Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Peut on dire que le polyamour est un art libertin élitiste ?

Social
#
Profil

Kalyp

le mercredi 16 septembre 2009 à 12h53

J’ai bien conscience que je risque fort de jeter un pavé dans la marre avec ce nouveau sujet, que je prends le risque d’avoir de nombreux détracteurs, et que fatalement certaines réponses risquent d’être enflammées.
Plus je réfléchis au polyamour, plus j’ai le sentiment qu’on pourrait le définir comme une nouvelle approche du libertinage. J’ai vraiment le sentiment que le polyamour ressemble fort à un art libertin élitiste.
Vous me rétorquerez à juste titre, mais cela n’a rien à voir, et qu’il est faux de faire un amalgame entre le libertinage et le polyamour. Et je vous répondrai dans la foulée, que non seulement vous avez raison de le dire, et que je partage cet avis. Mais laissez moi quand même l’audace d’essayer d’expliquer mon point de vue.
Je vais me baser sur ma propre expérience. Je ne rentre pas dans les détails inutiles, mais de par l’éducation stricte que j’ai reçue, ma propre ouverture d’esprit que je qualifierai d’assez étroite durant de nombreuses années, je peux avouer en toute objectivité que j’étais un jeune homme coincé et enfermé dans des principes que je trouve désormais ridicules.
Mon réveil a été brutal. On m’a craché cette vérité à la figure, et ce fut un coup de massue, car j’ai vite réalisé que mon interlocutrice avait raison, que je devais me remettre en question et reconsidérer ma vie sentimentale et sexuelle.
Ne faisant pas les choses à moitié, j’ai voulu franchir un cap important, en négligeant de monter les marches du plaisir progressivement. Du jour au lendemain je me suis autoproclamé libertin, et je me suis retrouvé au cœur d’un univers que je ne connaissais pas du tout.
Mes découvertes et expériences n’ont aucun intérêt. Il s’avère simplement que durant les premiers temps de cette découverte, j’ai manqué là aussi de bon sens, de jugement critique, de recul. Et j’ai fini par comprendre et admettre que je trichais avec moi-même, que j’allais au-delà de ma perception et de mes convictions, et que je me trompais littéralement en pensant que je pouvais être libertin.
Car oui j’ai été déçu. Je m’attendais à un univers avec une belle ouverture d’esprit, une approche subtile, un bain de jouvence érotique. Mais j’ai vite compris que c’était avant tout un empire commercial, où on te vend du sexe, où on fait de toi un consommateur. Le libertinage malgré les apparences trompeuses est tout sauf un endroit de liberté. C’est un univers codifié, avec ses règles, ses habitudes, ses travers. Je conçois complètement que beaucoup de personnes y trouvent leur plaisir et que cela corresponde à leurs attentes, mais je suis resté sur ma faim. Les ambiances des clubs étaient sur la forme trop audacieuse pour ma sensibilité, par contre sur le fond, j’ai trouvé cela vraiment limité. Ce manque de subtilité me dérangeait. J’étais plus en attente d’un épanouissement sensoriel, mais aussi intellectuel et sentimental, et je ne trouvais pas tout cela dans le monde libertin.
J’ai donc décidé de prendre du recul. J’ai découvert le naturisme, je m’en suis déjà expliqué dans un sujet récent, donc je ne reviens pas dessus. Mais j’ai aussi découvert le tantra. Je n’en avais jamais entendu parler. Je suis tombé par hasard sur un article publié sur le net. Cela m’a interpellé, et j’ai acheté un livre, puis deux, puis d’autres, pour mieux comprendre l’approche tantrique. Et là contrairement au libertinage, je ne suis pas tombé dans le piège. J’ai découvert le tantra comme une poule qui boit de l’eau. Je prenais une gorgée, et je prenais le temps de relever la tête pour réfléchir et me forger ma propre vision. J’ai réalisé que notre monde occidental contemporain ne pouvait pas du jour au lendemain vivre comme une région se trouvant à l’opposée de la notre, avec fatalement une culture différente, culture d’autant plus accentuée que le tantra remonte à plusieurs millénaires. Culture d’autant plus déformée, que les textes tantriques originaux ont été écrits en Sanscrit, et que leur traduction contemporaine doit être prise avec beaucoup de recul. Mais j’ai quand même été séduit par l’approche tantrique.
Alors j’ai poussé la porte d’un stage de massage tantrique. Et franchement j’ai adoré l’ambiance de ce stage. J’ai eu la chance d’être tombé sur de bons formateurs, des participants intéressants, et ce fut une semaine d’échanges d’une qualité exceptionnelle. Je vais suivre d’autres stages dans la foulée, je suis avide d’en savoir plus, réceptif, attentif, je veux vraiment apprendre à masser correctement, avoir cette opportunité divine d’offrir du plaisir autrement. Je vais faire plusieurs échanges de massages avec d’autres élèves, je vais même m’improviser durant une période « masseur relaxologue », sans aucune motivation vénale, je tiens à le préciser, et faire des rencontres d’une qualité exceptionnelle.
Quand je faisais l’amour avec une femme par le passé, j’avais le sentiment d’entendre la chanson de brassens, 95 fois sur 100, la femme s’emmerde en baisant. Mais quand j’offrais un massage tantrique, il se passait souvent un truc que moi-même je ne maitrisais absolument pas. Un truc fantastique. J’ai par ce biais pu faire des rencontres inoubliables et vivre des moments de complicité d’une rare intensité. Réussir à faire pleurer une femme de bien être et de joie, c’est le plus bel orgasme qu’une femme pouvait m’offrir. Et vivre de tels moments privilégiés dans un échange basé sur la douceur, la complicité et la subtilité, c’est autrement plus joli que de se prendre pur un marteu piqueur épileptique. J’ai donc continué dans cette voie tantrique, convaincu que c’était un moyen fabuleux pour l’épanouissement du couple. Mais rencontrer une tantrika relève de l’exploit, c’est un peu chercher une aiguille dans une botte de foin.
Lors d’une soirée de discussion de tantra rouge, le tantra plus axé sur la sexualité, nous avons abordé le polyamour. Et là aussi je me suis intéressé à la question, et j’ai retrouvé une approche libertine avec deux ingrédients supplémentaires, le cœur et l’esprit.
Et c’est la définition même du tantra, un épanouissement à la fois du corps, du cœur et de l’esprit. Voilà pourquoi je me suis permis de lancer ce sujet polémique, à la différence des libertins donc les motivations me semblent trop restrictives, les polyamoureux recherchent un juste équilibre, un épanouissement réel, et y ajoute le plaisir d’aimer, et le plaisir de penser. Le polyamour, je le vois comme un épanouissement à la fois sexuel, sentimental et intellectuel.
Et ce forum polyamour en est la preuve la plus frappante. Avez-vous déjà eu la curiosité de faire une halte sur un forum libertin ? Cet avis n’engage que moi, mais c’est confondant de bêtise, on reste au raz (ou ras je ne sais plus ;-) des pâquerettes. C’est totalement codifié. Alors qu’ici, souffle un vent de liberté. Si nous avons toutes et tous en commun le même intérêt pour le polyamour, les motivations sont souvent différentes d’une personne à l’autre, la vision polyamoureuse peut être très différente aussi. Nous ne vivons pas tous notre polyamour de la même façon. Nous avons tous nos certitudes, nos doutes, nos questionnements. Et ce forum permet une qualité d’échanges très intéressants. Sans citer de noms, il ya ici des personnes dont la qualité de réflexion est extraordinaire, et qui maitrisent parfaitement l’art de la concision, de la pertinence, et du bon sens.
J’apprécie beaucoup les raisonnements à contrario. Faire cet effort intellectuel de réfléchir à l’opposé de l’idée qu’on veut défendre. Cela permet d’une part de mieux anticiper les arguments d’une personne qui défend un avis différent ou contraire, mais cela permet surtout de mieux l’admettre, de le comprendre et donc de le tolérer. Et si la vérité ne se trouve pas nécessairement au juste milieu, il n’en demeure pas moins que cela permet de se remettre en question, et ce n’est jamais inintéressant.
Quand je dis que le polyamour est un libertinage élitiste, entendons nous bien, je ne me base pas uniquement sur les écrits d’auteurs célèbres, et qui quelque part m’ont certainement influencé, et qui décrivaient il ya plusieurs dizaines d’années ou quelques siècles, une vision qui me semble plus proche du polyamour que des clubs libertins. Quand je dis que le polyamour est un libertinage élitiste, cela n’a rien à voir avec l’échelle sociale, le patrimoine, les études…..Cela méritait d’être précisé.
Selon moi, c’est un libertinage sélectif, un libertinage de qualité. On vit dans un monde rempli de contradictions. Si vous testez votre entourage proche sur le polyamour, vous risquez fort d’être déçus par l’étroitesse d’esprit de beaucoup de personnes, même si c’est un sujet qui ne laisse pas indifférent et qui suscite une vraie curiosité. Mais notre système social est ainsi fait, avec ses règles, ses coutumes, ses influences, et la fidélité est une valeur très importante pour la plupart de nos contemporains. Cela ne les empêche pas pour autant de se jurer mutuellement fidélité devant témoins et très vite se cocufier. Mais on reste dans une logique pas vu pas pris. Le polyamour pose le problème de façon différente, peut on autoriser la personne que l’on aime à aimer d’autres personnes avec amour et donc de vivre concrètement cet amour là ?
Je ne sais pas si vous partagerez ma vison libertine élitiste du polyamour, mais avant de terminer, j’aimerais vous soumettre une dernière question.
Imaginons une société où le polyamour soit la norme. C’est culturel depuis des siècles. C’est une vision de l’amour inscrite dans nos coutumes. Où serions nous, nous tous qui intervenons sur ce forum ? Serions nous dans un monde idéal à nos yeux, un monde qui correspond à notre vision de la vie ? Où serions nous encore une fois de vilains petits moutons noirs qui refusent avec force les coutumes bien établies et qui empêchent la liberté de penser. Ne serions nous pas sur un forum qui défendrait l’amour exclusif, avec de jolis arguments pour défendre notre vision ?
Merci de m’avoir lu, vous êtes courageux. Je vous souhaite une bonne journée, et n’hésitez pas à me taper sur les doigts, vos réflexions m’aideront certainement à y voir plus clair sur la question.

#
Profil

Siestacorta

le mercredi 16 septembre 2009 à 13h30

Ah, quand même, hein.
Ca en fait du texte.
Tu devais pas t'attendre à en dire autant... Ou ça paraissait plus court comme projet de post.

Bref.
Tu es tenté de parler de libertinage. Et c'est dans ton type d'optique que j'accepterai éventuellement le rapprochement.
Mais tu as assisté toi-même à ce qu'est le monde libertin contemporain. Simplement des gens qui vivent beaucoup leur sexualité. Bon, tant mieux, hein.
Tout au plus, on rencontre de vrais libertins, mais je pense qu'ils revendiquent peu l'étiquette.

Par conte, élitiste ? On en avait déjà un peu parlé, sous un angle plus sociologique... Si c'est le cas, c'est rigoureusement involontaire, je pense.
Moi, ça m'irait parfaitement si mes idées étaient partagées par les masses. Elles me semblent si peu commerciales, si tournées vers l'humain, que dans le cas où elles seraient majoritaire... je crois que le monde tournerait très différemment. Et je ne me différencierait pas par mes recherches affectives, mais sans doute politiques (quelque chose comme "bande de mous ! l'anarchie vous abrutit ! Devenez surhommes, merde !")

#
Profil

titane

le mercredi 16 septembre 2009 à 13h36

Nietzsche n'aurait pas hésité à utiliser le terme "aristocratique"... le libertinage serait réservé aux meilleurs d'entre nous ? ceux qui arrivent à libérer leur sexualité de toute contingence sociale ou croyance morales ?... un peu comme la différence entre un amateur et un sportif professionnel ?

Ceux qui essayent et ceux qui ont le "beau geste"...

Et alors ?

En quoi l'amour serait un mouvement de masse et donc une question de statistiques relatives ?

Le tantrisme est une "voie individuelle" non ? L'amour aussi... des gourous de l'amour ? En quoi le libertinage en serait un critère, une condition, un certificat?

#
Profil

titane

le mercredi 16 septembre 2009 à 13h37

Au fait je ne crois pas à une relation automatique et évidente entre amours multiples et libertinage... et j'aurais besoin de te relire plusieurs fois je crois...

Message modifié par son auteur il y a 10 ans.

#
Profil

LuLutine

le mercredi 16 septembre 2009 à 17h05

Certains polyamoureux ont quand même une exclusivité relative, limitée aux 3 (ou 4, ou plus...) partenaires impliqués dans une relation donnée.

Sachant que ce type de relation est aussi considéré comme du polyamour (puisqu'il y a plus de 2 personnes impliquées), je ne pense pas qu'on puisse la qualifier de libertine, si ?

Ensuite, un certain nombre de polyamoureux se disent "polyamoureux et libertins", justement pour préciser que les relations d'une nuit et/ou "seulement sexuelles" sont acceptées...mais ce n'est pas toujours le cas.

#
Profil

Guilain

le mercredi 16 septembre 2009 à 18h15

Désolé, j'ai pas lu le premier post : trop long :-/

Mais les choses me paraissent clairs :
- il existe des polyamoureux non-libertins (ceux qui ne veulent pas faire du sexe sans sentiment par exemple)
- il existe des libertins non-polyamoureux (ceux qui sont en couple et ont pour règle de ne jamais revoir les autres gens avec qui ils font du sexe)
- il existe des libertins polyamoureux (la coolitude suprême ;-) )
- il existe des non-libertins non-polyamoureux (pas besoin de faire un dessin)

Voili voila...

#
Profil

kerdekel

le mercredi 16 septembre 2009 à 20h30

Elitiste?
Mensa, c'est élitiste.
Les jésuites ou les francs-maçons, c'est élitiste.
Mais le polyamour...? O.o
J'avoue que j'ai absolument pas compris le rapport et pourtant je t'ai lu soigneusement jusqu'au bout... :-/
Je crois qu'on a pas la même définition d'élitiste en fait...

#
Profil

oO0

le jeudi 17 septembre 2009 à 01h35

Libertinage élitiste ?!? Je préfère libertinage old school ! A l'origine, l'expression libertin signifiait libre penseur.

Concrètement, la libre pensée n'a rien d'aussi grandiloquent qu'il n'y paraît. Le côté grandiloquent vient justement du fait de croire que penser librement consisterait à ne pas penser comme la majorité.

Où y a-t-il liberté de pensée à s'écarter systématiquement de la majorité quelle qu'elle soit ou à s'y ranger ?

Sinon pour revenir à ton propos principal, j'aurais plutôt tendance à comprendre "hors du commun/hors norme" plutôt qu'élitisme, soit hors du sens commun et donc plus difficile à communiquer. En tous cas, c'est de la sorte que je comprends ton inversion de norme.

D'un autre côté, j'ai l'impression que ton choix du termes "élitiste" vient en bonne partie de ton parcours qui témoigne d'une envie de sortir des principes de ton éducation sans pour autant devoir raser les pâquerettes. Quant à savoir si ton éducation est pour autant une prison et le libertinage un art de tondre le gazon au raz des pâquerettes, j'aurais plutôt tendance à penser que comme tu le remarques toi-même, l'un et l'autre répondaient répondaient trop partiellement à tes aspirations.

#

(compte clôturé)

le jeudi 17 septembre 2009 à 04h18

Kalyp, beaucoup de choses ont déjà été posées sur le site à ce sujet, en as-tu pris connaissance?

Comme Guilain, je baste devant la lecture du premier post, me rendant compte pour ma part que la question a fait l'objet de débats antérieurs.

#
Profil

Kalyp

le jeudi 17 septembre 2009 à 10h53

kerdekel
Elitiste?

Mensa, c'est élitiste.

Les jésuites ou les francs-maçons, c'est élitiste.

Mais le polyamour...? O.o

J'avoue que j'ai absolument pas compris le rapport et pourtant je t'ai lu soigneusement jusqu'au bout... :-/

Je crois qu'on a pas la même définition d'élitiste en fait...

Alors là c'est fin très fin, cela se mange sans faim. Kerkedel qui nous dit que la Franc-maçonnerie est élitiste. J’avoue que là l’argument est imparable, et je comprends mieux qu’on ne puisse pas se comprendre. Vive la cooptation et le népotisme ! Voilà une preuve éloquente que l’élitisme est souvent bien illusoire. Avant de dire une telle hérésie, tu devrais quand même te pencher sur la question, tu verras que la raison d’être historique de la Franc-maçonnerie est complètement différente de ce qu’elle est devenue aujourd’hui, un simple réseau social rempli de Vulgus Pecum. Mais bon, tu es excusé, j'imagine que tu ne pouvais pas le savoir ;-)

#
Profil

Kalyp

le jeudi 17 septembre 2009 à 10h55

Clementine
Kalyp, beaucoup de choses ont déjà été posées sur le site à ce sujet, en as-tu pris connaissance?

Comme Guilain, je baste devant la lecture du premier post, me rendant compte pour ma part que la question a fait l'objet de débats antérieurs.

Tu as raison Clementine, comme très souvent d’ailleurs, c’en est même agaçant :-) Le sujet a peut être fait l’objet de débats antérieurs. Pourtant j’ai longtemps lu ce forum avant d’intervenir, et ce débat a du m’échapper, et à ce titre je m’en excuse. Je suis d’autant plus excusé qu’il n’y a pas de champ de « RECHERCHE » sur ce forum. Cela ne facilite donc pas la tache des nouveaux arrivants et par la même occasion agace les anciens.
Pourtant, il me semble que les sujets ne soient pas inépuisables concernant le polyamour, et qu’on risque fatalement à un moment ou un autre de tourner en rond et de relancer des sujets déjà débattus et qui en toute logique intéressent les derniers arrivés. Surtout s'ils sont abordés sous un angle d'attaque différent, ce que j'ai modestement essayé de faire.

#
Profil

Kalyp

le jeudi 17 septembre 2009 à 11h02

Sam
Libertinage élitiste ?!? Je préfère libertinage old school ! A l'origine, l'expression libertin signifiait libre penseur.

Concrètement, la libre pensée n'a rien d'aussi grandiloquent qu'il n'y paraît. Le côté grandiloquent vient justement du fait de croire que penser librement consisterait à ne pas penser comme la majorité.

Où y a-t-il liberté de pensée à s'écarter systématiquement de la majorité quelle qu'elle soit ou à s'y ranger ?

Sinon pour revenir à ton propos principal, j'aurais plutôt tendance à comprendre "hors du commun/hors norme" plutôt qu'élitisme, soit hors du sens commun et donc plus difficile à communiquer. En tous cas, c'est de la sorte que je comprends ton inversion de norme.

D'un autre côté, j'ai l'impression que ton choix du termes "élitiste" vient en bonne partie de ton parcours qui témoigne d'une envie de sortir des principes de ton éducation sans pour autant devoir raser les pâquerettes. Quant à savoir si ton éducation est pour autant une prison et le libertinage un art de tondre le gazon au raz des pâquerettes, j'aurais plutôt tendance à penser que comme tu le remarques toi-même, l'un et l'autre répondaient répondaient trop partiellement à tes aspirations.

Mon hésitation entre RAZ ou RAS était réelle, je l'avoue ! Par moment il m'arrive d'avoir des hésitations orthographiques. Il suffisait juste que j'ouvre un bon dictionnaire, mais j'ai préféré tendre le bâton pour voir qui allait oser me battre. Et Sam ne s'est pas fait prier pour le faire avec dextérité. Belle ceinture noire d'Aikido verbal ce Sam.

#
Profil

Kalyp

le jeudi 17 septembre 2009 à 11h05

Guilain
Désolé, j'ai pas lu le premier post : trop long :-/

Mais les choses me paraissent clairs :

- il existe des polyamoureux non-libertins (ceux qui ne veulent pas faire du sexe sans sentiment par exemple)

- il existe des libertins non-polyamoureux (ceux qui sont en couple et ont pour règle de ne jamais revoir les autres gens avec qui ils font du sexe)

- il existe des libertins polyamoureux (la coolitude suprême ;-) )

- il existe des non-libertins non-polyamoureux (pas besoin de faire un dessin)

Voili voila...

Si Françoise Simpère, l'a dit, alors là, c'est imparable. Personne ne peut lutter contre Dieu le Père du polyamour.....

#
Profil

Kalyp

le jeudi 17 septembre 2009 à 11h07

titane
Au fait je ne crois pas à une relation automatique et évidente entre amours multiples et libertinage... et j'aurais besoin de te relire plusieurs fois je crois...
Message modifié par son auteur hier à 13h.

Je crois aussi, car à aucun moment je n'ai avancé un tel argument. Mais j'ai fait un texte trop long, don c'est aussi ma faute ;-)

#
Profil

pleinitude94

le jeudi 17 septembre 2009 à 11h31

- il existe des libertins polyamoureux (la coolitude suprême ;-) )

AH voila le supreme du supremem
Mais ne serait ce pas aller a la conquete du graal

#
Profil

titane

le jeudi 17 septembre 2009 à 12h20

il existe des libertins polyamoureux (la coolitude suprême ;-) )... bof... on peut être cool dans toutes les cas de figure question d'harmonie avec soi-même... même une bonne-soeur peut être plus cool que nous tous !...

Je suis d'accord pour dire que le modèle PA officiel est exclusif en effet... j'en ai trop dit sur ce sujet, mais c'est la raison pour laquelle je ne parle que d'amour multiples ou plurielles... exclusif mais as élitiste...

Je retourne à la lecture du premier post

#
Profil

titane

le jeudi 17 septembre 2009 à 12h33

Car oui j’ai été déçu. Je m’attendais à un univers avec une belle ouverture d’esprit, une approche subtile, un bain de jouvence érotique. Mais j’ai vite compris que c’était avant tout un empire commercial, où on te vend du sexe, où on fait de toi un consommateur. Le libertinage malgré les apparences trompeuses est tout sauf un endroit de liberté. C’est un univers codifié, avec ses règles, ses habitudes, ses travers... ben en voilà une remarque qu'elle est intéressante et pas surprenante...

J’étais plus en attente d’un épanouissement sensoriel, mais aussi intellectuel et sentimental, et je ne trouvais pas tout cela dans le monde libertin.... une conséquence naturelle de l'amour multiple à mon avis... pas besoin de le rechercher ça vient tout seul...

Nous ne vivons pas tous notre polyamour de la même façon. Nous avons tous nos certitudes, nos doutes, nos questionnements... pas sur le PA sur l'Amour tout court !! la pratique sereine de l'amour multiple ne nous évite pas de se poser pleain de questions sur l'amour... personne n'échappe il me semble.

Le polyamour pose le problème de façon différente, peut on autoriser la personne que l’on aime à aimer d’autres personnes avec amour et donc de vivre concrètement cet amour là ?... aîe !! le mot "autoriser" me semble être un symptome d'un chemin encore non abouti si je puis dire... car tout le parcours que tu nous raconte apparaît comme un chemin initiatique... même si l'amour multiple est une réalité à portée de main ici et maintenant... mais on a eu chacun de nous aussi notre "parcours"... et nous le poursuivons encore tous je crois...

Je crois sincèrement que tu parles comme Nietzsche : l'élitisme apparent proviendrait du fait que tu sembles te reconnaître dans un petit nombre (pour l'instant) de personnes avec qui tu partagerais une certaine experience et pratique amoureuse... plus harmonieuse (pour toi)... physiquement, socialement, éthiquement, spirituellement..

Non ?

je ne crois pas que le mot élitiste soit bien choisi mais il se comprend je crois... les avant-gardistes de tout mouveme,nt doivent certainement se sentir des "élus" et des "élites"... non ?

Message modifié par son auteur il y a 10 ans.

#
Profil

Kalyp

le jeudi 17 septembre 2009 à 12h58

titane
Car oui j’ai été déçu. Je m’attendais à un univers avec une belle ouverture d’esprit, une approche subtile, un bain de jouvence érotique. Mais j’ai vite compris que c’était avant tout un empire commercial, où on te vend du sexe, où on fait de toi un consommateur. Le libertinage malgré les apparences trompeuses est tout sauf un endroit de liberté. C’est un univers codifié, avec ses règles, ses habitudes, ses travers... ben en voilà une remarque qu'elle est intéressante et pas surprenante...

J’étais plus en attente d’un épanouissement sensoriel, mais aussi intellectuel et sentimental, et je ne trouvais pas tout cela dans le monde libertin.... une conséquence naturelle de l'amour multiple à mon avis... pas besoin de le rechercher ça vient tout seul...

Nous ne vivons pas tous notre polyamour de la même façon. Nous avons tous nos certitudes, nos doutes, nos questionnements... pas sur le PA sur l'Amour tout court !! la pratique sereine de l'amour multiple ne nous évite pas de se poser pleain de questions sur l'amour... personne n'échappe il me semble.

Le polyamour pose le problème de façon différente, peut on autoriser la personne que l’on aime à aimer d’autres personnes avec amour et donc de vivre concrètement cet amour là ?... aîe !! le mot "autoriser" me semble être un symptome d'un chemin encore non abouti si je puis dire... car tout le parcours que tu nous raconte apparaît comme un chemin initiatique... même si l'amour multiple est une réalité à portée de main ici et maintenant... mais on a eu chacun de nous aussi notre "parcours"... et nous le poursuivons encore tous je crois...

Je crois sincèrement que tu parles comme Nietzsche : l'élitisme apparent proviendrait du fait que tu sembles te reconnaître dans un petit nombre (pour l'instant) de personnes avec qui tu partagerais une certaine experience et pratique amoureuse... plus harmonieuse (pour toi)... physiquement, socialement, éthiquement, spirituellement..

Non ?

je ne crois pas que le mot élitiste soit bien choisi mais il se comprend je crois... les avant-gardistes de tout mouveme,nt doivent certainement se sentir des "élus" et des "élites"... non ?

Message modifié par son auteur il y a 10 minutes.

En voilà une réponse intéressante. Et effectivement je suis "EN CHEMIN". J'ai certes connu une expérience polyamoureuse intéressante et épanouissante en étant l'amant d'un couple polyamoureux. J'assume aussi ma vie de polyamoureux célibataire, mais c'est assez facile cela, rien de bien extraordinaire là dedans, et bon nombre de célibataires vivent ce que je vis sans pour autant être polyamoureux.
Moi ce qui m'intéresse, me motive, m'inspire, c'est la vie de couple polyamoureuse. C'est une approche de la vie de couple qui m'intéresse énormément, mais qui m'intrigue, car je ne l'ai jamais vécu. D'où le terme "autoriser" qui visiblement t'a un peu électrisé, mais je l'entendais plus dans le sens "OFFRIR".
J'ai encore beaucoup de chemin à faire. Il y a ici des polyamoureux dont l'eau est bouillante. Pour d'autres l'eau est encore froide, et commence simplement à chauffer. La mienne est tout juste tiède, elle chauffe doucement. Et ce que je veux dire par là, c''est que les polyamoureux convaincus, avec de l'expérience et du recul sur la question, dont l'eau est super chaude, ne doivent pas oublier une chose, c'est qu'un jour, leur eau a été froide.

#
Profil

aime_mi_trente

le jeudi 17 septembre 2009 à 13h17

Ce qui me fait bizarre en lisant ce forum, c'est l'impression que le jour où le polyamour sera une pratique "banalisée", il deviendra un non-sujet... Et ce qui comptera alors, c'est les rencontres qu'il permet, le fait de mieux faire éclore les différentes personnalités qui sont en nous, et de les accorder en harmonie avec quelques "favori(te)s" bien choisi(e)s.

Pour l'élitisme, on peut le comprendre dans deux sens différents :

Avant-gardisme, car c'est un concept innovant, pas encore banalisé justement.

Exigence, car on peut attendre du polyamour ce qui est "rare et cher" (*), là ou d'autres préfèrent la consommation de masse.

J'avoue être plus Paul Smith - El Bulli que Zara - MacDo, pour faire simple.

(*) à comprendre dans le sens de "ce qui m'est cher", pas dans le sens bling-bling.

#
Profil

Kalyp

le jeudi 17 septembre 2009 à 13h23

love_fifteen
Ce qui me fait bizarre en lisant ce forum, c'est l'impression que le jour où le polyamour sera une pratique "banalisée", il deviendra un non-sujet... Et ce qui comptera alors, c'est les rencontres qu'il permet, le fait de mieux faire éclore les différentes personnalités qui sont en nous, et de les accorder en harmonie avec quelques "favori(te)s" bien choisi(e)s.

Pour l'élitisme, on peut le comprendre dans deux sens différents :

Avant-gardisme, car c'est un concept innovant, pas encore banalisé justement.

Exigence, car on peut attendre du polyamour ce qui est "rare et cher" (*), là ou d'autres préfèrent la consommation de masse.

J'avoue être plus Paul Smith - El Bulli que Zara - MacDo, pour faire simple.

(*) à comprendre dans le sens de "ce qui m'est cher", pas dans le sens bling-bling.

C'est ce que j'ai essayé d'expliquer peut être maladroitement en utilisant le terme élitiste. Effectivement cette approche avant gardiste, et effectivement cette "EXIGENCE" que moi même j'appelle un "IDEAL".
Bon, c'est pas tout cela, mais je file manger chez Mc DO (mais non je déconne ;-)

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion