le choix", qui est "on"?

#
Profil

thibsib

le mardi 17 novembre 2009 à 18h55

Junon
mon grand étonnement, celui où ma "non maternité" a provoqué le plus de surprise était le Japon où la question, lorsque l'on est en couple hétéro, n'est pas "avez vous des enfants?" mais "combien avez vous d'enfants?"

J'ai entendu qu'au Japon, il y avait un problème de vieillissement de la population. Est ce vrai ? Si c'est le cas, on peut comprendre que ça les travaille un peu (peut-être un peu tard).
Si c'est le cas, ils sont plus dans une situation où ils n'ont plus trop le choix.
Disons que sur un plan statistique, mieux vaut équilibrer (ça c'est mon côté collectiviste,dénué de sentiment)

JH : d'accord avec toi, mais c'est une évidence qu'il vaut mieux ne pas faire d'enfants si l'on est amené à devenir de mauvais parents. Moi je n'ai pas croisé beaucoup de parents (en fait je n'en ai pas croisé du tout) qui ont fait un troisième enfant pour les allocs, mais peut-être qu'ils se retrouvent au café avec ceux qui "touchent la prime scolaire pour acheter un écran plat".

Clementine : je n'avais pas pensé à de la pitié ni à quoi que ce soit de ce genre. Franchir le pas en conscience : oui, et j'ai l'impression que les paroles sur ce site sont très justement délivrées de la morale ambiante.
Nous avons plein de choses à faire dans la vie et pas que des enfants, c'est bien de le souligner et de dire que cela ne doit en aucun cas constituer une obligation.

A part ça pour le nous, enfin le "on", je pense à tous ceux qui ont les moyens matériels d'accueillir un ou plusieurs enfants, ainsi qu'à ceux qui ont les moyens intellectuels (je cherche une autre formule, mais cela ne me vient pas, désolé) d'y réfléchir posément en dehors de toute contrainte morale voire maritale. Bref à ceux pour qui rien ne s'oppose à en avoir ou pas.

#

(compte clôturé)

le mardi 17 novembre 2009 à 22h07

En dehors de ceux qui écrivent ici, il y a les lecteurs silencieux ou qui s'apprêtent peut-être à intervenir. Plus la porte est ouverte à une certaine franchise de ton, d'opinion et d'échange, plus il y a de chances que ceux qui se taisent jusqu'ici viennent faire part de leurs doutes, leurs interrogations, leurs convictions.

Or je sens parfois que nous glissons vers des consensus qui n'en sont pas, plus insidieux à débusquer que "le PA est végé, naturiste, écolo, de gauche, a plusieurs partenaires réels, est surdoué, mutant"... et pour finir, tous leurs contraires aussi.

J'ai plein de coussins comme ça dans ma niche de garde, bien mâchonnés et bavouilleux, et plus ça va, plus j'ai les gencives qui demandent. ^^ :P

#
Profil

Junon

le mercredi 18 novembre 2009 à 09h50

Le Japon est un pays qui vieillit certes...mais c'est aussi un très petit pays, difficilement habitable vu la disposition géologique et déjà largement peuplé.
Je pense que ce type de questionnement tient plus de l'habitus...les enfants comme le mariage rélève (il me semble) initialement d'une question de statut (celui de la femme célibataire et/ou nullipare est pour le moins précaire) et pas d'amour.

#

(compte clôturé)

le mercredi 18 novembre 2009 à 10h04

Et il s'est ouvert au monde économique il y a seulement une soixantaine d'années, après avoir longtemps fonctionné de manière féodale, isolée et protectionniste. Un autre monde, quoi.

#
Profil

Junon

le mercredi 18 novembre 2009 à 10h09

Ce qui subsites encore de nos jours de moindre manière...mais bon, la mentalité ilienne est partout.

#
Profil

lutevain

le mercredi 18 novembre 2009 à 12h02

Clementine
Et il s'est ouvert au monde économique il y a seulement une soixantaine d'années, après avoir longtemps fonctionné de manière féodale, isolée et protectionniste. Un autre monde, quoi.

Pour info il fonctionne toujours comme ça!

#
Profil

thibsib

le mercredi 18 novembre 2009 à 12h27

Merci pour les précisions Junon

Clementine : j'ai un peu de mal à comprendre ton avant dernier post :
Es tu satisfaite du débat suscité ? Espérais tu débusquer quelque chose de particulier ?
Quand tu parles de consensus qui n'en sont pas : est ce pour avoir lancé un sujet sur lequel la morale domine dans la société actuelle, et que ici la donne n'est pas du tout la même ? ou est ce parce que on a beau dire que l'on est d'accord, on sent des avis qui divergent sensiblement ?

Enfin, t'as rien trouvé de mieux à machonner que des coussins ? Ou est ce une expression Suisse ?:-)

#

(compte clôturé)

le mercredi 18 novembre 2009 à 12h27

Lutevain: en partie, oui... je le vois plutôt à deux vitesses, ce qui peut expliquer la question posée à Junon lors de son voyage.

Ca donne un truc weirdo, une sorte de puzzle bizarre, de manuscrit recopié par quelqu'un qui en ignorerait la langue d'origine. L'attitude "continentale" est reproduite, mais avec la conscience japonaise derrière; donc il y a comme des artefacts de traduction.

Message modifié par son auteur il y a 11 ans.

#

(compte clôturé)

le mercredi 18 novembre 2009 à 12h42

thibsib


Clementine : j'ai un peu de mal à comprendre ton avant dernier post :

Es tu satisfaite du débat suscité ?

Oui, car on sent la volonté de se comprendre derrière des positions relativement opposées

Espérais tu débusquer quelque chose de particulier ?

Une parole authentique et engagée dans le processus de clarification - c'est pas mal jusque là, on s'en sort assez bien tout le monde, et je souhaite que les gens du dehors se sentent encouragés à venir se dire!

Quand tu parles de consensus qui n'en sont pas : est ce pour avoir lancé un sujet sur lequel la morale domine dans la société actuelle, et que ici la donne n'est pas du tout la même ? ou est ce parce que on a beau dire que l'on est d'accord, on sent des avis qui divergent sensiblement ?


Je pense que se retrouver entre gens qui pressentent que ce mode de vie est OK pour eux représente une tentation potentielle - et avérée - de tenir un discours parfois élitiste, et/ou uniformisant. Or nous sommes avant tout des individus, des planètes aux orbites croisées, et perso ça me fait tripper que les gens me racontent leurs expériences de vie; le partage fait relativiser l'étendue supposée de certains malheurs, libère des choses enfouies, affine l'entraide, etc. Vous lire tous m'a parfois lancée dans des abîmes de réflexion, et parfois tirée d'une impasse.

Enfin, t'as rien trouvé de mieux à machonner que des coussins ? Ou est ce une expression Suisse ?:-)

C'est l'image la plus approchante de ce que je ressens :-D (tu devrais essayer, le moment où ça crève et que les plumes te font éternuer, c'est particulier!)

Maintenant, si tu veux m'envoyer des langues de chat ou des fraises Tagada, je dis "youpi". J'aime beaucoup les mandarines et les châtaignes aussi, les bouchées Klaus...

#
Profil

thibsib

le mercredi 18 novembre 2009 à 13h23

pour les tagada, ça doit pouvoir se négocier. TU m'envoies un lieu ou te les adresser et je vois ce que je peux faire.

#

(compte clôturé)

le mercredi 18 novembre 2009 à 14h22

Des Tagada de chez toi, spécial local?

#
Profil

thibsib

le jeudi 19 novembre 2009 à 12h29

Ah je n'y avais pas pensé :-D , j'aurais du rajouter fraises et langue de chat. Les tagada faisant parti d'un patrimoine culturel universel, je peux peut-être dire dire que c'est mondialement local.
Les bouchées Klaus, je ne connais pas, par contre.

#

(compte clôturé)

le jeudi 19 novembre 2009 à 13h18

Aaaah, alors écoute bien: un carré de caramel dur, 3 cm sur 3, enrobé de chocolat; tu te fourres ça en entier dans le bec et tu tentes de te décrocher la mâchoire en le réduisant à une boulette géante mélangée d'elle-même, tout en perdant la face devant quiconque te surprend à slurper pour rattraper le filet qui coule, passque tout ça, ça met un moment à se ramollir et à devenir géométriquement mâchable.

Hu hu! Héritage de mon père, ça...

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion